Publicités

Jeffrey Epstein: Genie Behind the Crash- By Steve Brown

So far, Jeffrey Epstein’s case has largely been limited to allegations of sex trafficking, but when we consider persons of great financial power and influence possibly linked to Epstein, the scope is broadened.  But what if that scope can be broadened to further encompass corruption of the global financial system itself…?

Now there are two patterns to emerge so far with regard to Epstein’s philanthropic activities, one relating to philanthropic donations to Israeli causes, and the other regarding scientific experiments for genetic research. Even so, why would such philanthropy be the basis for Epstein’s obsessive secrecy? There must be a third track.

Epstein was recently revealed to be the director of Leon Black’s Family Foundation until 2007, a very significant date. Black is the multi-billionaire chairman of Apollo Global Management, a private equity leveraged buyout financial firm. Black writes: “On a few occasions I donated money to certain charitable organizations with which Mr. Epstein was affiliated, and he made contributions to certain charitable organizations that are meaningful to me.”

The foregoing glosses over the fact that as director, Jeffrey Epstein donated millions on behalf of Leon Black to Charles Bronfman’s Taglit-Birthright Israel charity which promotes Zionism and opposes Palestinian rights. Then, subsequent to Epstein’s conviction in 2008, Black donated $10M USD to Epstein’s charity ‘Gratitude America’ in 2015, via BV70 LLC, which is controlled by Leon Black. So why would Black donate such an amount to a convicted felon and registered sex offender?  

The theory is that Epstein’s Gratitude America transferred Black’s funds to the Jeffrey Epstein VI Foundation for distribution, where the Epstein Virgin Islands Foundation is registered there to avoid IRS 990 disclosures about how the foundation distributes its funds. So, why wouldn’t Black simply donate the funds directly to the Jeffrey Epstein VI Foundation? The reason is unknown, but may relate to the opaque nature of the real basis for Epstein’s philanthropy and true fiduciary function, which we shall explore later.

In The Epstein Epiphany we established links between Epstein, Wexner, Maxwell, Dershowitz, and the Bronfman’s, who present their collective hardline right wing Israeli policy positions to the west (via the Mega Group and mainstream media) and their support for Zionist causes, with much further speculation about Epstein’s potential usefulness as a proposed Mossad asset. Fake news or fact, it’s clear that there is far more behind the Epstein phenomena than support for Israel’s hardline agenda, orEpstein’s potential as a blackmailer and spy for Israel.

Further clouding the issue is Epstein’s support for eugenics and « evolutionary biology » via his foundation’s philanthropic donations.  While his donations to such ‘scientific’ causes are legion, the theory that Epstein is somehow the middleman for the introduction of a one-world government led by a humanoid master race must remain a far-out conjecture in the realm of science fiction, at least for now. *

If, based on all we’ve learned, we rule out the impossible then only the possible remains. What remains is Epstein’s fundamental genius for physics and mathematics, as shown from his earliest days. That genius endeared him to Bear Stearns,and probably to Les Wexner.

Wexner was apparently willing to either indulge or ignore Epstein’s weakness on the one hand, while taking advantage of Epstein’s financial genius (in terms of investment strategies and financial advice) on the other. Perhaps that is the singular relationship that in part contributed to Wexner’s great wealth.

Subsequent to the US financial collapse of 2008-2009 Blythe Masters was perhaps unfairly characterized as a key contributor to the crash, by her promotion of certain unstable financial products at JP Morgan. But Masters’relationshipto problematic Bear Stearns derivatives was tangentialwhen compared to Jeffrey Epstein’s Liquid Funding Ltd operation.

By way of Liquid Funding Ltd, Jeffrey Epstein did have that crucial link to Bear Stearns, and a very serious one. Seldom — as in never — noted in the press, Epstein was a key architect of the riskiest and most dangerous products ever devised to promote the Wall Street ponzi. The acronyms HELX CBOS CLOS were Bear Stearns products, should stand out from the page shown like beaconsto every reader, financial constructs heavily leveraged by Jeffrey Epstein from 2001 until 2007.

HEL is of course a home equity line of credit, while CBO represents collateralized bond obligations and CLO represents collateralized loan obligations. The year was 2007, and the bubble was just beginning to burst; Epstein created, modified and employed the riskiest products on Wall Street, which eventually caused the entire US financial systemto crash. 

Now, the reason Jeffrey Epstein is key to the financial crash of 2008-2009 is because he had the backing of the largest investors on Wall Street to enable him to do his derivative dirty work and the real key connection to Bear Stearns. He invested for multi-billionaire Leon Black. He invested for multi-billionaire Les Wexner, and arguably Epstein leveraged these dangerous products on behalf of the most influential investors on Wall Street – and for Bear Stearns. And he did it offshore with no accountability.

