Israel has been at war with Syria since 1948. Period. Full stop. It has been at war over the Golan, West Bank, southern Lebanon, and Shebaa Farms, where no peace agreement or armistice has ever been signed or accomplished between Israel and Syria. During this time, the hegemonic power behind Syria’s war has primarily been about land, water, and resources, while Syria possesses tremendous untapped oil and mineral wealth.

Now in these changing geopolitical times the Kurds have been forced to negotiate with their neighbors instead of looking to the United States and Israel for support. Since Donald Trump has withdrawn most US forces from Syria, let’s explore in detail why Neocons and Neoliberals in the west are going spare about Syria.

According to the EIA: « Syria is the only relatively significant crude oil producing country in the Eastern Mediterranean region, which includes Jordan, Lebanon, Israel, the West Bank, and Gaza. Syria produced about 400,000 barrels per day (bbl/d) of crude and other petroleum liquids in 2010.” And, “According to the Oil and Gas Journal, Syria had 2,500,000,000 barrels (400,000,000 m3) of petroleum reserves as of 1 January 2010. »

Syria’s oil and gas production accounted for 1/5th of Syrian state revenue in 2010, and 1/3rd of its exports. Subsequent to the US State-led rebellion in Syria during 2011 however, Syria lost control of the oil fields east of the Euphrates.

Kurdish tribal elements in Syria have controlled the oil fields east of Deir Ezzor since then, and traded that oil to the United States in exchange for weaponry and funds to pursue battle with Turkey, and to some extent ISIS.

Like the United States, Israel too is aware of the enormous oil and gas reserve present in eastern Syria. On October 10th, Netanyahu wrote, “Israel strongly condemns the Turkish invasion of the Kurdish areas in Syria and warns against the ethnic cleansing of the Kurds by Turkey and its proxies. Israel is prepared to extend humanitarian assistance to the gallant Kurdish people.”

Now, what can Israel do to prevent the Turkish ‘ethnic cleansing’ of Kurds in Syria? No doubt the irony of Netanyahu’s statement here is lost on him, and strikes the rest of the world as somewhat tongue-in-cheek at best. Netanyahu says Israel will provide “humanitarian assistance” only, which highlights the erstwhile Israeli support for the Kurds since 1964, when ben Gurion judged the Kurds to be a strategic partner versus Saddam Hussein’s ‘radical Arab’ regime.

Indeed, besides seizing the Golan, West Bank, Shebaa Farms and Southern Lebanon from Syria, the Deep State’s tactical support for the Kurds is based on the strategic interplay of feuding powers as defined by Saddam Hussein’s rise to power in 1969.

By 1972 Richard Nixon and Henry Kissinger believed that the Kurds would provide a useful foil to oppose and undermine the strategic alliance between Iraq and the Soviets. Israel too insisted that Kurdish instability in Northern Iraq would force the Iraqi leadership to maintain troops there, and prevent Iraqi forces from attacking Israel.

But even Nixon and Kissinger knew that a people split between four nations and without access to the sea could not form a viable state on their own. Promises made by the United States to the Kurds were (in eventuality) not kept, and Israel too was incapable of providing the Kurds autonomy.

As a result, the Kurds developed into a sort of mercenary force, fighting on behalf of Israel (versus Saddam) or for the United States, ultimately for financial gain; while the PKK – labeled as a terror group by the US – worked to destabilize Turkey, particularly resurging in 2011 with Clinton’s ‘Arab Spring’.

Considering that the United States largely created the fiasco in Syria beginning in earnest in 2011, it is difficult to consider the Kurds as a US ally, when the US placed the Kurds in harms way by inciting them versus America’s own NATO ally in 2011… and then put the Kurds on defensive via the ISIS terror group in Iraq and Syria, the very ISIS terror group that the United States itself created.

Consider too the 1996 Israeli IASPS blueprint for the region (detailed in this October 10th tanker attack article) if we accept that the US withdrawal prima facie is a fundamental change to the global hegemonic after twenty-four years of Warfare State adventurism, then the Neocon/Neoliberal outrage about the US withdrawal from Syria is simply heir apparent.

