Since May we have seen a bewildering series of events, running the gamut from bizarre attacks on shipping in the Gulf; the downing of an US RQ-4 Reaper drone by Iran; Israel bombing Lebanon, Iraq and Syria; mysterious attacks on a Saudi oil field and installation; and now the sudden US withdrawal from Syria. Consider too, rumours that US friction with Qatar may force the US to move Central Command HQ (Rapid Deployment Force) to North Carolina.

In Has US Foreign Policy Changed? we examined the confluence of these events, including the departure of General Dunford as chair of the Joint Chiefs, the departure of Jim ‘Mad Dog’ Mattis as Defense Secretary, and John Bolton as National Security Advisor, all to be replaced with (perhaps) less radical counterparts. Those cabinet departures coincided with the eclipse of Trump’s friend Netanyahu, who, despite appealing to Olim, settlers, and JTF extremists, could not form a ruling coalition. Trump has no doubt lost patience with Israel’s political crisis, while Mr. Trump is facing fierce opposition from Washington’s own War Party.

Note that Mr Trump was elected partly on an antiwar platform. During his campaign Donald Trump spoke of his disapproval for Bush 2’s Iraq war, against Obama’s intervention in Libya and Syria, expressed disdain for Henry Kissinger, and expressed a desire for better relations with the Russian Federation. All the foregoing appealed to the electorate, and additional funding from a few billionaire hedge fund managers and tycoons assured Trump’s victory.

Then Trump walked back much of his antiwar platform by scuppering the 2015 Iran agreement, he ordered a cruise missile strike on Syria subsequent to the fake Douma attack, then hired John Bolton; and approved the illegal Israeli annexation of the Golan, while cutting off aid to Palestinians.

Trump even employed his son-in-law to engage in a rather farcical attempt to forge an Israeli-Palestinian « peace deal » to no avail, while leveraging the most serious sanctions versus the Russian Federation ever. Indeed, Mr Trump’s foreign policy was such a disappointment, this author wrote Trump’s Limited Hangout in appreciation of such.

The foregoing of course begs the question as to whether Mr Trump is solely responsible for the recent move (in Syria) to distance the US from Netanyahu’s likudnik bloc. There is some evidence that Mr Trump individually took the decision on Syria, on behalf of US non-interventionism. That conclusion is based on the resultant manic hysteria we see from Washington to impeach, via the ultimately ridiculous Ukraine ‘whistle-blower’ setup.

The growing movement to impeach becomes curious too, when Israel’s future as a vassal state to the United States is questioned. Israel is experiencing internal political divisions and economic pressures of its own, of an hitherto unknown proportion. For example, while Yisrael Beiteinu, the JTF, and far right militants squabble over ideology, the prospect that an Arab minority may participate in any new Israeli government shakes the foundation of Israel’s apartheid state. To see an Arab minority in the Knesset is especially ironic, subsequent to Netanyahu’s far right campaign to appease Israel’s far right radicals.

Likely on behalf of Israel’s militant extremists, Netanyahu ordered the bombing of al Bukamal, and a suburb of Damascus, and Lebanon north of Avivim. Or, Israel undertook those strikes at Trump’s behest, urging Israel to engage in its own military actions, rather than relying on the US military. Regardless, the consequence and result of those Israeli air strikes caused Syria to operationally deploy upgraded S-300 and S-400 defense missile systems, protecting the territory that Syria controls.

Meanwhile, Israel has seen their important Kurdish ally marginalized, and Israel’s ability to supply weaponry and funding to YPG and PKK terror groups has now been derailed, with significant negative economic impact to Israel. Israel also operates three listening posts in Iraq’s Kurdish region adjacent to Syria, comprising AMAN’s regional headquarters. Israel’s presence in Iraq is thus endangered by Iraq’s international call for the removal of US troops there, within four weeks from October 21st.

