This article is initially in English. Please choose French language option (above on the right) to read it in its original form. If your browser is in English, the default mode would result in an altered text. Thanks for your understanding.

Facebook – backed by some of the largest banks and corporations on Earth – seek to create a global digital currency and reassert Western dominion over the global economy. 

Many are probably already familiar with US-based social media giants like Facebook and Twitter carrying out sweeping campaigns of censorship executed in line with US foreign policy objectives.

New Eastern Outlook itself was deleted off of both networks – just one among many thousands of accounts wiped out in a virtual information war.

Many are also probably aware of how Facebook in particular has trampled the privacy of its users, manipulated users unwittingly through involuntary experiments and controls what many people around the globe see while online – most of the time without users even realizing it.

But imagine instead of just silencing and marginalizing opponents or controlling the information the public has access to and thus manipulating the public itself, Facebook was also able to control the very currency people use in their day to day lives.  Its control over the public, both within the US and beyond, would be unprecedented.

The ability to control both information and money would be a potent tool, enhancing Facebook’s already deeply disruptive and abusive behavior as well as the much larger corporate-financier interests Facebook works with and for.

Enter Libra 
Earlier this year Facebook announced its own currency called Libra. It is based on blockchain technology, billed as a « cryptocurrency, » and aims at dominating banking and commerce in much the same way Facebook already dominates social media, messaging and in general, the flow of information.

There is no doubt that the same cooperation Facebook has provided the US government and the interests that dominate its domestic and foreign policy in controlling and manipulating public opinion around the globe, stifling alternative news, and even overthrowing governments will translate directly into a similar pattern of abuse through its desired control over a global currency.

Unlike hard currency which does not know in whose hands it resides and thus is unable to discriminate against its holder – Libra not only allows Facebook to know whose hands its currency is in, but how much of it is there, what it is being used for – in addition to all other personal information Facebook has access to. This not only allows for an obvious extension of Facebook’s already well-known politically-motivated abuses – but also gives Facebook the ability to target users who may pose as competition to Facebook or one of the many larger corporations Facebook works with or for.

Imagine Facebook carrying out a similar campaign to their current one of political censorship, but with an added monetary component – not only removing the West’s political opponents from their social media network and effectively silencing them, but crippling them financially by freezing their accounts and denying them access to the massive digital global economy they hope to create and control through Libra.

While US politicians and regulators appear to be obstructing Libra’s rollout, the truth is that many of the very interests these politicians and regulators work for are directly involved in Libra’s creation.

Not Just Facebook: What is the « Libra Association? » 

The initial white paper laying out Libra’s premise included in its introduction:

Libra’s mission is to enable a simple global currency and financial infrastructure that empowers billions of people.

Such noble intentions are betrayed not only by Facebook’s involvement, but also by the partners included in Libra’s creation.

While Facebook serves as the face of Libra, it and its subsidiary Calibra are only two among many members of the Geneva-based « Libra Association. »

Other partners include Mastercard, Visa, Lyft, Uber, Vodafone, and eBay along with a handful of venture capital firms and nonprofits.

These nonprofits include Women’s World Banking funded by Visa, Credit Suisse, MetLife, Citi Bank, Exxon, Bloomberg, Mastercard, Goldman Sachs and many other large corporations and banking interests.

There is also MercyCorps whose website is particularly opaque in regards to its funding, but includes inveterate Neo-Conservative, former World Bank president, and US Deputy Secretary of State under George Bush Jr. Robert Zoellick upon its « Global Leadership Council. »

Kiva – like MercyCorps – is another Libra Association « nonprofit » partnered with a collection of banks and corporations including Google, HP, Mastercard, PayPal, Capital One, Deutsche Bank, MetLife, PepsiCo, Citi Bank, eBay, BlackRock, Bank of America, JP Morgan, and Chevron.

It would be difficult to construct a more dubious list of partners, donors, and associates in fiction than the one standing behind Libra in reality.

Judging by the composition of those driving Libra forward, we can make two assumptions:

  1. Libra’s founders are among the same special interests that drive US policy, legislation, and regulations. The prospect of the US government legitimately evaluating and regulating Libra in line with the best interests of the American and global public is nonexistent;
  2. Despite Libra’s stated mission of « empowering billions, » its rollout looks more like the restructuring of America’s financial hegemony over billions. Libra seeks to circumvent alternatives created to work around the already abusive and coercive global financial networks the US dominates and weaponizes to its own advantage.

