Jeffrey Epstein Money Man Revisited- by Steve Brown

Epstein-October-2019-Lede

Long before Epstein’s disputed suicide, the major media called for an end to speculation about Epstein’s source of wealth and his financial operations. In 2010 Forbes staff writer Clare O’Connor questioned whether Epstein possessed any wealth at all, while suggesting that even if he did, pursuing the source and nature of that wealth is pointless, since Epstein’s deals were done offshore. (1)

Matt Steib wrote in the July, 2019 edition of the NYMag Intelligencer that only “wild theories” exist about the nature of Epstein’s wealth. According to Steib, a market trading ponzi scheme must not be the source for Epstein’s wealth because nobody knew about it or talked about it, at least not in the polite circles Douglas Kass traded in. (2)

NYMag Intelligencer piled-on with another article, this time by Michelle Celarier, published by Vox Media. The article ignored Epstein’s known investments with Citigroup, ignored his hedge fund and his special investment vehicle, where Bear Stearns owned 40% of that trading operation. Instead, the Intelligencer concluded that Epstein’s trading activity relied upon blackmail, and that Epstein as blackmailer must be true, because an anonymous blogger said so, and everyone else agreed. Such is the nonsense upon which Vox and other major media outlets do grandstand.

To blackmail the rich and powerful might work once — or twice – depending upon how rich and how powerful the victim is… but to succeed at blackmail for many years to accumulate wealth like Epstein had (and without discovery) is unconscionable. To say that blackmail is the plausible source for Epstein’s wealth is almost as astounding as the assertion that a well-connected offshore trader working through a criminal offshore trading operation could not trade big and could not keep that trade hidden.

The true ‘wild theory’ for the Intelligencer to consider, is that the conspiracy of silence surrounding Epstein’s wealth relates to high financial crimes and misdemeanors underwritten by the ultra-wealthy — crimes that might have been discovered had he only lived.

Jeffrey Epstein: Genie Behind the Crash provides an overview to the financial chicanery Epstein was involved in. But so far, no concerted effort has been made to fully examine Epstein’s financial operation or the source of his wealth in detail. Perhaps that’s due to the many financial eras Epstein’s career spanned. So, it is important to separate the phases of Epstein’s career and concentrate only on the most significant trading period, from 1999 to the beginning of the collapse of the United States financial system in 2007.

Epstein’s Bear Stearns fortune began with his association to ‘Ace’ Greenberg where Epstein’s mathematical brilliance (applied to securities trading) ensured a bright future. Then Epstein’s association with billionaire Lex Wexner proved profitable as well, providing the cash basis upon which Epstein could build his fortune, especially via the Wexner wealth management fund relationship to Citigroup, which Epstein leveraged until 2002 and then jettisoned by 2006.

When the Wexner/Citigroup star began to fade for Epstein, Epstein shifted his trading focus back to his Bear Stearns connections, using a special investment vehicle called Liquid Funding Limited. Epstein was an active trader on behalf of Bear’s offshore Irish operation via LFL from the year 2000 until US markets began to crash in 2007.

According to SEC regulatory filings, by 2003 Bear Stearns owned a 40% interest in Epstein’s special investment (trading) vehicle, Liquid Funding Limited. Two of LFL’s directors — Jeffrey Lipman and Paul Novelly — were also directors and board members for Bear Stearns at the time. According to one source, Lipman was Epstein’s go-to man at Bear for Liquid Funding’s SIV activities, and Epstein traded by way of Bear’s offshore Irish operation via Liquid Funding, Ltd. into 2007.

[Video: Chairman Bernanke explains the 2008 meltdown in conjunction with the fall of Bear Stearns https://www.youtube.com/watch?v=x55FpwLwOEQ ]

Briefly, a Special Investment Vehicle (SIV) is a shell company which profits by exploiting price spreads, or differences in price, which exist between synthetic products created by Wall Street — sometimes in conjunction with the Federal Reserve banks — to maintain liquidity in the financial system.

SIV products – created and exploited by Wall Street mathematicians like Epstein – relate to complex mortgage-backed or credit/loan guarantees which may include collateral debt obligations (CDO) home equity lines of credit (HELOC) and collateralized loan obligations (CLO) as securitized by Wall Street banks. They are variable yield speculative issues or investments, which may be split or combined.

