While the dramatic US withdrawal from Syria is making headlines, little is being said about proposed withdrawal from Afghanistan or Iraq. The United States has invested trillions of US dollars in all three wars, with great loss of life, and little to show in positive results. But is there a bigger picture in Washington? Recent events outline an emerging pattern that may point the way to a new potential strategy for the execution of US foreign policy.

As pointed out by author and intellectual Tom Luongo, the departure of Joseph « Operation Iraqi Oil » Dunford as chairman of the Joint Chiefs of Staff on September 30th was a significant geopolitical event. Recall that Dunford was the highest-ranking military officer and regular military advisor to the president.

Dunford on Syria:

« Our primary partners on the ground, the Syrian Democratic Forces, have been successful in recovering a large swath of ground in northeast Syria.. The SDF’s recent operations in the town of Shaddadah effectively severed the last major artery that connected Raqqa and Mosul. Over time, the size of the Syrian Democratic Forces, and specifically the Arab component inside the Syrian Democratic Forces, has grown. And our focus right now is on continuing to – continuing that trend to grow the capabilities of the Syrian Democratic Forces.. »

Dunford On Afghanistan:

« Last summer highlighted, though, that the Afghan forces continue to need our support to build their capacity, specifically in areas like logistics, special operations, aviation capability, what I’d call broadly ministerial capacity. »

And as Dunford stated in 2016, « First, the Russian military presents the greatest array of threats to U.S. interests. Despite declining population, shrinking economy, Russia has made a significant investment in military capabilities, » addressing the Center for Strategic and International Studies.

These are the words of Dunford the career military officer, dutifully providing career military advice to a non-career president, that will keep US military forces in Afghanistan, Iraq, and Syria… seemingly forever. All debacles that the US itself created. While such military adventures may work wonders for the military budget, the loss in lives, treasure, and US prestige over many decades cannot be calculated, estimated, or even imagined.

Now with the passing of the Dunford regime as Joint Chief in September, General Milley steps in, with significant changes to public policy already on display. For example, Milley’s commissioned study of the Iraq war — long awaited and delayed by military pressure to prevent release of a largely negative report — was publicly released by Milley in January of 2019. The report states, “that coalition warfare (in Iraq) was ‘largely unsuccessful’ for several reasons, that failing to account for a lack of understanding of the inner workings of Iraqi politics and group struggles’ in part led to failure there. That’s an account that Dunford was unlikely to approve, and may have caused him to delay. So, with the departure of Dunford and Mattis as we shall see, the way forward for US disengagement from Syria’s northeast was made possible.

Earlier in June of 2019, the president appointed Mark Esper as Secretary of Defense to replace Jim « Mad Dog » Mattis. The schism with Mattis originated with the proposed US disengagement from Syria, which was a significant departure point for Mattis. The Syria rift was enough to provoke Mattis to say to the president, “You’re going to have to get the next Secretary of Defense to lose to ISIS. I’m not going to do it.” Considering Mattis’s great stature as a military man, such a statement from him borders on insubordination. After all, who is subordinate Mattis to second guess the president? Internal sources claim that Mattis had disagreements with Joint Chief’s appointment Milley too, over Syria, Iraq, and Afghanistan.

With Mattis’s resignation, Trump appointed Mark Esper, a former senior executive at Raytheon, as Secretary of Defense. Esper is seen as more of a pragmatist and corporate type, perhaps willing to entertain Mr Trump’s views about ending pointless wars and provocations in the Middle East. Esper is still an unknown quantity in Washington, with largely a corporate background, but seems willing to back the president publicly, to an extent lacking in Mattis.

Next, recall that on September 10th, 2019, John Bolton was let go as National Security Advisor. Bolton’s termination was almost as startling as the fact that he was ever hired in the first place. While the scope of John Bolton’s rise and fall is beyond scope here, Bolton’s impact was certainly felt when the president originally announced an US withdrawal from Syria almost one year ago, then Bolton subsequently appeared in public to walk back that statement. On the heels of other embarrassing public statements, most notably involving US policy toward North Korea and Venezuela, Bolton was fired last month.

