Disparate reports, perhaps unreliable, claim that Saudi Arabia attacked Iranian-backed forces bordering Syria and Iraq, on September 18th. While Israel has “been blamed” for launching similar attacks on al Bukamal and in Iraq, Israel has not officially admittedto its involvement.

Whether the reports of Saudi aggression around al Bukamal are reliable or not, the conflict map shows that the United States, Israel, and Saudi Arabia face a significant and growing challenge to maintenance of their existing hegemony over Middle East oil, gas, and resources.

Concerned about the “democratization of violence” after relatively low-tech drones successfully set two Saudi oil terminals ablaze, Washington now faces a direct threat to its authority as “policeman of the world” and will no doubt be forced to respond.

While no overt and immediate military action has been taken yet by the US and Saudi Arabia versus Iran (besides the potential proxy attacks above)political pressure exists such that some response is now mandatory. Iran has shown that it can successfully circumvent US sanctions subsequent to US duplicity in ditching the JCPOA, and Iran has formed effective alliances throughout the Middle East, thus the recent troubles for Saudi Arabia’s oil terminals only highlight the necessity to act – at least in Washington’s eyes!

But some background first. Since 2018 Washington analysts and contract strategists have been concerned about the Shia crescent* in the Middle East, and its growing cohesiveness as a strategic, tactical, and militaristic bloc. For example, Liwa Fatemiyoun fighters were crucial to defeating Saudi-backed ISIS forces in central Syria, to the great consternation of Washington in its efforts to topple Assad. Alsoeffective – and fighting on behalf of the legitimate Syrian government – is the Liwa Zainebiyoun brigade, now a cohesive fighting force versus ISIS in Syria, thus of great concern to Washington and Saudi Arabia.

In addition to the above militias, comprising Pakistani and Afghani fighters, Iraqi fighters of the AsaibAhl al-Haq, KataibHizbollah, Harakat Hizbollah al-Nujaba (Harakat al-Nujaba), and Kataib Sayyid al-Shuhada and Liwa al-Yum al-Mawud(sometimes incorrectly called the Badr Brigade overall) provide battle-hardened forcesversus Saudi-backed terror groups in Syria. These Iraqi fighters are of course battle-hardened subsequent to years of resistance to the US invasion and occupation of Iraq since 2003.

In interest of brevity, the “Shia crescent” * is the logical progression of blowback since the US invasion and occupation of Iraq in 2003, and US State’s “Arab Spring” of 2011 – or more correctly, nightmare.The Arab Spring of 2011 includes the US destabilization of Libya, Syria, and Yemen.  We can include many failed US policies in the mix too since then, including US treachery with regard to its abandonment of the JCPOA agreement with Iran, its duplicitous behavior regarding the Israeli-Palestinian “peace plan”, and its failed war in Afghanistan.

Likewise, the Saudi oil fires have cause great embarrassment to the Kingdom, based on its inability to thwart an attack from relatively low-tech drone weapons. Taken together, the recent attack on Saudi oil infrastructure – from wherever that attack may have originated – has provided an incendiary spark to Washington’s smoldering Neocon/Neoliberal fuse.

While Neocons andNeoliberals have received many perks from the Trump regime, the constant Neocon push for war and more war has been resisted, and Neoconservatives have lacked purpose and direction, as observed in Whither Next Neocons.

Now, with pressure to act re the Saudi oil fires, political pressure from Saudi Arabia and the media, from Israel, and from Wall Street,it appears that Neocons have their “next” to push Trump to indulge in some form of retaliation versus Iran, whether that retaliation is justified or not.

What options vs Iran does the US have?

Donald Trump has already announced new sanctions on Iran, but with strict primary and secondary sanctions already in effect, it is difficult to imagine how any new US sanctions versus Iran may truly have an impact.  So, let’s assume the logical US Neonservative/Neoliberal response to the Saudi firesis to launch a strike.

Strike on Iranian oil infrastructure

Washington might consider an attack on an Iranian oilterminal as a reasonable tit-for-tat reprisal, since such a strike might not result in casualties – just as the Saudi oil fires had no casualties – anda US oil terminal strike might not arouse Iran’s allies to retaliate too, quite so much as a direct military attack would.

