This article is initially in English. Please choose French language option (above on the right) to read it in its original form. If your browser is in English, the default mode would result in an altered text. Thanks for your understanding.


The Secret War in Africa (part 1) covered the overall strategic predominance of US military/ NATO bases – some secret – in Africa, and the expansion by private military contractors (PMC) there in aid of corporate and national interests according to the major powers.

In Part 2 we examine the geopolitical associations in Africa which vary by nation, where major powers have a vested interest in a particular resource causing that major power to assume an aggressive posture to ‘protect’ its national interest by dominating or subverting the African state, in possession of that resource.

Typically those resources include natural gas, oil, gold, diamonds, silver, uranium, coal, rare earth elements and minerals, etc. Thus the major powers have their ‘client states’ in pursuance of the extraction of those resources, where that extraction may result in corruption, confrontation, armed aggression, and even support for terrorist organizations in those states.

In this post-Colonial era the extraction of resources by the major powers in a region where the indigenous people are exhorted to have their own right to self-determination is a significant challenge to global corporations, and former colonial occupiers in Africa like Britain, Belgium, France, Germany, Italy, etc.

When corporate interests either collide or collude with state interests the local insurrection may be severe as mining giant Rio Tinto discovered in Bougainville. Other examples include coal and natural gas in Mozambique; uranium and gold in Niger and Mali; oil in Sudan; diamonds in the Central African Republic, and so on.

France in Africa

Perhaps the most notable component for NATO – specifically for France – is the uranium needed to run its nuclear operations. Most of that uranium originates in Africa even though France has reduced its capacity for nuclear power. Even so, France still receives in excess of two-thirds of its electricity from nuclear power via the former Areva Corporation, now called Framatome.

The uranium mined for Framatome’s nuclear reactors is commonly found in the Sahel region of Africa where most of France’s uranium comes from, primarily northern Niger and Mali. Chad** and Mauritania also possess enormous reserves of the dangerous material. Mali is the fourth-largest supplier of gold too, and with falling registered gold reserves and the already accomplished confiscation of gold by the West from its failed states, Mali makes an especially attractive target… particularly for the EU’s struggling banks.

After the indigenous people of the Sahel suffered serious illness from the effect of uranium mining – where drinking water is frequently contaminated – activist leader Al Moustapha Al-Hacen and NGO Aghirin cooperated to oppose France’s corrupt mining giant Areva in Niger and Mali after 2001.

By 2006-2009 the protests and strikes in Agadez and Mali became effective versus Areva. And by 2011 – surprisingly coincident with Hillary Clinton’s “Arab Spring” – mysterious new terror cells appeared in the Sahel subsequent to the NATO destruction of Gaddafi’s government, including:

  • Movement for Oneness Jihad in West Africa (MUJAO) funded by France/Morocco Intel,
The black flag of the mysterious MUJAO
  • Ansar Dine funded by France/Morocco Intelligence Services
  • Al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM) funded by the United States of America CIA

Prior to 2011, a Tuareg rebellion led by the Movement for the Liberation of Azawad (MNLA) had some success versus the Malian government and versus Areva.

MNLA fighters in Northern Mali

The MNLA is a legitimate secular rebel group and is not funded by any western intelligence service. MNLA’s success eventually led to air and ground assaults by France in Mali in Operation Serval (with bases in Bamako and N’Djamena) by 2014.

Under the guise of striking al Qaeda and ISIL in Africa – a continent where those groups did not exist prior to 2010 – France invoked air strikes and ground assaults versus the indigenous people who have been most effective in their resistance to Areva.

France’s military uses Bamako airport and Gao airfield in Mali (which host the MINUSMA mission) and N’Djamena in Chad where these facilities certainly do not provide ideal bases for striking the rebellious indigenous population of the region. * Unfortunately for Macron’s ultra-high-tech world order, Bamako and N’Djamena air strips are ill-equipped for modern military aircraft.

France is waging a secret war in the Sahel to save this area from the Libyan disaster aftermath caused by Obama and Sarkozy regimes.

Now, with the commissioning of the US Niger Air Base 201 as of November 1st, 2019, the question arises as to whether Macron will be allowed to use this base to bomb Tuareg protestors. That’s because NATO and the US military will not reveal whether Niger Base 201 may be jointly used, where all such communications appear to be classified. However, Base 201 may be considered a defacto ‘secret’ NATO air base.

