No company has succeeded in building an operating system to compete with Android and iOS, but Huawei is going to try — because it has no alternative

Huawei’s smartphone business is living on borrowed time. In May, the U.S. government blocked companies like Google from dealing with Huawei, an order it temporarily lifted to let the phone-maker update its existing Android phones. Huawei got another reprieve on Monday, when the U.S. Commerce Department extended the company’s permit by 90 days, but the clock is ticking. Without the ability to tap into Google’s operating system, Huawei’s smartphone business — which accounts for 18.9% of the worldwide market — is in jeopardy. So, the company is trying something that usually fails: building its own operating system.

Building its own Operating

Earlier this month, Huawei announced its new HarmonyOS, a platform the company has been developing behind the scenes for some time.

It’s an open-source operating system designed to run on everything from smartphones to TVs to wearables.

According to Huawei, developers will be able to code apps that can run across all of HarmonyOS’ platforms; no need to write separate apps for the TV and smartwatch, in other words.

It’s a promise we’ve heard before, and it rarely pans out. But the tech industry could badly use one that does.

According to Bryan Pon, a mobile platform researcher and co-founder of the data analytics firm Caribou Data, the idea of a universal operating system is far out of reach. “I don’t think anyone can do that. The largest companies in the world, Google and Apple, have tried, but they still have separate operating systems,” he says. “This ideal of ‘We’re going to have one OS that’s going to run everything,’ I think that’s just a fantasy.”

Huawei will have to crawl past the graveyard of companies who have already tried and failed.

For proof, we can look to history. In its early days, Android similarly promised it would run on everything and that developers could write an app once that works on every device type. Of all who have attempted it, Android has probably gotten closest. Besides the more than 2.5 billion Android phones in the world, it can be found now on TVscar head unitssmartwatches, and smart home gadgets, but it’s still far from that ideal of a single universal platform. Google also still uses a separate operating system, Chrome OS, for its laptops.

With Apple focusing on its own devices in an isolated ecosystem, and Google failing to live up to the promise of a universal operating system everyone can use, it would seem like the perfect time for a competitor such as Huawei to step up and offer an alternative. But it will have to crawl past the graveyard of companies who have already tried and failed.

In November 2010, Microsoft introduced Windows Phone (following it’s older, failed Windows Mobile) to compete with Android and iOS. It died. Samsung created Tizen, hoping to eventually replace Android and lessen its dependence on Google. Now it’s mostly only used on smartwatches. Countless others have come and gone. SymbianWebOS, and Firefox OS have failed to gain much traction. Even Google itself is experimenting with an OS called Fuschia that will ostensibly bring Android and Chrome OS together. So far, nothing has materialized there, either.

Part of the reason this is so difficult is because of third-party software. Any phone that can’t use Instagram, or any smart TV that can’t play Netflix, won’t be as useful to customers as a device that can. On the other hand, developers don’t want to build their apps for devices that customers aren’t buying.

“The developers don’t want to develop for a bunch of different platforms until there’s a big enough audience. It’s that kind of chicken and egg challenge,” says Pon. “How many tens of millions did Microsoft spend trying to stimulate developers to do this and didn’t make it happen?”

The domestic China market is big enough that if Huawei can get some users onboard… maybe that offers enough incentive for Western firms to want to try to develop for their platform.

That number might be better measured in the billions. Aside from spending $7.2 billion to buy Nokia, Microsoft famously spent $400 million on marketing Windows Phone in 2010. It also paid individual developers up to $100,000 each to make apps for the platform. And all of that before it retired Windows Phone in favor of its next attempt, Windows 10 Mobile. Which also died.

If Microsoft — only the most valuable company in the world by market capitalization — can’t buy its way into the mobile platform race, who can?

“If you try to go toe-to-toe with the established network effects, you just can’t win,” says Pon. But there may be an alternative. Currently, Google isn’t allowed to bring its proprietary app store and services to China. This presents a problem for Western developers who can’t break into the Chinese market — and it gives Huawei an opportunity. “The domestic China market is big enough that if Huawei can get some users onboard, through work with domestic developers, maybe that offers enough incentive for Western firms to want to try to develop for their platform.”

Huawei already commands the biggest share of the Chinese smartphone market, so it’s not too much of a stretch to imagine the company could leverage its power to bring developers onboard. It also leads in India, another country with a huge population and much more room for explosive smartphone growth. Losing Android will likely hurt Huawei in the short term, but if it can develop HarmonyOS enough to appeal to its home market and India, it could potentially create a global rival that can stand up to Google and Apple.

