As the dust settles in Syria subsequent to the US exit from the debacle that it so created in 2011, the festering sore that is Libya must once again come to the fore.  Recall that Hillary Clinton and Mahmoud Jibril made the case for regime change in Libya and although the US seemingly abandoned oil-rich Libya after the Benghazi attacks, the US is still running clandestine operations in Libya from Tunisia.

The United States Central Intelligence Agency flies surveillance and attack drones from Sidi Ahmed air base to attack tribal leaders that it suspects of having links to al Qaeda. Likewise, Israel runs a covert surveillance operation and cyberwarfare unit from nearby Djerba island. Whether Djerba island station assists US operations in Libya is unclear; the main function of the Israeli Djerba black ops site is claimed to be cyberwarfare in North Africa. 

Meanwhile, recent attempts to unravel the Libyan disaster engaged none of the parties most interested in pursuing active aggression there. US « efforts for Libyan peace » and diplomacy on the « margins » of the UN General Assembly in September included only the African Union, the Arab League, and European Union, besides Egypt and western Axis powers.  In other words, the United Arab Emirates, representatives of Sarraj’s Government of National Accord, Misrata leaders, and Haftar’s Libyan National Army were not invited to the UN party. 


Libyan GNA leader Sarraj addressed the UN in September saying, “We ask the United States, if it believes in a political solution, to stop these countries from providing the money, the equipment and the weapons that has enabled him [Haftar] to continue this.” But the real trouble is Libyan oil.

The warring factions in Libya are funded by NOC, the National Oil Company of Libya.  The Libyan National Oil Company is the only designated independent oil company in Libya, providing profits to its oil suppliers – east or west. And note the division. East Libyan oil fields are offshore, controlled by Haftar and the LNA, while onshore western fields are controlled by Sarraj and a separate group, the Misrata rebels. 

But the NOC is not the only oil company operating in Libya, the United Arab Emirates has been illegally stealing and selling oil in the east on behalf of Haftar and its own operations for some time. In aid of receiving that oil, the United Arab Emirates supplies weaponry, fighter planes, and even mercenary pilots to General Haftar’s militia.

Now enter Turkey, which has been purchasing low cost oil in western Libya from Misrata rebels since the US cutoff its Iranian oil supplies, where Iran was formerly a major supplier. Turkey has enforced its interest in Libyan oil since Secretary Mnuchin’s oil embargo versus Iran took effect, and Turkey has supplied arms and weaponry to Misrata in the west, to keep their oil flowing.

Turkey’s interest in Misrata oil and alliance with Islamic rebels to that end is a complication for Russia, which has good relations with Turkey, but opposes the resurgence of the Islamic State group in Libya and Syria, when Turkey as a matter of convenience has supported the “Libyan Army” (of GNA) and Misrata rebels which contain radical jihadi elements. (Sarraj says those ISIS elements have been eliminated from the Libyan Army, however the Russian leadership seems wary.)

Indeed, Russia’s policy in Libya is somewhat opaque with regard to its support for warring factions. Russia evidently supports Saif al Islam with the primary intent to unite disparate Libyan tribes, and to suppress ISIS. Russia supports that goal by alleged use of the Wagner Group – which officialdom denies – where inevitably clashes have occurred with the GNA.

Russia, Turkey, Syria, and Iran have cooperated subsequent to the US withdrawal from Syria… but Syria is not all about oil, while Libya is. Thus once again we must question whether Mr Erdogan is playing a double agent game. In the article Erdogan:  Bluffer or Potentate? we examined Mr Erdogan’s dual game in Syria, which has apparently worked out well for now, except for the YPG and PKK terrorists.

Now in Libya, where oil riches are at stake – and coming off his victory in Syria – it makes sense for Mr Erdogan to press the issue and attempt to turn the tide versus Haftar and his backers, including the United Arab Emirates. Such a move may directly incite Russian interests however, if the Russian leadership considers Turkey to be supporting GNA / Misrata rebels which are (in part) ISIS fighters.

In other words, after Turkey’s success in Syria — securing Turkey’s southern border in a matter of days whereas the United States protected YPG terrorists there for many years — the next logical extension is for Turkey to secure its oil and gas from Misrata since the US ended Turkey’s freedom to import Iranian oil. That such a move by Turkey may further destabilize Libya (and perhaps Northern Africa) will force Turkey into a delicate balancing act, again playing off Russia versus the United States and vice versa, to maintain regional leverage.

