If on October 10th a Saudi vessel had been struck by a missile in the Red Sea there is absolutely no doubt that US State and its major media outlets would immediately identify Iran as the culprit. So far, we’ve seen no hysteria from US State claiming that Iran was the source of the attack on the Sabiti tanker, originally claimed to be the Sinopa.

Despite a spreading oil spill related to the attack, according to the National Iranian Oil Company (NIOC), « No help was offered to assist by any country » even if Saudi Arabia claimed otherwise.  To the contrary, ship tracking service Marine Traffic wrote on twitter, “We do not see any smoke, fire, spills or tugboats. Instead, we see a tanker cruising home at a healthy speed”.

However, Iran’s foreign ministry spokesman Abbas Mousavi said in a statement, « The investigation, conducted by the National Iranian Tanker Company, shows that the Iranian tanker … was attacked twice, with an interval of around 30 minutes, and was damaged ». And now we have photos of the ship’s damage to prove it.  Iran is still investigating the source of the attacks, has made no official statement regarding responsibility, and no one has claimed responsibility.

Since the Red Sea attack occurred near Jeddah, the temptation is to assume that Saudi forces were behind the attack.However, tanker rates are already sky high and the last thing Saudi needs is more turmoil in the Gulf, as the date for its ARAMCO IPO approaches. So, were the Saudi’s stupid enough to launch missiles from Jeddah to attack Iran’s oil tanker?  Even Iran has not proposed that. Andwe know that’s not the way the game is played. But who or whom does play the game that way? 

In 1996 arch-nihilist and card-carrying Neocon Richard Perle led his worshipful entourage of cult followers to write the now-notorious document, « A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm » document under the auspices of the now-defunct Institute for Advanced Strategic and Political Studies. 

The 1996 « Clean Break » document advocated regime change and destabilization in Iraq, Lebanon, Syria, Iran, and even Saudi Arabia. The IASPS « Clean Break » on Iraq in 1996:

« This effort can focus on removing Saddam Hussein from power in Iraq — an important Israeli strategic objective in its own right — as a means of foiling Syria’s regional ambitions. »

In other words, the 1996 IASPS document provided a blueprint for Nile-to-Euphrates adventurism led by Israel and the US as written for then-and-now Prime Minister of Israel, Binyamin Netanyahu.

To discover the origins of the Institute for Advanced Strategic and Political Studies and its history is an exercise in frustration, since little of substance is known about the origin of this shady organization. The leader of the group is alleged to be Robert Loewenberg, who postulates that « modernity replaces tradition, religion, and order with relativism, disorder, and nihilism. » 

Netanyahu’s IASPS authors follow the same nihilist theme, via Richard Perle, AEI fellow and Chairman of the Defense Policy Board Advisory Committee under George W Bush; Charles Fairbanks, Jr. of the Hudson Institute; Douglas Feith, Under Secretary of Defense for Policy; Jonathan Torop, WINEP;David Wurmser, Middle East Adviser to Vice President Dick Cheney, and special assistant to John R. Bolton; MeyravWurmser, Hudson Institute.  They say in 1996:

“Most important, it is understandable that Israel has an interest supporting diplomatically, militarily and operationally Turkey’s and Jordan’s actions against Syria, such as securing tribal alliances with Arab tribes that cross into Syrian territory and are hostile to the Syrian ruling elite

Syrian territory is not immune to attacks emanating from Lebanon by Israeli proxy forces. Striking Syrian military targets in Lebanon, and should that prove insufficient, striking at select targets in Syria proper.”

And:“Our claim to the land — to which we have clung with hope for 2000 years — is legitimate and noble. It is not within our own power, no matter how much we concede, to make peace unilaterally.”

Recall that the authors of this 1996 document held high political office and havemaintained tremendous political influence during (and since!) the Bush 2 presidency, with some eclipse to their power overall, as we explored in Whither Next Neocons .Likewise, Netanyahu, for whom the paper was written, is the longest serving Prime Minister of Israel. 

