La situation fort complexe au nord-est de la Syrie aurait du aboutir à une troisième guerre mondiale généralisée mais un équilibre de la terreur dont aucun média ne parle, empêche jusqu’ici cette éventualité.

Pour un général turc retraité, la guerre mondiale est inévitable et ce seront les États-Unis qui déclencheront l’apocalypse. Pour des analystes militaires russes, seule la dissuasion nucléaire massive de Moscou a pu faire éviter au monde une nouvelle guerre mondiale généralisée.

La résilience de Téhéran a également joué un rôle dans l’évitement d’un conflit régional ouvert susceptible de déboucher sur une guerre mondiale. L’ambiguïté maintenue autour des capacités militaires iraniennes et la nature de cet arsenal ont amené les stratèges israéliens à adopter une forme de retenue et de prudence stratégiques.

Cette thèse est battue en brèche par les partisans de l’existence d’un lien entre l’Etat profond US (et ses alliés) et une faction du pouvoir iranien opposée à la vision nationaliste du Guide suprême de la Révolution iranienne, Ali Khamenei.

Sur le terrain, la situation dans le nord-est de la Syrie est fort complexe: les forces US sont revenues patrouiller et occuper certains des camps qu’elles ont abandonné il y a une semaine et des forces turques accompagnées par des unités de la police militaire russe patrouillent conjointement. Plus discrètement des unités de Spetsnaz russes opèrent dans la zone. Les forces syriennes continuent à affluer et à se déployer le long de la frontière turque tandis que les forces de la coalition cherchent toujours une cible à bombarder sous prétexte de lutte contre « Daech ». Ankara joue souvent en solo et prend un malin plaisir à menacer les pays européens de leur renvoyer leurs propres mercenaires islamistes radicalisés capturés dans le Nord de la Syrie par les forces turques. En d’autres termes la Turquie menace de dévoiler publiquement les programmes secrets de certains pays européens ayant organisé l’envoi de combattants en Syrie dans le cadre d’une stratégie de changement de régime. Ce genre de chantage, ajouté à celui utilisant les vannes migratoires, rapporte des milliards d’euros à Ankara et rehausse son prestige de puissance régionale montante. Il n’est point étonnant dès lors que la Turquie veut avoir sa propre dissuasion nucléaire.

De tous les belligérants du conflit au Levant, Washington semble patauger dans un non-sens en Syrie. La présence militaire US dans ce pays y est illégale et mis à part une volonté délibérer à empêcher l’accès des russes et des syriens aux sites pétrolières et gaziers, il n’existe jusqu’à cet instant aucune stratégie américaine claire au Moyen-Orient en dépit de la poursuite des guerres hybrides et des révolutions non colorées basées sur la contestation socio-économique dans certains pays ciblés par rapport à leur importance géopolitique dans les conflits bloqués en cours.

En réalité, ce qui retient Washington en Syrie comme en Ukraine est la capacité de Moscou à utiliser des armes nucléaires tactiques au cas où la situation irait un peu trop loin. C’est un équilibre de la terreur qui ne dit pas son nom mais qui a évité au monde les horreurs d’une guerre mondiale que les populations de la plupart des pays existants ne sont pas du tout prêtes à supporter ou à endurer.

Publicités

17 commentaires

  1. Bonjour mon cher ami S51.
    Je n’ai rien à vous interdire où à vous autorisé.

    Le domaine public .
    Il regroupe aujourd’hui tous les biens intellectuels qui ne sont pas protégés par les diverses lois liées au droit de la propriété intellectuelle.
    Cela peut être dû au fait qu’ils ne sont pas couverts par les droits de la propriété intellectuelle ou que ces droits ont expiré.

    En règle générale, le domaine public se réfère aux idées, aux informations et aux œuvres qui sont librement accessibles et réutilisables par le public sans avoir besoin de demander de permission préalable.
    Il ne se réfère pas aux œuvres sur lesquelles le créateur conserve des droits, car celles-ci ne peuvent être utilisées que sous l’autorisation de leurs auteurs respectifs.
    Cordialement mon cher ami S51.

