Le premier tournoi de football organisé par les Talibans d’Afghanistan s’est tenu dans la province Centrale de Parwan (capitale provinciale: Sharikar) , quasiment sous le nez des forces américaines et afghanes basées dans l’immense base aérienne de Bagram en arborant les fameux drapeaux de l’ancien Émirat Islamique d’Afghanistan et en arborant des treillis de combat pixellisés.

Des équipes de divers unités de l’une des guérillas les plus coriaces au monde ont participé à une sorte de championnat arbitré par des Mollahs dans un climat fort rigoureux et en plein jour dans une zone qu’ils contrôlent à 100%.

Les États-Unis et à leur suite l’ensemble des pays de l’Otan ainsi que des alliés hors Otan sont intervenus en Afghanistan où se déroule la plus longue guerre de l’histoire des États-Unis (2001- à ce jour) où ils ont dépensé des trillions de dollars pour un résultat quasiment nul. Après près de deux décennies de conflit, les Talibans contrôlent la plupart des zones rurales du pays le jour et quasiment l’ensemble du pays la nuit.

L’intervention américaine dans ce pays enclavé d’Asie, surnommé le « cimetière des empires » a généré une méga-corruption ayant profité au complexe militaro-industriel et à certaines multinationales mais également aux seigneurs féodaux afghans qui n’hésitent plus à étaler de façon ostentatoire les signes d’un enrichissement fulgureux dans l’un des pays les plus pauvres de la planète.

Aucun empire n’est sorti indemne d’une aventure militaire en Afghanistan
Publicités

3 commentaires

  1. pff nul cet article y a même pas les scores .
    on sait même pas qui a gagner et par combien de but !

  2. Les afghans étant rester fidèle à l’Islam originel, Dieu leur a laisser le courage et l’abnégation, un peu comme les Iraniens ou les Yéménites, deux qualités nécessaires pour résister et même gagner. Or dans les autres pays musulmans, la foi en Dieu recule et la fiotterie avance, du coup on a des peuples d’abrutis sans couille, un peu comme ces tapettes d’irakiens qui ont fuit le combat en 2003 ou ces harkis algériens qui se permettent de produire et de consommer de la heineken à visage découvert.

    1. sans parler des tapettes marocaines qui cultive et vende du cannabis qui vende leur enfant aux Occidentaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.