However, a US strike on an Iranian oil terminal would certainly result inan immediate military response from Iran,most likely to close the Strait of Hormuz with great impact to the global economy. Such a risk could include panic in the world markets, and the impetus needed to finally burst the western share market and currency bubble that has existed for many years now. 

A related suggestion is to strike an Iranian gas or oil pipeline, of which many exist in the country. One option for Washington is the Abadan-Ahvaz-Arak-Tehran oil pipeline, which carries crude oil products. Another possibility is to bomb the KaziMagomed–Astara–Abadan gas pipeline in Iran, but the impact to Azerbaijan may rule that out. A US attack on an Iranian pipeline may seemattractive to the hawksin Washington, if such a strike is perceived to cause only a limited war.

But with those attendant risks, a US attack on Iranian ground infrastructure is unlikely, thereforethe US may renew its push to seize Iranian shipping and vessels, or contractors, carrying Iranian oil.

US Interdiction of Iranian Oil Assets

The US has already tried oil interdiction tactics, failing to seize the Adrian Darya (Grace-1) or bribe the Captain to turn over the ship; its location here is now quite doubtful. Iran has become expert at cloaking and accomplishing its oil exports regardless of US sanctions. So, for the US to attempt any such interdiction of Iran’s oil shipments would be foolhardy, outrageously provocative, expensive, and ultimately non-productive.In opposition to that idea, Iran has already promised that any attack by the United States or its allies within Iran will lead to war, where again, the Strait of Hormuz will be closed.

And any blockade of Iran is unlikely to be effective. Iran has control of the Strait of Hormuz. Furthermore, Afghanistan, Turkmenistan, Pakistan, and Iraq certainly will not close their borders to Iran – or allow the US to do so.The United Arab Emirates, a staunch US ally, would suffer greatly from any blockade that closes the Strait too.  

US Strike on a military or nuclear target

The location of Iran’s missile installations is best known to the US Pentagon, while the Nantanznuclear facility is known to just about everyone,subsequent to Israel’s Stuxnet attack on the facility. A US bombing of Nantanz would certainly result in many deaths, and the radioactive fall-out from such an attack would amount to unconscionable collateral damage. That leaves a limited US attack on an Iranian military facility more likely, and if minimal casualties are desired, a missile launch facility – or multiples of them – could be considered.

A US attack on Iranian missile sites would expose US warplanes to grave danger however, and should any US warplanes be lost or destroyed, a rapid and serious escalation in Iran’s defense versus US belligerents would be immediate, again with a closing of the Strait. 

Drone attack on Iran’s Leadership or symbolic target

A limited drone attack on some symbolic target within Iran is another consideration, however the choice of target will be difficult and only provide a severely diminished return. Washington could attempt to assassinate an Iranian politician, leader, or military head, however the global outrage caused by that act could have serious consequences for Washington.

Further US-Saudi aggression in Syria, Yemen, or Libya?

One US response to the Saudi oil fires could be renewed US/Saudi provocation in Syria, Yemen, and perhaps even Libya, as the US attempts to re-assert whatever is left of the US-Saudi-Israeli hegemonic.

By escalating the wars in Syria, Yemen, and Libya, the United States could provide cover for ongoing losses to the Saudi oil industry and further destabilize the region, without provoking a direct shooting war with Iran. By this means, the US could leverage divisions in the Arab world to continuing US-Israeli advantage and re-assert the Global Hegemon as the Saudi fires fade in the background. Indeed, we have already seen something of this with the September 19ths Saudi-Israeli attacks on al Bukamal in Syria near Iraq.

However, the Russian Federation is committed to stabilizing Syria (subsequent to US State’s inspired insurgency there since 2011) where US forces could conflict with Russian forces, and lead to an all-out escalation of conflict. Such an escalation would raise the profile of the wars in Syria, Yemen, and Libya too — something Washington desperatelyhopes to keep furthest from the average American’s mind.

It is easy to forget that the Saudi oil fires were indeed the work of Ansarullah forces in defense of their land, and Washington wishes to avoid highlighting the Yemen disaster that US arms contractors have so profited from.

A Coalition of the Unwilling 

Saudi Arabia has few friends in the Middle East. Even the United Arab Emirates has distanced itself from Saudi, as the military situation in Libya and Syria has degradedand gone badly for Saudi’s terrorist proxies.

