Les thématiques choisies par les commanditaires et les « managers » des manifestations anti-chinoises non spontanées à Hong Kong ne laissent subsister aucun doute possible sur la nature des événements secouant la ville-État sous administration chinoise. 

C’est une tentative en cours de révolution colorée menée par les factions les plus bellicistes de l’État profond US et ses relais en Grande-Bretagne et dans le reste des pays de l’Alliance Atlantique.

Dernier avatar en date, le choix fort malheureux pour les commanditaires du « # Metoo » (« moi aussi ») trahit les caractéristiques suivants :

1. Les officiers traitants les agitateurs Hong kongais sont en majorité des femmes ou des jeunes libéraux votant démocrates aux USA ou des inconditionnels de Barack Obama et de Hillary Clinton.

2. Ces exécutants à l’esprit « boyscout » sont zélés et ne sont pas parvenus à faire le lien entre les affaires Weinstein/Epstein, la manipulation sociopolitique des élites et le retournement de situation que l’affaire Epstein est en train d’opérer sur les méthodes de contrôle et d’ingénierie sociale visant la création de faux clivages et la manipulation dans la manipulation. Ils sont non seulement aveuglés par l’idéologie et l’exceptionnalisme US mais ne disposent d’aucun recul pour l’analyse globale ;

3. Les commanditaires sont en grande partie de la CIA mais également du Département d’État US.

Beijing le sait et arrive à cerner avec une précision extrême les manoeuvres de ses adversaires à Honh Kong. Cependant, la Chine est paralysée par sa politique tacite du non-engagement. Plus prosaïquement, Beijing ne « se mouille » pour aucune cause et ne prend jamais partie. Mais qu’en est-il lorsque l’ennemi est rentré par la porte dérobée de l’arrière-cour ?  

Certaines informations indiquent que des officiels chinois sont enclins à abandonner Hong Kong et à la substituer par sa flamboyante rivale continentale de Shenzen. Cette option est loin d’etre partagée par la direction collégiale chinoise mais se base sur des tendances prospectivistes assez lourdes : d’un point de vue économique, Hong Kong est sur le déclin. Elle ne sera plus jamais ce qu’elle était et cette absence de compétitivité ajoutée à la défiance d’une partie de la population dont la culture n’a pas grand chose à voir avec la culture chinoise encouragent certains à Beijing à dire : « laissons-les avec leur village appauvri et dévasté, dans peu de temps, ils vont venir quémander des aides ». Les militaires chinois voient les choses différemment : ils ne veulent pas d’un second Taïwan qui servirait à la fois de prétexte et de tête de pont aux Armées et marines US en plein territoire chinois. D’un autre côté, il faut éviter à tout prix de tomber dans le piège d’un second Tian-An-Men à l’ère de la désinformation numériques et des révolutions colorées 3.0.

La Chine devra tôt ou tard décider de « se mouiller ». Son pragmatisme commercial l’a tenu à l’écart des conflits en cours du Grand Jeu alors qu’elle est la première puissance ciblée par Washington et ses alliés, lesquels n’hésitent pas à la qualifier de puissance révisionniste et d’ennemi à abattre.

Les dirigeants chinois sont-ils prêts à un changement de paradigme philosophique ?

Publicités

5 commentaires

  1. Dommage que les policiers sont de petite taille. Les personnes de petite taille devraient être dans l’armée ou dans les bureaux ou de patrouille pour aider les gens. Les policiers armés et
    anti-émeutes devraient être de >6 pieds (1m 82) minimum et caustauds de corpulence. La Chine du nord a une population de grande taille en général. Comme à l’occidend, quand les petites policières interviennent, les voyoux veulent se mésurer avec.

  2. à propos de Tien-an-men:
    article de 2009: https://www.voltairenet.org/article160446.html

    Il y a 20 ans, Zhao Ziyang tentait de prendre le pouvoir en Chine avec l’appui de la CIA. Ce qui devait être la première « révolution colorée » de l’Histoire échoua. Dans une présentation totalement tronquée, la propagande atlantiste a imposé l’image d’un soulèvement populaire écrasé dans le sang par la cruelle dictature communiste. La presse occidentale en célèbre aujourd’hui l’anniversaire en grande pompe pour mieux dénigrer la Chine populaire, devenue seconde puissance économique du monde. Domenico Losurdo revient sur cette grande manipulation.

  3. ( La Chine devra tôt ou tard décider de “se mouiller” )
    et faute d’avoir eu le courage de le faire avant et a l’étranger elle le fera chez sur son territoire !

      1. La Chine ne peut pas abandonner Hong Kong en cédant une parcelle de son territoire aux yankees qui se ferait un mal plaisir d’installer des missiles nucléaires sur le seuil de la porte de la Chine.
        La Chine décidera peut être d’usées de l’application sur les accords pris concernant sa politique tacite du non-engagement en faisant regretter le contenu de cette accord par ceux qui l’ont imposées c’est à dire la Grande-Bretagne.
        La Chine laissera la situation à Hong Kong pourrire jusqu’à à atteindre un niveau de déliquescence intenable sur la plus grosse partie de la population qui ne participe pas aux complot d’officines étrangères.
        Afin de créer une contre révolution à la révolution engendrés et appliquées par des infiltrés aux ordres des commanditaires étrangers.
        Inéluctablement l’asphyxie de cet région semi autonome mais complètement dépendante de la Chine sera garantie.
        La Chine à son tour menacera quiconque voulant intervenir pour desserrer l’étau car contraire à l’accord.
        Si l’accord est bafoués il deviendrait caduc.
        Ce qui donnerait un prétexte à la Chine pour rompre l’accord pour non respect soit par les US où a grande Bretagne.
        Et de se faite la chine pourra décider cette fois ci compte tenu de la situation inattendue mais prévisible de s’imposer pour dégradation généralisée du respect au droit international régi dans l’accord.
        Ce qui lui donnerait de manière prééminent géopolitiquement parlant l’ascendance à régler le désordre .
        Et exigé de modifier les textes de l’accord pour éviter à l’avenir se genre d’incidence qui a pris en otages toute une population par une bande de rebelles aguerris aux désordres sans foi et ni loi.
        La balle sera dans le camp de la grande Bretagne sans marge de manoeuvre.
        Sauf le chantage des US sur les accords commerciaux qui n’ont logiquement aucun lien avec les troubles qui ont lieux à Hong Kong .
        Deux problèmes distinc que les US veulent lié et conditionné à toutes solutions sur un accord commercial entre les deux puissances.
        Les anglais serait redevable à leur allié yankees pour coincé la Chine.
        Mais la Chine a des cartes en mains avec ces alliés pour faire plié les deux belligérants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.