Long before and ever since the Blackwater Nisour Square massacre, the United States has employed contractors to pursue any particular US military agenda so desired, just about anywhere. However, under US law – depending upon who interprets it and when – US military contractors are not allowed to engage in aggression. Of course, the perception of « armed aggression » versus « self-defense » varies markedly, especially depending upon who or whom – ie which side – is doing the perceiving. The line between mercenary and contractor is indeed fine.

Besides the Nisour Square massacre, plenty of evidence exists that US military contractors do participate in military offensives, and invariably there is no independent observer to determine otherwise. The United States military employs contractors to train and instruct foreign troops in the use of arms and combat too, a technicality not addressed by the Anti-Pinkerton Act.

The presence of the United States military and its contractors in Syria is illegal. It is illegal according to Article 25 of the UN Charter; illegal according to the Syrian government and international law; and illegal according to the historically established principles of Westphalian sovereignty. In other words, the United States government is acting as a terrorist entity and insurgency in Syria.

Furthermore, the United States and its contractors are thieving oil from the Northeast on behalf of the Kurds, and the US no right to that oil. That’s because the agreement for Syrian oil is between the legitimate government of Syria and Russia… not with the United States.

The Battle for Conoco in Syria occurred on 7 February 2018 when the Syrian government attempted to recover the Conoco gas plant east of Deir Ezzor, from YPG forces and US Special Forces, for Syria. Heavy fighting resulted in casualties on both sides, even though the New York Times denied reports that SDF or US troops or its contractors were killed or injured in the firefight.

Meanwhile the New York Times reported that at least five ‘Russian mercenaries’ were killed in the attack, and possibly dozens more. According to a reliable source, as many as 95 fighters for Syria – some from the Wagner Group – may have been killed or wounded in the Conoco gas plant attack. Whether Russians employed by the Wagner Group were killed or not, the hypocrisy of the major media covering the Wagner Group like some sort of nemesis similar to ISIS is not only astounding, but cannot be ignored.

To highlight the point, the New York Times and western media characterizes the Wagner Group as consisting of Russian mercenaries, but how are we to know that they are Russians? …perhaps some are Americans. Does it matter? After all, mercenaries are mercenaries, and mercenary groups are never strictly homogeneous.

Meanwhile the major media characterizes Triple Canopy, Academi, Unity Resources, KBR, BLP, DynCorp, ArmorGroup and a myriad of other paramilitary groups (operating for-profit and for-hire) as “military contractors” and not mercenaries… whether they operate in Iraq, Syria, Lebanon, Afghanistan, or Yemen, or anywhere else that the western Axis powers has targeted.

To push the point further, since we have established that US military forces and their contractors are in Syria illegally, they are insurgents in Syria by contravention of international law, and by definition. Therefore, those insurgents are fair game for the Syrian government, exercising the people’s right to self-determination. That Syrian self-determination is valid not only versus the US insurgency, but versus a terrorist group in the Northeast, claiming its own non-viable non-workable state by violent means.

By that logic, Syria and its allies – whether ‘mercenaries’ or not – have every right to defend themselves, versus the insurgent US and its erstwhile ally the YPG. To add to the irony, the United States portrays itself as the “shining light” while shamelessly employing such aggression in Syria and Iraq via its own mercenary hires.

And that US aggression is still about the oil. The undeniable fact is that the United States has taken the same oil from Northeast Syria that it claims ISIS took. Mr Trump even said so:

‘We’ve secured the oil. If you remember, I didn’t want to go into Iraq. I was a civilian, so I had no power over it. But I always was speaking against going into Iraq. It was not a great decision. But I always said, “If you’re going in, keep the oil.” Same thing here: Keep the oil. We want to keep the oil.’

Thus, at one stroke, Donald Trump just unwound any courageous action he undertook in attempting to remove US troops and mercenaries from Syria. Besides further demonstrating US hypocrisy and the inability of anyone to withstand the Deep State, this move by Mr Trump must alienate a large portion of his base, and even provides an opening to his opposition.