Now, just subsequent to a US refusal to attack Iran after the downing of a Global Hawk RQ-4 Reaper, and claimed Iranian strike on Saudi oil fields, and the USwithdrawal from northeastern Syria (noting Turkey’s incursion to finally confront the PKK/YPG as sponsored by the United States and Israel) an Iranian tanker has been mysteriously attacked in the Red Sea.

And that’s not the only mysterious attack.Since May, six other tankers have been mysteriously attacked with no state actor or terrorist group claiming responsibility. The tankers include:

Al Marzoqah  713,000bbl  Flag: Saudi Arabia  Date: May 12, 2019

Andrea Victory  325,000bbl Flag: Norway    Date: May 12, 2019

Amjad     2,059,000 bbl   Flag: Saudi Arabia   Date: May 12, 2019

A Michel   43,000 tonnescargo  Flag: United Arab Emirates   Date: May 12, 2019

Front Altair    777,000 bbl   Flag: Marshall Islands    Date: Jun 13, 2019

KokukaCourageous  200,000bbl  Panama   Date: Jun 13, 2019

Again, no state actor or group has claimed responsibility for any of these mysterious attacks, and there is only one state actor to fit that modus operandi bill.But why Israel?  Because Israel said so. Its operatives published their intent twenty-four years ago, and have held power in Washington ever since. Since then, what has changed?  Netanyahu is still in power. The Neocons and Neoliberals still drive the US foreign policy bus in Washington…andthen Trump came to power. 

Mr Trump has (so far) refused to hark the Neocon/Neoliberal mantrafor war with Iran, and the call for new expanded wars in the Middle East. He even realized the serious error of hiring John Bolton, and fired him. Trump has now withdrawn a few troops from Syria, and promised to do the same in Afghanistan.  As a result, the push is on to impeach Donald Trump.  Whistleblowers who were once prosecuted under Obama have come forward anew versus Trump, however they are now hailed as ‘heroes’ by the media, instead of imprisoned as Obama ordered. Even so, who truly holds the power behind the throne?Apparently Israel and its Neocon operatives, now as then. Just read the “Clean Break” document again, word for word, and concur that its mandate has been stubbornly pursued.

Thus, it is clear thatIsrael and the entrenched Statists in the Pentagon and Washington havelost their patience with Trump, despite the Jerusalem embassy move, the US gift of the Golan, and hedge fund tax breaks.

Et tu, Brute?”

The above of course does not prove that Israel or Deep State subversives carried out the tanker attacks in the Gulf since May, but as Conan Doyle once wrote, “When you have eliminated the impossible, whatever remains, however improbable, must be the truth.”

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as a guest contributor to TheDuran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

3 commentaires

  1. $ 303 346 983
    Dépenses gouvernementales mondiales
    de soins médicaux aujourd’hui

  2. Qui est derrière l’attaque des pétroliers iraniens ? Par Steve Brown

    Si, le 10 octobre, un navire saoudien avait été frappé par un missile en mer Rouge, il ne fait absolument aucun doute que l’État américain et ses principaux médias identifieraient immédiatement l’Iran comme coupable. Jusqu’à présent, nous n’avons vu aucune hystérie de la part de l’État américain prétendant que l’Iran était la source de l’attaque contre le pétrolier Sabiti, qui était à l’origine le Sinopa.

    Malgré une marée noire croissante liée à l’attentat, selon la National Iranian Oil Company (NIOC),  » aucun pays n’a offert son aide « , même si l’Arabie saoudite prétend le contraire. Au contraire, le service de repérage des navires Marine Traffic a écrit sur Twitter : « Nous ne voyons aucune fumée, aucun incendie, aucun déversement, aucun remorqueur. Au lieu de cela, nous voyons un pétrolier rentrer chez lui à une vitesse saine ».

