Why the Afghanistan Papers are an Eerie Reminder of Vietnam- by Vijay Prashad

This article is initially in English. Please choose French language option (above on the right) to read it in its original form. If your browser is in English, the default mode would result in an altered text. Thanks for your understanding.

Noam Chomsky recently celebrated his 91st birthday. As an homage to Noam, I spent the day with one of his lesser-known books—The Backroom Boys (1973). The book is made up of two spectacular essays, the first a close reading of the Pentagon Papers. To read this book alongside the trove of documents released by the U.S. government as part of its own internal study on the ongoing U.S. war on Afghanistan is telling. Both the Pentagon Papers on Vietnam and the recent Washington Post disclosures on Afghanistan show that the U.S. government lied to its citizenry about a war that could never be won. If you substitute the word “Afghanistan” for the word “Vietnam,” you could read Noam’s essays from 1973 and imagine that they were written today.

Body Counts

There was one quote in the Afghanistan papers that stopped me. It was almost as if I had read this before in the Pentagon Papers. In 2015, an unnamed National Security Council official said, “It was impossible to create good metrics. We tried using troop numbers trained, violence levels, control of territory and none of it painted an accurate picture.” With regard to Vietnam, the Military Assistance Command, Vietnam (MACV) constantly inflated “body counts”—the number of dead Vietnamese—as a metric of impending victory. This is clear in both the Pentagon Papers and in the papers at the Johnson Library (Austin, Texas).

One soldier who worked in MACV would often go along with the generals to observe the battlefield. His words, collected by Toshio Whelchel, are worth reading: “once we flew over an area after a B-52 raid and the devastation was incredible. There were all these plastic bags out there with our guys supposedly counting bodies of enemy killed. But they were merely picking up body fragments—anything to put in the bag—and counting each one as a single kill.” These numbers pleased Washington; they were what was sold to the public as a metric to gauge how well the war was going.

Napalm

Noam’s essay on the Pentagon Papers begins with the words of a U.S. air force pilot who explains the “finer selling points” of napalm. A certain generation knows exactly what “napalm” is, but younger readers might not be aware of it. Napalm is one of the most hideous weapons ever made—petroleum based, with gel that makes the fuel stick to the human skin. It was used with great gusto against the Korean and Vietnamese people.

The pilot who drops napalm on the civilians says, “We sure are pleased with those backroom boys at Dow [Chemical]. The original product wasn’t so hot—if the gooks were quick enough they could scrape it off. So the boys started adding polystyrene—now it sticks like shit to a blanket. It’ll even burn under water now.”

These sentences require patience. The airman is talking about the Vietnamese. He uses the term “gooks,” which seems to have had its origins in the U.S. invasion of the Philippines in 1898, and then was used to refer to Haitians and Nicaraguans, Costa Ricans and Arabs—anyone that the U.S. military and air force seemed to be killing. The term was used to describe the “natives,” the people whose bodies were worth only what work they could do for the “masters.” This is the vocabulary that does not go away. It reappears in Afghanistan.

Chillingly, the airman says that he would like the weapon to be more lethal, the chances of civilians being able to save themselves nullified.

Wars of National Liberation

In the backrooms, the scientists make the weapons and the analysts debate the war. What was so stunning about the Pentagon Papers was that the entire establishment knew that the United States would not be able to defeat the Vietnamese people, and that even with the use of such barbaric weapons as napalm and Agent Orange, the Vietnamese would not lose their morale.

In 1967, eight years before the U.S. quit Vietnam, the director of Systems Analysis at the Pentagon wrote, “I think we’re up against an enemy who just may have found a dangerously clever strategy for licking the United States. Unless we recognize and counter it now, that strategy may become all too popular in the future.” He referred to wars of national liberation. They—not guerrilla tactics—had to be vanquished. National liberation was out of the question. That was the basic premise of why the U.S. government lied to its public. It was fighting a war that it could not win because its adversary—the Vietnamese people—believed in their fight and would not stop until they had triumphed.

