With the world on fire in so many places, trying to write an overview can be a daunting task when a book-sized effort is really needed. But our commentaries here can help readers begin to connect the dots as to why this is all happening, what the downside risks are to us, and what options we have to try to approach it better.

I got the idea for the title from comments in General Mattis’ new book, No Better Friend, No Worse Enemy. He holds the position as the most respected person in the Trump administration so far.

“We all know that we’re better than our current politics… Unlike in the past, where we were unified and drew in allies…We are dividing into hostile tribes cheering against each other, fueled by emotion and a mutual disdain that jeopardizes our future, instead of rediscovering our common ground and finding solutions,” he said.

France’s Macron also contributed a major comment, that Russian isolation would be Europe’s “Profound Error.” I agree with both of these men, that we are heading into more dangerous waters and time is getting short for being able to make a mid-course correction.

Like the rumblings of miniquakes that seismologists tell us often precede “the big one”, I am feeling tremors below my feet now. The wars of course are at the top of the list, both those that are currently shooting events, and those in the US-Western incubator, ready to replace any that are ended somehow.

The Mideast is a tinder keg whose temperature can go from warn to hot in a day, but we are just one bad event away from a major shooting war there. Admiral Trump’s naval police force for the Persian Gulf is but a token of what he had wanted, with most European allies viewing it as nonsense to send ships there, making it more dangerous.

We have Israel making preemptive attacks on Iraq, Syria, and Lebanon in just one week, and of course all for “defensive purposes”. This is something that only Israel can do. If it is tried “on” Israel, then someone gets nuked.

Lebanon has managed to keep its head down during all the Syrian mayhem, having its hands full with Palestinian refugees and a diverse coalition government, which is a monster to control in itself. We recently came close to a war there after the Israeli drone strike on the Hezbollah media office in Beirut killing two Hezbollah people.

Then we waited for Hezbollah’s retaliatory strike that we knew would come. Veterans Today’s analysis of the footage of the double missile strike showed the large diesel tank in the MRAP vehicle going up in a 50-foot diameter fireball which would certainly have caused serious injuries.

The IDF put out a cover story of minor damage, which few believed. Netanyahu did not escalate by initiating more intensive attacks, probably because he did not want a shooting war in the runup to the election. He can always start one after the election.

The admitted IDF drone attacks on Iraq’s anti-terrorist militias using US and Kurdish bases has lit another dangerous fuse. And in Syria, the IDF hit the new Iran anti-terrorism base being built to protect the al-Bakumal border crossing. It is almost ready to be opened and provide transport security for the commerce that hopefully will be soon flowing.

The Venezuelan standoff has not blown up yet, but the US continues its stranglehold on the country, with sanctions that are severely punishing those it says it wants to help. Trump sees nothing wrong with this.

But on a good note in Ukraine, new president Zelenski wants to talk with Putin to solve “the terrible war” in Donbass and restart the Minsk agreements, where “guarantors” France and Germany did nothing to push Kiev to follow through with them before. “Dear Mr. Zelenski, get off the dead horse and get on a new one, if you want to conclude a deal.”

And last, a peek into where the new war might be starting. US Defense Department Secretary Mark Esper gave us the interesting news that chaos in Venezuela, Libya, and the Mideast is not enough. He is looking for greener pastures. At a recent Naval War College event, he called for building more US bases in the Pacific, saying that the Indo-Pacific region was to be “our priority theater”. I do not remember a word of debate on this in Congress or the US media, but the US military industrial complex is jumping for joy.

Sure, China has been building bases in the South China Sea; but the US already had bases there and its Navy sails around as it pleases. But China has good reason to be building their bases – an explanation avoided by corporate media.

China was not a signatory to the medium range missile treaty, which only covered land-based missiles. The US has had floating batteries of medium-range nuclear missiles on its naval ships, which when they are in the strait of Taiwan, can strike deep into China with little warning. In a potential conflict, China needs to keep the US naval ships as far out as possible, as that still leaves the US subs to launch missiles

In addition to these geopolitical developments, economic tectonic plates are also moving. EU growth is in the half percent range, a major long term problem. The US had moderate growth, but we are in a manufacturing recession already, with two quarters of declining production. Consumer spending has been carrying the growth load, but that is subject to change quickly.

The IMF will not say a recession is in sight, but it is concerned that the trade wars could trigger one. I have bigger concerns. With the high debt loads the world economy carries, a major event like a shooting war in the Persian Gulf and the closure of the Hormuz Straights will push oil up to $200 per barrel. That alone could trigger a panic with a bank domino collapse, which most of us have already lived through and remember the ripple effect it had.

