The Book of Trump- By Steve Brown (Exclusive)

Benjamins talk… and Miriam Adelson is more than happy to allow the President of the United States to do the talking. And do the talking Mr Trump did, at the Diplomat Beach Resort meet-up of the Israeli American Council this weekend in Hollywood, Florida.

Miriam Adelson’s sponsorship of the Israeli American Council over AIPAC is an interesting development, perhaps because AIPAC is considered too liberal to suit the Adelson view? …one can only surmise. Or perhaps AIPAC is no longer the flavour of the month for hedge fund trillionaires, and the quest for billionaire patronage to powerful US politicians could well be at the heart of the AIPAC v IAC issue.

Regardless, the president blustered and joked his way through a long disjointed mix of Palestinian-bashing and general adulation for the US-Israeli Axis, beginning with congratulations to his son Jared for the failed ‘deal of the century’ and then denouncing any and all Jews not sufficiently adulatory of the Nile-to-Euphrates agenda. The US president fell just short of invoking the wrath of Yahweh upon those who “do not love Israel enough”.

Trump then ritually cleansed himself – not with the ashes of a red heifer – but by proclaiming himself the ‘new Messiah’ for acquiescing to David Friedman’s demand that a ‘united Jerusalem’ be ruled by Hussar. Friedman being just one rising star of Third Temple adherents, saying that the historic concept of a united Jerusalem under a united political power as harbinger of global warfare and catastrophe is of course nonsense (eschatological Zionism excepted) a theory only pushed by the deranged leaders of countless countries that Messiah Trump has never heard of.

David Friedman

The president then mixed it up with a choice racist rant versus Native Americans and ‘Pocahontas’ saying that Warren is bad for the wealthy – and presumably for Hollywood Florida too — because she is only after wealthy folks’ money (taxes). So how does Ms Adelson feel about that?

But… don’t forget the warriors. “Support the warriors!” Yes, those ‘warriors’ in US Congress who pay to maim, destroy, kill, thieve, and pillage on behalf of US taxpayers and King Dollar wherever in the world that destruction must occur. And none of whom have ever worn a uniform.

Then Miriam’s American consort cheered on the meaningless and illegal US “recognition” that the territory of a first party be given by a third party to the occupying second party (ie US recognition of the Israeli annexation of the Golan) saying it’s okay after all. Happy celebrations all about.

Syrian Soldiers on Golan Heights

The fact that Israel illegally annexed the Golan in 1981 in defiance of UN Charter article 25 and all recorded international law is of course irrelevant to the IAC mindset, since it was all written long before Miriam’s Book of Trump was.

Now, what value would the US Messiah be without exhorting all listeners to wipe Iran off the map? Should that prove necessary and profitable of course. Miriam’s Book of Trump described how the United States destroyed an agreement entered into in good faith, gloated about the unrest the US subsequently sponsored in Iran and has underwritten, while documenting US-Israeli progress in a combined goal to destroy Iran’s economy and to destroy its people.

And what would the Adelson Book of Trump be without mentioning the US withdrawal from the United Nations Council on Human Rights due to the UNHCR’s condemnation of Israel’s genocide and brutality versus Palestinians?

Of course the brutality, cruelty, imperial hubris, and duplicity that is the core essence of US State foreign policy was demonstrated long ago implicitly and explicitly, excluding the US from the principles of the UNHCR declaration anyway. Being the very UN Declaration on Human Rights that errant US leaders – at least according to the president – proposed long ago in 1948. The Third Temple absolutely revels at the thought.

Of course, Miriam’s US consort didn’t forget to denounce the Boycott, Divest and Sanction (BDS) movement too. The president denounced all who support the right to Palestinian self-determination and who resist Israel’s cruel, brutal, racist, apartheid regime. Then, after a few words from the Messiah’s appointment Elan Carr, the US president laid on the guilt again saying that Jews who don’t ‘love Israel enough’ are of course traitors to their own ethnicity.

A notable absence to this Adelson Hollywood militarist Zionist lovefest was Netanyahu, despite Netanyahu’s reported desperate attempt to meet with Trump at the December 3rd NATO cocktail affair. What gives? Likewise the Book of Trump was curiously silent about handing over “Judea and Samaria” (West Bank) and the Jordan Valley to Netanyahu’s JTF crew which may be significant. But no doubt that proposal will come later on when the president really does need the benjamins for his campaign.