Bolton’s successor as National Security Advisor is Robert O’Brien, a senior partner in a respected Washington law firm. O’Brien takes a low-key approach; his legal background presents quite a contrasting style and character to that of his predecessor. O’Brien’s twitter page makes little reference to his position, whereas John Bolton used his twitter page as a platform to seriously ridicule political opponents, and to incite all others.

So far, there is little indication that O’Brien will be an activist advisor. According to reports (perhaps inaccurate) O’Brien’s only action has been to rather awkwardly intervene in the Sacoolas affair. In other words, O’Brien is apparently not the sort to upstage his boss, or to publicly announce reversals to the president’s plans. Which underlines a most important point about the AUMF.

While a disheveled, confused, and motley crew in US Congress – whether Democrat or Republican – may bemoan the president’s authority to intervene in places that the US does not belong, it was Congress that provided the president with that authority. The Authorization for Use of Military Force was passed by Congress in September of 2001, just subsequent to the blowback of the twin towers attacks. The AUMF has been invoked ever since to allow aggression in Afghanistan, Philippines, Georgia, Yemen, Ethiopia, Eritrea, Iraq, Somalia, Djibouti and even Kenya.

Based on post-911 hysteria, the US Congress essentially gave any US president the authority to invade and occupy any sovereign nation that the president so desires, under just about any pretext that can be construed as “terrorist acts”. Regardless of personal feeling about the matter, it is quite clear that such war power held by the Executive was never envisaged by the Founders or US Constitution, and that a spineless and largely corrupt US Congress is unable to reverse its unconstitutional and despicable act. So, Lindsey Graham and Pelosi may grandstand and prance about with great hysteria about Syria to their heart’s content, feigning ignorance of the AUMF that they so engineered, to create the very predicament to whit they so vociferously object.

Thus, due to Congress’s despicable AUMF, Mr Trump is able to act individually on Syria to end the crisis just as his predecessor created it. Another intriguing element is that of Israel, mostly speculation, although borne out by the conflict map. On the conflict map, any element relating to “unidentified warplanes” always relates to Israel. Somewhat limited in the areas in which it may operate, Israel has been regularly bombing suspected Iranian troop emplacements in Iraq, Syria, and southern Lebanon for many months now.

Due to the presence of upgraded S-300’s and now-operational S-400’s around Damascus, Israel has been limited to bombing the region around al Bukamal and al Qaim in eastern Syria, on the fringe of the Syrian oil fields, or southern Lebanon. In other words, Israel has been taking a more provocative role in Syria, Iraq, and Lebanon, while the US has been dialing-back. Reminiscent of the Nixon Doctrine, and Haig under Reagan, Mr Trump is likely telling Israel to engage in its own aggression versus Syria, using Israel’s advanced and expensive (mostly) US weaponry, instead of relying in the United States to fight Israel’s wars.* If so, such a development would represent quite a change to US policy.

Likewise, evidence exists that Mr Trump is now impatient with Netanyahu. Mr Trump likes ‘winners’ and has little time for losers. It is already apparent that Netanyahu cannot form a new government. If so, that creates friction until Gantz forms a government, however Gantz’s ability to form a government is questionable too. As such, how Israel will go forward with the many challenges it faces internally and externally may call into question its highly dependent relationship to the United States. And, the big Israeli donors who helped Trump in 2016 may not be as relevant this time around.

To add to the fray, consider the surprising advocacy by billionaire plutocrats to end US intervention in Afghanistan. The Koch proposal to end US intervention in Afghanistan appeared in the press just one week subsequent to the departure of John Bolton as National Security Advisor.

According to the president of the Koch organization, “The 18-year war in Afghanistan continues to cost precious lives and is exacerbating our nation’s fiscal crisis. President Trump is right to pursue his promise to withdraw troops from Afghanistan. We need to focus our foreign policy on what is necessary to keep America safe, prosperous and free.”

Generally associated with pushing for lower taxes and Corporate “free trade” (read: monopolization and conglomeration) is it surprising that Plutocrats might push for disengagement from foreign interventionism? Prima facie the foregoing indicates a signal change to the continuous history of US aggression and foreign interventionism since 1950.

