According to Glenn Kessler’s September 27th Washington Post article, ‘A quick guide to Trump’s false claims about Ukraine and the Bidens’, « Biden was among the many Western officials who pressed for the removal of Shokin because he actually was not investigating the corruption endemic to the country.. » 

That is, Ukraine corruption as alleged by Obama’s US State Department, alleged versus Yanukovych who had good relations with Russia. Meanwhile Biden, Clinton, and Kerry engineered their Maidan coup versus Yanukovych in 2014 …otherwise called « Impressive Tradecraft” by Victoria Kagan-Nuland’s own words. That US coup resulted in an even more unstable and corrupt regime in Ukraine, namely Yatsenyuk’s, and then Poroshenko’s. 

Make no mistake, the United States engineered that 2014 Ukraine coup beginning in 2011, and thus destabilized the Ukraine by 2014 where Yanukovych fled, eventually replaced by Yatsenyuk. Consequently, Yatsenyuk and his truly corrupt government feared Trump’s candidacy when Trump made overtures to Russia, after Trump emerged as US presidential candidate by June of 2015. 

Yatsenyuk, fearful of a Trump presidency friendly to Russia, actively endorsed cyberwarfare versus Trump’s candidacy and presidency. Yatsenyuk took to social media to discredit Trump on many occasions, and as Prime Minister from 27 November 2014, to 14 April 2016, Yatsenyuk instructed the Ukraine’s own cyberwarfare networks – among the most advanced in the world – to use social media and other means to target MrTrump.   

In 2015, Yatsenyuk’s fears about a Trump candidacy turned to panic when a GOP statement about military support for the Ukraine disappeared from the GOP’s campaign platform. But Trump eventually bowed to his Neocon masters and agreed to supply weapons to the Ukraine in 2017.  

For Trump’s part, his populist 2015 campaign appealed to a broad swath of Americans on many issues, including better relations with Russia, upon which most all informed Americans agreed;that is, outside the Beltway, major media, and DC political circles.

While that pro-Russia stance provided many popular votes to Trump, it was a surprise to most when he won the presidential election.  That surprise particularly impacted Democrats, and so followed Russiagate… now history. Considering the foregoing in light of that history, this new “smoking gun” Ukrainegatescandal can only be described as a new setup and trap into which Mr Trump has fallen. 

Now it is certain that no major media outlet wishes to revisit the history of Kagan-Nuland’s debacle in the Ukraine, even though Washington considers the Ukraine tragedy to be its brightest Tradecraft moment in many years. To revisit the Ukraine narrativewill embarrass not only Biden… but Obama, the DNC, and the entire DC cess pit, inclusive of both parties Republican and Democrat. And that is the magnitude of the sinking ship Trump finds himself in, far more treacherous than any swamp.

That is in no way to defend Donald Trump. MrTrump has made many grievous errors. From moving the US embassy in Israel to Jerusalem; illegally endorsing Israel’s illegal annexation of the Golan; treacherously jettisoning the JCPOA; failing to confront Saudi Arabia and US State support for terror in the Middle East including Libya and the Sudan; hiring John Bolton and Mike Pompeo; appointing his son as advisor to the Israeli-Palestinian conflict; failing to disengage from Syria and Afghanistan while turning a blind eye to Saudi aggression in Yemen; inciting tensions with Iran; general indecision and lying, etc. The only real success Mr Trump has had is by keeping the US out of new wars, that the Neocons and Neoliberals constantly push for.

The Washington establishment appears to be prevailing here, however the political class must be careful about what it wishes for, and the end game too. Do they have a plan?  If so, what could it be? One threat that the political class facesis the possibility that some minimal fairness still exists in the US political system, where Trump’s clumsy and rather stupid overtures to Zelensky will be seen as unimpeachable and the swamp creatures will be forced to move on, nothing to see here.

More likely, the political class will simply use thisUkrainegate‘scandal’ not to impeach, but to tighten screws further. One possibility, Elites can use this opportunity to force Trump into a trade deal with China on China’s terms. Or more sinister yet, Elitescould push for new US aggression in Syria — or for a war with Iran. Any such event will push Ukrainegate out of the headlines, which will be welcomed by Trump, and by the political class, if they have no real plan.

Regardless, we are now experiencing a major media frenzy of disinformation to the extreme, where virtually nothing published about Ukrainegate can be trusted or believed. Even alternative media sites are publishing claptrap unrelated to reality, true history, or an accurate narrative on the Ukraine. It is a form of revisionist history and psychological warfare on the public that is not only dangerous, but demeaning to the people.

That Mr Trump or his associates might somehow present the true narrative about what happened in the Ukraine and how that history transpired, in truth, seems unimaginable. The American public seem incapable of knowing or accepting the truth about the Ukraine, and they certainly will not be presented with that truth by the major media. Trump too has somewhat boxed himself into a corner at a time when trade tensions and many other geo-political concerns are raging.

The question is whether US Congress is smart enough to see that an impeachment inquiry is pointless and damaging, and that dredging up Ukraine history is like dredging up a can of worms… a particularly nasty can of worms that will only look bad for Washington, and send the US further into its accelerating political decline.

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

2 commentaires

  1. Il n’y aura pas d’enquête en vue d’une éventuelle destitution du 45 ème président des États Unis Donald Trump.
    Il n’y aura pas un nouveau scandale watergate.
    Il y aura certainement des agitations de par et d’autres à travers des médias politisés et de parti politiques pour rappeler ce qu’est Donald Trump un tricheur comploteurs avec des parties étrangères en vue d’un partage peut scrupuleux surgent le dos d’un peuple .
    Ce qui à mon humble avis n’aura aucun intérêt du peuple américain.
    Ce dernier a d’autres soucis à gérer qui le touche directement au quotidien.
    Celui de continuer à vivre dignement où à survivre en sachant que demain rien n’est certain.
    La par de la Russie était de ramener au pays notamment dans la mère patrie Russie ce qui lui appartenait autrefois la CRIMÉ.
    Un port stratégique important pour la flotte russe.
    Et pour pour cela il fallait utiliser la pénétration cybernétiques pour faire élire Donald Trump par des moyens peu orthodoxe.
    Les prochaines élections approches et rumuet le passé de Trump fait parti de  » Tout les coups sont permis pour la présidence  »
    Cela n’enlève rien à tout ce qui c’est passé auparavant pour en arriver là oubse trouve la l’ukraine et Donald Trump.si clairement détaillées par le grand reporter Steve Brown
    Pour eux ; seul a fin justifie les moyens.
    Amicalement à vous Steve Brown

  2. Ukrainegate : Le retour d’un travaille impressionnant – Par Steve Brown

    Selon l’article de Glenn Kessler paru dans le Washington Post le 27 septembre,  » Un guide rapide des fausses affirmations de Trump sur l’Ukraine et les Bidens « ,  » Biden faisait partie des nombreux responsables occidentaux qui ont demandé le renvoi de Shokin parce qu’il ne menait pas d’enquête sur la corruption endémique au pays ?

    C’est-à-dire, la corruption en Ukraine, comme l’a allégué le département d’État américain d’Obama, contre Ianoukovitch qui avait de bonnes relations avec la Russie. Pendant ce temps, Biden, Clinton et Kerry ont organisé leur coup d’État de Maidan contre Ianoukovitch en 2014…autrement appelé « Impressionnant travail » par Victoria Kagan-Nuland elle-même dans ses mots. Ce coup d’État américain a donné lieu à un régime encore plus instable et corrompu en Ukraine, à savoir celui de Yatsenyuk, puis celui de Porochenko.

    Ne vous y trompez pas, les États-Unis ont organisé le coup d’État ukrainien de 2014 à partir de 2011 et ont ainsi déstabilisé l’Ukraine d’ici 2014, où Ianoukovitch a fui, pour finalement être remplacé par Iatsenyuk. Par conséquent, Yatsenyuk et son gouvernement vraiment corrompu craignaient la candidature de Trump lorsque celui-ci a fait des ouvertures à la Russie, après que Trump se soit présenté comme candidat à la présidence américaine en juin 2015.

    Yatsenyuk, craignant une présidence de Trump favorable à la Russie, a activement appuyé la cyberguerre contre la candidature et la présidence de Trump. M. Yatsenyuk s’est servi des médias sociaux pour discréditer M. Trump à maintes reprises et, à titre de premier ministre du 27 novembre 2014 au 14 avril 2016, M. Yatsenyuk a demandé aux réseaux de cyberguerre de l’Ukraine – parmi les plus avancés au monde – d’utiliser les médias sociaux et autres moyens pour cibler M. Trump.

    En 2015, les craintes de M. Yatsenyuk au sujet d’une candidature de Trump se sont transformées en panique lorsqu’une déclaration du GOP sur le soutien militaire à l’Ukraine a disparu du programme électoral du GOP. Mais Trump s’est finalement incliné devant ses maîtres néoconservateurs et a accepté de fournir des armes à l’Ukraine en 2017.

    Pour sa part, sa campagne populiste de 2015 a fait appel à un large éventail d’Américains sur de nombreuses questions, y compris l’amélioration des relations avec la Russie, sur laquelle la plupart des Américains informés étaient d’accord ; c’est-à-dire, en dehors du périphérique, les principaux médias et les milieux politiques de DC.