    Cependant, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, a déclaré dans un communiqué :  » L’enquête, menée par la National Iranian Tanker Company, montre que le pétrolier iranien… a été attaqué deux fois, avec un intervalle d’environ 30 minutes, et a été endommagé « . Et maintenant nous avons des photos des dommages du vaisseau pour le prouver. L’Iran enquête toujours sur la source des attentats, n’a fait aucune déclaration officielle concernant la responsabilité et personne n’a revendiqué cette responsabilité.

    Depuis l’attaque de la mer Rouge près de Djeddah, la tentation est grande de supposer que les forces saoudiennes sont à l’origine de l’attaque, mais les taux de pétroliers sont déjà très élevés et la dernière chose dont l’Arabie saoudite a besoin, c’est de plus de troubles dans le Golfe, alors que la date de son introduction en bourse ARAMCO approche. Les Saoudiens ont-ils été assez stupides pour lancer des missiles depuis Djeddah pour attaquer le pétrolier iranien ? Même l’Iran n’a pas proposé cela. Et nous savons que ce n’est pas ainsi que le jeu se joue. Mais qui ou qui joue le jeu de cette façon ?

    En 1996, Richard Perle, arche-nihiliste et porteur de cartes, dirigea son entourage adorateur de partisans de la secte pour écrire le document désormais célèbre,  » A Clean Break : A New Strategy for Securing the Realm  » sous les auspices de l’ancien Institute for Advanced Strategic and Political Studies ( Une rupture nette : une nouvelle stratégie pour sécuriser le territoire ) .

    Le document  » Clean Break  » de 1996 préconisait un changement de régime et une déstabilisation en Irak, au Liban, en Syrie, en Iran et même en Arabie Saoudite. L’IASPS  » Clean Break  » sur l’Irak en 1996 :

    « Cet effort peut se concentrer sur le retrait de Saddam Hussein du pouvoir en Irak – un objectif stratégique israélien important en soi – en tant que moyen de déjouer les ambitions régionales de la Syrie. »

    En d’autres termes, le document de 1996 de l’IASPS a fourni un plan directeur pour l’aventurisme du Nil à l’Euphrate dirigé par Israël et les Etats-Unis, tel qu’il a été écrit pour le Premier ministre d’Israël, Benjamin Netanyahou, alors et maintenant.

    Découvrir les origines de l’Institut d’études stratégiques et politiques avancées et son histoire est un exercice de frustration, car on sait peu de choses sur l’origine de cette organisation louche. Le chef du groupe serait Robert Loewenberg, qui postule que  » la modernité remplace la tradition, la religion et l’ordre par le relativisme, le désordre et le nihilisme. »

    Les auteurs de l’IASPS de Netanyahu suivent le même thème nihiliste, via Richard Perle, membre de l’AEI et président du Comité consultatif du Conseil de la politique de défense sous George W Bush ; Charles Fairbanks, Jr. de l’Institut Hudson ; Douglas Feith, secrétaire adjoint de la défense pour la politique ; Jonathan Torop, WINEP ; David Wurmser, conseiller du vice-président Dick Cheney pour le Moyen-Orient et assistant spécial du président John Bolton ; MeyravWurmser, Institut Hudson. Ils disent qu’en 1996 :

    « Plus important encore, il est compréhensible qu’Israël ait intérêt à soutenir diplomatiquement, militairement et opérationnellement les actions de la Turquie et de la Jordanie contre la Syrie, notamment en concluant des alliances tribales avec des tribus arabes qui entrent en territoire syrien et sont hostiles à l’élite au pouvoir en Syrie.

    Le territoire syrien n’est pas à l’abri des attaques émanant du Liban par procuration des forces israéliennes. « Des cibles militaires syriennes au Liban, et si cela s’avère insuffisant, des cibles choisies en Syrie. »

    Et :  » Notre revendication sur la terre – à laquelle nous nous accrochons avec espoir depuis 2000 ans – est légitime et noble. Il n’est pas en notre pouvoir, peu importe ce que nous concédons, pour faire unilatéralement la paix . »

    Rappelons que les auteurs de ce document de 1996 ont occupé de hautes fonctions politiques et ont conservé une énorme influence politique pendant (et depuis !) la présidence de Bush 2, avec une certaine éclipse de pouvoir dans l’ensemble, comme nous l’avons vu dans Whither Next Neocons.

