L’attaque meurtrière ayant visé une position militaire malienne à Indelimane dans la province de Ménaka au nord-est du Mali aurait pratiquement décimé la garnison. Il n’y aurait qu’une vingtaine de survivants. Près de 102 militaires maliens mais également étrangers ont péri dans cette assaut inédit.

Les médias français ont rapporté la mort au combat d’un Spahi, officiellement des suites de l’explosion d’un I.E.D ou dispositif explosif artisanal qui aurait détruit le véhicule blindé VAB dans lequel il se trouvait. Toujours selon les mêmes sources, cette attaque n’aurait pas de lien avec l’assaut d’Indelimane, bien qu’elle se soit produite non loin du site.

Dans les faits, il s’avère que trois militaires français ont péri dans une attaque combinée à la roquette antichar et à la bombe plantée sur le bord de la route dans le désert de Ménaka.

Six autres seraient dans un état critique. Ce bilan est encore celui fourni par des sources semi-officielles. D’autres sources évoquent un bilan plus lourd. Les techniques de camouflage des pertes au combat empruntées par celui, fort éprouvé, utilisé par les forces US en Afghanistan et en Irak ne rendent pas compte des pertes subies après l’attaque (mort de blessés en évacuation ou dans une unité de soin bien après l’action).

Certains de mes correspondants critiquent fortement la dotation en blindés des forces françaises opérant dans le cadre de l’opération Berkhane au Sahel et soulignent l’insuffisance, voire l’obsolescence de certains véhicules blindés face aux IED et aux mines. D’autres mettent en exergue les difficultés logistiques et le peu de protection accordée aux militaires français au Sahel. Que dire alors des militaires maliens ou tchadiens (dans le cadre des forces des Nations Unies) subissant le gros des pertes dans cette guerre oubliée et perdue ? Les pertes des forces armées malienne ne se comptent presque plus et dépassent de loin les statistiques officielles rendues publiques.

Les groupes armés transfrontaliers ont toujours l’initiative et ont acquis de redoutables capacités tactiques dans l’un des environnements les plus hostiles de la planète. Ils sont d’une remarquable mobilité dans le désert et ils frappent là où ils veulent quand ils veulent sur un territoire immense de plus de 3 millions de kilomètres carrés. Plus grave, ces groupes armés nomades bénéficient de l’impact social d’une répression sécuritaire aveugle et souvent segrégationniste en plus de la misère, la corruption et du sous-développement endémiques. En l’absence des forces internationales, ces groupes seraient en mesure de renverser les gouvernements du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Tchad.

Le Sahel est devenu un autre Afghanistan mêlant conflit de basse intensité susceptible de varier et surtout un véritable gouffre financier où il sera très difficile de s’en sortir indemne.

Publicités

6 commentaires

  1. La france a beaucoup de défauts, la Grande Muette l’est souvent, mais les morts au combats sont toujours déclarés, même ceux du SA.

    1. Author

      Plus depuis 2012 et le retour au sein de l’Otan. Une nouvelle directive commune encadre les bilans des pertes sur un théâtre d’opération.

  2. @ Olivier MONTULET

    Méthodes pour un parfait contrôle de la société

    Les principes-clé déjà largement appliqués pour obtenir une société de « veaux » qui ne songeraient même pas à se révolter.

    « Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

    Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle.

    Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité, et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie.

    Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe: on diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.

    On mettra la sexualité au premier plan des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté, de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

    Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

    L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est: un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant qu’il est très facile de corrompre un individu subversif: il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »

    Extrait du livre « Sagesse et révolte » de Serge Carfantan.

  3. Tout ça par la faute des aventuriers irresponsables et obscurantistes (ils se fondent sur une idéologie qui les aveugle totalement) que sont les pays membres de l’OTAN. Attaquer la Libye et la détruire totalement cela en toute illégalité et en ignorance totale et volontaire de la résolution du conseil de sécurité de l’ONU qui n’autorisait que de bloquer le survol d’avions. Résultat les armes libyennes (vendues par les occidentaux) se sont retrouvées dans les mains des groupes terroristes du Sahel et le chaos créé par les seuls, ignobles qu’ils sont, occidentaux qui osent prétendre qu’ils luttent pour la défense des droits de l’homme (quelle honte!).
    L’es usa et ses vassaux soumis volontaires sont et restent des impérialistes qui préfèrent le chaos que d’admettre que leur abjecte hégémonie est finie. Partout où le monde est pris dans des tempêtes de violence et soumis au chaos , y compris dans les diverses prétendues révolutions locales(de printemps, de couleurs, d’automnes etc., ce sont les seules mains des mêmes immondes, qui agissent (notamment en mon nom cela malgré moi°. Ces feux ils les boutent, volontairement, consciemment et cyniquement en dépit de toute éthique et morale, le feu tout en inondant leurs peuples de propagandes et autres Fakes news qu’une presse docile par complaisance et motivée uniquement par la recherches de subventions et de revenus publicitaire et le goût de flatter l’ego narcissique de leurs lecteurs ( Médiats qui ne sont en rien l’indispensable de la démocratie qu’ils prétendent sauf à rendre les citoyens dociles soumis aux dominants toujours abjectes et cupides).

  4. Ces pertes sont surtout liées à l’emprisonnement de l’algérien qui assurait ravitaillement et protection à l’armée française… Le général Hamel. 😉

    1. La ferme bougre de harkis, ton algérie ne vaut rien économiquement et encore moins militairement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.