So this is the solution to the mystery of Jeffrey Epstein…  not that he is a blackmailer or Israeli spy or middleman for the New World Order – even if he is all of those things – no, he is the criminal who worked on behalf of America’s most powerful billionaires and Bear Stearns, to bring down the US financial system, to then deliver even greater wealth to those billionaires today,in the aftermath of that collapse. 

Thus, Epstein’s secret must bethe secret that the Political Class does not want you to know, or to ever learn: that he is the enabler for the financial destruction of the US in 2008, and not just responsible for the destruction of young lives.

*However all options are on the table!

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 »; Steve is an antiwar activist,a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to theDuran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

22 thoughts on “Jeffrey Epstein: Genie Behind the Crash- By Steve Brown

  1. Grâce à monsieur newspeak, les mots « charity » et « philanthropy » ont donc hérité de nouveau sens, merci à lui.

    Il paraît évident que derrière cette histoire d’espstein ya pas que des gros porcs pleins de fric qui se tapent des gamines, ya aussi des gros sous et de l’espionnage au profit de « charityland ». Sur des sites anglo-saxons ils lient (notamment) l’affaire epstein au vol d’armes nucléaires sur les bases yankee et même aux attentats du 11 septembre (théorie de la min-nuke)

    1. Je vais consacrer un spécial 11/09 bientôt. Ce qui est bien jusqu’à présent est que la version officielle est tombée à l’eau. Celle de l’Inside Job est largement relayée même par des agences officielles (en dehors d’Europe occidentale cela s’entend). L’usage de mini-charges nucléaires commence à percer les médias mainstream. On en parle ouvertement en Malaisie, au Pakistan et en Russie par exemple.
      Pour la charité, les revenus liés à la traite des personnes, le trafic des drogues, le trafic d’armes et la pornographie rapportent assez gros au « Charityland » et à ses partisans.

      1. Jeffrey Epstein : Le génie derrière le crash- Par Steve Brown

        Jusqu’à présent, le cas de Jeffrey Epstein s’est largement limité aux allégations de trafic sexuel, mais lorsque l’on considère les personnes ayant un grand pouvoir financier et une grande influence éventuellement liés à Epstein, la portée s’est élargie. Mais que se passerait-il si cette portée pouvait être élargie pour englober davantage la corruption du système financier mondial lui-même… ?

        Aujourd’hui, deux tendances se dessinent en ce qui concerne les activités philanthropiques d’Epstein, l’une concernant les dons philanthropiques aux causes israéliennes et l’autre les expériences scientifiques pour la recherche génétique. Pourtant, pourquoi cette philanthropie serait-elle à la base du secret obsessionnel d’Epstein ? Il doit y avoir une troisième voie.

        Epstein a récemment été nommé directeur de la Leon Black’s Family Foundation jusqu’en 2007, une date très importante. M. Black est le président du conseil d’administration d’Apollo Global Management, une société financière de capital-investissement à effet de levier pour des rachats d’entreprises. Black écrit : « À quelques reprises, j’ai donné de l’argent à certains organismes de bienfaisance auxquels M. Epstein était affilié, et il a fait des dons à certains organismes de bienfaisance qui sont significatifs pour moi.

        Ce qui précède passe sous silence le fait qu’en tant que directeur, Jeffrey Epstein a fait don de millions de dollars au nom de Leon Black à l’organisation caritative israélienne Taglit-Birthright de Charles Bronfman qui promeut le sionisme et s’oppose aux droits des Palestiniens. Puis, à la suite de la condamnation d’Epstein en 2008, Black a fait don de 10 millions de dollars US à l’association caritative  » Gratitude America  » d’Epstein en 2015, via BV70 LLC, qui est contrôlée par Leon Black. Alors pourquoi les Noirs donneraient-ils un tel montant à un criminel reconnu coupable et à un délinquant sexuel enregistré ?

        La théorie est que Gratitude America d’Epstein a transféré les fonds de Black à la Jeffrey Epstein VI Foundation pour distribution, où la Epstein Virgin Islands Foundation est enregistrée afin d’éviter les divulgations IRS 990 sur la façon dont la fondation distribue ses fonds. Alors, pourquoi les Noirs n’auraient-ils pas simplement fait don des fonds directement à la Fondation Jeffrey Epstein VI ? La raison en est inconnue, mais peut être liée à la nature opaque de la base réelle de la philanthropie d’Epstein et de sa véritable fonction fiduciaire, que nous examinerons plus loin.