F. William Engdahl in his article, « Is the Fed Preparing to Topple US Dollar?, » aptly noted that Bank of England governor Mark Carney at a US Federal Reserve sponsored symposium proposed a global digital currency citing Libra specifically as a model. 
Considering the very interests that constitute Western banking and finance are involved in Libra’s creation – it is obvious that Libra is more than just a model being cited – it is the global digital currency insiders like Carney proposed coming to life. 
Remembering Facebook’s Long History of Abuses While many of the corporations and financial institutions involved in Libra’s creation are systematically corrupt all on their own, the conduct of Facebook past and present most aptly illustrates the abuse to be expected should Libra be adopted globally.

While Facebook poses as an independent corporation monopolizing and abusing its social media network and subsidiaries – in reality Facebook has carried out these abuses in tandem with the US government and the collection of special interests that monopolize US domestic and foreign policy.

US government oversight – including past hearing and regulatory inquiries into Libra itself – is often done for public consumption only – with Facebook otherwise continuing onward with absolute impunity.   

 
Abusing Privacy: A summary of these abuses best begins with quoting Mark Zuckerberg himself. Elle magazine in an article titled, « Quick Reminder: Zuckerberg Once Called People Who Trust Him With Their Data ‘Dumb F*Cks’, » summarizes Facebook CEO Mark Zuckerberg’s view of the public and their entrusting of personal information to Zuckerberg and his social media network. 
While Zuckerberg would apologize for this, it is clear he was only sorry that it became public. Facebook continues to this day abusing the trust of those using its services by involuntarily providing the personal information of tens of millions of Facebook users to third parties. 


Business Insider in its article, « The Cambridge Analytica whistleblower explains how the firm used Facebook data to sway elections, » notes how Facebook not only provided personal information to the British firm Cambridge Analytica, but how that information was used to meddle in US elections. 


Political Meddling:

 The Facebook-Cambridge Analytica scandal was mild compared to other episodes of political meddling Facebook has been involved in. Perhaps the largest most destructive episode was before and during the so-called « Arab Spring. »

While the Western media portrayed it as a spontaneous uprising across North Africa and the Middle East – documented evidence reveals the US government along with its corporate partners including Facebook began training and equipping agitators years before the unrest began. 
Facebook was one of the primary partners of Movements.org which organized annual training seminars for opposition leaders who then returned home and attempted to overthrow their respective governments in 2011.
Even the New York Times in an April 2011 article titled, « U.S. Groups Helped Nurture Arab Uprisings, » would eventually admit:

Some Egyptian youth leaders attended a 2008 technology meeting in New York, where they were taught to use social networking and mobile technologies to promote democracy. Among those sponsoring the meeting were Facebook, Google, MTV, Columbia Law School and the State Department.

Censorship: Building armies of pro-Western agitators is not the limit of Facebook’s involvement in politics. It also carries out systematic campaigns of censorship aimed at critics of Western foreign policy.

It recently banned New Eastern Outlook and several of its authors including this author from its network. More recently still, it has systematically removed accounts attempting to counter US-funded propaganda regarding unrest Washington is sponsoring in Hong Kong, China. 

Facebook’s own statement over its selective censorship regarding China is ironically titled, « Removing Coordinated Inauthentic Behavior From China. » It provides no evidence of its claims and deliberately includes a political context to demonize the users and pages it removed. Its statement is ironic because the protests in Hong Kong themselves are most certainly coordinated inauthentic behavior – funded out of Washington D.C. and actively using Facebook to advance their agenda.

Manipulating Public Perception: In 2013, Facebook was caught manipulating the news feeds of unwitting users to influence them psychologically. A report published in the Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) titled, « Experimental evidence of massive-scale emotional contagion through social networks, » stated in its abstract that: 

We show, via a massive (N = 689,003) experiment on Facebook, that emotional states can be transferred to others via emotional contagion, leading people to experience the same emotions without their awareness. We provide experimental evidence that emotional contagion occurs without direct interaction between people (exposure to a friend expressing an emotion is sufficient), and in the complete absence of nonverbal cues.Not only are the findings troubling – illustrating that Facebook possesses the ability to influence the emotions of its users unwittingly through careful manipulation of their news feeds – but the invasive, unethical methods by which Facebook conducted the experiment are troubling as well.