Seldom reported in the west, Israel has been quietly cultivating the possibility for gain in North Africa via Tunisia, and has pushed for bilateral relations with Tunisia for years. Israel’s base in Tunisia is on the island of Djerba where it is alleged to run a spy operation. And the Minister for Tourism in Tunisia is an Israeli, Rene Trabelsi who has also called for bilateral relations with Israel. In conjunction, the US operates strike drones and surveillance aircraft from Sidi Ahmed air base near Bizerte, and is planning to supply F16’s to Tunisia, while US Congress just approved the sale of T-6C Texan aircraft to the country. But even in Tunisia, Israeli and US agendas are now being confronted.

Since the advent of the el Abidine ben Ali regime in 1987, repression and corruption has been rampant in Tunisia. On November 28th, 2010, WikiLeaks released over two-hundred thousand confidential documents relating to ben Ali’s historic thuggery. Just after that, the self-immolation of Mohamed Bouazizi coincided with outrage about the contents of those newly released WikiLeaks documents, and so the Tunisian revolution began. The riots in Tunisia spread to nearby states, heralding the ignominious Clinton “Arab Spring” of 2011.

After 2011, Tunisia provided a convenient failed state for the west, where Ansar al-Sharia and other takfiri groups prevented new constitutional reforms from taking effect, with increasing lawlessness and anarchy extant. That provided fertile ground for a failed state policy, as we examined in Has US Foreign Policy Changed?

Now after many years of political flailing, Tunisia has sworn-in constitutional scholar and intellectual Kais Saied (Qays Sayed) as president. But don’t expect to read about that as headline news in the western media… or to read that embattled Donald Trump has given the Tunisian president a congratulatory phone call. That’s because the US-Israeli axis in Tunisia is already in question.

Saied’s election as president has already created a stir in Israel, where he has been denounced by the Israeli media. And not so surprising as Saied’s landslide win, was his opposition by Nabil Karoui, a western surrogate and close ally of the Clintons. Karoui was of course imprisoned for money laundering and tax evasion, and Karoui waged his campaign from prison, by way of explaining his poor performance in the polls.

The point is that once again the western powers including Israel fail again to have their way in Tunisia, just as they failed to have their way everywhere else in the Middle East. No matter what form colonialism takes, it will always be rejected by people, where self-determination is the mandate of any free people.

Conclusion

Israel faces political uncertainty at home, the loss of YPG/PKK terrorist allies in Syria, the stabilization of Syria overall, inability to seek peace with Palestinians, severe setbacks in Iraq and Northern Africa, and dwindling public support abroad. Thus it appears that Israel’s last bastion of support is in the US Congress. But both US political parties are behind the curve, failing to appreciate the impending change in new world disorder, where the US is no longer global hegemon.

While Israel’s influence wanes, and Saudi Arabia pivots to the east, no single factor has caused the hegemonic to change behaviour, or caused its global alliances to shift — the factors for flux are many. Trump wrong-footed so-called antiwar Democrats (including Sanders) by ultimately coming out as antiwar in Syria. Trump acted like the non-interventionist he has usually claimed himself to be. But was Mr Trump’s action in Syria simply a means to wrong-foot the opposition? … to show how hypocritical and duplicitous liberals are? Or was Mr Trump’s move in Syria symbolic of something else, something more profound?

Since the financial collapse of the West in 2008-2009, financial intrigue and illusion has kept the system afloat. Whether QE, Operation Twist, Repos or Reverse Repos, or even illusory quantitative tightening, the sum total of predatory finance is now one quadrillion dollar+ derivative. It’s the mathematical derivative where one may approach the final result, but can never reach it.

The foregoing monetary analogy equates to the ends of the State itself. Whether Israel, or Saudi, or the United States, these ‘states’ are states without borders, States in constant flux — never static, never defined. Israel’s failed ‘election’ is just one small component of that matrix, just one insignificant exhibit in the presentation of evidence that the matrix is real. Hence the concept of globalism.

