Archives mensuelles : novembre 2019

Une partie sensible d’un missile Tamer du système Dôme de fer israélien capturée à Gaza

EJUVq6ZUYAEnIMf.jpeg

Une partie sensible du missile “Tamer” du système antibalistique Dôme de fer israélien est tombé quasiment intact à Gaza où il a été récupéré. La partie électronique du missile constitue une mine d’information pour la conception et le perfectionnement de systèmes C-RAM (Contre-artillerie) mais également l’élaboration de contres-mesures à ce type de système d’arme.

Le missile Tamer du système Dôme de fer, est un dispositif Sol-Air de défense anti-roquettes adapté pour neutraliser les roquettes et les obus d’artillerie de 155 mm dans un rayon de 70 kilomètres dans toutes les conditions climatiques possibles, incluant le brouillard, le vent de sable et la pluie.

Israël a visé avec des missiles un des dirigeants du Djihad Islamique (DI) a Al-Chujayya dans l’est de l’enclave assiégée de Gaza, déclenchant un barrage de roquettes en provenance de Gaza. Peu de temps après un autre dirigeant du groupe est visé dans sa résidence dans le quartier diplomatique de Damas via un jeu installé sur le smartphone de son fils mais la frappe échoue à neutraliser la cible mais tue son fils et sa femme.

En représailles le Djihad Islamique lance des roquettes sur toutes les colonies israéliennes et Tel-Aviv, amenant les israéliens a faire un usage massif de leurs systèmes ABM et C-RAM lesquels ont tous subi de très importants perfectionnements.

Le reverse engineering est toujours dopé par les conflits. Celui de Gaza ne fait nullement exception à cette règle.

La Turquie commence l’expulsion par voie aérienne des terroristes de Daech vers leurs pays d’origine

La Turquie a commencé les opérations d’expulsion de détenus étrangers de Daech vers leur pays d’origine.

La première opération a concerné un terroriste de nationalité américaine, suivi de sept terroristes de nationalité allemande. La prochaine opération concernera onze terroristes de nationalité française.

D’un point de vue technique, ces rapatriements sont légaux mais le pays destinataires peut refuser le débarquement de ses ressortissants envoyés guerroyer au Levant dans le cadre de la stratégie de changement de régime et de l’expansion du chaos, plus particulièrement en Syrie.

Verra t-on une partie de ping-pong par avion entre la Turquie et “ses partenaires” de l’Otan sur le sort de ces “mercenaires” recrutés ou manipulés par les services spéciaux d’un nouveau Gladio qui a piètrement échoué en Syrie?

Cette éventualité risque de fortement déplaire à une jeune égérie suédoise du climat business.

Une base militaire russe dans le nord-est de la Syrie

Les hélicoptères russes survolant depuis quelque temps le nord-est de la Syrie confirment des informations selon lesquelles la Russie est en train de construire au moins une base militaire sur la rive droite de l’Euphrate. Cette information sur la la localisation est à prendre avec caution. Il existe déjà des postes militaires russes sur la rive gauche de ce fleuve.

Le déploiement russe dans le nord-est de la Syrie répond à un impératif stratégique et s’inscrit dans le cadre d’une stratégie nouvelle. Après avoir sécurisé la Syrie occidentale à l’exception de la province rebelle d’Idleb, Moscou compte aider Damas à restaurer son autorité dans le nord-est où les YPG kurdes servent de prétexte à une présence militaire US/Otan totalement illégale au regard du Droit international. Washington a eu le mérite de reconnaître que sa présence en Syrie est motivée par l’accaparation de sites pétroliers syriens pour financer ses propres opérations clandestines avec l’appui des auxiliaires kurdes.

La Turquie a justifié sa présence militaire en Syrie par la présence d’autres forces étrangères dans ce pays et conditionné le départ de ses forces par le retrait des autres forces étrangères. Washington a redéployé des forces vers l’Irak avant d’envoyer 800 militaires surveiller les sites de production d’énergie fossile en Syrie orientale pour “s’assurer que les revenus du pétrole syriens aillent dans les poches des chefs des milices kurdes corrompus” (une forme d’autofinancement d’une Opex en fin de compte). Moins médiatisées, les forces des autres pays de l’Otan ne font que du suivisme sans aucune réflexion. Elles ne peuvent survivre en Syrie sans le parapluie défensif US. D’où la confusion ayant suivi l’annonce du Président Trump d’un vrai faux retrait militaire US de Syrie.

La situation en Syrie ne ressemble ni à un jeu de Dames ou à un jeu d’échecs mais s’apparente bien à une immense partie de go.

Nota:

Notre adresse électronique unit501@protonmail.com semble compromise et non fonctionnelle depuis une semaine.

Pour le président Assad de Syrie, Les éliminations de James Le Mesurier, Jeffrey Epstein, Oussama Benladen et Abou Bakr Al-Baghdadi sont intiment liées

Pour Assad, le milliardaire américain Jeffrey Epstein ne s’est pas suicidé en prison mais a bel et bien été éliminé pour éviter qu’il ne divulgue des secrets sur les régimes US et britanniques.

Première réaction et révélation plus que surprenante du Président de la République Arabe de Syrie Bashar Al-Assad sur la mort fort suspecte du maître espion britannique James Le Mesurier à Istanbul: le fondateur des Casques Blancs syriens James Le Mesurier pourrait avoir été liquidé par des agents secrets sur instruction de la CIA ou avec la participation directe de cette dernière. Ce n’est pas tout. Bashar Al-Assad lance sa véritable bombe atomique en soulignant fort subtilement que la mort de Le Mesurier est intrinsèquement liée à celle du financier et philanthrope US Jeffrey Epstein, l’ex-dirigeant d’Al-Qaïda Oussama Benladen et le chef autoproclamé de Daech Abou Bakr Al-Baghdadi!

Pour Assad, le milliardaire US Jeffrey Epstein ne s’est pas suicidé en prison mais a été éliminé par des professionnels de la liquidation physique. Il en est de même pour L’espion britannique James Le Mesurier. Concernant ce dernier, Assad accuse nommément la CIA et le MiT de l’avoir neutralisé pour le faire taire à tout jamais.

L’affaire Jeffrey Epstein a profondément ébranlé les fondations du Deep State US et a failli éclabousser Israël, le Royaume Uni et bien d’autres pays. Epstein était l’un des rares personnes à pouvoir divulguer les noms des commanditaires réels des fausses attaques du 11 septembre 2001.