For example, Turkey will not join in any coalition to attack Iran. Turkey has defacto withdrawn from NATO, by its purchase of S-400 missiles and interest in purchasingRussian-made jets.Those purchases and collaboration with Russia guarantee a virtual departure from NATO, even though Turkey has not publicly announced it. 

Furthermore, while Turkey’s military bases host US aircraft and operations, Turkey is actively cooperating with Russia and has agreed to partner with Russia on defense projects in Syria. Since Turkey and Russia are cooperating in Syria, no doubt Turkey will cooperate with Iran, too.  Indeed, Turkey has publicly stated that it will not allow its bases to be used in any attack on Iran, by the US.

Iraq too will not join any coalition versus Iran. Iraq has demanded for years now that the US cease its occupation of Iraq and remove its forces, and Iraq has likewise stated that it will not allow its territory to be used as a base for attacking Iran. 

The potential for Iraqi involvement in local action versus the US in the event of war with Iran is seldom mentioned by the western press, but must be a very real concern for Pentagon war gamers.

The United Arab Emirates – traditionally an aggressive US ally in the region – is only too aware of these shifting geopolitical sands, and has recently backed off from its longstanding confrontation with Iran. According to sources, the UAE has reconsidered its support for the US after losing key US corporate contracts to others in the region. Also, the UAE achievednothing subsequent to its expensive military intervention in Libya and Yemen, and did not receive support from the US there.

The UAE has concerns about the vulnerability of its own economy in the event of a US war with Iran, and had second thoughts too when American treachery resultedin the US unilateral withdrawal from the JCPOA agreement with Iran.  In brief, there is no support in the United Arab Emirates for a US war with Iran.

Russia and China have publicly and privately urged the United States to stand down from US threats versus Iran, and neither country would of course participate in any coalition versus Iran. Even the Solomon Islands has reconsidered its deference to the US, where Manasseh Sogavare has cut ties to Taiwan and recognized China’s claim to the island chain; so presumably the Marshall Islands, Micronesia, Palau – and Solomon Islands – will not participate in such a coalition either!

In fact, the US is having such difficulty mustering any support for its proposed attack on Iran (besides the usual suspects such as England and perhaps Poland)that is the reason, in part, for the US delay in taking action. In conclusion, we must hope that cooler heads prevail, and that no attack on Iran by the US or Saudi will occur, and that the many wars engaged in and backed by the United States, Saudi Arabia, and Israel will be opposed by a public push for peace instead.

*Shia crescent is a notional term favored by Washington and the major media for categorization and division 

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

6 commentaires

  1. La coalition iranienne dans tous les cas de figures elle sortiront gagnants.
    Le tort qu’ont beaucoup de chefs d’états et de simples lambda.
    C’est quant Ils parlent de l’Iran ils le font au singulier.
    Aujourd’hui et encore plus demain la coalition iranienne est un bloc définitivement unis et surtout puissant.
    Pourquoi je dis définitivement unis et puissant.
    Car tous les membres (pays) de la coalition iraniennes ont soufferts le martyrs et souffrent encore.
    Grâce à qui !!! a la coalition atlantique occidentale OTAN.
    Ils ont tous des comptes à régler suites aux pertes familiale et à la destruction de leurs vies.
    Aujourd’hui plus que jamais une lueur d’espoir de se libérer de l’oppression à jamais , est perçu , vécue , à travers la main tendue de l’Iran aux pays persécutés.
    Ils n’est pas question pour eux aujourd’hui de se retrouver dans une situation d’autrefois.
    La coalition iranienne frappera comme un seul homme intelligemment méthodiquement chacun selon sa mission son rôle.
    Ils ne s’arrêteront pas tant que la bête sera à genoux.
    Pourquoi sont ils puissants plus que n’importe quelle ogive nucléaire où armées.
    Eh bien parce que la coalition iranienne va s’agrandir davantage avec des guerriers qui viendront individuellement monde entier rejoindre le bloc iraniens .
    Ils se diront tous c’est l’occasion d’en finir avec l’oppression.
    L’iran à plusieurs façons d’enrayer le mécanisme de la planète.
    L’iran ne veut pas en arriver là.
    Mais ils n’ont pas le choix , le monde sera sur la touche « pause » .
    Bonjour les émeutes planétaire style gilets jaunes.
    Les pays de la coalition imploseront de l’intérieur par des coups envoyer par effet ricochets.
    L’iran géographiquement elle s’est démultiplier elle est partout en même temps.
    Les ingénieurs la matière grise iranienne font des émules .
    Le savoir faire est un acquis qui se transmet s’improvise et se conçoit dans n’importe quelle coin du globe.
    Il suffit de protéger les ingénieur , notés les formules , conserver les plans pour reproduire ailleurs ce qu’ils font chez eux.
    L’iran est un pays pacifiques et compatissant et ne demandent qu’à vivre en parfaite harmonie avec le monde entier.
    Le faite que c’est un pays musulman qui avance scientifiquement déplaît aux pays occidentaux de l’alliance atlantique.

