This article is initially in English. Please choose French language option (above on the right) to read it in its original form. If your browser is in English, the default mode would result in an altered text. Thanks for your understanding.


In 1961, I left Greece for the United States. The reason for that life-changing decision was education. The University of Illinois and the University of Wisconsin welcomed me and gave me a free education. I earned my Bachelor’s and Master’s degrees from Illinois and my doctorate from Wisconsin.

In college

My education was a mixture of science and humanities. I combined zoology with Greek (ancient, medieval and modern) history, as well as Roman history and modern European (Russian, Soviet Union, Southeastern European and British) history. To this multidisciplinary bowl I added the history of science from my postdoctoral studies at Harvard.

I did all this book reading, test taking, and writing a dissertation in ten years. The next step was finding work. By the time I graduated from Wisconsin, in 1972, I was married with my first child. This made earning a living imperative.

I worked on Capitol Hill and the US Environmental Protection Agency for twenty-seven years.

Sporadically, I taught at several universities about things I learned at work: how the federal government regulates or fails to regulate pesticides and agriculture.

The hidden truth

If this sounds obscure, technical, and of little value, it is not. There’s complexity in these things, but within this complexity there are gems of truth on how this country works.

Imagine a group of bureaucrats led by a political representative of the president deciding how much pesticide poison goes into each fruit, vegetable, grain, bread, cheese  and meat Americans eat. That’s what the Office of Pesticide Programs does. The responsibility is awesome. The science is dubious; the ethics abhorrent. I did not want to do anything with it, save for criticizing the very idea of poisoning our food under the guise of environmental protection, which translated into protecting the farmer and poison maker from legal suits. The moment I came across evidence of massive and chronic malpractice and fraud in the testing of pesticides, I knew my early suspicions were legitimate; I knew how agribusiness rules America.

This experience helped me understand the meaning and practice of “environmental protection” in an industrialized America. In other words, I brought to the classroom information not in environmental policy textbooks

History, and especially the history of science, hovered around me, always tempting my thought to precedents: how did people of earlier times and other societies face the natural world or raise food?

The message to my students 

I probably overwhelmed my students with data, facts and explanations about the environment and how America works. But the take-home message to my students was a warning:

”Your elders have abandoned your protection to the unkind and often corrupt industry and politicians. Study the natural world, study the science of the environment and, once out of school, reform or change the politics of this country for your protection and the protection and health of the natural world. A polluted natural world is your enemy. It will make you sick or kill you.

“Do away with pesticides, industrial agriculture, nuclear bombs, nuclear power plants, plastics, and toxic chemicals. They were the products of war, ignorance and hubris.

“Build a society with different values, one based on carbon-free and toxic pollution-free technologies, including respect for nature. Don’t approve any industry disrupting ecosystems, poisoning the natural world, and causing the extinction of species. Learn from science and older traditions and wisdom how the world works. Learn from the natural world.”

I don’t know if my students understood me. I treated them like graduate students. I opened their eyes to the beauties of science and truth as well as the secret and corrupt ways of the chemical industry. I let them see and examine original documents showing industry-government corruption. Some of them might have passed my ideas to their parents and, possibly, administrators.

I knew college and universities were rarely on the forefront of justice or truth, much less political change. In many instances, like the land grant universities, they become the inventors of hazardous chemicals and technologies that enable agribusiness to control rural America. At other instances, universities legitimize pollution.

With some exceptions, my college colleagues were indifferent to me and my teaching.

At Humboldt State University in northern California, I taught about society and the environment in a sociology department. There was a possibility for a permanent position for me but the chairman of the department said not to bother to apply because my doctorate was in history, not sociology. I asked him to come to my class, so he could form his own opinion about my teaching. “I care less about your teaching or the admiration students have for you,” he said.

Twice at two different schools (the University of Maryland and Pitzer College) I spoke to the Dean about expanding teaching and research on the fate of black farmers in America who declined by 98 percent in the twentieth century. The Deans were black. They listened to me politely but did nothing.

These anecdotes may be a fly in the ointment, but they suggest a deeper malady.

America after WWII

Since World War II, the culture of America is becoming inimical to democracy and civilization. By civilization I mean justice, the rule of law, the employment of science for making decisions, equal opportunity for humans to make a living, relative equality among citizens and ethical and science-based government rules regulating corporate and business behavior. Moreover, protecting human and environmental health should be at the core of this civilization.

Civilization is in trouble in America. Perpetual wars, the nuclear bomb, and the supremacy of money have made this country an empire. This political transformation is dismantling democracy at home and threatens the planet.

An oligarchy of billionaires are behind this aggression. They have captured the government, milking its fat Pentagon budget while using other government departments like the Environmental Protection Agency to buy legal protection for their chemicals polluting our food, drinking water, air, rivers, lakes and the seas.

The spectacle of Trump

The spectacle of Trump being president says it all. This is a very bad man. Some people, including senior government officials, and especially ambassador Gordon Sondland, are saying Trump urged the government of Ukraine to dig dirt about his political opponent Joe Biden. Senator Kamala Harris (D-CA) accused Trump of being “a criminal in the White House.” Others charge him with betrayal and infamy for allowing the Turks to slaughter the Kurds who have been faithful American allies.

Trump is threatening democracy. He displays and employs government power for his personal benefit. He does not have a clue about international relations. He is an enemy of public and environmental health.

In desperation, the Democrats in the House are collecting evidence of wrongdoing for “impeaching” him. They know, however, that the Republicans in the Senate will declare Trump innocent of all charges.

This effort of finding Trump guilty of high crimes and misdemeanors is the ethical thing to do. But for me, Trump’s persistent undermining of this country’s environmental laws, including his willful ignorance of climate change, constitute high crimes and misdemeanors. They are translated into policies hurting and killing people all over the country. And pretending there’s no climate change, as the Trump EPA does, exacerbates the onslaught from climate change.

This official apathy and blindness is affecting the country, even the Democratic politicians running for president. The warming of the Earth and the fossil fuels causing it have all but disappeared from public discourse.

With the possible exception of Senator Bernie Sanders (I-VT), I just don’t think these candidates are passionate enough to embrace the climate threat and opportunity for shaping American politics and assuring the survival of civilization and the natural world. Yet they say climate change is the gravest danger America and the world face.

The hegemony of commercial television

Another way of explaining this pathology is the overwhelming power and influence of commercial television. It has remade Americans into obedient corporate subjects. Just like cigarette companies during most of the twentieth century brained-washed Americans to do nothing without a cigarette hanging from their mouth, advertisements and news reporting mix with each other so thoroughly the viewer, in most case, does not understand the difference between the two. The result of this willful malpractice and propaganda is the dumbing down of Americans.

Second, commercial television networks treat the natural world like a  zoo: a place for expensive cruises, hunting, industrialized farming, logging, mining and forest fires. Even the PBS and BBC nature documentaries keep corporate crimes against nature strictly separate from the lives of the threatened species they document.

This television onslaught has been taking place for decades while most Americans live increasingly in cities, which separate them further from the natural world.

Despite this undemocratic and plutocratic record, commercial television is in charge of the Democratic presidential debates. They ask the questions and restrict answers to seconds and minutes.

Undoing this industrial-cultural-academic-television-propaganda complex requires a “political revolution” even greater than the revolution Senator Bernie Sanders has in mind.

The Sanders agenda

Sanders is an angry American prophet who insists in bringing justice back to America. He wants an economy for all. He is lashing at bankers, drug and insurance companies, billionaires, Trump and the Republicans. He is accusing them of theft: sucking trillions to an oligarchy and impoverishing the rest.

Should Sanders be elected, this country may be spared some of the calamity of climate change. He has promised repeatedly to put fossil fuel companies out of business – replacing them with carbon-free alternatives and creating 20,000,000 well-paying jobs.

In addition, Sanders is likely to save America from tyranny. This will demand a Herculean labor: channeling the Potomac River through the Washington stables of billionaires and industry lobbyists.

This would demand the end of exporting American jobs; taxing the billionaires enough to narrow the gigantic gap between them and the rest of Americans: use that money to fund climate change and cleaning up and eliminating pollution; outlawing the fossil fuels industry and funding alternative carbon-free energy technologies; revive the New Deal government programs of President Roosevelt for healthy farming, environment, and rebuilding of rural America; upgrade America’s medical mess to European health standards; make state universities free; give EPA the freedom and independence it needs to embrace its real mission; regulate commercial television: it should not be able to interrupt news with advertisements, nor charge money to politicians running for office; regulate and tax Wall Street; regulate and tax agribusiness: ban pesticides, break up large plantations, and bring back family farms.

Finally, take money out of politics.

Only this broad agenda of economic, social and ecological renewal can put the breaks to a Hothouse Earth and violent political revolution.

Evaggelos Vallianatos

Evaggelos Vallianatos is a historian and environmental strategist, who worked at the US Environmental Protection Agency for 25 years. He is the author of 6 books, including Poison Spring with Mckay Jenkings.

This article was first published here.

Publicités

Un commentaire

  1. Une nation dirigée par des milliardaires et des lobbyistes par Evaggelos Vallianatos

    En 1961, j’ai quitté la Grèce pour les États-Unis. La raison de cette décision qui a changé ma vie était l’éducation. L’Université de l’Illinois et l’Université du Wisconsin m’ont accueilli et m’ont donné une éducation gratuite. J’ai obtenu mon baccalauréat et ma maîtrise de l’Illinois et mon doctorat du Wisconsin.

    À l’université

    Mon éducation était un mélange de sciences et de sciences humaines. J’ai combiné la zoologie avec l’histoire grecque (ancienne, médiévale et moderne), l’histoire romaine et l’histoire européenne moderne (russe, soviétique, du sud-est de l’Europe et britannique). À ce bol multidisciplinaire, j’ai ajouté l’histoire de la science de mes études postdoctorales à Harvard.

    J’ai lu tous ces livres, passé des tests et écrit une dissertation en dix ans. L’étape suivante consistait à trouver du travail. Lorsque j’ai obtenu mon diplôme du Wisconsin, en 1972, j’étais mariée et j’avais mon premier enfant. C’est ce qui a fait de gagner sa vie un impératif de vie.

    J’ai travaillé au Capitole et à l’Agence américaine de protection de l’environnement pendant vingt-sept ans.

    De temps à autre, j’ai enseigné dans plusieurs universités ce que j’ai appris au travail : comment le gouvernement fédéral réglemente ou non les pesticides et l’agriculture.

    La vérité cachée

    Si cela semble obscur, technique et de peu de valeur, ce n’est pas le cas. Il y a de la complexité dans tout cela, mais à l’intérieur de cette complexité, il y a des joyaux de vérité sur la façon dont ce pays fonctionne.

    Imaginez un groupe de bureaucrates dirigé par un représentant politique du président qui décide de la quantité de poison pesticide contenue dans chaque fruit, légume, grain, pain, fromage et viande que les Américains consomment. C’est ce que fait le Bureau des programmes de pesticides. La responsabilité est énorme. La science est douteuse, l’éthique détestable. Je ne voulais rien en faire, sauf critiquer l’idée même d’empoisonner nos aliments sous prétexte de protéger l’environnement, ce qui s’est traduit par la protection de l’agriculteur et du fabricant de poison contre les poursuites judiciaires. Dès que j’ai découvert des preuves de malversations et de fraudes massives et chroniques dans les essais de pesticides, j’ai su que mes premiers soupçons étaient légitimes ; je savais comment l’agro-industrie réglemente l’Amérique.

    Cette expérience m’a aidé à comprendre le sens et la pratique de la « protection de l’environnement » dans une Amérique industrialisée. En d’autres termes, j’ai apporté en classe des informations qui ne figuraient pas dans les manuels de politique environnementale.

    L’histoire, et en particulier l’histoire de la science, planait autour de moi, me tentant toujours de penser à des précédents : comment les gens d’autrefois et d’autres sociétés ont-ils affronté le monde naturel ou élevé leur nourriture ?

    Le message à mes étudiants

    J’ai probablement submergé mes élèves de données, de faits et d’explications sur l’environnement et le fonctionnement de l’Amérique. Mais le message à mes élèves était un avertissement :

    « Vos aînés ont abandonné votre protection à l’industrie et aux politiciens méchants et souvent corrompus. Étudiez le monde naturel, étudiez la science de l’environnement et, une fois sorti de l’école, réformez ou changez la politique de ce pays pour votre protection et la protection et la santé du monde naturel. Un monde naturel pollué est votre ennemi. Cela vous rendra malade ou vous tuera.

    « En finir avec les pesticides, l’agriculture industrielle, les bombes nucléaires, les centrales nucléaires, les plastiques et les produits chimiques toxiques. Ils étaient le produit de la guerre, de l’ignorance et de l’orgueil.

    « Construire une société avec des valeurs différentes, basées sur des technologies sans carbone et sans pollution toxique, y compris le respect de la nature. N’approuvez aucune industrie qui perturbe les écosystèmes, empoisonne le monde naturel et cause l’extinction d’espèces. Apprenez de la science, des traditions plus anciennes et de la sagesse comment le monde fonctionne. « Apprenez du monde naturel. »

    Je ne sais pas si mes élèves m’ont compris. Je les ai traités comme des étudiants diplômés. Je leur ai ouvert les yeux sur les beautés de la science et de la vérité ainsi que sur les chemins secrets et corrompus de l’industrie chimique. Je leur ai fait voir et examiner des documents originaux montrant la corruption de l’industrie et du gouvernement. Certains d’entre eux ont pu transmettre mes idées à leurs parents et, peut-être, aux administrateurs.

    Je savais que les collèges et les universités étaient rarement à l’avant-garde de la justice ou de la vérité, et encore moins du changement politique. Dans de nombreux cas, comme les universités qui accordent des subventions foncières, elles deviennent les inventeurs de produits chimiques et de technologies dangereux qui permettent à l’agro-industrie de contrôler l’Amérique rurale. Dans d’autres cas, les universités légitiment la pollution.

    À quelques exceptions près, mes collègues du collège étaient indifférents à moi et à mon enseignement.

    J’ai enseigné la société et l’environnement dans un département de sociologie à la Humboldt State University, dans le nord de la Californie. Il y avait une possibilité de poste permanent pour moi, mais le directeur du département m’a dit de ne pas me donner la peine de postuler parce que mon doctorat était en histoire, pas en sociologie. Je lui ai demandé de venir à ma classe pour qu’il puisse se faire sa propre opinion sur mon enseignement. « Je me soucie moins de votre enseignement ou de l’admiration que les étudiants ont pour vous « , dit-il.

    Deux fois dans deux écoles différentes (l’Université du Maryland et le Pitzer College), j’ai parlé au doyen de l’expansion de l’enseignement et de la recherche sur le sort des agriculteurs noirs en Amérique qui ont diminué de 98 % au XXe siècle. Les Doyens étaient noirs. Ils m’ont écouté poliment mais n’ont rien fait.

    Ces anecdotes peuvent être une mouche dans la pommade, mais elles suggèrent une maladie plus profonde.

    L’Amérique après la Seconde Guerre mondiale

    Depuis la Seconde Guerre mondiale, la culture américaine devient hostile à la démocratie et à la civilisation. Par civilisation, j’entends la justice, la primauté du droit, l’utilisation de la science pour prendre des décisions, l’égalité des chances pour les humains de gagner leur vie, l’égalité relative entre les citoyens et les règles gouvernementales éthiques et scientifiques régissant le comportement des entreprises et des affaires. De plus, la protection de la santé humaine et de l’environnement devrait être au cœur de cette civilisation.

    La civilisation est en difficulté en Amérique. Les guerres perpétuelles, la bombe nucléaire et la suprématie de l’argent ont fait de ce pays un empire. Cette transformation politique démantèle la démocratie chez nous et menace la planète.

    Une oligarchie de milliardaires est à l’origine de cette agression. Ils ont capturé le gouvernement, trayant son budget de matières grasses du Pentagone tout en utilisant d’autres ministères comme l’Agence de protection de l’environnement pour acheter une protection légale pour leurs produits chimiques qui polluent nos aliments, notre eau potable, notre air, nos rivières, nos lacs et nos mers.

    Le spectacle de Trump

    Le spectacle du président Trump en dit long. C’est un homme très méchant. Certaines personnes, y compris de hauts fonctionnaires du gouvernement, et en particulier l’ambassadeur Gordon Sondland, affirment que Trump a exhorté le gouvernement ukrainien à déterrer des informations sur son opposant politique Joe Biden. Le sénateur Kamala Harris (D-CA) a accusé Trump d’être « un criminel à la Maison Blanche ». D’autres l’accusent de trahison et d’infamie pour avoir permis aux Turcs de massacrer les Kurdes qui ont été de fidèles alliés américains.

    Trump menace la démocratie. Il montre et utilise le pouvoir du gouvernement à son avantage personnel. Il n’a aucune idée des relations internationales. C’est un ennemi de la santé publique et de l’environnement.

    En désespoir de cause, les démocrates à la Chambre recueillent des preuves d’actes répréhensibles pour l’avoir « destitué ». Ils savent, cependant, que les républicains au Sénat déclareront Trump innocent de toutes les accusations.

    Cet effort pour déclarer Trump coupable de crimes et délits graves est la chose éthique à faire. Mais pour moi, le fait que Trump persiste à saper les lois environnementales de ce pays, y compris son ignorance délibérée des changements climatiques, constitue des crimes et délits graves. Elles se traduisent par des politiques qui blessent et tuent des gens dans tout le pays. Et prétendre qu’il n’y a pas de changement climatique, comme le fait l’APE Trump, exacerbe l’assaut du changement climatique.

    Cette apathie officielle et cette cécité affectent le pays, même les politiciens démocrates qui se présentent aux élections présidentielles. Le réchauffement de la Terre et les combustibles fossiles qui en sont la cause ont pratiquement disparu du discours public.