The ongoing trade wars have the world economy weakened, as long term planning cannot be done. Trump campaigned on bringing US trade deficits down, and that was popular with those who did not even like him; and he still has a lot of base support for it now.

But the China-US showdown has hidden dangers. By cutting China off from buying US-made smartphone chips, they produced quick pain on those Chinese companies targeted like Huawei. It is now scrambling to rebuild its business model to domestically source critical components for its most successful exports.

Even if an agreement is reached with the US, I fear that US manufacturers have lost their Chinese business forever. Why would anyone want to take the risk with the unipolar power, after watching what it has done?

Russia has been going through a similar process, even having to replace food imports from the EU over its sanctions, despite hurting EU farmers badly. Now that a huge Russian domestic investment has been made for that domestic agricultural expansion, the EU cannot flick the switch and have things go back to the good old days. Putin promised he would not leave Russian producers hanging when the sanctions were removed.

Iran is having similar economic difficulties. The sanctions have hurt, especially the reduction in oil revenue. It is slowing down the economic recovery that it has planned from the JCPOA, but not stopped it. Like Russia, it has had years to domestically produce many of the sanctioned items, due to its strong industrial base with a well-educated and trained work force.

It has made progress in the defense sector, much to the chagrin of the US. But Iran had a duty to protect its people from Israel, which has been threatening Iran with preemptive strikes for two decades. Iran has pumped a lot of domestic capital into projects to make sure that its large pool of technical talent and engineers are employed.

Iran has major development projects in the works, like piping water over long distances to dry areas in its northeast, like the holy city of Mashad, with its huge religious tourism business for the Imam Reza Shrine complex. Small business development has not been overlooked, as those diverse products are not on the sanctions list.

Iran does not stand alone – it has friends. When China signed the recent deal to pump $400+ billion into Iranian energy development over 25 years, that caught my attention, and even more so when China said 70% of that would be “front loaded” into the first five years. I suspect that with the huge investment in Iranian oil and gas infrastructure will come a state-of-the-art missile defense program to keep the crazy Likuds from blowing China’s investments up.

Can the US name anyone that would do such a deal with it, besides buying weapons? How about the EU? Is anyone from the Old World contemplating a similar Silk Road project, say with North and South America? Does anyone have $3 trillion in foreign reserves?

China has them and does not like the current small return, so it is planning to spend a lot of that money on the Silk Road economy and get a much higher long term return.

We are seeing signs of the US-Gulf State Coalition juggernaut cracking. While the US will not be banned from the area, the cash-rich sheiks are looking East now. The UAE and Abu Dhabi have been big investors, with the latter recently signing an $11-billion mega project for the Beijing Daxing International Airport, to be completed in 10 years.

At the recent Eastern Economic Forum in Vladivostok, India’s Modi signed 15 agreements, ranging from defense to energy, and pledged a $1 billion credit line for the Russian Far East. The US has been trying to stop Modi from buying Russian S-400s, but chances of halting that look slim.

Britain is looking at a hard Brexit, which could be a jump off the cliff. It would not help the EU’s struggling economy either, as I have a hard time seeing a Tory party paying anything near a $40 billion divorce bill.

The yellow vests in France remain on the streets; and now the anti-austerity strikes are beginning. If these are rotated through all the unions, the economy will suffer more than a bump in the road. We find the US up to its eyeballs in the Hong Kong protests, once again interfering in another country’s affairs, while seeing it as a terrible thing when others do it to Uncle Sam.

The UK Independent is reporting from unconfirmed sources that Putin told Bibi the airstrikes on Syria had to stop. Bibi had wanted to bring some good news back from Sochi to boost his election prospects, and there was none. Bibi had publicized that he wanted freedom of action to bomb Iranians in Syria. If he had gotten it, I would suspect he would have publicized it to show what a good dealmaker he is.

But on the other hand, leaders sometimes agree not to make public the results of their meetings. If the IDF continues attacks on the Iranian militias, we still may not know.

Jim W. Dean, managing editor for Veterans Today, producer/host of Heritage TV Atlanta, specially for the online magazine “New Eastern Outlook”.

Publicités

3 commentaires

  1. MERCI infiniment mon ami Rocbalie pour t’es traduction en langue de molière.
    Car j’ai failli passé à côté d’un autres articles très intéressant.
    Toi et S.51 finalement vous êtes complémentaires.
    Cordialement .

