« The few who understand the system, will either be so interested in its profits, or so dependent upon its favours, that there will be no opposition from that class; while, on the other hand, the great body of the people, mentally incapable of comprehending the tremendous advantages, will bear its burden without complaint, and perhaps without suspecting that the system itself is inimical to their interests. »

The above quote is sometimes attributed to Senator John Sherman (author of the rarely-enforced Sherman Antitrust Act of 1890) in a letter supposedly sent by him to New York bankers Ikleheimer, Morton, and Vandergould, June 25, 1863. Sherman’s letter was in regard to the National Banks Act of 1863, but it’s more likely that the above quote is a made-up one, from ‘London Punch’. However, even if meant in jest, the author was certainly aware of the quote’s accuracy.

In 1890, Sherman – or London Punch – could not foresee the US financial collapse of the United States by 2009. And by 2010 (with the 2011 debt crisis looming) the populace clamored for monetary answers and relief from the US financial crash that put many millions out of their homes, and many more homeless out on the streets.

With the US financial collapse, a new monetary system discourse entered the public consciousness. Monetary Realist politicians like Ron and Rand Paul gained in popularity with the public, while the late monetary historian Andrew Gause and market commentators like Mike Maloney, Peter Schiff, and Jim Rickard all popularly advocated monetary realism, and reform as well. Although Monetary Realism gained traction, it was nowhere to be found in college freshman Economics 101 and much less in the major media.

Running counter to Warren Mosler’s entrenched call for a “trillion dollar” US coin, for example, Monetary Realism has never been espoused at America’s wealthiest colleges and universities. Mainstream economists not only reject Monetary Realism, they do their best to trash it. So, by 2011, how could academia and Elites counter this new and growing threat to Keynesian dogma? Enter Modern Monetary Theory, MMT, the crowning achievement of Keynesian Neoliberal economic theory.

Let’s first consider the history of the US financial collapse since 2008-2009, just ten years ago. While ten years may seem long, in terms of monetary history ten years is but the blink of an eye. And during this ten-year period, the Federal Reserve and US Treasury engaged in open market operations (POMO quantitative easing), Twist, dealer bank repurchase agreements, and outright theft by TARP 1 & 2 to stabilize the system. Socializing loss while privatizing profit.

The ‘resources’ that the Money Trust employed in 2008-2009 included that of US taxpayers, which has kept the US bank solvency illusion alive ever since. In fact, with its monetary sleight of hand since 2009, the Fed has so impressed those who are « so interested in its profits, or so dependent upon its favours » that they’ve even come up with their own “new” monetary theory that for sure rocks the neighborhood, from New York’s Trump Tower to the upper 60’s.

MMT theorists, usually academics operating on behalf of major colleges and universities, tend to look at the US monetary system as a discrete entity, and in isolation. MMT academics believe that the status of the US dollar (USD) as global reserve currency is forever established, and that the USD will never be challenged or marginalized in currency markets. Another MMT rule is the hyper-Keynesian view that gold is a useless relic which should populate landfills and not Central Banks; that gold plays no part in world trade, and that gold is not used as collateral for sovereigns or by Central banks. MMT theorists assert that the gold Carry Trade only serves as a commodity trade because gold is not a monetary metal. To the MMT extremist, gold is far less useful than milk, cheese, or toothpaste: gold is not a monetary metal.

The next MMT postulate is their noble assertion that MMT is only about reducing unemployment. We can argue the hedge fund manager’s position, that the far less than 1% prefer to see their inflationary dollars blown up on a battlefield in Syria or Afghanistan (to benefit Lockheed Martin and General Dynamics of course) or that the Money Trust types prefer to see their inflationary dollars blown up in a fine art auction, or cached in physical gold. But for academic Elites and the political class to have their inflationary dollars blown up by the poor and by the unemployed? That certainly would never do.

Alas, separate papers could be written to refute all the foregoing MMT grounds, but let’s prima facie take MMT and its ivory tower academia postulates as given, and give a pass on all above.