  2. @ Charly .
    Ce que vous dite, sur les conditions de vie de l’époque est hélas vrai.
    Mais si nous reculons encore plus dans le passé, les conditions de vie étaient execrable par rapport à la vôtre.
    Et plus nous replongeront dans le passé et plus les conditions de vie était très durs.
    Nous ne pouvons, et nous ne devons pas nous arrêtées d’évoluer, et de progresser vers la science, car nous aurions une mauvaise conscience vis à vis des générations précédentes.
    Vous avez vécues une période où la France se construisait, après la seconde guerre mondiale.
    Il fallut du temps, de l’argent, et des hommes et femmes qualifiés, pour prospérer partout à la fois, et au delà de la société française pour amener de là richesse en France.
    Par la suite la France se portait très bien sur tous les tableaux.
    Il faisait bon vivre en France, le train était à pleine vitesse de croisière sur tous les secteurs d’activités.
    Puis, au sommet du pouvoir la machine à commencer à déraillé, car l’appât du gains pour une certaine caste ont décidés de faire main basse sur les économies des nations.
    La corruptions à grande échelle à fait des ravages.
    Les peuples sont devenus des boulets, faces aux objectifs des nouveaux leaders politiques et financiers .
    Aujourd’hui les peuples sont saignées sans ménagement de différentes manières pour en diminuer le nombre.
    Tout ce que les peuples consomme, leur est plus nuisibles que profitables .
    Cela a été préméditée, pour les rendre dépendant des pouvoirs.
    Ouvrez bien vos yeux, observé les gens de la classe ouvrieres et de la classe moyenne.
    Ils sont coincés dans un système, ou ils sont canalisées vers une issue qu’ils n’ont pas choisi.
    Ils sont robotisées. ……
    La plupart ne s’en rendent pas compte,.
    Cela, est peut être mieux comme ça, pour eux.
    Ça leurs évitent d’avoir du chagrin.
    De vôtre époque, vous aviez du travail, la liberté, mais pas le confort et le modernisme d’aujourd’hui. nous avons le confort, plus du tout de liberté, et un ennemi déclaré qui s’appelle lla modernisation .
    L’esclavage moderne, nous rappelle que parfois cela nous fait du bien, de regarder dans les rétroviseurs pour d’autres raisons, d’autres valeurs.

