Turkey’s Peace Spring operation in Northern Syria facilitated reconstitution of ISIS capabilities. The terror group not only revamped its positions in Syria and the neighboring Iraq due to the Turkish incursion, but also gained additional abilities to plan attacks abroad, according to the recent report of US Defense Intelligence Agency.

The document’s language is extremely dry and official, likely intentionally so. « On October 9, Turkey launched air and ground operations against Kurdish People’s Protection Unit (YPG) positions in northeastern Syria that initiated a series of actions that affected the OIR mission against the ISIS. These actions also influenced the US relationship with the Kurds and the Syrian Democratic Forces (SDF) in Syria, and control of territory in northeastern Syria .. ISIS exploited the Turkish incursion and subsequent drawdown of US troops to reconstitute capabilities and resources within Syria and strengthen its ability to plan attacks abroad. »

What the report sheepishly calls « influence on the US relationship with the Kurds » in reality was widely regarded as Washington’s reluctance to support its key ally. The Kurds and their supporters, unlike DIA analysts, did not mince words and concisely expressed their opinion in a single word: betrayal. It’s hard to argue with this estimate as Washington inaction left the Kurds one on one with Turkey, who did not hesitate to use its opportunity to launch a military operation comparable with genocide in its violence.

One of the harshest estimates of the Turkish operation came from a senior US diplomat and former Deputy Special Envoy to the International Coalition against ISIS William Roebuck. His leaked memo titled « Standing By as Turks Cleanse Kurds In Northern Syria and De-Stabilize our D-ISIS Platform in the Northeast was published by the New York Times and provoked heated discussions.

The memo’s content is very well in line with the title. Although Roebuck condemns the US for making little effort to deter Turkey, he unequivocally declares the Turkish authorities the main culprit. He believes that even if Washington had taken a bolder approach, it would not have prevented Turkish President Recep Erdogan from executing his plans. « It’s a tough call, and the answer is probably not. But we won’t know because we didn’t try, » he mentions in the report.

Peace Spring operations, Roebuck states, is little more than ethnic cleansing spearheaded by radical islamists from Turkey-backed proxies. Multiple cases of assassinations of civilians, including politicians and priests, by the hands of the militants, confirm this assessment, but the Turkish leadership remains unabashed. High-profile murders are exploited to terrorize local residents and force them to flee the areas set as the goal of the Turkish operation.

Roebuck, along with former Special Envoy to the International Coalition Brett McGurk and a number of other high-ranking US military commanders and administration officials, became one of the most vocal critics of the Turkish incursion. As expected, he and the others found themselves on the « black list » of Turkish media, who are indiscriminate in labeling those who dare to speak against Turkey as « terrorist supporters ».

In addition to the online smear campaign against its critics Turkey actively benefits from services provided by its allies – or those willing to become allies – for a certain price. Probably the most high-profile figure on this list is James Jeffrey – former US Ambassador to Turkey and Donald Trump’s Special Envoy to Syria. Jeffrey’s statements about Turkey having « legitimate concerns » over security of its borders and YPG being the same as PKK, or Kurdistan Worker’s Party, that is considered a terror group by the Turkish authorities, parroted the rhetoric frequently used by Turkish officials and were a major red flag signaling that Jeffrey is a Turkey’s man in Washington.

Simultaneous use of violent proxies on the ground and sophisticated lobbyists in the White House’s offices together with an incoherent Washington’s position allowed Ankara to extract maximum benefit from the US reluctance to act. This was largely achieved by a single man – Turkish President Recep Erdogan.

It was after speaking to the Turkish leader that Donald Trump announced the (yet to be executed) decision to withdraw the US troops from Northern Syria, giving Turkey a green light to begin the operation against the Kurds. Despite all the efforts made by the US President to present this step in a positive light and push the « bringing our soldiers home » narrative, another view prevailed: US suffered a humiliating defeat, and a one that was dealt by an ally – Turkey.

The story repeated itself during the latest meeting between the two leaders in Washington. Again, despite harsh statements of the US officials in regards to shipments of Russian weapons systems, including S-400 missiles and, possibly, Su-35 jets, to Turkey, the negotiations ended with Trump looking defeated simply because he hosted the leader of the state waging war against a key US ally in the Syrian crisis.

There can be only one conclusion: Erdogan’s Turkey never was, and never could be, an ally of the US. Any illusions that still exist here must be unveiled. Without this, Washington is destined to continue to lose to an ally that has long turned into an enemy.

Ahmed Al-Khalid

https://smmsyria.com/

Publicités

3 commentaires

  1. I think I kind of get this, that the US sort of supports the Kurds when it suits the US or Israel, but since the US ‘allowed’ Turkey into the northeast – when Turkey would have gone in anyway – somehow Turkey is not an ally of the United States? Seems to be some piece missing though. He could have just said « Erdogan is untrustworthy and duplicitous just like the United States is untrustworthy and duplicitous »… and made the article very brief.

  2. qui parle ; qui est Ahmed Al-Khalid ?
    que veut il ?
    ces question me semble importante pour pouvoir appréhender ce texte avec intelligence !

  3. Turquie et États-Unis : Alliés ou adversaires ? Par Ahmed Al-Khalid

    L’opération Printemps de la paix de la Turquie dans le nord de la Syrie a facilité la reconstitution des capacités de l’ISIS. Le groupe terroriste a non seulement réorganisé ses positions en Syrie et en Irak voisin en raison de l’incursion turque, mais il a également acquis des capacités supplémentaires pour planifier des attaques à l’étranger, selon un récent rapport de la Défense américaine Intelligence Agency.

    Le langage du document est extrêmement sec et officiel, probablement intentionnellement. « Le 9 octobre, la Turquie a lancé des opérations aériennes et terrestres contre les positions de l’Unité de protection du peuple kurde (YPG) dans le nord-est de la Syrie qui ont lancé une série d’actions qui ont affecté la mission OIR contre l’ISIS. Ces actions ont également influencé les relations des Etats-Unis avec les Kurdes et les Forces démocratiques syriennes (SDF) en Syrie et le contrôle du territoire dans le nord-est de la Syrie. ISIS a exploité l’incursion turque et le retrait subséquent des troupes américaines pour reconstituer les capacités et les ressources en Syrie et renforcer sa capacité à planifier les attaques à l’étranger. »

    Ce que le rapport qualifie avec complaisance « d’ influence sur les relations des Etats-Unis avec les Kurdes  » était en réalité largement considéré comme la réticence de Washington à soutenir son principal allié. Les Kurdes et leurs partisans, contrairement aux analystes de la DIA, n’ont pas mâché leurs mots et ont exprimé leur opinion avec concision en un seul mot : trahison. Il est difficile de contester cette estimation car l’inaction de Washington a laissé les Kurdes face à face avec la Turquie, qui n’a pas hésité à profiter de l’occasion pour lancer une opération militaire comparable au génocide dans sa violence.

    L’une des estimations les plus sévères sur l’opération turque est venue d’un diplomate américain de haut rang et ancien envoyé spécial adjoint de la Coalition internationale contre ISIS, William Roebuck. Sa note de service intitulée  » Standing By as Turks Cleanse Kurds In Northern Syria and De-Stabilize our D-ISISIS Platform in the Northeast  » a été publiée par le New York Times et a suscité de vives discussions.

    Le contenu de la note correspond très bien au titre. Bien que Roebuck condamne les Etats-Unis pour avoir fait peu d’efforts pour dissuader la Turquie, il déclare sans équivoque que les autorités turques en sont le principal coupable. Il estime que même si Washington avait adopté une approche plus audacieuse, cela n’aurait pas empêché le président turc Recep Erdogan d’exécuter ses plans. « C’est une décision difficile, et la réponse est probablement non. Mais nous ne le saurons pas parce que nous n’avons pas essayé « , mentionne-t-il dans le rapport.

    Les opérations du Printemps de la paix, affirme M. Roebuck, ne sont rien de plus qu’un nettoyage ethnique mené par des islamistes radicaux soutenus par la Turquie et leurs mandataires. De nombreux cas d’assassinats de civils, y compris de politiciens et de prêtres, par les mains des militants, confirment cette évaluation, mais les dirigeants turcs n’ont rien perdu de leur courage. Des meurtres très médiatisés sont exploités pour terroriser la population locale et la forcer à fuir les zones définies comme le but de l’opération turque.

    Roebuck, avec l’ancien Envoyé spécial de la Coalition internationale Brett McGurk et un certain nombre d’autres hauts gradés de l’armée et de l’administration américaines, est devenu l’un des critiques les plus virulents de l’incursion turque. Comme prévu, lui et les autres se sont retrouvés sur la  » liste noire  » des médias turcs, qui qualifient sans distinction ceux qui osent parler contre la Turquie de  » sympathisants terroristes « .

    En plus de la campagne de diffamation en ligne contre ses détracteurs, la Turquie bénéficie activement des services fournis par ses alliés – ou ceux qui sont prêts à devenir alliés – pour un certain prix. Le personnage le plus en vue sur cette liste est probablement James Jeffrey, ancien ambassadeur des États-Unis en Turquie et envoyé spécial de Donald Trump en Syrie. Les déclarations de Jeffrey selon lesquelles la Turquie avait des  » préoccupations légitimes  » au sujet de la sécurité de ses frontières et YPG étant le prolongement du PKK, ou Parti des travailleurs du Kurdistan, qui est considéré comme un groupe terroriste par les autorités turques, ont parodié les discours fréquemment utilisés par les responsables turcs et constituent un drapeau rouge majeur indiquant que Jeffrey est bien l’homme des Turcs à Washington.

    L’utilisation simultanée de mandataires violents sur le terrain et de lobbyistes sophistiqués dans les bureaux de la Maison-Blanche, ainsi qu’une position incohérente de Washington ont permis à Ankara de tirer le meilleur parti de la réticence des États-Unis à agir. Cet objectif a été largement atteint par un seul homme – le président turc Recep Erdogan.

    C’est après s’être entretenu avec le dirigeant turc que Donald Trump a annoncé la décision (non encore exécutée) de retirer les troupes américaines du nord de la Syrie, donnant à la Turquie le feu vert pour commencer l’opération contre les Kurdes. Malgré tous les efforts déployés par le président américain pour présenter cette étape sous un jour positif et pousser le récit  » ramener nos soldats chez eux « , une autre vision a prévalu : L’US a subi une défaite humiliante, une défaite qui a été gérée par un allié – la Turquie.

    L’histoire s’est répétée lors de la dernière rencontre entre les deux dirigeants à Washington. Encore une fois, malgré les dures déclarations des responsables américains au sujet des expéditions de systèmes d’armes russes, y compris des missiles S-400 et, peut-être, des jets Su-35, vers la Turquie, les négociations se sont terminées avec Trump vaincu simplement parce qu’il a accueilli le dirigeant de l’État en guerre contre un allié clé des États-Unis pendant la crise syrienne.

    Il ne peut y avoir qu’une seule conclusion : La Turquie d’Erdogan n’a jamais été, et ne pourra jamais être, un allié des Etats-Unis. Toutes les illusions qui existent encore ici doivent être dévoilées. Sans cela, Washington est destiné à continuer à perdre face à un allié qui est devenu depuis longtemps un ennemi.

    Ahmed Al-Khalid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.