Surprisingly, Miriam’s’ Book of Trump did not mention the US concession made to ‘settlers’ in the West Bank. The president did not mention the Kurds or the US failure in Syria. The US consort also failed to highlight the fact that he declined to attack Iran when the president’s controllers encouraged him to do so. Is it just that Mr Trump believes Hollywood’s IQ level is too low to comprehend this?

Central banker Fischer no doubt spoke to make peace with the US Messiah over Zionist ambitions, if not to make peace over world trade; while Deb Schultz submissively called for forgiveness and unity and understanding of the downtrodden victims of failed hedge funds and bankrupt private prison corporations.

But it was Trump who played the third Templers perfectly… er, well, almost. That’s because brief careless slips in the president’s address have drawn outrage from the Neoliberal Schumer camp. Casually interjecting that, “You’re brutal killers, not nice people at all, but you have to vote for me, you have no choice,” the president pushed the envelope a wee bit far even by his hosts’ standards.

But no doubt Trump thought who are we if we cannot laugh at our own failings as brutal killers and ruthless land thieves? ..er,, God’s “brutal” real estate agents? Damn the outrage! Trillionaires know they have no other choice than to boost the president just as he said. The offhand remarks reflect an understanding and appreciation of the private humour used by this crowd, and such veiled deprecating humour has been effective before – without negative consequence.

Trump could be playing five-level chess based on these fleeting and careless remarks, but that’s doubtful. His callous disregard for human rights and predilection for US meddling in Gaza, Bolivia, Iran, Palestine, Venezuela, China, Yemen and elsewhere suggests that something else is afoot.

The point being that all US politicians know they can only succeed at the highest levels of hegemonic power by receiving the public blessing of the Nile-to-Euphrates camp. Put another way, as Trump pointed out in his speech, with the exception of their loyalty to Israel’s brutal regime, Zionists tend to consider themselves liberal on social matters and generally vote only for Democratic party candidates.

Even if the difference between the two parties is illusory, Mr Trump still needs billionaire support and Lobby votes to retain power. Trump must shift liberal pro-Israel voters from the Democratic party to the GOP where the most powerful billionaires like Adelson, Murdoch, Singer, and Mercer – all pro-Israel extremists – are hoping to sponsor an electoral shift. Perhaps that is why Deb Doberman spoke at the IAC too.

Furthermore, Trump stated in his speech that he will not leave power in 2024 if re-elected in 2020, and he will need the support of Third Templer totalitarians – like the rising star of the IAC – to do that.

Meanwhile, Mr Trump’s long, patronizing, and rambling speech at the IAC provided plenty of platitudes to Third Templers. Even so, and despite all the above, the president provided little of real substance. He just continued the theme of US military support and funding to Israel to the tune of US taxpayer billions, and Trump’s pledge that the US will continue to look the other way whenever Israel’s Retribution State partakes in another grievous massacre of Palestinians.

In the end, we can construe a conclusion or two or more. Trump needs the money for 2020. He can care less about anyone except those who keep him in power with that money, and that’s why he shows up in Hollywood. Likewise, the president knows he has been treacherously setup in Impeachment-gate perhaps even by a few of the clever folks he so chummily addressed at the IAC.

But Mr Trump knows that as flawed as he is, the Democratic party is far worse. He knows that Dems have less to offer wealthy oligarchs like Adelson, Singer, Mercer, Marcus, etc and crew, and dems offer nothing different in terms of foreign policy. Trump knows that dems are a muddled mess and outright losers in the scheme of things being the identity politics swamp that the Democratic party has become.

Between the Neocons and Neoliberals, Trump knows there is no space. He knows that they are one and the same. And so long as he can mock the system and play this corrupt Oligarchical game to the max, then Miriam’s Book of Trump has already been written, and the conclusion for next year has been foretold.