  3. Autrefois, l’homme était considéré comme la premiere merveille au monde.
    Sur l’écran du smartphone, les photos défilent par milliers: des portraits de femmes, la plupart originaires de pays d’Afrique (Guinée, Ghana, Éthiopie, Soudan…) ou d’Asie (Philippines, Népal, Inde…), répertoriées par ethnies, avec un prix affiché: elles sont disponibles à l’achat, pour quelques milliers d’euros.
    Le commerce illégal de travailleuses domestiques, qui fonctionne comme un réseau de trafic d’êtres humains, prospère tranquillement sur les applications mobiles. Sur Instagram par exemple, propriété de Facebook, on peut trouver des publications boostées par certains hashtags, proposant d’acheter une femme et ses services domestiques –la négociation aura tout simplement lieu par message privé.
    D’autres applications, comme 4Sale ou Haraj, approuvées et disponibles sur Google Play et l’App Store d’Apple, proposent des offres similaires.
    Marché aux esclaves
    «Ce qu’ils font, c’est promouvoir un marché aux esclaves en ligne», alerte Urmila Bhoola, rapporteuse spéciale de l’ONU sur les formes contemporaines d’esclavage. «Si Google, Apple, Facebook ou toute autre société héberge des applications comme celles-ci, elles doivent être tenues pour responsables», ajoute-t-elle.
    De fait, les ventes illégales, de quelque nature qu’elles soient, constituent une violation des règles qui s’appliquent aux entreprises de technologie, aussi bien du côté des développeur·euses que des utilisateur·ices des applications concernées.
    Contactée par la BBC, Facebook a annoncé l’interdiction de l’un des hashtags en cause, et Google et Apple ont déclaré faire des efforts pour empêcher toute activité illégale sur les applications qu’elles promeuvent. En dépit de ces déclarations, le commerce de travailleuses domestiques se poursuit en ligne.
    Ces femmes sont destinées à travailler comme domestiques au sein de familles, le plus souvent dans des pays du Moyen-Orient comme le Koweït, le Liban, les Émirats arabes unis ou encore le Qatar, où le système dit de la «kafala» (parrainage) permet aux locaux d’acheter les services de travailleurs et de travailleuses immigrées en se portant garants pour elles.
    Travailleuses précaires et exploitées
    Dans la majeure partie des cas, cela se traduit par une exploitation de ces travailleur·euses, privé·es de leur passeport comme de leurs droits dans le pays d’accueil.
    Au Koweït, neuf foyers sur dix possèdent au moins une employée de maison.
    Les conditions dans lesquelles ces femmes rejoignent les familles et travaillent pour elles sont le plus souvent à la limite de la légalité, si ce n’est tout à fait illégales.
    Des journalistes de BBC Arabic se sont fait passer pour un couple à la recherche d’une domestique au Koweït, et ont contacté via l’application populaire 4Sale cinquante-sept personnes proposant de vendre des femmes. Presque toutes leur ont recommandé de confisquer le passeport de leur future domestique, de la confiner à la maison, de lui refuser tout congé et de limiter drastiquement son accès à un téléphone.
    «Croyez-moi, elle est très gentille, elle rit et a un visage souriant.
    Même si vous la gardez éveillée jusqu’à cinq heures du matin, elle ne se plaindra pas», argumentait un vendeur, policier de son état.
    Selon les profils, classés sur les applications selon des critères racistes, moins de 2.000€ peuvent suffire pour s’acheter une domestique.
    Les femmes, qui sont ramenées dans ces pays avec l’espoir de pouvoir subvenir par la suite aux besoins de leur propre famille, restée dans leur pays d’origine, seront ensuite payées quelques centaines d’euros par mois, selon le bon plaisir de leurs employeur·euses, quand encore elles reçoivent un salaire.
    Elles ne sont pas toujours majeures, alors même que la loi koweïtienne fixe l’âge minimal des travailleuses domestiques à 21 ans.
    Officiellement, elles doivent passer par des agences et être enregistrées auprès du gouvernement pour intégrer le système de la kafala, mais l’usage d’applications comme 4Sale ou Instagram permet de contourner ces obligations via un marché noir, qui augmente encore la précarité de ces femmes.
    Fatou, une jeune guinéenne de 16 ans dont le prénom a été modifié, a été renvoyée dans son pays d’origine après avoir travaillé neuf mois au Koweït, dans trois famille différentes: «Ils avaient l’habitude de me crier dessus comme un animal. Cela me blessait, me rendait triste, mais je ne pouvais rien faire», témoigne-t-elle. Au total, elle n’a été payée que pour deux mois de travail. «Ma vie est meilleure maintenant. J’ai l’impression d’être revenue de l’esclavage.»

  4. L’évolution humaine vers un état de non-échange, et le nombre de visiteurs sur un site internet à prendre en compte réellement.

    Texte de Michel Dakar, chercheur en politique globale, autonome, Villequier ex-France, province coloniale en cours de dépeçage de l’Empire ex-mondial israélo-US, nécrogène, en voie de dislocation rapide, le 1er novembre 2019.

    http://www.aredam.net/evolution-humaine-vers-un-etat-de-non-echange.html

    (Photographie sur la page du site)

    Une araignée sur un mur pignon, Villequier.

    1 – Ce que George Orwell n’avait pu imaginer dans 1984, est l’évolution en cours devenant maintenant bien évidente, de la disparition graduelle de l’écriture, puis de la parole, puis du langage (dont la parole n’est qu’un des modes), puis de la communication et enfin de l’échange (dont la communication n’est que l’un des modes).

    Il est impossible, pour le moment de se projeter dans un état de non-échange, la vie étant par essence échange.

    Ce sera une véritable innovation dans l’histoire de la vie, du moins dans ce que la science actuelle comprend comme telle, soit la naissance de la vie qui est assimilée à celle de l’Univers il y a environ 12 à 15 milliards d’années, étant bien évident aussi que l’Univers est né de quelque chose qui est aussi la vie.