US Air Base 201 in Niger

Note that the United States imports less than 3% of its uranium from Niger whereas France imports more than ten times that much (in percentage terms). While the United States imports very little oil from Africa, France by contrast imports large amounts. France imports oil from Nigeria, from Angola, Libya and Algeria — comprising one-quarter of France’s oil imports overall.

These ‘divergent goals’ and the rift between the United States and France has recently come to light. France’s position in Africa has been modified by the ascendance of Donald Trump because under the Obama regime the United States and France had been marching in goose-step… or, lockstep.. but not anymore — at least for now.

The United States has asked France and all other NATO nations to contribute more funding to the construction and operation of bases – including Air Base 201 and other NATO bases. But even if France does have the use of Niger Base 201 it is clear that Macron prefers to see such a base owned and controlled by the European Union. Overall, the foregoing may lend some insight about Macron’s drastic words ie that NATO is ‘brain dead’.

France is evidently wheeling for a predominant position in the EU as a major power which has escaped France so far and (perhaps) resulted in NATO keeping quiet about its bases in Africa. At present all such NATO bases in Africa are used secretly or covertly by NATO because NATO does not fund any US military base.

United States Bases in Africa

The United States has its own agenda of course for the thirty-four military bases it operates in Africa (with many more under construction). One can only surmise about the rapid growth of bases there since 2016. It appears that this rapid growth is not based on a particular goal to cull resources in Africa at present; instead the US intends to maintain its role as global hegemon, to manage its Empire by Terror in the region, and to resist any nascent exploitation of African resources or expansion by Russia or China.

Africom

The United States is of course forward-looking in its role as unilateral global hegemonic and understands that it will not always be self-sufficient in oil. At some point shale and fracking will be done where Oilprice touts that shale is already in trouble with fracking to follow by 2024.

In that event — and since the United States has already destroyed most of the Middle East — Africa will become important to the US as a source for oil going forward. Meanwhile US plans to expand its designs on natural gas from Mozambique and elsewhere in Africa continue apace.

In summary US bases in Africa serve these purposes:

  • Beheading anyone by drone as seen fit,
  • A gateway to African resources if and when they are needed (generally corporate)
  • To prevent and discourage Russia and China from exploiting resources in Africa
  • Use of bases by NATO should that interest coincide with US interest
  • Reinforcement of the US global hegemonic

Russian Base in Eritrea

Russia has only one base in Africa. Russia’s Eritrea Logistics Centre is a recent development and the intended purpose for this site is presently unclear and it may not be a military base. However the Russian leadership has publicly expressed its interest in developing resources in Africa especially to provide safe nuclear power on the continent, and this site may bear some relation.

As covered in part 1 , private military contractors from Russia have been active providing security in the following African states:

Central African Republic, Resources: gold, timber, diamonds
Libya: Oil, natural gas, iron ore
Mozambique: Russian giant Gazprom was in competition with US Exxon for a large natural gas contract in a lawless region of Mozambique which was awarded to Exxon
Angola: iron ore, diamonds, petroleum, bauxite, uranium, feldspar and petroleum
Uganda: copper, cobalt, gold, platinum
Cameroon: oil, timber, hydroelectric power, rubber, palm oil, natural gas, cobalt, nickel

The relevant resources are listed because PMC contractors are generally hired to protect these resources on behalf of their private clients — no Russian Federation bases in Africa or Russian governmental ambitions are involved. PMC contractors support either Russian corporate interests or the local interests of their hosts and clients in Africa.

Regardless, the presence of private military contractors in Africa with connections to any Russian private business bears no relation – not even a remote comparison — to the massive and bloated US military presence in Africa.

China’s PLA Military Support Base in Djibouti

China’s military base in Djibouti was established in 2017 perhaps to counter the growing threat of US unilateralism. Since the base opened, a number of alarming reports have appeared in the US major media including the idea that the US could ‘lose its only base in Africa’ due to China’s presence when in fact Washington supports a vast number of bases in Africa.

