Les hélicoptères russes survolant depuis quelque temps le nord-est de la Syrie confirment des informations selon lesquelles la Russie est en train de construire au moins une base militaire sur la rive droite de l’Euphrate. Cette information sur la la localisation est à prendre avec caution. Il existe déjà des postes militaires russes sur la rive gauche de ce fleuve.

Le déploiement russe dans le nord-est de la Syrie répond à un impératif stratégique et s’inscrit dans le cadre d’une stratégie nouvelle. Après avoir sécurisé la Syrie occidentale à l’exception de la province rebelle d’Idleb, Moscou compte aider Damas à restaurer son autorité dans le nord-est où les YPG kurdes servent de prétexte à une présence militaire US/Otan totalement illégale au regard du Droit international. Washington a eu le mérite de reconnaître que sa présence en Syrie est motivée par l’accaparation de sites pétroliers syriens pour financer ses propres opérations clandestines avec l’appui des auxiliaires kurdes.

La Turquie a justifié sa présence militaire en Syrie par la présence d’autres forces étrangères dans ce pays et conditionné le départ de ses forces par le retrait des autres forces étrangères. Washington a redéployé des forces vers l’Irak avant d’envoyer 800 militaires surveiller les sites de production d’énergie fossile en Syrie orientale pour « s’assurer que les revenus du pétrole syriens aillent dans les poches des chefs des milices kurdes corrompus » (une forme d’autofinancement d’une Opex en fin de compte). Moins médiatisées, les forces des autres pays de l’Otan ne font que du suivisme sans aucune réflexion. Elles ne peuvent survivre en Syrie sans le parapluie défensif US. D’où la confusion ayant suivi l’annonce du Président Trump d’un vrai faux retrait militaire US de Syrie.

La situation en Syrie ne ressemble ni à un jeu de Dames ou à un jeu d’échecs mais s’apparente bien à une immense partie de go.

Nota:

Notre adresse électronique unit501@protonmail.com semble compromise et non fonctionnelle depuis une semaine.

Publicités

5 commentaires


  1. Par exemple !!
    Réellement, pourquoi ; les russes, les iraniens, les libanais, qui eux, ont tous étés invités par le président Bachar el Assad a venir foulés le territoire syrien, contrairement aux yankees, aux turcs, aux français aux anglais et autres coalisés.
    Les raisons de chacun, que sont elles ?
    L’intelligence ne dépend pas de la génétique mais de l’aptitude à utiliser pleinement les possibilités de notre esprit.

    L’important est la façon dont nous traitons et organisons les informations, dont nous interprétons nos expériences, et plus globalement, la façon dont nous nous représentons la réalité.

    Pensons par soi-même.
    Ne pas faire son jugement en fonction de celui des autres, et ne pas prendre pour argent comptant ce qui est dit ou suggéré par les médias, la publicité, les responsables politiques.
    Faites usage de votre libre-arbitre et de votre discernement.
    Posez-vous toujours la question de savoir ce que VOUS pensez, en fonction de votre vision et de ce que vous ressentez réellement.
    Tout en étant simultanément ouvert et tolérant vis à vis des autres visions ou perceptions.
    Celui dont l’esprit ne produit aucune pensée autonome et ne contient rien d’autre que ce qu’on y a déversé est pour ainsi dire « sans valeur ajoutée ». Fonctionnellement, ce n’est qu’un « récipient ».

  2. Pourquoi ne pas organiser Koh Lanta dans le nord est de la Syrie ?

    Voilà une bonne application du fameux « Grand jeu » pour les attardés nostalgiques des petits chars d’assaut et avions en modèle réduit.

    Centre de recherche en psycho-pathologie de la domination et du complot permanent Michel Dakar.

    1. Author

      Effectivement c’est une idée assez intéressante en l’état mais il y a déjà un grand jeu en cours et il paraît que les participants ne s’ereintent pas trop à condition de garder un espace suffisant avec l’adversaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.