      1. Enchanté de vous avoir parmi nous c’est un honneur.
        Très encourageant et indicatif.
        Merci Monsieur Steve Brown.
        Cordialement

  2. La guerre US au Moyen-Orient se poursuit – Par Steve Brown

    Des rapports disparates, peut-être peu fiables, affirment que l’Arabie saoudite a attaqué le 18 septembre des forces soutenues par l’Iran à la frontière entre la Syrie et l’Irak. Alors qu’Israël a été « blâmé » pour avoir lancé des attaques similaires contre Al Bukamal et en Irak, Israël n’a pas officiellement admis son implication.

    Que les rapports de l’agression saoudienne autour d’al Bukamal soient fiables ou non, la carte du conflit montre que les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite font face à un défi important et croissant pour maintenir leur hégémonie actuelle sur le pétrole, le gaz et les ressources du Moyen Orient.

    Préoccupé par la  » démocratisation de la violence  » après l’incendie de deux terminaux pétroliers saoudiens par des drones relativement peu sophistiqués, Washington fait face à une menace directe contre son autorité de  » policier du monde  » et sera sans doute contraint de réagir.

    Bien qu’aucune action militaire immédiate et manifeste n’ait encore été entreprise par les États-Unis et l’Arabie saoudite contre l’Iran (à part les attaques par procuration potentielles ci-dessus), il existe une pression politique telle qu’une réponse est maintenant obligatoire. L’Iran a montré qu’il pouvait contourner avec succès les sanctions américaines à la suite de la duplicité des Etats-Unis en abandonnant le JCPOA, et l’Iran a formé des alliances efficaces dans tout le Moyen-Orient, de sorte que les récents troubles pour les terminaux pétroliers de l’Arabie saoudite ne font que souligner la nécessité d’agir – au moins aux yeux de Washington !

    Mais d’abord un peu de contexte. Depuis 2018, les analystes et les stratèges contractuels de Washington se préoccupent du croissant chiite* au Moyen-Orient et de sa cohésion croissante en tant que bloc stratégique, tactique et militariste. Par exemple, les combattants de Liwa Fatemiyoun ont joué un rôle crucial dans la défaite des forces de l’ISIS soutenues par les Saoudiens en Syrie centrale, à la grande consternation de Washington dans ses efforts pour faire tomber Assad. La brigade Liwa Zainebiyoun, qui est maintenant une force de combat cohésive contre ISIS en Syrie, et qui se bat au nom du gouvernement syrien légitime, est également efficace – et se bat au nom du gouvernement syrien légitime -, ce qui inquiète beaucoup Washington et l’Arabie saoudite.

    Outre les milices susmentionnées, comprenant des combattants pakistanais et afghans, des combattants iraquiens des groupes AsaibAhl al-Haq, KataibHizbollah, Harakat Hizbollah al-Nujaba (Harakat al-Nujaba) et Kataib Sayyid al-Shuhada et Liwa al-Yum al-Mawud (parfois appelée à tort la Brigade Badr) fournissent aux forces aguerries en Syrie, en soutien des groupes terroristes saoudiens. Ces combattants irakiens sont bien sûr aguerris après des années de résistance à l’invasion et à l’occupation de l’Irak par les Etats-Unis depuis 2003.
    ****************************
    Par souci de brièveté, le « Croissant chiite » * est la suite logique de la rétrocession depuis l’invasion et l’occupation de l’Irak par les Etats-Unis en 2003, et le « Printemps arabe » de l’Etat américain en 2011 – ou plus exactement, le cauchemar du printemps arabe 2011, qui inclut la déstabilisation américaine en Libye, Syrie et Yémen. Nous pouvons également inclure de nombreuses politiques américaines qui ont échoué depuis lors, y compris la trahison des États-Unis en ce qui concerne leur abandon de l’accord du JCPOA avec l’Iran, leur comportement mensonger concernant le « plan de paix » israélo-palestinien, et leur guerre ratée en Afghanistan.