But, as we see in Washington, Neoliberals and Neoconservatives have been consumed by the Empire of Chaos that they created. They squeal and squirm as they rhetorically burn, because the Fall of Empire is never pretty. The Alchemists of the swamp attempt to transform lies into truth, while knowing that they cannot succeed. That’s just the nature of fraud. And the problem is not only Israel … or Saudi Arabia, or the EU, or the UK, or the greed of Central Bankers and their hedge fund managers… or even the failing US Congress.

The problem is the direction of US foreign policy since 1948. And the prospect that US foreign policy has taken a new antiwar direction will be resisted by Congress, resisted by big business, resisted by the major media… and resisted by Israel and Saudi Arabia.

In the end, we must ask whether the good people of the world will see through those phantasmagoric political illusions with which they are perpetually bombarded by the Phantom State, and that is our only hope.

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

5 commentaires

  1. Que recherchait Franz Kafka ?

    Texte de Michel Dakar, chercheur en politique globale, autonome, Villequier ex-France, province coloniale en cours de dépeçage de l’Empire ex-mondial israélo-US, nécrogène, en voie de dislocation rapide, le 24 octobre 2019.

    http://www.aredam.net/que-recherchait-franz-kafka.html

    Ce texte fait suite à :
    http://www.aredam.net/la-sensibilite-a-la-mort-est-la-sensibilite-a-la-vie.html
    http://www.aredam.net/la-recherche-de-ce-que-signifie-l-univers.html
    http://www.aredam.net/le-lien-entre-l-univers-et-les-etres-et-les-objets-qui-le-composent.html

    24 octobre 2019,

    Selon Thierry Meyssan du site russe https://www.voltairenet.org/fr l’ordre nouveau est arrivé, alors tous aux bistrots pour fêter la nouvelle cuvée, et comme l’a dit le guépard il faut que tout change pour que rien ne change, et comme l’a dit l’autre, le grand jeu continue, cela jusqu’à l’extinction de tous les joueurs.

    Texte de Michel Dakar, chercheur en politique globale, autonome, Villequier ex-France, province coloniale en cours de dépeçage de l’Empire ex-mondial israélo-US, nécrogène, en voie de dislocation rapide, le 24 octobre 2019.

    http://www.aredam.net/selon-thierry-meyssan-l-ordre-nouveau-est-arrive-article-du-22-octobre-2019-suite-retraite-occidentaux-du-moyen-orient.html

    Documentation :

    Article reproduit en fin de ce texte, « Le nouveau monde surgit devant nous », de Thierry Meyssan, 22 octobre 2019 : https://www.voltairenet.org/article208007.html

    1. ce nouvel ordre mondiale ne sera certes pas celui qui nous avait été promis par Sarkozy et Trump échouera a faire l’Amérique grande encore mais il nous évitera la grande guerre .
      c’est déjà ça !

    2. Author

      Juste une précision:
      le site Voltairenet.org n’est pas russe mais français en dépit de toutes les vicissitudes et de l’ostracisme qu’il a subi et continue de subir.

      Le site AlManar n’est pas iranien mais libanais et appartient au mouvement Hezbollah.

      Le Grand Jeu se terminera effectivement par l’extinction inévitable de tous les joueurs actuels. Les Empires sont mortels.

    3. Franz Kafka recherchait un cafard qui lui a échappé de l’oreille et qui s’est mis à usurper son identité. Je ne l’ai plus relis depuis 40 ans.

  2. Le chaos en Israël et l’évolution de l’ordre mondial – Par Steve Brown

    Depuis le mois de mai, nous avons été témoins d’une série d’événements ahurissants, allant d’attaques bizarres contre des navires dans le Golfe à l’abattage d’un drone américain RQ-4 Reaper par l’Iran, en passant par les bombardements israéliens au Liban, en Irak et en Syrie, les attaques mystérieuses contre un champ et une installation pétroliers saoudiens, et maintenant le retrait soudain des États-Unis de Syrie. Considérez aussi les rumeurs selon lesquelles les frictions des Etats-Unis avec le Qatar pourraient forcer les Etats-Unis à déplacer le QG (Force de déploiement rapide) du commandement central en Caroline du Nord.