Facebook also regularly manipulates its users’ news feeds through its algorithm which sidesteps the preferences of users and shows them whatever Facebook itself decides they should see. This usually includes sponsored news content from accounts users aren’t even following and usually at the expense of seeing content from accounts users do follow.

Uprooting the Facebook Threat 

Facebook’s ability to bait hundreds of millions of users to adopt their platform, then switch the nature of its network into a malign tool of manipulation, censorship, surveillance, and propaganda is already a global menace nations around the globe are finally starting to recognize and respond to.

The notion of Facebook coupling its already disturbing hold over information with control over a global currency backed by some of the West’s largest and most corrupt corporations and financial institutions is a larger problem still.

It takes no great leap of imagination to see how abusive and destructive to individuals, organizations, and even entire nations Facebook’s dominion over global currency would be.

Imagine how America’s trade war with China would play out if Facebook was able to hook hundreds of millions of users around the globe onto its Libra currency. Corporations like Huawei or retailers offering Huawei products might see their online stores shuttered, their accounts frozen, and otherwise sanctioned and economically strangled out of existence by Facebook.

It’s clear that the promise of decentralized, democratized money cryptocurrencies offered has been co-opted and leveraged by the very interests that stood the most to lose from such a future.

Nations would be wise to respond to Facebook’s Libra by responding to Facebook itself. Nations like Russia and China have already largely displaced Facebook from within their own borders by creating alternatives. Nations like Vietnam have recently begun creating alternatives as well.

While media organizations like Bloomberg in articles like, « Facebook’s Latest Competition? Authoritarian Governments., » try to frame Vietnam’s efforts as a struggling dictatorship trying to stifle the free flow of information – it is clear by looking at Facebook’s past and present that Facebook itself represents a dictatorship.

Nothing about its policies are « democratic. » The execution of its policies is unilateral, lacking any genuine appeal process or any sort of independent oversight. It is in every way a monopoly and dictatorship over information and the growing variety of services linked to its social media network that Bloomberg claims Vietnam’s government is.

The important difference is that the Vietnamese government is located in Vietnam while Facebook is located in Silicon Valley thousands of miles away. The people of Vietnam have a much better chance at reforming, checking, and balancing their own government than keeping in check a malign foreign corporation. And ultimately – it is an issue for Vietnam and Vietnam alone to resolve.

Nations are beginning to understand the importance of defending their respective information space – it becoming as important as a nation’s physical territory. It is obvious that the same vigor must be dedicated to defending a nation’s monetary policy and the economy it glues together.

Uprooting the conduit through which highly disruptive schemes like Libra will flow by replacing them with domestic alternatives controlled by and for domestic interests is the only way to fully confront the looming threat Facebook and the interests working with it on Libra represent.

Nations that believe they can work with Facebook on ensuring regulations and policies align with local laws need only look back at the « Arab Spring. » When a large move is made by Washington against a targeted nation, this token cooperation Facebook normally provides evaporates. Nations lack the time and resources to respond and are often overwhelmed by the large influence Facebook and other foreign firms are able to exert during episodes of concentrated, sponsored unrest.

The only way to be certain of ensuring national security and monetary stability is to eliminate Facebook and other foreign firms like it from a nation’s information space. A nation’s defense would never be outsourced to a foreign corporation. Neither should a nation’s flow of information – and now – the flow of money.

Tony Cartalucci, Bangkok-based geopolitical researcher and writer, especially for the online magazine“New Eastern Outlook”.

This article was initially published here.



Publicités

Un commentaire

  1. Libra : Facebook veut contrôler votre argent – par Tony Cartalucci

    Facebook – soutenu par certaines des plus grandes banques et sociétés du monde – cherche à créer une monnaie numérique mondiale et à réaffirmer la domination occidentale sur l’économie mondiale.

    Beaucoup sont probablement déjà familiers avec les géants des médias sociaux basés aux États-Unis, comme Facebook et Twitter, qui mènent des campagnes de censure de grande envergure exécutées conformément aux objectifs de la politique étrangère américaine.

