Just one week ago (August 26th) we considered Israel’s bombing raid in Damascus, where conflicting reports suggested that the IAF targeted either Aqraba in southern Damascus, or Dama, about thirty miles further south.  This author speculated that Israel likely struck a Syrian Arab Army supply route near Khan Sheikhoun, but that conclusion proved to be wrong. Truth is apparently stranger than fiction, especially as presented to us by the IDF and Israeli press, since new verifiable details have emerged about the air strikes, contradicting the Israeli narrative.

According to verifiable sources, on August 24th, Hezbollah fighters launched a drone of unknown capability into Israeli air space from the Golan, where Israel claimed to intercept and down the drone.*  Israel then launched its own drone to track back the Hezbollah fighters to their base, and then bombed their villa in Arqaba – that strike resulted in two Hezbollah deaths as confirmed by Al Manar and Hezbollah.

If Israel only used the Araqba attack as a tit-for-tat reprisal, then prima facie that August 24th attack would appear as just another day of chaos in Syria. However, and perhaps because he is seeking election, Netanyahu ordered a drone strike on southern Beirut (predominantly Hezbollah) the following day, where one Israeli drone was shot down but the other did damage. **

Netanyahu may have anticipated some acceptance of the drone strike on southern Beirut from Lebanon’s pro-Western government, but instead Hariri surprisingly backed calls for Lebanese action to retaliate versus Israeli aggression. Hezbollah obliged on August 26th, with a strike on an Israeli armored car in the northern Israeli outpost of Avivim, formerly part of Lebanon. The Israeli authorities said the armored car was remotely controlled and populated by mannequins.

Now fiction becomes stranger than fact, with major media outlets claiming that Hezbollah’s ATGM strike in Avivim was a staged event setup by Israel; the idea was to allow Hezbollah to claim retaliation with no Israeli damage or casualties. Then in a variation of tweedledee and tweedledum, cabinet minister Yoav Gallant stated that no casualties were incurred in the Hezbollah attack – when he could not have known at the time–thus forcing Netanyahu to warn his ministers to publicly keep quiet!

Like an Arnon Milchan Hollywood script, Israel said it staged a helicopter evacuation of the wounded – crisis actors in the very best Alex Jones tradition with TV cameras immediately at the scene – while mannequins were used to lure Hezbollah into the Avivim attack, just like in the movie « Buddy Goes West » where cardboard Apaches fool a US cavalry troop into retreat.

At best, such deception assumes Israel had intelligence that Hezbollah would carry out its attack on Avivim. (However Israel’s pointless fire bomb strikes in the KfarShuba Hills show that Israel believed the attack would come from there.) At worst, Netanyahu’s scenario simply plays out like a very bad Woody Allen comedy sketch.

Netanyahu’s fanciful and amusing antics regarding Avivim may placate some Israeli’s in their fantasy world, but Hezbollah responded by taunting and mocking Israel, claiming that « scared Israeli troops appear on Lebanon’s border two days after Hezbollah attack: mannequins returned to stores »!

Whether an Israeli troop was killed or injured in the Aviviim attack is entirely irrelevant and unconcerning.  What matters is that Israel faces a formidable foe on its northern border, and will not be permitted or allowed to occupy – or for that matter threaten – Southern Lebanon again, as Israel did from 1982 – 2000. 

In unison, the world states: « Never again! »

*Western media reports about the August 24th drone from the Golan are wholly unreliable.

**The Israeli drone shot down in Beirut may have been an Elbit Hermes UAV 450,

known for its unreliability, expendability, and to be an easy target. The Russian Air Force shot down a number of Israeli Elbit 450 drones during the Georgia-Abkhazia war, when Saakashvili attempted to invade and occupy South Ossetia and Abkhazia.   

Steve Brown

September 4, 2019

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

4 commentaires

    1. traduction du commentaire de la vidéo :
      vidéo Le moment où Netanyahu s’est échappé du hall où il s’adressait à un rassemblement dans la colonie d’Ashdod après qu’une roquette ait été tirée par la résistance à Gaza

  1. Jeux de guerre d’Israël- Par Steve Brown

    Il y a tout juste une semaine (26 août), nous avons examiné le raid de bombardement israélien à Damas, où des rapports contradictoires suggéraient que l’IAF visait soit Aqraba dans le sud de Damas, soit Dama, environ trente milles plus au sud. Cet auteur a émis l’hypothèse qu’Israël avait probablement heurté une route de ravitaillement de l’armée arabe syrienne près de Khan Sheikhoun, mais cette conclusion s’est avérée fausse. La vérité est apparemment plus étrange que la fiction, surtout telle qu’elle nous a été présentée par les FDI et la presse israélienne, puisque de nouveaux détails vérifiables concernant les frappes aériennes sont apparus, contredisant le récit israélien.