    Dans Has US Foreign Policy Changed ? (La politique étrangère américaine a-t-elle changé ? ) nous avons examiné la confluence de ces événements, y compris le départ du général Dunford en tant que président des chefs interarmées, le départ de Jim’Mad Dog’ Mattis en tant que secrétaire à la Défense, et de John Bolton en tant que conseiller à la sécurité nationale, tous devant être remplacés par (peut-être) des collègues moins radicaux. Ces départs du cabinet ont coïncidé avec l’éclipse de l’ami de Trump, Netanyahou, qui, malgré son appel aux Olim, aux colons et aux extrémistes de la FOI, ne pouvait former une coalition gouvernementale. Trump a sans aucun doute perdu patience face à la crise politique israélienne, tandis que M. Trump fait face à une opposition féroce du Parti de la guerre de Washington.
    Notez que M. Trump a été élu en partie sur une plate-forme anti-guerre. Au cours de sa campagne, Donald Trump a parlé de sa désapprobation pour la guerre en Irak de Bush n°2, contre l’intervention d’Obama en Libye et en Syrie, exprimé son dédain pour Henry Kissinger, et exprimé un désir de meilleures relations avec la Fédération russe. Tout ce qui précède a fait appel à l’électorat, et le financement supplémentaire de quelques gestionnaires de fonds de couverture milliardnaires et des magnats a assuré la victoire de Trump.

    Puis Trump a fait marche arrière sur une grande partie de sa plate-forme anti-guerre en sabotant l’accord iranien de 2015, il a ordonné la frappe d’un missile de croisière sur la Syrie après la fausse attaque de Douma, puis a engagé John Bolton ; et a approuvé l’annexion illégale du Golan par Israël, en coupant l’aide aux Palestiniens.

    Trump a même employé son gendre pour tenter en vain de forger un  » accord de paix  » israélo-palestinien, tout en tirant parti des sanctions les plus sévères jamais imposées à la Fédération de Russie. En effet, la politique étrangère de M. Trump a été une telle déception, cet auteur a écrit Trump’s Limited Hangout en reconnaissance de cette déception.

    Ce qui précède soulève bien sûr la question de savoir si M. Trump est le seul responsable de la récente décision (en Syrie) d’éloigner les Etats-Unis du bloc likudnik de Netanyahou. Certains éléments indiquent que M. Trump a pris individuellement la décision sur la Syrie, au nom de la non-interventionnisme américain. Cette conclusion se fonde sur l’hystérie maniaque qui en résulte, que nous voyons de Washington à la destitution, en passant par le système finalement ridicule de « dénonciation » de l’Ukraine.

    Le mouvement croissant de destitution devient également curieux lorsque l’avenir d’Israël en tant qu’État vassal des États-Unis est remis en question. Israël connaît ses propres divisions politiques internes et ses propres pressions économiques, d’une ampleur jusqu’ici inconnue. Par exemple, alors que Yisrael Beiteinu, la FOI et les militants d’extrême droite se disputent l’idéologie, la perspective qu’une minorité arabe puisse participer à tout nouveau gouvernement israélien ébranle les fondements de l’apartheid en Israël. Voir une minorité arabe à la Knesset est particulièrement ironique, suite à la campagne d’extrême droite de Netanyahou pour apaiser les radicaux d’extrême droite israéliens.

