On a raté pas mal de choses cette semaine. Outre le retrait et la liquidation de Jeffrey Epstein, philanthrope, lobbyiste, espion, maître-chanteur et dispensateur de chair fraîche pour le gratin du grand égout Washingtonien, la crédibilité du monde dit libre ne vaut même pas celle d’une petite dictature exotique etContinue Reading/Continuer à lire

Publicités

Des analystes se demandaient pourquoi Jeffrey Epstein n’a pas été « retiré » comme Oussama Benladen par ses employeurs . C’est désormais chose faite. Mort étranglé ou sirotant une liqueur forte près d’une plage non loin du grand Tel-Aviv sous une nouvelle identité, le retrait ou la disparition d’Epstein met fin àContinue Reading/Continuer à lire