With the bigger picture in mind, let’s consider the entire structure and policy of US interventionism since 1950, where the idea is not to “win” any war, but to create a Failed State or Vassal State to serve the interest of the global Hegemon.

In the Herland Report interview with Joaquin Flores, Mr Flores describes the western motivation for failed states:

Create a political vortex/vacuum to draw in political adversaries to their detriment
Privately exploit the resources of the Failed State for gain
Deny direct responsibility for government, subsidy, or maintenance of the Failed State
Use the Failed State as an example to others, and conquer its people by fragmentation/ division

Regardless of the means or motivation, the US-Israeli goal in Syria was not for regime change, but to create a failed state. The means and motivation to create that Syrian failed state have expired, just as in Iraq, and in Libya, where the US lacks the resources to exploit.**

Besides Syria, we must consider US attempts to render both Venezuela and Iran as failed states too, and those attempts have failed. The United States is not in a position, economically or militarily, to fully enforce the five pillars of US power in 2020; while we still don’t know but can only suspect that the bottom line is economic. Despite the financial games played by the West, the greed of the Warfare State has perhaps finally caught up with it, where the hard, cold bottom line is that the US cannot afford to pursue endless war any longer.

For one thing, it is difficult to dissent versus financial collapse. Even a president cannot do that. If the only hope for the future is to turn back the ultimately profitless, ever-growing, and omnipresent Warfare and Surveillance State, then that is what must be done. It’s an omnipresent Warfare and Surveillance State that has been growing almost exponentially, but can no longer be afforded — even by the constant production of fiat currency — or morally tolerated.

Looking Forward, Looking Back

Since May, we have seen rapid and surprising developments: mysterious attacks on shipping in the Gulf; the downing of an RQ-4 reaper by Iran; strikes on Saudi oil infrastructure; the departure of key flamboyant cabinet members in US National Security and Defense to be replaced with unknowns; the withdrawal of US troops from Syria (except al Tanf) and various proposals (including billionaires) for the withdrawal of troops from Afghanistan.

A further indication of US policy thawing and ‘détente’ in the Middle East is to remove US troops from Iraq, for the US to engage Iran in peace talks, while distancing itself from Saudi-inspired terror, and pressing for peace in Yemen… and for the US to acquiesce to what surely must eventually be an armistice between Turkey and the Kurds in northeastern Syria.

That all of the foregoing will certainly infuriate Israel must be calculated with the prospect of Israel’s own waning power. The question now is not how to “make America great again” … but how to save it. Meanwhile, let Pelosi, Graham, and Schumer shout out their frustrations.

*If the SNA and even Turkish forces were able to employ upgraded S-300’s around the Syrian oil fields, that region of Syria would be off-limits to the IAF.

**Ironically, Turkey has exploited those Libyan resources via Misrata oil, in reaction to Iranian oil sanctions imposed by the US.

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as a guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

7 commentaires



  1. Monsieur STEVE BROWN.

    Avez vous pensé aux prochaines élections présidentielles américaine.
    Le président Donald Trump ne sera certainement pas réélu par des élections truqués .
    Et le 46 ème président des États Unis reprendra tembour battant l’escalade vers de nouvelles conquêtes guerrières.
    À moins que ces néocolonialisme de la maison blanche de l’industrie militaire et se la FED veulent se faire un hara kiri.
    CORDIALEMENT

    1. Author

      Avec un Mattis qui est ravi d’être comparé à Merryl Streep, le Deep State n’a plus aucune chance de faire quoi que ce soit. La Chine et la Russie sont beaucoup trop puissants pour que le Pentagone puisse envisager quoi que ce soit.
      Pire la coopération très fructueuse entre l’Iran et la Corée du Nord risque de devenir un modèle pour tous les pays du reste du monde.