        Dans The Epstein Epiphany, nous avons établi des liens entre Epstein, Wexner, Maxwell, Dershowitz et les Bronfman, qui présentent leur position politique israélienne de droite dure et collective à l’ouest (via le Mega Group et les médias mainstream) et leur soutien aux causes sionistes, avec beaucoup plus de spéculations sur l’utilité potentielle d’Epstein comme un atout proposé du Mossad. Fausse nouvelle ou faux fait, il est clair qu’il y a beaucoup plus derrière le phénomène Epstein que le soutien de l’agenda dur d’Israël, ou le potentiel d’Epstein comme maître-chanteur et espion pour Israël.

        Le soutien d’Epstein à l’eugénisme et à la « biologie de l’évolution » par le biais des dons philanthropiques de sa fondation obscurcit encore la question. Bien que ses dons à de telles causes  » scientifiques  » soient légion, la théorie selon laquelle Epstein est en quelque sorte l’intermédiaire pour l’introduction d’un gouvernement mondial dirigé par une race supérieure humanoïde doit rester une spéculation lointaine dans la science-fiction, du moins pour le moment. *

        Si, sur la base de tout ce que nous avons appris, nous excluons l’impossible, il ne reste que le possible. Ce qui reste est le génie fondamental d’Epstein pour la physique et les mathématiques, comme il l’a montré dès ses premiers jours. Ce génie l’aimait chez Bear Stearns, et probablement chez Les Wexner.

        Wexner était apparemment prêt à céder ou à ignorer la faiblesse d’Epstein d’une part, tout en profitant du génie financier d’Epstein (en termes de stratégies d’investissement et de conseils financiers), d’autre part. C’est peut-être cette relation singulière qui a contribué en partie à la grande richesse de Wexner.

        Après l’effondrement financier américain de 2008-2009, Blythe Masters a peut-être été injustement décrite comme l’une des principales causes de l’effondrement, par sa promotion de certains produits financiers instables chez JP Morgan. Mais la relation de Masters avec les dérivés problématiques de Bear Stearns était tangentielle lorsqu’on la compare à l’opération Liquid Funding Ltd de Jeffrey Epstein.

        Par l’entremise de Liquid Funding Ltd, Jeffrey Epstein avait ce lien crucial avec Bear Stearns, et un lien très sérieux. Rarement – comme jamais – noté dans la presse, Epstein a été l’un des principaux architectes des produits les plus risqués et les plus dangereux jamais conçus pour promouvoir le ponzi de Wall Street. Les acronymes HELX CBOS CLOS étaient des produits Bear Stearns, devraient se démarquer de la page montrée comme des balises à tous les lecteurs, des constructions financières fortement mises à profit par Jeffrey Epstein de 2001 à 2007.

        HEL est bien sûr une ligne de crédit hypothécaire, tandis que CBO représente les obligations garanties par des obligations et CLO représente les obligations garanties par des prêts. C’était en 2007, et la bulle commençait à peine à éclater ; Epstein a créé, modifié et utilisé les produits les plus risqués de Wall Street, ce qui a finalement provoqué le crash de tout le système financier américain.

        Maintenant, la raison pour laquelle Jeffrey Epstein est la clé du krach financier de 2008-2009 est parce qu’il avait le soutien des plus grands investisseurs de Wall Street pour lui permettre de faire son sale boulot dérivé et le vrai lien clé avec Bear Stearns. Il a investi pour le multimilliardaire Leon Black. Il a investi dans Les Wexner, une entreprise multimilliardaire, et Epstein a sans doute utilisé ces produits dangereux pour le compte des investisseurs les plus influents de Wall Street – et pour Bear Stearns. Et il l’a fait à l’étranger sans rendre de comptes.

        C’est donc la solution au mystère de Jeffrey Epstein… non pas qu’il soit un maître-chanteur, un espion israélien ou un intermédiaire pour le Nouvel Ordre Mondial – même s’il est tout cela – non, il est le criminel qui a travaillé pour les plus puissants milliardaires américains et Bear Stearns, pour détruire le système financier américain, pour ensuite livrer encore plus de richesse à ces milliardaires aujourd’hui, au lendemain de cette faillite.

        Ainsi, le secret d’Epstein doit être le secret que la classe politique ne veut pas que vous sachiez, ou que vous n’appreniez jamais : qu’il est le catalyseur de la destruction financière des Etats-Unis en 2008, et pas seulement responsable de la destruction de jeunes vies.

