Stats

  • 6 153 721 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
18/09/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Du potentiel d’une situation en devenir

Certains lecteurs ne comprennent pas l’intérêt d’évoquer des manifestations sportives dans un site dédié à l’actualité stratégique alors que tout est lié. Nous avons suivi de loin l’évolution de l’équipe d’Algérie de football dans la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte en raison de ce qui se passe en Algérie depuis le 22 février 2019.

L’Algérie est le plus grand pays d’Afrique de par la superficie. C’est également le pays disposant de ressources assez conséquentes et d’une population assez dynamique. L’Algérie est dans une situation fort particulière ressemblant presque point par point à la situation de la Russie après la désastreuse ère Eltsine, avec une différence notable cependant: en Algérie, les forces armées régulières ont anéanti en quelques mois entre 40 et 45% des puissants réseaux ubiquitaires de l’ex-DRS (Direction du Renseignement et de la Sécurité), l’ex-Police Politique mais n’ont pas pu éradiquer sa très nombreuse clientèle sociopolitique vu que cette tâche s’avère impossible à mener. Et cela explique pourquoi les Préfets, les Maires, la quasi totalité des Chefs de postes diplomatiques et consulaires , les magistrats, des députés, des sénateurs, certains responsables militaires et politiques placés par l’ancienne Police Politique et qui sont tous corrompus n’ont pas été touchés par la formidable opération « Mains Propres » jusqu’ici. Cette dernière a toute de même permis l’emprisonnement d’anciens chefs de gouvernements, de ministres, de généraux des services de renseignements et d’oligarques dont beaucoup sont en fuite comme l’ex-ministre de l’industrie Bouchouareb, agent actif de la DGSE et l’un des hommes les plus corrompus du Maghreb. Il est peu probable que les fugitifs soient rattrapés par la justice. De même si certains oligarques ont été éliminés avec leurs clans (souvent régionalistes), d’autres semblent intouchables.

Ce qui se passe en Algérie est à peu près unique au monde et cela attire notre attention mais aussi et depuis le début de cette saga, l’intérêt extrême de pays comme la France, les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Qatar, la Turquie et bien évidemment le Maroc et à un degré moindre la Tunisie et la Libye.

Il s’avère que l’ancien régime dont une partie est toujours en place était une partie intégrante du socle fondateur de la FrançAfrique avec le géant Total comme acteur central. Le second point est que la clientèle de la prébende de l’ancien régime est assez large: elle rassemble entre 3.5 jusqu’à 7 millions de personnes dont des centaines de milliers de personnes impliquées dans la corruption à tous les niveaux, la dilapidation, les détournements de deniers publics, de l’aide sociale, des infrastructures de base et du foncier.

Pourquoi la crise en Algérie en 2019 n’a pas débouché sur la violence? Parce que ce pays a connu un embargo qui n’a pas dit son nom durant toute la décennie des années 90 (seule l’Italie avait aidé l’Algérie à cette époque) au moment où l’Algérie sombrait dans un conflit armé interne n’ayant abouti à aucun résultat tangible mis à part un enrichissement astronomique d’un nombre important de nouveaux néolibéraux issus aussi bien des partis du pouvoir que ceux de l’opposition, y compris les anciens islamistes ayant pris les armes contre l’Etat pour obtenir une ascension sociale fulgurante. Cela a généré un très profond dégoût de la politique chez l’ensemble de l’opinion mais favorisé aussi toutes les dérives du régime compradore et corrompu des Bouteflika avec l’aide active et complice de la Police Politique. Cet argument est assez connu et repris par les observateurs étrangers. Ce qui l’est moins est la seconde raison: l’Armée Nationale Populaire, dénomination officielle des forces armées algériennes, que l’on croyait une faible armée du Tiers-Monde, a fini par cumuler un tel degré de puissance de feu ces cinq dernières années qu’elle a su s’imposer dans le jeu en évinçant la moitié de l’Etat profond. On évoque souvent les Armées syrienne et iranienne mais on oublie un peu que la très discrète Armée algérienne est actuellement mieux armée que ces deux pays réunis et que ce qu’il lui manquait était une réelle volonté politique d’émancipation d’un système néo-colonial archaïque doublé d’une oligarchie locale très corrompue qui étrangle le pays depuis plus de 50 ans.

Ce qui ce passe en Algérie est révélateur de très grands bouleversements à venir sur la scène régionale et internationale en Méditerranée et en Afrique. Cette révolution contre le fondement même du système économique dominant la planète ne sera pas sans conséquence pour ce pays.

Nous nous sommes rarement trompés sur le potentiel d’une situation en devenir. Mais ce qui ce passe en ce moment en Algérie et qui demeure incompréhensible à beaucoup d’observateurs, souvent à cause de préjugés dépassés ou par passion et qui ne connaissent presque rien à ce pays dont on a crée une image déformée et totalement contraire à ses réalités, fait trembler les oligarchies corrompues de nombreux pays, qui y voient un danger mortel en cas de réveil des peuples et leur rejet du pouvoir de l’argent sale. Il est très peu probable que les Algériens puissent un jour se libérer réellement du joug invisible qui leur a été imposés par les Tenants du système financier transnational mais ce qu’ils ont tenté de faire est un peu plus que révolutionnaire et il sera tôt ou tard sanctionné d’une façon ou d’une autre. La seule inconnue alors sera de savoir si l’Armée algérienne s’est réellement transformée pour devenir la redoutable puissance qu’on soupçonne ou pas. De cette question dépendra la survie même de ce pays et de ses voisins, voire de l’ensemble de l’Union européenne.

%d blogueurs aiment cette page :