China states that its purpose in Djibouti is to maintain peace in the region and to support humanitarian operations in Africa. That China appreciates African resources and their potential for development is just as relevant as saying that all other major powers appreciate the same.

China has a specific vested interest in patrolling the Gulf of Aden to ensure that piracy versus its shipping is kept in check.

Summary

There is a trite saying that the last frontier is space, but for those of us on earth it’s clear that Africa is the last frontier. Africa is a continent of resources and promise that could be responsibly developed and thrive if there were only any will in the world to do so.

Climate change and a declining world order make the prospect for Africa look bleak, as well as the resurgence in western colonial thought which sees Africa not as a treasure chest for promise, but for greed.

There are tiny rays of hope for Africa in the form of Algeria, Tunisia, and even Eritrea… but the colliding world disorder of West versus East and ever-deepening corruption in the ever-decaying west may not spare Africa. The ‘secret war’ in Africa is just that – secret, and shall remain so, so long as the new world disorder — primarily engendered by the West – continues in its apparent death spiral.

*While this may seem an extreme statement, recall the Hegelian Dialectic only as a tool for Western imperialism as discussed in Empire by Terror, Afghanistan to Syria: Brzezinksi’s al Qaeda Doctrine . There is no doubt that the US/NATO destruction of Libya and the creation of the failed state there contributed to a plethora of weaponry in the Sahel region but not all unrest there may be directly attributed to takfiri Jihadi terrorists.

**In Chad, France experienced major problems especially during the Chadian civil war. Recall that as the former colonial power France exports much to Chad, Mali, and Niger. In Chad, France accounts for 30% of all Chadian imports. The Sudan threat to Chad was countered by France.

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Fort Russ News, and Strategika51.

Publicités

11 commentaires

  1. Thank you to this site for publishing! And it is quite remarkable to choose the language… the translation is good considering the difficulty.

    Meanwhile I am forever indebted to Mr Wes for helping with material and suggested sources!

  2. Monsieur Steve Brown @
    Bravo pour vôtre analyse, qui énumère brièvement, un à un le rôle de chacun des principaux protagonistes, en décrivant ce qu’est la réelle situation qui prévôt non seulement sur ce continent qu’est africain, mais partout dans le monde.
    Bravo pour ces éclaircissements, qui seront utiles pour les gens lucides, et d’autres qui le sont moins.
    Cordialement

  3. Elimination eugénique de masse du non-profitable –

    Prémices de l’ordonnancement de l’eugénisme ploutocratique.

    Texte de Michel Dakar, chercheur en politique globale, autonome, Villequier ex-France, province coloniale en cours de dépeçage de l’Empire ex-mondial israélo-US, nécrogène, en voie de dislocation rapide, le 29 novembre 2019.

    http://www.aredam.net/premices-de-l-ordonnancement-de-l-eugenisme-ploutocratique.html

    Documentation :
    Article de Le Parisien, pages 1, 2 et 3 du 25 novembre 2019 : « Euthanasie – Ils commandent ce produit pour se tuer. La mort sur commande ».
    http://www.aredam.net/commencement-de-la-mise-en-place-de-l-organisation-etatique-du-suicide-de-masse.pdf

    PHOTOGRAPHIE SUR PAGE DU SITE

    Le régime occidental a lancé sa campagne visant à ce que les inutiles, non-rentables, excédentaires s’éliminent d’eux-même.

    En page 1 du premier organe populaire de masse français de propagande, de conditionnement et de désinformation, Le Parisien, annonçant l’article en page 2 et 3, le 25 novembre 2019 le régime occidental informe du produit qu’il faut acheter pour mettre fin à ses jours sans souffrances et avec toutes les chances de succès, produit que tout un chacun peut commander quasiment sans risque, sur l’internet.

    Le régime commence à donner la parole aux personnes âgées et aux malades, pour amener doucement vers les cibles réelles, que sont les couches superflues de la population, selon des critères économiques.


  4. Exclusif : La guerre secrète en Afrique (2e partie) – par Steve Brown

    La guerre secrète en Afrique (partie 1) a couvert la prédominance stratégique globale des bases militaires américaines/OTAN – certaines secrètes – en Afrique, et l’expansion par des entrepreneurs militaires privés (PMC) en Afrique au profit des intérêts nationaux et corporatifs selon les grandes puissances.
    ***************************
    Dans la deuxième partie, nous examinons les associations géopolitiques en Afrique qui varient selon les nations, où les grandes puissances ont un intérêt direct dans une ressource particulière, ce qui amène cette grande puissance à adopter une attitude agressive pour  » protéger  » ses intérêts nationaux en dominant ou en renversant l’État africain qui possède cette ressource.

    Ces ressources comprennent généralement le gaz naturel, le pétrole, l’or, les diamants, l’argent, l’uranium, le charbon, les éléments des terres rares et les minéraux, etc. Ainsi, les grandes puissances ont leurs  » États clients  » dans la poursuite de l’extraction de ces ressources, lorsque cette extraction peut entraîner la corruption, la confrontation, l’agression armée et même le soutien aux organisations terroristes dans ces États.

    En cette ère post-coloniale, l’extraction des ressources par les grandes puissances dans une région où les peuples autochtones sont exhortés à avoir leur propre droit à l’autodétermination est un défi important pour les entreprises mondiales et les anciens occupants coloniaux en Afrique comme la Grande-Bretagne, la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Italie, etc.

    Lorsque les intérêts des entreprises entrent en conflit ou sont de connivence avec les intérêts de l’État, l’insurrection locale peut être grave, comme le géant minier Rio Tinto l’a découvert à Bougainville. D’autres exemples incluent le charbon et le gaz naturel au Mozambique ; l’uranium et l’or au Niger et au Mali ; le pétrole au Soudan ; les diamants en République centrafricaine, etc.

    La France en Afrique
    ************************
    L’élément le plus notable pour l’OTAN – et plus particulièrement pour la France – est peut-être l’uranium nécessaire à la conduite de ses opérations nucléaires. La majeure partie de cet uranium provient d’Afrique, même si la France a réduit sa capacité de production d’énergie nucléaire. Malgré cela, la France continue de recevoir plus des deux tiers de son électricité d’origine nucléaire via l’ancienne Areva Corporation, aujourd’hui dénommée Framatome.

    L’uranium extrait pour les réacteurs nucléaires de Framatome se trouve couramment dans la région sahélienne d’Afrique d’où provient l’essentiel de l’uranium français, principalement le nord du Niger et du Mali. Le Tchad** et la Mauritanie possèdent également d’énormes réserves de ces matières dangereuses. Le Mali est également le quatrième fournisseur d’or en importance, et avec la baisse des réserves d’or enregistrées et la confiscation déjà accomplie de l’or par l’Occident de ses États en faillite, le Mali constitue une cible particulièrement attrayante… particulièrement pour les banques en difficulté de l’UE.

    Après que les populations indigènes du Sahel aient souffert d’une grave maladie due à l’exploitation minière de l’uranium – où l’eau potable est fréquemment contaminée – le dirigeant militant Al Moustapha Al-Hacen et l’ONG Aghirin ont coopéré pour s’opposer au géant minier français Areva au Niger et au Mali après 2001.

    En 2006-2009, les protestations et les grèves à Agadez et au Mali sont devenues effectives contre Areva. Et en 2011 – coïncidant étonnamment avec le « printemps arabe » d’Hillary Clinton – de nouvelles cellules terroristes mystérieuses sont apparues au Sahel après la destruction par l’OTAN du gouvernement de Kadhafi, notamment :

    Mouvement pour l’Unitude Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) financé par France/Maroc Intel,
    ******************
    -Ansar Dine financé par les services de renseignement France/Maroc
    Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) financé par les États-Unis d’Amérique CIA
    Avant 2011, une rébellion touareg menée par le Mouvement pour la libération de l’Azawad (MNLA) a eu quelques succès contre le gouvernement malien et contre Areva.
    **************************
    Le MNLA est un groupe rebelle laïque légitime et n’est financé par aucun service de renseignement occidental. Le succès du MNLA a finalement conduit à des attaques aériennes et terrestres de la France au Mali dans le cadre de l’opération Serval (avec des bases à Bamako et N’Djamena) en 2014.
    **************************
    Sous prétexte de frapper Al-Qaïda et l’ISIL en Afrique – un continent où ces groupes n’existaient pas avant 2010 – la France a invoqué des frappes aériennes et des attaques au sol contre les peuples autochtones qui ont été les plus efficaces dans leur résistance à Areva.

