Apparu comme par magie à l’occasion de la parade militaire à l’occasion du 70ème de la République populaire de Chine: le Gongji-11 ou GJ-11, un drone furtif lourd de combat dont le design en aile volante laisse entrevoir des capacités exceptionnelles. Le GJ-11 est en service actif. Une telle machine est capable de pénétrer profondément bien au-delà des dispositifs d’une défense aérienne extrêmement dense et de lancer ses munitions intelligentes emportées dans des baies fermées.

Après l’Okhotnik russe, le Gongji-11 chinois annonce une nouvelle ère dans l’histoire de l’aviation de combat où le pilote embarqué sera facultatif ou mieux optionnel. Les deux drones lourds et furtifs peuvent faire office de chasseurs-bombardiers robotisés volant en tandem avec des aéronefs pilotés par des humains ou s’en passant totalement, suivant la tactique de l’essaim ou de la meute intetconnectés. Le GJ-11 dispose en outre de la possibilité de contrôler des drones plus petits volant près de lui à basse altitude un peu comme les poissons-pilotes ou Rémoras accompagnent les requins dans la mer.

Ce type de drone utilisant des niveaux complexes du BeiDu militaire chinois est extrêmement difficile à intercepter par les défenses aériennes modernes, lesquelles ont toutes les peines du monde à détecter des drones civils bon marché utilisés comme des bombes kamikazes.

Le premier ministre pakistanais Imran Khan a raison: Washington était tellement occupé à dépenser des trillions de dollars dans les montagnes désolés d’Afghanistan afin d’alimenter un système de corruption bénéficiant au complexe militaro-industriel et ses parasites qu’il n’a pas vu la montée en puissance de la Chine, qu’il considère toujours arriérés suivant un cliché typiquement hollywoodien. Or, s’il y a une chose que cette parade militaire chinoise vient de prouver à nouveau, c’est que les chinois sont probablement bien plus en avance que ne le croient la majorité des centres d’analyse et autres think-tanks spécialisés.

La Chine, vexée et blessée dans son amour-propre, cache bien de surprises stratégiques et il n’y a que les élites occidentales qui nient cette vérité jusqu’au jour où elle leur tombera sur la tête avec une precision milimétrique.

Publicités

10 commentaires


  1. @ Strategika51
    vous aviez mis un article aujourd’hui même évoquant vos récents tracas et vôtre éloignement dans un pays étranger.
    Etc…..etc……
    Et vous avez retirer cet article publié en même temps que les autres billets.
    Pourquoi.
    J’avoue que quelques chose m’échappe.
    Et je me pose des questions. ………

    1. Author

      L’article évoquant les problèmes techniques date de deux jours.
      Voici les articles publiés aujourd’hui :

      1. L’Ukrainegate a mis à nu la corruption générée par les guerres hybrides de l’Empire;
      2. Des missiles stratégiques JL-2, DF-17, CG-100, DF-31 et DF-41 défilent à Beijing à l’occasion du 7ème anniversaire de la République populaire de Chine;

      3. Après le B-70 Okhotnik russe, voici le Gongji-11 (GJ-11) chinois et il est impressionnant !

      Et voici la liste des articles publiés hier:

      1. Guerre du Yémen: les rebelles Houthis diffusent des images de leurs opérations à Najrane et affirment avoir capturé 2000 soldats de la coalition saoudienne;
    2. Test d’endurance d’un fusil Kalashnikov AK-74M: tir non stop jusqu’à son endommagement

    3. Je n’ai supprimé aucun article.

      Cordialement

      PS: pour d’autres questions, prière de me contacter. Merci.

      1. @ Strategika51
        Je vous remercie d’avoir pris la peine de me répondre.
        Après vérification il s’avère que vous avez raison.
        Je ne sais pas ce que j’ai cafouillé.
        Autant pour moi .
        Cordialement mon ami.

        1. Pour ma part, je peux lire un commentaire sur ma boite mail mais le lien pour accédé à cet article ne marche pas 😉
          https://strategika51.org/archives/14366

          – L'article "Strategika51 au front…" du 29/10/2016 ?⤵️

          [… Après une brève éclipse, votre humble serviteur est de retour. Pas tout à fait mais presque. Est-on mieux informé de ce qui ce passe par exemple en Syrie-Irak en étant physiquement sur site?

          Paradoxalement, non. On arrive à voir ou sentir certains points de détail mais jamais le plan global. C’est le brouillard de guerre. Par conséquent et pour la simple raison que je n’ai pas du tout envie de me prendre un obus perdu ou une roquette folle sur la tête, j’ai décidé d’installer mon fauteuil un peu plus loin à l’Ouest de ce cirque sanglant. la position est certes inconfortable mais la vue est quasiment panoramique.

          Vous l’aurez sans doute compris, je suis de retour aux affaires. Pour votre plus grand plaisir…

          Désormais, ce blog est l’un des rares à être SUR PLACE. Un monde qui bouge, en coulant… …]

          1. Merci hectorscamandrios!! y sont pas gentils avec avec moi les cafards… 😉 😊

  2. Les deux nouveaux drones, le russe et le chinois, ont un « air de famille » avec le drone américain « RQ-170 Sentinel » hacké en 2011 par l’Iran suite à un survol d’espionnage illégal du territoire iranien.

    Ça laisse supposer qu’il y a eu rétro-ingénierie du RQ-170 capturé en 2011 (bien évidemment), et surtout collaboration fructueuse entre l’Iran, la Russie et la Chine pour désosser et comprendre tous les ressorts de cette surnommée « bête de Kandahar » à X milliards de $ pièce.

    Pas de bol pour les USA : RQ-170 mis en service en 2009, capturé par l’Iran en 2011, terminé de rétro-ingéniéré et amélioré/produit/mis en service en 2019 dix ans plus tard par l’Iran, la Chine et la Russie dans des déclinaisons locales particulières.

    RQ-170 Sentinel « la bête de Kandahar » :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Lockheed_Martin_RQ-170_Sentinel

    Iran–U.S. RQ-170 incident 2011 :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Iran%E2%80%93U.S._RQ-170_incident

    1. Il semblerait que les iraniens se soient construit une spécialité dans le hack de drones US 😀

      « Iran’s drone-hack just the beginning »

      « WATCH: US blows up drone hacked by Iran »

      Ça interroge sur le niveau de sécurisation de ces drones US, on aurait du mal à imaginer qu’ils soient « si facilement » hackables ; ça interroge aussi sur le niveau informatique atteint par l’armée iranienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.