    De même, les feux de pétrole saoudiens ont mis le Royaume dans une situation très embarrassante, en raison de son incapacité à contrecarrer une attaque à partir d’armes de drone relativement peu sophistiquées. Dans l’ensemble, la récente attaque contre l’infrastructure pétrolière saoudienne – d’où qu’elle provienne – a donné une étincelle incendiaire au fusible néoconservateur/néolibéral qui couve dans la ville.

    Bien que les néoconservateurs et les néolibéraux aient reçu de nombreux avantages du régime de Trump, la pression constante des néoconservateurs en faveur de la guerre et de l’intensification de la guerre a été combattue.
    Les néoconservateurs ont manqué de but et d’orientation, comme on l’a observé dans l’ouvrage intitulé Whereither Next Neocons.
    Maintenant, avec la pression pour agir sur les feux de pétrole saoudiens, la pression politique de l’Arabie saoudite et des médias, d’Israël et de Wall Street, il semble que les Néocons ont l pour « prochaine ambition » de pousser Trump à se livrer à une forme de représailles contre l’Iran, que ces représailles soient justifiées ou non.

    Quelles sont les options qui s’offrent aux États-Unis par rapport à l’Iran ?
    Donald Trump a déjà annoncé de nouvelles sanctions contre l’Iran, mais avec des sanctions primaires et secondaires strictes déjà en vigueur, il est difficile d’imaginer comment de nouvelles sanctions américaines contre l’Iran pourraient vraiment avoir un impact. Supposons donc que la réaction logique des Etats-Unis, néo-néo-néo-libérale, face aux incendies saoudiens, consiste à lancer une frappe.
    ********************
    Attaque contre l’infrastructure pétrolière iranienne
    Washington pourrait considérer une attaque contre un terminal pétrolier iranien comme des représailles raisonnables, puisqu’une telle attaque pourrait ne pas faire de victimes – tout comme les incendies pétroliers saoudiens n’ont pas fait de victimes – et qu’une attaque des terminaux pétroliers américains pourrait ne pas inciter les alliés de l’Iran à riposter, autant qu’une attaque militaire directe le ferait.

    Cependant, une frappe américaine sur un terminal pétrolier iranien entraînerait certainement une réponse militaire immédiate de la part de l’Iran, qui fermerait probablement le détroit d’Ormuz avec un impact considérable sur l’économie mondiale. Un tel risque pourrait inclure la panique sur les marchés mondiaux et l’élan nécessaire à l’éclatement du marché des actions et de la bulle monétaire de l’Occident qui existe depuis de nombreuses années déjà.

    Une suggestion connexe est de frapper un gazoduc ou un oléoduc iranien, dont beaucoup existent dans le pays. Une option pour Washington est l’oléoduc Abadan-Ahvaz-Arak-Tehran, qui transporte des produits pétroliers bruts. Une autre possibilité est de bombarder le gazoduc KaziMagomed-Astara-Abadan en Iran, mais l’impact sur l’Azerbaïdjan pourrait l’exclure. Une attaque américaine contre un oléoduc iranien peut sembler attrayante pour le faucon de Washington, si une telle attaque est perçue comme ne provoquant qu’une guerre limitée.

    Mais avec ces risques, il est peu probable qu’une attaque américaine contre l’infrastructure terrestre iranienne se produise, de sorte que les États-Unis pourraient reprendre leurs efforts pour saisir les navires et les navires iraniens, ou les contractants, transportant du pétrole iranien.