    Aujourd’hui, juste après le refus américain d’attaquer l’Iran après l’écrasement d’un Global Hawk RQ-4 Reaper, et le retrait américain des champs pétroliers saoudiens, et le retrait américain du nord-est de la Syrie (notant l’incursion de la Turquie pour enfin affronter le PKK/YPG sponsorisé par les Etats-Unis et Israël), un pétrolier iranien a été mystérieusement attaqué dans la mer Rouge.

    Depuis mai, six autres pétroliers ont été mystérieusement attaqués sans qu’aucun acteur étatique ou groupe terroriste n’en revendique la responsabilité. Les pétroliers comprennent :

    Pavillon Al Marzoqah 713 000 barils : Arabie Saoudite Date : Le 12 mai 2019

    Drapeau Andrea Victory 325 000 barils : Norvège Date : Le 12 mai 2019

    Amjad 2 059 000 bbl Drapeau : Arabie Saoudite Date : Le 12 mai 2019

    Un drapeau Michel de 43 000 tonnes : Émirats arabes unis Date : Le 12 mai 2019

    Drapeau Altair 777 000 barils : Îles Marshall Date : 13 juin 2019

    KokukaCourageous 200,000bbl Panama Date : 13 juin 2019

    Encore une fois, aucun acteur étatique ou groupe étatique n’a revendiqué la responsabilité de ces mystérieuses attaques, et il n’y a qu’un seul acteur étatique qui corresponde à ce modus operandi. mais pourquoi Israël ? Parce qu’Israël l’a dit. Ses agents ont publié leurs intentions il y a vingt-quatre ans, et sont au pouvoir à Washington depuis lors. Depuis, qu’est-ce qui a changé ? Nétanyahou est toujours au pouvoir. Les néoconservateurs et les néolibéraux conduisent toujours le bus de la politique étrangère américaine à Washington… et puis Trump est arrivé au pouvoir.

    M. Trump a (jusqu’à présent) refusé d’entendre le mantra néoconservateur/néolibéral sur la guerre avec l’Iran et l’appel à de nouvelles guerres élargies au Moyen-Orient. Il s’est même rendu compte de la grave erreur d’avoir embauché John Bolton et l’a congédié. Trump a maintenant retiré quelques troupes de Syrie et a promis de faire de même en Afghanistan. En conséquence, la pression est sur la mise en accusation de Donald Trump. Les dénonciateurs qui ont déjà été poursuivis en justice sous Obama se sont présentés de nouveau contre Trump, mais ils sont maintenant salués comme des  » héros  » par les médias, et non plus comme Obama l’a ordonné. Même ainsi, qui détient vraiment le pouvoir derrière le trône ? apparemment Israël et ses agents néoconservateurs, maintenant comme à l’époque. Il suffit de relire le document « Clean Break », mot pour mot, et de convenir que son mandat a été poursuivi avec obstination.

    Ainsi, il est clair qu’Israël et les instituts du Pentagone et de Washington ont perdu patience avec Trump, malgré la décision de l’ambassade de Jérusalem, le don américain du Golan et les allégements fiscaux des hedge funds.

    « Et tu, Brute ? » ( toi aussi Brutus )

    Ce qui précède ne prouve évidemment pas qu’Israël ou les subversifs de l’État profond ont mené des attaques de pétroliers dans le Golfe depuis mai, mais comme l’a écrit Conan Doyle : « Quand vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, doit être la vérité ».

    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de  » Iraq : the Road to War  » (Sourcewatch), éditeur de  » Bush Administration War Crimes in Iraq  » (Sourcewatch)  » Trump’s Limited Hangout  » et  » Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques des fiducies monétaires depuis 1913 « . Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à TheDuran, Fort Russ News et Strategika51.
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

  3. eh oui, possiblement a partir d’un sous marin…
    logiquement on doit être a sa recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.