    L’armée française utilise l’aéroport de Bamako et l’aérodrome de Gao au Mali (qui accueillent la mission MINUSMA) et N’Djamena au Tchad où ces installations ne constituent certainement pas des bases idéales pour frapper la population autochtone rebelle de la région. * Malheureusement pour l’ordre mondial ultra-haute technologie de Macron, les aérodromes de Bamako et N’Djamena sont mal équipés pour les avions militaires modernes.

    Maintenant, avec la mise en service de la base aérienne US Niger Air Base 201 à partir du 1er novembre 2019, la question se pose de savoir si Macron sera autorisé à utiliser cette base pour bombarder les manifestants touareg. C’est parce que l’OTAN et l’armée américaine ne révéleront pas si la Base 201 du Niger peut être utilisée conjointement, où toutes ces communications semblent être classifiées. Cependant, le Camp 201 peut être considéré de facto comme une base aérienne  » secrète  » de l’OTAN.
    **************************
    Base aérienne US 201 au Niger
    A noter que les Etats-Unis importent moins de 3% de leur uranium du Niger alors que la France en importe plus de dix fois plus (en pourcentage). Alors que les États-Unis importent très peu de pétrole d’Afrique, la France en importe en revanche de grandes quantités. La France importe du pétrole du Nigeria, de l’Angola, de la Libye et de l’Algérie, ce qui représente un quart de l’ensemble des importations françaises de pétrole.

    Ces  » objectifs divergents  » et le clivage entre les Etats-Unis et la France sont apparus récemment. La position de la France en Afrique a été modifiée par l’ascension de Donald Trump parce que sous le régime Obama, les Etats-Unis et la France avaient marché à pas de cygne… ou, pas de serrure… mais plus maintenant, du moins pour le moment.

    Les États-Unis ont demandé à la France et à tous les autres pays de l’OTAN de contribuer davantage au financement de la construction et de l’exploitation des bases – y compris la base aérienne 201 et les autres bases de l’OTAN. Mais même si la France dispose de la base 201 du Niger, il est clair que Macron préfère voir une telle base détenue et contrôlée par l’Union européenne. Dans l’ensemble, ce qui précède peut donner un aperçu des mots radicaux de Macron, à savoir que l’OTAN est  » en mort cérébrale « .

    De toute évidence, la France s’efforce d’obtenir une position prédominante au sein de l’UE en tant que grande puissance qui a échappé à la France jusqu’à présent et qui a (peut-être) amené l’OTAN à garder le silence sur ses bases en Afrique. Actuellement, toutes les bases de l’OTAN en Afrique sont utilisées secrètement ou clandestinement par l’OTAN parce que l’OTAN ne finance aucune base militaire américaine.

    Bases américaines en Afrique

    Les États-Unis ont bien sûr leur propre programme pour les trente-quatre bases militaires qu’ils exploitent en Afrique (et beaucoup d’autres sont en construction). On ne peut que présumer de la croissance rapide des bases qui s’y trouvent depuis 2016. Il semble que cette croissance rapide ne soit pas basée sur un objectif particulier d’abattage des ressources en Afrique à l’heure actuelle, mais plutôt sur l’intention des Etats-Unis de maintenir leur rôle d’hégémonie mondiale, de gérer leur empire par la terreur dans la région et de résister à toute exploitation naissante des ressources africaines ou expansion par la Russie ou la Chine.
    *********************
    Africom
    Les États-Unis sont bien sûr tournés vers l’avenir dans leur rôle d’hégémonie mondiale unilatérale et comprennent qu’ils ne seront pas toujours autosuffisants en pétrole. À un moment donné, le schiste argileux et la fracturation se feront là où le prix du pétrole indique que le schiste argileux est déjà en difficulté avec la fracturation qui suivra d’ici 2024.

    Dans ce cas – et puisque les États-Unis ont déjà détruit la majeure partie du Moyen-Orient – l’Afrique deviendra une source importante de pétrole pour les États-Unis à l’avenir. Dans le même temps, les États-Unis prévoient d’étendre leurs projets au gaz naturel en provenance du Mozambique et d’autres pays d’Afrique, et ce, à un rythme soutenu.

