Stats

  • 6 181 909 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
01/10/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Les attaques contre le cœur du dispositif énergétique occidental soulignent la vulnérabilité de la plupart des systèmes de défense aériennes à la menace aérienne asymétrique posée par les drones bon marché

Les attaques sans précédent contre les installations pétrolières saoudiennes à Abqaiq et Khurais auraient déclenché par escalade un conflit thermonucléaire global s’il s’était produit au milieu des années 80 ou au début des années 90. En 2019, la structure de la géostratégie est tellement floue et incertaine que ces attaques historiques visant le cœur du dispositif énergétique occidental sont restées sans réponse rapide.

Ces attaques révèlent cependant que même un pays disposant d’un système sophistiqué de défense aérienne et un budget militaire fort conséquent demeure vulnérable aux attaques de drones.

Cela veut dire qu’une hyperpuissance militaire comme les Etats-Unis d’Amérique demeure vulnérable aux drones suicide et l’attentat du 11 septembre 2001 avait bien démontré comment des avions de lignes détournés de leurs trajectoires pouvaient se transformer aisément en de véritables missiles de croisière difficiles à intercepter.

La vulnérabilité des systèmes aériens de défense aux petits avions motorisés est connue depuis longtemps: en mai 1987, un Cessna F172P piloté par un jeune aviateur Allemand inexpérimenté dénommé Mathias Rust avait réussi l’exploit d’atterrir en pleine place Rouge à Moscou au temps où l’Union Soviétique était au faîte de sa puissance militaire. Bien que l’appareil de Rust ait été détecté par des unités du 54ème Corps de la défense aérienne soviétique, il disparut par intermittence des écrans radar avant de se poser en plein Moscou.

Cela veut dire également que la plupart des pays d’Europe occidentale auraient les plus grandes difficultés à intercepter une attaque de drones suicide se dirigeant vers des cibles fort sensibles comme des centrales nucléaires ou des dépôts de produits chimiques industriels situés à l’intérieur de leurs territoires.

Des analystes militaires estiment que les attaques de drones contre les raffineries saoudiennes exposent en entier une faiblesse structurelle affectant l’ensemble des systèmes de défense aériennes actuellement en service. Ces derniers n’ont pas été conçu pour adresser des menaces aériennes asymétriques. Il s’agit en l’occurrence de drones bon marché. Que dire alors si il s’agissait des fameux UAP ou « phénomènes aériens non identifiés », un acronyme euphémiste de l’Aéronavale américaines pour décrire des OVNIS ou Objets Volants Non-Identifiés tels que ceux pris en vidéo par des F-18 Hornet de la Marine US?

Les implications des attaques de drones du 14 septembre 2019 sur les plans de la sécurité énergétique et de la stratégie militaire sont immenses.

La gravité de cet événement majeur et fondateur dépasse de loin les conséquences des attaques du 11 septembre 2001 sur la sécurité internationale. C’est un cataclysme sans précédent dans l’industrie du pétrole puisque l’attaque d’un essaim de drones et à en croire des sources US, quelques missiles de croisière ont atteint leurs objectifs à 100% à peu de frais.

Une riposte saoudienne ou plutôt Atlantique est désormais une certitude et les accusations visant l’Iran indiquent que les stratèges US veulent entreprendre une action visant à affaiblir les capacités défensives iraniennes mais cela semble bien plus compliqué à réaliser qu’à planifier. Les échos du Pentagone renforcent les informations faisant état de la volonté des chefs militaires US à retarder l’Iran dans son développement ou à renvoyer ce pays deux décennies en arrière. En l’état actuel des choses, cette option semble fort risquée et l’Iran a averti Washington via la Suisse qu’une riposte iranienne dépassera le cadre régional et ne se limitera pas à la source des missiles adverses.

Les drones viennent non seulement de révolutionner l’art de la guerre mais de démocratiser l’accès à une force aérienne pour le plus grand nombre et pas uniquement les acteurs étatiques. C’est une révolution de type T à laquelle on ne pourra pas grand chose à court terme mis à part le retour au visuel et au bon vieux canon anti-aérien.

%d blogueurs aiment cette page :