    Selon des sources vérifiables, le 24 août, des combattants du Hezbollah ont lancé un drone de capacité inconnue dans l’espace aérien israélien à partir du Golan, où Israël a prétendu intercepter et descendre le drone.* Israël a ensuite lancé son propre drone pour suivre les combattants du Hezbollah à leur base, puis bombardé leur villa à Arqaba – cette attaque a fait deux morts parmi les Hezbollahs, comme l’ont confirmé Al Manar et Hezbollah.

    Si Israël n’a utilisé l’attaque de l’Araqba qu’en représailles, alors, prima facie, l’attaque du 24 août apparaîtrait comme un autre jour de chaos en Syrie. Cependant, et peut-être parce qu’il cherche à se faire élire, Netanyahou a ordonné le lendemain une attaque de drone sur le sud de Beyrouth (principalement le Hezbollah), où un drone israélien a été abattu et l’autre a fait des dégâts. **

    Netanyahou avait peut-être prévu que le gouvernement libanais pro-occidental accepterait l’attaque du drone contre le sud de Beyrouth, mais au lieu de cela, Hariri a étonnamment soutenu les appels à une action libanaise de représailles contre l’agression israélienne. Le Hezbollah s’est engagé le 26 août, en frappant un véhicule blindé israélien dans l’avant-poste nord israélien d’Avivim, qui faisait autrefois partie du Liban. Les autorités israéliennes ont déclaré que le véhicule blindé était télécommandé et peuplé de mannequins.

    Aujourd’hui, la fiction devient plus étrange que le fait, les principaux médias affirmant que la grève ATGM du Hezbollah à Avivim était un événement organisé par Israël ; l’idée était de permettre au Hezbollah de réclamer des représailles sans dommages ou pertes israéliens. Puis, dans une variante du tweedledee et du tweedledum, le ministre Yoav Gallant a déclaré qu’aucune perte n’avait été subie lors de l’attaque du Hezbollah – alors qu’il ne pouvait pas savoir à l’époque – obligeant ainsi Netanyahou à avertir publiquement ses ministres de ne rien dire !

    Comme un scénario d’Arnon Milchan Hollywood, Israël a dit qu’il a mis en scène une évacuation par hélicoptère des blessés – des acteurs de crise dans la meilleure tradition d’Alex Jones avec des caméras de télévision immédiatement sur les lieux – tandis que des mannequins étaient utilisés pour attirer le Hezbollah dans l’attaque Avivim, tout comme dans le film « Buddy Goes West » où des Apaches en carton duper une cavalerie américaine de troupes en retrait.

    Dans le meilleur des cas, une telle tromperie suppose qu’Israël disposait d’informations selon lesquelles le Hezbollah mènerait son attaque contre Avivim. (Cependant, les bombardements inutiles d’Israël dans les collines de Kfar-Shuba montrent qu’Israël croyait que l’attaque viendrait de là.) Au pire, le scénario de Netanyahu se déroule comme une très mauvaise comédie de Woody Allen.

    Les bouffonneries fantaisistes et amusantes de Netanyahou concernant Avivim peuvent apaiser certains Israéliens dans leur monde imaginaire, mais le Hezbollah a répondu en se moquant d’Israël, affirmant que  » des troupes israéliennes effrayées apparaissent à la frontière du Liban deux jours après l’attaque du Hezbollah : les mannequins sont revenus aux magasins  » !

    Qu’une troupe israélienne ait été tuée ou blessée lors de l’attaque d’Aviviim n’a rien à voir et n’est pas du tout préoccupante. Ce qui importe, c’est qu’Israël fait face à un ennemi redoutable à sa frontière nord et qu’il ne sera pas autorisé ou autorisé à occuper – ou même à menacer – à nouveau le Sud-Liban, comme Israël l’a fait de 1982 à 2000.

    À l’unisson, le monde déclare : « Plus jamais ça ! »

    *Les reportages des médias occidentaux sur le drone du 24 août en provenance du Golan ne sont pas du tout fiables.

    **Le drone israélien abattu à Beyrouth était peut-être un Elbit Hermes UAV 450,

    connu pour son manque de fiabilité, son caractère non indispensable, et pour être une cible facile. L’armée de l’air russe a abattu un certain nombre de drones israéliens Elbit 450 pendant la guerre Géorgie-Abkhazie, lorsque Saakachvili a tenté d’envahir et d’occuper l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie.

    Steve Brown

    Le 4 septembre 2019

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.