    Interdiction par les États-Unis des avoirs pétroliers iraniens
    Les Etats-Unis ont déjà essayé des tactiques d’interdiction pétrolière, n’ayant pas réussi à saisir l’Adrian Darya (Grace-1) ou à soudoyer le capitaine pour qu’il rende le navire ; sa localisation ici est maintenant très douteuse. L’Iran est devenu expert dans l’occultation et l’accomplissement de ses exportations pétrolières, quelles que soient les sanctions américaines. L’Iran a déjà promis que toute attaque des États-Unis ou de leurs alliés en Iran conduirait à la guerre, où le détroit d’Ormuz sera à nouveau fermé, et il a promis qu’il en serait de même pour toute attaque des États-Unis ou de leurs alliés en Iran.

    Et tout blocus de l’Iran a peu de chances d’être efficace. L’Iran contrôle le détroit d’Ormuz. De plus, l’Afghanistan, le Turkménistan, le Pakistan et l’Irak ne fermeront certainement pas leurs frontières à l’Iran – ou ne permettront pas aux États-Unis de le faire – et les Émirats arabes unis, un allié loyal des États-Unis, souffriraient grandement de tout blocus qui ferme également le détroit.

    Frappe américaine sur une cible militaire ou nucléaire
    L’emplacement des installations de missiles de l’Iran est mieux connu du Pentagone américain, tandis que l’installation nucléaire de Nantanz est connue de presque tout le monde, suite à l’attaque de Stuxnet par Israël contre cette installation. Un bombardement de Nantanz par les États-Unis ferait certainement de nombreux morts, et les retombées radioactives d’une telle attaque constitueraient des dommages collatéraux inadmissibles. Il est donc plus probable qu’une attaque limitée des États-Unis contre une installation militaire iranienne se produise, et si l’on souhaite un minimum de pertes, on pourrait envisager une installation de lancement de missiles – ou des multiples d’entre elles -.

    Une attaque américaine contre des sites de missiles iraniens exposerait toutefois les avions de combat américains à un grave danger, et si des avions de combat américains étaient perdus ou détruits, une escalade rapide et grave de la défense de l’Iran contre les belligérants américains serait immédiate, une fois encore avec la fermeture du détroit.

    Attaque au drone contre les dirigeants iraniens ou une cible symbolique
    Une attaque limitée par drone sur une cible symbolique à l’intérieur de l’Iran est une autre considération, mais le choix de la cible sera difficile et ne fournira qu’un retour sévèrement diminué. Washington pourrait tenter d’assassiner un homme politique, un dirigeant ou un chef militaire iranien, mais l’indignation mondiale causée par cet acte pourrait avoir de graves conséquences pour Washington.

    D’autres agressions américano-saoudiennes en Syrie, au Yémen ou en Libye ?
    L’une des réponses américaines aux incendies pétroliers saoudiens pourrait être une nouvelle provocation des Etats-Unis et des Saoudiens en Syrie, au Yémen et peut-être même en Libye, alors que les Etats-Unis tentent de réaffirmer ce qui reste de l’hégémonie américaine et saoudienne israélienne.

    En intensifiant les guerres en Syrie, du Yémen et de la Libye, les États-Unis pourraient combler les pertes actuelles de l’industrie pétrolière saoudienne et déstabiliser davantage la région, sans provoquer une guerre directe par balles avec l’Iran. Par ce moyen, les Etats-Unis pourraient tirer parti des divisions dans le monde arabe pour maintenir l’avantage israélo-américain et réaffirmer l’hégémonie mondiale alors que les feux saoudiens s’estompent à l’arrière-plan. En fait, nous en avons déjà été témoins avec les attaques saoudiennes-israéliennes du 19 septembre contre Al Bukamal en Syrie, près de l’Irak.

    Toutefois, la Fédération de Russie s’est engagée à stabiliser la Syrie (à la suite de l’insurrection inspirée par l’État américain depuis 2011) où les forces américaines pourraient entrer en conflit avec les forces russes et conduire à une escalade générale du conflit. Une telle escalade rehausserait le profil des guerres en Syrie, au Yémen et en Libye également – ce que Washington espère désespérément garder le plus loin de l’esprit de l’Américain moyen.