    En résumé, les bases américaines en Afrique servent ces objectifs :

    Décapiter n’importe qui par drone comme bon lui semble,
    Une passerelle vers les ressources africaines si et quand elles sont nécessaires (généralement les entreprises)
    Prévenir et décourager la Russie et la Chine d’exploiter les ressources en Afrique
    Utilisation des bases par l’OTAN si cet intérêt coïncide avec celui des États-Unis
    Renforcement de l’hégémonie mondiale américaine
    Base russe en Erythrée

    La Russie n’a qu’une seule base en Afrique. Le Centre logistique érythréen de Russie est un développement récent et l’objectif prévu pour ce site n’est pas encore clair et il se peut que ce ne soit pas une base militaire. Cependant, les dirigeants russes ont publiquement exprimé leur intérêt pour le développement des ressources en Afrique, en particulier pour fournir de l’énergie nucléaire sûre sur le continent, et ce site pourrait avoir une certaine relation.
    ********************
    Comme indiqué dans la partie 1, des entrepreneurs militaires privés russes ont assuré activement la sécurité dans les États africains suivants :

    République centrafricaine, Ressources : or, bois, diamants
    Libye : Pétrole, gaz naturel, minerai de fer
    Mozambique : Le géant russe Gazprom était en concurrence avec l’américain Exxon pour un important contrat de gaz naturel dans une région sans loi du Mozambique qui a été attribué à Exxon
    Angola : minerai de fer, diamants, pétrole, bauxite, uranium, feldspath et pétrole
    Ouganda : cuivre, cobalt, or, platine, platine
    Cameroun : huile, bois, énergie hydroélectrique, caoutchouc, huile de palme, gaz naturel, cobalt, nickel

    Les ressources pertinentes sont énumérées parce que les entrepreneurs de PMC sont généralement engagés pour protéger ces ressources au nom de leurs clients privés – aucune base de la Fédération de Russie en Afrique ou les ambitions du gouvernement russe ne sont concernées. Les entrepreneurs de PMC soutiennent soit les intérêts des entreprises russes, soit les intérêts locaux de leurs hôtes et clients en Afrique.

    Quoi qu’il en soit, la présence d’entrepreneurs militaires privés en Afrique qui ont des liens avec des entreprises privées russes n’a aucun rapport – pas même une comparaison lointaine – avec la présence militaire massive et exagérée des États-Unis en Afrique.

    Base d’appui militaire de l’APL de la Chine à Djibouti

    La base militaire chinoise de Djibouti a été établie en 2017, peut-être pour contrer la menace croissante de l’unilatéralisme américain. Depuis l’ouverture de la base, un certain nombre de rapports alarmants sont apparus dans les principaux médias américains, y compris l’idée que les États-Unis pourraient  » perdre leur seule base en Afrique  » en raison de la présence de la Chine alors qu’en fait Washington soutient un grand nombre de bases en Afrique.
    ************************
    La Chine déclare que son objectif à Djibouti est de maintenir la paix dans la région et de soutenir les opérations humanitaires en Afrique. Que la Chine apprécie les ressources africaines et leur potentiel de développement est tout aussi pertinent que de dire que toutes les autres grandes puissances apprécient la même chose.
    ********************
    La Chine a un intérêt particulier à patrouiller dans le golfe d’Aden pour s’assurer que la piraterie contre son trafic maritime est maîtrisée.

    Résumé

    Il y a un dicton banal qui dit que la dernière frontière est l’espace, mais pour ceux d’entre nous sur terre, il est clair que l’Afrique est la dernière frontière. L’Afrique est un continent de ressources et de promesses qui pourrait être développé et prospérer de manière responsable s’il n’y avait qu’une volonté dans le monde de le faire.

    Le changement climatique et le déclin de l’ordre mondial rendent sombres les perspectives de l’Afrique, ainsi que la résurgence de la pensée coloniale occidentale qui voit l’Afrique non pas comme un trésor de promesses, mais comme une source de cupidité.