Next consider the interest of the generals, the Pentagon, and Beltway contractors who all realize enormous profits from Syria. Whether by commissions, by share values, or by government contracts. Unfortunately, it is all too easy to forget the real lives and real consequences of the US war in Syria. Yes, it’s all about the oil, but it’s about real people too.

Just one example is the abortive attack on a Conoco oil installation near Deir Ezzor in February of 2018, which remains unexplained to this day. The New York Times used this tragedy to castigate Russia for possibly employing contractors in Syria, just as the US factually employs contractors in all war theatres where it operates. In other words, the tragedy in Syria is played by the media just like all the war propaganda the west produces, in pursuit of endless wars for profit, regardless of lives lost.

And so, while we shed a crocodile tear for the Kurds in Syria, please also consider the big picture… where we came from… how we got here… and where we might go next. Let’s hope the United States and Israel will not be involved. And if not, Washington’s Deep State will cry louder… and louder still.

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, Strategika51, and the Herland Report.

Publicités

Un commentaire

  1. traduction :
    Pourquoi l’État profond est-il si en colère contre la Syrie ? – Par Steve Brown

    Israël est en guerre avec la Syrie depuis 1948. Point final. Point au complet. Elle a été en guerre au sujet du Golan, de la Cisjordanie, du Sud-Liban et des fermes de Chebaa, où aucun accord de paix ou armistice n’a jamais été signé ou accompli entre Israël et la Syrie. Pendant ce temps, la puissance hégémonique derrière la guerre syrienne a été principalement sur la terre, l’eau et les ressources, tandis que la Syrie possède d’énormes ressources pétrolières et minérales inexploitées.

    En ces temps géopolitiques changeants, les Kurdes ont été forcés de négocier avec leurs voisins au lieu de se tourner vers les États-Unis et Israël pour obtenir leur soutien. Depuis que Donald Trump a retiré la plupart des forces américaines de Syrie, examinons en détail pourquoi les néoconservateurs et les néolibéraux de l’Ouest se démènent en Syrie.

    Selon l’EIA :  » La Syrie est le seul pays producteur de pétrole brut relativement important dans la région de la Méditerranée orientale, qui comprend la Jordanie, le Liban, Israël, la Cisjordanie et Gaza. La Syrie a produit environ 400 000 barils par jour (bbl/j) de pétrole brut et autres liquides pétroliers en 2010. » Et, selon le Oil and Gas Journal, la Syrie disposait de 2 500 000 000 000 de barils (400 000 000 m3) de réserves pétrolières au 1er janvier 2010. »

    La production pétrolière et gazière de la Syrie représentait 1/5e des recettes de l’État syrien en 2010, et 1/3e de ses exportations. Après la rébellion menée par l’État américain en Syrie en 2011, la Syrie a toutefois perdu le contrôle des champs pétroliers à l’est de l’Euphrate.

    Des éléments tribaux kurdes en Syrie ont depuis lors contrôlé les champs pétroliers à l’est de Deir Ezzor et ont échangé ce pétrole contre des armes et des fonds pour poursuivre la bataille avec la Turquie et, dans une certaine mesure, l’ISIS.

    Tout comme les États-Unis, Israël est conscient des énormes réserves de pétrole et de gaz présentes dans l’est de la Syrie. Le 10 octobre, Netanyahou écrivait :  » Israël condamne fermement l’invasion turque des régions kurdes en Syrie et met en garde contre le nettoyage ethnique des Kurdes par la Turquie et ses représentants. Israël est prêt à apporter une aide humanitaire au courageux peuple kurde. »

    Que peut faire Israël pour empêcher le  » nettoyage ethnique  » turc des Kurdes en Syrie ? Il ne fait aucun doute que l’ironie de la déclaration de Nétanyahou ici est perdue pour lui, et frappe le reste du monde comme quelque peu ironique au mieux. Netanyahou dit qu’Israël ne fournira qu’une  » aide humanitaire « , ce qui souligne le soutien israélien aux Kurdes depuis 1964, lorsque Ben Gourion a jugé que les Kurdes étaient un partenaire stratégique contre le régime  » radical arabe  » de Saddam Hussein.

