Stats

  • 6 333 100 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
24/11/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Après le B-70 Okhotnik russe, voici le Gongji-11 (GJ-11) chinois et il est impressionnant !

Apparu comme par magie à l’occasion de la parade militaire à l’occasion du 70ème de la République populaire de Chine: le Gongji-11 ou GJ-11, un drone furtif lourd de combat dont le design en aile volante laisse entrevoir des capacités exceptionnelles. Le GJ-11 est en service actif. Une telle machine est capable de pénétrer profondément bien au-delà des dispositifs d’une défense aérienne extrêmement dense et de lancer ses munitions intelligentes emportées dans des baies fermées.

Après l’Okhotnik russe, le Gongji-11 chinois annonce une nouvelle ère dans l’histoire de l’aviation de combat où le pilote embarqué sera facultatif ou mieux optionnel. Les deux drones lourds et furtifs peuvent faire office de chasseurs-bombardiers robotisés volant en tandem avec des aéronefs pilotés par des humains ou s’en passant totalement, suivant la tactique de l’essaim ou de la meute intetconnectés. Le GJ-11 dispose en outre de la possibilité de contrôler des drones plus petits volant près de lui à basse altitude un peu comme les poissons-pilotes ou Rémoras accompagnent les requins dans la mer.

Ce type de drone utilisant des niveaux complexes du BeiDu militaire chinois est extrêmement difficile à intercepter par les défenses aériennes modernes, lesquelles ont toutes les peines du monde à détecter des drones civils bon marché utilisés comme des bombes kamikazes.

Le premier ministre pakistanais Imran Khan a raison: Washington était tellement occupé à dépenser des trillions de dollars dans les montagnes désolés d’Afghanistan afin d’alimenter un système de corruption bénéficiant au complexe militaro-industriel et ses parasites qu’il n’a pas vu la montée en puissance de la Chine, qu’il considère toujours arriérés suivant un cliché typiquement hollywoodien. Or, s’il y a une chose que cette parade militaire chinoise vient de prouver à nouveau, c’est que les chinois sont probablement bien plus en avance que ne le croient la majorité des centres d’analyse et autres think-tanks spécialisés.

La Chine, vexée et blessée dans son amour-propre, cache bien de surprises stratégiques et il n’y a que les élites occidentales qui nient cette vérité jusqu’au jour où elle leur tombera sur la tête avec une precision milimétrique.

%d blogueurs aiment cette page :