Then again, if there was that much potential upside, one might think Huawei would’ve acted on it sooner, rather than being forced by President Trump’s trade war. The reality is that this road isn’t going to be easy. “They had a plan B sketched out on a whiteboard for years. Everyone has,” says Pon. “But certainly no one ever wanted to actually have to try to execute on it.”

Now, Huawei has no choice but to execute that plan. It won’t be easy, but if it works, it might help break the stranglehold that Apple and Google have on the global smartphone market. “With that duopoly, you lose a lot of the potential for innovation,” says Pon. “Yes, it’s great from a user experience perspective, at least in the short run… but I think most people are starting to get very concerned about the concentration of power that comes from runaway network effects on what emerged to be the dominant platform of our age.”

Eric Ravenscraft


Views and opinions expressed in this article are solely those of the author and do not necessarily reflect those of Strategika 51 Intelligence

Publicités

3 commentaires

  1. Huawei a besoin de construire le système d’exploitation Personne ne pense qu’il le peut – Par Eric Ravenscraft

    Aucune entreprise n’a réussi à construire un système d’exploitation pour concurrencer Android et iOS, mais Huawei va essayer – parce qu’il n’a pas d’alternative.
    **************************
    L’activité smartphone de Huawei vit d’un temps emprunté. En mai, le gouvernement américain a empêché des entreprises comme Google de traiter avec Huawei, une commande qu’il a temporairement levée pour permettre au fabricant de téléphones de mettre à jour ses téléphones Android existants. M. Huawei a obtenu un autre sursis lundi, lorsque le département du Commerce des États-Unis a prolongé le permis de l’entreprise de 90 jours, mais le temps presse. Sans la possibilité d’accéder au système d’exploitation de Google, l’activité smartphone de Huawei – qui représente 18,9 % du marché mondial – est en danger. Ainsi, l’entreprise essaie quelque chose qui échoue habituellement : construire son propre système d’exploitation.

    Construire sa propre exploitation

    Plus tôt ce mois-ci, Huawei a annoncé son nouveau HarmonyOS, une plate-forme que la société développe en coulisses depuis un certain temps.
    ********************************
    Il s’agit d’un système d’exploitation open-source conçu pour fonctionner sur tout, des smartphones aux téléviseurs en passant par les portables.
    *******************************
    Selon M. Huawei, les développeurs pourront coder des applications qui pourront fonctionner sur toutes les plates-formes HarmonyOS ; pas besoin d’écrire des applications séparées pour la télévision et la smartwatch, en d’autres termes.

    C’est une promesse que nous avons déjà entendue, et elle tient rarement la route. Mais l’industrie de la technologie pourrait en avoir grandement besoin.

    Selon Bryan Pon, chercheur sur plateforme mobile et cofondateur de la société d’analyse de données Caribou Data, l’idée d’un système d’exploitation universel est hors de portée. « Je ne pense pas que quiconque puisse faire ça. Les plus grandes entreprises du monde, Google et Apple, ont essayé, mais elles ont toujours des systèmes d’exploitation distincts « , dit-il. « Cet idéal de « Nous allons avoir un système d’exploitation qui va tout gérer », je pense que c’est juste un fantasme. »

    Huawei devra passer devant le cimetière des entreprises qui ont déjà essayé et échoué.

    Pour preuve, on peut regarder l’histoire. À ses débuts, Android a également promis qu’il fonctionnerait sur tout et que les développeurs pourraient écrire une application qui fonctionne sur tous les types de périphériques. De tous ceux qui l’ont essayé, Android s’en est probablement rapproché. Outre les plus de 2,5 milliards de téléphones Android dans le monde, on le trouve maintenant sur les téléviseurs, les autoradios, les montres intelligentes et les gadgets pour la maison intelligente, mais il est encore loin de cet idéal d’une plate-forme universelle unique. Google utilise toujours un système d’exploitation distinct, Chrome OS, pour ses ordinateurs portables.
    *****************************
    Apple se concentrant sur ses propres appareils dans un écosystème isolé et Google ne parvenant pas à tenir la promesse d’un système d’exploitation universel que tout le monde peut utiliser, le moment semble idéal pour un concurrent comme Huawei de se lancer et de proposer une alternative. Mais il devra ramper dans le cimetière des entreprises qui ont déjà essayé et échoué.
    *******************************
    En Novembre 2010, Microsoft a introduit Windows Phone (suivant son ancien Windows Mobile) pour concurrencer Android et iOS. Il est mort. Samsung a créé Tizen, dans l’espoir de remplacer Android et de réduire sa dépendance à Google. Aujourd’hui, il n’est plus utilisé que sur les montres intelligentes. D’innombrables autres sont venus et partis. Symbian, WebOS et Firefox OS n’ont pas réussi à gagner beaucoup de traction. Même Google lui-même expérimente avec un système d’exploitation appelé Fuschia qui réunira ostensiblement Android et Chrome OS. Jusqu’à présent, rien ne s’y est matérialisé non plus.
    ***********************************
    Une partie de la raison pour laquelle c’est si difficile, c’est à cause des logiciels tiers. Tout téléphone qui ne peut pas utiliser Instagram, ou tout téléviseur intelligent qui ne peut pas lire Netflix, ne sera pas aussi utile aux clients qu’un appareil qui le peut. D’un autre côté, les développeurs ne veulent pas construire leurs applications pour des appareils que les clients n’achètent pas.