        *Cependant, toutes les options sont sur la table !

        Steve Brown est l’auteur de « Iraq : the Road to War » (Sourcewatch), éditeur de « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » et « Federal Reserve : Externalisation du système monétaire auprès des Money Trust Oligarchs depuis 1913  » ; Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, Fort Russ News, et Strategika51.

      2. Cher Strategika51

        La liste ci-dessous (déjà présente sur un autre post mais sans mention de mini nuke malheureusement) est une liste des opérations menée à l’aide de SADM’s.
        Si mes souvenirs sont bons elle doit être sur: http://www.veteranstoday.com faire une recherche sur SADM’s ou mininukes.
        Une petite archive: https://www.youtube.com/watch?v=kw576WppJfw

        Les camps militaires des Marines américains et des parachutistes français à Beyrouth (Drakkar), Liban en 1983.
        Le bâtiment Alfred P. Murrah d’Oklahoma City en 1995.
        L’ambassade égyptienne d’Islamabad, Pakistan, 1995.
        Les tours Khobar de Dahran, Arabie Saoudite, 1996.
        Les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, 1998.
        Le consulat britannique d’Istanboul
        Les attentats du WTC du 11 Septembre 2001
        La boîte de nuit Sari, Bali, 2002
        Le bureau de l’ONU à Bagdhad, 2003
        Ambassade d’Australie, Djakarta, 2004
        Attentat pour l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais Rafik Hariri, Beyrouth, 2005
        Attentat sur l’école de police algérienne, 2008

        « Tout vient à point à qui sait attendre » oh oui!!!

        Bien à Vous,

        Airforceone

        1. AIrforceone,

          faites attention de ne pas voir des opérations avec nukes partout, tout le temps, pour chaque opération sous faux drapeau!

          qu’est-ce que cela signifie ‘mini-nukes’?

          par exemple pour 9/11, il y a plusieurs hypothèses nucléaires en concurrence, or il n’y en a qu’une seule de bonne, évidemment. n’étant pas physicien a fortiori nucléaire 🙂 , je me garderai bien de dire ce qui est de qui n’est pas, à part que Nuked York City est bien née le 11 septembre 2001.

          la preuve?
          a) les éléments chimiques retrouvés dans la poussière de Ground Zero, analysée par l’USGS (United States Geological Survey, officine étatique)

          b) les cancers de la thyroïde que les 9/11 first responders ont développé quelques années après septembre 2001. les seules fois où l’on a des vagues de cancers de la thyroïde, c’est lors d’attaques nucléaires (Hiroshima, Nagasaki) et d’accidents nucléaires (Tchernobyl et Fukushima).

          vous demandez au cancérologue il répond qu’il n’est pas physicien nucléaire,
          le physicien nucléaire répond qu’il n’est pas cancérologue,
          (et qu’ils ont des factures à payer..

          la théorie des mininukes installés à l’intérieur des tours sur plusieurs étages c’est évidemment faux, pour l’évidente raison qu’une explosion nucléaire au dessus de la surface est quand même reconnaissable. même pas besoin d’être physicien nucléaire pour le reconnaitre!

          les ‘mini-nukes’ sont peut être même une opération de désinformation à-la-alex-jones afin de décrédibiliser la ‘véritable-vérité’ (judy wood et ses rayons de l’espace c’est quasiment certain que c’est le cas, à moins qu’elle ne soit juste idiote pour réellement croire à ses ‘space beams’..)

          par contre, une explosion nucléaire souterraine passe quasi-ment inaperçue.

          les nord-américains ont réalisé des tests dans les années 1950-1960, notamment le projet Gnome dans le cadre de l’Opération Nougat.

          voyez la vidéo de la NNSA-Nevada (National Nuclear Security Administration) sur le project Gnome:
          https://www.youtube.com/watch?v=Xh9eYitrLaM
          (on ne voit rien sur la vidéo et pour cause, l’explosion nucléaire souterraine est réussie et passe donc inaperçue!)

          GNOME was the first nuclear test in the Plowshare Program. The Plowshare Program objectives were to determine how energy produced from nuclear explosions could be used for peaceful or civilian purposes.

          le document ci-dessous a été rendu public en septembre 2000:
          https://ia801607.us.archive.org/4/items/doenukefilms/videocatalog.pdf

          c’est uniquement le ‘fact-sheet’ (=a written document containing information for the public) des différents programmes mais il y est bien question des recherches sur l’utilisation à des fins ‘civiles’ (sic) de la technologie nucléaire. et on y retrouve notamment le Project Gnome et le Project Sedan.

          mais, cela n’implique pas que quoi-que-ce-soit (nuclear pumped reactor/laser?) qui ait été utilisé le 11-Septembre-2001 pour détruire les 3 tours de New York City soit lié directement à la technologie des essais nucléaires souterrains des années 1950 et 1960. il vaut mieux être prudent dans cette affaire..

