En Algérie, une bande a chassé la moitié d’une bande au pouvoir et est en train de faire main basse sur le pays. La nouvelle bande mafieuse n’a rien à envier à l’ancienne bande et le sort du plus grand pays d’Afrique de par la superficie demeure fort incertain.

Le terme de « bande criminelle » a été usitée pour la première fois en Algérie par le Chef d’état-major des Armées et vice-ministre de la défense pour désigner les oligarques et les hauts responsables civils et militaires ayant soutenu ce que ses partisans appellent l’ancien régime.

Mais il ressort que le régime Algérien n’a pas changé d’un iota et que les responsables les plus corrompus sont en train d’être nommés en dehors de tout cadre réglementaire légal.

Nous y reviendrons.

Publicités

30 commentaires

  1. Je pense que le peuple algérien a compris la manœuvre du système. La bande du chef d’état-major est pire que celle de Bouteflika.
    01 octobre 2019, Oran, Algérie

  2. Je vis en Algérie depuis ma naissance et je confirme lettre par lettre et mot par mot ce qu’affirme cet article. C’est le retour de la dictature brutale et la corruption. Ce général est un inculte qui nous mène droit au mur.

    1. Un patriote DZ….d abord je vois pas pourquoi tu précises que tu est né et vis en Algérie comme pour crédibiliser tes propos (au cas où l’on pense que tu es un faux algérien)…
      Moi aussi j y suis né et j’y vis, quel rapport avec tes arguments ?
      Une dictature où manifeste le peuple sans répression grave, une dictature qui propose des élections, ce n’est pas une dictature brutale comme tu dis. On vit librement, on circule librement, on dit ce qu’on veut librement , voilà la vérité !!
      Je me pose une question, comment se fait il que depuis février, aucun parti, aucun homme, aucune équipe n’émerge pour proposer un programme et une vision claire pour que le peuple vote, car il y a un boulevard pour être élu à la présidentielle du 12/12…..Ne me dites pas que le « pouvoir sanguinaire » l empêche, c est un faux argument encore…
      Au début du hirak, on refusait qu’un leader du mouvement existe, et ça avait un sens en effet….Mais là, plus ça va, plus je suis certain que certaines parties dans l’ombre empêche qu’un leader se présente, en faisant croire qu’une période de transition est obligatoire !
      l Algérie joue très gros en ce moment, et négocier le virage très serré démocratique n’est pas facile avec tous les vautours qui rodent autour de nos richesses et qui veulent voir notre géopolitique changée radicalement…
      je suis contre les arrestations de simples citoyens mais je suis pour empêcher de nuire les officines et collabos avec l’étranger (politiques et journalistes)…
      on voit bien chaque jour les pressions sournoises internes et externes contre la tenue d’élections, comme cette députée européennes et cette autre française de la franceinsoumise (sic) venue avec son suppléant militant actif du MAK et du RCD…le menteur hypocrite JL Melechon dira que c’est Le Drian qui est intervenu pour que les services algériens la relache…la vérité, c’est qu’on l’a foutue dans un hôtel et expulsée sans vous demander votre avis !!….de toute façon, si les services sécurité l’ont laissés rentrer avec sa « délégation » de pieds nickelés; c’était juste pour mieux l’expulser et ainsi envoyer un message clair et faire un exemple : go home yankee !
      Je suis sur le terrain, et entre les 2 sorties de crise possible, c est à dire, élection présidentielle ou transition, c est celle des élections qui est clairement majoritaire..Car il y a le hirak de la rue oui, mais aussi le hirak du reste du peuple qui est pas médiatique, mais que je vois chaque jour en voyageant dans le pays !
      Il convient donc de mettre le doigt sur cette « division » sur laquelle l’occident et ses relais locaux veulent jouer…
      Quelle est la plus sûre et plus rapide sortie de crise pour l’Algérie ? C est les élections.
      Moi aussi je suis pas près de voter pour un Tebboune ou Benflis ou un des guignols anonymes que l on voit.. .Mais je suis convaincu qu’un peuple mûr doit savoir faire respecter son vote et surveiller les urnes, l’argument de la triche ne tient pas face à une mobilisation massive.

      Ci dessous un article que j’ai lu ailleurs :
      par Djamel Labidi
      Les partisans d’une «étape de transition démocratique» avant les élections présidentielles risquent de se heurter en permanence à un écueil: celui de la démocratie. La démocratie, ce sont les élections, c’est le choix, la décision, le pouvoir du peuple qui s’exprime à travers son vote. Toute solution politique à la crise actuelle en dehors de ce cadre serait donc par définition antidémocratique. Les partisans de «l’étape de transition» sentent bien l’écueil et tentent de le contourner en se référant à un choix qu’aurait déjà exprimé le peuple ou au pouvoir discrétionnaire d’une révolution. Concernant le choix du peuple, on vient de voir que, par définition, seul un scrutin démocratique peut permettre de le connaître et autoriser à parler au nom du peuple. Toute autre démarche relève de l’abus de confiance ou de pouvoir.

      Pour ce qui est de l’argument que nous sommes en révolution, seul l’avenir permettra de le savoir. C’est donc un point de vue qui reste théorique. Et de toute façon, il ne résout pas la question des voies et moyens de cette «révolution», à moins de décider qu’une révolution est par définition «antidémocratique». D’autre part, des formes d’action pacifiques ne sont pas en elles-mêmes la garantie d’objectifs démocratiques.

      Pourquoi la période de transition ?

      Les transformations démocratiques qu’a connues le monde depuis les années 80, notamment dans les pays d’Europe de l’Est, n’ont nulle part été obtenues du fait d’étapes de transition. Bien au contraire, partout les forces démocratiques y ont demandé la fin du système du parti unique et le passage immédiat à des élections démocratiques pluralistes législatives ou présidentielles, ce qui s’est fait quasi simultanément. Ce fut le cas aussi en Algérie en Octobre 88. En France, dernièrement, le mouvement des «Gilets jaunes» a été crédité, un moment, par les sondages d’un soutien de la grande majorité de la société. Sa principale demande a été alors la tenue immédiate d’élections législatives, et même présidentielles, pour une solution à la crise politique, outre le recours à d’autres moyens démocratiques, referendum d’initiative citoyenne, etc. Ainsi partout, c’est le scrutin libre des citoyens qui est au cœur des transformations démocratiques durables. Par contre, partout, et toujours, ce sont les pouvoirs en place qui réclament une période de transition. Cela a été le cas dans les pays d’Europe de l’Est, par exemple en Pologne, avant que cette tentative n’échoue vite.

      Chez nous aussi d’ailleurs c’est le pouvoir précédent qui avait proposé une période de transition qui a été refusée par l’opinion. On se souvient d’ailleurs du slogan à ce moment du Hirak concernant les élections:.» pas de prolongation (du mandat présidentiel), pas de report (des élections)». Quelle serait donc, alors, la fonction de l’étape de transition, quelle serait son utilité pour la démocratie. En réalité, ses partisans n’en disent pas grand-chose, à part ce qui semble être à leurs yeux essentiel: le transfert du pouvoir décisionnel des instances exécutives provisoires actuelles ( la présidence d’État et le Gouvernement Bedoui) à de nouvelles instances exécutives provisoires désignées «par consensus». Au cas où cela serait faisable, on serait donc dans le cas d’un transfert de pouvoir, en dehors de tout scrutin, c’est-à-dire en dehors du cadre démocratique. C’est un problème sérieux de démocratie que ne peuvent éluder les partisans de la «transition démocratique». Les arguments donnés sont de mettre fin «aux symboles du pouvoir précédent» et de préparer des élections honnêtes et crédibles. Tout se passe comme si on disait que toute personne ou équipe qui remplacerait celles actuelles seraient par définition meilleures qu’elles. Qui le garantit ? Logiquement, rien. Dans un tel contexte, il ne faut pas alors s’étonner que certains en viennent à donner en exemple ce qui se passe au Soudan.

      Le Soudan

      Et pourtant, là, au Soudan, nous avons une armée qui n’a même pas envisagé d’élections et qui conserve directement le pouvoir pendant une période de transition d’au moins deux ans, et ici, en Algérie, nous avons une armée qui demande la tenue immédiate d’élections présidentielles et qui informe officiellement qu’elle n’a pas d’ambitions politiques.

      Aussi, plutôt que de sautiller les pieds joints sur place, en criant «pouvoir civil, et non militaire», ce qui n’aurait pas alors d’objet, ne serait-il pas plus constructif d’évaluer à sa juste mesure la position républicaine de l’ANP, non pas comme n’étant que la sienne, mais comme étant celle de tous, comme un acquis commun de toute la société, comme un acquis des luttes populaires pour la démocratie, comme un résultat de notre histoire depuis la guerre d’indépendance jusqu’à nos jours, de nos douleurs, de nos épreuves, de nos erreurs, des leçons que nous avons tirées.

      L’accord qui vient d’être conclu au Soudan prévoit un Conseil souverain détenant le pouvoir pendant plus de trois ans, composé pour moitié de militaires et de civils et le monopole de l’Armée sur les ministères de l’Intérieur et de la Défense. Un tel accord serait impensable en Algérie. Il faut souhaiter bonne chance au peuple frère soudanais qui a ses propres réalités, sa propre histoire et qui a, souhaitons-le, progressé dans la solution de la crise en préservant l’essentiel, la paix civile.

      Mais cet accord illustre bien que l’étape de transition a pour fonction d’assurer une forme de continuité au pouvoir en place. Il ne faut pas exclure qu’elle puisse aussi servir à des forces politiques à exploiter la pression populaire pour atteindre leurs propres fins politiques ou sociales. Aussi donc, rien ne remplace le suffrage démocratique universel et direct. Le peuple a intérêt à la démocratie pour la raison bien simple qu’il est l’immense majorité. Vouloir lui indiquer, lui préparer les conditions de la démocratie a des relents de paternalisme. Le transfert, sous quelque prétexte que ce soit, à des élites autoproclamées du principal pouvoir du peuple, celui de désigner lui-même ses dirigeants, n’a jamais rien donné de bon. La meilleure garantie, la seule en vérité à la démocratie, c’est ce moment où le peuple vote, se prononce, choisit. Le peuple existe en réalité, au sens politique du terme, à ce moment-là, ce moment où il est incontournable, souverain.

  3. tout compte fait , il vaut mieux déchirer sa carte d’électeurs que de voter pour un gang armé de blindés. RaBhi a tout à fait raison de préconiser cette forme qui a fait ses preuves aux usa.

    1. Allez y , déchirées vôtre carte d’électeur.
      De toutes les manières le nouveau président le 12 décembre sera élu au 1er où au deuxième tours par un suffrages.
      Le corps électoral appeler à ce scrutin répondront en désignant leur candidat librement.
      Seul les absents ont toujours tort.
      Et vous serez pleins de regrets de ne pas avoir utilisé se pouvoir de vote en glissant un bulletin en faveur de celui incarnera le plus vôtre vision de l’avenir.

      1. Ceux qui iront voter, voteront, sans la savoir, pour une dictature pire que celle de Bouteflika. Ils voteront pour la destruction de l’Algérie.

  4. La date officielle des prochaines élections présidentielles en Algérie vient d’être annoncée.
    Ce sera le 12 décembre 2019.
    INCHA-ALLAH.

      1. Ah bon !!!!
        Un nom s’il vous plaît. ?

  5. Après les prêches du vendredi des imams commissaires politiques d’un régime mafieux,voici venu le temps des
    homélies « ex-caserna » du lundi assurées par un bedonnant anonant …(et un replay le mardi)

    Aller aux élections ?Pourquoi faire?Avec qui?

    -younes ,le palefrenier du caid et chiatte du nabot ,qui comparait le voleur boutefliga à Ghandi,Mao,etc …
    – Le faussaire bedoui ,protégé de la pute à nasser boutefliga. Incapable de mettre de l’ordre même dans les
    plages squattées par une sous-issaba de leur création!S’est fait hué même en terre sainte…
    -Le terne bensalah ,valet de pied de said ,inchouffable qui a fait du 5° mandat le 6° pilier de l’islam

    Autant déchirer publiquement le vendredi ,à la manière des conscrits américains brûlant leur livret militaire pour
    refuser la guerre contre le Vietnam ,nos cartes d’électeurs .Cette action précipitera le départ des résidus mafieux au
    pouvoir.
    Le jour où les protégés du caid (saidani,tliba,zouk…) seraient inquiétés pour leurs méfaits ,nous aviserons.Car
    pour l’heure , tous ces mandats de dépôt ressemblent à une guerre entre clans mafieux (les bonano contre les
    frères genna).

    PS:psychanalyse des logorhées de gaid.Longtemps tenu en laisse par les nezzar,lamari et les boteflika , gaid
    retrouve les joies de la parole qui libère;et il en use sans modération .Cela s’apparente à une liquidation tardive de l’Oedipe.
    2°PS:En qualifiant le hirak de chirdima ,le caid sait-il seulement qu’il utilise le même terme employé jadis par le
    pharaon d’Egypte qui finit…noyé!

    1. À Rahbi
      Arrête de fumer de la moquette ça fait des ravages au cerveau.
      Ce n’est pas les injurieux les colérique ceux qui hurlent les plus forts qui ont raisons.
      C’est connu.
      Alors s’il te plaît dis toi qu’en face de toi tu n’a pas que des incultes.
      Où des moutons. ….

  6. Stratégika51 vous me décevez énormément par cet amateurisme.
    Personne ne peut contrôler des millions d’algeriens dispatcher à travers ce grand pays pour lui dire ,  » au peuple tenez vous près nous allons renverser les Boutiflica et mettre en prison des ministres des hommes d’affaires des civils  » et vous n’accepterez pas cet état de fait vous continurez à manifester et exigerez que l’avenir du pays soit pris par un pouvoir civil , qui n’existe pas d’ailleurs car il n’a aucun leader aucun représentant officiel qui décidera de parler au nom du peuple. »
    Tout ce en quoi nous assistons aujourd’hui n’était pas prévu.
    Le chef d’état major Gaïd Salah à appris qu’il allait être démissionné , il a donc tout simplement devancer Saïd Bouteflica et ces acolytes.
    L’armée à pris le pouvoir.
    Toute les armées du monde savent pertinemment qu’il est préférable d’avoir le peuple de son côté que contre elle.
    Pourquoi irait elle se faire un hara kiri.
    L’armée algérienne avait les plus gros budgets ministériel annuel.
    Elle s’autogerait seul et avait des privilèges qu’aucun autre ministère ne pouvait avoir.
    Elle était infiltrés par le DRS et d’autres services d’ombres.
    Si un coup d’état avait était préparer il aurait été mis en échec par les services infiltrés et les protagonistes auraient étés jeter dans des oubliettes .
    Il a été clairement décider avec précipitation et spontanéité de passer à l’acte d’arrêter les décideurs de l’ancien système notamment les Boutiflica.
    Ce qui a permis de surprendre tout le monde et de faire comprendre que dorénavant le pouvoir à changer de main et que celles et ceux qui s’y opposeraient apprendront à leurs dépend ce qu’ils leurs en coûtera.
    L’armée s’est naturellement rangées du côté du peuple algérien .
    La noble mission qu’elle a toujours eu , celle de protéger la souveraineté la sécurité de l’Algérie et de son peuple.
    Mais s’était sans compter quand un pays se trouve dans un vide de gouvernance .
    Beaucoup vont comprendre que si ils arrivent à se mettre la force du peuple de leurs côté ils auront une très grande chance de s’accaparé le pouvoir politique comme en 62 avec les membres du FLN qui était infiltrés par la France lors des négociations avec le départ de la France par sa capitulation face à la détermination des indépendantistes algériens.
    Aujourd’hui beaucoup se disent qu’ils faut manipuler le peuple algérien pour le conduire à la confrontation avec l’armée.
    Et dans le K.O ils augmenteront leurs chances de prendre le pouvoir en Algérie.
    Lorsqu’il faudra négociés un cesser des hostilités pour passer à la table des discussions afin de déterminer le partage du nouveau pouvoirs.
    L’armée à compris que les charognards gravitent comme des sangsues autour de la forteresse Algérie.
    Et ils poussene l’armée à une confrontation avec celles et ceux avec qui elle s’est réellement et sincèrement rangées.
    Elle se trouve face à un gros dilemme s’agissant de son peuple pour qui elle n’a de cesse jamais cesser d’exister et évoluer dans sa modernisation et détermination de la protéger.
    Alors strategika apprenez à connaître le peuple algérien ensuite vous aurez tous les éléments pour rédiger vôtre article.
    Attendez de voir ce qui se passera dans les semaines et mois qui arrivent.
    Pour ma part en espérant vivement me tromper .
    je crois que les éléments infiltrés au sein des manifestants aux services d’officines étrangères vont réussir à mettre le K.O en Algérie.
    Et nous aurons des exode monstre vers l’Europe.
    La porte d’entrée qu’est l’Algérie face à l’Europe aura sauté.
    je suis hélas pessimiste pour l’avenir de l’Algérie de l’Afrique du Nord et de l’Europe.

    1. tu as raison sur une partie de ton analyse, mais je suis sur place en Algérie, et j y voyage bcp, je parle avec bcp de gens différents….je peux te dire que la très grande majorité est prête a voter…les manifs se concentrent surtout à Alger et plus dans tout le pays….Coté sécurité, le maillage est intense et discret…sans que l on ressente une pression dans notre liberté de mouvement….je comprend ton pessimisme, mais le risque pour l’Algérie est surtout d ordre économique si on se bouge pas en urgence…et le fait d’être dans une crise politique qui perdure…Il faut absolument un président et un gouvernement soutenu par une majorité du peuple, et c est ce qui va se passer inchAllah !

      je te reproduis un commentaire lu ailleurs : «  »Il faut que le peuple aille voter pour élire un nouveau président.
      Que ceux qui descendent dans les rues montrent qu’ils sont aussi capable de surveiller les élections. Que ceux qui sont capables de prendre le destin de l’Algérie en main, qu’ils avancent et nous présentent leur programme.
      Il y en assez des manifestations, que des manifestations et des critiques pour un résultat stérile. » »

      1. Merci Chaoui40 pour tes informations venant du terrain.
        Fondu dans la masse tu dois voir entendre et sentir le degré de la fièvre mieux que certains pronostiqueurs.
        J’entends dire par ci par la que ce sont principalement des kabyles sous l’influence du MAK et de pseudo parti politiques RCD FFS qui sont dans la rue pour faire échec à l’armée pour des objectifs pllitico politiciennes. ………

    2. Author

      J’ai des éléments sérieux sur le sujet. Ils sont fort négatifs.
      Pour faire simple, la bande à Haji est en train de revenir. Ils prennent leur revanche sur les oligarques des 20 dernières années. C’est la matrice de la corruption.

      1. @ strategika51
        pourrais tu me préciser SVP qui est la bande de Haji ?
        Car la matrice de la corruption n’est pas algérien.
        La matrice de la corruption est étrangère à l’Algérie.
        Elle utilisent les corrompus algériens qui n’ont cessé d’augmenter pour lui permeperm d’atteindre ces objectifs qui est la mainmise total sur l’Algérie.

        1. Author

          Ça viendra. Il y a un flou savamment entretenu autour d’une crise somme toute classique. Avant la montée des oligarques des vingt dernières années (les Haddad and co.) Il y avait d’autres oligarques plus discrets exploités par le haut commandement de l’Armée durant les années 90. Une bande organisée autour de Messaoud Haji, agissant pour le compte du général-major Lamari et qui avait comme clients Mokdad Sifi (ex-premier ministre), Benflis (ex-premier ministre et candidat probable du système), Zegmati (actuel ministre de la justice), Chorfi et un nombre impressionnant d’autres.

          Hagi, un natif de Tebessa est tombé en disgrâce après le décès de l’ancien chef d’état-major de l’ANP et son refus de rallier Said Bouteflika le frère de l’ex-président débarqué en faveur du candidat Benflis. Ils furent balayés entre 2005 et 2007 (peines de prison).

          Pour nos lecteurs vivant en Algérie, prière de demander à qui appartenait la plupart des terrains de Hydra jusqu’à Zeralda. Le nom de Hagi va apparaître comme un leitmotiv.

          Or à la faveur de la crise politique en cours en Algérie depuis la mise en échec du cinquième mandat, le Régime a absorbé le Hirak en perdant du temps et cette bande est en train de revenir en force. Toutes les nominations récentes indiquent la mise en place d’une nouvelle prébende et la nouvelle est basée directement sur l’usage de la délinquance.

          Veuillez noter que j’aime l’Algérie et que j’aurais souhaité que ce très beau pays aux paysage fabuleux ait eu un peu plus de chance dans son histoire. Je ne fais qu’observer. J’ai suivi comme vous tous ce qu’on a appelé le Hirak ou mouvement de contestation et j’ai eu plusieurs échos contradictoires le concernant. Malheureusement, ce pays a été détruit par une très mauvaise gouvernance qui a détruit ses systèmes éducatifs et de santé à des fins criminelles. J’ai écrit noir sur blanc qu’il y avait trop de voleurs dans ce beau pays qui prolifèrent grâce à l’impunité et dans les faits, c’est là un des problemes de fond de la crise éthique, politique et économique affectant le Maghreb en général et l’Algérie en particulier, ce dernier pays étant le coeur et le moteur de cet ensemble géopolitique important.

          1. Merci à vous strategika 51 d’avoir répondu à ma question.
            Je ne doute pas de vôtre sincérité d’Aimé l’Algérie et de la véracité de vis informations en général.
            Mais en Algérie les informations et contre informations font parties du jeux à rendre fou les simple lambda à un point qu’ils se résignent à ne plus réfléchir car trop compliquer à y voir clair.
            La population quant elle perd le fil conducteur et qu’elle avance en aveugle.
            Ce sera les plus convaincants dans les jeux de manipulations des cerveaux qui auront des chances de se raflés les mises.
            Et croyez moi c’est vraiment le meilleur des moments pour quiconque aillant de l’influence et de l’argent pour s’accaparé le pouvoir d’un immense pays riches qui de tout temps à toujours été dirigés par des charognards.
            Mise à par le défunt patriote Houari Boumédienne.
            Noyer le poisson pour brouiller les esprits et faire accepter tout ce qui viendra
            sans plus réfléchir fait partie des stratèges des charognards qui gravitent autour d’une place de présidence vide vacante et disponible.
            Les bagarres les coups bas les menaces sont constantes et réels.
            Cordialement mon ami.

    3. l ‘armée n a que faire des interets du peuple Algerien vu que malgré le marasme economique et la chute du niveau de vie elle beneficie d un train de vie complètement déconnecté de la realité Algerienne , excluant les soldats et les officiers sans influence ,les hauts gradés de l armée Algerinne pourrie jusqu a la moelle possedent des villas des entreprises d import pour leurs gosses …….etc Gaid salah malheureusement en fait partie de cette caste qui profite du système heureusement ou malheureusement les événements on fait que par pragmatisme afin d eviter d etre emporter par la vague de contestation il a pris le pouvoir par un coup d état ni plus ni moins pour défendre ses privilèges et son clan , tant mieux si ca empêche la chute de tout un pays vers la violence et le chaos .

      le monde est ce qu il est l Algerie sera et restera dans la crise pour plusieurs années a venir pas la peine d etre devin pour le savoir avec une administration laxiste et sclerosé et pourrie ,des hôpitaux que seul ceux qui ne peuvent pas s offrir des soins chez le privé y mettent les pieds , aménagement territorial meme au moyen age on faisait mieux des routes sous dimensionnés des trottoirs impraticable qualité des routes désastreuse il a suffit de la pluie de jeudi passé pour devoiler l ampleur des defauts , des zones résidentiels ou le vacarme règne a cause des cliniques des ecoles privé et des entreprises qui y resident , je ne parle meme pas des CEM a 45 par classe , c est simple Alger et l Algerie c est l un des pays ou la joie de vivre s est barré il y a bien longtemps sauf pour une minorité .

      Algerien resident en Algerie depuis qu il est née depuis 4 decennie et probablement jusqu a la fin de ma vie par choix et conviction , j attend tjr un président salvateur pour redresser le pays et ce n est pas la démocratie la solution .

      1. Réponse à Annymz
        Tu te trompe quand tu dis que le haut commandement de l’armée s’en fout du peuple et de ce qu’il adviendra.
        L’armée à absolument besoin d’être aimée soutenue par le peuple.
        Faute de quoi le mécontentement du peuple sera récupérer par des forces obscures pour être galvanisée remonter comme un réveil mécanique près à retentir.
        Une armée tôt où tard est vouée à l’échec si elle n’est pas le soutient de son peuple.
        Une armée doit se sentir bien pour qu’elle puisse s’investir à 100% pour les tâches dont elle a les charges.
        Si une armée tombe je te laisse deviner ce qu’il adviendra de son peuple et son pays et ce qu’il contient.
        Pour le reste je partage tes points de vues.

  7. L Algerie a besoin de se reformer en urgence, il faut un président avec les pleins pouvoirs pour redresser le pays et éliminer tous les incompétents corrompus définitivement et la mega corruption occidentale…
    ils sont bien naifs ceux qui se focalisent sur Gaid Salah, il n est que le porte parole du vrai pouvoir profond, …. le peuple doit s exprimer par le vote, et doit se focaliser sur la surveillance des élections et de vrais résultats réels, point a la ligne. au lieu de juste vouloir le départ d un ou de quelques hommes !
    Le nouveau président et son équipe se chargeront de la transition, avec le soutien de la majorité du peuple. Pas de transition sans élections, pas d élections sans la surveillance par le peuple ! Il n y a pas d autre solution qu’un vote massif réel et transparent…je soutiens Fethi Ghares, s il se présente !

    1. que signifie  » la mega corruption occidentale  » ?
      je pense que tu rêve si tu crois que les élections peuvent changer quelque chose !
      la coruption ne vient pas d’occident elle vient du fric !
      seule une démocratie participative directe permet de la refréner !

      1. la mega corruption occidentale, ça veut dire que les pouvoirs occidentaux soutiennent ceux qu ils leurs rapportent de l argent au détriments du bien des peuples africains etc….les exemples de corrompus incompétents soutenus par les pouvoirs occidentaux ne manquent pas en Afrique. Je sais pas que le vote n est pas la meilleure solution, mais l Algérie à besoin d un pouvoir soutenu par son peuple, car nous sommes peu peu dans l anarchie, et ça nous mènera au chaos….j ai laissé une vie confortable en France pour vivre en Algérie pour participer au changement, et créer des emplois…je sais que je peux rien changer, mais je ferais ma goutte d eau dans la mer, sans rien attendre de qui que ce soit !

      2. Mon ami rocbali.
        Chaoui40 à entièrement raison.
        La démocratie les gilets jaune en France c’est à dire le peuple français.
        Té dira ce qu’est la démocratie d’aujourd’hui.
        Du pipi de chat de l’enfumage pour les nuls.
        Des élections présidentielles contrôler par les membres de chaque candidats à la présidence dans chaque bureaux de vote par leurs présences et leurs surveillance.
        De cette manière ils permettront d’avoir des élections honnêtes et un nouveau président élus aux suffrages universel sans tricheries.

  8. Franchement, je ne connais pas le profil de ce que vous aviez traité de nouvelle bande mafieuse. Cependant, j’estime que les actions du peuple algériens ont conduit à démettre plusieurs hauts responsables de l’ancien régime et de les traduire en justice tout en maintenant sa vocation profonde de faire table rase de tous les affiliés – de prés ou de loin- à l’ancien gouvernement.
    Il me parait comme un moindre mal d’opter pour ce choix qui va à l’opposé de la Tunisie et de l’Egypte qui ont conservé les mémes structures au coeur desquelles un despote est lavé de toute accusation pendant qu’un président élu démocratiquement est condamné…disons à perpetuité

    1. Author

      Souvent il faut observer et patienter. La nouvelle configuration du système algérien est effrayante. Elle allie des éléments de l’ancienne prébende à la force brute.
      Ce n’est pas du tout un signe favorable pour l’émergence d’un semblant d’État de droit.

      1. Stratégieka51
        Vous savez très bien qu’aucun vide présidentielle ne peut exister nulle part et quelques soient les corporations fussent ils politique civile où militaire.
        Car l’anarchie par les rébellions les mafieux de tous genres se jetteraient sur se vide de ma gouvernance politique pour se l’approprier .
        Donc l’armée était et est le seul empêcheur d’une prise de pouvoir par la cause d’un vide de pouvoir.
        Elle devait conserver parmi les anciens membres du système les hommes les plus honnête les plus dociles .
        Et remettre en selles celles et ceux qui avaient été évincer écarter de l’ancien système pour non conformisme .
        Celles et ceux que n’étaient pas d’accord avec certaines pratiques de l’ancien système et ont donc été écartés et mis au placards.
        L’urgence primes sur les apparences et les quand dira t’ont.
        Il faut maintenir à flots l’Algérie , la gouvernée , suivre les dossiers , pour qu’elle soit vivable jusqu’à la nomination d’un nouveau président par la voie du suffrage universel.
        Qu’ils soient nommés des nouvelles équipes de gouvernance par le nouveau président selon le respect de la constitution .
        Des technocrates dans chaque ministères continuent de gèrer les affaires courantes vitale pour le bon fonctionnement du pays.
        Vous savez comme moi que la pluplup les élus politiques ont juste de la gueule ce sont des merveilleux bons parleurs marchants de soupe dépourvu de diplômes et même de coefficient intellectuelle pour nombre d’entre eux..
        Celles et ceux qui gèrent les affaires courantes du pays , tous les dossiers compliqués ou pas ce sont des technocrates sorties des grandes écoles.
        Ils gèrent réellement le pays dans l’ombre des femmes et hommes politiques.
        Et cela à toujours été valable dans tous les pays du monde .
        La matières grise travaillent pendant que les politiciens vendeurs de contes de fées enfument renversent les cerveaux des simples lambda.
        Tout ce qui brille n’est pas de l’OR.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.