    2 – La conséquence immédiatement observable à notre étape de cette évolution, est que l’humanité est entièrement accaparée par l’écran de l’Internet, derrière lequel il n’y a que le néant, et que ce qu’on nomme internet, qui est considéré comme étant un lieu privilégié de communication, est la manifestation en avance de ce que sera dans le futur l’état de non-échange, un lieu où l’être est dans le plus absolu isolement, accaparé par une absolue illusion.

    Internet n’a aucune importance, il n’est important que pour les services dédiés des diverses oligarchies mondiales (dont le nombre ne doit pas dépasser la demi douzaine) que se concurrencent, c’est en partie dans le lieu d’Internet que ces services oligarchiques échangent entre eux réellement.

    L’importance d’un site est inversement proportionnelle au nombre de ses visiteurs.

    Les sites dits grands publics, dont les visites quotidiennes se chiffrent en millions, voire en dizaines de millions par jour de visiteurs, n’ont aucune importance.

    Il doit y avoir mondialement parlant un dizaine au maximum de sites d’échange entre services oligarchiques, il y a donc une dizaines au plus de visiteurs à prendre en compte.

  5. Tout s’est passé le 26 septembre 1983. Le lieutenant-colonel des forces aériennes soviétiques Stanislav Petrov, 44 ans, est en service dans un bunker secrètement installé près de Moscou, Serpukhov-15, raconte The Atlantic.
    Sa mission: évaluer les données d’Oko, le système d’alerte satellite précoce, et le cas échéant, prévenir sa hiérarchie militaire en cas d’attaque nucléaire.
    Ce soir-là, un peu après minuit, l’alarme retentit, l’un des satellites a détecté cinq missiles balistiques américains qui foncent vers l’URSS.
    Sirènes hurlantes, un écran-rouge clignote avec le mot «LANCEMENT».
    Trois semaines plus tôt, les Russes avaient abattu un avion sud-coréen qui s’était perdu dans l’espace aérien soviétique.
    L’Otan avait réagi avec une démonstration de forces militaires.
    La guerre froide, psychologique, même au début des années 1980, se poursuivait, et la menace nucléaire planait toujours.

    Stanislav Petrov, cependant, a un pressentiment, «une drôle de sensation dans le ventre» qui n’était que du bon sens, analysera-t-il plus tard selon les archives du Washington Post.
    Le système d’alarme ne détecte que cinq missiles; si les Etats-Unis étaient en train de lancer une attaque nucléaire, elle ne pourrait qu’être massive.
    Petrov s’aperçoit que le radar au sol anti-missile ne corrobore pas les informations –même au bout de quelques minutes.
    Petrov n’avait pas une confiance absolue dans la précision de la technologie antibalistique (qu’il décrira plus tard comme «grossière»), mais voilà, il est tout seul dans ce bunker, dans des conditions de stress oppressantes, et il doit faire un choix crucial en moins de cinq minutes: suivre le protocole et prévenir illico l’état-major, ou faire confiance à son instinct.
    Petrov a prévenu sa hiérarchie que ce qui était en train de se dérouler n’était qu’une fausse alerte, et comme le dit Wired, «il suppliait le ciel d’avoir raison». Et il avait raison.
    S’il avait fait le choix inverse, l’état-major aurait probablement lancé une attaque nucléaire de riposte sur les Etats-Unis et ses alliés.
    Qui auraient à leur tour probablement répliqué.
    «C’était mon travail, mais ils ont eu de la chance que je sois aux manettes ce soir-là.»
    Ses collègues et lui, en bon professionnels de l’armée, avaient été formés à transmettre l’information coûte que coûte.
    Quelques années avant sa mort, Petrov vivait de sa petite pension militaire dans un village près de Moscou.