    Probablement au nom des extrémistes militants israéliens, Nétanyahou ordonna le bombardement d’Al Bukamal, d’une banlieue de Damas et du Liban au nord d’Avivim. Ou, Israël a entrepris ces frappes à la demande de Trump, exhortant Israël à s’engager dans ses propres actions militaires, plutôt que de compter sur l’armée américaine. Quoi qu’il en soit, les conséquences et les résultats de ces frappes aériennes israéliennes ont amené la Syrie à déployer opérationnellement des systèmes de missiles de défense S-300 et S-400 améliorés, protégeant ainsi le territoire qu’elle contrôle.

    Entre-temps, Israël a vu son important allié kurde marginalisé, et la capacité d’Israël à fournir des armes et des fonds aux groupes terroristes du YPG et du PKK a maintenant déraillé, avec des conséquences économiques négatives importantes pour Israël. Israël gère également trois postes d’écoute dans la région kurde irakienne adjacente à la Syrie, qui comprend le siège régional de l’AMAN. La présence d’Israël en Irak est donc menacée par l’appel international lancé par l’Irak pour le retrait des troupes américaines dans les quatre semaines suivant le 21 octobre.

    Rarement signalé en Occident, Israël cultive discrètement la possibilité d’un gain en Afrique du Nord via la Tunisie, et fait pression pour des relations bilatérales avec la Tunisie depuis des années. La base d’Israël en Tunisie se trouve sur l’île de Djerba où il est présumé mener une opération d’espionnage. Et le ministre du Tourisme en Tunisie est un Israélien, René Trabelsi, qui a également appelé à des relations bilatérales avec Israël. Conjointement, les États-Unis exploitent des drones d’attaque et des avions de surveillance depuis la base aérienne de Sidi Ahmed près de Bizerte, et prévoient de fournir des F16 à la Tunisie, tandis que le Congrès américain vient d’approuver la vente au pays d’avions T-6C Texan. Mais même en Tunisie, les agendas israéliens et américains sont aujourd’hui confrontés.

    Depuis l’avènement du régime el Abidine ben Ali en 1987, la répression et la corruption sévissent en Tunisie. Le 28 novembre 2010, WikiLeaks a publié plus de deux cent mille documents confidentiels concernant la brutalité historique de Ben Ali. Juste après, l’auto-immolation de Mohamed Bouazizi a coïncidé avec l’indignation face au contenu de ces nouveaux documents WikiLeaks, et la révolution tunisienne a donc commencé. Les émeutes en Tunisie se sont propagées aux États voisins, annonçant l’ignominieux « printemps arabe » Clinton de 2011.

    Après 2011, la Tunisie a fourni un État failli commode pour l’Occident, où Ansar al-Sharia et d’autres groupes takfiri ont empêché l’entrée en vigueur de nouvelles réformes constitutionnelles, dans un climat d’anarchie et de non-droit croissant. Cela a fourni un terrain fertile pour une politique d’État défaillante, comme nous l’avons examiné dans le document intitulé Has US Foreign Policy Changed ?

    Aujourd’hui, après de nombreuses années d’agitation politique, la Tunisie a prêté serment en tant que président, en tant que constitutionnaliste et intellectuel, Kais Saied (Qays Sayed). Mais ne vous attendez pas à lire à ce sujet dans les médias occidentaux… ou à lire que Donald Trump, en proie à une bataille, a téléphoné au président tunisien pour le féliciter. C’est parce que l’axe américano-israélien en Tunisie est déjà en cause.

    L’élection de Saied à la présidence a déjà fait sensation en Israël, où il a été dénoncé par les médias israéliens. Et ce n’est pas aussi surprenant que la victoire écrasante de Saied, c’est l’opposition de Nabil Karoui, un substitut occidental et proche allié des Clinton, qui l’a emporté. Karoui a bien sûr été emprisonné pour blanchiment d’argent et fraude fiscale, et Karoui a mené sa campagne depuis la prison, en expliquant ses mauvais résultats dans les sondages.