Afghanistan does not have an army of national liberation anywhere near the caliber of the Viet Minh. It has the Taliban, whose brutality was born out of the crucible of the war of the warlords from the 1990s. From the ground upward, however, the Taliban—however brutal it has been—appears at least as a force against an alien invader whose asymmetrical warfare does nothing to lift the confidence of the population. The Taliban do not promise land reform or social liberation, but they live and die alongside the rest of the civilian population. That is what makes them more popular than the drones and the Special Forces, and even the Afghan National Army. The “dangerously clever strategy” of the Taliban is that they are rooted amongst their brethren. No bombing raid can break that link.

No Surprises

Ever since the United States government set up the Office of the Special Inspector General for Afghanistan Reconstruction (SIGAR) in 2008, I have read all its reports and engaged many of its staff members. It was clear to them—often very decent people—that this war against Afghanistan was an abomination. It was clear to those of us who covered this war that the United States was going to devastate further this poor country, and then leave because it could not attain ends that it had so poorly defined.

Nothing in the recently released SIGAR documents surprised me, or many of my colleagues. We had heard these things from Afghan officials and from Western intelligence and military officials over the years; such comments have littered the reports that we have filed on the U.S. war in Afghanistan. Nonetheless, these documents are welcome, since they—like the WikiLeaks revelations—shine a light on the mendacity of the U.S. governments regarding these wars against Afghanistan and then Iraq.

Colonel Bob Crowley, who was a senior counterinsurgency adviser to the U.S. military commanders in 2013-14, told the SIGAR researchers, “Every data point was altered to present the best picture possible. Surveys, for instance, were totally unreliable but reinforced that everything we were doing was right and we became a self-licking ice cream cone.” “Truth,” Crowley said, “was rarely welcome” at the U.S. military headquarters in Kabul; it was rarely welcomed in Washington, D.C., either. The U.S. government was lying to justify its war in Afghanistan. Data is not to be trusted; the words of officials are not to be taken seriously.

As early as 2003, a CIA analyst told me that there were no territorial gains being made in Afghanistan; after bombing runs, and after troops went in to “capture and hold” the land, they found themselves retreating to their bases, leaving the devastation, and watching as the Taliban came back to take power. No gains were made in the 18 years since the war began.

Silence of the Afghans

The reporting on these documents has nothing from the Afghan side. The outrage is merely this: U.S. citizens have been lied to for a war that was a waste from the very start. The New York Times—using estimates from the Brown University Cost of War Project—ran a full page of graphics to dispel the metrics, and to talk about the waste of this war. These are all undeniable facts.

But what about the Afghans, whose lives have been destroyed further, whose aspirations are reduced to ashes?

The U.S. press coverage says that the administrations of Bush, Obama, and Trump lied to the U.S. public; but this is not all. What about the war crimes committed against the people of Afghanistan, and what about the fact that this entire operation—without any clear war aim—is a disastrous crime against the Afghan people?

The U.S. government continues to put pressure on the International Criminal Court, refusing to allow any development in the investigation of war crimes in Afghanistan. At the very least, and on behalf of the millions of Afghans whose lives have been eroded, someone needs to stand in the dock, someone needs to take responsibility. They did not for the illegal war in Vietnam and Cambodia; they will not for this war, and therefore—because they have impunity—there will be another war.

Chomsky’s book from 1973 was a warning. He wrote judiciously that the U.S. war on Vietnam and the lies used to justify the war were not a “mad aberration.” That warning was not taken seriously. It is not being taken seriously now.

Vijay Prashad

This article was first published here.

