Pipeline wars are often overlooked in the scheme of things, where pipelines represent competing national interests of a purely economic sort, beyond the usual political rhetoric surrounding ideology and demagoguery.

Because a gas pipeline transports natural gas and not political ideology or dogma, the discussion about policy as driven by pipeline construction is generally considered unexciting by pundits.But maps of existing and proposed oil and gas pipelines may provide insight into geopolitical alliances and divisions, and a pipeline route may expose some underlying consideration for mysterious international events, which can only make sense when viewed from an economic point of view.   

Iran-Iraq-Syria (Friendship) Pipeline

In July of 2011, the Iran, Iraq, Syria (or Friendship Pipeline) pipeline agreement was signed, just subsequent to US State authorizing the CIA’sTimber Sycamore ‘dirty tricks’ operation, iethe US-Israeli inspiredattempt to destabilize and destroy Syria.





Construction of the Iran-Iraq-Syria pipeline was abandoned when the Obama regime forced new sanctions on Iran in 2010, at the behest of Israel, causing the Swiss engineering concern key to its construction, to scupper the project. Also shown aboveis the south Pars field pipeline from Qatar, a pipeline to compete with the Friendship Pipeline, which caused friction between Qatar and Iran for many years.

Theproposed Qatar-Syria-Turkey pipeline was abandoned when Turkey sought to destabilize and remove the legitimate Syrian government from power, and failed. Erdogan wanted to remove the Syrian leadership, just as the United States and Israel hoped, when Syria favored the Iran-Iraq pipeline over the Qatari plan, which cut Turkey out of the pipeline route. A brief analysis of the Turk opinion appears in the 2012 ANSA article, Syria: newmarkets for Qatari gas without Al Assad .

The failed Turkish pipeline ambition here goes some way to explain Turkey’s aggression in northwest Syria (where the PKK are few) and exposes the hypocritical position of Turkey’s desire to eject refugees from Syria when Turkey is (in part) to blame for the crisis there.

TurkStream Pipeline

The TurkStream pipeline is a partnership between Turkey and Russia to supply natural gas to Turkey and Europe. The pipeline is opposed by some EU states via so-called anti-monopoly rules, where a supplier of gas cannot own the means of delivery. (Interestingly, that should render all US-sponsored LNG illegal in Europe, but the“logic” of EU double standards will not be addressed here.)

The TurkStream project provides Turkey with some important energy leverage when Turkey has no domestic oil or gas production, and must rely on Iraq and Libya for cheap oil, and is also supplied by the Russian Federation.  

Nord Stream 2 Pipeline

Russia’s Nord Stream 2 pipeline from Russia to Germany is nearly complete, however the Denmark transit permit process has yet to be approved. The United States is pressing Denmark to deny the permit, and otherwise threatening US financial sanctions and penalties vs Denmark, should Denmark approve it.

Richard Grenell, Fox News contributor and US ambassador to Germany, has threatened German companieswith US sanctions when Nord Stream 2 goes online. (Grenell’s first official act as US ambassador to Germany was to threaten that, “German companies doing business in Iran should wind down operations immediately.”)

The US argument goes that European reliance on Nord Stream 2 threatens European autonomy in energy supply, thus endangering European security. But no mention is made of reliance on the US as a primary supplier of liquified natural gas, its greater expense, and requirements for more complicated and expensive LNG infrastructure.

Iran-Pakistan Pipeline

Further fall-out from US sanctions on Iran has impacted Pakistan’s contract to co-construct the Iran-Pakistan gas pipeline. A cessation of the project may result in significant financial loss for Pakistan, where the impact of secondary US sanctions on Pakistan (for partnering with Iran on the project) is still being assessed.

While it may seem quite logical for Pakistan to receive natural gas from Iran, the United States has been supplying liquified natural gas to Pakistan, with US LNG accounting for 40% of Pakistan’s electrical power generation. For the US to lose the Pakistan gas market to Iran now, would be a blow to US LNG suppliers.

East-Med Pipeline

The East Med is a consortium of producers, consisting of Israel, Cyprus, and Greece, with further connection to a proposed gas terminal in Italy, which Conte has now put the kibosh on.The US supports the East Med pipeline because the US hopes to thwart Russiangas exports to Europe, a pure US energy power play, seldom reported in the west. Turkey is in the mix too, hoping to take advantage of a large new gas find off the coast of Northern Cyprus, to which Turkey is probably not entitled by international law.

