The largest reserve gold traders on the planet are the six bullion banks. A bullion bank is a large multi-national bank authorized to serve as a conduit through which Central Banks – and the Fed primary dealers – loan their gold out into the market. All central banks lease gold, to maintain their balance sheet and to provide sovereign collateral when a currency swap or paper trade won’t work. It’s called the gold carry trade.

There are currently six clearing banks on the LBMA handling gold lease transactions: Barclays, Scotia, Deutsche Bank, HSBC, JPM, and UBS all of which are primary Fed Dealer Banks, too. Central Banks need real money as collateral – physical gold holdings – to back paper (debt instruments) and as guarantor of foreign exchange sovereign liquidity, or when dealing with failed or semi-failed states.

The Bullion Banks not only guarantee and lease their own gold reserves, but require adjustments to physical gold holdings based on Geopolitical events particularly during times of war. For example, Libya, Afghanistan, Iraq, Syria, Egypt and the Ukraine have all turned over their physical gold holdings to the IMF – which acts by proxy for the Fed and G7 Central Banks – for favorable lending terms or settlement of debt to the West, or their gold is seized by force of arms.

Nixon officially closed the US international sovereign gold trading window in 1971, alleged to be temporary, now ostensibly never to re-open. Officially Nixon’s gold closure still applies to US gold trading, but the « official » world is not the real world. Thus, the US engages in gold trading shrouded in secrecy, generally by proxy to the IMF and via gold carry trade foreign gold swaps. (Also see: IMF voting rights and reform and the Exchange Stabilization Fund)

The international gold window is not about a « gold standard » but about international trade in gold. That trade is to support currency swaps to manipulate currency markets; to enhance interest returns by leveraging other debt products providing a higher return; or to build or deplete foreign exchange reserves held by a sovereign or Central Bank. Thus, the international gold window still exists in the form of the gold carry trade.

But the international gold window is much more than a trade and collateral window, the international gold window is still an essential factor in Geo-politics. Conflicts and alliances require the gold carry trade to operate by covert, by proxy, or by overt means.

The gold carry trade market also operates by acquiring the gold reserves of failed states such as Iraq, Libya, Syria, Afghanistan, or Ukraine, at prices subsidized by the US taxpayer. Or the cost of their lost treasure is borne by the unknowing, unaware local population partaking in a « colour revolution » or the « Arab Spring » for example, on behalf of Washington.

The banking crisis in Lebanon is one recent example, where geopolitics and finance – especially relating to gold – intersect. Lebanon has relatively high physical gold reserves relative to its economy and relative to other Middle Eastern states, and Lebanon has been a player in the carry trade for many years.

However, according to one confidential source and many reports, Lebanon has dialed-back its carry trade activities since 2015. By scaling back its carry trade activity, Lebanon has provoked the ire of western Central Banks, and made it more difficult for Lebanon to protect its currency.

The reason for Lebanon’s de-leveraging in the gold carry trade is unknown, but one can only speculate that along with US sanctions versus Lebanon, the international currency cartel has its eye on Lebanon’s gold reserves. By extension, The Neocon-Neoliberal ‘Blob’ believes that by harming Lebanon, the Blob can likewise curtail Hezbollah’s influence.

Israel too, currently subject to its own self-induced purgatory in leadership, desperately needs a visible geopolitical victory, and no doubt US and Israeli central bankers see Lebanon’s finance as low-hanging fruit, since Hezbollah cannot be militarily defeated. How do we know? …well, David Ignatius tells us so.

The International Gold Carry Trade

Seldom if ever discussed in the media, the Bullion Bank carry trade in gold – or gold trading sanctions to US-perceived miscreant states such as Iran or Russia – are key to maintaining the global hegemonic. And the mechanism by which US gold trades occur can be linked to the IMF; to bullion banks; to gold lease operations arranged by US Client States; or even via the Bank of International Settlements.

Officially, the US Treasury/Fed says that it will not sell US gold reserves under any circumstance. Searching online with the phrase, « Does the US trade gold » the reader will discover a bewildering lack of information on sovereign gold trading, because information on US sovereign gold trading is not made publicly available.

However, by leveraging foreign gold swaps, the US can trade actively in gold; and the US Exchange Stabilization Fund has stated publicly that it can trade in any venue and with any asset it so chooses, regardless of US law.

