Let’s first consider a typical International Monetary Fund (IMF) loan to a sovereign in trouble, and then examine a typical gold carry trade transaction to support a sovereign arms deal.The intent is to demonstrate the importance of physical sovereign gold holdings in all forms of international trade.

Semi-failed and failed states can only exist by dealing in hard assets of real intrinsic value just as Syria, Venezuela, Iran, and Ukraine have done… and the most liquid of those hard assets is their physical gold.

Central Banks always work with the Security State apparatus when dealing with failed states and recall that the US Central Intelligence Agency funded al Qaeda and funded the war in Syria for example. Just about anything can be made to happen with funding when that funding is based on real resources. One of the most important of those resources is physical gold.


IMF Cartel Example: Ukraine

The IMF’s 2014 aid to Ukraine is based on a unique history however all IMF ‘aid’ packages are in some sense unique. Since we are highlighting the largely hitherto concealed importance of real physical gold in geo-political calculations and operations, Ukraine provides a relevant and timely example of how the banking Cartel operateswith gold and may highlight that importance.

According to the 2018 Independent Transparency Index, Ukraine ranks as one of the most corrupt nations in the world. Ukraine ranks 120th out of 180 countries where the 180th – Somalia – is the most corrupt. But all nations need funding whether corrupt or not, and Ukraine defaulted on its IMF debt in 2001 and then again in 2009 when distribution of an existing IMF loan to Ukraine was frozen.

So,in 2014 whywould the IMF strike another « deal » with a nation as corrupt asUkraine for a whopping $17.5 Bn USD extended funding facility, when it had already defaulted on its previoustwo IMFloans? The answer lies well beyond the natural gas tariffs paid by Ukraine to the European Union and is founded in gold and state resourcesas well as geopolitics.

Consider Yanukovych’s attempt to confront the IMFand EU on its new onerous terms to settle Ukraine’s debt to the IMF in 2013, when Yanukovych and Mykola Azarov (then-Ukrainian Prime Minister) protested the IMF’s outrageous imposition of a 40% tariff on natural gas exported from the Ukraine (via the Russian Federation) to Europe. Yanukovych’s IMF ire was all US State needed to impose its will: Ukraine must cooperate with the IMF or take the consequences. Azarov and Yanukovych did risk the consequences and the entire corrupt Ukraine apparatus came tumbling down by February of 2014.

Nevertheless, Washington is aware that replacing one corrupt regime with its own will not pay that failed state’s bills, and Washington does not provide its own funds to the failed states that it creates. After all, that’s not how the Great Game is played. This is not about largesse, it’s about Washington demanding the spoils of war.
Thus in 2014 when Russia diverted its natural gas deliveries to bypass the troubled mess that Washington invoked in Ukraine, Ukraine urgently needed an International Monetary Fund bail-out. The IMF’s « round heels” did not come into play this time however – the IMF demanded a solid ‘guarantee’* for its first installment of funding to Ukraine.

One IMF demand was for Ukraine to setup its own National Anti-Corruption Bureau as a ceremonial gesture, since Ukraine’s deep corruption is endemic, extant, and simply an accepted way of life there.

The other demand was for Ukraine to partly collateralize its IMF loan with gold reserves. We know that because the IMF tells us so: (The IMF) may accept gold in the discharge of a member country’s obligations (loan repayment) at an agreed price, based on market prices at the time of acceptance.

And we can prove the IMF-Ukraine 2014 gold transaction by simply looking at the historic fluctuation in Ukraine gold reserves. In October of 2014 – just nine months subsequent to the Maidan coup – Ukraine reduced its gold reserves by fourteen tonnes (metric = 2200 lb per tonne). Fourteen metric tonnes of Ukraine gold were flown to one of the designated IMF gold depositories: Gold depositories of the Fund shall be established in the United States, the United Kingdom, France, and India as noted by the IMF itself.

But why did the IMF require just fourteen tonnes of the Ukraine’s gold as a loan guarantee? Let’s look at the figures. Fourteen tonnes of gold equates to 30,800 lbs, or 492,800 ounces. At 400 oz per bar 1,232 bars of gold were flown from the Ukraine to the IMF designated depository. At then-prevailing market price — note that the US government still values gold at only $42 per ounce! — Ukraine’s gold provided $640M US dollars’ worth of loan collateral to the IMF.

