This article is initially in English. Please choose French language option (above on the right) to read it in its original form. If your browser is in English, the default mode would result in an altered text. Thanks for your understanding.


The Warsaw Pact may no longer exist, but by contrast the North Atlantic Treaty Organization is expanding its perceived role – the enforcement of western interest – especially in resource-rich Africa.

NATO’s expansion in Africa is intended to assert western corporate influence, where Macron’s France apparently wishes to usurp Germany as the major influential European power.

But corporate interest is not the only driver for NATO’s war in Africa since the Russian Federation has significant ambitions there too.

Russian non-governmental private military contractors or ‘Chastnaya Voennaya Kompaniya’ include:

RSB Group

BRC Group


Centre R-Redut
Antiterror-Orel
Shchit (Shield)
PMC Wagner
SlavCorps
ATK Group
Patriot
MAR
Cossacks Group

…where PMC Wagner and Shield are particularly active in Africa.

The list above may seem impressive but does not compare with the list of western private military contractors operating in the Middle East and Afghanistan, which have existed far longer, are larger and better funded, and in many instances directly employed by the states they serve — including and especially the United States.

A screenshot of Academi mobile site

By contrast, these Russian contractors operate on a small scale, are flexible, and employ a wide range of nationalities and skills.

Russian Chastnaya Voennaya Kompaniya (Private Military Contractors, or PMC) are correctly called ‘mercenaries’ because they may not, by law, act on behalf of the Russian Federation’s government. It is clear too that these PMC groups are mainly employed by corporate interests where those corporate interests may conflict with Western corporate interests. *

Regardless, the Neoliberal Clinton-backed magazine Foreign Policy has already pronounced the demise of PMC Wagner and related Russian military contractor groups in Hauer’s hit piece The Rise and Fall of a Russian Mercenary Army.

Wagner Group Contractors in Palmyra, Syria

Foreign Policy’s article appeared on October 6th, 2019, precisely the same day that Mozambique announced Exxon’s success in obtaining a liquid natural gas contract in Cabo Del Gado province worth $30Bn USD. No doubt Foreign Policy’s inspiration to publish Hauer’s troubled view of private Russian military contractors was based on the outcome of Exxon’s battle with Russian gas giant Gazprom for the contract.

And trouble it is. Mozambique nearly crushed mining giant Rio Tinto with its Riversdale coal scandal when Mozambique refused to allow coal transport down the Zambezi. And Rio Tinto is not the only corporate giant to come to grief in Mozambique. Mozambique has a major IMF debt problem too with widespread poverty and insurrection in parts of the country, where one of the most troubled regions is Cabo del Gado — source of Mozambique’s liquified natural gas.

Back when Gazprom was still barely in the running for the Cabo del Gado liquid natural gas contract, Mozambique’s government decided that drug-fueled takfiri terrorists roaming the province needed to go, and opted for the lowest-bid security contractor to clean up there.

The Mozambique security service bid resulted in the hire of PMC Wagner which quickly found their police action mired in exceedingly difficult terrain, opposed by a narcho-psychotics far more dangerous and characteristic of drug-crazed homicidal maniacs than of ISIL Jihadi terrorists.

Then by November of this year Wagner’s Cabo del Gado contract turned to tragedy when the Moscow Times reported the death of seven Russian mercenaries there. According to one source PMC Wagner is no longer operating in the province.

Russian Chastnaya Voennaya Kompaniya contractors have been active in the Central African Republic (CAR) as well, alleged to be protecting diamond mines there while negotiating with rebels in control of the Ndassima gold fields.

Three Russian filmmakers were tragically killed near there while investigating Wagner’s activities in the CAR at the time, provoking a western conspiracy theory that the reporters were killed based on their investigatory work. The truth however is far more mundane, that the reporters crossed a bridge too far in rebel territory without adequate armed protection.

One further but unconfirmed report claims that a Russian PMC contractor is missing in action in Somalia while two hundred PMC contractors have recently arrived in Libya. Meanwhile more than 1,100 Wagner Group contractors are operating in both Cyrenaica and Tripolitania. That is pursuant to Wagner and related PMC groups expanding in Libya, Cameroon, Uganda, Angola, and the Sahel… all to the great consternation of the US military of course.

Whether or not the above reports are exaggerated is irrelevant. The overall picture is certain to be misunderstood in the West. Russia’s intent in Africa – whatever it may be – is certainly as misunderstood now as it was leading up to the Suez crisis of 1956. That crisis led to a dangerous and pre-emptive invasion and occupation of Nasser’s Egypt hatched in a crackpot conspiracy involving Israel, France, and Britain.

The potential parallel to Suez in 1956 re NATO versus Russia in Africa today is not altogether preposterous. Because there is another side to the coin in what appears to be a nascent Russian Federation attempt at taming Africa for its own — and perhaps China’s! — corporate interests, being the toxic effect of AFRICOM/ NATO and its abject mismanagement of resources and subversion of the African right to progressive state self-determination.

That’s because the United States and NATO operate the largest military infrastructure in Africa with thirty-four bases (some secret) and thirty new US military or NATO construction projects underway in Africa spanning four countries.

The US military has more sites in Niger – five, including Niamey, Ouallam, Arlit, Maradi, and a secret base in Dirkou – than all other countries combined in Western Africa.

Chebelley drone base in Djibouti is the largest drone base in the world where the US can strike any target in the Sahel or for that matter Iran. And AFRICOM is building a larger base, Niger Air Base 201 in Agadez, capable of striking Algeria or any location in the Sahel region while the US operates a secret drone base in Tunisia (Sidi Ahmed) now opposed by president Qays Sayed (Kais Saied).

There are five more bases in Somalia including secret bases supporting AFRICOM’s ‘Lightning Brigade’ also known as the Danab Advanced Infantry Brigade. Now guess who is training the Danab? Private US military contractors of course, Bancroft Global Development.

Kenya sports four more US military bases including Manda Bay and Mombasa, where the Manda bay base has consistently launched US drone strikes against Somalia, Yemen, and Iraq. There are three more secret US/NATO base locations located along the Libyan coast to carry out drone strikes as far-ranging as Pakistan.

Then there is Camp Lemonnier in Djibouti where approximately 4,000 US and NATO personnel are stationed. Camp Lemonnier is claimed to be the ‘only permanent US base in Africa’ – perhaps because so many new US/NATO bases are under construction while many of the rest are secret or simply addressed by some arcane acronym known only to the military.

Cameroon, Mali, and Chad also host what the US military calls ‘contingency locations’ no doubt leveraged by NATO in its rather lame attempt to control the Sahel. They include Garoua drone base, Douala, and Salak … bases which train private military contractors and track US drone strikes versus the immortal and indestructible Boko Haram terrorists, of course.

Another secret US base in Chad is the historic site of Faya Largeau. The present operational status of Faya Largeau is of course officially unknown. Gabon’s Libreville location exists to allow US military or NATO quick access for a rapid influx of US forces analogous to the base in Dakar, Senegal, which serves the same strategic purpose.

The list of NATO and US bases in Africa (whether secret or not) might continue on, however hopefully the point has been made that the mighty US/NATO presence in Africa extends far beyond the imagination of even the most devoted follower of military affairs.

That such a behemoth of an operation as represented by the US/NATO military presence in Africa could be seriously undermined by an influx of a small number of lightly armed and under-resourced Russian military contractors is not only laughable, but patently absurd.

To the contrary, what every citizen of the world should truly be concerned about is the bloated, dangerous, deadly, expensive, and destructive influence of NATO and the US military and its Surveillance State in Africa. That’s because the US military is essentially fighting itself – like Shiva the destroyer – the creator of terror.

Algeria, now a progressive forward-looking democracy with a presidential election eminent coming December 12th, 2019, is certainly aware of that. Algeria has deep understanding of western Neo-colonialism and its rule, and has avoided the western-inspired morass of IMF debt.

Algeria presently exports more oil to the rest of the world than Iran. Algeria has a stable economy and low inflation compared to other African nation, and potentially faces a bright future devoid of western meddling. Hence Algeria’s concern that it is surrounded on all sides by the tools of the US hegemon and its interventionism.

In a sense, Algeria provides an example to the rest of Northern Africa where Algeria is pursuing its right to self-determination. Most other nations in Africa cannot because they have already been subverted by the wars-for-resources and profit so favoured by corporate Washington.

The counter to this is of course Russia regardless of how feeble its efforts may seem, and how misunderstood Russia’s goals in Africa may be. But the Russian counter to US/NATO destruction and corruption in Africa may not be as straightforward as the reader imagines.

That’s because our source informs us that Russia is paving the way for China in Africa – a supposition that makes perfect sense. China is not now and has never been a Neo-colonial power. China is only too aware of the destruction wrought by loss of the people’s right to self-determination when China itself was colonized by western interests.

That Russia and China should cooperate in Africa is just as inevitable as Washington’s inability to maintain its self-bloated and expanding militarist behemoth in Africa in perpetuity.

This is the realization to be proved by time and by Washington’s continuing failure to comprehend the grievous and tragic mistakes of its hegemonic past – mistakes that the US is now only building on, exemplified only in part by the rabid anti-Russia hysteria now consuming it. And for the future of Africa… we can only hope.

*The Battle for Conoco in Syria is one specific instance

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

6 commentaires

  1. pourquoi le traducteur en haut a gauche fonctionne notamment pour l’allemand et le mandarin mais pas pour le français !

    1. Author

      C’est une anomalie assez… « coriace »! Va falloir que je m’y consacre un peu.

      1. suis je le seul car cela me le fait sur les deux navigateurs ?
        cela pourrait ^tre que la traduction ne se fait pas en français du fait que le site étant déclaré en français il est présumé que les articles sont en français . et les phrases dans une autre langue sont des citations !

        1. Raisonnement logique Roc. C’est d’ailleurs ce que j’ai pensé. Mais il faudra s’y mettre alors Strategika et nous permettre de l’avoir en français !

          1. La guerre secrète en Afrique – Par Steve Brown

            Le Pacte de Varsovie n’existe peut-être plus, mais en revanche, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord élargit son rôle perçu – l’application des intérêts occidentaux – en particulier en Afrique riche en ressources.
            ********************
            En Afrique, la France de Macron souhaite apparemment usurper l’Allemagne en tant que grande puissance européenne influente.

            Mais l’intérêt des entreprises n’est pas le seul moteur de la guerre de l’OTAN en Afrique, puisque la Fédération de Russie y a aussi des ambitions importantes.

            Les entreprises militaires privées non gouvernementales russes ou « Chastnaya Voennaya Voennaya Kompaniya » comprennent :
            RSB Group
            ****************************
            Centre R-Redut
            Antiterror-Orel
            Shchit (Shield)
            PMC Wagner
            SlavCorps
            ATK Group
            Patriot
            MAR
            Cossacks Group

            où PMC Wagner et Shield sont particulièrement actifs en Afrique.

            La liste ci-dessus peut sembler impressionnante, mais elle n’est pas comparable à la liste des entrepreneurs militaires privés occidentaux opérant au Moyen-Orient et en Afghanistan, qui existent depuis beaucoup plus longtemps, sont plus importants et mieux financés et, dans de nombreux cas, directement employés par les États qu’ils servent – y compris et surtout par les États-Unis.
            *************************
            En revanche, ces entrepreneurs russes opèrent à petite échelle, sont flexibles et emploient un large éventail de nationalités et de compétences.

            Les Chastnaya Voennaya Kompaniya russes (Entrepreneurs militaires privés, ou PMC) sont correctement appelés  » mercenaires  » parce qu’ils ne peuvent, selon la loi, agir au nom du gouvernement de la Fédération de Russie. Il est également clair que ces groupes de PMC sont principalement employés par des sociétés dont les intérêts peuvent entrer en conflit avec ceux des sociétés occidentales. *

            Quoi qu’il en soit, le magazine néolibéral soutenu par Clinton, Foreign Policy, a déjà prononcé la mort de PMC Wagner et des groupes d’entrepreneurs militaires russes associés dans l’article à succès de Hauer, The Rise and Fall of a Russian Mercenary Army.
            **************************
            Wagner Group Contractors à Palmyre, Syrie
            L’article de Foreign Policy est paru le 6 octobre 2019, le jour même où le Mozambique annonçait le succès d’Exxon dans l’obtention d’un contrat de gaz naturel liquide dans la province de Cabo Del Gado pour 30 milliards de dollars US. Il ne fait aucun doute que l’inspiration de la politique étrangère pour publier la vision troublée de Hauer sur les entrepreneurs militaires russes privés était basée sur le résultat de la bataille d’Exxon avec le géant gazier russe Gazprom pour ce contrat.

            Et c’est un problème. Le Mozambique a presque écrasé le géant minier Rio Tinto avec son scandale du charbon Riversdale lorsque le Mozambique a refusé d’autoriser le transport du charbon sur le Zambèze. Et Rio Tinto n’est pas le seul géant de l’entreprise à avoir des difficultés au Mozambique. Le Mozambique est également confronté à un grave problème de dette du FMI, avec une pauvreté et une insurrection généralisées dans certaines parties du pays, où l’une des régions les plus troublées est Cabo del Gado – source du gaz naturel liquéfié du Mozambique.

            À l’époque où Gazprom était à peine en lice pour le contrat de gaz naturel liquide de Cabo del Gado, le gouvernement mozambicain a décidé que les terroristes takfiri, alimentés par la drogue, qui erraient dans la province, devaient y aller et a choisi le fournisseur de sécurité le moins offrant pour y nettoyer.

            L’offre des services de sécurité mozambicains s’est soldée par l’embauche de PMC Wagner qui a rapidement trouvé leur action policière embourbée dans un terrain extrêmement difficile, contrée par un narcho-psychotique beaucoup plus dangereux et caractéristique des meurtriers fous de drogue que des terroristes du Jihad islamique ISIL.

            Puis, en novembre de cette année, le contrat de Wagner à Cabo del Gado s’est transformé en tragédie lorsque le Moscow Times a rapporté la mort de sept mercenaires russes sur place. Selon une source, PMC Wagner n’exerce plus ses activités dans la province.

            Les entrepreneurs russes Chastnaya Voennaya Voennaya Kompaniya ont également été actifs en République centrafricaine (RCA), où ils auraient protégé des mines de diamants tout en négociant avec les rebelles pour le contrôle des champs aurifères de Ndassima.

            Trois cinéastes russes ont été tragiquement tués dans les environs alors qu’ils enquêtaient sur les activités de Wagner en RCA à l’époque, ce qui a provoqué une théorie occidentale de conspiration selon laquelle les journalistes auraient été tués sur la base de leur travail d’enquête. La vérité, cependant, est bien plus banale : les reporters ont traversé un pont trop loin dans un territoire rebelle sans protection armée adéquate.

            Un autre rapport, non confirmé, affirme qu’un entrepreneur russe de PMC est porté disparu en Somalie alors que deux cents entrepreneurs de PMC sont récemment arrivés en Libye. Entre-temps, plus de 1 100 entrepreneurs du groupe Wagner travaillent en Cyrénaïque et en Tripolitaine. C’est à la suite de l’expansion de Wagner et des groupes PMC connexes en Libye, au Cameroun, en Ouganda, en Angola et dans le Sahel… tout cela à la grande consternation de l’armée américaine bien sûr.

            La question de savoir si les rapports ci-dessus sont exagérés ou non n’est pas pertinente. Le tableau d’ensemble est certain d’être mal compris en Occident. L’intention de la Russie en Afrique – quelle qu’elle soit – est certainement aussi mal comprise aujourd’hui qu’elle l’était avant la crise de Suez en 1956. Cette crise a conduit à une invasion et à une occupation dangereuses et préventives de l’Égypte de Nasser, écloses dans une conspiration insensée impliquant Israël, la France et la Grande-Bretagne.

            Le parallèle potentiel avec Suez en 1956 concernant l’OTAN contre la Russie en Afrique aujourd’hui n’est pas tout à fait absurde. Parce qu’il y a un revers à la médaille dans ce qui semble être une tentative naissante de la Fédération de Russie d’apprivoiser l’Afrique pour sa propre – et peut-être celle de la Chine ! – Les intérêts des entreprises, étant l’effet toxique de l’Africom/OTAN et de sa gestion abjecte des ressources et la subversion du droit africain à l’autodétermination progressive de l’État.

            C’est parce que les États-Unis et l’OTAN exploitent la plus grande infrastructure militaire d’Afrique avec trente-quatre bases (certaines secrètes) et trente nouveaux projets de construction militaires ou de l’OTAN en cours en Afrique dans quatre pays.

            L’armée américaine a plus de sites au Niger – cinq, dont Niamey, Ouallam, Arlit, Maradi et une base secrète à Dirkou – que tous les autres pays réunis en Afrique occidentale.

            La base de drones de Chebelley à Djibouti est la plus grande base de drones au monde où les Etats-Unis peuvent frapper n’importe quelle cible au Sahel ou même en Iran. Et l’Africom est en train de construire une base plus grande, la base aérienne nigérienne 201 à Agadez, capable de frapper l’Algérie ou n’importe quel endroit de la région du Sahel, tandis que les Etats-Unis exploitent une base de drones secrète en Tunisie (Sidi Ahmed), à laquelle le président Qays Sayed (Kais Saied) fait maintenant opposition.

            Il y a cinq autres bases en Somalie, y compris des bases secrètes soutenant la  » Brigade de la foudre  » de l’Africom, également connue sous le nom de Brigade d’infanterie avancée Danab. Devinez qui entraîne le Danab ? Des entrepreneurs militaires américains privés, bien sûr, Bancroft Global Development.

            Le Kenya compte quatre autres bases militaires américaines, dont Manda Bay et Mombasa, où la base de Manda Bay a constamment lancé des frappes de drones américaines contre la Somalie, le Yémen et l’Irak. Trois autres bases secrètes des États-Unis et de l’OTAN sont situées le long de la côte libyenne pour effectuer des frappes de drones d’une portée aussi grande que celle du Pakistan.

            Ensuite, il y a le camp Lemonnier à Djibouti, où sont stationnés environ 4 000 membres du personnel des États-Unis et de l’OTAN. Le Camp Lemonnier est considéré comme  » la seule base américaine permanente en Afrique  » – peut-être parce que tant de nouvelles bases américaines/OTAN sont en construction alors que beaucoup d’autres sont secrètes ou simplement adressées par un acronyme obscur connu uniquement des militaires.

            Le Cameroun, le Mali et le Tchad accueillent également ce que l’armée américaine appelle des  » sites de contingence « , sans aucun doute exploités par l’OTAN dans sa tentative plutôt boiteuse de contrôler le Sahel. Il s’agit notamment de la base de drones de Garoua, de Douala et de Salak… qui forment des entrepreneurs militaires privés et suivent les frappes des drones américains contre les terroristes immortels et indestructibles de Boko Haram, bien sûr.

            Une autre base secrète américaine au Tchad est le site historique de Faya Largeau. Le statut opérationnel actuel de Faya Largeau est bien sûr officiellement inconnu. Le site gabonais de Libreville existe pour permettre à l’armée américaine ou à l’OTAN d’accéder rapidement à un afflux rapide de forces américaines analogue à celui de la base de Dakar, au Sénégal, qui sert le même objectif stratégique.

            La liste des bases de l’OTAN et des Etats-Unis en Afrique (qu’elles soient secrètes ou non) pourrait se poursuivre, mais il faut espérer que l’on a fait valoir que la puissante présence des Etats-Unis et de l’OTAN en Afrique dépasse largement l’imagination même du plus dévoué des partisans des affaires militaires.

            Le fait qu’une opération aussi gigantesque que celle représentée par la présence militaire des États-Unis et de l’OTAN en Afrique puisse être sérieusement sapée par l’afflux d’un petit nombre d’entrepreneurs militaires russes légèrement armés et disposant de ressources insuffisantes est non seulement risible, mais aussi manifestement absurde.

            Au contraire, ce qui devrait vraiment préoccuper tous les citoyens du monde, c’est l’influence gonflée, dangereuse, mortelle, coûteuse et destructrice de l’OTAN et de l’armée américaine et de son État de surveillance en Afrique. C’est parce que l’armée américaine se bat essentiellement elle-même – comme Shiva le destructeur – le créateur de la terreur.

            L’Algérie, aujourd’hui une démocratie progressiste tournée vers l’avenir avec une élection présidentielle éminente le 12 décembre 2019, en est certainement consciente. L’Algérie a une profonde compréhension du néocolonialisme occidental et de son régime, et a évité le marasme de la dette du FMI inspiré par l’Occident.

            L’Algérie exporte actuellement plus de pétrole vers le reste du monde que l’Iran. L’Algérie a une économie stable et une faible inflation par rapport à d’autres pays africains, et fait potentiellement face à un avenir prometteur, sans ingérence de l’Occident. D’où la préoccupation de l’Algérie d’être entourée de tous côtés par les outils de l’hégémonie américaine et son interventionnisme.

            En un sens, l’Algérie est un exemple pour le reste de l’Afrique du Nord où l’Algérie poursuit son droit à l’autodétermination. La plupart des autres pays d’Afrique ne le peuvent pas parce qu’ils ont déjà été subvertis par les guerres pour les ressources et le profit, si favorisés par les entreprises de Washington.

            Le contrepoids à cela est bien sûr la Russie, même si ses efforts peuvent paraître faibles et si les objectifs de la Russie en Afrique sont mal compris. Mais la riposte russe à la destruction et à la corruption des États-Unis et de l’OTAN en Afrique n’est peut-être pas aussi simple que le lecteur l’imagine.

            C’est parce que notre source nous informe que la Russie ouvre la voie à la Chine en Afrique – une supposition qui a parfaitement raison. La Chine n’est pas et n’a jamais été une puissance néocoloniale. La Chine n’est que trop consciente de la destruction causée par la perte du droit du peuple à l’autodétermination lorsque la Chine elle-même a été colonisée par des intérêts occidentaux.

            Que la Russie et la Chine coopèrent en Afrique est tout aussi inévitable que l’incapacité de Washington à maintenir à perpétuité son béhémoth militariste qui s’est gonflé de lui-même et qui prend de l’ampleur en Afrique.

            C’est la prise de conscience qui doit être prouvée par le temps et par l’incapacité persistante de Washington à comprendre les erreurs graves et tragiques de son passé hégémonique – des erreurs sur lesquelles les Etats-Unis ne font aujourd’hui que s’appuyer, illustrées seulement en partie par l’hystérie enragée de l’anti-Russie qui en consomme actuellement. Et pour l’avenir de l’Afrique… nous ne pouvons qu’espérer.

            *La bataille de Conoco en Syrie est un exemple spécifique.

            Steve Brown
            Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.