Germany
Germany demanded return of its gold reserves from New York (called repatriation). In reality repatriation ends the lease conditions by which the Federal Reserve holds German gold. That Germany leased approximately 300 tonnes of gold to the US Exchange Stabilization Fund during the US financial collapse is well known, and the ESF undoubtedly disposed of that German gold by carry trade means, to support the US dollar and stock market. Effectively the US government may sell or lease any « commodity » as it sees fit, in its possession, whether strategic oil reserves or gold – even if that gold « belongs » to a foreign power.

In the case of foreign gold trading – not officially considered a US strategic reserve – an act of Congress is not required. Likewise, leased German gold is not US-owned gold, and even as a foreign asset may be treated as an asset of the United States while in its control (check that out).

To the point, it is exceedingly likely that the Federal Reserve leased (sold) German gold on behalf of the Treasury (via the ESF), based on the original timetable set by the Fed for the gold’s return to Germany. We may arrive at this conclusion because by June of 2104, Germany announced that it did not want its gold back after all…! oh wait, until 2020. Oops, sorry folks, nothing to see here, move on please…

The precise reason for the above failure of US gold repatriation to Germany at the time Germany demanded it is still shrouded in mystery, with political rhetoric and alarming public statements about the condition of the euro seen as political cover.

But the German gold repatriation affair is all the proof needed with regard to US dealing in the transfer, leasing, purchase, accumulation and sale of physical gold reserves… and not just those « belonging » to the US, Richard Nixon be damned. (The ESF can trade in anything.)

There are many other examples of the international gold window in operation, from the pointless provocations that led to the USSR’s invasion of Afghanistan in 1979 (the US eventually got Afghani gold) to Syria, to Libya, to Lebanon, to Egypt, to Iraq, Argentina, Venezuela, and of course Lebanon as described above.

Ukraine
Long a hotbed of corruption, shady dealings, and political intrigue, the Ukraine has leveraged its gold reserves via the carry trade and leasing system for many years now. Falling prey to the IMF predatory system of capital is another Ukraine specialty, since Ukraine’s gold is its only real strategic asset, besides it location adjacent to Eastern Europe.

Needless to say, wherever the Bretton-Woods last bastion IMF is concerned, things have not gone well for Ukraine after surrendering its gold to the west. For the short-term gain of an IMF loan, the Ukraine was then in hock to Washington without a gold reserve to provide financial leverage. Fortunately for the people of the Donbass, this has limited Ukraine’s ability to wage its aggressive war in the eastern region of the country.

Argentina
Likewise, the IMF was the worst possible option for Argentina. Argentina was forced to sell 1/3rd of its physical gold reserves from 2009-2013, to prevent a replay of 2001 by placating US bond holders. Argentina’s gold reserves played a major role in keeping the country somewhat liquid, but now western powers want the rest of that gold – represented by bondholder lawsuits – since Argentina just defaulted again.

Netherlands
In 2014 the Dutch Central bank announced that 122 metric tonnes of gold had been repatriated from the United States. The DCB’s loss of confidence in the US likely relates to the collapse of the US financial system from 2008-2009. It’s likely too that the Netherlands loaned some sovereign gold reserves to the Fed/ESF during that crisis, and has not seen its gold returned.

Venezuela
Half of Venezuela’s reserves are in gold. The structural and fundamental problem is that Venezuela cannot lease gold via the bullion banks because the physical gold was repatriated, and the gold still present in US /London vaults is sanctioned. The physical gold must be in the possession of the bullion bank for it to be leased, which effectively means the gold is sold and then bought back later on, at the end of the lease. That’s why the financial press describes Venezuelan reserves as being « tied up in gold » – and will not tell you that King $ Incorporated mandates that freeze until the west can take Venezuela’s gold.

Summary
Trouble is, most of the third world and Non-Aligned Movement – with the exception of Iran, Lebanon, and Venezuela – have already turned over their gold to the West. So, there is little physical gold for Washington to cajole, appropriate, or steal from destabilized sovereign entities or failed states Washington creates.

In the past, the West made up for any lack of physical gold reserve flow by boosting the petro-dollar cycle, or by gaming the gold market ever downward. But gold spot is just about as low it can go, and boosting the petro-dollar cycle benefited Russia, which the Washington establishment now considers to be its major nemesis.

Also consider that the United States has been on the oil standard since ditching gold in 1971, because oil is traded in dollars like real money once was (gold). Where oil is fungible, portable, a unit of account and divisible, durable, rare… but most importantly has real intrinsic value — unlike paper currency.