    New Eastern Outlook lui-même a été supprimé des deux réseaux – un seul compte parmi des milliers d’autres a été supprimé dans une guerre de l’information virtuelle.

    Beaucoup sont aussi probablement conscients de la façon dont Facebook, en particulier, a piétiné la vie privée de ses utilisateurs, manipulé les utilisateurs involontairement par des expériences involontaires et contrôlé ce que de nombreuses personnes à travers le monde voient en ligne – la plupart du temps sans même que les utilisateurs s’en rendent compte.

    Mais imaginez qu’au lieu de faire taire et de marginaliser les opposants ou de contrôler l’information à laquelle le public a accès et de manipuler ainsi le public lui-même, Facebook a également pu contrôler la monnaie même que les gens utilisent dans leur vie de tous les jours. Son contrôle sur le public, tant aux États-Unis qu’ailleurs, serait sans précédent.

    La capacité de contrôler à la fois l’information et l’argent serait un outil puissant, renforçant le comportement déjà profondément perturbateur et abusif de Facebook, ainsi que les intérêts beaucoup plus importants des entreprises et des bailleurs de fonds avec lesquels et pour lesquels Facebook travaille.

    Entrée du Libra
    Plus tôt cette année, Facebook a annoncé sa propre devise appelée Libra. Il est basé sur la technologie de la chaîne de blocs, qualifiée de  » cryptocurrency « , et vise à dominer les banques et le commerce de la même manière que Facebook domine déjà les médias sociaux, la messagerie et, en général, la circulation de l’information.

    Il ne fait aucun doute que la même coopération que Facebook a fournie au gouvernement américain et aux intérêts qui dominent sa politique intérieure et étrangère en contrôlant et manipulant l’opinion publique dans le monde entier, en étouffant les nouvelles alternatives, et même en renversant des gouvernements, se traduira directement par un modèle similaire d’abus par le contrôle souhaité sur une monnaie mondiale.
    ******************************
    Contrairement à la monnaie forte qui ne sait pas dans quelles mains elle se trouve et ne peut donc pas faire de discrimination à l’encontre de son détenteur – le Libra permet non seulement à Facebook de savoir dans quelles mains se trouve sa monnaie, mais aussi dans quelle mesure elle se trouve, à quoi elle sert – en plus de toute autre information personnelle à laquelle Facebook a accès. Cela permet non seulement une extension évidente des abus déjà bien connus de Facebook pour des raisons politiques, mais donne aussi à Facebook la possibilité de cibler des utilisateurs qui pourraient se présenter comme des concurrents de Facebook ou de l’une des nombreuses grandes entreprises avec lesquelles ou pour lesquelles Facebook travaille.

    Imaginez que Facebook mène une campagne similaire à leur campagne actuelle de censure politique, mais avec une composante monétaire supplémentaire – non seulement retirer les opposants politiques de l’Occident de leur réseau de médias sociaux et les réduire au silence, mais les paralyser financièrement en gelant leurs comptes et en leur refusant l’accès à l’énorme économie numérique mondiale qu’ils souhaitent créer et contrôler grâce au Libra .

    Alors que les politiciens et les régulateurs américains semblent faire obstacle au déploiement du Libra , la vérité est que beaucoup des intérêts mêmes pour lesquels ces politiciens et régulateurs travaillent sont directement impliqués dans la création du Libra .

    Pas seulement Facebook : Qu’est-ce que la  » Libra Association ? »

    Le livre blanc initial exposant les prémisses du projet du Libra était inclus dans son introduction :

    La mission du Libra est de permettre la création d’une monnaie mondiale simple et d’une infrastructure financière qui donne du pouvoir à des milliards de personnes.

    Ces nobles intentions sont trahies non seulement par l’implication de Facebook, mais aussi par les partenaires inclus dans la création du Libra .
    ************************
    Bien que Facebook soit le visage du Libra , elle et sa filiale Calibra ne sont que deux des nombreux membres de la  » Libra Association  » basée à Genève. »

    Parmi les autres partenaires figurent Mastercard, Visa, Lyft, Uber, Vodafone et eBay, ainsi qu’une poignée de sociétés de capital-risque et d’organismes sans but lucratif.

