On September 4, 1886, Apache chief Geronimo surrenders to U.S. federal government military forces.

For 30 years, the mighty Native American warrior had battled to the bitter end protect his homeland.

By 1886 the Apaches were exhausted and outnumbered by United States Federal troops.

U.S. General Nelson Miles accepted Geronimo’s surrender, making him the last native Indian warrior to formally give in to U.S. forces and signaling the end of the Indian Wars in the Southwest.

Geronimo was born in 1829 and grew up in what is present-day Arizona and Mexico. His tribe, the Chiricahua Apaches, clashed with non-Native settlers trying to illegally take their land.

In 1858, Geronimo’s family was murdered by Mexicans bandits. Seeking revenge, he later led raids against Mexican and American settlers.

In 1874, the U.S. government moved Geronimo and his people from their land to a reservation in east-central Arizona but the conditions on the reservation were so restrictive and harsh that Geronimo and some of his followers escaped. Over the next decade, they battled federal troops and launched several raids on white settlements. During this time, Geronimo and his supporters were forced back onto the reservation several times.

In May 1885, Geronimo and approximately 150 followers fled one last time. They were pursued into Mexico by an entire U.S. Army Division (5,000 troops).

In March 1886, General George Crook (1829–90) forced Geronimo to surrender but Geronimo quickly escaped and continued his military operations not without success. General Nelson Miles (1839–1925) then took over the pursuit of Geronimo, eventually forcing him to surrender September 4 near Fort Bowie along the Arizona-New Mexico border.

Geronimo and a group of Apaches were sent to Florida and then Alabama, eventually ending up at the Comanche and Kiowa reservation near Fort Sill, Oklahoma Territory. There, Geronimo became a successful farmer and converted to Christianity. He participated in President Theodore Roosevelt’s inaugural parade in 1905. The Apache chief dictated his autobiography, published in 1906 as Geronimo’s Story of His Life.

He died at Fort Sill on February 17, 1909.

Publicités

8 commentaires

  1. Bonjour
    Bonne convalescence Strategika51
    Merci pour la traduction Rocbalie

  2. la santé est ce que l’on a de plus précieux !
    les hôpitaux vous gavent de médicaments et produits chimique pensez a vous nettoyer le corps avec des fruits et légumes crue !

    1. Author

      Hélas, pleins de butoxyl de Pipéronyl et de Tétramétrine et d’autres substances au nom bien barbare…

  3. tradudtion :
    Le 4 septembre 1886 : Geronimo a mis fin à 30 ans de guerre contre le gouvernement fédéral américain et le gouvernement mexicain

    Le 4 septembre 1886, le chef Apache Geronimo se rend aux forces militaires fédérales américaines.

    Pendant 30 ans, le puissant guerrier amérindien s’était battu jusqu’au bout pour protéger sa patrie.

    En 1886, les Apaches étaient épuisés et dépassés en nombre par les troupes fédérales américaines.

    Le général américain Nelson Miles accepta la reddition de Geronimo, faisant de lui le dernier guerrier indien à céder officiellement aux forces américaines et marquant la fin des guerres indiennes dans le sud-ouest.

    Geronimo est né en 1829 et a grandi dans ce qui est aujourd’hui l’Arizona et le Mexique. Sa tribu, les Apaches Chiricahua, s’est heurtée à des colons non autochtones qui tentaient de prendre illégalement leurs terres.

    En 1858, la famille de Geronimo fut assassinée par des bandits mexicains. Cherchant à se venger, il a ensuite mené des raids contre des colons mexicains et américains.

    En 1874, le gouvernement américain a déplacé Geronimo et son peuple de leurs terres vers une réserve dans le centre-est de l’Arizona, mais les conditions dans la réserve étaient si restrictives et dures que Geronimo et certains de ses disciples se sont échappés. Au cours de la décennie suivante, ils combattirent les troupes fédérales et lancèrent plusieurs raids sur les colonies blanches. Pendant ce temps, Geronimo et ses partisans ont été forcés de retourner plusieurs fois dans la réserve.

    En mai 1885, Géronimo et environ 150 de ses disciples s’enfuirent une dernière fois. Ils ont été poursuivis au Mexique par une division entière de l’armée américaine (5 000 hommes).

    En mars 1886, le général George Crook (1829-1890) contraint Geronimo à se rendre, mais Geronimo s’échappe rapidement et poursuit ses opérations militaires non sans succès. Le général Nelson Miles (1839-1925) a ensuite pris la poursuite de Geronimo, le forçant finalement à se rendre le 4 septembre près de Fort Bowie le long de la frontière entre l’Arizona et le Nouveau-Mexique.

    Geronimo et un groupe d’Apaches furent envoyés en Floride, puis en Alabama, pour finir dans la réserve des Comanches et de Kiowa près de Fort Sill, dans le territoire de l’Oklahoma. Là, Geronimo est devenu un fermier prospère et s’est converti au christianisme. Il a participé au défilé inaugural du président Theodore Roosevelt en 1905. Le chef des Apaches dicta son autobiographie, publiée en 1906 sous le titre Geronimo’s Story of His Life.

    Il mourut à Fort Sill le 17 février 1909.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    1. Author

      Merci pour cette traduction Roc ! Je viens juste de sortir de l’hôpital et je suis heureux de vous retrouver tous !

        1. Author

          Merci mais mon état n’est pour le moment pas très inquiétant. C’est celui d’un proche qui m’a le plus mobilisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.