    》Stanislav Petrov《 a été guidé par le tout puissant.
    Quand l’échéance n’est pas arrivée, nul ne pourra la devancer, ou la retardée.
    Comprend celui qui le peut. ……

  6. Meyssan a une analyse intéressante a ce sujet qui prend en compte la volonté de règlement des crises et du retrait des forces US de toute la région !
    cette volonté de règlement US me semble en outre conforme a ce que serait en mesure d’accepter les Russes !
    https://www.voltairenet.org/article208131.html
    bien entendu cela reste soumis a l’écrasement du parti de la guerre US !

    1. Author

      Le parti belliciste est déchaîné. Il vient de lancer une contre-offensive planétaire tout azimuts.

      1. certes mais c’est peut être parce qu’il sent sa dernière heure arrivée et qu’il jette donc toutes les forces qui lui reste dans la bataille !
        qu’en est il des tenant du parti belliciste en France ?
        je pense qu’ils préfèrent se replier pour tenter de survivre derrière ses frontière sachant leur cause perdue !
        que restera il de cette  » contre-offensive planétaire tout azimuts  » dans 6 mois ?

        1. Author

          Ils ont le momentum. Ils sont en train de ratisser large. Des pays vont connaître des troubles très graves et des changements de régime. Il n’y a jamais eu autant de mercenaires ou de gens désespérée et frustrés prêts à tout pour l’argent. Leurs agents sont partout. Et gare aux apparences. Ils tentent une nouvelle approche. La Bolivie,e Venezuela, le Belarus, le Liban, l’Irak, l’Iran, etc.
          Pour la France, le Sahel est devenu un bourbier sans fin. La situation est intenable. Paris soutient des régimes très corrompus et haïs par les populations. A terme, le résultat est connu.

          1. Rien à rajouter, S51, ce que vous dite, est, HÉLAS, la triste réalité:

            Les causes de la Révolution de 1789 sont à nouveau réunies: injustices criantes et accaparement du pouvoir par une caste de privilégiés. Voici donc 10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution…

            1 La hausse des prix de 100% – La misère en travaillant
            Depuis le passage à l’Euro, les prix des produits de base ont doublé, au bénéfice des entreprises de la grande distribution. Mais officiellement, l’inflation pendant cette période n’a été que de 2% par an.

            Alors que les prix augmentent, les salaires n’ont pas augmenté depuis 20 ans, et les salariés ne bénéficient jamais de la « croissance » ni des fantastiques profits réalisées par les entreprises.

            Aujourd’hui, le salaire d’une majorité de salariés est à peine suffisant pour assurer la survie quotidienne. Autrefois, les seuls pauvres étaient des chômeurs. Avec le « nouvel ordre économique », il est devenu normal d’être pauvre en travaillant.

            2 Deux poids et deux mesures pour les salariés et les dirigeants d’entreprises
            L’écart entre les salaires est devenu astronomique. Par ailleurs, lorsqu’un salarié commet la moindre faute, il est licencié sans pitié. Le plus souvent, il est même licencié sans avoir commis de faute.

            Dans le même temps, les dirigeants qui ont ruiné leur entreprise conservent leur poste en bénéficiant même d’une augmentation de salaire de 20 ou 30% par an (parfois davantage), ou bien ils reçoivent des millions d’euros d’indemnités de départ (comme Michel Bon à France Telecom, ou Jean-Marie Messier à Vivendi Universal, parti avec 20 millions d’euros, soit 27.600 fois les indemnités de chômage du salarié de base).

            En 2002, le salaire moyen des PDG des grandes entreprises françaises était de 2.070.000 euros par an. Pour gagner la même somme, un salarié de base devrait travailler pendant 172 ans. (*)

            (*) entreprises du CAC 40, l’indice boursier des 40 plus grandes entreprises françaises
            Pour la liste complète des salaires des patrons du CAC 40, voir l’article sur le « capitalisme vampire »

            3 Deux poids et deux mesures pour la justice
            Selon la constitution et la déclaration des droits de l’homme de 1789, la justice est la même pour tous. La réalité est devenue bien différente.

            Alors qu’on accorde toujours plus de liberté aux entreprises, le citoyen ordinaire est soumis à une répression policière de plus en plus oppressante, et à des réglementations de plus en plus contraignantes. A la moindre faute de sa part, les sanctions sont impitoyables.

            Récemment, un automobiliste a été condamné à 2 ans de prison ferme pour un excès de vitesse qui n’a pas causé d’accident. Une mère de famille peut être condamnée à 4 mois de prison ferme si ses enfants ne sont pas allés à l’école. Et José Bové a été condamné à 18 mois de prison ferme pour avoir arraché des plants de maïs transgéniques dans un champs.

            Dans le même temps, et dans des affaires qui ont causé des préjudices beaucoup plus graves, les élites politiques et économiques bénéficient d’une impunité systématique. Ainsi, Jean-Claude Trichet (ancien président de la Banque de France et membre du Groupe de Bilderberg) a été « totalement blanchi » à propos des malversations financières du Crédit Lyonnais. De même, Roland Dumas a échappé à une condamnation dans l’affaire d’Elf-Aquitaine, des frégates de Taiwan et de leurs commissions occultes. Et dans l’affaire du « sang contaminé », le ministre de la santé Edmond Hervé a été condamné à quelques mois de prison ferme, mais a été « dispensé de peine » par le tribunal. Etc, etc…

            4 Le décalage entre les impôts élevés et l’inefficience croissante des services de l’état
            Malgré la médiocrité des services publics, les impôts demeurent à des niveaux très élevés. En additionnant l’impôt sur le revenu, les impôts locaux, l’impôt foncier, la TVA et les taxes sur l’essence, les prélèvements de l’état représentent plus de la moitié du revenu d’un salarié moyen.

            Dans le même temps, la qualité de l’éducation se dégrade faute de professeurs en nombre suffisant, faute de locaux adaptés, et faute d’un matériel pédagogique moderne (ordinateurs, magnétoscopes, etc.).

            Pire encore est le délabrement des services de santé. Dans les hôpitaux, il devient habituel que des blessés attendent pendant 24 heures sur un brancard dans les couloirs, faute de chambres et de personnel médical. Les opérations sont réalisées « à la chaîne » et les erreurs médicales se multiplient. A cause du manque d’hygiène dans les hôpitaux, les malades ont 1 chance sur 4 d’être contaminés par des maladies nosocomiales mortelles ou fortement invalidantes, causées par des bactéries devenues résistantes aux antibiotiques et qui abondent en milieu hospitalier (à cause de l’emploi abusif des antibiotiques par les médecins).

            5 Le sabotage organisé des services publics pour justifier leur privatisation
            Les gouvernements organisent le sabotage des services publics dont l’inefficience est ensuite utilisée comme prétexte pour justifier leur privatisation.

            Voici ce que l’on peut lire à propos de l’éducation publique dans un document de l’OCDE, l’organisation des Maîtres du Monde qui est également à l’origine de l’AMI:

            « Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement.
            Cela se fait au coup par coup, dans une école et non dans un établissement voisin, de telle sorte qu’on évite un mécontentement général de la population. » (extrait du « Cahier de politique économique » n°13 de l’OCDE)

            6 La corruption à tous les niveaux de l’Etat
            Le décalage entre les impôts élevés et la médiocrité des services de l’état est causé principalement par la corruption, présente à tous les niveaux de l’administration: commune, département, région, état.

            Une autre cause de ce décalage est le train de vie somptuaire des ministres et des hauts fonctionnaires: luxueux appartements et voitures de fonction, déplacements en avion et en hélicoptère, voyages à l’étranger, nombreuses escortes de motards, gardes républicains mobilisés pour un protocole pompeux, repas avec les mets les plus raffinés, cocktails et réceptions dont le coût atteint couramment 100.000 euros pour une soirée… Tout ceci est une autre façon de détourner l’argent du contribuable.

            7 Les subventions abusives distribuées par l’Etat aux entreprises
            Si l’état manque d’argent pour l’éducation, la santé ou les retraites, c’est aussi à cause des subventions abusives versées à des grandes entreprises, sous prétexte qu’elles vont créer des emplois, et quelquefois sans prétexte du tout. Puis une fois les subventions empochées, l’entreprise délocalise ses usines dans un pays où la main d’oeuvre est encore moins chère, ou la fiscalité plus avantageuse.

