Une station de système d’arme contrôlee à distance (RCWS) installée sur une tour incrustée dans le mur de séparation entre les territoires palestiniens et israéliens.

Des murs de séparation, des murs défensifs et maintenant offensifs, des tourelles robotisées, des canons automatiques, des barbelés et des chicanes partout… Bref, un monde presque parfait !

Rappelez-vous qu’aucun système défensif n’est invulnérable avec le temps. Le grand maître des fortifications qu’était Vauban avait toujours cette Maxime en tête lorsqu’il concevait de nouveaux ouvrages défensifs.

Publicités

9 commentaires

  1. De Bruno Bettelheim :
    « Les autres me sont insupportables. Qu’est-ce qui ne va pas en moi? »

  2. Excellent article et comparaison S51, le rêve du système (sionistes) qui aimerait que les robots remplacent les humains et réduire l’humanité (enfin soyons précis nous les goys) en esclavage !

  3. L’histoire des lignes Bar Lev, et Miaginot sont là pour prouver la futilité de tels dispositifs. Dernier en date le Iron Dome, qui s’est avéré etre une passoire.
    Israèl n’en a plus pour longtemps.

  4. « Tous ne vous combattront que retranchés dans des cités fortifiées ou de derrière des murailles. Leurs dissensions internes sont extrêmes. Tu les croirait unis, alors que leurs cœurs sont divisés. C’est qu’ils sont des gens qui ne raisonnent pas. » (Coran, 69, 14)

    1. (…)
      Et Caïn dit « Cet oeil me regarde toujours! »
      Hénoch dit : « Il faut faire une enceinte de tours
      Si terrible, que rien ne puisse approcher d’elle.
      Bâtissons une ville avec sa citadelle,
      Bâtissons une ville, et nous la fermerons. »
      (…)
      Et l’on crevait les yeux à quiconque passait ;
      Et, le soir, on lançait des flèches aux étoiles.
      Le granit remplaça la tente aux murs de toiles,
      On lia chaque bloc avec des noeuds de fer,
      Et la ville semblait une ville d’enfer ;
      L’ombre des tours faisait la nuit dans les campagnes ;
      Ils donnèrent aux murs l’épaisseur des montagnes ;
      (…)
      L’oeil a-t-il disparu ? » dit en tremblant Tsilla.
      Et Caïn répondit : » Non, il est toujours là. »
      Alors il dit: « je veux habiter sous la terre
      Comme dans son sépulcre un homme solitaire ;
      Rien ne me verra plus, je ne verrai plus rien. »
      On fit donc une fosse, et Caïn dit « C’est bien ! »
      Puis il descendit seul sous cette voûte sombre.
      Quand il se fut assis sur sa chaise dans l’ombre
      Et qu’on eut sur son front fermé le souterrain,
      L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn.


      Victor Hugo, La conscience
      https://www.poetica.fr/poeme-49/victor-hugo-la-conscience/

      1. Merci pour ce poème de Victor Hugo que je connaissais pas. Le poète saisit le fond des choses et l’exprime sous une forme sensible et belle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.