Le nouveau Tweet du président Américain Donald Trump sur la situation dans l’extrême Nord de la Syrie est digne de figurer dans une collection d’anthologie:

« Comme je l’ai fortement affirmé avant et juste réitéré, si la Turquie fait quoique ce soit que je considère, dans ma grande et incomparable sagesse, comme hors limites, je vais totalement détruire et anéantir l’économie de la Turquie (je l’ai fait avant)… [Ils doivent se joindre aux européens et les autres pour veiller sur Daech pendant notre absence]

Ce tweet est époustouflant !

Le président Trump parle d’anéantir une économie de plus de 2200 milliards de dollars US en parité de pouvoir d’achat.

L’usage paradoxale et exagéré de l’expression « ma grande et incomparable sagesse » ne peut se comprendre ici que comme un langage codé en direction de son homologue et ami turc, Tayep Reçep Erdogan à moins que Donald Trump n’ait subitement reçu la révélation divine comme Confucius, Socrate, Aristote, Jésus et Muhammed (Mahomet).

En réalité, la situation demeure confuse à l’extrême Nord de la Syrie et les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être. La coopération militaire et sécuritaire entre les États-Unis et la Turquie est plus qu’exemplaire et Damas redoute une invasion turque sous le fallacieux prétexte de combattre les kurdes. Pour Damas, les kurdes syriens demeurent syriens même s’ils revendiquent un séparatisme consacré de facto sur le terrain.

Les turcs pourraient donc jouer le rôle du fou dans une partie de jeu d’échecs et aller de l’avant à l’est de l’Euphrate. Trump n’a fait qu’emprunter un code de langage fort usité du temps du Grand Turc et des grands sultans Ghazis des siècles de la suprématie militaire ottomane.

Ce qui demeure certain est que les turcs ne voudront jamais d’un État autonome kurde à cheval entre le Kurdistan irakien et le Nord de la Syrie quitte à recourir à l’anéantissement total au sens le plus pur tel que préconisé par Clausewitz. Ils n’hésiteront pas à le faire.

Autre certitude, les kurdes se font toujours avoir parce qu’ils courent vingt lièvres à la fois. On ne ne peut s’attendre à un retour d’ascenseur quand on monnaye sa loyauté au plus offrant et que l’on change de veste dès qu’il n’y a plus d’intérêt concret et immédiat.

Comme Trump, le président turc ne connaît pas trop le sens de la mesure et pourrait plonger tête la première dans un conflit meurtrier et ouvert sans hésitation aucune. D’autant plus qu’il s’agit de kurdes et derrière eux le régime syrien qu’il déteste au plus haut point.

Ce cinéma comporte des équations à plusieurs inconnues.

Dans la mesure où Erdogan compte établir une ceinture de sécurité dans le Nord de la Syrie et y faire venir des réfugiés syriens Arabes ou Turcomans qu’il héberge en Turquie, on sera face à une politique de nettoyage ethnique par remplacement car les kurdes extrêmement turbulents et effrontés du nord syrien seront alors confrontés à deux choix possibles:

1. Se réfugier auprès des zones sous contrôle gouvernemental syrien et par conséquent reconnaître la souveraineté syrienne. Ce que beaucoup d’entre-eux refusent.

2. Fuir vers le très prospère Kurdistan irakien et continuer le combat avec l’argent des revenus pétrolier de l’Irak et des subsides émanant de pays de l’Union européenne.

Les turcs ont été plus intelligents: leurs premières frappes aériennes ont pris pour cible les confins syro-irakiens. C’es est le point nodal de l’économie souterraine kurde.

Le reste des kurdes seront pressés par la force de se décaler vers le Sud où ils seront forcés d’avoir des rapports plus ou moins normaux avec l’armée syrienne en cours de reconstruction.

Les Turcs en éclaireurs pour frayer la voie aux Américains. C’est du déjà vu. Les kurdes apprennent que leur utopie a peu de choses en commun avec la realpolitik et les intérêts stratégiques des puissances régionales et mondiales.