Should the United States exit the oil standard in King Dollar mode, some other standard must then provide a foundation for trade; and of course, that foundation is partly the subject of this paper, namely the international gold window.*

As global tensions rise, currency wars rage, and global trade becomes threatened by monetary imbalances, the US Dollar has become the ‘linchpin’ of the international gold window in the event the oil standard and dollar become disassociated. Of course
The survival of the USD as global monetary hegemon via US theft of gold (just as it steals oil) is of most concern to States like Lebanon, and Washington’s financial and military targets.

*NB: The gold window is not to be confused with a ‘gold standard’

Notations

  1. The ratio of gamed gold, ie paper-derivative Wall Street gold to real gold, is at least one thousand-to-one. Meaning that gold would be about $10K USD per ounce if valued in a free market, which concurs to an extent with the overall daily trading volume. Then if we look at trilateral derivative products overall (US/UK/Japan) as being at least 1.2 quadrillion USD in outstanding derivative debt (ie 1,200 trillion but the total is far higher on a global basis) then the gold price per ounce would exceed $40K if the USD were backed by gold. Western powers have at times gamed the oil price upward and gold price downward to compensate for the lack of gold in terms of registered reserves. Verging on Epic Fail, we see gold at 1/10th of its true free market value, and oil at something like its true value considering the massive devaluation of the USD. But that’s according to the USD-to-oil standard.
  2. Now we see a dollar world turned on its head. We know that the USD system is inherently unstable, and structurally unsound. Like an old brick building waiting for an earthquake to happen, the building is standing for now, but any substantial tremor will bring it down. The underlying tremors are building… slowly. Inflation in the US can only be maintained in light of a relatively ‘strong dollar’ relative to other currencies. Record Repos and Reverse repos may be one indication of weakness. Falling registered reserves may be another, however that will spark a large argument about allocated reserves vs non-allocated, for another time!

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

2 commentaires


  1. La Syrie est perdue… L’or du Liban est le prochain par Steve Brown

    Les plus grands négociants d’or de réserve sur la planète sont les six banques d’or. Une banque d’investissement est une grande banque multinationale autorisée à servir d’intermédiaire par laquelle les banques centrales – et les primary dealers de la Fed – prêtent leur or sur le marché. Toutes les banques centrales louent de l’or, pour maintenir leur bilan et fournir des garanties souveraines lorsqu’un swap de devises ou une opération sur papier ne fonctionne pas. Ça s’appelle le carry trade de l’or.

    Il y a actuellement six banques de compensation sur la LBMA qui s’occupent des opérations de crédit-bail de l’or : Barclays, Scotia, Deutsche Bank, HSBC, JPM et UBS, qui sont toutes des banques de courtage primaires de la Fed. Les banques centrales ont besoin de monnaie réelle comme garantie – avoirs physiques en or – pour couvrir des titres (titres de créance) et comme garant de la liquidité souveraine en devises étrangères, ou lorsqu’elles traitent avec des États en faillite ou semi-défaillants.

    Les banques d’investissement ne se contentent pas de garantir et de louer leurs propres réserves d’or, elles doivent également ajuster leurs avoirs physiques en or en fonction des événements géopolitiques, particulièrement en temps de guerre. Par exemple, la Libye, l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie, l’Égypte, l’Ukraine et l’Irak ont tous remis leurs avoirs physiques en or au FMI – qui agit par procuration pour la Fed et les banques centrales du G7 – pour obtenir des conditions de prêt favorables ou le règlement de leurs dettes envers l’Ouest, ou leur or est saisi par force armée.

    En 1971, Nixon a officiellement fermé la fenêtre internationale de négociation de l’or souverain américain, prétendument temporaire, mais qui ne sera plus jamais rouverte en apparence. Officiellement, la fermeture de l’or de Nixon s’applique toujours au commerce de l’or américain, mais le monde  » officiel  » n’est pas le monde réel. Ainsi, les États-Unis s’engagent dans le commerce de l’or entouré de secret, généralement par procuration au FMI et par le biais de swaps d’or étrangers de carry trade. (Voir aussi : Droits de vote et réforme du FMI et Fonds de stabilisation des changes)

    La fenêtre internationale de l’or n’est pas un  » étalon-or  » mais un commerce international de l’or. Ce commerce vise à soutenir les swaps de devises pour manipuler les marchés des devises, à accroître les rendements d’intérêt en tirant parti d’autres produits d’emprunt offrant un rendement plus élevé, ou à constituer ou à épuiser les réserves de change détenues par un État souverain ou une banque centrale. Ainsi, la fenêtre internationale de l’or existe toujours sous la forme du carry trade de l’or.