    « Les développeurs ne veulent pas développer pour un tas de plates-formes différentes tant qu’il n’y a pas un public assez large. C’est ce genre de défi de la poule et de l’œuf « , dit Pon. « Combien de dizaines de millions de dollars Microsoft a-t-il dépensé pour stimuler les développeurs à le faire et ne l’a pas fait ? »

    Le marché intérieur chinois est assez grand pour que si Huawei peut avoir des utilisateurs à bord… peut-être que cela incite suffisamment les entreprises occidentales à vouloir essayer de se développer pour leur plateforme.

    Ce chiffre se mesure peut-être plutôt en milliards. En plus de dépenser 7,2 milliards de dollars pour acheter Nokia, Microsoft a dépensé 400 millions de dollars sur le marketing Windows Phone en 2010. Elle a également payé des développeurs individuels jusqu’à 100 000 $ chacun pour créer des applications pour la plate-forme. Et tout cela avant qu’il ne retire Windows Phone en faveur de sa prochaine tentative, Windows 10 Mobile. Qui est aussi mort.
    ********************************
    Si Microsoft – seule entreprise la plus chère au monde en termes de capitalisation boursière – ne peut s’engager dans la course aux plateformes mobiles, qui le peut ?

    « Si vous essayez d’aller de bout en bout avec les effets de réseau établis, vous ne pouvez tout simplement pas gagner, » dit Pon. Mais il y a peut-être une alternative. Actuellement, Google n’est pas autorisé à apporter son propre magasin d’applications et de services en Chine. Cela pose un problème pour les développeurs occidentaux qui ne peuvent pas percer sur le marché chinois – et cela donne à Huawei une opportunité. « Le marché intérieur chinois est assez grand pour que si Huawei peut obtenir l’adhésion de certains utilisateurs, en travaillant avec des développeurs nationaux, cela incite peut-être suffisamment les entreprises occidentales à vouloir se développer pour leur plate-forme.

    Huawei détient déjà la plus grande part du marché chinois des smartphones, il n’est donc pas exagéré d’imaginer que l’entreprise pourrait tirer parti de son pouvoir pour attirer des développeurs à bord. Il est également leader en Inde, un autre pays avec une population énorme et beaucoup plus de place pour une croissance explosive des smartphones. Perdre Android nuira probablement à Huawei à court terme, mais s’il peut développer HarmonyOS suffisamment pour plaire à son marché domestique et à l’Inde, il pourrait potentiellement créer un rival mondial capable de résister à Google et Apple.

    D’un autre côté, s’il y avait autant de potentiel de hausse, on pourrait penser que Huawei aurait agi plus tôt, plutôt que d’être forcé par la guerre commerciale du président Trump. La réalité, c’est que cette route ne sera pas facile. « Ils avaient un plan B esquissé sur un tableau blanc depuis des années. Tout le monde l’a fait « , dit Pon. « Mais personne n’a jamais voulu essayer de l’exécuter. »

    Huawei n’a d’autre choix que d’exécuter ce plan. Ce ne sera pas facile, mais si ça marche, ça pourrait aider à briser l’emprise qu’Apple et Google ont sur le marché mondial des smartphones. « Avec ce duopole, on perd beaucoup de potentiel d’innovation « , dit Pon. « Oui, c’est formidable du point de vue de l’expérience utilisateur, du moins à court terme… mais je pense que la plupart des gens commencent à s’inquiéter de la concentration du pouvoir qui vient des effets de réseau en fuite sur ce qui est devenu la plate-forme dominante de notre époque.
    Eric Ravenscraft
    Les vues et opinions exprimées dans cet article sont uniquement celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de Strategika 51 Intelligence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.