Trump’s policy of appeasing the Israeli lobby dates to his original courtship of evangelical voters and Israeli mega-donors during his 2016 campaign.

Since his election Trump has:

  1. Imposed a « Muslim ban » preventing nationals from Iran, Iraq, Libya, Somalia, Syria, Sudan, and Yemen from entering the United States
  2. Closed the Palestinian Mission in Washington DC
  3. Ended US payments to the Palestinian Authority
  4. Relocated the US embassy to Jerusalem, with a new US embassy to be paid for in part by Macao gambling magnate Sheldon Adelson
  5. Reneged on the JCPOA agreement and renewed US sanctions on Iran
  6. Announced that the US is the sole global authority for determining International law thus approving Israel’s annexation of the Golan
  7. Announced that the US will not oppose Israeli annexation of the West Bank
  8. Further announced US hegemony over international law by stating that illegal settlements in the Occupied Territories of Palestine are now legal.

As a result, the Israeli regime and lobby has gained more US support via Trump’s leadership than it has from any other US regime.

That’s particularly surprising in light of Trump’s address to AIPAC early on his campaign when he announced that the Zionist lobby would not support him since he did not need their money. The foregoing was widely reported by the major media as being an anti-Semitic trope however there is no doubt that Trump’s implied defiance aimed at the most powerful lobby in Washington sat well with his « Deplorables ».

But Trump’s campaign really gained momentum by May of 2016, and his need for funding became apparent if he were to gain the nomination. That funding was largely provided by hedge fund manager Robert Mercer who hedged his bet away from Cruz when Trump won most of the GOP primary contests by June of 2016. Subsequently, billionaire Zionist proponents Sheldon Adelson and Paul Singer – another hedge fund manager who opposed Trump but switched sides – then backed Trump’s campaign going forward.

While it is impossible to know the details since they are secret, support from these Nile-to-Euphrates expansionist Zionist billionaires most likely came with a heavy political price, specifically related to the points about ‘US support for Israel’ as listed above. Hence Trump’s avowal to honor his campaign promises to these billionaires since matching financial support will be needed from them during campaign 2020, and Trump’s appeasement of the AIPAC wing has aided him in his ability to retain power.

The points above may signal nice gains for The Lobby but their real agenda is war with Iran and Nile-to-Euphrates expansionism… which is evidently not in line with Mr Trump’s agenda. That’s because Mr Trump has made it clear he does not want war with Iran and Trump has withdrawn troops from Syria, where a number one goal for Israel was the creation of a failed state there.

Together, Trump’s failure to attack Iran when the opportunity presented itself and his perceived failure in Syria constituted a major setback for Likudnik Zionist ambitions in the Middle East. So, in further token appeasement to the Israeli regime and lobby the US then stoked anti-Iran riots in Lebanon and Iraq. But that is not enough for The Lobby… problem one where appeasing the Israeli regime is concerned.

Problem two – and the major issue for Trump – is the Warfare State itself ie the deeply entrenched US State and Security State apparatus. When Syria defeated DAESH, ISIS, ISIL (or whatever these terrorists may be presently called) with the assistance of the Russian Federation, Washington needed a new enemy. Because an enemy is what Washington needs to fuel its massive dollar-generating war machine; and the logical choice for that revived enemy is of course… Russia.

After all, the Russian Federation dared to provide a safe haven for America’s number one domestic political ‘criminal’: Ed Snowden. Russia exposed the soft underbelly of Victoria Kagan-Nuland and Geoff Pyatt’s scheming US State adventurism in the Ukraine, which led to upheaval and war in that country. Russia dared to help defend Syria when invited to do so, and end the US-inspired insurgency there – a move which would certainly have been confronted by the Clinton family with force of arms had they won power in 2016. Russia provided aid and medical supplies to Venezuela in opposition to the US attempted coup there too, and also warned the United States against attacking Iran. As a result, the entrenched US Warfare State (and US Treasury) imposed the most stringent sanctions ever on the Russian Federation.

However sanctions are not enough since the Entrenched State prefers instant gratification (even when denied) in pursuit of its deadly aims hence the birth of Russiagate in an apparent setup dating back to the earliest days of the Trump election campaign. When Russiagate failed subsequent to three years of Entrenched State high anxiety, Ukrainegate was born. The point being that the US entrenched State will resort to any means – even that of endangering the Republic – to maintain its deadly agenda.