    Ces organisations à but non lucratif comprennent Women’s World Banking, financée par Visa, Credit Suisse, MetLife, Citi Bank, Exxon, Bloomberg, Mastercard, Goldman Sachs et de nombreuses autres grandes entreprises et participations bancaires.

    Il y a aussi MercyCorps dont le site Web est particulièrement opaque en ce qui concerne son financement, mais qui comprend des néo-conservateurs invétérés, ancien président de la Banque mondiale et secrétaire d’État adjoint américain sous George Bush Jr. Robert Zoellick à propos de son  » Global Leadership Council. »

    Kiva – comme MercyCorps – est une autre Libra Association  » à but non lucratif  » partenaire d’une collection de banques et d’entreprises dont Google, HP, Mastercard, PayPal, Capital One, Deutsche Bank, MetLife, PepsiCo, Citi Bank, eBay, BlackRock, Bank of America, JP Morgan et Chevron.

    Il serait difficile de dresser une liste plus douteuse de partenaires, de donateurs et d’associés dans la fiction que celle qui se trouve derrière le Libra en réalité.

    A en juger par la composition de ceux qui font avancer le Libra, nous pouvons faire deux suppositions :

    Les fondateurs du Libra sont parmi les mêmes intérêts particuliers qui régissent la politique, la législation et la réglementation américaines. La perspective que le gouvernement américain évalue et réglemente légitimement le Libra conformément aux meilleurs intérêts du public américain et mondial est inexistante ;
    Malgré la mission déclarée du Libra de  » donner des milliards de pouvoir « , son déploiement ressemble davantage à la restructuration de l’hégémonie financière de l’Amérique sur des milliards. La Balance cherche à contourner les alternatives créées pour contourner les réseaux financiers mondiaux déjà abusifs et coercitifs que les États-Unis dominent et militarisent à leur propre avantage.
    F. William Engdahl, dans son article intitulé  » Is the Fed Preparing to Topple US Dollar « , a noté à juste titre que le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, lors d’un symposium parrainé par la Réserve fédérale américaine, a proposé une monnaie numérique mondiale citant spécifiquement le Libra comme modèle.
    Considérant que les intérêts mêmes qui constituent les services bancaires et financiers occidentaux sont impliqués dans la création du Libra – il est évident que le Libra est plus qu’un simple modèle cité – ce sont les initiés mondiaux de la monnaie numérique comme le propose Carney qui prennent vie.
    Bien que de nombreuses sociétés et institutions financières impliquées dans la création du Libra soient systématiquement corrompues toutes seules, la conduite passée et présente de Facebook illustre le mieux les abus auxquels on peut s’attendre si le Libra est adoptée au niveau mondial.

    Alors que Facebook se présente comme une société indépendante monopolisant et abusant de son réseau de médias sociaux et de ses filiales – en réalité, Facebook a réalisé ces abus en tandem avec le gouvernement américain et la collection d’intérêts spéciaux qui monopolisent la politique intérieure et étrangère américaine.

    La surveillance du gouvernement américain – y compris les audiences passées et les enquêtes réglementaires sur la Balance elle-même – est souvent faite pour la consommation publique seulement – avec Facebook continuant autrement à avancer avec une impunité absolue.

    Abus de la vie privée : Un résumé de ces abus commence par une citation de Mark Zuckerberg lui-même. Elle dans un article intitulé  » Quick Reminder : Zuckerberg Once called People Who Trust Him With Their Data’Dumb FCks’,(Une fois appelés « Les gens qui lui font confiance avec leurs données », les FCks idiots)  » résume le point de vue du PDG de Facebook Mark Zuckerberg sur le public et le fait qu’il confie des renseignements personnels à Zuckerberg et à son réseau de médias sociaux.
    Bien que Zuckerberg s’excuserait pour cela, il est clair qu’il était seulement désolé que cela ait été rendu public. Facebook continue à ce jour d’abuser de la confiance de ceux qui utilisent ses services en fournissant involontairement les informations personnelles de dizaines de millions d’utilisateurs de Facebook à des tiers.

    **************************

    Dans son article,  » The Cambridge Analytica whistleblower explique comment la société a utilisé les données de Facebook pour influencer les élections « , note comment Facebook a non seulement fourni des informations personnelles à la société britannique Cambridge Analytica, mais comment ces informations ont été utilisées pour se mêler des élections aux États-Unis.
    *************************
    L’ingérence politique :

    Le scandale Facebook-Cambridge Analytica a été léger comparé à d’autres épisodes d’ingérence politique dans lesquels Facebook a été impliqué. Le plus grand épisode peut-être le plus destructeur a été avant et pendant le soi-disant  » Printemps Arabe « . »
    ——————————————————-
    Alors que les médias occidentaux l’ont décrit comme un soulèvement spontané en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, des preuves documentées révèlent que le gouvernement américain et ses partenaires commerciaux, dont Facebook, ont commencé à former et à équiper des agitateurs des années avant le début des troubles.
    Facebook a été l’un des principaux partenaires de Movements.org qui a organisé des séminaires annuels de formation pour les leaders de l’opposition qui sont ensuite rentrés chez eux et ont tenté de renverser leurs gouvernements respectifs en 2011.
    Même le New York Times, dans un article d’avril 2011 intitulé  » U.S. Groups Helped Nurture Arab Uprisings « , finira par admettre :
    ——————————————————
    Certains jeunes leaders égyptiens ont assisté à une réunion sur la technologie en 2008 à New York, où ils ont appris à utiliser les réseaux sociaux et les technologies mobiles pour promouvoir la démocratie. Parmi ceux qui ont parrainé la réunion figuraient Facebook, Google, MTV, Columbia Law School et le département d’État.

    La censure : Construire des armées d’agitateurs pro-occidentaux n’est pas la limite de l’implication de Facebook en politique. Elle mène également des campagnes systématiques de censure à l’encontre des critiques de la politique étrangère occidentale.
    **********************
    Elle a récemment banni New Eastern Outlook et plusieurs de ses auteurs, dont cet auteur, de son réseau. Plus récemment encore, elle a systématiquement supprimé les comptes qui tentaient de contrer la propagande financée par les États-Unis au sujet des troubles que Washington parraine à Hong Kong, en Chine.

    La propre déclaration de Facebook sur sa censure sélective à l’égard de la Chine s’intitule ironiquement  » Removing Coordinated Inauthentic Behavior From China « (Élimination des comportements inauthentiques coordonnés de la Chine). « Il ne fournit aucune preuve de ses prétentions et inclut délibérément un contexte politique pour diaboliser les utilisateurs et les pages qu’il a supprimées. Sa déclaration est ironique parce que les protestations à Hong Kong elles-mêmes sont très certainement des comportements inauthentiques coordonnés – financés par Washington D.C. et utilisant activement Facebook pour faire avancer leur programme.

    Manipulation de la perception du public : En 2013, Facebook a été pris en train de manipuler les fils de nouvelles d’utilisateurs inconscients pour les influencer psychologiquement. Un rapport publié dans les Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) intitulé  » Experimental evidence of massive scale emotional contagion through social networks « , affirme dans son résumé que :

    Nous montrons, à travers une expérience massive (N = 689 003) sur Facebook, que les états émotionnels peuvent être transférés à d’autres par contagion émotionnelle, conduisant les gens à vivre les mêmes émotions sans leur conscience. Nous fournissons des preuves expérimentales que la contagion émotionnelle se produit sans interaction directe entre les personnes (l’exposition à un ami exprimant une émotion est suffisante), et en l’absence totale d’indices non verbaux. non seulement les résultats sont troublants – illustrant que Facebook possède la capacité d’influencer les émotions de ses utilisateurs sans le savoir par une manipulation attentive de leurs fils de nouvelles – mais les méthodes envahissantes et non éthiques par lesquelles Facebook a conduit l’expérience sont aussi troublants.
    ********************************
    Facebook manipule aussi régulièrement les flux d’informations de ses utilisateurs grâce à son algorithme qui évite les préférences des utilisateurs et leur montre tout ce que Facebook lui-même décide de leur montrer. Ceci inclut habituellement le contenu des nouvelles sponsorisées des comptes que les utilisateurs ne suivent même pas et habituellement aux dépens de voir le contenu des comptes que les utilisateurs suivent.