      1. S.51
        Sous cette angle là. Je vous le concède.
        Mais les US sauraient ils capable de changer leurs nature.
        Adoptés un profil qui ne correspond pas à ceux qu’ils ont toujours proclamés haut et fort, celle d’être la première puissance au monde.
        Les premiers à tout points de vues.
        Sauf financièrement.
        Seraient ils capables de s’asseoir sur cet orgueil et faire profils bas.
        Le monde se retrouverez sans contre poids militairement parlant.
        Cela peut être un avantage comme un inconvénient.
        Ce qui donnerait libre cours à des illuminés de se comporter comme des électron libres, et assisterons à d’autres conflits d’un autre genre.

  2. La politique étrangère américaine a-t-elle changé ? Par Steve Brown

    Alors que le retrait dramatique des Etats-Unis de la Syrie fait la une des journaux, peu de choses sont dites sur le retrait proposé de l’Afghanistan ou de l’Irak. Les États-Unis ont investi des billions de dollars américains dans les trois guerres, avec de lourdes pertes en vies humaines et peu de résultats positifs. Mais y a-t-il une vue d’ensemble à Washington ? Les événements récents esquissent un modèle émergent qui pourrait indiquer la voie à une nouvelle stratégie potentielle pour l’exécution de la politique étrangère américaine.

    Comme l’a souligné l’auteur et intellectuel Tom Luongo, le départ de Joseph  » Operation Iraqi Oil  » Dunford en tant que président des chefs d’état-major interarmées le 30 septembre fut un événement géopolitique important. Rappelons que Dunford était l’officier militaire le plus haut gradé et le conseiller militaire régulier du président.

    Dunford sur la Syrie :

    « Nos principaux partenaires sur le terrain, les Forces démocratiques syriennes, ont réussi à récupérer une grande partie du terrain dans le nord-est du pays… Les récentes opérations du SDF dans la ville de Shaddadah ont effectivement sectionné la dernière grande artère qui reliait Raqqa à Mossoul. Au fil du temps, la taille des Forces démocratiques syriennes, et en particulier de la composante arabe au sein des Forces démocratiques syriennes, a augmenté. Et nous nous concentrons actuellement sur la poursuite de cette tendance à accroître les capacités des Forces démocratiques syriennes… »

    Dunford sur l’Afghanistan :

    « L’été dernier, cependant, nous avons souligné que les forces afghanes ont toujours besoin de notre appui pour renforcer leurs capacités, en particulier dans des domaines comme la logistique, les opérations spéciales et l’aviation, ce que j’appellerais généralement la capacité ministérielle. »

    Et comme le déclarait Dunford en 2016,  » Tout d’abord, l’armée russe présente le plus grand éventail de menaces aux intérêts américains. Malgré le déclin de la population et la contraction de l’économie, la Russie a fait un investissement important dans les capacités militaires,  » s’adressant au Centre d’études stratégiques et internationales.

    Ce sont les mots de Dunford, l’officier militaire de carrière, qui a le devoir de fournir des conseils militaires de carrière à un président qui n’a pas de carrière et qui maintiendra les forces militaires américaines en Afghanistan, en Irak et en Syrie… apparemment pour toujours. Toutes les débâcles que les États-Unis eux-mêmes ont créées. Bien que de telles aventures militaires puissent faire des merveilles pour le budget militaire, la perte en vies humaines, en trésors et en prestige américain sur plusieurs décennies ne peut être calculée, estimée ou même imaginée.

    Maintenant que le régime Dunford est devenu chef conjoint en septembre, le général Milley entre en scène, et des changements importants à la politique publique sont déjà en évidence. Par exemple, l’étude commandée par Milley sur la guerre en Irak – longtemps attendue et retardée par les pressions militaires pour empêcher la publication d’un rapport largement négatif – a été rendue publique par Milley en janvier 2019. Le rapport affirme que « la guerre de coalition (en Irak) a été « largement infructueuse » pour plusieurs raisons, que le fait de ne pas tenir compte d’un manque de compréhension des rouages internes de la politique irakienne et des luttes de groupe a en partie mené à l’échec. C’est un compte que Dunford n’approuverait probablement pas et qui l’a peut-être retardé. Ainsi, avec le départ de Dunford et Mattis, comme nous le verrons, la voie à suivre pour le désengagement des Etats-Unis du nord-est de la Syrie a été rendue possible.