Since Mr Erdogan apparently achieved the nearly impossible in Syria, he will likely feel emboldened now. After all, he survived a US coup attempt and embarrassed Saudi Arabia to an extent where the Crown Prince of Terror’s influence has all but been blunted. That’s not meant to portray Mr Erdogan as a noble hero, only as a canny, cunning, and effective operator.

And there are pitfalls. US politicians have drafted draconian new sanctions versus Turkey, and the Warfare State’s megaphone in Washington DC is braying for blood… anyone’s blood. Furthermore, attempting to play both sides seldom works out well, and defying a weakened Deep State in Washington is quite different than defying the Russian leadership. And the conflict in Libya is quite different than that in Syria.

So, will Libya be next to somehow recover from the US State-imposed debacle of 2011 that led to the death and displacement of many thousands of its people, plus its demise as a functioning independent sovereign state? For that we can only hope… but to rely on Mr Erdogan’s luck there, and in a very different conflict, is questionable. 

The true question is how long Mr Erdogan can play all sides. 

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

2 commentaires

  1. Monsieur Steve BROWN.
    Je ne vois pas en quoi la Turquie est sortie gagnante du conflit syrien.
    La Turquie d’Erdogan est Entré en guerre, sans aucune raison contre son voisin syrien.
    Elle a aussi violé la souveraineté de l’Irak.
    Elle y a semé la morts, la terreur, le K.O, la destruction, le pillage généralisé ect …..etc. ..
    Est cela, que vous appelez être vainqueur. !!
    Vainqueur de quoi !!
    La haine que les syriennes et syriens, que les irakiennes et les irakiens lui vouent aux turques dans leurs ensembles est incommensurable.
    La Turquie n’aura jamais plus d’accord commercial avec la Syrie et même avec l’Irak.
    Énormément de pays se méfieront de tissés des liens d’amitiés, de fraternité, de quelconques alliances avec la Turquie.
    Girouette comme pas possible, les masques sont tombés.
    Voilà comment ils se souviendront d’elle.
    Erdogan n’a pas les moyens de ces ambitions en faisant cavalier seul en Syrie comme ailleurs.
    Seul les bloc compact, sachant décernés sont leurs véritables alliés.
    fussent-ils des alliés de circonstances, mais alliés tout de même d’un bloc, sur lequel ils pourront espérer se soustraire d’un problème.
    L’équilibre de la force sur la balance , imposera de par et d’autres, des arrangements négocié à l’amiable.
    Chacun tenant compte pour les uns comme pour les autres de ne pas déshonorer l’autre aux yeux du monde.
    La Turquie d’Erdogan, s’est tiré une balle dans le pied le faite de mangé dans tous les râtelier.
    Elle s’est isolé, Erdogan le sait ; Et pour cela le Sultan Recep Tayyip Erdogan doit et devra faire beaucoup de concessions, pour ne pas rester seul, faible et donc vulnérable.
    La Syrie, Bachar el Assad a été clair avec Erdogan.
    Il lui a dit par contacts interposés, sortez de chez nous de vous mêmes, où nous vous sortirons de nôtre pays manu militari, qu’importe le temps qu’il faudra.
    S’agissant des traîtres Kurdes, Damas, et le peuple syrien, le moment venu, ils leurs feront comprendre leurs douleurs, en douceur quotidiennement, par du deux poids et de mesures.
    Les pays qui appliquent la politique du néocolonialisme ne seront jamais des vainqueurs de quoi que ce soit.
    Tôt où tard la roue tournera, est ils connaîtront ce qu’ils faisaient aux autres, d’une manière où d’une autres.
    La Syrie, la Russie, l’Iran, les hachd al chaabi irakiens, les libanais, les Houthis yemenites, les Talibans d’Afghanistan, la Corée du Nord, ont gagnés en créant une alliance un bloc unificateur ou beaucoup se reconnaîtront dorénavant, ou des liens e tisseront.
    Des schémas fédérateurs se dessineront.
    Non la Turquie d’Erdogan n’a rien gagné.
    Les kurdes sont toujours là, en électron libre.
    Erdogan s’il ‘il veut régler définitivement le problème Kurde, qu’il s’assoie autour d’une table avec Damas, Téhéran et Bagdad, pour réglé se problème qu’ils ont de commun avec les Kurdes.
    Les kurdes sont dans ces quatre pays et ils revendiquent un pays qui chevauche ces quatre pays dans son centre.
    Qu’ils synchronisent ensembles un accord avec les kurdes, sur lequel les kurdes devront s’en tenir.
    Faute de quoi la répression collective par les services d’ordres, matteront et arreteront les leaders des rébellions, par un travail de renseignements collectives entre ces quatre pays.
    L’usure aura raison sur les plus récalcitrants, de manière générale les esprits se résigneront à vivre en harmonie avec les pays accueillants.
    Amicalement.

  2. La Syrie maintenant…. La Libye ensuite ? Erdogan joue des deux côtés – Par Steve Brown

    Alors que la poussière s’installe en Syrie après la sortie des Etats-Unis de la débâcle qu’ils ont ainsi créée en 2011, la plaie qui couve en Libye doit une fois de plus se manifester. Rappelons qu’Hillary Clinton et Mahmoud Jibril ont plaidé en faveur d’un changement de régime en Libye et que bien que les Etats-Unis aient apparemment abandonné la Libye riche en pétrole après les attaques de Benghazi, les Etats-Unis mènent toujours des opérations clandestines en Libye depuis la Tunisie.

    L’Agence centrale de renseignement des États-Unis fait voler des drones de surveillance et d’attaque depuis la base aérienne de Sidi Ahmed pour attaquer les chefs tribaux qu’elle soupçonne d’avoir des liens avec Al-Qaida. De même, Israël dirige une opération de surveillance secrète et une unité de cyberguerre depuis l’île voisine de Djerba. Il n’est pas certain que la station de l’île de Djerba aide les opérations américaines en Libye ; la principale fonction du site des opérations secrètes israéliennes de Djerba serait la cyberguerre en Afrique du Nord.

    Pendant ce temps, les récentes tentatives visant à démêler la catastrophe libyenne n’ont engagé aucune des parties les plus intéressées à poursuivre une agression active dans ce pays. Les  » efforts des Etats-Unis pour la paix en Libye  » et la diplomatie en marge de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre n’incluaient que l’Union africaine, la Ligue arabe et l’Union européenne, outre l’Egypte et les puissances de l’Axe occidental. En d’autres termes, les Émirats arabes unis, les représentants du gouvernement d’accord national de Sarraj, les dirigeants de Misrata et l’armée nationale libyenne de Haftar n’ont pas été invités au parti des Nations unies.
    ****************************
    Le dirigeant libyen de l’Alliance nationale libyenne, M. Sarraj, s’est adressé à l’ONU en septembre en déclarant : « Nous demandons aux États-Unis, s’ils croient en une solution politique, d’empêcher ces pays de fournir l’argent, l’équipement et les armes qui lui ont permis[Haftar] de continuer ainsi ». Mais le vrai problème, c’est le pétrole libyen.

    Les factions belligérantes en Libye sont financées par la NOC, la Compagnie pétrolière nationale de Libye. La compagnie pétrolière nationale libyenne est la seule compagnie pétrolière indépendante désignée en Libye, fournissant des profits à ses fournisseurs de pétrole – est ou ouest. Et notez la division. Les champs pétroliers de l’est de la Libye sont situés au large des côtes, contrôlés par Haftar et la LNA, tandis que ceux de l’ouest sont contrôlés par Sarraj et un groupe distinct, les rebelles Misrata.

    Mais la NOC n’est pas la seule compagnie pétrolière opérant en Libye, les Emirats Arabes Unis volent et vendent illégalement du pétrole dans l’est au nom de Haftar et de ses propres opérations depuis un certain temps. Pour recevoir ce pétrole, les Émirats arabes unis fournissent des armes, des avions de chasse et même des pilotes mercenaires à la milice du général Haftar.

    Maintenant, entrons en Turquie, qui achète du pétrole à bas prix dans l’ouest de la Libye auprès des rebelles de Misrata depuis que les États-Unis y ont interrompu son approvisionnement en pétrole, dont l’Iran était un fournisseur important. La Turquie a renforcé son intérêt pour le pétrole libyen depuis l’entrée en vigueur de l’embargo pétrolier du secrétaire Mnuchin contre l’Iran, et la Turquie a fourni des armes et des armements à Misrata, dans l’ouest du pays, pour maintenir son approvisionnement en pétrole.

    L’intérêt de la Turquie pour le pétrole de Misrata et son alliance avec les rebelles islamiques à cette fin est une complication pour la Russie, qui entretient de bonnes relations avec la Turquie, mais s’oppose à la résurgence du groupe de l’État islamique en Libye et en Syrie, où la Turquie a soutenu par commodité l' »armée libyenne » (de GNA) et les rebelles Misrata qui contiennent des éléments radicaux djihadistes. (Sarraj dit que ces éléments de l’ISIS ont été éliminés de l’armée libyenne, mais les dirigeants russes semblent plus prudents.)

    En effet, la politique de la Russie en Libye est quelque peu opaque en ce qui concerne son soutien aux factions en guerre. De toute évidence, la Russie soutient Saif al Islam avec l’intention première d’unir des tribus libyennes disparates et de supprimer l’ISIS. La Russie soutient cet objectif en recourant prétendument au groupe Wagner – que les autorités nient – où des affrontements ont inévitablement eu lieu avec le GNA.

    La Russie, la Turquie, la Syrie et l’Iran ont coopéré à la suite du retrait américain de la Syrie… mais la Syrie n’est pas seulement une question de pétrole, tandis que la Libye l’est. Nous devons donc une fois de plus nous demander si M. Erdogan joue un rôle d’agent double. Dans l’article Erdogan : Bluffer or Potentate ? nous avons examiné le double jeu de M. Erdogan en Syrie, qui a apparemment bien fonctionné pour l’instant, sauf pour les terroristes du YPG et du PKK.

    Aujourd’hui, en Libye, où les richesses pétrolières sont en jeu – et après sa victoire en Syrie -, il est logique que M. Erdogan fasse pression sur la question et tente de renverser la vapeur contre Haftar et ses partisans, y compris les Emirats arabes unis. Une telle décision pourrait cependant inciter directement les intérêts russes, si les dirigeants russes considèrent que la Turquie soutient les rebelles de la GNA / Misrata qui sont (en partie) des combattants de l’ISIS.

    En d’autres termes, après le succès de la Turquie en Syrie – sécuriser la frontière sud de la Turquie en quelques jours seulement, alors que les États-Unis y ont protégé les terroristes de YPG pendant de nombreuses années – la prochaine extension logique est pour la Turquie de sécuriser son pétrole et son gaz contre Misrata depuis que les États-Unis ont mis fin à la liberté de la Turquie d’importer le pétrole iranien. Le fait qu’un tel geste de la part de la Turquie puisse déstabiliser davantage la Libye (et peut-être l’Afrique du Nord) forcera la Turquie à un délicat exercice d’équilibrisme, jouant encore une fois contre la Russie et les États-Unis et vice versa, pour maintenir son influence régionale.

    Étant donné que M. Erdogan a apparemment réalisé ce qui était presque impossible en Syrie, il se sentira probablement enhardi maintenant. Après tout, il a survécu à une tentative de coup d’État américain et a embarrassé l’Arabie saoudite à un point tel que l’influence du prince héritier de la terreur n’a pratiquement pas été atténuée. Il ne s’agit pas de dépeindre M. Erdogan comme un héros noble, mais seulement comme un opérateur habile, rusé et efficace.

    Et il y a des pièges. Les politiciens américains ont rédigé de nouvelles sanctions draconiennes contre la Turquie, et le mégaphone de l’État de guerre à Washington DC braille pour le sang… du sang de n’importe qui. De plus, tenter de jouer les deux camps fonctionne rarement bien, et défier un Deep State affaibli à Washington n’a rien à voir avec défier les dirigeants russes. Et le conflit en Libye est très différent de celui de la Syrie.

    La Libye sera-t-elle donc proche de se remettre d’une manière ou d’une autre de la débâcle imposée par l’État américain en 2011, qui a entraîné la mort et le déplacement de plusieurs milliers de ses habitants, ainsi que sa disparition en tant qu’État souverain indépendant et fonctionnel ? Pour cela, nous ne pouvons que l’espérer… mais compter sur la chance de M. Erdogan là-bas, et dans un conflit très différent, est contestable.

    La vraie question est de savoir combien de temps M. Erdogan peut jouer de tous les camps.
    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de  » Iraq : the Road to War  » (Sourcewatch), éditeur de  » Bush Administration War Crimes in Iraq  » (Sourcewatch)  » Trump’s Limited Hangout  » et  » Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques des fiducies monétaires depuis 1913 « . Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, Fort Russ News et Strategika51.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.