    En effet, en plus de s’emparer du Golan, de la Cisjordanie, des fermes de Chebaa et du Sud-Liban de la Syrie, l’appui tactique de l’État du Profond aux Kurdes est basé sur l’interaction stratégique des puissances rivales telle que définie par l’accession au pouvoir de Saddam Hussein, en 1969.

    En 1972, Richard Nixon et Henry Kissinger croyaient que les Kurdes constitueraient une contrepoids utile pour s’opposer à l’alliance stratégique entre l’Irak et les Soviétiques. Israël a également insisté sur le fait que l’instabilité kurde dans le nord de l’Irak obligerait les dirigeants irakiens à y maintenir leurs troupes et à empêcher les forces irakiennes d’attaquer Israël.

    Mais même Nixon et Kissinger savaient qu’un peuple divisé en quatre nations et sans accès à la mer ne pourrait pas former un État viable à lui seul. Les promesses faites par les États-Unis aux Kurdes n’ont pas été tenues (dans la pratique), et Israël aussi a été incapable d’assurer l’autonomie aux Kurdes.

    En conséquence, les Kurdes se sont transformés en une sorte de force mercenaire, luttant au nom d’Israël (contre Saddam) ou pour les États-Unis, dans un but lucratif ; tandis que le PKK – qualifié de groupe terroriste par les États-Unis – s’est employé à déstabiliser la Turquie, en particulier en 2011 avec le  » printemps arabe  » de Clinton.

    Considérant que les Etats-Unis ont largement créé le fiasco en Syrie à partir de 2011, il est difficile de considérer les Kurdes comme un allié américain, alors que les Etats-Unis ont placé les Kurdes de manière préjudiciable en les incitant contre le propre allié américain de l’OTAN en 2011… et ont ensuite mis les Kurdes en défense via le groupe ISIS en Iraq et Syrie, le même groupe ISIS créé par les Etats-Unis eux-mêmes.

    Considérez aussi le projet de l’IASPS israélien de 1996 pour la région (détaillé dans cet article sur l’attaque des pétroliers du 10 octobre) si nous acceptons que le retrait américain est à première vue un changement fondamental à l’hégémonie mondiale après vingt-quatre ans d’aventurisme d’Etat de guerre, alors l’indignation néocon/néolibérale concernant le retrait américain de Syrie est simplement héréditaire dans cette région.

    Pensez ensuite à l’intérêt des généraux, du Pentagone et des entrepreneurs de Beltway qui réalisent tous d’énormes profits en Syrie. Que ce soit par des commissions, par la valeur des actions ou par des contrats gouvernementaux. Malheureusement, il n’est que trop facile d’oublier la vie réelle et les conséquences réelles de la guerre américaine en Syrie. Oui, c’est à propos du pétrole, mais c’est aussi à propos de vraies personnes.

    L’attaque avortée d’une installation pétrolière de Conoco près de Deir Ezzor en février 2018 en est un exemple parmi tant d’autres. Le New York Times a profité de cette tragédie pour fustiger la Russie pour avoir éventuellement employé des entrepreneurs en Syrie, tout comme les États-Unis emploient en fait des entrepreneurs dans tous les théâtres de guerre où ils opèrent. En d’autres termes, la tragédie syrienne est jouée par les médias comme toute la propagande de guerre produite par l’Occident, dans la poursuite de guerres sans fin pour le profit, au mépris des vies perdues.

    Alors, pendant que nous versons une larme de crocodile pour les Kurdes de Syrie, considérez aussi la vue d’ensemble… d’où nous venons… comment nous sommes arrivés ici… et où nous pourrions aller ensuite. Espérons que les États-Unis et Israël ne seront pas impliqués. Sinon, le Deep State de Washington pleurera de plus en plus fort… et encore plus fort.

    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de  » Iraq : the Road to War  » (Sourcewatch), éditeur de  » Bush Administration War Crimes in Iraq  » (Sourcewatch)  » Trump’s Limited Hangout  » et  » Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques des fiducies monétaires depuis 1913 « . Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, Fort Russ News, Strategika51, et le Herland Report.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.