In sovereign terms, a $640 million guarantee seems trivial. But recall that most aid guarantees are fractionalized at 10%, meaning that Ukraine needed just that much in collateral to finance its first tranche loan from the IMF of $5 Bn USD as received from the IMF in 2015. Ukraine provides just one example regarding the IMF’s extortion of sovereign gold from the failed states it hopes to service.

But gold is not the only important asset a nation can trade in exchange for its debt, the IMF demands much more than a fractionalized gold pay-off as the people of Greece have discovered. Oleksiy Honcharuk the current embattled Ukraine Prime Minister, just announced that Ukraine expects to receive $500M USD from the IMF in exchange for the sale of Ukraine state-owned firms to private buyers.

The point however is that gold has always been an important asset in world trade regardless of those who claim otherwise. And it is just as important now – perhaps more so – than it has ever been; note that states like Burundi, the United Arab Emirates, and Iraq have dramatically increased their gold reserves. And at least the IMF admits to trading in sovereign gold while the US Federal Reserve only admits to trading in gold while actively denying that fact! (See link)

Gold Carry Trade Arms Deal

Note that the physical gold in this example trade does not move outside of its vault in New York, London, Paris or whichever bullion bank is holding the bars. That’s because the vaults in London, New York, or Switzerland are designated by numbered accounts and those numbered accounts (assigned to a particular vault or to particular group of bars) may alter over time by transaction, but the 400 oz gold bars are seldom transported; only the account numbers and allocated bars in the individual (and many) bullion bank vaults may change. There are rare exceptions when the gold does move – for example when Venezuela physically repatriated its gold from New York.

The usual classic carry trade is when a sovereign or primary bank simply leases gold from a London Bullion Market Association bank, sells the gold to convert to higher yielding assets, then re-purchases the gold at the end of the lease period to satisfy the lease. The sovereign or dealer will provide security for the transaction (perhaps a percentage of its own gold reserves or other state assets) and pay what is called the Gold Forward interest rate (GOFO is usually 1%) to the bullion bank and return the carry trade gold by re-purchase at then-prevailing gold market prices at the end of the lease.

Central Banks operate the same way, utilizing the same type carry transactions but generally only to support or debase their currency or another currency. (Central Banks also hope that semi-failed states will sell their gold reserves to Central Banks at knock-down prices as Syria did in 2012!)

But the hypothetical scenario below is a different type of carry trade. The example below contests the commonly held premise that belligerents are freely ‘given’ their arms by the major powers. In very unreliable circumstances like Somalia, Sudan, Yemen, and formerly in Eretria etc – the ‘free delivery’ of weaponry by major powers for political reasons is partly true. And in Libya, the Sahel states inherited weaponry after the assassination of Qadaffi.

The idea here is to show the importance of the gold carry trade to Central Banks and their related security state in the provision of arms to failed states by way of collateral and special bank accounting. The carry trade is the financial trade of choice for Central Banks when dealing with failed or semi-failed states, because the gold carry trade provides all parties:

Absolute Secrecy
Zero public accountability
Zero legislative accountability
100% political cover
Guaranteed profits, and perhaps even the
Spoils of war or
Financial collapse to profit Central Banks
No limit on the amount of GOFO gold leased**
Zero risk based on Central Bank accounting

In this typical but hypothetical carry trade arms deal, the Central Bank (called by the fictional name “CBBI”) hopes to identify a semi-failed or failed state possessing either its own gold reserves or mining resources so that the Central Bank may gain leverage and perhaps state-owned resources too, or even intervene militarily by proxy, by way of a carry trade for arms. Mali springs to mind as one potential current example as does the pending new independent state of Bougainville.

The hypothetical carry trade scenario for our paper finds small embattled Nation ‘X’ in the Sahel with one tonne of gold reserves and X wishes to purchase $5M US dollars value of small arms from Austria for self-defense versus Nation Y. Nation X has limited foreign cash reserves on hand and its own currency is virtually worthless. Nation X cannot qualify for an IMF loan and does not seek one, nor could it. Nation X has some natural resources and does possess the aforementioned gold reserves even if it has a bad credit history. So how is Nation X to get the weaponry?

Nation X contacts the CBBI Central Bank in Europe and receives encouraging news. The CBBI says at current market price $5,000,000 USD in small arms can be traded for just 8 x 400 oz good delivery gold bars that the country already has, plus an additional 100 oz bar. Better than that, the CBBI will negotiate the entire sales deal (including the arms)!

However, Nation X is reluctant to sell its gold. The CBBI instead suggests a two-year gold carry trade lease for $50M (million) US dollars if Nation X will turn over 20% of its reserve gold bars, ie a quantity of sixteen 400 oz ‘good for delivery’ gold bars. At the end of the lease the gold will be returned, the (GOFO) interest will be paid to the CBBI, and Nation X will have found the funds for its weaponry and improve its credit as well.

In other words, Nation X will thus receive $50 million USD from the CBBI when Nation X supplies 20% in security (by supplying sixteen 400 oz gold bars worth approx. $10M) to the CBBI and by agreeing to pay the gold forward rate (usually 1%) to the bank. As a result, Nation X obtains ten times the amount of funding that it sought, far beyond the $5M in small arms needed. Then X can perhaps buy a few ex-Libyan jets and hire mercenaries to fly them all for a 1% loan!

(Note: Nation X has only loaned its gold bars as collateral since Nation X will receive them back at the end of the lease period providing X does not default to the CBBI. Also, the collateral to the bank is not always gold and may consist of state assets as well or instead.)

The CBBI reveals nothing publicly about Nation X’s intent for the funds, and the bank’s governmental Secret Service connections have politically cleared the deal. The CBBI does require Nation X to sign a gold lease document of course, stating X’s return of $50M in gold two years hence at market price, and X must also pay the 1% gold forward interest rate. The CBBI then receives Nation X’s good for delivery gold bars and the deal is done. Nation X receives the proceeds of the gold lease in the currency of its choice – say Chinese yuan – transferred to X’s national bank and all is well, while the brokered gold never left its London vault only the vault account number changed!

The CBBI is more than chuffed since the $10M USD in Nation X physical gold delivered to the CBBI allows the CBBI to leverage those gold reserves to ten times that amount – $100M USD – in leveraged ETF’s or any other debt instrument the bank cares to leverage. All that’s changed with regard to the CBBI lease is the account number on the vault where the $50M in registered gold bars are still held. So, for an outlay investment of $50M USD equivalent in China yuan – which the bank already had hedged in a CHF account! – the CBBI doubled its own investment in leveraged ETF’s at a stroke.

Now, the bank hopes that Nation X will default since the CBBI received real hard assets from Nation X that the CBBI has leveraged ten times, and the GOFO 1% rate is trivial. Unfortunately, X’s war with Y has gone badly, and after two years Nation X does indeed default on the gold lease and cannot buy the gold back to satisfy the lease. So what is the CBBI to do?

Regardless of X’s default, the Central Bank essentially leased the gold to itself when accounted for as a receivable on its books in perpetuity until satisfied. That means the ‘loss’ appears as an asset on the Central Bank’s balance sheet because the bank’s accounting allows the ‘loss’ on leased gold to appear as a receivable credit. Better yet, the bank leveraged Nation X’s gold – which it now owns – to double its investment on the ETF market. That may appear to be accounting trickery and it is. But this carry trade deal is by no means rare and is quite common even if the collateral is not always physical gold.

NB: in real terms the CBBI is still ‘minus’ the $50M in traded currency but the $50M appears as a credit receivable on the bank’s balance sheet. That’s due to an accounting trick where leased gold is always a receivable regardless of status of the lease. But this type of trade deal is most useful when coupled with political designs on the failed state in conjunction with the nation bank/state’s political goals.

When multiple state assets are involved in gold swaps for currency such transactions can be multi-layered with severe political repercussions for the failed state when things go wrong. But such negative consequences usually impact the failed state only, while aiding the political ambitions of the Central Bank in the lessor country.

Summary
We have examined two important tools used by Central Banks above: the IMF gold collateral loan and the gold carry trade, the major point being that Central Banks can and do leverage their gold in many different ways – including the Federal Reserve – in conjunction with the Deep State/Security State apparatus in regard to its political ambitions. But why then did Ukraine go the IMF loan route while ‘Nation X’ took the ‘CBBI’ carry trade deal?

In Ukraine’s case a gold carry trade for a typical lease period is impractical, when Ukraine already has a history with the IMF and is not quite a failed state. Ukraine also possesses significant physical gold reserves that it may use as 10% collateral for such an IMF loan. Whereas an $18Bn USD lease (sale) of physical holdings represents ½ of daily gold trading, where most of those trades are non-allocated (ie not real). Then, at the end of the lease, the gold market could be negatively impacted (gold price goes higher) when the gold is re-purchased to satisfy the lease.

But even if the market could sustain an $18Bn gold lease dump (to provide Ukraine’s funding) a 1% GOFO rate is still a burden, and there is absolutely zero chance that Ukraine could ever satisfy the terms of a typical gold lease. Only the IMF loan makes sense for Ukraine just as the Nation X failed state could never qualify for an IMF loan — so only a carry trade makes sense for X.

Another question is why the bank doesn’t simply front Nation X the funds for its weapons. While covert government operations frequently do that – as the Afghanistan, Iraq, and Syrian insurgencies prove – banks are in business for a profit and Washington cannot service every failed state that it creates. Thus the need for real assets like Central Bank gold in this sort of trade.

Finally, many parts of the world are flooded with weaponry. Where did those weapons come from? Were they always supplied freely by the major powers to create their failed states? From Libya and the Sahel, Middle East and Afghanistan… perhaps we can define ‘money’ as being a claim on the weaponry/ armaments provided by governments and their Central Banks to the rest of the world.

*As is typical, even though the IMF demands some type of collateral for their “aid” the IMF adamantly refuses to call it that.

** 22 Central Banks including the the European Central Bank allowed the Central Bank Gold Agreement to expire in September of 2019

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

2 commentaires

  1. L’or du FMI ukrainien et le carry trade de l’or, des outils importants pour le cartel monétaire – par Steve Brown

    Examinons d’abord un prêt typique du Fonds monétaire international (FMI) à un souverain en difficulté, puis une transaction typique de portage d’or à l’appui d’un marché d’armes souverain.

    Les États à demi défaillants et en déliquescence ne peuvent exister qu’en négociant des biens matériels de valeur intrinsèque réelle, comme l’ont fait la Syrie, le Venezuela, l’Iran et l’Ukraine… et le plus liquide de ces biens matériels est leur or physique.

    Les banques centrales travaillent toujours avec l’appareil de sécurité de l’État lorsqu’elles traitent avec des États défaillants et rappellent que la CIA américaine a financé Al-Qaïda et financé la guerre en Syrie, par exemple. On peut faire à peu près n’importe quoi avec le financement lorsque ce financement est basé sur des ressources réelles. L’une des plus importantes de ces ressources est l’or physique.

    Exemple d’entente avec le FMI : Ukraine

    L’aide du FMI à l’Ukraine en 2014 est fondée sur une histoire unique, mais tous les programmes d’aide du FMI sont en quelque sorte uniques. Étant donné que nous soulignons l’importance jusqu’ici largement cachée de l’or physique réel dans les calculs et les opérations géopolitiques, l’Ukraine fournit un exemple pertinent et opportun de la façon dont le cartel bancaire fonctionne avec l’or et pourrait souligner cette importance.

    Selon l’Indice indépendant de transparence 2018, l’Ukraine se classe parmi les pays les plus corrompus du monde. L’Ukraine se classe au 120e rang sur 180 pays où le 180e – la Somalie – est le plus corrompu. Mais tous les pays ont besoin de financement, qu’ils soient corrompus ou non, et l’Ukraine a manqué à ses engagements envers le FMI en 2001, puis en 2009 lorsque la distribution d’un prêt existant du FMI à l’Ukraine a été gelée.

    Alors, en 2014, pourquoi le FMI conclurait-il un autre  » accord  » avec un pays aussi corrompu que l’Ukraine pour une énorme facilité de financement élargie de 17,5 milliards de dollars américains, alors qu’il avait déjà manqué à ses engagements sur les deux prêts précédents du FMI ? La réponse va bien au-delà des tarifs du gaz naturel payés par l’Ukraine à l’Union européenne et est fondée sur l’or et les ressources d’État ainsi que sur la géopolitique.

    Considérez la tentative de M. Ianoukovitch de confronter le FMI et l’UE à ses nouvelles conditions onéreuses pour régler la dette de l’Ukraine envers le FMI en 2013, lorsque Ianoukovitch et Mykola Azarov (alors Premier ministre ukrainien) ont protesté contre l’imposition scandaleuse par le FMI d’un droit de 40% sur le gaz naturel exporté par l’Ukraine (via la Fédération russe) en Europe. La colère du FMI de M. Ianoukovitch était tout ce dont l’État américain avait besoin pour imposer sa volonté : L’Ukraine doit coopérer avec le FMI ou en assumer les conséquences. Azarov et Ianoukovitch ont pris le risque d’en subir les conséquences et tout l’appareil ukrainien corrompu s’est effondré en février 2014.

    Néanmoins, Washington est conscient que le remplacement d’un régime corrompu par son propre régime ne paiera pas les factures de cet État défaillant, et Washington ne fournit pas ses propres fonds aux États défaillants qu’il crée. Après tout, ce n’est pas comme ça qu’on joue au Grand Jeu. Il ne s’agit pas de largesse, mais de Washington exigeant le butin de guerre.
    Ainsi, en 2014, lorsque la Russie a détourné ses livraisons de gaz naturel pour contourner le désordre que Washington avait invoqué en Ukraine, l’Ukraine avait un besoin urgent de renflouement du Fonds monétaire international. Les  » talons ronds  » du FMI n’ont toutefois pas été pris en compte cette fois – le FMI a exigé une solide  » garantie « * pour sa première tranche de financement à l’Ukraine.

    L’une des demandes du FMI était que l’Ukraine mette sur pied son propre Bureau national de lutte contre la corruption à titre de geste cérémonial, car la corruption profonde de l’Ukraine est endémique, existante et simplement un mode de vie accepté là-bas.

    L’autre demande était que l’Ukraine garantisse en partie son prêt du FMI avec des réserves d’or. Nous le savons parce que le FMI nous le dit : (Le FMI) peut accepter de l’or dans le cadre de l’exécution des obligations d’un pays membre (remboursement du prêt) à un prix convenu, basé sur les prix du marché au moment de l’acceptation.

    Et nous pouvons prouver la transaction FMI-Ukraine 2014 sur l’or en examinant simplement la fluctuation historique des réserves d’or de l’Ukraine. En octobre 2014 – seulement neuf mois après le coup d’État de Maidan – l’Ukraine a réduit ses réserves d’or de quatorze tonnes (métrique = 2 200 lb par tonne). Quatorze tonnes métriques d’or ukrainien ont été expédiées par avion à l’un des dépositaires d’or désignés du FMI : Les dépositaires d’or du Fonds sont établis aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France et en Inde, comme indiqué par le FMI lui-même.

    Mais pourquoi le FMI n’a-t-il exigé que quatorze tonnes d’or de l’Ukraine comme garantie de prêt ? Voyons les chiffres. Quatorze tonnes d’or équivalent à 30 800 lb, ou 492 800 onces. 400 oz d’or par baril, 1 232 lingots d’or ont été expédiés par avion de l’Ukraine au dépositaire désigné par le FMI. Au prix du marché alors dominant – notez que le gouvernement américain évalue toujours l’or à seulement 42 $ l’once ! – L’or de l’Ukraine a fourni au FMI des garanties de prêts d’une valeur de 640 millions de dollars américains.

    En termes souverains, une garantie de 640 millions de dollars semble insignifiante. Mais rappelons que la plupart des garanties d’aide sont fractionnées à 10%, ce qui signifie que l’Ukraine a eu besoin d’autant de garanties pour financer son prêt de la première tranche du FMI de 5 milliards de dollars US reçu du FMI en 2015. L’Ukraine n’est qu’un exemple parmi d’autres de l’extorsion d’or souverain par le FMI aux États défaillants qu’elle espère servir.

    Mais l’or n’est pas le seul actif important qu’une nation peut échanger en échange de sa dette, le FMI exige beaucoup plus qu’un remboursement fractionné de l’or comme le peuple grec l’a découvert. Oleksiy Honcharuk, l’actuel Premier ministre ukrainien en conflit, vient d’annoncer que l’Ukraine s’attend à recevoir 500 millions de dollars du FMI en échange de la vente des entreprises publiques ukrainiennes à des acheteurs privés.

    Le fait est cependant que l’or a toujours été un atout important dans le commerce mondial, indépendamment de ceux qui prétendent le contraire. Et c’est tout aussi important aujourd’hui – peut-être plus que jamais – qu’il ne l’a jamais été ; notez que des États comme le Burundi, les Émirats arabes unis et l’Irak ont considérablement augmenté leurs réserves d’or. Et au moins le FMI admet avoir négocié de l’or souverain alors que la Réserve fédérale américaine n’admet avoir négocié de l’or qu’en niant activement ce fait ! (Voir lien)

    Transaction d’armes de transfert d’or

    Notez que l’or physique dans cet exemple de transaction ne sort pas de son coffre-fort à New York, Londres, Paris ou n’importe quelle banque d’investissement qui détient les barres. C’est parce que les coffres-forts de Londres, de New York ou de Suisse sont désignés par des comptes numérotés et que ces comptes numérotés (attribués à un coffre particulier ou à un groupe particulier de barres) peuvent changer au fil du temps par transaction, mais les barres de 400 onces d’or sont rarement transportées ; seuls les numéros de compte et les barres attribuées dans les coffres individuels (et plusieurs) peuvent changer. Il y a de rares exceptions lorsque l’or se déplace – par exemple lorsque le Venezuela a physiquement rapatrié son or de New York.

    Le carry trade classique habituel est lorsqu’une banque souveraine ou primaire loue simplement de l’or à une banque de la London Bullion Market Association, vend l’or pour le convertir en actifs à rendement plus élevé, puis rachète l’or à la fin de la période de location pour satisfaire au bail. Le souverain ou le courtier fournira une garantie pour la transaction (peut-être un pourcentage de ses propres réserves d’or ou d’autres actifs de l’État) et paiera ce qu’on appelle le taux d’intérêt à terme sur l’or (habituellement 1 %) à la banque d’investissement et retournera l’or de portage en le rachetant aux prix alors en vigueur sur le marché à la fin du bail.

    Les banques centrales fonctionnent de la même manière, utilisant le même type d’opérations de portage, mais généralement uniquement pour soutenir ou débiter leur devise ou une autre devise. (Les banques centrales espèrent également que les États en voie de faillite vendront leurs réserves d’or aux banques centrales à des prix réduits, comme l’a fait la Syrie en 2012 !)

    Mais le scénario hypothétique ci-dessous est un autre type de carry trade. L’exemple ci-dessous conteste le postulat communément admis selon lequel les belligérants sont  » donnés  » librement leurs armes par les grandes puissances. Dans des circonstances très peu fiables comme en Somalie, au Soudan, au Yémen, et autrefois à Érythrée, etc., la  » libre livraison  » d’armes par les grandes puissances pour des raisons politiques est partiellement vraie. Et en Libye, les États du Sahel ont hérité d’armes après l’assassinat de Qadaffi.

    L’idée est ici de montrer l’importance du commerce de portage de l’or pour les banques centrales et l’état de sécurité qui leur est associé dans la fourniture d’armes aux États en faillite par le biais de garanties et de comptes bancaires spéciaux. Le carry trade est le commerce financier de choix pour les banques centrales lorsqu’elles traitent avec des États en faillite ou en semi-défaillance, car le carry trade de l’or fournit toutes les parties :

    Le secret absolu
    Responsabilité publique zéro
    Responsabilité législative zéro
    Couverture politique à 100
    Des profits garantis, et peut-être même le
    Le butin de guerre ou
    L’effondrement financier au profit des banques centrales
    Aucune limite sur la quantité d’or GOFO loué**
    Risque zéro sur la base de la comptabilité de la Banque centrale

    Dans cette transaction typique mais hypothétique de port d’armes commerciales, la Banque centrale (appelée par le nom fictif « CBBI ») espère identifier un Etat à demi en faillite ou en faillite possédant soit ses propres réserves d’or, soit des ressources minières afin que la Banque centrale puisse obtenir un effet de levier et peut-être aussi des ressources d’Etat, ou même intervenir militairement par le biais d’un commerce de port pour armes. Le Mali me vient à l’esprit comme un exemple actuel potentiel, tout comme le nouvel État indépendant de Bougainville

    Le scénario hypothétique de carry trade pour notre article trouve la petite nation en bataille  » X  » au Sahel avec une tonne de réserves d’or et X souhaite acheter pour 5 millions de dollars US d’armes légères d’Autriche pour se défendre contre la nation Y. La nation X a des réserves limitées de liquidités étrangères et sa propre monnaie est pratiquement sans valeur. La nation X ne peut pas bénéficier d’un prêt du FMI et n’en sollicite pas et ne pourrait pas en solliciter un. La nation X possède certaines ressources naturelles et possède les réserves d’or susmentionnées, même si elle a de mauvais antécédents en matière de crédit. Comment la Nation X va-t-elle se procurer l’armement ?

    Le pays X contacte la Banque centrale de la CBBI en Europe et reçoit des nouvelles encourageantes. La CBBI affirme qu’au prix actuel du marché, 5 000 000 000 USD d’armes légères peuvent être échangés pour seulement 8 x 400 oz de lingots d’or de bonne livraison que le pays possède déjà, plus 100 oz de plus. Mieux que cela, le CBBI négociera l’ensemble de l’accord de vente (y compris les armes) !

    Cependant, la nation X hésite à vendre son or. La CBBI suggère plutôt un bail commercial de deux ans pour l’or de 50 millions de dollars US si la nation X remet plus de 20 % de ses lingots d’or de réserve, c’est-à-dire une quantité de 16 400 oz d’or  » bon pour livraison « . À la fin du bail, l’or sera rendu, les intérêts (GOFO) seront payés à la CBBI, et la nation X aura trouvé les fonds pour son armement et améliorera également son crédit.

    En d’autres termes, la Nation X recevra donc 50 millions de dollars US de la CBBI lorsque la Nation X fournira 20 % de la garantie (en fournissant seize lingots d’or de 400 oz d’une valeur approximative de 10 millions de dollars) à la CBBI et en acceptant de payer le taux à terme sur l’or (habituellement 1 %) à la banque. En conséquence, la nation X obtient dix fois le montant de financement qu’elle demandait, bien au-delà des 5 millions de dollars en armes légères nécessaires. Alors X pourra peut-être acheter quelques anciens jets libyens et engager des mercenaires pour les piloter tous pour un prêt de 1% !

    (Nota : Le pays X n’a prêté ses lingots d’or qu’à titre de garantie puisque le pays X les recevra à la fin de la période de location, à condition que X ne soit pas en défaut envers le CBBI. En outre, la garantie à la banque n’est pas toujours de l’or et peut être constituée à la place par des actifs étatiques).

    La CBBI ne révèle rien publiquement sur l’intention de la Nation X pour les fonds, et les relations des services secrets gouvernementaux de la banque ont politiquement autorisé l’accord. La CBBI exige bien sûr que la nation X signe un document de bail pour l’or, indiquant le rendement de 50 millions de dollars en or de X dans deux ans au prix du marché, et X doit également payer le taux d’intérêt à terme de 1% sur l’or. Le CBBI reçoit alors les bons de la Nation X pour la livraison des lingots d’or et l’affaire est conclue. Nation X reçoit le produit de la location de l’or dans la devise de son choix – disons le yuan chinois – transféré à la banque nationale de X et tout va bien, alors que l’or négocié n’a jamais quitté son coffre-fort de Londres, seul le numéro de compte a changé !

    La CBBI est plus que ravie puisque les 10 millions de dollars US en or physique de la Nation X qui lui sont livrés lui permettent d’utiliser ces réserves d’or jusqu’à dix fois ce montant – 100 millions de dollars US – en ETF à effet de levier ou tout autre instrument de dette que la banque souhaite utiliser. Tout ce qui a changé en ce qui concerne le bail de la CBBI, c’est le numéro de compte sur le coffre-fort où les 50 millions de dollars en lingots d’or enregistrés sont toujours détenus. Donc, pour un investissement de 50 millions de dollars US en yuan chinois – que la banque avait déjà couvert sur un compte en CHF ! – l’IBCB a doublé d’un coup son propre investissement dans les FNB à effet de levier.

    Maintenant, la banque espère que la Nation X fera défaut puisque la CBBI a reçu de la Nation X des biens immobiliers réels que la CBBI a empruntés dix fois et que le taux de 1 % du GOFO est insignifiant. Malheureusement, la guerre de X avec Y s’est mal passée, et après deux ans, la Nation X est effectivement en défaut sur le bail d’or et ne peut pas racheter l’or pour satisfaire le bail. Que doit donc faire le CBBI ?

    Indépendamment de la défaillance de X, la Banque centrale a essentiellement loué l’or à elle-même lorsqu’elle l’a comptabilisé comme une créance dans ses livres à perpétuité jusqu’à ce qu’il soit satisfait. Cela signifie que la « perte » apparaît comme un actif dans le bilan de la Banque centrale parce que la comptabilité de la banque permet à la « perte » sur l’or loué d’apparaître comme un crédit débiteur. Mieux encore, la banque a tiré parti de l’or de Nation X – qu’elle possède maintenant – pour doubler ses investissements sur le marché des FNB. Cela peut sembler être une supercherie comptable, et c’est le cas. Mais cet accord de carry trade n’est pas rare et est assez courant même si la garantie n’est pas toujours de l’or physique.

    NB : en termes réels, la CBBI est toujours « moins » les 50 millions de dollars en devises négociées, mais les 50 millions de dollars apparaissent comme un crédit à recevoir dans le bilan de la banque. C’est dû à une astuce comptable où l’or loué est toujours une créance quel que soit le statut du contrat de location. Mais ce type d’accord commercial est plus utile lorsqu’il est associé à des desseins politiques sur l’État défaillant en conjonction avec les objectifs politiques de la banque nationale ou de l’État.

    Lorsque plusieurs actifs de l’État sont impliqués dans des échanges d’or contre des devises, de telles transactions peuvent être à plusieurs niveaux et avoir de graves répercussions politiques pour l’État défaillant lorsque les choses tournent mal. Mais ces conséquences négatives ne touchent généralement que l’État en faillite, tout en aidant les ambitions politiques de la Banque centrale dans le pays bailleur.

    Résumé
    Nous avons examiné deux outils importants utilisés par les banques centrales ci-dessus : le prêt d’or en garantie du FMI et le carry trade de l’or, le point principal étant que les banques centrales peuvent utiliser et utilisent leur or de différentes manières – y compris la Réserve fédérale – en conjonction avec l’appareil des États profonds et des États de sécurité pour réaliser ses ambitions politiques. Mais pourquoi alors l’Ukraine a-t-elle emprunté la voie du prêt du FMI alors que la  » Nation X  » a conclu l’accord de libre-échange  » CBBI  » ?

    Dans le cas de l’Ukraine, il n’est pas pratique d’échanger de l’or pendant une période de location typique, alors que l’Ukraine a déjà des antécédents avec le FMI et n’est pas tout à fait un État en faillite. L’Ukraine possède également d’importantes réserves physiques d’or qu’elle peut utiliser comme garantie à hauteur de 10 % pour un tel prêt du FMI. Alors qu’un contrat de location (vente) de 18 milliards de dollars US d’actifs physiques représente ½ des transactions quotidiennes d’or, où la plupart de ces transactions sont non allouées (c’est-à-dire non réelles). Ensuite, à la fin du bail, le marché de l’or pourrait être affecté négativement (le prix de l’or augmente) lorsque l’or est racheté pour satisfaire au bail.

    Mais même si le marché pouvait soutenir un dépôt de baux aurifères de 18 milliards de dollars (pour fournir le financement de l’Ukraine), un taux de 1 % de GOFO est toujours un fardeau, et il n’y a absolument aucune chance que l’Ukraine puisse jamais satisfaire les conditions d’un bail aurifère typique. Seul le prêt du FMI a du sens pour l’Ukraine, tout comme l’État défaillant de la nation X n’a jamais pu se qualifier pour un prêt du FMI – donc seul un carry trade a du sens pour X.

    Une autre question est pourquoi la banque ne se contente pas de verser à la nation X les fonds pour ses armes. Bien que les opérations secrètes du gouvernement le fassent souvent – comme le prouvent les insurrections en Afghanistan, en Irak et en Syrie – les banques font des profits et Washington ne peut pas servir tous les États en faillite qu’il crée. D’où la nécessité d’actifs réels comme l’or de la Banque centrale dans ce type de commerce.

    Enfin, de nombreuses régions du monde sont inondées d’armes. D’où viennent ces armes ? Ont-ils toujours été approvisionnés librement par les grandes puissances pour créer leurs États défaillants ? De la Libye et du Sahel, du Moyen-Orient et de l’Afghanistan… peut-être pouvons-nous définir l’argent comme une revendication sur les armes et les armements que les gouvernements et leurs banques centrales fournissent au reste du monde.

    *Comme c’est typique, même si le FMI exige un certain type de garantie pour leur « aide », le FMI refuse catégoriquement de l’appeler ainsi.

    ** 22 banques centrales, y compris la Banque centrale européenne, ont autorisé l’expiration de l’accord sur les avoirs en or des banques centrales en septembre 2019.

    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.