  2. Les plaques tectoniques géopolitiques se déplacent

    Avec le monde en feu dans tant d’endroits, essayer d’écrire une vue d’ensemble peut être une tâche intimidante quand un effort de la taille d’un livre est vraiment nécessaire. Mais nos observations peuvent aider les lecteurs à comprendre pourquoi tout cela se produit, quels sont les risques à la baisse pour nous et quelles sont les options qui s’offrent à nous pour essayer de mieux l’aborder.

    J’ai eu l’idée du titre à partir des commentaires du nouveau livre du Général Mattis,No Better Friend, No Worse Enemy ( pas de meilleur ami, pas de pire ennemi ). Il occupe le poste de personne la plus respectée de l’administration Trump jusqu’à présent.

    « Nous savons tous que nous valons mieux que notre politique actuelle… Contrairement au passé, où nous étions unis et ralliés par des alliés… Nous nous divisons en tribus hostiles qui s’encouragent mutuellement, alimentées par des émotions et un dédain mutuel qui mettent notre avenir en péril, au lieu de retrouver nos points communs et trouver des solutions » a-t-il déclaré.

    Le Français Macron a également fait un commentaire important, à savoir que l’isolement de la Russie serait  » la plus profonde erreur de l’Europe « . Je suis d’accord avec ces deux hommes pour dire que nous nous dirigeons vers des eaux plus dangereuses et que nous manquons de temps pour pouvoir apporter une correction à mi-parcours.

    Comme les grondements des mini tremblements de terre que les sismologues nous disent souvent précéder « le big one », je sens des tremblements de terre sous mes pieds maintenant. Les guerres sont bien sûr en tête de liste, tant celles qui sont en cours de déroulement que celles de l’incubateur de l’Ouest américain, prêtes à remplacer celles qui ont pris fin.

    Le Moyen-Orient est un fût à poudres dont la température peut passer de l’alerte à la fièvre en une journée, mais nous ne sommes qu’à un mauvais moment d’une grande guerre de tir là-bas. La force de police navale de l’amiral Trump pour le golfe Persique n’est qu’un gage de ce qu’il voulait, la plupart des alliés européens considérant qu’il était absurde d’y envoyer des navires, ce qui le rendait plus dangereux.
    **********************
    Nous avons Israël qui fait des attaques préventives contre l’Irak, la Syrie et le Liban en une semaine seulement, et bien sûr à des fins  » défensives « . C’est quelque chose que seul Israël peut faire. Si elle est jugée « sur » Israël, alors quelqu’un se fait atomiser.
    ***************************
    Le Liban a réussi à garder la tête baissée pendant tout le chaos syrien, les mains pleines de réfugiés palestiniens et d’un gouvernement de coalition diversifié, qui est un monstre à contrôler en soi. Nous avons récemment frôlé la guerre après l’attaque israélienne du drone contre le bureau des médias du Hezbollah à Beyrouth, tuant deux membres du Hezbollah.

    Puis nous avons attendu l’attaque de représailles du Hezbollah dont nous savions qu’elle aurait lieu. L’analyse faite aujourd’hui par les anciens combattants de la vidéo de l’attaque du double missile a montré que le gros réservoir de diesel du véhicule MRAP s’était envolé dans une boule de feu de 50 pieds de diamètre qui avait sans doute causé de graves blessures.

    Les FDI ont publié un article de couverture sur les dommages mineurs, que peu de gens ont cru. Netanyahou ne s’est pas enflammé en lançant des attaques plus intensives, probablement parce qu’il ne voulait pas d’une guerre de tirs dans la période précédant l’élection. Il peut toujours en commencer un après les élections.

    Les attaques de drones admises par les FDI contre les milices antiterroristes irakiennes utilisant des bases américaines et kurdes ont allumé une autre mèche dangereuse. Et en Syrie, les FDI ont frappé la nouvelle base antiterroriste iranienne en construction pour protéger le passage frontalier d’Al-Bakumal. Il est presque prêt à être ouvert et à assurer la sécurité du transport pour le commerce qui, espérons-le, sera bientôt disponible.

    L’impasse vénézuélienne n’a pas encore explosé, mais les États-Unis continuent de dominer le pays, avec des sanctions qui punissent sévèrement ceux qu’ils disent vouloir aider. Trump ne voit rien de mal à cela.

