Sur le site Web de la compagnie canadienne SEMAFO on peut lire la description suivante:

SEMAFO is a Canadian-based intermediate gold producer with over twenty years’ experience building and operating mines in West Africa. The Corporation operates two mines, the Boungou and Mana Mines in Burkina Faso. SEMAFO is committed to building value through responsible mining of its quality assets and leveraging its development pipeline.

Et en français:

SEMAFO est un producteur d’or canadien de calibre intermédiaire qui cumule plus de vingt ans d’expérience en construction et en exploitation de mines en Afrique occidentale. La Société exploite deux mines, les mines Boungou et Mana au Burkina Faso. SEMAFO s’est engagée à créer de la valeur par l’exploitation minière responsable de ses actifs de qualité et en tirant profit de son pipeline de projets en développement.

Un convoi de SEMAFO protégé par une forte escorte militaire à été attaqué par un groupe armé au Burkina Faso. L’assaut a visé le convoi sur la route entre Fada et Boungou dans la région de l’Est à quarante kilomètre du site d’extraction aurifère.

C’est la deuxième attaque contre un convoi de la SEMAFO depuis août 2018. Cependant, le bilan de la nouvelle attaque est très lourd: des sources locales évoquent près de 100 victimes entre morts et blessés. D’autres sources sécuritaires avancent un bilan initial et temporaire de 40 morts et 92 blessés. Parmi les victimes figurent des civils, des militaires et des membres d’une compagnie de sécurité privée.

Le groupe ayant mené l’attaque est très aguerri. Il n’en est pas à son premier coup d’éclat et il semble que certains de ses éléments aient été impliqués dans la récente attaque sanglante d’un camp militaire fortifié malien près d’Indelimane sur la route d’Ansongo, non loin de la frontière avec le Burkina Faso. Cette attaque serait la réponse des groupes armés écumant le Sahel et plus particulièrement le triangle de la mort entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso aux initiatives tactiques françaises avec notamment le plan Taquba (Sabre en Tamacheq). La cible de cette attaque semble indiquer que les groupes armés identifiés par les médias occidentaux comme relevant d’une branche africaine de Daech-ce qui n’est pas le cas en réalité-tentent de gagner la sympathie des populations locales en s’attaquant à l’exploitation opaque des ressources minières africaines par des multinationales avec la complicité de gouvernements extrêmement corrompus.

L’attaque de la SEMAFO au Burkina Faso, comme celles, de plus en plus meurtrières, ayant visé cette année des convois et des camps militaires au Mali et au Niger, démontre que les capacités des groupes armés combinés ont grandement augmenté en dépit de l’engagement de plus en plus important de forces militaires étrangères au Sahel.

C’est un autre immense fiasco annoncé.

Mise à jour:

Communiqué officiel sur le bilan très provisoire de cette attaque meurtrière ayant visé le secteur minier aurifère dans les territoires adjacentes de l’ancien Royaume fabuleux du Prêtre Jean.
Publicités

7 commentaires

  1. Rien sur l’incompétence des armées des pays sub-sahariens sauf Tchad ?



  2. Quelques citations à méditer…….

    ● « En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un évènement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi. »
    •Franklin D. Roosevelt
    Président des Etats-Unis (1933-1945)

    Chacun est là en Afrique, pour ces intérêts, et rien d’autre.
    Ils veulent parfois, la même chose.
    Et c’est là ou les choses se complique.

    ● « Le monde se divise en trois catégories de gens: un très petit nombre qui fait se produire les évènements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité. »
    •Nicholas Murray Butler
    Président de la Pilgrim Society, membre de la Carnegie, membre du CFR (Council on Foreign Relations)

    ● « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre contre les Etats-Unis. Une guerre permanente, économique, une guerre sans morts. »
    « Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre permanente, sans morts apparemment, et pourtant une guerre à mort. »
    •François Mitterrand
    Commentaire fait lors d’un entretien privé à la fin de sa vie(cité dans Courrier International du 13 Avril 2000)

    Tout les coups sont permis en Afrique.
    Les gains justifient les moyens.
    Pour démêler le vrai du faux, où vis et versa, il faut tenir compte de plusieurs éléments, même les plus invraisemblables.

    En Afrique il y des électron libres.
    Comparer à des grains de sable, tournoyant autour d’engrenages .
    Où, comme des courants vagabond, imprévisibles.

  3. Bonjour,

    J’ai édité votre article sur le blog que j’alimente (changement de plateforme web).
    Si cela n’avait pas votre accord, je vous prie de bien vouloir m’en avertir et je le supprimerai alors.

    Bien cordialement

    1. Author

      Bonjour et merci pour votre commentaire. Notre contenu est libre et vous avez mon entière « bénédiction » ad vitam æternam.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.