Les médias n’y verront que du feu.

Le conflit au Levant continue. Avec des masques vénitiens à peine perceptibles cette fois.

Pour notre part, nous ne revendiquons aucune forme de sagesse dans un monde de fous. Nous nous contentons d’observer et parfois de subir cette folie, laquelle dépasse de loin notre folie. Érasme qui écrivit il y a fort longtemps l’Éloge de la Folie n’aurait eu rien à dire aujourd’hui.

Publicités

27 commentaires

  1. Première suite de l’essai pour répondre au pourquoi toutes les tentatives d’instaurer un ordre humain égalitaire et libre ont échoué.
    Texte de Michel Dakar, chercheur en politique globale, autonome, Villequier ex-France, province coloniale en cours de dépeçage de l’Empire ex-mondial israélo-US, nécrogène, en voie de dislocation rapide, le 9 octobre 2019.
    Texte au 4 octobre 2019, au 9 octobre 2019, à suivre.
    http://www.aredam.net/premiere-suite-essai-pour-repondre-au-pourquoi-toutes-les-tentatives-d-instaurer-un-ordre-humain-egalitaire-et-libre-ont-echoue.html

    Texte au 4 octobre 2019.

    C’est bien l’unique question qui est à traiter, et bizarrement, personne ne l’a fait et ne le fait.

    Anarchisme, communisme, socialisme, tout a échoué. Pourquoi ?

    Toutes les tentatives du 19ème siècle et du 20ème siècle pour vivre en communauté égalitaire ont échoué.

    Le cauchemar total a recouvert intégralement la surface de la planète humaine, qui est devenu l’enfer décrit dans les religions.

    L’enfer n’est pas dans la vie après la mort, mais ici et maintenant.

    Pourquoi est-il si difficile de s’extirper de l’enfer alors que l’on connaît ce que doit être le paradis, décrit par les idées anarchiste, communiste, socialiste.

    Texte au 9 octobre 2019.

    Le problème est extrêmement difficile à poser, car il porte sur soi-même.

    Il n’y a pas à rechercher ailleurs qu’en soi-même la réponse au questionnement du pourquoi toutes les tentatives faites pour instaurer un ordre humain heureux ont échoué.

    Et pénétrer, voyager en soi-même, est le plus impossible des voyages, car pour illustrer, il faudrait imaginer une main et un gant, le gant est la couche la plus extérieure de la conscience, la peau de la conscience, la main dans le gant est la partie centrale de la conscience, le corps de la conscience, et le voyage en soi-même, pour y rechercher la cause du malheur humain, revient à faire pénétrer le gant dans la main qu’il recouvre. Mais malgré la difficulté, on va essayer.

    Qu’est-ce qu’un gant ? Une peau. Qu’est-ce que la peau ? La limite, la frontière, entre le corps et l’extérieur.

    La limite a-t-elle en elle-même une existence ?

    Non, elle n’existe que dans le rapport intérieur-extérieur.

    Alors comment une chose qui n’a pas d’existence propre, la limite, peut-elle être le véhicule de l’exploration de ce qui existe, l’intérieur et l’extérieur, dont elle n’est que le rapport ?

    Simplement parce que l’intérieur et l’extérieur ne sont des notions valables que parce que la notion de limite est elle-même valable.

    Autrement dit, on se trouve dans un contexte identique à celui du monde des mathématiciens, des postulats, des créations d’idées, permettant d’établir de bases virtuelles servant à résoudre des problèmes réels, comme le monde des nombres imaginaires (la racine carré de -1 qui n’existe pas).

    Autrement dit, la limite est une création de l’esprit, et donc, les notions d’intérieur et d’extérieur sont de même des créations de l’esprit.

    Mais que recouvre les idées d’intérieur, d’extérieur et de limite ?

    L’idée de rupture.

    La notion de rupture est elle-même une création de l’esprit.

    Elle est même centrale dans l’esprit humain.

    Nous sommes construits sur l’idée de rupture.

    Quel est l’opposé de l’idée de rupture, celle de continuité.

    Au-delà, qu’est-ce qui transcende les idées de rupture et de continuité ?

    L’idée de contraire, d’opposé, de différentié.

    Au-delà encore, qu’est-ce qui transcende le différentié de l’indifférentié ?

    Encore une fois la rupture, et encore une fois, on se trouve ramené dans le contexte de la création d’idées, comme pour le monde des nombres imaginaires.

    Là commence alors la vraie avancée, celle de s’extirper de la création d’idée, soit de développer un mode d’être saisissant le réel directement.

    Existe-t-il déjà un mode d’être permettant de saisir directement le réel, sans passer par l’imaginaire, soit une infinité d’univers artificiels, qui ne font qu’induire une infinité de ruptures avec la réalité ?

    Ce mode d’être existe, c’est celui des animaux, des végétaux et de toutes les formes de vie présentes sur la planète, sauf celle humaine.

    Toutes les formes de vie autres qu’humaine, sont exemptes de ruptures.

    Pour avancer dans l’exploration du problème intrinsèque à l’humain de son incapacité au bonheur, il faut donc adopter un mode d’être animal, ou végétal, ou autres, un mode d’être structuré sur la présence, car la rupture peut se résumer par l’absence.

    Les animaux, les végétaux et autres formes de vie sauf celle humaine sont présentes. La forme de vie humaine est absente.

    C’est cet état d’absence qui provoque le malheur.

    Le malheur est cependant ressenti par l’être humain, et depuis peu, par l’ensemble des individus constituant l’espèce humaine, car l’état de malheur devient depuis peu impossible à masquer.

    Si cet état de malheur est ressenti, c’est qu’il existe toujours en l’humain un état de non-rupture, car si l’état de rupture était total, l’humain ne ressentirait pas le malheur, il serait pleinement satisfait du cauchemar dans lequel il s’enfonce et qui devient la totalité de son univers.

    Cet état de non-rupture toujours présent en l’humain, est celui propre à l’animal, au végétal et aux autres formes de vie sauf humaine.

    Il faut pour la facilité d’écriture tenter de qualifier cet état.

    Il a déjà été qualifié politiquement, c’est l’état d’anarchie.

    Qu’est-ce que l’anarchie ?

    C’est l’absence d’autorité.

    La simple observation du monde animal et autres sauf humain vérifie que l’humain est la seule forme de vie régie par l’autorité.

    Chez toutes les autres formes de vie, la confrontation entre individus et entre espèces est constante, il n’y a pas d’établissement d’une autorité, tout statut est à chaque instant contesté. Il suffit d’observer comment cela se passe dans n’importe quel groupe animal pour s’en persuader. Autorité est synonyme de stabilité. La stabilité n’existe pas chez l’animal, pas un seul instant.

    L’humain est la seule espèce qui a figé les rapports entre individus et entre espèces.

    C’est de cette immobilisation qu’est venue l’idée de rupture, car entre entités et statuts mouvants, il ne peut y avoir d’idée de rupture, il n’existe que la continuité, la globalité.

    L’immobilisation se concrétise dans l’idée de propriété.

    Le mouvement anarchiste qui est européen, est un mouvement animal, instinctif, de recherche du bonheur, et qui a abordé instinctivement les vraies causes et les vrais remèdes du malheur humain.

    Les mouvements communiste ou socialiste ne sont que des formes édulcorées du mouvement anarchiste.

    Ce n’est pas un hasard que le mouvement anarchiste soit apparu lors de l’industrialisation, car ce qui caractérise cette époque est la mécanisation, la machine, le robot, et le robot, ou actuel ordinateur qui est la forme la plus élaborée de machine, de robot, n’est que la stade final du processus de rupture, qui devient évident, rupture d’avec la vie., rupture d’avec le bonheur. Il n’y a pas plus en rupture d’avec la vie, et le bonheur que la machine.

    Sur le plan politique, l’autorité et la propriété mènent au robot, l’humain se transformant en machine, le bonheur disparaissant. C’est ce que nous constatons maintenant de façon évidente.

    Maintenant, il revient à avancer dans la restitution au sein de l’humain, c’est à dire de chacun, de soi, de la continuité animale, car seule cette continuité peut permettre de résoudre le problème de rupture de l’humain.

    C’est un réel travail de reconstitution.

    Il est maintenant urgent de le faire, et surtout, de parvenir à une thérapie concrète et efficace.

    A suivre …

  2. Une autre adage a leurs sujet est,  » Les kurdes n’ont d’amis que les montagnes « , l’autre fois en marge d’une manifestation Pro-Kurdes, j’interpellais un manifestant qui me semblait aguerri sur le sujet pour lui demander, pourquoi l’entité kurdes est t elle prompt à changé de camps, d’alliés et d’ennemis ? Ce à quoi il m’a répondu « c’est comme au Poker !  » … Dubitatif.


  3. Abū al-Qāsim MUHAMMAD ibn ʿAbd Allāh ibn ʿAbd al-Muṭṭalib ibn Hāshim

    1. C’est Mohamed le prophète de l’islam, c’est vrai que Mahomet n’existe qu’en France c’est la faute à Voltaire.
      Mohamed veux dire celui qui est digne de louange alors que Mahomet veut dire celui qui n’est pas digne de louange.

      1. Nous sommes bien d’accord, merci beaucoup le Lyonnais,
        51 je vous invite à faire preuve de vigueur dans l’emploi du nom d’un saint autant que pour Conficuis, Sacrote et Oristate,
        PS: Aucun C-17 n’a décollé de Syrie, je ne donnerais pas autant de poids a une déclaration politico-militaire restreint par la contrainte de la divisé en 5 message de 140 caractères…

      2. Il est évident que le génie du peuple arabe, mis en mouvement par Mahomet, fit tout de lui-même pendant près de trois siècles, et ressembla en cela au génie des anciens Romains.

        « Essais sur les Mœurs » (1756), dans Œuvres complètes de Voltaire, Voltaire, éd. Moland, 1875, t. 11, chap. VI-De l’Arabie et de Mahomet, p. 237

  4. Les turc finiront à leur tour perdre constantinople. Pour les mêmes raisons que les kurdes s’être assis entre deux chaises et sans prononcés entre les deux mon coeur balance.
    Ils s’isoleront et auront beaucoup d’ennemis pour leurs fourberies leurs mascarade.
    Les turc sont percus par beaucoup de dirigeants comme étant pays pas fiable et pas du tout crédible.
    sont isolement le perdra et aussi Constantinople.
    Les kurdes ne perdent rien pour attendre le moment venu quand le plus urgent sera derrière.
    L’oncle Sam ne demande pas mieux que Erdogan le sultan aille se casser les dents en Syrie.
    Les U.S ont toujours dis par principe que après nous si nous avons échoués il ne doit rester aucun vainceur parmi nos laquais.
    Le Sultan Erdogan s’il tenterait de s’attarder en Syrie pour une raison où une autres à coup sûr ils s’embourbera comme ces partenaires de l’OTAN.
    Pour cela faut il qu’il se décide une énième fois à violé la souveraineté de la Syrie.
    La coalition iranienne veille au grain et saura vite calmer les ardeurs du sultan.
    La panique à envahi Erdogan sachant qu’il se retrouvera bientôt Seul livré à son sort avec les kurdes les terroristes et donc il tente un bleff de derrière minute.
    Trump le pousse par du chantage et des menaces sur son économie pour le poussé dans les bras des kurdes et de la coalition syrienne.
    Pour que boum badaboum boum.
    Trump dit ; Après moi c’est le déluge.
    Hi hi hi hi hi hi avec narcissisme .

  5. Qu’à fait le peuple kurde pour ne jamais avoir obtenu de pays à eux ?

    1. Les kurdes sont comme ceux à qui tu donnes le doigt ils veulent la main puis le bonhomme en entier.
      Et du coup ils n’auront rien où un semblant provisoire pour cause de circonstances atténuantes.
      La réponse à ta question de manière plus approfondie les anglais d’autrefois ont la réponses et d’autres similaires à la question kurdes.

      1. Donc il se sont mis eux même dans la merde depuis longtemps, je savais qu’il s’était fait toujours baiser au cours de l’histoire récente mais apparemment ça ne leur sert jamais de leçon.

        1. Disons que le problème vient désormais du clan Barzani https://www.universalis.fr/encyclopedie/moustafa-barzani/
          Les kurdes eux-mêmes ont été divisés en tribus mais aussi travaillés par le marxisme et même une certaine forme d’humanisme. Mais leur « chef » leur a été imposé de l’extérieur et celui-ci a vendu son âme aux plus offrants (qui n’ont plus les moyens de le payer).
          Barzani, pur mercenaire sunnite et anti-turc.

          1. J’ai jamais réussi à différencier un Turc d’un kurde.

          2. Author

            Ils sont forts différents. Et ne vous avisez pas à exprimer cela en public en Turquie car pour les turcs c’est la pire insulte possible.
            Ils ne se piffent pas du tout.

          3. Peut-être en Turquie mais en France je n’ai jamais réussi à différencier un kebab tenu par un Turc avec celui tenu par un kurde, d’ailleurs je leurs ai déjà fait remarquer à ceux de France que vous me faites pensé aux kabyle d’Algérie qui disent on est pas comme les autres algérien alors qu’il sont toujours en train de demander au gens si ils sont kabyle tellement ils ne savent pas ce reconnaître entre eux. Moi même on me le demande souvent et quand je réponds non j’ai droit à un regard de mépris de leur part.

            Sinon beaucoup de turc on fait des tests ADN et ont découvert qu’il avait des gènes kurde, j’ai du mal à croire que des gens qui vivent côte à côte ne se soit pas mélanger au cours du temps.
            Alors la différence je crois que seul un Turc peut la faire.

          4. Author

            Le site a été hors ligne durant trois heures ce matin.
            Apparament un problème technique.
            Bonne nouvelle, la pub va disparaître.
            Le chat est désormais niché dans Contact (page Contact)
            dans l’attente d’une disparition.

          5. Oui j’avais remarqué mon message ne voulais pas partir

          6. Tout ceux qui ont participer à l’agression syrienne sont en train de le payer chère. Les USA ont dépenser 8000 milliards de dollars pour rien, les Turques se retrouvent avec des kurdes armer jusqu’aux dents à leur frontière, alors qu’ils n’ont jamais était capable de mater ceux de chez eux qui n’ont pour attirail que de vieux pétoire et quelques missiles anti char du siècle dernier, et les kurdes qui ont refuser la main tendu de Bachar, se retrouve à devoir guerroyer contre une armée régulière pour ne pas être exterminer. Bachar El Assad peut rire, il a gagner haut la main, et mieux encore ses ennemis s’entretuent devant ses yeux pour les miettes restante.

    2. Les kurdes ont exécuté avec enthousiasme le génocide des Arméniens, et employé leur plus grand personnage, Saladin, comme un fossoyeur de l’espoir chrétien en Terre Sainte. Leur charme, c’est de sucer des boules velues nées par delà l’Atlantique en trahissant la Syrie qui les a toujours respectés.

      Qu’ils boivent jusqu’à la lie le calice amer de leurs impardonnables forfaitures. Le seul succès kurde, c’est de faire paraître Erdogan comme autre chose qu’un mini-Hitler du Bosphore, les panzers en moins.

      1. Alors leurs malédiction est mérité, les voir avec BHL ne me donne pas envie de les soutenir.

          1. Quel est ce proverbe ??

          2. Author

            « Aussi loyal qu’un kurde » sur le mode de l’ironie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.