Le président turc Tayep Reçep Erdogan a joué une étrange partition en se fournissant en systèmes de défense aérienne S-400 auprès de la Russie, excluant la Turquie du programme JSF F-35. Très peu de temps après cette exclusion, la Turquie a exprimé son vif intérêt à acquérir des Sukhoï Su-57 russes (Erdogan est allé jusqu’à qualifier les F-16 dont sont équipées les forces aériennes turques de matériel « bidon » en inspectant un Su-57 en compagnie de son homologue russe Vladimir Poutine). Au final, Erdogan a tranché: la Turquie opte pour la fabrication de son propre avion de combat. Mais avec quels partenaires?

Dans tous les cas de figures, la Turquie est en train d’amasser une puissance militaire assez conséquente au point où l’on peut dire sans peur de se tromper que l’on assiste dans ce pays à úne véritable résurrection de l’esprit du Ghazi ou du conquérant Ottoman. La célérité avec laquelle l’exécutif décide des opérations militaires en Irak et en Syrie en dépit des risques d’enlisement démontrent que les turcs n’ont rien perdu cet esprit.

La Turquie est de facto en dehors de l’Otan et elle ne s’embarrasse même plus de le revendiquer. Ce pays est d’une importance stratégique de premier ordre et ses élites refusent qu’il continue à jouer le rôle d’État tampon ou un allié d’appoint.

Le monde change.

Mise à jour: la télévision officielle syrienne vient d’annoncer via son envoyé spécial à Qamechli, l’effondrement total des milices du Cassad qu’elle a qualifiée de milices de traîtres, et confirme l’intensification des frappes turques. Le média syrien laisse entendre que les militaires syriens auraient reçu l’ordre de ne pas intervenir et de laisser les FDS se faire écraser par la Turquie mais de se battre contre la milice dénommée « Armée Nationale Syrienne » que les turcs traînent dans leurs bagages.

Publicités

13 commentaires

  1. Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont attaqué les unités de l’armée turque à Ras al-Aïn. 75 soldats turcs ont été tués et sept chars ont été détruits, a rapporté l’agence de presse kurde Firat news agency.

    Selon l’agence, 19 autres soldats turcs ont été blessés au cours de cette opération.

    Samedi 12 octobre, le ministère turc de la Défense avait annoncé avoir placé sous le contrôle des forces armées turques et de l’Armée nationale syrienne (ANS) , milice de l’opposition syrienne soutenue par Ankara, la ville stratégique de Ras al-Aïn au cours de l’offensive se déroulant dans le nord de la Syrie.

    La Turquie a lancé le 9 octobre son offensive aérienne et terrestre contre les milices kurdes dans le nord-est de la Syrie, baptisée Source de Paix. Selon le Président turc, l’opération doit permettre de «créer une zone de sécurité qui permettra le retour des réfugiés syriens» que la Turquie a accueilli sur son territoire.

    Des blindés turcs traversent la ville frontalière d’Akçakale, dans le sud-est de la Turquie, quelques heures après le début de l’opération Source de paix.
    Les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes, contrôlent une grande partie du territoire dominé auparavant par Daech et détiennent emprisonnés des milliers de djihadistes et des dizaines de milliers de leurs proches.

    Les autorités syriennes ont condamné à maintes reprises la politique appliquée par la Turquie dans le nord de la Syrie. La Russie a déclaré que la Turquie devait éviter des actions à même de créer des obstacles au règlement du conflit syrien.

    Source: Avec AFP

    1.  » Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont attaqué les unités de l’armée turque à Ras al-Aïn  »
      l’opération Turque ayant été annoncée haut et fort par Erdogan ils doivent savoir qu’ils sont attendu de pied ferme !

      1. Author

        C’est le rouleau compresseur. Digne d’un manga nippon sur la thématique guerrière.

      2. Pour ma par je mettrai mon euphorisme au placard .
        Je n’ai pas pour habitude de crier victoire trop tôt.
        Nous en sommes qu’au début…..
        Ce qui est quand même surprenant et même plaisant.
        C’est que les décideurs kurdes comme le souverain Erdogan ont eux depuis 2011 des comportements instable, variable, déroutant.
        Ils étaient à la fois amis et ennemis des uns comme des autres parmi leurs alliés et adversaires, selon les circonstances sur le terrain.
        Aujourd’hui, c’est deux là s’affrontent comme des chiens de faïences.
        Pour la première fois je ne compatirai avec personnes des deux protagonistes Responsables de tant de souffrance et de détresses.
        Aucun des deux ne le mérite.
        Seul les victimes de ces guerres méritent compassion et pensées.
        Aujourd’hui je suis estomaqué de lire ici par des commentateurs habitués à posté d’avoir de l’admiration pour le président Erdogan l’indébounable .
        Et même près à sortir bec et ongles pour prendre sa défense.
        C’est en tout les cas l’impression qu’ils me donne dans leurs propos.
        Mais bon, ne dis t’ont pas que tôt ou tard les masques tombent.
        Et aussi les goûts et les couleurs ça ne se discute pas.

