Les logiciels israéliens utilisés sur les Palestiniens produisent de nouvelles cyberarmes qui s’intègrent rapidement dans les plateformes numériques mondiales.

Les armes de l’ère numérique mises au point par Israël pour opprimer les Palestiniens sont rapidement réaffectées à des applications beaucoup plus larges – contre les populations occidentales qui ont longtemps considéré leurs libertés comme acquises.

Le statut d’Israël en tant que « pays startup » a été établi il y a des décennies. Mais sa réputation d’innovation en haute technologie a toujours dépendu d’un côté sombre, qui devient de plus en plus difficile à ignorer.

Il y a quelques années, l’analyste israélien Jeff Halper a averti qu’Israël avait joué un rôle central dans la fusion des nouvelles technologies numériques avec l’industrie de la sécurité intérieure. Le danger était que nous devenions tous progressivement des Palestiniens.

Israël, a-t-il noté, a traité les millions de Palestiniens sous son régime militaire irresponsable, comme des cobayes dans des laboratoires en plein air. Ils ont servi de banc d’essai pour le développement non seulement de nouveaux systèmes d’armes classiques, mais aussi de nouveaux outils de surveillance et de contrôle de masse.

Comme l’a fait remarquer un récent rapport dans Haaretz, l’opération de surveillance menée par Israël contre les Palestiniens est « l’une des plus importantes du genre dans le monde. Il comprend la surveillance des médias, des médias sociaux et de la population dans son ensemble« .

Le commerce de Big Brother

Mais ce qui a commencé dans les territoires occupés n’allait jamais rester en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza. Il y avait tout simplement trop d’argent et d’influence à gagner d’un commerce de ces nouvelles formes hybrides de technologie numérique offensive.

Aussi minime soit sa taille, Israël a longtemps été un leader mondial dans un commerce d’armes extrêmement lucratif, vendant aux régimes autoritaires du monde entier ses systèmes d’armes comme « testés sur le champ de bataille » sur les Palestiniens.

Ce commerce de matériel militaire est de plus en plus éclipsé par un marché de logiciels belligérants : des outils de cyberguerre.

Ces armes du nouvel âge sont très demandées par les États, non seulement contre les ennemis extérieurs, mais aussi contre la dissidence interne des citoyens et des observateurs des droits de l’homme.

Israël peut à juste titre prétendre être ici une autorité mondiale, contrôlant et opprimant les populations sous son autorité. Mais il a tenu à ne pas laisser ses empreintes sur une grande partie de cette nouvelle technologie Big Brother, en sous-traitant le développement de ces cyber-outils à des diplômés de ses fameuses unités de sécurité et de renseignement militaire.

Néanmoins, Israël sanctionne implicitement ces activités en fournissant à ces entreprises des licences d’exportation – et les plus hauts responsables de la sécurité du pays sont souvent étroitement associés à leur travail.

Tensions avec la Silicon Valley

Une fois l’uniforme enlevé, les Israéliens peuvent tirer profit des années d’expérience acquises en espionnant les Palestiniens en créant des sociétés qui développent des logiciels similaires pour des applications plus générales.

Les applications utilisant une technologie de surveillance sophistiquée provenant d’Israël sont de plus en plus courantes dans notre vie numérique. Certains ont été utilisés à des fins relativement bénignes. Waze, qui suit les embouteillages, permet aux chauffeurs d’atteindre les destinations plus rapidement, tandis que Gett jumelle les clients avec les taxis à proximité via leur téléphone.

L’application Waze est très utilisée en Asie du sud-est
L’application Gett se présente comme une meilleure alternative à Uber.
Viber à l’origine est une pure création de l’unité 8200 israélienne avant son rachat par Rakuten. Son usage massif dans le monde arabe a servi au profilage de millions de personnes d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Mais certaines des technologies les plus secrètes produites par les développeurs israéliens se rapprochent beaucoup plus de leur format militaire d’origine.

Pegasus du Groupe israélien NSO est un très puissant outil d’espionnage des appareils fonctionnait sous Android ou iOS. Il est actuellement utilisé par de nombreux gouvernements (Arabie Saoudite, UAE, Inde, Maroc, etc) pour espionner leurs opposants.

