Des objets en orbite autour de la terre tirant des projectiles vers le sol: le combat orbital est l'enjeu de l'année 2022

Stats

  • 7 194 111 Hits
01/12/2021

Strategika51 Intelligence

 Πάντα ῥεῖ…

La guerre des raffinerie entre l’Arabie Saoudite et l’Iran

Des installations pétrolières iraniennes, sises à Tabriz, ont subi hier la première cyberattaque déclenchée à distance.

Jusqu’ici, les cyberattaques ayant visé les infrastructures industrielles iraniennes ont été menées au moyen de clés USB.

L’attaque cybernétique la plus dévastatrice qu’a connue l’Iran est celle du virus Stuxnet en 2009, lequel a visé en priorité les machines-outils du constructeur Allemand Siemens, équipant la plupart des infrastructures industrielles de ce pays, dont des installations liées au programme nucléaire civil.

La clé-mémoire USB ayant servi à cette attaque a été introduite en Iran par un expert industriel invité dans un cadre officiel afin de faire une présentation PowerPoint. L’Iran ne s’est jamais remis de cette attaque cybernétique.

Cette fois-ci l’attaque cybernétique a été menée à distance en activant le système de sécurité du complexe pétrochimique de Tabriz (Nord-Ouest de l’Iran), ce qui a enclenché un mécanisme d’évacuation des réservoirs vers les torches. Cette procédure n’a causé aucun dommage significatif à l’installation mais constitue l’une des premières tentatives réussies de pénétration d’un réseau Intranet protégé à partir de l’étranger.

Cet incident survient au lendemain du bombardement par des drones kamikazes yéménites d’installations pétrochimiques du géant saoudien et mondial Aramco (station de pompage numéro 8), et pourrait constituer une riposte non symétrique à cette attaque.

Des drones de type Qasf 2 de conception iraniennes ont été utilisés par les rebelles yéménites pour cibler des infrastructures pétrolières saoudiennes. Les drones, au nombre de sept, ont pénétré en profondeur l’espace aérien saoudien avant d’atteindre un oléoduc et une station de pompage.

Le raid de drones kamikazes a révélé des carences assez graves affectant la defense aérienne saoudienne, laquelle dispose de systèmes Sol-Air Hawk (modernisés), de systèmes antimissiles Lockheed Martin THAAD et de systèmes Raytheon MIM-104 Patriot ainsi que des systemes de DCA Oerlikon Contraves Skyguard 35 mm (bitubes).

Si les deux attaques semblent différentes de par le vecteur utilisé, elles n’annoncent pas moins de nouvelles formes de guerre où le cyberespace et les techniques de contrôle à distance d’appareils armés autonomes seront des éléments plus que déterminants dans l’issue d’un conflit.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :