La Russie de retour en Afrique après trois décennies d’absence.

L’image est forte: des bombardiers stratégiques russes Tupolev Tu-160 Blackjacks ont atterri sur la base aérienne de Waterkloof à Tschawane, Afrique du Sud, après un vol de 13 000 kilomètres, au moment où le président russe Vladimir Poutine recevait les Chefs d’Etat africains à Sotchi dans le cadre de la Réunion Russie-Afrique.

Ceci pour le côté officiel. Après la Chine, la Russie retourne en Afrique, le continent le plus dynamique et le plus prometteur de la seconde moitié du 21ème siècle. Cette incursion géostratégique de premier ordre dans le pré-carré des puissances coloniales indique que les stratèges russes ont su localiser le point faible de cet « Occident » qui veut nier l’existence de la Russie en tant que puissance et la contraindre à demeurer à la périphérie.

La France et le Royaume Uni sont les grands perdant de la grande rivalité opposant les États-Unis d’Amérique à la Chine et la Russie sur le continent africain. Ces trois puissances sont en effet privilégiées par le fait qu’elles traînent aucun passif colonial dans le continent. Elles ne cherchent pas non plus à priver les populations africaines de leurs droits les plus élémentaires et nier leurs identités et leurs cultures comme l’ont fait les anciennes puissances coloniales européennes.

Contrairement à l’approche chinoise, indirecte et soft, l’approche russe se distingue par son approche directe et visible. Et il est quasiment sûr que les Russes ne resteront pas les mains croisés en cas d’attaque indirecte commanditée par les multinationales des vieilles puissances coloniales dominant certains pays du Sahel. Les Chinois ont subi ce genre d’attaques avec un stoïcisme inégalé (kidnappings de leurs ingénieurs et techniciens par de faux groupes terroristes payés par une grosse multinationale énergétique) et n’ont jamais cherché à riposter avec les méthodes utilisées par leurs adversaires. Les russes ont une nette propension à riposter. Le retour de la Russie en Afrique est une des conséquences corollaires au Grand jeu et ses fronts ouverts au Levant, en Europe Centrale et orientale et en extrême -Orient. L’Otan à voulu encercler puis étrangler la Russie. cette dernière devait nécessairement se déployer au-delà des ambitions jamais atteintes par les Tsars (méditerranée, eaux chaudes de l’océan indien) et c’est naturellement en Afrique, le continent le plus pauvre mais également celui qui a le plus d’avenir dans un monde en pleine crise économique que les Russes ont décidé de jouer pleinement la grande partition que l’on croyait perdue du temps de Kipling.

Crédit photo: Murad Gazdiev, RT

Publicités

4 commentaires

  1. La Russie n’a pas à rougir de venir en Afrique.
    Elle doit bousculer les mauvaises habitudes des européens en proposant des marchés gagnant/gagnant aux pays africains.
    La Russie compte bien s’imposer sur le marché africain, sans s’il vous plaît, face aux Européen et aux USA.
    Et même qu’elle le fera, sans difficultés.
    Ce qui aura l’avantage de faire revoir l’approche qu’ont ces pays européens et US vis à vis des pays africains.
    Un équilibre de la force, est à présager.
    Mais aussi, de voir des chefs d’états africains confrontés à des turbulences et des crash.
    La tentation d’aller voir ailleurs aura raison d’eux.
    Parmis les exploitants, chacun va vouloir consolidé leurs acquis, par des menaces et intimidations de toutes natures.
    D’autres, chefs d’états africains, saisiront cet aubaine, pour s’extirper des griffes de leurs vieux bourreaux, et prendront la tengeante en s’orientant vers la Russie.
    Ce qui ne sera pas vue d’un bonne oeil, par les spoliateurs.
    Des tours d’ivoire vont vaciller.

  2. Le partage du « melon » africains, entre autres avec une ancienne victime de ce type de repas des fauves

  3. La part de l’Occident qui se trouve sur le Vieux Continent a encore une option : rejoindre la démarche eurasiatique et rompe avec la stratégie Anglo-US en Afrique.

    Sinon, c’est « tu tentes de piller le Vénézuela (réserve d’or et de pétrole), je te prends toute l’Afrique (et je lui rends un fier service) ».

  4.  » le pré-carré des puissances coloniales indique que les stratèges russes ont su localiser le point faible de cet « Occident  »
    point faible n’est peut être pas le l »idée complète . l’Afrique est le  » coffre fort », la réserve de cash de l’occident et paradoxalement un des rares endroit ou le jeux est ouvert et d’ou ils peuvent être chassés sans que cela ne conduise a une guerre nucléaire !
    l’argent est le nerf de la guerre !
    enlevez l’argent . . .
    les chinois furent jusqu’à présent plutôt lamentable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.