When those who are elected to represent their constituents’ resort to betraying them by engaging in such duplicity as Russiagate and Ukrainegate to pursue their own agenda* that is (simply stated) an attempted coup d’etat. As a result of this attempt, Mr Trump threw another bone to The Lobby by Pompeo’s statement on illegal West Bank settlements.But he threw that bone to the wrong people.

What Trump fails to realize is that the cancer at the heart of Washington DC is far deeper than AIPAC or the toxic influence of the Likudnik regime in Washington. The Neolibérale Entrenched State has become the monster it is subsequent to many decades of deep rot in US State, DoJ, FBI, CIA, NSA, the Security State and US Treasury – not just rot in the US Congress. And the last guy who tried to even moderately oppose the Deep State cancer in DC ended up with a bullet in his brain in Dallas.

So, while the Neoliberal Entrenched State calls out Donald Trump for being a ‘rogue’ and a ‘twitter president’ the message here is not that he is. Mr Trump has questioned and defied the entrenched warfare State on a couple of rare occasions, but that’s not the point. The point is that with Ukrainegate and impeachment hysteria raging in DC it is the Deep Entrenched State that has gone rogue.

We have seen the latest result of the Deep State’s roguery where US State – by way of its own incredible hubris and arrogance – has just claimed that the US is the sole arbiter of International Law in the world. In this light, Trump’s misplaced attempt to appease Israel with the settlement move proves that the US president is simply a figurehead, not a leader.

By extension, no matter who is elected to lead the nation is of little consequence. It is the Deep Entrenched State pulling all the strings on the marionette. And there is no way Trump – or any other US leader – can ever appease their deadly master going forward… and it’s not just the Israeli regime. The master is the entire Washington entrenched apparatus of State: The Deep State, by definition whose conspiracy we see playing outin fact before our very eyes.

Meanwhile in some ways Mr Trump is doing us all a favour by being honest. He says that the US is all about the oil. He says he cannot confront a vicious killer because the US needs the arms deals from the killer’s Kingdom. He clearly stated that the United States government is a Bad Actor that cannot be trusted to adhere to any agreement it has ever entered into. (Ask any native American about that.) He says that a brutal and genocidal regime in Israel is far more relevant than his own, and that only the United States can determine the validity of International Law. Trump has said and done all of those things.But he will never appease the Evil Empire that owns him… and by extension, all of US.

*via the impeachment process

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

2 commentaires

  1. Trump apaise les mauvaises personnes – Par Steve Brown

    La politique de Trump d’apaiser le lobby israélien date de sa cour initiale avec les électeurs évangéliques et les méga-donateurs israéliens pendant sa campagne de 2016.

    Depuis son élection, ce que Trump a fait :

    1°) Imposer une  » interdiction musulmane  » empêchant les ressortissants d’Iran, d’Irak, de Libye, de Somalie, de Syrie, du Soudan et du Yémen d’entrer aux Etats-Unis
    2°) Fermeture de la Mission palestinienne à Washington DC
    3°) Fin des paiements américains à l’Autorité palestinienne
    4°) Déménagement de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, avec une nouvelle ambassade des Etats-Unis qui sera financée en partie par le magnat du jeu de Macao, Sheldon Adelson.
    5°) Renégociation de l’accord JCPOA et renouvellement des sanctions américaines contre l’Iran
    6°) Annoncé que les Etats-Unis sont la seule autorité mondiale pour déterminer le droit international et approuver ainsi l’annexion du Golan par Israël
    7°) Annoncé que les Etats-Unis ne s’opposeront pas à l’annexion de la Cisjordanie par Israël
    8°) Annonce de l’hégémonie des Etats-Unis sur le droit international en déclarant que les colonies illégales dans les Territoires Occupés de Palestine sont désormais légales.

    En conséquence, le régime et le lobby israéliens ont obtenu plus de soutien des Etats-Unis par l’intermédiaire de la direction de Trump qu’ils n’en ont obtenu de tout autre régime américain.