    À l’exception peut-être du sénateur Bernie Sanders (I-VT), je ne pense pas que ces candidats soient assez passionnés pour saisir la menace climatique et l’occasion de façonner la politique américaine et d’assurer la survie de la civilisation et du monde naturel. Pourtant, ils disent que le changement climatique est le danger le plus grave auquel l’Amérique et le monde sont confrontés.

    L’hégémonie de la télévision commerciale

    Une autre façon d’expliquer cette pathologie est le pouvoir et l’influence écrasants de la télévision commerciale. Il a transformé les Américains en sujets corporatifs obéissants. Tout comme les fabricants de cigarettes pendant la plus grande partie du XXe siècle, les Américains qui se sont lavés le cerveau pour ne rien faire sans une cigarette suspendue à la bouche, les publicités et les reportages d’actualités se mélangent de façon si complète, le spectateur, dans la plupart des cas, ne comprend pas la différence entre les deux. Le résultat de cette malversation délibérée et de cette propagande est le nivellement par le bas des Américains.

    Deuxièmement, les réseaux de télévision commerciale traitent le monde naturel comme un zoo : un endroit pour les croisières coûteuses, la chasse, l’agriculture industrialisée, l’exploitation forestière, l’exploitation minière et les feux de forêt. Même les documentaires de PBS et de la BBC sur la nature gardent les crimes contre la nature commis par les entreprises strictement séparés de la vie des espèces menacées qu’ils documentent.

    Cet assaut télévisuel a lieu depuis des décennies alors que la plupart des Américains vivent de plus en plus dans les villes, qui les séparent encore plus du monde naturel.

    Malgré ce bilan antidémocratique et ploutocratique, la télévision commerciale est en charge des débats présidentiels démocrates. Ils posent les questions et limitent les réponses aux secondes et aux minutes.

    Le démantèlement de ce complexe industriel-culturel-culturel-universitaire-télévision-propagande exige une « révolution politique » encore plus grande que celle que le sénateur Bernie Sanders a en tête.

    Le programme de Sanders

    Sanders est un prophète américain en colère qui insiste pour ramener la justice en Amérique. Il veut une économie pour tous. Il s’en prend aux banquiers, aux compagnies pharmaceutiques et d’assurance, aux milliardaires, à Trump et aux républicains. Il les accuse de vol : sucer des billions à une oligarchie et appauvrir le reste.

    Si Sanders est élu, ce pays pourrait être épargné par une partie de la calamité du changement climatique. Il a promis à maintes reprises de mettre les entreprises de combustibles fossiles en faillite – en les remplaçant par des alternatives sans carbone et en créant 20 000 000 d’emplois bien rémunérés.

    En outre, Sanders est susceptible de sauver l’Amérique de la tyrannie. Cela exigera un travail herculéen : canaliser le Potomac à travers les écuries de milliardaires et de lobbyistes de l’industrie de Washington.

    Cela exigerait la fin de l’exportation des emplois américains, la taxation des milliardaires au point de réduire l’écart gigantesque qui les sépare du reste des Américains : utiliser cet argent pour financer le changement climatique, nettoyer et éliminer la pollution, interdire l’industrie des combustibles fossiles et financer les technologies énergétiques alternatives sans carbone, relancer les programmes gouvernementaux du New Deal du président Roosevelt pour une agriculture saine, un environnement et reconstruire l’Amérique rurale, mettre le bordel médical américain aux normes sanitaires européennes, libérer les universités nationales, donner la liberté et l’indépendance nécessaires pour permettre aux EPA de réaliser sa véritable mission, réguler la télévision commerciale : il ne devrait pas être en mesure d’interrompre les nouvelles par des publicités, ni d’imposer des frais aux politiciens qui se présentent aux élections ; de réglementer et d’imposer Wall Street ; de réglementer et d’imposer l’agrobusiness : interdire les pesticides, démanteler les grandes plantations et ramener les exploitations familiales.

    Enfin, retirer l’argent de la politique.

    Seul ce vaste programme de renouveau économique, social et écologique peut mettre un terme à une révolution politique violente de Hothouse Earth.

    Communiqués de presse Vallianatos

    Evaggelos Vallianatos est un historien et un stratège de l’environnement, qui a travaillé à l’Agence américaine de protection de l’environnement pendant 25 ans. Il est l’auteur de 6 livres, dont Poison Spring with Mckay Jenkings.

    Cet article a été publié pour la première fois ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.