    Mais sur une bonne note en Ukraine, le nouveau président Zelenski veut parler avec Poutine pour résoudre « la terrible guerre » à Donbass et relancer les accords de Minsk, où la France et l’Allemagne « garantes » n’ont rien fait pour pousser Kiev à les suivre auparavant. « Cher M. Zelenski, descendez du cheval mort et montez-en un nouveau, si vous voulez conclure un marché. »

    Et enfin, pour jeter un coup d’œil à l’endroit où la nouvelle guerre pourrait commencer. Le secrétaire d’État américain à la Défense, Mark Esper, nous a donné la nouvelle intéressante que le chaos au Venezuela, en Libye et au Moyen-Orient n’est pas suffisant. Il est à la recherche de pâturages plus verts. Lors d’un récent événement du Collège de guerre navale, il a appelé à la construction de nouvelles bases américaines dans le Pacifique, affirmant que la région indo-pacifique devait être « notre théâtre prioritaire ». Je ne me souviens pas d’un mot de débat à ce sujet au Congrès ou dans les médias américains, mais le complexe militaro-industriel américain saute de joie.

    Certes, la Chine a construit des bases dans la mer de Chine méridionale, mais les Etats-Unis y avaient déjà des bases et leur marine navigue à sa guise. Mais la Chine a de bonnes raisons de construire ses bases – une explication évitée par les médias grand public.
    La Chine n’est pas signataire du traité sur les missiles à moyenne portée, qui ne couvre que les missiles basés à terre. Les États-Unis ont des batteries flottantes de missiles nucléaires à moyenne portée sur leurs navires de guerre, qui, lorsqu’ils se trouvent dans le détroit de Taïwan, peuvent frapper profondément en Chine sans avertissement. Dans un conflit potentiel, la Chine doit maintenir les navires de guerre américains aussi loin que possible, car cela laisse encore aux sous-marins américains le soin de lancer des missiles.

    En plus de ces développements géopolitiques, les plaques tectoniques économiques sont également en mouvement. La croissance de l’UE est de l’ordre de 0,5 %, ce qui constitue un problème majeur à long terme. Les États-Unis ont connu une croissance modérée, mais nous sommes déjà en récession dans le secteur manufacturier, avec deux trimestres de production en baisse. Les dépenses de consommation ont supporté la charge de la croissance, mais cela peut changer rapidement.

    Le FMI ne dira pas qu’une récession est en vue, mais il craint que les guerres commerciales n’en déclenchent une. J’ai de plus grandes préoccupations. Avec l’endettement élevé de l’économie mondiale, un événement majeur comme une guerre sans merci dans le golfe Persique et la fermeture du détroit d’Hormuz poussera le prix du pétrole à 200 dollars le baril. Cela seul pourrait déclencher une panique avec l’effondrement d’un domino bancaire, que la plupart d’entre nous avons déjà vécu et dont nous nous souvenons de l’effet d’entraînement qu’il a eu.

    Les guerres commerciales en cours ont affaibli l’économie mondiale, car il est impossible de planifier à long terme. Trump a fait campagne pour réduire les déficits commerciaux des États-Unis, et cela a été populaire auprès de ceux là même qui ne l’aimaient pas ; et il a encore beaucoup de soutien de base pour cela maintenant.

    Mais l’affrontement Chine-États-Unis a des dangers cachés. En empêchant la Chine d’acheter des puces pour smartphones fabriquées aux États-Unis, ils ont rapidement mis à mal les entreprises chinoises ciblées comme Huawei. Elle s’efforce actuellement de reconstruire son modèle d’affaires afin de se procurer les composants essentiels à ses exportations les plus fructueuses au pays.

    Même si un accord est conclu avec les États-Unis, je crains que les fabricants américains n’aient à jamais perdu leur marché chinois. Pourquoi quelqu’un voudrait-il prendre ce risque avec la puissance unipolaire, après avoir vu ce qu’elle a fait ?

    La Russie a connu un processus similaire, ayant même dû remplacer les importations de denrées alimentaires en provenance de l’UE en raison de ses sanctions, bien que les agriculteurs de l’UE aient été durement touchés. Maintenant qu’un énorme investissement intérieur russe a été réalisé pour cette expansion agricole intérieure, l’UE ne peut plus appuyer sur le bouton et faire revenir les choses au bon vieux temps. M. Poutine a promis qu’il ne laisserait pas les producteurs russes en suspens lorsque les sanctions seront levées.

    L’Iran connaît des difficultés économiques similaires. Les sanctions ont fait mal, en particulier la réduction des recettes pétrolières. Il ralentit la reprise économique prévue par le JCPOA, mais ne l’a pas arrêtée. Comme la Russie, elle a eu des années pour produire sur le marché intérieur bon nombre des articles sanctionnés, en raison de sa solide base industrielle et d’une main-d’œuvre bien formée et instruite.