        1. Author

          Effectivement. On ne peut pas avoir une quelconque forme de sympathie autrement que pour les victimes de ce conflit qui fera date.
          Le reste, c’est le jeu de la puissance. C’est une autre affaire.

    2. Author

      La plupart des pertes subies côté turc concernent les recrues syriennes des camps de réfugiés envoyées en première ligne.
      L’armée syrienne s’approche de Minbedj.
      Il y a eu accord secret entre Damas et Ankara via un intermédiaire ou pas.
      Sur le terrain, les kurdes n’en mènent pas large. Je suis l’info côté syrien (des reporters sur site) et tout ce qu’on a vu jusqu’ici c’est des sauve qui peut. Je me demande par ailleurs pourquoi il n’y a plus de poses de femmes kurdes en treillis et en armes devant les caméras.
      Manque de chance pour Fourest et son film « Sœurs d’Armes »… Elles ont toutes pris la poudre d’escampette et demandent l’asile en France et en Allemagne.
      On nous a trop bassiné avec des images truquées.

  2. à mon avis, avant de redevenir un empire faudra que les turcs puissent lancer des opérations miliitaires sans avoir àdemander la permission

    1. Author

      Confirmation d’un Accord secret syro-turc concernant la liquidation de la question kurde.


  3. fait important : signature d’un accord Turco-russe d’échanges en devises nationales via le mécanisme de compensation Russe, en prévision de sanctions économiques US et assimilés contre la Turquie. Conclusion, Un accord existe bien entre eux pour la direction prise contre les Kurdes. C’est le signe que la Turquie a pris la route de l’est et qu’elle ne fera pas demi-tour (voilà ce que c’est d’organiser des tentatives de coup d’état [ratées] contre des partenaires qu’il vaut mieux ne pas vexer). Je pense que le Syrie fait en secret partie de l’accord : les Russes font ouvertement de l’entremise pour favoriser le « dialogue direct » entre Turquie et Syrie, sur fond de respect de l’intégrité territoriale syrienne (et certainement aussi, de généreuses compensations pour les dégâts et spoliations occasionnés par la politique Turque précédente — ce qui ne devrait pas trop peiner la Turquie si elle entre pour le long terme dans le juteux deal eurasiatique). La réplique diplomatique russe concernant le fait que c’est TOUTES les armées étrangères illégalement présentes en Syrie, qui devraient plier bagage s’adresse très particulièrement aux occidentaux, toujours généreux en leçons d’humanisme, en particulier quand ils perdent pied… Les Kurdes syriens sont cuits. Soit ils rejoignent la Syrie pour se faire taper sur les doigts pour avoir pioché dans le pot au miel sans permission ; soit il se crispent et se coltine ‘l’E.I. comme co-loc’ pendant toute la période punitive et le tir dans le tas qui alors ne manqueront pas de se déclencher…

  4. La Turquie avec ses multiples aventure va voir sont économie s’assécher, pas sur qu’il ne sont pas en train de se faire avoir par l’empire sur le long terme.

  5. La région aprés avoir subi l’impérialisme US et israèlien -ce dernier est en phase terminale, Israèl devrait disparaitre trés prochainement du moyen Orient- voila que les populations du coin vont encaisser la resurgence de l’imperialisme turc. Tout ça de la faute des hauts responsables US, qui ne connaissent rien, ont fonctionné en mode bourrin. Il n’y a qu’un seul responsable de tout ce bordel, l’Uncle Sam

  6.  » . . . Au final, Erdogan a tranché: la Turquie opte pour la fabrication de son propre avion de combat . . .  »
    humm , acheter des Su-57 Russes aurait peut être mis la situation par trop au claire vis a vis de l’OTAN ; Erdogan n’a peut être pas renoncer a gratter quelque milliards aux Européens . ils sont tellement crédules et incapable de regarder la réalité des faits qui se déroulent sous leurs nez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.