Publicités

5 Replies to “Why the Afghanistan Papers are an Eerie Reminder of Vietnam- by Vijay Prashad”

  1. Malgré la propagande et une censure étasunienne hors norme, les Talibans remportent de magnifiques victoires contre les envahisseurs et trafiquants de drogue (premier fournisseur mondial) étasuniens, lisez plutôt : « … En Afghanistan, la base aérienne des forces américaines à Bagram (province de Parwan) a été prise pour cible d’une attaque des Taliban le 11 décembre. Le même jour, trois bases militaires américaines en Irak ont été visées par neuf missiles sophistiqués. … »

  2. Merci Roc,
    Je ne peux pas m’empêcher- en lisant cet excellent article – de penser à un immense cinéaste américain: Brian de Palma ; c’est le plus talentueux de sa génération et celui qui avait le droit aux budgets les plus conséquents pour chacun de ses opus. Tous ce qu’il a fait est tout simplement magnifique.
    Sa célébrité prit fin avec la sortie de son film Snake Eyes en (1999 si je me souviens bien) Le film est magnifique – sans doute le plus beau film sur la corruption réalisé à ce jour – et prémonitoire car juste deux ans avant le feu d’artifice de WTC. Le pauvre, il avait beau accepter le compromis et ne montrer son vrai propos que dissimulé dans le générique de fin, les argentiers criminels de la machine de propagande hollywoodienne comprirent parfaitement de quoi il s’agissait ; jamais plus cet homme n’eut droit à la réalisation d’un film. Il continue encore de travailler – mais en Europe et avec des galères dignes d’un débutant sans talent – mais sa carrière hollywoodienne est bel et bien terminée.
    Tout ça pour dire que je vous conseille vivement ce film qui après la lecture du texte de Vijay Prachad vous offrira un tableau sublime sur la corruption inimaginable de l’empire atlanto-sioniste.

    1. Pourquoi les documents sur l’Afghanistan sont un rappel inquiétant du Vietnam – par Vijay Prashad

      Noam Chomsky a récemment célébré son 91e anniversaire. En hommage à Noam, j’ai passé la journée avec un de ses livres moins connus, The Backroom Boys (1973). Le livre est composé de deux essais spectaculaires, le premier étant une lecture attentive des fascicules du Pentagone. Il est révélateur de lire ce livre en même temps que les documents publiés par le gouvernement américain dans le cadre de sa propre étude interne sur la guerre actuelle des États-Unis contre l’Afghanistan. Les documents du Pentagone sur le Vietnam et les récentes révélations du Washington Post sur l’Afghanistan montrent que le gouvernement américain a menti à ses citoyens au sujet d’une guerre qui ne pourrait jamais être gagnée. Si vous substituez le mot « Afghanistan » au mot « Vietnam », vous pourriez lire les essais de Noam de 1973 et imaginer qu’ils ont été écrits aujourd’hui.

      Nombre de corps

      Il y avait une citation dans les journaux afghans qui m’a arrêté. C’était presque comme si j’avais déjà lu cela dans les Cahiers du Pentagone. En 2015, un responsable du Conseil national de sécurité sans nom a déclaré :  » Il était impossible de créer de bons indicateurs. Nous avons essayé d’utiliser le nombre de soldats entraînés, les niveaux de violence, le contrôle du territoire et rien de tout cela n’a donné une image exacte. » En ce qui concerne le Vietnam, le Commandement de l’assistance militaire au Vietnam (MACV) a constamment gonflé le « nombre de morts » – le nombre de morts vietnamiens – comme une mesure de la victoire imminente. C’est ce qui ressort clairement des documents du Pentagone et de ceux de la Johnson Library (Austin, Texas).

      Un soldat qui travaillait dans la MACV accompagnait souvent les généraux pour observer le champ de bataille. Ses paroles, recueillies par Toshio Whelchel, valent la peine d’être lues : « une fois que nous avons survolé une zone après un raid de B-52 et que la dévastation était incroyable. Il y avait tous ces sacs en plastique avec nos gars qui étaient censés compter les corps des ennemis tués. Mais ils ne faisaient que ramasser des fragments de corps – n’importe quoi à mettre dans le sac – et compter chacun d’eux comme un seul meurtre. » Ces chiffres ont plu à Washington ; c’est ce qui a été vendu au public comme mesure pour mesurer le bon déroulement de la guerre.

      napalm

      L’essai de Noam sur les documents du Pentagone commence par les paroles d’un pilote de l’armée de l’air américaine qui explique les  » meilleurs arguments  » de vente du napalm. Une certaine génération sait exactement ce qu’est le « napalm », mais les jeunes lecteurs ne le savent peut-être pas. Le napalm est l’une des armes les plus hideuses jamais fabriquées à base de pétrole, avec un gel qui fait adhérer le carburant à la peau humaine. Il a été utilisé avec beaucoup d’enthousiasme contre les Coréens et les Vietnamiens.