    Mais la fenêtre internationale de l’or est bien plus qu’une fenêtre de commerce et de garantie, la fenêtre internationale de l’or est toujours un facteur essentiel en géopolitique. Les conflits et les alliances exigent que le carry trade de l’or se fasse de manière secrète, par procuration ou par des moyens manifestes.

    Le marché du carry trade de l’or fonctionne également en acquérant les réserves d’or d’États défaillants comme l’Irak, la Libye, la Syrie, l’Afghanistan ou l’Ukraine, à des prix subventionnés par les contribuables américains. Ou bien le coût de leur trésor perdu est supporté par la population locale inconsciente, inconsciente, qui participe à une  » révolution des couleurs  » ou au  » printemps arabe  » par exemple, au nom de Washington.

    La crise bancaire au Liban en est un exemple récent, où la géopolitique et la finance – en particulier l’or – se croisent. Le Liban dispose de réserves physiques d’or relativement élevées par rapport à son économie et par rapport à d’autres États du Moyen-Orient, et le Liban est un acteur dans le carry trade depuis de nombreuses années.

    Toutefois, selon une source confidentielle et de nombreux rapports, le Liban a repris ses activités de carry trade depuis 2015. En réduisant ses activités de carry trade, le Liban a provoqué la colère des banques centrales occidentales et rendu plus difficile pour le Liban de protéger sa monnaie.

    La raison du désendettement du Liban dans le carry trade de l’or est inconnue, mais on ne peut que spéculer qu’avec les sanctions américaines contre le Liban, le cartel monétaire international a un oeil sur les réserves d’or du Liban. Par extension, The Neocon-Neoliberal’Blob’ croit qu’en faisant du mal au Liban, le Blob peut également réduire l’influence du Hezbollah.

    Israël aussi, actuellement soumis à son propre purgatoire de leadership, a désespérément besoin d’une victoire géopolitique visible, et il ne fait aucun doute que les banquiers centraux américains et israéliens considèrent les finances du Liban comme un fruit à portée de main, puisque le Hezbollah ne peut être vaincu militairement. Comment le savons-nous ? David Ignatius nous le dit.

    Le commerce international de l’or

    Rarement ou jamais discuté dans les médias, la Bullion Bank fait du commerce de l’or – ou des sanctions commerciales sur l’or à des États perçus par les États-Unis comme des États mécréants comme l’Iran ou la Russie – sont essentiels pour maintenir l’hégémonie mondiale. Et le mécanisme par lequel les transactions sur l’or américain se déroulent peut être lié au FMI, aux banques d’investissement, aux opérations de crédit-bail sur l’or organisées par les États clients américains, ou même par l’intermédiaire de la Banque des règlements internationaux.

    Officiellement, le Trésor américain déclare qu’il ne vendra en aucun cas les réserves d’or américaines. En cherchant en ligne avec l’expression  » Does the US trade gold « , le lecteur découvrira un manque ahurissant d’informations sur le trading de l’or souverain, car les informations sur le trading de l’or souverain américain ne sont pas rendues publiques.

    Toutefois, en tirant parti des swaps d’or étrangers, les États-Unis peuvent négocier activement de l’or, et le US Exchange Stabilization Fund a déclaré publiquement qu’il peut négocier dans tout lieu et avec tout actif de son choix, indépendamment de la loi américaine.

    Allemagne
    L’Allemagne a exigé le retour de ses réserves d’or de New York (appelé rapatriement). En réalité, le rapatriement met fin aux conditions de location selon lesquelles la Réserve fédérale détient l’or allemand. Le fait que l’Allemagne ait loué environ 300 tonnes d’or au Fonds de stabilisation des changes américain pendant l’effondrement financier américain est bien connu, et le FSE a sans aucun doute disposé de cet or allemand par le biais du carry trade, pour soutenir le dollar américain et le marché boursier. En effet, le gouvernement américain peut vendre ou louer n’importe quelle  » marchandise  » qu’il juge bon, en sa possession, qu’il s’agisse de réserves stratégiques de pétrole ou d’or – même si cet or  » appartient  » à une puissance étrangère.

    Dans le cas du commerce de l’or étranger – qui n’est pas officiellement considéré comme une réserve stratégique américaine – une loi du Congrès n’est pas nécessaire. De même, l’or allemand loué n’est pas de l’or américain, et même en tant qu’actif étranger peut être traité comme un actif des États-Unis pendant qu’il est sous leur contrôle (regardez ça).

    En fait, il est fort probable que la Réserve fédérale a loué (vendu) de l’or allemand pour le compte du Trésor (via le FSE), sur la base du calendrier initial fixé par la Fed pour le retour de l’or en Allemagne. On peut arriver à cette conclusion parce qu’en juin 2104, l’Allemagne a annoncé qu’elle ne voulait pas récupérer son or après tout… ! oh attendez, jusqu’en 2020. Oups, désolé les gens, rien à voir ici, passez à autre chose s’il vous plaît….

    La raison précise de l’échec du rapatriement de l’or américain vers l’Allemagne à l’époque où l’Allemagne l’exigeait est encore entourée de mystère, de rhétorique politique et de déclarations publiques alarmantes sur l’état de l’euro considérées comme une couverture politique.

    Mais l’affaire du rapatriement de l’or allemand est toute la preuve qu’il n’y a pas que les réserves physiques d’or des Etats-Unis qui sont en jeu dans le transfert, la location, l’achat, l’accumulation et la vente de l’or… et pas seulement celles  » appartenant  » aux Etats-Unis, Richard Nixon est damné. (Le FSE peut échanger n’importe quoi.)

    Il y a beaucoup d’autres exemples de la fenêtre internationale sur l’or en opération, des provocations inutiles qui ont mené à l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS en 1979 (les États-Unis ont finalement obtenu de l’or afghan) en Syrie, en Libye, au Liban, en Égypte, en Irak, en Argentine, au Venezuela et bien sûr au Liban comme décrit ci-dessus.

    Ukraine
    Longtemps un foyer de corruption, de transactions douteuses et d’intrigues politiques, l’Ukraine exploite ses réserves d’or par le biais du système de carry trade et de leasing depuis de nombreuses années déjà. Tomber en proie au système prédateur de capital du FMI est une autre spécialité de l’Ukraine, puisque l’or ukrainien est son seul véritable atout stratégique, en plus de son emplacement adjacent à l’Europe orientale.

    Inutile de dire qu’en ce qui concerne le dernier bastion du FMI de Bretton-Woods, les choses ne se sont pas bien passées pour l’Ukraine après avoir livré son or à l’Ouest. Pour le gain à court terme d’un prêt du FMI, l’Ukraine était alors en gage à Washington sans réserve d’or pour fournir un levier financier. Heureusement pour les habitants du Donbass, cela a limité la capacité de l’Ukraine à mener sa guerre agressive dans la région orientale du pays.

    Argentine
    De même, le FMI était la pire option possible pour l’Argentine. L’Argentine a été contrainte de vendre 1/3 de ses réserves physiques d’or de 2009 à 2013, pour éviter une répétition de 2001 en apaisant les détenteurs d’obligations américaines. Les réserves d’or de l’Argentine ont joué un rôle majeur dans le maintien de la liquidité du pays, mais maintenant les puissances occidentales veulent le reste de cet or – représenté par les procès des détenteurs d’obligations – puisque l’Argentine vient de faire défaut à nouveau.

    néerlandais
    En 2014, la banque centrale néerlandaise a annoncé que 122 tonnes métriques d’or avaient été rapatriées des États-Unis. La perte de confiance du BDC à l’égard des États-Unis est probablement liée à l’effondrement du système financier américain en 2008-2009. Il est probable aussi que les Pays-Bas ont prêté des réserves d’or souverain à la Fed/ESF pendant cette crise, et n’ont pas vu leur or retourné.

    Venezuela
    La moitié des réserves du Venezuela sont en or. Le problème structurel et fondamental est que le Venezuela ne peut pas louer de l’or via les banques d’investissement parce que l’or physique a été rapatrié et que l’or encore présent dans les coffres-forts américains/de Londres est sanctionné. L’or physique doit être en la possession de la banque d’investissement pour qu’il puisse être loué, ce qui signifie en fait que l’or est vendu et racheté plus tard, à la fin du bail. C’est pourquoi la presse financière décrit les réserves vénézuéliennes comme étant  » immobilisées dans l’or  » – et ne vous dira pas que les mandats de King $ Incorporated qui gèlent jusqu’à ce que l’Ouest puisse prendre l’or du Venezuela.