            8 La collusion entre les gouvernements et les multinationales »
            Les gouvernements sont avant tout au service des multinationales et non de l’intérêt général. C’est à cause de cette collusion que le libéralisme est appliqué depuis 30 ans par les gouvernements de droite comme de gauche, malgré ses effets désastreux qui ne font que s’amplifier (misère croissante, envolée des prix, précarité généralisée, privatisation des biens publics, destruction de l’environnement, tiers-mondisation des pays occidentaux…).
            De même, les seuils autorisés pour la pollution, les mises sur le marché des médicaments, ou encore les normes pour les produits alimentaires correspondent aux souhaits des industriels et non aux nécessités de la santé publique.

            Il est temps d’exiger la « séparation de l’entreprise et de l’état », afin que les gouvernements soient à nouveau au service des citoyens, de leurs aspirations et de leur droit au bonheur.

            9 Les accords multilatéraux négociés dans le dos des citoyens et qui vident la démocratie de son contenu
            Depuis 10 ans, le pouvoir réel a été transféré progressivement et discrètement vers des organisations non-élues (OMC, FMI, OCDE, Commission Européenne…). Les accords multilatéraux (AMI, AGCS…) élaborés dans le secret et l’opacité par ces mêmes organisations ont vidé la démocratie de son contenu. Ces accords réduisent en effet considérablement le pouvoir et le droit des états à jouer leur rôle de régulation dans le domaine économique, social, et environnemental.

            10 Le saccage de l’environnement par les entreprises, en toute impunité
            Par la pollution, le CO2, la déforestation, la destruction des paysages sauvages et de la biodiversité, les « prédateurs » saccagent la nature en toute impunité. L’homme et l’environnement sont sacrifiés aux intérêts économiques des multinationales, et un avenir bien sombre se dessine pour les générations futures. Le point de non-retour écologique est sur le point d’être franchi. Pour les citoyens de cette planète, c’est maintenant qu’il faut agir.

            « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

          2. Author

            Vous avez tout résumé. Ce que vous décrivez on le voit et on le vit tous les jours. Ce sont des faits bruts que les médias ne veulent ou ne peuvent pas couvrir.
            Nous allons vers un avenir fort incertain.

          3. absolument de votre avis a un détail près c’est qu’ils ont tant tirer sur la corde qu’elle lache ; le système ne tien plus que par des rafistolage de dettes des états comme des entreprises . il ont sciés la branche sur laquelle ils étaient assis et elle craque !
            dans leurs arrogance, comme ils sont incapables de se remettre en question ils sont condamné a une fuite en avant qui leur sera fatale a eux aussi !

          4. Author

            Mon cher 157, je vous demande la permission de reproduire votre commentaire très pertinent sous forme d’article.

          5. @157
            « le salaire d’une majorité de salariés est à peine suffisant pour assurer la survie quotidienne »

            Suffisamment vieux pour me souvenir qu’un petit salaire dans les années 1965 n’était pas suffisant pour se loger, avoir une voiture et manger – sans compter le téléphone et autres luxes. Souvent les toilettes sur le palier et à la campagne pas forcément l’eau courante. Pas de cuisine aménagée ni de joli salon ni de hi tech. Les chaussures chères, les enfants héritaient des habits des aînés ou des cousins. Seuls un ou deux téléphones par quartier, en cas d’urgence, on allait chez le voisin. Une voiture par foyer – qui tombait souvent en panne.

            Notre train de vie actuel et nos exigences sont sans commune mesure. Certaines choses comme le niveau éducatif se sont effondrées – mais auparavant on ne forçait pas tous les gosses à passer le bac.

            Nous vivrions dans les mêmes conditions, il est fort probable que nos salaires y suffisent amplement.

          6. Author

            Je suis d’accord avec vous mais estimez-vous raisonnable de louer un minimum vital à près de 1000 € mensuellement dans un pays où le revenu minimum est de 860 € ?
            Ne croyez-vous que la bulle spéculative dans l’immobilier va nous mener tout droit vers un désastre sans précédant ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.