          Strategika, on attend votre position sur 9/11 mais vous nous aviez dit que cela vous créait des problèmes alors faites attention..
          Jeff Prager va éditer un nouveau document de Heinz Pommer pour le 1er septembre 2019, mais ‘on’ m’a dit que certains des affirmations de Heinz Pommer étaient fausses. to be right for the wrong reason?

          1. Ma position sur le 11 septembre 2001 a changé en 2002. C’est une attaque sous faux drapeau menée par une faction de l’Etat profond US avec le Mossad israélien…Les mêmes qui ont exécuté JFK en 1963!

          2. Cher Bernardo,
            La démolition contrôlée nucléaire est un concept qui était bien implanté. Les WTC ont été bâties à la condition sine qua non de pouvoir être démolie et devinez quel était le modus operandi prévu???
            Exactement comme pour les ouvrages d’art ou d’intérêt stratégique qui était bâtis avec des chambres d’explosion dans lesquelles les charges de destruction étaient placées le cas échéant.
            La société CDI était habilitée aux destructions Nu cela est passé sous les radars le 11/9

          3. Bernardo,
            Par Mininuke il faut entendre les micro-charges Nu plus communément appelées « Badpack nuke ». Elles ont bel et bien été utilisées un grand nombre de fois et en toute impunité.
            Si vous n’êtes pas habitué aux explosifs, explosions, démolitions, une explosion de « sac à dos nucléaire » n’est pas comparable aux images convenues d’une explosion nucléaire.
            C’est surtout dans l’analyse des effets (et surtout de la version officielle des faits) que les explosifs classiques doivent être exclus.
            Pour le commun des mortels, un camion bourré d’explosif va pulvériser un building en explosant devant (voire en le percutant), pour un spécialiste, l’énergie nécessaire au résultat est physiquement impossible à obtenir par détonation brisante.
            De plus, peu ou pas de relevés d’isotopes ont été effectués puisque la version officielle est l’utilisation d’explosifs classique.
            Heureusement, la demi vie de ces isotopes devraient permettre de poser des questions sur leurs présences en des lieux éloignés de toute activité Nu.
            NB: ceci a été mis en évidence dans un désert du MO…

            pour conclure, je ne vois pas des champignons partout, simplement les mouches ne cassent aucun pare-brise même avec des pierres aux reins 😉

            Bien à Vous et aux Vôtres,

            Airforceone

          4. @Airforceone

            précisément, yé né souis pas un esspert ès nukes 🙂 , donc, en dehors de 9/11 qui est de façon indéniable une attaque nucléaire asymétrique, c’est un peu facile d’affirmer que toute une série d’attentats à la bombe depuis les années 1980 auraient utilisé la technologie nucléaire comme ‘explosif’.
            peut être certains, mais pas forcément tous, il faut voir au cas par cas.

          5. Pour l’attentat ayant visé l’ambassade d’Égypte à Islamabad (ciblée à deux reprises) la seconde fois c’étaient des drones kamikazes modifiés (l’admin était près du lieu de l’attaque)

      3. On est tous à peu prêt convaincu de ce qui c’est réellement passé ce jour là (mais pas que, puisqu’il a fallut en amont préparer cette vaste opération de sabotage, y compris depuis les officines propagandistes étasunienns ou/et occidentales) j’ai bien peur qu’il y ait à nouveau des attaques d’envergure contre le (notre) site… ça va encore saigner pour nous! Courage cher Strategika51

        1. Vous savez Sergio, toute l’affaire de collusion russe aux Etats-Unis cache une autre affaire concernant l’infiltration russe de la collusion israélienne et si la Russie a réussi cet exploit, c’est bien grâce à la mafia d’Odessa et la mafia juive…Dommage que je ne puisse en dire un mot car le site sautera sur une mine et disparaîtra de suite.

          1. ce n’est que mon avis mais je pense qu’il ont utilisé le traité sur les armes nucléaire qui comprenait des « rencontres de bas niveau  » pour organiser le complot militaire qui a mis Trump au pouvoir !
            cette histoire de mafia juive n’a pu servir aux Russes qu’a mettre la main sur uranium-one grâce a Rodham Clinton parce que a part cela je ne vois pas ce qu’ils ont obtenus d’autre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :