Le 14 septembre 2019 marque le basculement du monde dans une nouvelle ère: celles des drones de guerre coûtant à peine 20 000 USD l’unité capable d’entraîner des pertes de plusieurs centaines de millions USD en une seule et unique opération.

Les forces rebelles yéménites ont pu ainsi obtenir en ce jour ce qu’aucun autre pays disposant de formidables capacités offensives n’a pu obtenir en termes d’efficacité/économie de moyens.

Mine de rien, une vingtaine de drones d’attaques piégés lancés en profondeur du territoire d’Arabie Saoudite ont pu cibler des installations pétrolières très sensibles du géant Aramco et interrompre pour une durée déterminée 50% de la production de brut saoudienne et par incidence directe l’approvisionnement mondial de brut.

Revenons un peu sur cet incident extraordinaire: Le 14 septembre 2019, les rebelles yéménites, une coalition du groupe Ansarullah, les milices Houthis et les forces armées yéménites (à distinguer des forces armées relevant du gouvernement reconnu par la communauté internationale) lancent une attaque de drones très audacieuse sur l’Arabie Saoudite avec laquelle ils sont en guerre depuis 2015. Cette attaque aurait été menée par une vingtaine de drones visant des raffineries dans l’est de l’Arabie Saoudite, un pays dépendant lourdement des hydrocarbures, occasionnant des pertes estimées à 300 millions USD par jet l’arrêt de la production de 5.7 millions de barils de pétrole par jour. Ces pertes pourraient s’élever à des milliards USD si le géant mondial Aramco tarde à réparer les dégâts subies.

Cette attaque est intervenue à un moment très particulier de l’histoire des hydrocarbures: les Etats-Unis d’Amérique sont parvenus à devenir avec l’Arabie Saoudite l’un des premiers producteurs, en grande partie grâce au gaz de schiste, mais également au moment où Ryad commence à ressentir le coût exorbitant du conflit du Yémen. Une aventure folle où il y a eu un immense gaspillage des systèmes d’armes les plus sophistiqués et les plus onéreux du monde et où la coalition arabe menée par Ryad et soutenue par Washington et ses alliés s’est noyée dans un conflit inutile au Yémen dans le cadre de la rivalité régionale avec l’Iran.

Les Etats-Unis qui entendaient maintenir le coût du baril de brut à son niveau actuel ont d’ailleurs promptement accusé la République islamique d’Iran d’avoir mené cette attaque via ses milices en Irak à partir du territoire irakien en évoquant des missiles de croisière qui auraient ainsi parcouru près de 1300 kilomètres.

Une hausse du prix du baril de brut dans la conjoncture actuelle signifierait un renforcement des économies russe, iranienne et vénézuélienne et un affaiblissement des économies du bloc occidental. Ce que Washington veut éviter à tout prix et il est prévisible à cet égard que la coalition arabe menée par Ryad va recevoir beaucoup plus de support et d’assistance de la part des Etats-Unis et de tous ses alliés OTAN et hors-OTAN dans sa guerre insensée au Yémen mais également contre l’Iran. Ce dernier a d’ailleurs pris les devants en affirmant que tous les navires de guerre et les bases US dans la région étaient à portée de missile.

C’est maintenant que le Grand Jeu devient intéressant. L’extension du champ de la lutte se fait en cercles concentriques et ne concerne plus les « fronts » syrien et ukrainien. La rivalité géostratégique autour de l’Iran, un important pays producteur d’hydrocarbures dont la politique entrave celle de l’Empire au Moyen-Orient et en Eurasie est en train de devenue tributaire d’une technologie asymétrique qui prouve chaque jour qu’il ne suffit pas de mettre le paquet pour obtenir des pertes incommensurables et qu’un petit investissement dans ce domaine peut rapporter gros. Résultat: les attaques croissantes et de plus en plus audacieuses des rebelles yéménites sur les installations stratégiques saoudiennes leur confèrent un formidable levier de pression contre une coalition superbement armée et dotés du nec plus ultra de ce qui existe dans le domaine des armements.

C’est la nouvelle lutte: celle des technologies asymétriques à bas coût contre les systèmes d’armes valant leur poids en or.

Publicités

10 commentaires

  1. en effet cette attaque ne semble pas venir des houtis qui l’ont endossé pour a la demande de l’Iran qui seraient en négociation secrète avec Trump !
    un acteur non gouvernemental serait a l’origine de l’attaque et aurait profiter de l’effet de surprise pour spéculer sur les courts du pétrole expliquant pourquoi Trump a annoncé mettre a disposition les réserves stratégique US pour stabiliser le marché !
    les gains de cet acteur non gouvernementale étant si grand a un moment ou craignant une récession tous pariait sur une baisse des cours du brut que la banque centrale aurait du intervenir a hauteur de 75 milliards par jour depuis le mercredi 18/09/2019 et jusqu’au 14/10/2019 pour garantir de couvrir les pertes des plus gros acteurs du marché pris a contre sens !
    cet acteur non gouvernementale avait en fait plusieurs objectifs :
    déclencher une guerre avec l’Iran
    se remplir les poche sur le dos des autres acteurs du marché du brut
    provoquer par des faillites en chaîne une récession empêchant la réélection de Trump !


  2. Congratulations to Ansarullah for proving their right to self-determination vs the Saudi evil empire. Even so, daily we still see Saudi Arabia shipping new weaponry to its aggressor forces in Yemen.

  3. A Strategika
    Votre article est sur pressTV , je considère que c est une reconnaissance et un hommage a la qualité de vos ecrits ,certe c est du copier coller et même du vol mais bon , perso je vous remercie pour vos publications vu la médiocrité de la presse écrite et médiatique

  4. Une chose est sûre, ce n’est pas le fait de posséder un armement ultra moderne (sans les effectifs humains qualifiés ET motivés pour s’en servir correctement, semble t-il) qui sauvera l’Arabie de la déplétion de ses puits. L’affaire me paraît surtout servir de prétexte à ceux qui prônent un durcissement vis à vis de l’Iran, aussitôt accusé d’être complice ou auteur de l’attaque.
    A un horizon d’un demi siècle, la région est appelée à être inhabitable ou très peu densément peuplée. Plus de pétrole exploitable, un climat toujours plus hostile…

  5. mouais !
    il y a quelques temps les média de l’état profond us ont déversés a 1 an de l’élection américaine leur logorrhée venimeuse concernant une récession économique mais rien n’y a fait la banque centrale a tenue l’économie .
    quoi de mieux pour provoquer cette crise qui ne veux pas venir qu’une flambée des cours du brut ?
    le Donald a annoncé qu’il autorisait l’ouverture les robinets des stock stratégique US .
    ces installations pétrolière saoudienne ne seraient donc pas protégées par des système anti-aérien ?
    qui a le pouvoir de les mettre hors service ?
    a qui aurait pu profiter le crime ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.