    Alors que cette position pro-russe a fourni de nombreux votes populaires à Trump, il a été une surprise pour la plupart quand il a remporté l’élection présidentielle. Cette surprise a particulièrement touché les démocrates, et a donc été suivi du Russiagate… maintenant l’histoire. Compte tenu de ce qui précède à la lumière de cette histoire, ce nouveau chandelier Ukrainegates « smoking gun » ne peut être décrit que comme un nouveau piège dans lequel M. Trump est tombé.

    Aujourd’hui, il est certain qu’aucun grand média ne souhaite revenir sur l’histoire de la débâcle de Kagan-Nuland en Ukraine, même si Washington considère la tragédie ukrainienne comme son plus brillant moment de Tradecraft depuis des années. Revoir le récit de l’Ukraine embarrassera non seulement Biden… mais Obama, le DNC, et toute la fosse d’abandon de DC, y compris les deux partis républicain et démocrate. Et c’est l’ampleur du naufrage du navire Trump qui se retrouve dans une situation beaucoup plus dangereuse que n’importe quel marais.

    Ce n’est en aucun cas pour défendre Donald Trump. MrTrump a commis de nombreuses erreurs graves. Du déplacement de l’ambassade des États-Unis en Israël à Jérusalem ; de l’approbation illégale de l’annexion illégale du Golan par Israël ; de l’abandon traître du JCPOA ; de l’échec de l’Arabie saoudite et du soutien de l’État américain au terrorisme au Moyen-Orient, notamment en Libye et au Soudan ; l’embauche de John Bolton et Mike Pompeo ; la nomination de son fils comme conseiller dans le conflit israélo-palestinien ; le fait de ne pas se désengager de la Syrie et de l’Afghanistan tout en fermant les yeux sur l’agression saoudienne au Yémen ; l’incitation aux tensions avec l’Iran ; l’indécision générale et le mensonge, etc. Le seul véritable succès de M. Trump est d’avoir tenu les États-Unis à l’écart des nouvelles guerres, que les néoconservateurs et les néolibéraux ne cessent de réclamer.

    L’establishment de Washington semble l’emporter ici, mais la classe politique doit faire attention à ce qu’elle souhaite, et à la fin du jeu aussi. Ont-ils un plan ? Dans l’affirmative, qu’est-ce que cela pourrait être ? Une menace que la classe politique facétie la possibilité qu’une certaine équité minimale existe encore dans le système politique américain, où les ouvertures maladroites et plutôt stupides de Trump à Zelensky sera considérée comme irréprochable et les créatures des marais seront forcés d’avancer, circulez, rien à voir ici.

    Plus probablement, la classe politique utilisera simplement ce  » scandale  » de l’Ukrainegate non pas pour le mettre en accusation, mais pour resserrer davantage les vis. Une possibilité, les élites peuvent profiter de cette occasion pour forcer Trump dans un accord commercial avec la Chine selon les termes de la Chine. Ou plus sinistre encore, les Elites pourraient faire pression pour une nouvelle agression américaine en Syrie – ou pour une guerre avec l’Iran. Tout événement de ce genre poussera Ukrainegate hors des gros titres, ce qui sera bien accueilli par Trump, et par la classe politique, s’ils n’ont pas de véritable plan.

    Quoi qu’il en soit, nous vivons actuellement une frénésie médiatique majeure de désinformation à l’extrême, où pratiquement rien de ce qui est publié sur Ukrainegate n’est digne de confiance. Même les sites de médias alternatifs publient des bêtises sans rapport avec la réalité, l’histoire vraie ou un récit précis sur l’Ukraine. C’est une forme d’histoire révisionniste et de guerre psychologique contre le public qui est non seulement dangereuse, mais dégradante pour le peuple.

    Que M. Trump ou ses associés puissent en quelque sorte présenter le vrai récit de ce qui s’est passé en Ukraine et comment cette histoire s’est déroulée, en vérité, semble inimaginable. Le public américain semble incapable de connaître ou d’accepter la vérité sur l’Ukraine, et les grands médias ne lui présenteront certainement pas cette vérité. Trump lui aussi s’est quelque peu enlisé dans un coin à un moment où les tensions commerciales et de nombreuses autres préoccupations géopolitiques font rage.

    La question est de savoir si le Congrès américain est assez intelligent pour voir qu’une enquête de destitution est inutile et dommageable, et que déterrer l’histoire de l’Ukraine est comme déterrer une boîte de Pandore… un vilain bocal qui ne sera pas beau pour Washington et les États-Unis seront encore dans son déclin politique en accélération.

    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.