Ces logiciels sont vendus à la fois aux pays qui souhaitent espionner leurs propres citoyens ou des États rivaux, et aux entreprises privées qui souhaitent se démarquer de leurs concurrents ou mieux exploiter et manipuler leurs clients à des fins commerciales.

Facebook est la consécration des efforts de cyber espionnage de l’unité 8200 pour créer l’application ultime en matière d’espionnage massif des populations. Sa création a été déguisée par une histoire à dormir debout à Harvard et attribué à Marc Zuckerberg, un fervent partisan d’Israël.
L’application Musketeers

Une fois incorporés dans des plateformes de médias sociaux comptant des milliards d’utilisateurs, ces logiciels espions offrent aux organismes de sécurité de l’État une portée potentiellement quasi mondiale. C’est ce qui explique la relation parfois tendue entre les entreprises de technologie israéliennes et la Silicon Valley, qui s’efforce de prendre le contrôle de ces malwares, comme le montrent deux exemples récents et contrastés.

Kit d’espionnage pour téléphone portable

En signe de tension, WhatsApp, une plateforme de médias sociaux appartenant à Facebook, a intenté la première action en justice de ce type devant un tribunal californien la semaine dernière contre NSO, la plus grande société de surveillance d’Israël.

WhatsApp accuse NSO de cyberattaques. En seulement deux semaines et jusqu’au début du mois de mai, NSO aurait examiné les téléphones mobiles de plus de 1 400 utilisateurs dans 20 pays.

Le logiciel espion de NSO, connu sous le nom de Pegasus, a été utilisé contre des militants des droits humains, des avocats, des chefs religieux, des journalistes et des travailleurs humanitaires. Reuters a révélé la semaine dernière que de hauts responsables d’alliés US avaient également été pris pour cible par NSO.

Après avoir pris en charge le téléphone de l’utilisateur à son insu, Pegasus copie les données et allume le microphone pour la surveillance. Le magazine Forbes l’a décrit comme le « kit d’espionnage mobile le plus invasif au monde« .

NSO a octroyé des licences d’utilisation du logiciel à des dizaines de gouvernements, dont d’éminents régimes violant les droits de l’homme comme l’Arabie Saoudite, Bahreïn, les Émirats Arabes Unis, le Kazakhstan, le Mexique et le Maroc.

L’organisation Amnesty International s’est plainte du fait que son personnel fait partie des personnes ciblées par les logiciels espions des services nationaux de statistique. Elle soutient actuellement une action en justice contre le gouvernement israélien.

Liens avec les services de sécurité israéliens

NSO a été fondée en 2010 par Omri Lavie et Shalev Hulio, tous deux diplômés de l’Unité 8200 de renseignement militaire israélienne.

En 2014, les dénonciateurs ont révélé que l’unité espionnait régulièrement des Palestiniens, fouillant leurs téléphones et ordinateurs à la recherche de preuves d’irrégularités sexuelles, de problèmes de santé ou de difficultés financières qui pourraient servir à les pousser à collaborer avec les autorités militaires israéliennes.

Les soldats ont écrit que les Palestiniens étaient « entièrement exposés à l’espionnage et à la surveillance des services de renseignements israéliens. Elle est utilisée pour la persécution politique et pour créer des divisions au sein de la société palestinienne en recrutant des collaborateurs et en poussant certaines parties de la société palestinienne contre elle-même« .

Malgré la délivrance de licences d’exportation par les autorités israéliennes à NSO, le ministre israélien Zeev Elkin a nié la semaine dernière « l’implication du gouvernement israélien » dans le piratage de WhatsApp. Il a déclaré à la radio israélienne : « Tout le monde comprend qu’il ne s’agit pas de l’État d’Israël« .

Suivi par des caméras

La semaine même où WhatsApp a intenté son action en justice, la chaîne de télévision US NBC a révélé que la Silicon Valley est néanmoins désireuse d’atteindre les jeunes entreprises israéliennes profondément impliquées dans les abus liés à l’occupation.

Microsoft a investi massivement dans AnyVision pour développer une technologie sophistiquée de reconnaissance faciale qui aide déjà l’armée israélienne à opprimer les Palestiniens.

Les liens entre AnyVision et les services de sécurité israéliens sont à peine cachés. Son conseil consultatif comprend Tamir Pardo, ancien directeur de l’agence d’espionnage du Mossad en Israël. Le président de l’entreprise, Amir Kain, était auparavant à la tête de Malmab, le département de la sécurité du Ministère de la Défense.

Le logiciel principal d’AnyVision, Better Tomorrow, a été surnommé « Occupation Google » parce que la société affirme qu’elle peut identifier et suivre n’importe quel Palestinien en cherchant dans les images du vaste réseau de caméras de surveillance de l’armée israélienne dans les territoires occupés.

Grave préoccupation

Malgré des problèmes éthiques évidents, l’investissement de Microsoft suggère qu’il pourrait viser à intégrer le logiciel dans ses propres programmes. Cela a suscité de vives inquiétudes parmi les groupes de défense des droits de l’homme.

MICROSOFT WINDOWS 10 a été interdit par les services gouvernementaux d’une quarantaine de pays dans le monde en raison de son extrême dangerosité pour la vie privée des personnes.

Shankar Narayan de l’Union US pour les Libertés Civiles a mis en garde contre un avenir bien trop familier aux Palestiniens vivant sous la domination israélienne :

« L’utilisation généralisée de la surveillance faciale renverse le principe de la liberté et vous commencez à devenir une société où chacun est suivi, quoi qu’il fasse, tout le temps« , a déclaré Narayan à NBC.

« La reconnaissance faciale est peut-être l’outil le plus parfait pour un contrôle total du gouvernement dans les espaces publics« .

Selon Yael Berda, chercheur à l’Université de Harvard, Israël tient une liste de quelque 200 000 Palestiniens en Cisjordanie qu’il veut sous surveillance 24 heures sur 24. Des technologies comme celles d’AnyVision sont considérées comme essentielles pour garder ce vaste groupe sous surveillance constante.

Un ancien employé d’AnyVision a dit à NBC que les Palestiniens étaient traités comme dans un laboratoire.

« Cette technologie a été testée sur le terrain dans l’un des environnements de sécurité les plus exigeants au monde et nous sommes en train de l’étendre au reste du marché« , a-t-il déclaré.

L’ingérence dans les élections

Le gouvernement israélien lui-même s’intéresse de plus en plus à l’utilisation de ces technologies d’espionnage aux États-Unis et en Europe, car son utilisation est devenue le sujet de controverse et de surveillance dans le discours politique dominant.

Au Royaume-Uni, le changement du climat politique a été mis en évidence par l’élection de Jeremy Corbyn, un militant pro-palestinien de longue date des droits de l’homme, à la tête du Parti Travailliste d’opposition. Aux États-Unis, un petit groupe de législateurs qui soutiennent visiblement la cause palestinienne est récemment entré au Congrès, dont Rashida Tlaib, la première femme palestino-étasunienne à occuper ce poste.

Plus généralement, Israël craint le mouvement florissant de solidarité internationale BDS (boycott, désinvestissement et sanctions), qui appelle à un boycott d’Israël – sur le modèle de celui contre l’apartheid en Afrique du Sud – jusqu’à ce qu’il cesse d’opprimer les Palestiniens. Le mouvement BDS s’est fortement développé sur de nombreux campus US.

En conséquence, les cyber-entreprises israéliennes ont été de plus en plus attirées par les efforts visant à manipuler le discours public sur Israël, notamment apparemment en s’ingérant dans des élections étrangères.

« Mossad privé à engager »

Deux exemples notoires de ces entreprises ont brièvement fait les gros titres. Le groupe Psy, qui se présente comme un « Mossad privé à engager« , a été dissous l’année dernière après que le FBI ait commencé son enquête pour ingérence dans l’élection présidentielle US de 2016. Son « Projet Papillon », selon le New Yorker, visait à « déstabiliser et perturber les mouvements anti-israéliens de l’intérieur« .

La société Black Cube, quant à elle, a été exposée l’année dernière à une surveillance hostile de membres influents de l’administration US précédente, sous Barack Obama. Elle semble étroitement liée aux services de sécurité israéliens, et a été pour un temps située sur une base militaire israélienne.

Interdit par Apple

D’autres entreprises israéliennes cherchent à brouiller la distinction entre espace privé et espace public.

Onavo, une société israélienne de collecte de données créée par deux vétérans de l’Unité 8200, a été acquise par Facebook en 2013. Apple a banni son application VPN l’année dernière en raison de révélations selon lesquelles elle fournissait un accès illimité aux données des utilisateurs.

Le Ministre israélien des Affaires Stratégiques, Gilad Erdan, qui mène une campagne secrète pour diaboliser les militants du BDS à l’étranger, a rencontré régulièrement une autre entreprise, Concert, l’année dernière, selon un rapport publié dans Haaretz. Ce groupe clandestin, qui est exempté des lois israéliennes sur la liberté d’information, a reçu environ 36 millions de dollars de financement du gouvernement israélien. Ses directeurs et ses actionnaires sont un « who’s who » de l’élite israélienne de la sécurité et du renseignement.

Une autre grande entreprise israélienne, Candiru, doit son nom à un petit poisson amazonien qui est réputé pour envahir secrètement le corps humain, où il devient un parasite. Candiru vend ses outils de piratage informatique principalement aux gouvernements occidentaux, bien que ses opérations soient entourées de secret.

Son personnel provient presque exclusivement de l’Unité 8200. Signe de l’étroitesse des liens entre le public et les technologies secrètes que les entreprises israéliennes ont développées, Eitan Achlow, directeur général de Candiru, dirigeait auparavant Gett, l’application de service de taxi.

L’avenir dystopique

L’élite israélienne de la sécurité tire profit de ce nouveau marché de la cyberguerre, exploitant – tout comme elle l’a fait avec le commerce des armes classiques – une population palestinienne captive et prête à tout, sur laquelle elle peut tester sa technologie.

Il n’est pas surprenant qu’Israël se normalise progressivement dans les pays occidentaux avec des technologies envahissantes et oppressives que les Palestiniens connaissent depuis longtemps.

Les logiciels de reconnaissance faciale permettent un profilage racial et politique toujours plus sophistiqué. La collecte de données secrètes et la surveillance brisent les frontières traditionnelles entre l’espace privé et l’espace public. Et les campagnes de dénigrement qui en résultent facilitent l’intimidation, la menace et l’affaiblissement de ceux qui sont en désaccord ou qui, comme la communauté des droits humains, tentent de demander des comptes aux puissants.

Si cet avenir dystopique se poursuit, New York, Londres, Berlin et Paris ressembleront de plus en plus à Naplouse, Hébron, Jérusalem-Est et Gaza. Et nous en viendrons tous à comprendre ce que cela signifie de vivre dans un état de surveillance engagé dans une cyberguerre contre ceux qu’il gouverne.

Jonathan Cook

Lien original ici

Traduit en français par Réseau International

Publicités

7 commentaires

  1. This is a great article, with most of the companies listed here. An interesting company is Concert which probably planted the spy devices found near the white house in washington. There is one advantage to the spread of disinformation… gradually there is so much disinformation, fake conspiracies, or just lists of trigger words, also modified, etc, that these agencies get bogged down in their own intercepts.

    But the worst part is the cracking of encryption codes which seems to be what NSO is concentrating on. Here is what Shalev Hulio said: « The truth is that strongly encrypted platforms are often used by pedophile rings, drug kingpins and terrorists to shield their criminal activity. Without sophisticated technologies, the law enforcement agencies meant to keep us all safe face insurmountable hurdles. NSO’s technologies provide proportionate, lawful solutions to this issue. » If that statement does not outrage everyone, there is very little hope.

    1. traduction du post ci-dessus :
      C’est un excellent article, avec la plupart des entreprises listées ici. Une compagnie intéressante est Concert qui a probablement planté les dispositifs d’espionnage trouvés près de la Maison Blanche à Washington. Il y a un avantage à la diffusion de la désinformation… graduellement, il y a tellement de désinformation, de fausses complots, ou simplement des listes de mots déclencheurs, également modifiés, etc. que ces agences s’enlisent dans leurs propres interceptions.

      Mais le pire, c’est le décryptage des codes de cryptage qui semble être l’objet de l’attention des services nationaux de statistique. Voici ce que Shalev Hulio a dit : « La vérité est que les plateformes fortement cryptées sont souvent utilisées par les réseaux pédophiles, les barons de la drogue et les terroristes pour protéger leur activité criminelle. En l’absence de technologies sophistiquées, les organismes d’application de la loi voulaient que nous soyons tous en sécurité face à des obstacles insurmontables. Les technologies des NSO apportent des solutions proportionnées et légales à cette question. « Si cette déclaration ne choque pas tout le monde, il y a très peu d’espoir.

  2. Idem est que le post précédent du même anonyme du 93. Cette loi de Debord est en quelque sorte l’équivalent de la loi de baisse tendentielle du taux de profil établie par Marx :
    « La surveillance pourrait être beaucoup plus dangereuse si elle n’avait été poussée, sur le chemin du contrôle absolu de tous, jusqu’à un point où elle rencontre des difficultés venues de ses propres progrès. Il y a contradiction entre la masse des informations relevées sur un nombre croissant d’individus, et le temps et l’intelligence disponibles pour les analyser ; ou tout simplement leur intérêt possible. L’abondance de la matière oblige à la résumer à chaque étage : beaucoup en disparaît, et le restant est encore trop long pour être lu. La conduite de la surveillance et de la manipulation n’est pas unifiée. Partout en effet, on lutte pour le partage des profits ; et donc aussi pour le développement prioritaire de telle ou telle virtualité de la société existante, au détriment de toutes ses autres virtualités qui cependant, et pourvu qu’elles soient de la même farine, sont tenues pour également respectables. (…) C’est à partir de telles conditions de son exercice que l’on peut parler d’une tendance à la rentabilité décroissante du contrôle, à mesure qu’il s’approche de la totalité de l’espace social, et qu’il augmente conséquemment son personnel et ses moyens. Car ici chaque moyen aspire, et travaille, à devenir une fin. La surveillance se surveille elle-même et complote contre elle-même. » (Commentaires sur la société du spectacle, Gérard Lebovici, p.89-92)

  3. que dire? Est-réserve aux seuls israeliens ce genre d’activite ?

    1. Author

      Ils sont les premiers au niveau mondial dans ce genre d’activités. C’est eux qui s’insèrent dans les élections US et autres. Ils manipulent les statistiques et imposent les sondages.

  4. très bon article; déjà il y a plus de 15 ans en lisant le gros livre « L’oeil de l’Amérique » traduit de l’américain, écrit par l’inventeur initial d’Oracle qui y raconte comment il s’est fait voler son logiciel en développement (pour le mInistère US de la Justice) par les services isr. via une coopération entre ministères de la justice US et Isr., on comprenait clairement que les dits services isr. mettaient dans une même base de données toutes les données de factures (eau, électricité, tél…) des palestiniens et les analysaient par algorithme afin de détecter de événements « suspects »: par ex. si la conso d’eau augmente c’est que le ménage a accueilli quelqu’un, et si la conso de tél n’augmente pas c’est qu’il se méfie etc.. Très instructif, mais on n’en a peu parlé alors. L’auteur raconte qu’à partir de la société canadienne créée par les dits services pour exploiter le logiciel volé et développé, il a été vendu à la Libye vers 1984-5, puis à la Jordanie vers 1986 avec une recommandation de la Libye!. Et en l’installant pour les services jordaniens, les services isr sous couvert canadien. se sont arrangés pour dériver un cable vers une villa louée par eux, et un disque dur était transféré vers eux régulièrement discrètement via le pont Allenby, et alors ils s’en servaient pour fournir aux services US des infos de bonne source, en fait de source jordanienne, quitte à les manipuler un peu si besoin….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.