Meanwhile the Syrian fight continues. Syria continues to resist the occupation of their land that US State so ignominiously began (with Israel) in 2011, and the western media will certainly continue to portray Washington’s vast plethora of for-profit US mercenary corporates there as “military contractors”. Any other entity not within that realm or opposed to it, will be labeled as “Russian mercenaries” to be considered as lowly a group as ISIS.

Back to the Conoco conflict, there is a better explanation. According to most accounts, even if questionable, the US checked with Russian partners about Russian forces being present there before engaging in the firefight at the Conoco oil plant. If true, the most probable solution to this mystery is that the Russian military did not know that Russian contractors were present near the plant that day. In fact, if the US query to the Russian military is true, then the foregoing conclusion is the only explanation.

And that’s because the Wagner Group indeed does not report to the Russian military. But yet… with manic Russiagate hysteria ever-present and undying in the western major media, we will never know for certain.

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

3 commentaires

  1. Qu’en est-il du groupe Wagner ? …tout tourne autour de l’HUILE – Par Steve Brown

    Bien avant et depuis le massacre de Blackwater Nisour Square, les États-Unis ont fait appel à des sous-traitants pour mettre en œuvre n’importe quel programme militaire américain, où que ce soit. Cependant, en vertu de la loi américaine – selon qui l’interprète et quand – les entrepreneurs militaires américains ne sont pas autorisés à s’engager dans une agression. Bien sûr, la perception de  » l’agression armée  » par opposition à la  » légitime défense  » varie considérablement, surtout selon qui ou qui – c’est-à-dire de quel côté – fait la perception. La ligne de démarcation entre mercenaire et entrepreneur est en effet très nette.

    Outre le massacre de Nisour Square, il existe de nombreuses preuves que des entrepreneurs militaires américains participent à des offensives militaires, et il n’y a invariablement aucun observateur indépendant pour en décider autrement. L’armée américaine emploie des sous-traitants pour former et instruire les troupes étrangères à l’utilisation des armes et au combat, un point technique qui n’est pas traité dans la loi anti-pinkerton.

    La présence de l’armée américaine et de ses sous-traitants en Syrie est illégale. C’est illégal selon l’article 25 de la Charte des Nations Unies, illégal selon le gouvernement syrien et le droit international, et illégal selon les principes historiquement établis de la souveraineté westphalienne. En d’autres termes, le gouvernement des États-Unis agit comme une entité terroriste et insurrectionnelle en Syrie.

    En outre, les États-Unis et leurs sous-traitants volent le pétrole du Nord-Est au nom des Kurdes, et les États-Unis n’ont aucun droit sur ce pétrole. C’est parce que l’accord sur le pétrole syrien est conclu entre le gouvernement légitime de la Syrie et de la Russie… pas avec les États-Unis.

    La bataille de Conoco en Syrie a eu lieu le 7 février 2018 lorsque le gouvernement syrien a tenté de récupérer l’usine à gaz de Conoco à l’est de Deir Ezzor, auprès des forces de YPG et des forces spéciales américaines, pour la Syrie. De violents combats ont fait des victimes des deux côtés, même si le New York Times a nié les informations selon lesquelles les troupes du SDF ou les troupes américaines ou leurs sous-traitants auraient eu des blessés ou des tués dans la bataille .

    Entre-temps, le New York Times a rapporté qu’au moins cinq  » mercenaires russes  » avaient été tués dans l’attaque, et peut-être des dizaines d’autres. Selon une source fiable, pas moins de 95 combattants syriens – certains du groupe Wagner – auraient été tués ou blessés dans l’attaque de l’usine à gaz de Conoco. Que les Russes employés par le Groupe Wagner aient été tués ou non, l’hypocrisie des principaux médias qui couvrent le Groupe Wagner comme une sorte de némésis semblable à ISIS est non seulement stupéfiante, mais ne peut être ignorée.

    Pour souligner ce point, le New York Times et les médias occidentaux qualifient le groupe Wagner de mercenaires russes, mais comment pouvons-nous savoir qu’ils sont russes ? …peut-être que certains sont américains. C’est important ? Après tout, les mercenaires sont des mercenaires et les groupes de mercenaires ne sont jamais strictement homogènes.