      Le pilote qui laisse tomber du napalm sur les civils dit :  » Nous sommes très contents de ces garçons d’arrière-boutique à Dow[Chemical]. Le produit d’origine n’était pas si chaud – si les gooks étaient assez rapides, ils pouvaient le gratter. Alors les garçons ont commencé à ajouter du polystyrène – maintenant ça colle comme de la merde sur une couverture. Il va même brûler sous l’eau maintenant. »

      Ces phrases demandent de la patience. L’aviateur parle des Vietnamiens. Il utilise le terme  » gooks « , qui semble avoir ses origines dans l’invasion des Philippines par les États-Unis en 1898, puis a été utilisé pour désigner les Haïtiens et les Nicaraguayens, les Costaricains et les Arabes – tous ceux que l’armée et les forces aériennes américaines semblent tuer. Le terme était utilisé pour décrire les « indigènes », les gens dont le corps ne valait que le travail qu’ils pouvaient faire pour les « maîtres ». C’est le vocabulaire qui ne disparaît pas. Il réapparaît en Afghanistan.

      L’aviateur dit froidement qu’il aimerait que l’arme soit plus meurtrière, que les chances des civils de s’en sortir soient réduites à néant.

      Les guerres de libération nationale

      Dans les coulisses, les scientifiques font les armes et les analystes débattent de la guerre. Ce qui était si étonnant dans les Cahiers du Pentagone, c’est que tout l’establishment savait que les Etats-Unis ne pourraient pas vaincre le peuple vietnamien, et que même avec l’utilisation d’armes aussi barbares que le napalm et l’agent Orange, les Vietnamiens ne perdraient pas leur moral.

      En 1967, huit ans avant que les États-Unis ne quittent le Vietnam, le directeur de l’analyse des systèmes au Pentagone écrivait :  » Je pense que nous nous heurtons à un ennemi qui a peut-être trouvé une stratégie dangereusement intelligente pour enrayer les États-Unis. Si nous ne le reconnaissons pas et ne le combattons pas maintenant, cette stratégie risque de devenir trop populaire à l’avenir. » Il a parlé des guerres de libération nationale. Il fallait les vaincre, pas les tactiques de guérilla. La libération nationale était hors de question. C’était la prémisse de base pour laquelle le gouvernement américain a menti à son public. Il menait une guerre qu’il ne pouvait gagner parce que son adversaire, le peuple vietnamien, croyait en son combat et ne s’arrêterait pas avant qu’il ait triomphé.

      L’Afghanistan n’a pas une armée de libération nationale du calibre du Viet Minh. Il y a les talibans, dont la brutalité est née du creuset de la guerre des seigneurs de guerre des années 1990. Cependant, de la base vers le haut, les talibans, aussi brutaux qu’ils aient été, apparaissent au moins comme une force contre un envahisseur étranger dont la guerre asymétrique ne contribue en rien à renforcer la confiance de la population. Les talibans ne promettent pas la réforme agraire ou la libération sociale, mais ils vivent et meurent avec le reste de la population civile. C’est ce qui les rend plus populaires que les drones et les forces spéciales, et même l’armée nationale afghane. La « dangereusement intelligente stratégie » des talibans est qu’ils sont enracinés parmi leurs frères. Aucun bombardement ne peut rompre ce lien.