    Plus tôt en juin 2019, le président a nommé Mark Esper au poste de secrétaire à la Défense en remplacement de Jim  » Mad Dog  » Mattis. Le schisme avec Mattis trouve son origine dans le projet de désengagement américain de la Syrie, point de départ important pour Mattis. La brèche syrienne a suffi à provoquer Mattis pour dire au président : « Il va falloir que le prochain ministre de la Défense perde face à ISIS. Je ne vais pas le faire. » Considérant la grande stature de Mattis en tant que militaire, une telle déclaration de sa part frise l’insubordination. À qui Mattis est-il subordonné, après tout, à celui qui conteste le président ? Des sources internes affirment que Mattis n’était pas d’accord avec la nomination du chef conjoint Milley au sujet de la Syrie, de l’Irak et de l’Afghanistan.

    Avec la démission de Mattis, Trump a nommé Mark Esper, ancien cadre supérieur chez Raytheon, au poste de secrétaire à la Défense. Esper est considéré comme plus pragmatique et corporatif, peut-être prêt à divertir M. Trump sur la fin des guerres inutiles et des provocations au Moyen Orient. Esper est encore une quantité inconnue à Washington, avec en grande partie un arrière-plan d’entreprise, mais semble disposé à soutenir le président publiquement, dans une mesure qui manque à Mattis.

    Ensuite, rappelez-vous que le 10 septembre 2019, John Bolton a été libéré de ses fonctions de conseiller à la sécurité nationale. Le licenciement de Bolton était presque aussi surprenant que le fait qu’il ait été embauché au départ. Bien que l’ampleur de l’ascension et de la chute de John Bolton dépasse la portée ici, l’impact de Bolton s’est certainement fait sentir lorsque le président a annoncé à l’origine un retrait américain de la Syrie il y a presque un an, puis Bolton a par la suite paru en public pour revenir sur cette déclaration. Dans la foulée d’autres déclarations publiques embarrassantes, notamment au sujet de la politique américaine envers la Corée du Nord et le Venezuela, Bolton a été congédié le mois dernier.

    Le successeur de M. Bolton à titre de conseiller en matière de sécurité nationale est Robert O’Brien, un associé principal d’un cabinet d’avocats respecté de Washington. O’Brien adopte une approche discrète ; sa formation juridique présente un style et un caractère assez contrastés par rapport à ceux de son prédécesseur. La page twitter de M. O’Brien fait peu référence à sa position, alors que John Bolton a utilisé sa page twitter comme plate-forme pour ridiculiser sérieusement les opposants politiques et pour inciter tous les autres.

    Jusqu’à présent, rien n’indique que M. O’Brien sera un conseiller activiste. Selon les rapports (peut-être inexacts), la seule action d’O’Brien a été d’intervenir maladroitement dans l’affaire Sacoolas. En d’autres termes, O’Brien n’est apparemment pas du genre à éclipser son patron ou à annoncer publiquement des revirements aux plans du président. Ce qui souligne un point très important de l’AUMF.

    Alors qu’une équipe décoiffée, confuse et hétéroclite au Congrès américain – qu’elle soit démocrate ou républicaine – peut déplorer l’autorité du président d’intervenir dans des lieux où les États-Unis n’ont pas leur place, c’est le Congrès qui a donné cette autorité au président. L’autorisation de recourir à la force militaire a été adoptée par le Congrès en septembre 2001, juste après la rétrocession des attaques des tours jumelles. Le AUMF a été invoqué depuis lors pour permettre l’agression en Afghanistan, aux Philippines, en Géorgie, au Yémen, en Éthiopie, en Érythrée, en Irak, en Somalie, à Djibouti et même au Kenya.

    Fondé sur l’hystérie de l’après-11 septembre 2001, le Congrès américain a essentiellement donné à tout président américain le pouvoir d’envahir et d’occuper toute nation souveraine qu’il désire, sous n’importe quel prétexte pouvant être interprété comme des « actes terroristes ». Indépendamment de tout sentiment personnel à ce sujet, il est tout à fait clair qu’un tel pouvoir de guerre détenu par l’Exécutif n’a jamais été envisagé par les Fondateurs ou la Constitution américaine, et qu’un Congrès américain peureux et largement corrompu est incapable d’inverser son acte inconstitutionnel et méprisable. Ainsi, Lindsey Graham et Pelosi peuvent se pavaner avec une grande hystérie au sujet de la Syrie, feignant l’ignorance de la AUMF si ingénieusement conçue, pour créer la situation très difficile à laquelle ils sont si véhéments opposés.