Steve Brown

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

6 Commentaires

  • Christophe Le Cerf

    Désolé pour les fautes dues à un manque de relecture qui m’a empêché de trouver les trahisons du correcteur automatique :
    “réaliser” “déplace” “ses”

  • Christophe Le Cerf

    Toujours la même diarrhée verbale nulle à chier de Steve Brown avec son anti trumpisme primaire, où ce pseudo écrivain insulte l’armée américaine, les traitant de pillards. Sans jamais réalisée que Clinton et Obama, ses idoles, ont eu la politique étrangère US la plus pourrie de tous les temps. Trump sort l’armée US des conflits, les uns après les autres. Il déplacé l’ambassade US à Jérusalem, ce que ces prédécesseurs avaient annoncé sans le faire. Mais pour Steve Brown, Trump est à l’origine de tous les maux. C’est vraiment pitoyable que Strategika51 soit la tribune permanente de ce genre de globaliste anti Trump primaire. Cela déprécie le site et l’ensemble des articles publiés. C’est littéralement de la diarrhée verbale. Des lignes et des lignes sans contenu avec juste des alignements d’adjectifs et de critiques sans fondement. UNE HONTE.

  • Le Livre de Trump- Par Steve Brown (Exclusif)

    Benjamins parlent… et Miriam Adelson est plus qu’heureuse de permettre au président des États-Unis de parler. Et c’est ce qu’a fait M. Trump, lors de la réunion du Diplomat Beach Resort du Conseil Israélien Américain ce week-end à Hollywood, en Floride.

    Le parrainage par Miriam Adelson du Conseil israélo-américain sur l’AIPAC est une évolution intéressante, peut-être parce que l’AIPAC est considéré comme trop libéral pour convenir à l’opinion d’Adelson ? …on ne peut que supposer. Ou peut-être que l’AIPAC n’est plus la saveur du mois pour fonds spéculatifs multi-millionnaires et que la recherche du mécénat des milliardaires auprès de puissants politiciens américains pourrait bien être au cœur du problème AIPAC contre IAC.

    Quoi qu’il en soit, le président s’est vanté et a plaisanté sur son chemin à travers un long mélange incohérent de dénigrement des Palestiniens et d’adulation générale pour l’Axe israélo-américain, en commençant par féliciter son fils Jared pour l'” accord du siècle ” qui n’a pas abouti, puis en dénonçant tous les Juifs qui ne se rendent pas suffisamment coupables de l’agenda Nil-à-Éuphrates. Le président américain n’a pas réussi à invoquer la colère de Yahvé sur ceux qui “n’aiment pas assez Israël”.

    Trump se purifia ensuite rituellement – non pas avec les cendres d’une génisse rouge – mais en se proclamant le ” nouveau Messie ” pour avoir acquiescé à la demande de David Friedman de faire régner une ” Jérusalem unie ” par Hussar. Friedman n’étant qu’une étoile montante parmi les adeptes du Troisième Temple, il dit que le concept historique d’une Jérusalem unie sous l’égide d’une puissance politique unie, annonciatrice d’une guerre et d’une catastrophe mondiales, est bien sûr un non-sens (sauf le sionisme eschatologique), théorie uniquement avancée par les dirigeants dérangés de nombreux pays que Messiah Trump ne connaît pas.

    Le président l’a ensuite mélangé avec une diatribe raciste de choix contre les Amérindiens et ” Pocahontas ” disant que Warren est mauvais pour les riches – et probablement aussi pour Hollywood Floride – parce qu’elle ne veut que l’argent des riches (impôts). Qu’en pense Mr Adelson

    Mais… n’oubliez pas les guerriers. “Soutenez les guerriers ! Oui, ces ” guerriers ” du Congrès américain qui paient pour mutiler, détruire, tuer, voler et piller au nom des contribuables américains et du roi Dollar partout dans le monde où cette destruction doit avoir lieu. Et aucun d’entre eux n’a jamais porté d’uniforme.

    Puis l’épouse américaine de Miriam a applaudi à la ” reconnaissance ” américaine insignifiante et illégale que le territoire d’un premier parti soit donné par un tiers au second occupant (c’est-à-dire la reconnaissance américaine de l’annexion du Golan par Israël) en disant que c’est ok après tout. Joyeuses célébrations à tous.

    Le fait qu’Israël ait annexé illégalement le Golan en 1981 au mépris de l’article 25 de la Charte des Nations Unies et de tout le droit international enregistré n’est bien entendu pas pertinent pour la mentalité du CIA, car tout cela a été écrit bien avant le Livre du Trump de Miriam.