Further complicating matters is the proximity of a large natural gas field to Gaza and Palestine, which Israel has refused to help develop, and of course Israel will not provide Palestinians with any means to do so on their own. Israel has refused to pay Palestinians the market price for gas produced from the Gaza field, and of course Israel’s occupation of Palestine – and brutal ten-year siege of Gaza- poses a major challenge to that end.

Conclusion

There are many other pipeline projects and proposals afoot, and the above is only an introduction to the complex geo-politics relating to oil and gas pipelines.  As shown, the economics of energy development is a major driver behind foreign policy and strategy, and may provoke tensions that lead to war.  A failed pipeline may not have a major consequence comparable to closure of the Strait of Hormuz for example, but the posturing and positioning of energy interests certainly plays a great role in foreign affairs, and as time goes on that role seems ever more fraught with danger.

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

3 commentaires


  1. traduction :
    La guerre des pipelines revisitée par Steve Brown

    Les guerres de pipelines sont souvent négligées dans l’ordre des choses, où les pipelines représentent des intérêts nationaux concurrents d’ordre purement économique, au-delà de la rhétorique politique habituelle entourant l’idéologie et la démagogie.

    Mais les cartes des oléoducs et gazoducs existants et proposés peuvent donner un aperçu des alliances et des divisions géopolitiques, et le tracé d’un gazoduc peut révéler certaines considérations sous-jacentes à des événements internationaux mystérieux, qui ne peuvent avoir de sens que d’un point de vue économique.

    Gazoduc Iran-Iraq-Syrie (Amitié)
    En juillet 2011, l’accord d’oléoduc Iran, Irak, Syrie (ou Friendship Pipeline) a été signé, juste après que l’État américain ait autorisé l’opération de la CIA Timber Sycamore  » dirty tricks « , une tentative d’inspiration israélo-américaine pour déstabiliser et détruire la Syrie.
    *********************************
    La construction de l’oléoduc Iran-Iraq-Syrie a été abandonnée lorsque le régime Obama a imposé de nouvelles sanctions à l’Iran en 2010, à la demande d’Israël, ce qui a poussé l’entreprise suisse d’ingénierie, clé de sa construction, à saboter le projet. Le pipeline du champ de South Pars, en provenance du Qatar, un pipeline en concurrence avec le pipeline Friendship, qui a causé des frictions entre le Qatar et l’Iran pendant de nombreuses années, est également illustré ci-dessus.

    L’oléoduc Qatar-Syrie-Turquie proposé a été abandonné lorsque la Turquie a tenté de déstabiliser et de renverser le gouvernement syrien légitime du pouvoir et a échoué. Erdogan a voulu destituer les dirigeants syriens, tout comme l’espéraient les États-Unis et Israël, lorsque la Syrie a préféré l’oléoduc Iran-Irak au plan qatari, qui a coupé la Turquie du tracé du gazoduc. Une brève analyse de l’opinion turque figure dans l’article de l’ANSA de 2012, Syria : newmarkets for Qatari gas without Al Assad .

    L’échec de l’ambition de l’oléoduc turc explique en partie l’agression turque dans le nord-ouest de la Syrie (où le PKK est peu nombreux) et expose la position hypocrite du désir de la Turquie d’expulser les réfugiés de Syrie alors que la Turquie est (en partie) responsable de la crise là-bas.

    Gazoduc TurkStream
    Le gazoduc TurkStream est un partenariat entre la Turquie et la Russie pour fournir du gaz naturel à la Turquie et à l’Europe. Certains États membres de l’UE s’opposent au gazoduc par le biais de règles dites anti-monopoles, en vertu desquelles un fournisseur de gaz ne peut être propriétaire des moyens de livraison. (Il est intéressant de noter que cela devrait rendre illégal en Europe tout le GNL sponsorisé par les Etats-Unis, mais la  » logique  » des deux poids, deux mesures de l’UE ne sera pas abordée ici).
    *************************************
    Le projet TurkStream offre à la Turquie un important levier énergétique lorsque la Turquie n’a pas de production intérieure de pétrole ou de gaz et qu’elle doit compter sur l’Irak et la Libye pour obtenir du pétrole bon marché, et il est également fourni par la Fédération de Russie.