    Pendant ce temps, les principaux médias caractérisent Triple Canopy, Academi, Unity Resources, KBR, BLP, DynCorp, ArmorGroup et une myriade d’autres groupes paramilitaires (opérant pour le profit et l’embauche) comme « entrepreneurs militaires » et non comme mercenaires ? qu’ils opèrent en Irak, Syrie, Liban, Afghanistan ou Yemen, ou partout ailleurs où les forces armées de l’axe occidental ont visé.

    Pour aller plus loin, puisque nous avons établi que les forces militaires américaines et leurs sous-traitants se trouvent illégalement en Syrie, ils sont des insurgés en Syrie par violation du droit international, et par définition. Par conséquent, ces insurgés sont des proies faciles pour le gouvernement syrien, qui exerce le droit du peuple à l’autodétermination. Cette autodétermination syrienne est valable non seulement contre l’insurrection américaine, mais aussi contre un groupe terroriste dans le nord-est, qui revendique son propre État non viable et non viable par des moyens violents.

    Selon cette logique, la Syrie et ses alliés – qu’ils soient  » mercenaires  » ou non – ont tous les droits de se défendre contre les insurgés américains et leur ancien allié, le YPG. Pour ajouter à l’ironie du sort, les États-Unis se présentent comme la « lumière brillante » tout en employant sans vergogne une telle agression en Syrie et en Irak par le biais de leurs propres mercenaires.

    Et cette agression américaine concerne toujours le pétrole. Le fait indéniable est que les États-Unis ont pris le même pétrole du nord-est de la Syrie qu’ils prétendent avoir pris à ISIS. M. Trump l’a même dit :

    Nous avons sécurisé l’huile. Si tu te souviens, je ne voulais pas aller en Irak. J’étais un civil, donc je n’avais aucun pouvoir sur lui. Mais j’ai toujours été contre l’idée d’aller en Irak. Ce n’était pas une grande décision. Mais j’ai toujours dit : « Si tu y vas, garde l’huile. » C’est la même chose ici : Gardez l’huile. On veut garder l’huile (pétrole).

    Ainsi, d’un seul coup, Donald Trump n’a fait qu’annuler toute action courageuse qu’il avait entreprise pour tenter de retirer les troupes et mercenaires américains de Syrie. En plus de démontrer davantage l’hypocrisie américaine et l’incapacité de quiconque à résister à l’Etat profond, cette initiative de M. Trump doit aliéner une grande partie de sa base, et même ouvrir la voie à son opposition.

    Pendant ce temps, le combat syrien se poursuit. La Syrie continue de résister à l’occupation de leurs terres que l’État américain a si ignominieusement commencée (avec Israël) en 2011, et les médias occidentaux continueront certainement à dépeindre la vaste pléthore de sociétés mercenaires américaines à but lucratif de Washington comme des « entrepreneurs militaires ». Toute autre entité n’appartenant pas à ce domaine ou ne s’y opposant pas, sera étiquetée comme « mercenaires russes » pour être considérée comme un groupe aussi modeste qu’ISIS.

    Pour en revenir au conflit Conoco, il y a une meilleure explication. Selon la plupart des témoignages, même s’ils sont discutables, les États-Unis ont vérifié avec leurs partenaires russes la présence des forces russes sur place avant de s’engager dans la fusillade à l’usine pétrolière Conoco. Si c’est vrai, la solution la plus probable à ce mystère est que l’armée russe ne savait pas que des entrepreneurs russes étaient présents près de l’usine ce jour-là. En fait, si la question posée par les États-Unis à l’armée russe est vraie, alors la conclusion qui précède est la seule explication.

    Et c’est parce que le groupe Wagner ne relève pas de l’armée russe. Mais pourtant…. avec l’hystérie maniaque russe toujours présente et éternelle dans les grands médias occidentaux, nous ne saurons jamais avec certitude.
    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de  » Iraq : the Road to War  » (Sourcewatch), éditeur de  » Bush Administration War Crimes in Iraq  » (Sourcewatch)  » Trump’s Limited Hangout  » et  » Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques des fiducies monétaires depuis 1913 « . Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, Fort Russ News et Strategika51.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.