    Maintenant, quelle serait la valeur du Messie américain sans exhorter tous les auditeurs à rayer l’Iran de la carte ? Si cela s’avérait nécessaire et rentable bien sûr. Le Livre de Trump de Miriam décrit comment les États-Unis ont détruit un accord conclu de bonne foi, jubilé au sujet des troubles que les États-Unis ont par la suite commandités en Iran et soutenus, tout en documentant les progrès réalisés par les États-Unis et Israël dans un but commun de détruire l’économie et le peuple iraniens.

    Et que serait le livre de Trump d’Adelson sans mentionner le retrait des États-Unis du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en raison de la condamnation par le HCR du génocide et de la brutalité d’Israël contre les Palestiniens ?

    Bien sûr, la brutalité, la cruauté, l’orgueil impérial et la duplicité qui sont au cœur de la politique étrangère de l’État américain ont été démontrés depuis longtemps de manière implicite et explicite, excluant de toute façon les États-Unis des principes de la déclaration du HCR. C’est la Déclaration des Nations Unies sur les droits de l’homme que les dirigeants américains errants – du moins selon le président – ont proposée il y a longtemps, en 1948. Le Troisième Temple se délecte absolument de cette pensée.

    Bien sûr, l’américaine Miriam et consortn’a pas oublié de dénoncer le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanction (BDS) aussi. Le président a dénoncé tous ceux qui soutiennent le droit à l’autodétermination des Palestiniens et qui résistent au régime cruel, brutal, raciste et apartheid d’Israël. Puis, après quelques mots de la nomination du Messie Elan Carr, le président américain s’est de nouveau déclaré coupable en disant que les Juifs qui n’aiment pas assez Israël sont bien sûr des traîtres à leur propre ethnicité.

    Une absence notable à ce festival d’amour militariste sioniste sioniste d’Adelson Hollywood a été celle de Netanyahu, malgré la tentative désespérée de Netanyahu de rencontrer Trump lors du cocktail de l’OTAN du 3 décembre. Qu’est-ce qui se passe ? De même, le Livre de Trump était curieusement muet sur la remise de ” Judée et Samarie ” (Cisjordanie) et de la vallée du Jourdain à l’équipage de la FOI de Netanyahou, ce qui peut être significatif. Mais il ne fait aucun doute que cette proposition viendra plus tard, lorsque le président aura vraiment besoin des benjamins pour sa campagne.

    Étonnamment, le Livre de Trump de Miriam ne mentionne pas la concession américaine faite aux ” colons ” de Cisjordanie. Le président n’a pas mentionné les Kurdes ni l’échec américain en Syrie. L’épouse américaine n’a pas non plus souligné le fait qu’il a refusé d’attaquer l’Iran lorsque les contrôleurs du président l’ont encouragé à le faire. M. Trump croit-il que le QI d’Hollywood est trop bas pour comprendre ça ?

    Le banquier central Fischer a sans doute parlé de faire la paix avec le Messie américain sur les ambitions sionistes, sinon de faire la paix sur le commerce mondial, tandis que Deb Schultz a appelé avec soumission au pardon, à l’unité et à la compréhension des victimes opprimées des hedge funds en faillite et des sociétés privées en faillite.

    Mais c’est Trump qui a parfaitement joué les troisièmes Templers… euh, enfin, presque. C’est parce que de brèves imprudences dans le discours du président ont suscité l’indignation du camp néolibéral Schumer. Le président a poussé la limite un peu loin, même si l’on se fie aux critères de ses hôtes, en disant : “Vous êtes des tueurs brutaux, pas du tout des gens sympathiques, mais vous devez voter pour moi, vous n’avez pas le choix”.

    Mais sans doute Trump pensait-il qui sommes-nous si nous ne pouvons pas rire de nos propres échecs en tant que tueurs brutaux et voleurs de terres impitoyables…euh, les agents immobiliers “brutaux” de Dieu ? Au diable l’indignation ! Les milliardaires savent qu’ils n’ont pas d’autre choix que d’encourager le président, comme il l’a dit. Les remarques désinvoltes reflètent une compréhension et une appréciation de l’humour privé utilisé par cette foule, et un humour aussi désobligeant et voilé s’est avéré efficace avant – sans conséquence négative.