    Il est facile d’oublier que les tirs de pétrole saoudiens étaient en effet le travail des forces d’Ansarullah pour la défense de leurs terres, et Washington souhaite éviter de souligner la catastrophe au Yémen dont les entrepreneurs américains en armement ont tant profité.

    Une coalition de ceux qui ne veulent pas
    L’Arabie saoudite a peu d’amis au Moyen-Orient. Même les Émirats arabes unis ont pris leurs distances par rapport à l’Arabie saoudite, car la situation militaire en Libye et en Syrie s’est dégradée et a mal tourné pour les représentants des terroristes saoudiens.

    Par exemple, la Turquie ne se joindra à aucune coalition pour attaquer l’Iran. La Turquie s’est retirée de facto de l’OTAN, par l’achat de missiles S-400 et l’intérêt qu’elle porte à l’achat de jets de fabrication russe, ce qui garantit un quasi départ de l’OTAN, même si la Turquie ne l’a pas annoncé publiquement.

    En outre, alors que les bases militaires turques accueillent des avions et des opérations américaines, la Turquie coopère activement avec la Russie et a accepté de s’associer à elle pour des projets de défense en Syrie. Puisque la Turquie et la Russie coopèrent en Syrie, il ne fait aucun doute que la Turquie coopérera également avec l’Iran. En effet, la Turquie a publiquement déclaré qu’elle n’autorisera pas l’utilisation de ses bases dans une attaque contre l’Iran, par les Etats-Unis.

    L’Irak ne se joindra pas non plus à une coalition contre l’Iran. L’Irak exige depuis des années que les États-Unis cessent leur occupation de l’Irak et retirent leurs forces, et l’Irak a également déclaré qu’il ne permettrait pas que son territoire soit utilisé comme base pour attaquer l’Iran.

    La possibilité d’une implication irakienne dans une action locale contre les Etats-Unis en cas de guerre avec l’Iran est rarement mentionnée par la presse occidentale, mais doit être une préoccupation bien réelle pour les joueurs du Pentagone en guerre.

    Les Émirats arabes unis – traditionnellement un allié agressif des États-Unis dans la région – n’ont que trop conscience de ces changements géopolitiques et ont récemment renoncé à leur confrontation de longue date avec l’Iran. Selon certaines sources, les Émirats arabes unis ont reconsidéré leur soutien aux États-Unis après avoir perdu des contrats clés d’entreprises américaines au profit d’autres pays de la région. En outre, les Émirats arabes unis n’ont rien réalisé à la suite de leur intervention militaire coûteuse en Libye et au Yémen, et n’ont pas reçu le soutien des États-Unis sur place.

    Les Émirats arabes unis s’inquiètent de la vulnérabilité de leur propre économie en cas de guerre entre les États-Unis et l’Iran, et ils ont également eu des doutes lorsque la trahison américaine a entraîné le retrait unilatéral des États-Unis de l’accord JCPOA avec l’Iran. En bref, les Émirats arabes unis ne sont pas favorables à une guerre entre les États-Unis et l’Iran.

    La Russie et la Chine ont publiquement et en privé exhorté les États-Unis à retirer les menaces américaines contre l’Iran, et aucun des deux pays ne participerait bien sûr à une coalition contre l’Iran. Même les Îles Salomon ont reconsidéré leur déférence à l’égard des États-Unis, où Manasseh Sogavare a coupé les liens avec Taïwan et reconnu la revendication de la Chine sur la chaîne insulaire ; il est donc probable que les Îles Marshall, la Micronésie, Palau – et les Îles Salomon – ne feront pas partie de cette coalition !

    En fait, les États-Unis ont tellement de mal à rassembler des appuis pour leur projet d’attaque contre l’Iran (outre les suspects habituels comme l’Angleterre et peut-être la Pologne) que c’est en partie la raison du retard des États-Unis à agir. En conclusion, nous devons espérer que des têtes plus froides l’emporteront et qu’aucune attaque des États-Unis ou de l’Arabie saoudite contre l’Iran ne se produira, et que les nombreuses guerres auxquelles participent les États-Unis, l’Arabie saoudite et Israël, avec leur soutien, seront combattues par une pression publique pour la paix.

    *Le croissan chiite est un terme notionnel favorisé par Washington et les principaux médias pour la catégorisation et la division.
    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.