    C’est particulièrement surprenant à la lumière de l’adresse de Trump à l’AIPAC au début de sa campagne, quand il a annoncé que le lobby sioniste ne l’appuierait pas puisqu’il n’avait pas besoin de leur argent. Ce qui précède a été largement rapporté par les grands médias comme étant un trope antisémite, mais il ne fait aucun doute que le défi implicite de Trump, qui visait le lobby le plus puissant de Washington, était bien accueilli avec ses  » Déplorables « .

    Mais la campagne de Trump a vraiment pris de l’ampleur en mai 2016, et son besoin de financement est devenu évident s’il devait obtenir la nomination. Ce financement a été fourni en grande partie par le gestionnaire de fonds de couverture Robert Mercer qui a couvert son pari contre Cruz lorsque Trump a remporté la plupart des principaux concours du GOP en juin 2016. Par la suite, les partisans sionistes milliardnaires Sheldon Adelson et Paul Singer – un autre gestionnaire de fonds spéculatifs qui s’opposait à Trump mais qui a changé de camp – ont ensuite soutenu la campagne de Trump pour l’avenir.

    Bien qu’il soit impossible de connaître les détails puisqu’ils sont secrets, le soutien de ces milliardaires sionistes expansionnistes du Nil à l’Euphrate a très probablement eu un prix politique élevé, lié spécifiquement aux points concernant le  » soutien des États-Unis à Israël  » comme indiqué ci-dessus. D’où l’aveu de Trump d’honorer ses promesses de campagne auprès de ces milliardaires puisqu’un soutien financier de contrepartie sera nécessaire de leur part durant la campagne 2020, et l’apaisement de l’aile AIPAC de Trump l’a aidé dans sa capacité à conserver son pouvoir.

    Les points ci-dessus peuvent signaler de beaux gains pour The Lobby, mais leur véritable agenda est la guerre avec l’Iran et l’expansionnisme du Nil à l’Euphrate… ce qui n’est évidemment pas en ligne avec l’agenda de M. Trump. C’est parce que M. Trump a clairement indiqué qu’il ne voulait pas de guerre avec l’Iran et qu’il a retiré ses troupes de Syrie, où l’un des principaux objectifs d’Israël était la création d’un État défaillant.

    Ensemble, l’échec de Trump à attaquer l’Iran lorsque l’occasion s’est présentée et son échec perçu en Syrie ont constitué un revers majeur pour les ambitions sionistes du Likoudnik au Moyen-Orient. Ainsi, pour apaiser davantage le régime israélien et faire pression sur les États-Unis, les États-Unis ont alimenté des émeutes anti-iraniennes au Liban et en Irak. Mais ce n’est pas suffisant pour le problème du Lobby…. en ce qui concerne l’apaisement du régime israélien.

    Le deuxième problème – et le problème majeur pour Trump – est l’État de guerre lui-même, c’est-à-dire l’appareil d’État et de sécurité de l’État américain profondément enraciné. Lorsque la Syrie a vaincu la DAESH, l’ISIS, l’ISIL (ou quel que soit le nom actuel de ces terroristes) avec l’aide de la Fédération de Russie, Washington avait besoin d’un nouvel ennemi. Parce que Washington a besoin d’un ennemi pour alimenter son énorme machine de guerre génératrice de dollars ; et le choix logique pour cet ennemi ravivé est bien sûr… la Russie.

    Après tout, la Fédération de Russie a osé offrir un refuge sûr au premier  » criminel  » politique intérieur américain : Ed Snowden. La Russie a exposé le ventre mou de Victoria Kagan-Nuland et de Geoff Pyatt, qui complotent l’aventurisme de l’État américain en Ukraine, ce qui a provoqué des bouleversements et la guerre dans ce pays. La Russie a osé aider à défendre la Syrie lorsqu’elle a été invitée à le faire et à mettre fin à l’insurrection inspirée par les États-Unis – une décision à laquelle la famille Clinton aurait certainement été confrontée par la force des armes si elle avait été au pouvoir en 2016. La Russie a fourni de l’aide et des fournitures médicales au Venezuela en opposition à la tentative de coup d’État américaine dans ce pays également, et a également mis en garde les États-Unis contre l’attaque de l’Iran. En conséquence, l’État de guerre des États-Unis (et le Trésor américain) ont imposé les sanctions les plus sévères jamais imposées à la Fédération de Russie.

    Cependant, les sanctions ne suffisent pas, car l’État retranché préfère la gratification instantanée (même refusée) dans la poursuite de ses objectifs meurtriers, d’où la naissance de Russiagate dans une configuration apparente remontant aux premiers jours de la campagne électorale de Trump. Lorsque Russiagate a échoué après trois ans d’anxiété élevée de l’État retranché, Ukrainegate est né. Le fait est que l’État américain retranché aura recours à tous les moyens – même celui de mettre la République en danger – pour maintenir son programme mortel.

    Lorsque ceux qui sont élus pour représenter leurs électeurs recourent à la trahison en s’engageant dans une duplicité telle que Russiagate et Ukrainegate pour poursuivre leur propre programme*, c’est (simplement dit) une tentative de coup d’état. Suite à cette tentative, M. Trump a jeté un autre os au Lobby par la déclaration de Pompeo sur les colonies illégales en Cisjordanie, mais il a jeté cet os aux mauvaises personnes.
    *******************************
    Ce que Trump ne réalise pas, c’est que le cancer au cœur de Washington DC est beaucoup plus profond que l’AIPAC ou l’influence toxique du régime de Likoudnik à Washington. L’État néolibéral retranché est devenu le monstre qu’il est devenu après plusieurs décennies de pourriture profonde dans l’État américain, le DoJ, le FBI, la CIA, la NSA, l’État de sécurité et le Trésor américain – pas seulement dans le Congrès américain. Et le dernier gars qui a essayé de s’opposer même modérément au Deep State Cancer à Washington s’est retrouvé avec une balle dans la tête à Dallas.

    Ainsi, alors que l’État néolibéral retranché qualifie Donald Trump de  » voyou  » et de  » président Twitter « , le message ici n’est pas qu’il l’est. M. Trump a remis en question et défié l’État de guerre retranché à quelques rares occasions, mais là n’est pas la question. Le fait est qu’avec l’hystérie de l’Ukrainegate et de la destitution qui sévit à Washington, c’est l’État profondément enraciné qui est devenu voyou.

    Nous avons vu le dernier résultat de l’escroquerie de l’État profond où l’État américain – par sa propre orgueil et son arrogance incroyable – vient de prétendre que les États-Unis sont le seul arbitre du droit international dans le monde. Dans cette optique, la tentative mal placée de Trump d’apaiser Israël avec la décision de colonisation prouve que le président américain n’est qu’une figure de proue, et non un leader.

    Par extension, peu importe qui est élu à la tête de la nation, cela n’a que peu d’importance. C’est l’Etat Entrenché Profond qui tire toutes les ficelles de la marionnette. Et il n’y a aucune chance que Trump – ou tout autre leader américain – puisse jamais apaiser leur maître mortel en allant de l’avant… et ce n’est pas seulement le régime israélien. Le maître est l’appareil d’État bien établi de Washington : L’État profond, par définition, dont nous voyons la conspiration se jouer sous nos yeux.

    D’une certaine manière, M. Trump nous rend service à tous en étant honnête. Il dit que les États-Unis ne pensent qu’au pétrole. Il dit qu’il ne peut pas affronter un tueur vicieux parce que les États-Unis ont besoin des ventes d’armes du royaume du tueur. Il a clairement déclaré que le gouvernement des États-Unis est un mauvais acteur dont on ne peut pas se fier pour adhérer à tout accord qu’il a jamais conclu. Il dit qu’un régime brutal et génocidaire en Israël est beaucoup plus pertinent que le sien, et que seuls les États-Unis peuvent déterminer la validité du droit international. Trump a dit et fait toutes ces choses, mais il n’apaisera jamais l’Empire du Mal qui le possède… et par extension, tous les USA.
    ***********************
    *par le processus de mise en accusation

    Steve Brown
    Steve Brown est l’auteur de  » Iraq : the Road to War  » (Sourcewatch), éditeur de  » Bush Administration War Crimes in Iraq  » (Sourcewatch)  » Trump’s Limited Hangout  » et  » Federal Reserve : Externalisation du système monétaire aux oligarques des fiducies monétaires depuis 1913 « . Steve est un activiste anti-guerre, un chercheur publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, Fort Russ News et Strategika51.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.