Modern Monetary Theory (MMT)

Using the Steve Forbes (1) flavor of MMT as a baseline:

The federal government can print its own money.

It can and should… but doesn’t. The above modern money point as it stands is not only false, but a bald-faced lie. Now, assuming at least one cash note exists in your wallet, take it out and have a look at the heading on its face, at the top – what is written there? ‘Federal Reserve Note’ – not ‘United States Note’. While that distinction may seem fine, it is exceedingly important and at the heart of all academic MMT duplicity. Indeed, the US Treasury out-sourced paper money-printing to the Federal Reserve by 1914, and the Federal Reserve has maintained its paper money-printing monopoly and private 10% skim on all related public debt, ever since.

But MMT adherents argue that the Fed is a branch of the Federal government, that the Chairman and its Board are federal employees, and that the Federal Reserve only acts on behalf of the US Treasury. But when top echelon Treasury and private Federal Reserve bankers inter-pollinate, the point is debatable. Regardless of that, all Federal Reserve banks are privately-owned corporations, and they cream off 10% of US public debt for their own private profit. (2) If any Economics professor at Stony Brook or anywhere else instructs you otherwise, it’s time to have their vetting very closely examined.

The Federal Government (US Treasury) pays back its debt by issuing more debt.

That’s true, however MMT theory departs from Monetary Realism when MMT’s Keynesians insist that the US Treasury can infinitely create new debt to pay off the old debt, where infinity is a very big number. Even so, MMT theory fails there too. That’s because the US “debt ceiling” limits the amount of new debt that the Treasury may issue, and the US debt ceiling has not been abolished… yet.

Monetary Realists say that the debt ceiling is necessary to impose fiscal and monetary restraint, while MMT theory says that the ceiling is pointless and is now a ‘useless relic’ just like gold. Granted, a ceiling is not a ceiling when it is not a ceiling… and is a political football instead. To that extent, MMT has won the day since the debt ceiling was just suspended for two years, until July of 2021. That’s probably the first step to suspending the debt ceiling altogether (3) and one key to understanding MMT. Because that’s the MMT argument: that the currency has zero interest and by extension zero intrinsic value, other than the trust placed in it by the public.

MMT: So what if the private Federal Reserve banks and Fed Primary Dealer Banks cream off the public’s gravy for their own fine art, ever more? It’s a small price to pay so that 2/3rd of the US populace may receive a government check, right? So Lockheed Martin can have its wars while share buybacks keep Wall Street bloated, and ‘economists’ and hedge fund wealth managers can command seven figure salaries…? A small price to pay? No, this author submits that MMT is meant to prolong the unsustainable and accelerated shift in wealth from bottom to top, despite MMT’s avowed benevolence toward the unemployed.

The federal government can’t be forced into bankruptcy.

So? So what. Agreed, there is no circumstance where the federal government will declare itself insolvent. That’s because the US government can always demand Federal Reserve notes via infinite government-issued debt to cover the government’s liabilities. No argument there. In a pinch, the Treasury may even issue its own United States Notes (subject for another time) extinguish the Fed’s debt, and perhaps even leverage the Fed Board of Governors fine art collection. But what the MMT author really writes is that the hijinks at the US Treasury will cover for the hijinks at the Federal Reserve, and vice versa. And for ten years that Fed sleight-of-hand has held true, so no argument there either.

Even so, Federal Reserve banks are privately owned corporations in possession of risky assets as well as good ones. Recently the Federal Reserve attempted to make a real profit (not its usual fake profit built on cascading Treasury-issued debt and REPO’s managed by the Fed) by selling some of its better assets, purchased after the US financial collapse of 2008-2009; it was the current attempt by the Fed to balance their grossly out-of-balance books. It didn’t work.

Thus, the Fed was forced to end tightening and revert to accommodation (lowering federal fund rates) to an arguable extent where real US fund rates – taking inflation into account – are now negative. The point is that the Federal Reserve must retain real interest rates (taking cpi inflation into account) near zero, or negative, to avoid disaster in perpetuity – just as MMT folks constantly argue.

True too, if a Federal Reserve Bank did collapse under the weight of its bad assets, the bank would be bailed out, and the loss swept under the carpet by the Fed’s own unique accounting rules, while MMT maintains that state of affairs must continue forever. Well, the Fed chicanery has continued for ten years now, but this author’s argument is that ten years is not forever, and that the US cannot maintain itself as global financial hegemon forever as MMT states.

We can afford any social program we want… or can we?

MMT enthusiast Harvey writes, “I don’t know a single, solitary MMT scholar who has ever argued this.” Perhaps not, but plenty of politicians advocate for modern money theory and do argue for infinite government spending. Those MMT advocates are as disparate as Elizabeth Warren (Medicare for all) and Trump with his aggressive arms race spending. Well, we can possibly give Trump a pass, since endless spending on new nukes and hypersonic weaponry perhaps does not qualify as being a ‘social program’!

And note how Harvey stresses resources. Since when have real resources mattered to modern monetary theory when ‘resources’ can be made up by more corporate conglomeration and financialization? Or at the far end, by simply leaning on the US taxpayer? Oh, except for hyper-wealthy taxpayers, of course. But what if a Fed bank were to implode? Where would Harvey’s ‘resources’ come from then, to fix that? Don’t worry, we already know – the resources are you and me — just as in the US financial collapse of 2008. Dodd-Frank even tells us so.

Modern Money Theory Summarized

To paraphrase and embellish Assistant Professor of Economics at Florida Atlantic University, William Luther, MMT may be (somewhat!) summarized thus:

If the economy is underproducing, the government can improve matters by spending.
A sovereign government is a unique entity unlike any other and can always issue money to cover its debt, it can never run out of money, not even Zimbabwe. (added Zimbabwe – ed.)
Government spending gets idle resources into production, so creating money to stimulate that production will not generate undesirable inflation.
Given all of the above the US government should run ever larger deficits.
Zero or negative interest rates can be maintained in perpetuity without damage to the currency, or induced inflation. (added point 5 – ed)
You can’t make this stuff up. (added point 6 too! – ed)

Does the above have a familiar ring? However, MMT is far more than souped-up Keynesian dogma. MMT includes elements of the Free Silver Movement which was a truly noble movement eventually checkmated by government funding for war. MMT also includes outright theft (grifters) and even a noble element or two harking back to the long lost Independent Treasury. So never mind the seven figure academics who sanctimoniously argue the economic sanctity of their MMT points in arcane and obfuscated language, this system intends to keep you fat and happy so long as the grifters are in charge… and no one can yet say how long that will be.

In this case, John T Harvey, professor of economics at Texas Christian University

The word ‘profit’ is something of a misnomer, since the profit related to Fed skimming off the top does not really count as profit, it’s more like grifters.

Interestingly, the macro Repo events of massive Fed injections of capital rose markedly at this time.

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

4 commentaires

  1. Thanks for posting and translation!

  2. Le Merveilleux Magicien de la Monnaie : Le MMT, une réfutation de la théorie monétaire moderne – Par Steve Brown

    « Ceux qui comprennent le système seront soit tellement intéressés par ses profits, soit tellement dépendants de ses faveurs, qu’il n’y aura pas d’opposition de la part de cette classe ; tandis que, d’autre part, le grand corps du peuple, mentalement incapable de comprendre les énormes avantages, portera son fardeau sans plainte, et peut-être sans soupçonner que le système lui-même est contraire à leurs intérêts. »

    La citation ci-dessus est parfois attribuée au sénateur John Sherman (auteur de la loi antitrust Sherman rarement appliquée de 1890) dans une lettre qu’il aurait envoyée aux banquiers new-yorkais Ikleheimer, Morton et Vandergould le 25 juin 1863. La lettre de Sherman portait sur la Loi sur les banques nationales de 1863, mais il est plus probable qu’il s’agit d’une citation inventée, de London Punch. Toutefois, même s’il s’agissait d’une plaisanterie, l’auteur était certainement au courant de l’exactitude de la citation.

    En 1890, Sherman – ou London Punch – ne pouvait prévoir l’effondrement financier des États-Unis en 2009. Et d’ici 2010 (avec la crise de la dette qui se profile à l’horizon 2011), la population a réclamé des réponses monétaires et un soulagement de la crise financière américaine qui a fait sortir des millions de personnes de chez elles, et qui a mis de nombreux autres sans-abri dans la rue.

    Avec l’effondrement du système financier américain, un nouveau discours sur le système monétaire est entré dans la conscience publique. Les politiciens réalistes monétaires comme Ron et Rand Paul ont gagné en popularité auprès du public, tandis que le regretté historien monétaire Andrew Gause et les commentateurs du marché comme Mike Maloney, Peter Schiff et Jim Rickard ont tous préconisé le réalisme monétaire et la réforme également. Bien que le réalisme monétaire ait gagné en popularité, il n’était pas présent dans les cours de première année d’économie et beaucoup moins dans les grands médias.

    Contrairement à l’appel lancé par Warren Mosler en faveur d’une pièce américaine de un billion de dollars, par exemple, le réalisme monétaire n’a jamais été adopté dans les collèges et universités les plus riches des États-Unis. Les économistes du courant dominant non seulement rejettent le réalisme monétaire, mais ils font de leur mieux pour le démolir. Alors, d’ici 2011, comment le monde universitaire et les élites pourraient-ils contrer cette menace nouvelle et croissante pour le dogme keynésien ? Entrez dans la Théorie Monétaire Moderne, MMT, le couronnement de la théorie économique keynésienne néolibérale.

    Examinons d’abord l’histoire de l’effondrement financier américain depuis 2008-2009, il y a seulement dix ans. Alors que dix ans peuvent sembler longs, dix ans, en termes d’histoire monétaire, ce n’est qu’un clin d’œil. Au cours de cette période de dix ans, la Réserve fédérale et le Trésor américain ont participé à des opérations d’open market (assouplissement quantitatif POMO), à des opérations Twist, à des opérations de mise en pension par des banques concessionnaires et à des vols directs par TARP 1 et 2 pour stabiliser le système. Socialiser la perte tout en privatisant le profit.

    Les  » ressources  » que le Money Trust a employées en 2008-2009 comprenaient celles des contribuables américains, ce qui a maintenu l’illusion de solvabilité de la banque américaine en vie depuis. En fait, avec son tour de passe-passe monétaire depuis 2009, la Fed a tellement impressionné ceux qui sont  » tellement intéressés par ses profits ou tellement dépendants de ses faveurs  » qu’ils ont même inventé leur propre  » nouvelle  » théorie monétaire qui secoue le quartier, de la Trump Tower de New York aux années 60 supérieures.

    Les théoriciens du TEM, habituellement des universitaires qui travaillent pour le compte de grands collèges et universités, ont tendance à considérer le système monétaire américain comme une entité distincte et isolée. Les universitaires du MMT croient que le statut du dollar américain (USD) en tant que monnaie de réserve mondiale est établi pour toujours et que le USD ne sera jamais remis en question ou marginalisé sur les marchés monétaires. Une autre règle du MMT est l’opinion hyperkeynésienne selon laquelle l’or est une relique inutile qui devrait peupler les décharges et non les banques centrales ; que l’or ne joue aucun rôle dans le commerce mondial, et que l’or n’est pas utilisé comme garantie par les souverains ou les banques centrales. Les théoriciens du MMT affirment que le carry trade de l’or ne sert qu’à échanger des marchandises parce que l’or n’est pas un métal monétaire. Pour l’extrémiste du MMT, l’or est beaucoup moins utile que le lait, le fromage ou le dentifrice : l’or n’est pas un métal monétaire.

    Le prochain postulat du TEM est leur noble affirmation selon laquelle le TEM ne vise qu’à réduire le chômage. On peut argumenter la position du gérant de hedge fund, que les moins de 1% préfèrent voir leurs dollars inflationnistes exploser sur un champ de bataille en Syrie ou en Afghanistan (au profit de Lockheed Martin et de General Dynamics bien sûr) ou que les types Money Trust préfèrent voir leurs dollars inflationnistes exploser dans une enchère d’art, ou être mis en cache en or physique. Mais que les élites académiques et la classe politique voient leurs dollars inflationnistes exploser par les pauvres et les chômeurs ? Cela n’aurait certainement jamais fait l’affaire.

    Hélas, des documents distincts pourraient être rédigés pour réfuter tous les motifs de MMT qui précèdent, mais à première vue, prenons le MMT et ses postulats de l’académie de la tour d’ivoire comme acquis, et donnons une réponse à tout ce qui précède.

    Théorie monétaire moderne (MMT)

    En utilisant Steve Forbes (1) la saveur de MMT comme référence :

    Le gouvernement fédéral peut imprimer son propre argent.

    Il peut et devrait… mais il ne le fait pas. Le point d’argent moderne ci-dessus tel qu’il se présente n’est pas seulement faux, mais un mensonge au visage chauve. Maintenant, en supposant qu’il y a au moins un billet de banque dans votre portefeuille, sortez le et jetez un coup d’œil à l’en-tête, en haut – qu’y a-t-il écrit ? Note de la Réserve fédérale – et non pas « Note des États-Unis ». Bien que cette distinction puisse sembler acceptable, elle est extrêmement importante et au cœur de toute duplicité académique du MMT. En effet, le Trésor américain a externalisé l’impression du papier-monnaie à la Réserve fédérale en 1914, et la Réserve fédérale a maintenu son monopole d’impression du papier-monnaie et le taux d’écrémage privé de 10 % sur toutes les dettes publiques connexes, depuis.

    Mais les partisans du MMT soutiennent que la Fed est une branche du gouvernement fédéral, que son président et son conseil d’administration sont des employés fédéraux et que la Réserve fédérale n’agit qu’au nom du Trésor américain. Mais lorsque les banquiers de l’échelon supérieur du Trésor et les banquiers privés de la Réserve fédérale inter-pollinisent, la question est discutable. Indépendamment de cela, toutes les banques de la Réserve fédérale sont des sociétés privées, et elles écrément 10% de la dette publique américaine pour leur propre profit privé. (2) Si un professeur d’économie de Stony Brook ou d’ailleurs vous donne d’autres directives, il est temps de faire examiner de très près son dossier.

    Le gouvernement fédéral (Trésor américain) rembourse sa dette en émettant davantage de titres.

    C’est vrai, mais la théorie du MMT s’écarte du réalisme monétaire lorsque les keynésiens du MMT insistent pour que le Trésor américain puisse créer à l’infini de nouvelles dettes pour rembourser l’ancienne dette, où l’infini est un très grand nombre. Malgré tout, la théorie du MMT échoue là aussi. C’est parce que le « plafond de la dette » américaine limite le montant de la nouvelle dette que le Trésor peut émettre, et que le plafond de la dette américaine n’a pas encore été aboli… pour le moment.

    Les réalistes monétaires disent que le plafond de la dette est nécessaire pour imposer des restrictions budgétaires et monétaires, tandis que la théorie du MMT dit que le plafond est inutile et est maintenant une  » relique inutile  » tout comme l’or. Certes, un plafond n’est pas un plafond quand il n’est pas un plafond… et c’est plutôt un ballon politique. Dans cette mesure, le MMT a remporté la victoire puisque le plafond de la dette vient d’être suspendu pour deux ans, soit jusqu’en juillet 2021. C’est probablement la première étape pour suspendre complètement le plafond de la dette (3) et l’une des clés pour comprendre le MMT. Parce que c’est l’argument du MMT : que la monnaie n’a aucun intérêt et par extension aucune valeur intrinsèque, autre que la confiance placée en elle par le public.

    MMT : Et si les banques privées de la Réserve fédérale fédérale et les banques de courtage primaire de la Réserve fédérale et de la Fed s’empiffraient de la sauce du public pour leurs propres œuvres d’art, toujours plus ? C’est un petit prix à payer pour que les 2/3 de la population américaine reçoivent un chèque du gouvernement, non ? Ainsi, Lockheed Martin peut avoir ses guerres tandis que les rachats d’actions maintiennent Wall Street gonflé, et les’économistes’ et les gestionnaires de fonds spéculatifs peuvent commander des salaires à sept chiffres… ? Un petit prix à payer ? Non, l’auteur soutient que le MMT vise à prolonger le déplacement insoutenable et accéléré de la richesse de la base vers le sommet, malgré la bienveillance déclarée du MMT envers les chômeurs.

    Le gouvernement fédéral ne peut être acculé à la faillite.

    Alors ? Et alors. D’accord, il n’y a aucune circonstance où le gouvernement fédéral se déclarera insolvable. C’est parce que le gouvernement américain peut toujours exiger des billets de la Réserve fédérale par le biais d’une dette infinie émise par le gouvernement pour couvrir les dettes du gouvernement. Il n’y a aucun doute là-dessus. D’un coup, le Trésor pourrait même émettre ses propres billets des États-Unis (sous réserve d’une autre échéance) pour éteindre la dette de la Fed, et peut-être même tirer parti de la collection d’œuvres d’art du Conseil des gouverneurs de la Fed. Mais ce que l’auteur du MMT écrit vraiment, c’est que les hijinks du Trésor américain couvriront les hijinks de la Réserve fédérale, et vice versa. Et pendant dix ans, ce tour de passe-passe de la Fed s’est avéré vrai, donc il n’y a pas d’argument non plus.

    Malgré cela, les banques de la Réserve fédérale sont des sociétés privées qui possèdent des actifs risqués aussi bien que de bons actifs. Récemment, la Réserve fédérale fédérale a tenté de réaliser un bénéfice réel (et non son profit factice habituel fondé sur une dette émise par le Trésor en cascade et les REPO gérés par la Fed) en vendant certains de ses meilleurs actifs, achetés après l’effondrement financier américain de 2008-2009 ; c’était la tentative actuelle de la Fed pour équilibrer ses comptes manifestement hors bilan. Ça n’a pas marché.

    Ainsi, la Fed a été forcée de mettre fin au resserrement et de revenir à l’accommodement (abaissement des taux des fonds fédéraux) dans une mesure discutable où les taux réels des fonds américains – compte tenu de l’inflation – sont maintenant négatifs. Le fait est que la Réserve fédérale doit maintenir les taux d’intérêt réels (en tenant compte de l’inflation mesurée par l’IPC) près de zéro, ou négatifs, pour éviter une catastrophe à perpétuité – tout comme le soutiennent constamment les gens du MMT.

    Il est vrai aussi que si une banque de la Réserve fédérale s’effondrait sous le poids de ses mauvais actifs, elle serait renflouée et la perte serait balayée sous le tapis par les règles comptables uniques de la Fed, tandis que MMT maintient que l’état des choses doit continuer pour toujours. Eh bien, la chicanerie de la Fed se poursuit depuis dix ans maintenant, mais l’argument de cet auteur est que dix ans n’est pas éternel, et que les États-Unis ne peuvent pas se maintenir comme hégémon financier mondial pour toujours comme le MMT le dit.

    Nous pouvons nous permettre n’importe quel programme social que nous voulons… ou que nous pouvons ?

    Harvey, passionné de MMT, écrit : « Je ne connais pas un seul spécialiste du MMT qui ait jamais argumenté ainsi. » Peut-être pas, mais beaucoup de politiciens plaident en faveur de la théorie moderne de l’argent et plaident en faveur de dépenses gouvernementales infinies. Ces défenseurs du MMT sont aussi disparates qu’Elizabeth Warren (Assurance-maladie pour tous) et Trump avec ses dépenses agressives dans la course aux armements. Eh bien, nous pouvons peut-être donner un laissez-passer à Trump, puisque les dépenses sans fin pour de nouvelles armes nucléaires et des armes hypersoniques ne sont peut-être pas considérées comme un  » programme social  » !

    Et notez comme Harvey met l’accent sur les ressources. Depuis quand les ressources réelles ont-elles de l’importance pour la théorie monétaire moderne alors que les  » ressources  » peuvent être compensées par un conglomérat et une financiarisation des entreprises ? Ou au bout du compte, en s’appuyant simplement sur le contribuable américain ? Oh, sauf pour les contribuables hyper-riches, bien sûr. Mais que se passerait-il si une banque fédérale implosait ? D’où proviendraient alors les  » ressources  » de Harvey, pour régler ce problème ? Ne vous inquiétez pas, nous savons déjà – les ressources sont vous et moi – tout comme lors de l’effondrement financier américain de 2008. Dodd-Frank nous le dit même.

    Résumé de la théorie moderne de la monnaie

    Pour paraphraser et embellir William Luther, professeur adjoint d’économie à la Florida Atlantic University, le MMT peut (en quelque sorte !) être résumé ainsi :

    Si l’économie est sous-productive, le gouvernement peut améliorer la situation en dépensant.
    Un gouvernement souverain est une entité unique en son genre et peut toujours émettre de l’argent pour couvrir sa dette, il ne peut jamais manquer d’argent, pas même au Zimbabwe. (a ajouté Zimbabwe – éd.)
    Les dépenses publiques injectent des ressources inutilisées dans la production, de sorte que la création de fonds pour stimuler cette production ne générera pas d’inflation indésirable.
    Compte tenu de tout ce qui précède, le gouvernement américain devrait enregistrer des déficits toujours plus importants.
    Des taux d’intérêt nuls ou négatifs peuvent être maintenus à perpétuité sans dommage à la monnaie, ni inflation induite. (ajout du point 5 – éd)
    Tu ne peux pas inventer tout ça. (ajout du point 6 aussi ! – ed)

    Est-ce que ce qui précède vous dit quelque chose ? Cependant, le MMT est beaucoup plus qu’un dogme keynésien gonflé. Le MMT comprend des éléments du Mouvement de l’argent libre, un mouvement vraiment noble qui a finalement été étouffé par le financement gouvernemental pour la guerre. Le MMT comprend également le vol pur et simple (escroqueries) et même un ou deux éléments nobles qui rappellent le Trésor indépendant perdu depuis longtemps. Donc, peu importe les sept figures académiques qui soutiennent moralement le caractère sacré économique de leurs points de MMT dans un langage obscur et ésotérique, ce système entend vous garder gros et heureux tant que les fraudeurs sont responsables… et personne ne peut encore dire combien de temps cela va prendre.

    Dans ce cas, John T. Harvey, professeur d’économie à la Texas Christian University.

    Le mot « profit » est un peu mal choisi, car le profit lié à l’écrémage de la Fed n’est pas vraiment considéré comme un profit, c’est plutôt comme des escrocs.

    Il est intéressant de noter que les événements macro Repo d’injections massives de capitaux par la Fed ont augmenté de façon marquée à cette époque.

    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de  » Iraq : the Road to War  » (Sourcewatch), éditeur de  » Bush Administration War Crimes in Iraq  » (Sourcewatch)  » Trump’s Limited Hangout  » et  » Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques des fiducies monétaires depuis 1913 « . Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, Fort Russ News et Strategika51.
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.