    Ainsi, en raison de l’ignoble AUMF du Congrès, M. Trump est en mesure d’agir individuellement sur la Syrie pour mettre fin à la crise, tout comme son prédécesseur l’a créée. Un autre élément intrigant est celui d’Israël, surtout la spéculation, bien qu’elle soit confirmée par la carte du conflit. Sur la carte du conflit, tout élément relatif aux « avions de guerre non identifiés » se rapporte toujours à Israël. Assez limité dans les zones où il peut opérer, Israël bombarde régulièrement depuis plusieurs mois des emplacements présumés de troupes iraniennes en Irak, en Syrie et dans le sud du Liban.

    En raison de la présence de S-300 améliorés et de S-400 maintenant opérationnels autour de Damas, Israël s’est limité à bombarder la région autour d’al Bukamal et al Qaim dans l’est de la Syrie, à la périphérie des champs pétroliers syriens, ou au sud du Liban. En d’autres termes, Israël a joué un rôle plus provocateur en Syrie, en Irak et au Liban, tandis que les États-Unis ont fait marche arrière. Rappelant la doctrine de Nixon et Haig sous Reagan, M. Trump dit probablement à Israël de s’engager dans sa propre agression contre la Syrie, en utilisant les armes avancées et coûteuses (principalement) américaines d’Israël, au lieu de compter sur les États-Unis pour combattre dans les guerres israéliennes.* Si tel était le cas, une telle évolution représenterait un changement important à la politique américaine.

    De même, il existe des preuves que M. Trump est maintenant impatient avec Nétanyahou. M. Trump aime les « gagnants » et a peu de temps pour les perdants. Il est déjà évident que Nétanyahou ne peut pas former un nouveau gouvernement. Si c’est le cas, cela crée des frictions jusqu’à ce que Gantz forme un gouvernement, mais la capacité de Gantz à former un gouvernement est également douteuse. En tant que telle, la façon dont Israël ira de l’avant avec les nombreux défis auxquels il est confronté à l’intérieur et à l’extérieur du pays peut remettre en question ses relations très dépendantes avec les États-Unis. Et, les grands donateurs israéliens qui ont aidé Trump en 2016 pourraient ne pas être aussi pertinents cette fois-ci.

    Pour ajouter à la mêlée, prenons l’exemple du plaidoyer surprenant des ploutocrates milliardaires en faveur de la fin de l’intervention américaine en Afghanistan. La proposition de M. Koch de mettre fin à l’intervention américaine en Afghanistan a été publiée dans la presse une semaine seulement après le départ de John Bolton en tant que conseiller à la sécurité nationale.

    Selon le président de l’organisation Koch, « La guerre de 18 ans en Afghanistan continue de coûter des vies précieuses et exacerbe la crise financière de notre pays. Le président Trump a raison de tenir sa promesse de retirer ses troupes d’Afghanistan. Nous devons concentrer notre politique étrangère sur ce qui est nécessaire pour garder l’Amérique sûre, prospère et libre. »

    Généralement associé aux pressions en faveur d’une réduction des impôts et du « libre-échange » des entreprises (lire : monopolisation et conglomérat), est-il surprenant que les Ploutocrates puissent pousser au désengagement de l’interventionnisme étranger ?

    à première vue, ce qui précède indique un changement manifeste dans l’histoire continue de l’agression américaine et de l’interventionnisme étranger depuis 1950.

    Dans une perspective plus large, considérons l’ensemble de la structure et de la politique de l’interventionnisme américain depuis 1950, où l’idée n’est pas de  » gagner  » une guerre, mais de créer un État défaillant ou un État vassal pour servir les intérêts de l’Hegemon mondial.

