05/08/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Ce que l’on sait du dernier raid israélien sur Damas du 24 août 2019

Selon les israéliens, le raid aérien ayant visé hier soir le Sud de Damas et surtout le quartier Mezzeh aurait été mené par des avions de combat furtifs qui auraient réussi à contourner le puissant dispositif de la défense antiaérienne déployé autour de Damas.

Côté syrien, on affirme cette fois-ci avoir réussi un carton plein : la totalité des missiles et autres projectiles israéliens auraient été interceptés et détruits en vol et aucun projectile ennemi n’a réussi à atteindre le moindre objectif au sol.

Ce raid israélien intervient après des informations faisant état du déploiement en Syrie du système SAM iranien Bavar 373, un compétiteur du fameux S-300 russe dont des batteries seraient actives en Syrie mais lesquels, pour une raison ou une autre, n’ont jamais été utilisées pour repousser une des nombreuses attaques israéliennes sur ce pays.

Fait notable, deux drones de reconnaissance israéliens furent perdus au Liban peu de temps après ce raid.

Que conclure de tout cela ?

L’attaque israélienne d’hier soir, fort complexe et élaborée, menées sur plusieurs niveaux et impliquant des moyens logistiques et électroniques US, aurait ciblé une installation du Hezbollah libanais en Syrie et au moins un projectile aurait atteint un poste de contrôle causant la mort d’éléments de ce mouvement politico-militaire libanais engagé à fond dans la guerre en Syrie aux côtés de l’Axe de la Résistance.

La DCA syrienne a vigoureusement riposté en interceptant et détruisant un certain pourcentage des missiles et projectiles hostiles.

Quelques heures plus tard, le Hezbollah abat par des moyens électroniques et coup sur coup deux drones de reconnaissance israéliens survolant son fief à Beyrouth-Sud (Al-Dhahya).

C’est plus un message codé du Hezbollah que des représailles à l’adresse des stratèges israéliens.

C’est à la fois un défi et un duel géostratégique majeur. Le Hezbollah vise à terme le verrouillage de l’espace aérien libanais dans un pays dépourvu de défense aérienne pour priver les israéliens d’un atout majeur. Sans le Liban, les avions israéliens seraient forcés de violer l’espace aérien au nord de la Jordanie ou bien longer le littoral maritime du Liban avant de bifurquer sur le littoral syrien, le mieux protégé grâce à la bulle de défense ABM entourant les bases russes de Hmeimim et de Tartous. Il existe une autre solution possible : l’Irak où les israéliens sont de plus en plus présents sous couverture US.

Quoi qu’il en soit, le prochain raid israélien déterminera ou non une fois pour toutes le nouvel équilibre stratégique au Levant.

Stats

  • 5 988 847 Hits
%d blogueurs aiment cette page :