    Gazoduc Nord Stream 2
    Le gazoduc russe Nord Stream 2, qui relie la Russie à l’Allemagne, est presque terminé, mais le processus d’autorisation de transit du Danemark n’a pas encore été approuvé. Les États-Unis font pression sur le Danemark pour qu’il refuse le permis et menacent de sanctions et de pénalités financières américaines contre le Danemark, si le Danemark l’approuve.

    Richard Grenell, collaborateur de Fox News et ambassadeur des États-Unis en Allemagne, a menacé les entreprises allemandes de sanctions américaines lorsque Nord Stream 2 sera mis en ligne. (Le premier acte officiel de Grenell en tant qu’ambassadeur des États-Unis en Allemagne a été de menacer que  » les entreprises allemandes qui font des affaires en Iran devraient cesser immédiatement leurs activités « ).
    ************************************
    L’argument des États-Unis est que la dépendance de l’Europe à l’égard de Nord Stream 2 menace l’autonomie européenne en matière d’approvisionnement énergétique, mettant ainsi en danger la sécurité européenne. Mais il n’est pas fait mention de la dépendance à l’égard des États-Unis en tant que fournisseur principal de gaz naturel liquéfié, de ses coûts plus élevés et des besoins d’infrastructures de GNL plus complexes et plus coûteuses.

    Gazoduc Iran-Pakistan
    ***********************************
    D’autres retombées des sanctions américaines contre l’Iran ont eu un impact sur le contrat de co-construction du gazoduc Iran-Pakistan signé par le Pakistan. L’arrêt du projet pourrait entraîner d’importantes pertes financières pour le Pakistan, où l’impact des sanctions américaines secondaires sur le Pakistan (pour son partenariat avec l’Iran sur le projet) est encore en cours d’évaluation.

    S’il peut sembler tout à fait logique que le Pakistan reçoive du gaz naturel de l’Iran, les États-Unis fournissent du gaz naturel liquéfié au Pakistan, le GNL américain représentant 40 % de la production d’électricité du Pakistan. Si les États-Unis perdent le marché du gaz pakistanais au profit de l’Iran maintenant, ce serait un coup dur pour les fournisseurs américains de GNL.
    Gazoduc East-Med
    *********************************
    L’East Med est un consortium de producteurs, composé d’Israël, de Chypre et de la Grèce, avec une connexion supplémentaire à un projet de terminal gazier en Italie, sur lequel Conti a maintenant mis le holà. Les Etats-Unis soutiennent le pipeline East Med parce que les Etats-Unis espèrent contrecarrer les exportations russes vers l’Europe, un pur jeu énergétique américain, rarement rapporté dans l’ouest. La Turquie est également dans le coup, espérant profiter d’une nouvelle grande découverte de gaz au large de la côte nord de Chypre, à laquelle la Turquie n’a probablement pas droit en vertu du droit international.

    La proximité d’un grand gisement de gaz naturel à Gaza et en Palestine, qu’Israël a refusé d’aider à développer, complique encore les choses, et bien sûr, Israël ne donnera aucun moyen aux Palestiniens de le faire par leurs propres moyens. Israël a refusé de payer aux Palestiniens le prix du marché pour le gaz produit à partir du gisement de Gaza, et bien sûr l’occupation de la Palestine par Israël – et le siège brutal de Gaza depuis dix ans – constitue un défi majeur à cette fin.

    Conclusion
    De nombreux autres projets et propositions d’oléoducs et de gazoducs sont à l’étude, et ce qui précède n’est qu’une introduction à la géopolitique complexe liée aux oléoducs et aux gazoducs. Comme on l’a vu, l’économie du développement énergétique est l’un des principaux moteurs de la politique et de la stratégie étrangères et peut provoquer des tensions qui conduisent à la guerre. Un pipeline en panne peut ne pas avoir une conséquence majeure comparable à la fermeture du détroit d’Ormuz par exemple, mais la position et le positionnement des intérêts énergétiques jouent certainement un grand rôle dans les affaires étrangères, et plus le temps passe, ce rôle semble de plus en plus chargé de dangers.

    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.