    Résumé
    Le problème est que la plupart des pays du tiers monde et du Mouvement des pays non alignés – à l’exception de l’Iran, du Liban et du Venezuela – ont déjà remis leur or à l’Occident. Il y a donc peu d’or physique pour que Washington puisse cajoler, s’approprier ou voler des entités souveraines déstabilisées ou des États défaillants que Washington crée.

    Dans le passé, l’Occident compensait le manque de réserves d’or physique en stimulant le cycle pétrodollar-pétrole, ou en jouant sur le marché de l’or toujours à la baisse. Mais la tache d’or est à peu près aussi basse qu’elle peut l’être, et l’augmentation du cycle pétrolier-dollar a profité à la Russie, que l’establishment de Washington considère maintenant comme son principal ennemi juré.

    Considérez également que les États-Unis ont été sur la norme du pétrole depuis l’abandon de l’or en 1971, parce que le pétrole est négocié en dollars comme l’argent réel l’était autrefois (l’or). Là où le pétrole est fongible, portable, une unité de compte et divisible, durable, rare… mais surtout a une valeur intrinsèque réelle – contrairement au papier monnaie.

    Si les États-Unis sortent de l’étalon du pétrole en mode King Dollar, une autre norme doit alors servir de base au commerce ; et bien sûr, cette base est en partie l’objet du présent document, à savoir la fenêtre internationale de l’or*.

    Alors que les tensions mondiales s’exacerbent, que les guerres monétaires font rage et que le commerce mondial est menacé par les déséquilibres monétaires, le dollar américain est devenu le  » pivot  » de la fenêtre internationale de l’or dans le cas où la norme pétrolière et le dollar se dissocient. Bien sûr que non.
    La survie du dollar en tant qu’hégémonie monétaire mondiale via le vol d’or par les Etats-Unis (tout comme le vol de pétrole) est une préoccupation majeure pour des Etats comme le Liban et les objectifs financiers et militaires de Washington.

    *NB : Il ne faut pas confondre la fenêtre d’or avec un  » étalon-or « .

    Notations

    Le rapport de l’or joué, c’est-à-dire de l’or de Wall Street dérivé du papier à l’or réel, est d’au moins un millier pour un. Ce qui signifie que l’or serait d’environ 10 000 $ US l’once s’il était évalué sur un marché libre, ce qui correspond dans une certaine mesure au volume global des opérations quotidiennes. Ensuite, si l’on considère l’ensemble des produits dérivés trilatéraux (États-Unis/Royaume-Uni/Japon) comme représentant au moins 1,2 quadrillion d’USD d’encours de dette (soit 1 200 billions de dollars mais le total est beaucoup plus élevé sur une base mondiale), le prix de l’or dépasse 40 000 $ par once si le dollar est soutenu par l’or. Les puissances occidentales ont parfois joué à la hausse et à la baisse sur le prix du pétrole pour compenser le manque d’or en termes de réserves enregistrées. A la limite de l’échec épique, nous voyons l’or à 1/10ème de sa vraie valeur marchande libre, et le pétrole à quelque chose comme sa vraie valeur compte tenu de la dévaluation massive du dollar. Mais c’est selon la norme USD-Pétrole.
    Aujourd’hui, le monde du dollar est renversé. Nous savons que le système USD est fondamentalement instable et structurellement instable. Comme un vieux bâtiment en briques qui attend qu’un tremblement de terre se produise, le bâtiment est debout pour l’instant, mais tout tremblement de terre important le fera tomber. Les tremblements sous-jacents se développent… lentement. L’inflation aux États-Unis ne peut être maintenue qu’à la lumière d’un dollar relativement  » fort  » par rapport aux autres devises. Les prises en pension d’enregistrements et les prises en pension inversées peuvent être une indication de faiblesse. La chute des réserves enregistrées peut en être une autre, mais cela suscitera un grand débat sur les réserves allouées par rapport aux réserves non allouées, pour une autre fois !

    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de  » Iraq : the Road to War  » (Sourcewatch), éditeur de  » Bush Administration War Crimes in Iraq  » (Sourcewatch)  » Trump’s Limited Hangout  » et  » Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques des fiducies monétaires depuis 1913 « . Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, Fort Russ News et Strategika51.
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.