    Elle a fait des progrès dans le secteur de la défense, au grand chagrin des Etats-Unis. Mais l’Iran avait le devoir de protéger son peuple contre Israël, qui menace l’Iran de frappes préventives depuis deux décennies. L’Iran a injecté beaucoup de capitaux nationaux dans des projets pour s’assurer que son vaste réservoir de talents techniques et d’ingénieurs soit employé.

    L’Iran a d’importants projets de développement en cours, comme la canalisation de l’eau sur de longues distances vers les zones sèches de son nord-est, comme la ville sainte de Mashad, avec son énorme activité de tourisme religieux pour le complexe du sanctuaire Imam Reza. Le développement des petites entreprises n’a pas été négligé, car ces divers produits ne figurent pas sur la liste des sanctions.

    L’Iran n’est pas seul, il a des amis. Lorsque la Chine a signé le récent accord visant à injecter plus de 400 milliards de dollars dans le développement énergétique iranien sur 25 ans, cela a attiré mon attention, et encore plus lorsque la Chine a dit que 70 % de ce montant serait  » préalimenté  » au cours des cinq premières années. Je soupçonne qu’avec l’énorme investissement dans l’infrastructure pétrolière et gazière iranienne viendra un programme de défense antimissile à la fine pointe de la technologie pour empêcher les fous du Likoud de faire sauter les investissements de la Chine.

    Les États-Unis peuvent-ils nommer quelqu’un d’autre que celui qui achèterait des armes pour conclure un tel accord ? Qu’en est-il de l’UE ? Quelqu’un de l’Ancien Monde envisage-t-il un projet de route de la soie similaire, par exemple avec l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud ? Quelqu’un a-t-il des réserves de change de 3 billions de dollars ?

    La Chine les a et n’aime pas le faible rendement actuel, alors elle prévoit dépenser une grande partie de cet argent dans l’économie de la Route de la soie et obtenir un rendement à long terme beaucoup plus élevé.

    Nous observons des signes de l’effondrement de la coalition entre les États-Unis et l’État du Golfe. Alors que les États-Unis ne seront pas bannis de la région, les cheiks riches en argent regardent maintenant vers l’Est. Les Émirats arabes unis et Abu Dhabi ont été d’importants investisseurs, ce dernier ayant récemment signé un mégaprojet de 11 milliards de dollars pour l’aéroport international de Beijing Daxing, qui doit être achevé dans 10 ans.

    Lors du récent Forum économique oriental de Vladivostok, le Modi indien a signé 15 accords, allant de la défense à l’énergie, et a promis une ligne de crédit de 1 milliard de dollars pour l’Extrême-Orient russe. Les Etats-Unis ont essayé d’empêcher Modi d’acheter des S-400 russes, mais les chances d’arrêter cela semblent minces.

    La Grande-Bretagne est à la recherche d’un Brexit dur, qui pourrait être un saut de la falaise. Cela n’aiderait pas non plus l’économie en difficulté de l’UE, car j’ai du mal à voir un parti conservateur payer une facture de divorce de près de 40 milliards de dollars.

    Les gilets jaunes en France restent dans les rues, et maintenant les grèves anti-stérilité commencent. Si l’on fait une rotation entre tous les syndicats, l’économie souffrira plus qu’une bosse sur la route. Nous trouvons les États-Unis à la hauteur des protestations de Hong Kong, s’immisçant une fois de plus dans les affaires d’un autre pays, tout en considérant que c’est une chose terrible quand d’autres le font à l’Oncle Sam.

    L’Independent britannique rapporte de sources non confirmées que Poutine a dit à Bibi que les frappes aériennes sur la Syrie devaient cesser. Bibi avait voulu ramener de bonnes nouvelles de Sotchi pour améliorer ses perspectives électorales, et il n’y en avait aucune. Bibi avait fait savoir qu’il voulait la liberté d’action pour bombarder les Iraniens en Syrie. S’il l’avait obtenu, je soupçonnerais qu’il l’aurait rendu public pour montrer à quel point il est un bon négociateur.

    Mais d’un autre côté, les dirigeants acceptent parfois de ne pas rendre publics les résultats de leurs réunions. Si les FDI continuent d’attaquer les milices iraniennes, nous ne le saurons peut-être toujours pas.

    Jim W. Dean, rédacteur en chef de Veterans Today, producteur/hôte de Heritage TV Atlanta, spécialement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.