    Trump pourrait jouer aux échecs à cinq niveaux en se basant sur ces remarques fugaces et imprudentes, mais c’est douteux. Son mépris insensible pour les droits de l’homme et sa prédilection pour l’ingérence américaine à Gaza, en Bolivie, en Iran, en Palestine, au Venezuela, au Venezuela, en Chine, au Yémen et ailleurs donnent à penser que quelque chose d’autre est en cours.

    Le fait est que tous les politiciens américains savent qu’ils ne peuvent réussir au plus haut niveau de pouvoir hégémonique qu’en recevant la bénédiction publique du camp du Nil à l’Euphrate. En d’autres termes, comme l’a souligné Trump dans son discours, à l’exception de leur loyauté envers le régime brutal d’Israël, les sionistes ont tendance à se considérer libéraux sur les questions sociales et ne votent généralement que pour les candidats démocrates.

    Même si la différence entre les deux partis est illusoire, M. Trump a toujours besoin du soutien d’un milliardaire et des votes du Lobby pour conserver le pouvoir. Trump doit faire passer les électeurs libéraux pro-israéliens du parti démocrate au GOP où les milliardaires les plus puissants comme Adelson, Murdoch, Singer et Mercer – tous des extrémistes pro-israéliens – espèrent sponsoriser un changement électoral. C’est peut-être la raison pour laquelle Deb Doberman a également pris la parole devant l’IAC.

    De plus, Trump a déclaré dans son discours qu’il ne quittera pas le pouvoir en 2024 s’il est réélu en 2020, et qu’il aura besoin du soutien des totalitaristes du Troisième Templer – comme l’étoile montante du IAC – pour y arriver.

    Pendant ce temps, le discours long, condescendant et décousue de M. Trump à l’IAC a fourni de nombreuses platitudes aux Tiers Templiers. Malgré tout, et malgré tout ce qui précède, le président n’a fourni que peu d’éléments concrets. Il vient de poursuivre le thème du soutien et du financement militaires américains à Israël à hauteur de milliards de dollars des contribuables américains, et la promesse de Trump que les États-Unis continueront à fermer les yeux chaque fois que l’État de rétribution d’Israël participera à un autre massacre grave de Palestiniens.

    En fin de compte, nous pouvons interpréter une conclusion ou deux ou plus. Trump a besoin de l’argent pour 2020. Il se fiche de tout le monde, sauf de ceux qui le maintiennent au pouvoir avec cet argent, et c’est pourquoi il se présente à Hollywood. De même, le président sait qu’il a été traîtrement mis en place dans l’Impeachment-gate peut-être même par quelques-uns des gens intelligents auquel il a si gentiment parlé au sein de l’IAC.

    Mais M. Trump sait que, aussi imparfait qu’il soit, le parti démocrate est bien pire. Il sait que les démocrates ont moins à offrir aux riches oligarques comme Adelson, Singer, Mercer, Marcus, etc. et l’équipage, et que les démocrates n’offrent rien de différent en matière de politique étrangère. Trump sait que les démocrates sont un désordre confus et qu’ils sont carrément perdants dans l’ordre des choses, à savoir le marécage politique identitaire que le parti démocrate est devenu.

    Entre les néoconservateurs et les néolibéraux, Trump sait qu’il n’y a pas de place. Il sait qu’ils ne font qu’un. Et tant qu’il pourra se moquer du système et jouer à ce jeu oligarchique corrompu au maximum, alors le Livre de Trump de Miriam a déjà été écrit, et la conclusion pour l’année prochaine a été annoncée.

    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    • Merci pour cette traduction Roc !
      Le sujet est explosif !

      • en effet : j’ai bien aimé le passage ou il dit :
        “You’re brutal killers, not nice people at all, but you have to vote for me, you have no choice,”
        que j’ai traduit par :
        « Vous êtes des tueurs brutaux, pas du tout des gens sympathiques, mais vous devez voter pour moi, vous n’avez pas le choix »
        je pense en effet que Trump sait qu’ils sont coincés car il a fait chuter le réseau Epstein .
        le Mossad serait en train de jeter et griller toute ses forces dans une dernière bataille médiatique en faisant se dévoiler drudje report
        et Alex Jones !

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.