    Dans l’entretien qu’il a accordé à Joaquin Flores dans le rapport Herland, M. Flores décrit les motivations occidentales des États en déliquescence :

    Créer un tourbillon/vide politique pour attirer les adversaires politiques à leur détriment.
    Exploiter les ressources de l’État défaillant à des fins d’enrichissement privé
    Refuser la responsabilité directe du gouvernement, de la subvention ou de l’entretien de l’État défaillant
    Utiliser l’État en déliquescence comme exemple pour les autres et conquérir son peuple par la fragmentation et la division.

    Quels que soient les moyens ou les motivations, l’objectif américano-israélien en Syrie n’était pas de changer de régime, mais de créer un État failli. Les moyens et la motivation pour créer cet État syrien en déliquescence ont expiré, tout comme en Irak et en Libye, où les États-Unis manquent de ressources à exploiter**.

    Outre la Syrie, nous devons considérer les tentatives américaines visant à faire du Venezuela et de l’Iran des États en déliquescence également, et ces tentatives ont échoué. Les États-Unis ne sont pas en mesure, économiquement ou militairement, d’appliquer pleinement les cinq piliers de la puissance américaine en 2020, même si nous ne savons pas encore, mais nous ne pouvons que soupçonner, que le résultat final est économique. Malgré les jeux financiers joués par l’Occident, l’avidité de l’État de guerre l’a peut-être finalement rattrapé, où l’essentiel est que les États-Unis ne peuvent plus se permettre de continuer la guerre sans fin.

    D’une part, il est difficile d’être en désaccord avec l’effondrement financier. Même un président ne peut pas faire ça. Si le seul espoir pour l’avenir est de faire reculer l’État de guerre et de surveillance, qui est en fin de compte un État sans profit, en pleine expansion et omniprésent, alors c’est ce qu’il faut faire. C’est un État de guerre et de surveillance omniprésent qui a connu une croissance presque exponentielle, mais qui ne peut plus être financé – même par la production constante de monnaie fiduciaire – ni toléré moralement.

    Regarder vers l’avenir, regarder en arrière

    Depuis le mois de mai, nous avons assisté à des développements rapides et surprenants : des attaques mystérieuses contre le transport maritime dans le Golfe ; l’abattage d’un moissonneur RQ-4 par l’Iran ; des grèves contre l’infrastructure pétrolière saoudienne ; le départ de membres flamboyants clés du gouvernement de la sécurité nationale et de la défense américaines pour être remplacés par des inconnus ; le retrait des troupes américaines de Syrie (sauf al Tanf) et diverses propositions (notamment des millionnaires) pour le retrait des troupes d’Afghanistan.

    Une autre indication du dégel et de la « détente » de la politique américaine au Moyen-Orient est le retrait des troupes américaines d’Irak, l’engagement des États-Unis dans des pourparlers de paix avec l’Iran, tout en se distançant du terrorisme d’inspiration saoudienne, et la pression pour la paix au Yémen… et l’acceptation par les États-Unis de ce qui doit certainement devenir un armistice entre la Turquie et les Kurdes au nord-est du pays.

    Que tout ce qui précède rendra certainement Israël furieux doit être calculé dans la perspective de la propre puissance décroissante d’Israël. La question n’est pas de savoir comment  » rendre l’Amérique grande à nouveau « … mais comment la sauver. Pendant ce temps, que Pelosi, Graham et Schumer crient leurs frustrations.

    *Si le SNA et même les forces turques étaient en mesure d’employer des S-300 améliorés autour des champs pétroliers syriens, cette région de la Syrie serait interdite à l’IAF.

    **Ironiquement, la Turquie a exploité ces ressources libyennes via le pétrole de Misrata, en réaction aux sanctions pétrolières iraniennes imposées par les Etats-Unis.

    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de  » Iraq : the Road to War  » (Sourcewatch), éditeur de  » Bush Administration War Crimes in Iraq  » (Sourcewatch)  » Trump’s Limited Hangout  » et  » Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques des fiducies monétaires depuis 1913 « . Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, Fort Russ News et Strategika51.
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    1. @Racbalie Merci pour la traduction !

Répondre à 157 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.