    Déraciner la menace Facebook

    La capacité de Facebook d’appâter des centaines de millions d’utilisateurs pour qu’ils adoptent leur plateforme, puis de transformer la nature de son réseau en un outil malveillant de manipulation, de censure, de surveillance et de propagande est déjà une menace mondiale que les nations du monde entier commencent enfin à reconnaître et à combattre.

    L’idée que Facebook associe son emprise déjà troublante sur l’information à un contrôle sur une monnaie mondiale soutenue par certaines des plus grandes et des plus corrompues sociétés et institutions financières occidentales est un problème encore plus grave.

    Il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup d’imagination pour voir à quel point la domination de Facebook sur la monnaie mondiale serait abusive et destructrice pour les individus, les organisations et même des nations entières.

    Imaginez comment se déroulerait la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine si Facebook parvenait à connecter des centaines de millions d’utilisateurs dans le monde entier à sa monnaie Libra. Des sociétés comme Huawei ou des détaillants offrant des produits Huawei pourraient voir leurs boutiques en ligne fermées, leurs comptes gelés, sanctionnés et économiquement étranglés par Facebook.

    Il est clair que la promesse des cryptocurrences monétaires décentralisées et démocratisées offertes a été cooptée et exploitée par les intérêts mêmes qui avaient le plus à perdre d’un tel avenir.

    Les nations seraient sages de répondre au Libra de Facebook en répondant à Facebook lui-même. Des pays comme la Russie et la Chine ont déjà largement déplacé Facebook à l’intérieur de leurs propres frontières en créant des alternatives. Des pays comme le Vietnam ont récemment commencé à créer des alternatives.

    Alors que les médias aiment Bloomberg dans des articles comme  » Facebook’s Latest Competition ? Les gouvernements autoritaires « ,  » essayez de présenter les efforts du Vietnam comme une dictature en lutte qui tente d’étouffer la libre circulation de l’information – il est clair en regardant le passé et le présent de Facebook que Facebook lui-même représente une dictature.

    Rien dans sa politique n’est  » démocratique « . « L’exécution de ses politiques est unilatérale, sans véritable processus d’appel ni aucune forme de surveillance indépendante. C’est à tous égards un monopole et une dictature sur l’information et la variété croissante de services liés à son réseau de médias sociaux que Bloomberg affirme que le gouvernement vietnamien est.

    La différence importante est que le gouvernement vietnamien est situé au Vietnam alors que Facebook est situé dans la Silicon Valley à des milliers de kilomètres de là. Le peuple vietnamien a de bien meilleures chances de réformer, de contrôler et d’équilibrer son propre gouvernement que de garder sous contrôle une société étrangère malveillante. Et en fin de compte – c’est un problème que seul le Vietnam doit résoudre.

    Les nations commencent à comprendre l’importance de défendre leur espace d’information respectif, qui devient aussi important que le territoire physique d’une nation. Il est évident que la même vigueur doit être consacrée à la défense de la politique monétaire d’un pays et de l’économie qu’il rassemble.

    Le seul moyen de faire face à la menace imminente que représente Facebook et les intérêts que représente le Libra, c’est de déchirer le canal par lequel circuleront des projets hautement perturbateurs comme le Libra en les remplaçant par des alternatives nationales contrôlées par et pour les intérêts nationaux.

    Les nations qui croient pouvoir travailler avec Facebook pour s’assurer que les règlements et les politiques s’alignent sur les lois locales n’ont qu’à jeter un coup d’œil au  » Printemps arabe « . « Lorsqu’un grand pas est fait par Washington contre une nation ciblée, cette coopération symbolique que Facebook fournit normalement s’évapore. Les pays manquent de temps et de ressources pour réagir et sont souvent submergés par l’influence considérable que Facebook et d’autres entreprises étrangères sont en mesure d’exercer pendant des épisodes de troubles concentrés et parrainés.

    La seule façon d’être certain d’assurer la sécurité nationale et la stabilité monétaire est d’éliminer Facebook et les autres entreprises étrangères comme elle de l’espace d’information d’un pays. La défense d’une nation ne serait jamais confiée à une société étrangère. La circulation de l’information d’un pays ne devrait pas non plus – et maintenant – la circulation de l’argent.

    Tony Cartalucci, chercheur et écrivain géopolitique basé à Bangkok, notamment pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

    Cet article a été initialement publié ici.x
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.