      Pas de surprises

      Depuis que le gouvernement des États-Unis a créé le Bureau de l’Inspecteur général spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR) en 2008, j’ai lu tous ses rapports et engagé un grand nombre de ses collaborateurs. Il était clair pour eux – souvent des gens très décents – que cette guerre contre l’Afghanistan était une abomination. Il était clair pour ceux d’entre nous qui ont couvert cette guerre que les États-Unis allaient dévaster davantage ce pays pauvre, puis partir parce qu’ils ne pouvaient pas atteindre les fins qu’ils avaient si mal définies.

      Rien dans les documents SIGAR récemment publiés ne m’a surpris, pas plus que nombre de mes collègues. Au fil des ans, nous avons entendu ces choses de la part de responsables afghans et de responsables occidentaux du renseignement et de l’armée ; de tels commentaires ont jonché les rapports que nous avons déposés sur la guerre des États-Unis en Afghanistan. Néanmoins, ces documents sont les bienvenus, car ils – comme les révélations de WikiLeaks – mettent en lumière la fausseté des gouvernements américains dans ces guerres contre l’Afghanistan puis l’Irak.

      Le colonel Bob Crowley, qui était conseiller principal en contre-insurrection auprès des commandants militaires américains en 2013-2014, a déclaré aux chercheurs du SIGAR :  » Chaque point de données a été modifié pour présenter la meilleure image possible. Les sondages, par exemple, n’étaient pas du tout fiables, mais ils ont confirmé que tout ce que nous faisions était juste et que nous devenions un cornet de crème glacée qui se léchait les doigts. » « La vérité, a dit M. Crowley, était rarement la bienvenue au quartier général de l’armée américaine à Kaboul ; elle l’était rarement à Washington non plus. Le gouvernement américain mentait pour justifier sa guerre en Afghanistan. Les données ne sont pas dignes de confiance ; les paroles des fonctionnaires ne doivent pas être prises au sérieux.

      Dès 2003, un analyste de la CIA m’a dit qu’il n’y avait pas eu de gains territoriaux en Afghanistan ; après les séries de bombardements, et après que les troupes sont entrées pour  » capturer et retenir  » la terre, elles se sont retrouvées en retrait vers leurs bases, laissant la dévastation, et regardant les talibans revenir prendre le pouvoir. Aucun progrès n’a été réalisé au cours des 18 années qui ont suivi le début de la guerre.

      Silence des Afghans

      Les rapports sur ces documents ne contiennent rien du côté afghan. L’indignation n’est que ceci : On a menti à des citoyens américains pour une guerre qui a été un gaspillage dès le début. Le New York Times – en utilisant les estimations du projet du coût de la guerre de l’Université Brown – a publié une page complète de graphiques pour dissiper les mesures et parler du gaspillage de cette guerre. Ce sont là des faits indéniables.

      Mais qu’en est-il des Afghans, dont les vies ont encore été détruites, dont les aspirations sont réduites en cendres ?

      La couverture de presse américaine dit que les administrations de Bush, Obama et Trump ont menti au public américain, mais ce n’est pas tout. Qu’en est-il des crimes de guerre commis contre le peuple afghan, et qu’en est-il du fait que toute cette opération – sans objectif de guerre clair – est un crime désastreux contre le peuple afghan ?

      Le gouvernement des États-Unis continue de faire pression sur la Cour pénale internationale, refusant de permettre tout développement dans les enquêtes sur les crimes de guerre en Afghanistan. À tout le moins, et au nom des millions d’Afghans dont la vie a été érodée, quelqu’un doit rester sur le quai, quelqu’un doit prendre ses responsabilités. Ils ne l’ont pas fait pour la guerre illégale au Vietnam et au Cambodge ; ils ne le feront pas pour cette guerre, et donc, parce qu’ils sont impunis, il y aura une autre guerre.

      Le livre de Chomsky de 1973 était un avertissement. Il a écrit judicieusement que la guerre des Etats-Unis contre le Vietnam et les mensonges utilisés pour justifier la guerre n’étaient pas une « aberration folle ». Cet avertissement n’a pas été pris au sérieux. Il n’est pas pris au sérieux en ce moment.

      Vijay Prashad
      Cet article a été publié pour la première fois ici

      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.