    Il y a de minuscules lueurs d’espoir pour l’Afrique avec l’Algérie, la Tunisie et même l’Erythrée… mais le désordre mondial de l’Ouest contre l’Est et la corruption toujours croissante dans l’Ouest toujours en déclin n’épargnent peut-être pas l’Afrique. La  » guerre secrète  » en Afrique est et restera secrète tant que le nouveau désordre mondial – principalement engendré par l’Occident – se poursuivra dans sa spirale de la mort apparente.

    *Bien que cela puisse sembler une déclaration extrême, rappelez-vous la dialectique hégélienne uniquement comme un outil pour l’impérialisme occidental comme discuté dans Empire by Terror, Afghanistan à la Syrie : La doctrine d’Al-Qaïda de Brzezinksi . Il ne fait aucun doute que la destruction de la Libye par les États-Unis et l’OTAN et la création d’un État en déliquescence ont contribué à une pléthore d’armes dans la région du Sahel, mais tous les troubles dans cette région ne sont pas directement attribuables aux terroristes takfiri Jihadi.

    **Au Tchad, la France a connu des problèmes majeurs, notamment pendant la guerre civile tchadienne. Rappelons que la France, ancienne puissance coloniale, exporte beaucoup au Tchad, au Mali et au Niger. Au Tchad, la France représente 30% de l’ensemble des importations tchadiennes. La menace soudanaise contre le Tchad a été contrée par la France.

    Steve Brown

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    1. Author

      Merci pour cette laborieuse traduction Roc ! Cet article est l’un des meilleurs que j’ai eu à publier sur ce site.

  5. Très bien fait et instructif.
    Objectif : toutes les puissances mondiales rivalisent dans cette guerre froide MONDIALE où tous les secteurs et tous les théâtres comptent dans le résultat global : c’est surtout une course technologique et à la puissance industrielle, passant par les marchés, les matières, les routes commerciales et les traités…

    Objectif : définir le NOUVEL ORDRE MONDIAL : oligarchie d’empires se partageant le monde ( Super Yalta) ou Domination d’Israel sur le monde via l’ONU etses agences et unions continentales… l’un n’exclue malheureusement pas l’autre… le but est surtout de mettre fin aux état-nations sur toute la planète et , si possible en finir avec les peuples , races, religions qui menacent le NWO.

    Mais à courir après les Robots tueurs, pas sûr que c’est l’humanité qui gagne à la fin… du moins pas sûr que les scénarios de guerre se réalisent comme prévu… il y a toujours des risques de dérapage… mais il y surtout l’imprévu… (en fait prédictible statistiquement mais pas déterminable, sinon ce ne serait plus un imprévu…)

    Merci à Strategika51.

    1. le principal imprévu me semble être a mon avis le coût de ces matières premières et le fait que ces guerre en entraîne un tel renchérissement que les occidentaux pourrait se retrouver s’ils arrivaient a en conserver le contrôle avec des matières premières qu’aucun de leurs consommateurs ne pourrait se permettre de se payer !
      la socialisation des coûts n’entraîne pas leurs disparition !
      une victoire à la pyrrhus !

    2. La démocratie a déjà cessé d’être une réalité.

      Les responsables des organisations qui exerçent le pouvoir réel ne sont pas élus, et le public n’est pas informé de leurs décisions.

      La marge d’action des états est de plus en plus réduite par des accords économiques internationaux pour lesquels les citoyens n’ont été ni consultés, ni informés.

      Tous ces traités élaborés ces dernières années, visent un but unique: le transfert du pouvoir des états vers des organisations non-élues, au moyen d’un processus appelé « mondialisation ».

      Une suspension proclamée de la démocratie n’aurait pas manqué de provoquer une révolution.
      C’est pourquoi il a été décidé de maintenir une démocratie de façade, et de déplacer le pouvoir réel vers de nouveaux centres.

      Les citoyens continuent à voter, mais leur vote a été vidé de tout contenu.
      Ils votent pour des responsables qui n’ont plus de pouvoir réel.

      Et c’est bien parce qu’il n’y a plus rien à décider que les programmes politiques de « droite » et de « gauche  » en sont venus à tant se ressembler dans tous les pays occidentaux.

      Pour résumer, nous n’avons pas le choix du plat mais nous avons le choix de la sauce.
      Le plat s’appelle « nouvel esclavage », avec sauce de droite pimentée ou sauce de gauche aigre-douce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.