    Le fait est qu’une fois de plus, les puissances occidentales, y compris Israël, ne parviennent pas à s’imposer en Tunisie, tout comme elles n’ont pas réussi à s’imposer partout ailleurs au Moyen Orient. Quelle que soit la forme que prend le colonialisme, il sera toujours rejeté par les peuples, où l’autodétermination est le mandat de tout peuple libre.

    Conclusion

    Israël est confronté à l’incertitude politique intérieure, à la perte d’alliés terroristes de YPG/PKK en Syrie, à la stabilisation de la Syrie dans son ensemble, à l’incapacité de rechercher la paix avec les Palestiniens, à de graves revers en Irak et en Afrique du Nord et à la diminution du soutien public à l’étranger. Il semble donc que le dernier bastion du soutien d’Israël soit le Congrès américain. Mais les deux partis politiques américains sont à la traîne, ne comprenant pas le changement imminent dans le nouveau désordre mondial, où les Etats-Unis ne sont plus l’hégémonie mondiale.

    Alors que l’influence d’Israël diminue et que l’Arabie saoudite pivote vers l’est, aucun facteur n’a à lui seul amené l’hégémonie à changer de comportement ou ses alliances mondiales à changer – les facteurs de flux sont nombreux. Court-circuitez les soi-disant démocrates anti-guerre (y compris Sanders) en fin de compte en se révélant comme anti-guerre en Syrie. Trump a agi comme le non-interventionniste qu’il a l’habitude de prétendre être. Mais l’action de M. Trump en Syrie n’était-elle qu’un moyen de faire du tort à l’opposition ? … pour montrer à quel point les libéraux sont hypocrites et trompeurs ? Ou le déménagement de M. Trump en Syrie était-il le symbole d’autre chose, quelque chose de plus profond ?

    Depuis l’effondrement financier de l’Ouest en 2008-2009, les intrigues et les illusions financières ont maintenu le système à flot. Qu’il s’agisse d’assouplissement quantitatif, d’opération Twist, de prise en pension ou de prise en pension, ou même de resserrement quantitatif illusoire, la somme totale de la finance prédatrice est maintenant un dérivé de plus de quatre milliards de dollars. C’est la dérivée mathématique où l’on peut s’approcher du résultat final, mais jamais l’atteindre.

    L’analogie monétaire qui précède équivaut aux fins de l’État lui-même. Qu’il s’agisse d’Israël, d’Arabie saoudite ou des États-Unis, ces  » États  » sont des États sans frontières, des États en constante évolution – jamais statiques, jamais définis. L' »élection » ratée d’Israël n’est qu’une petite composante de cette matrice, une pièce insignifiante dans la présentation des preuves que la matrice est réelle. D’où le concept de globalisme.

    Mais, comme nous le voyons à Washington, les néolibéraux et les néoconservateurs ont été consumés par l’empire du chaos qu’ils ont créé. Ils grincent et se tortillent pendant qu’ils brûlent rhétoriquement, parce que la chute de l’Empire n’est jamais belle. Les alchimistes du marais tentent de transformer le mensonge en vérité, tout en sachant qu’ils ne peuvent réussir. C’est la nature même de la fraude. Et le problème n’est pas seulement Israël… ou l’Arabie saoudite, ou l’UE, ou le Royaume-Uni, ou la cupidité des banquiers centraux et de leurs gestionnaires de fonds spéculatifs… ou même le Congrès américain en faillite.

    Le problème est l’orientation de la politique étrangère américaine depuis 1948. Et la perspective que la politique étrangère américaine ait pris une nouvelle direction anti-guerre se heurtera à la résistance du Congrès, à la résistance des grandes entreprises, à la résistance des grands médias… et à la résistance d’Israël et de l’Arabie saoudite.

    En fin de compte, nous devons nous demander si les bonnes gens du monde verront à travers ces illusions politiques fantasmagoriques dont ils sont constamment bombardés par l’État fantôme, et c’est notre seul espoir.

    Steve Brown

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.