Liquid Funding Limited was setup as a special investment vehicle to trade the spread in those Wall Street’s derivative products. LFL traded offshore in these vehicles, usually in higher yielding collateral bond or debt obligations, financial products which significantly contributed to instability resulting in the US financial collapse of 2008-2009. In other words, an SIV trades. And Epstein was a trader.

Another Epstein corporation was the Financial Trust Company, Inc. which operated out of the Virgin Islands, and acted more like a trust than an active trading entity. In 2003, Epstein’s FTC corporation filed suit versus Citibank for significant sums, relating to a con run by AIG at the time, AIG being an insurance company heavily involved in the US market crash of 2008.

In Epstein’s 2003 FTC lawsuit versus Citigroup, two $10M USD investment loan figures are repeatedly bandied about, relating to collateral bond obligation investments purchased from Citi but fraudulently guaranteed in part by AIG. We may conclude that the Epstein lawsuit figures represent just one tiny fraction of Epstein’s overall trading activity. (3)

The era from 1999 to the onset of the US collapse in 2007 is key because Glass-Stegall banking protections were repealed in 1999 by the Gramm–Leach–Bliley Act (GLBA) perhaps one of the most heinous financial acts ever perpetrated. Phil Gramm’s bill (4) allowed investment banks to gamble again with depositor accounts (as they had leading up to the 1930’s collapse) aiding traders like Epstein.

Note that Epstein’s Liquid Funding Limited and his Financial Trust Company were setup during the year 2000 when Gramm Leach Blilely’s repeal of financial safeguards came into effect. As can be seen via Open Secrets, Epstein repeatedly donated to Phil Gramm’s political campaign in 1995 when the push was on to repeal Glass-Stegall and other protections provided by law versus predatory banker abuse.

According to Wall Street on Parade, Epstein’s Liquid Funding Limited was given the highest credit rating possible, and:

‘As a result of those Tier 1 ratings on Liquid Funding’s commercial paper, it ended up in some very big-name money market funds. Two of JP Morgan’s money market funds held a total of $100 million; two Dreyfus money markets held at least $139 million; and a Frank Russell money market fund held $125 million. Those amounts are very likely the tip of the iceberg that ended up in money market funds.’

Liquid Funding Ltd was incorporated in Bermuda on October 19th, 2000, almost one year on from the passage of Phil Gramm’s bill to de-regulate Wall Street. Epstein was the Chairman and sole trader for Liquid Funding, Ltd. According to Fitch ratings, by 2006 Epstein’s Liquid Funding Ltd possessed $6.7Bn US in liabilities. Again, LFL, a special investment vehicle, traded on behalf of Bear Stearns until the onset of the financial crash. As for Bear Stearns, according to an SEC regulatory filing:

“At November 30, 2002, the Company [Bear Stearns] had an approximate 40% equity interest in Liquid Funding, Ltd. (‘LFL’), a AAA-rated special purpose vehicle established to participate in the repurchase agreement and total return swap markets. A subsidiary of the Company acts as investment manager.”

Because LFL traded through a Bear Stearns’ offshore entity (Ireland) via Epstein’s own Bermuda creation, Liquid Funding, Ltd — which was itself domiciled in the US Virgin Islands – Epstein’s LFL did not ever file a US tax return related to income, due to Epstein’s claim of residence on Little St. James Island, and the corporation’s registration in Bermuda.

In 1998, for $7.95 million, Epstein purchased Little St. James Island just one year prior to Gramm’s deregulation of US share markets. Little St James is in the Virgin Islands territory of the United States, and has a peculiar tax structure. US Virgin Island residents are subject to US IRS tax regulations, but may file and pay corporate and/or personal taxes directly to the US Virgin Islands government instead of to the IRS.

The US Virgin Islands government decides whether information relating to taxes paid in the USVI will be released to any entity – including by legal subpoena – and also decides the amount of tax to be paid based on special criteria for foreign (Non-US) brokerage accounts. Attorneys for Epstein’s victims did not receive his US federal tax returns most likely for that reason.

Since Liquid Funding Ltd was setup as a Bermuda corporation domiciled in the US Virgin Islands and traded through a Bear Stearns account based in Ireland, it is possible that Epstein fully evaded taxation on his major fortune. That’s because the financial disclosure legislation known as Foreign Bank Account Reporting (FBAR) was legislated long ago, and the wealthy have exploited the relative non-enforcement of FBAR by the IRS for many years.

Again, since Epstein was a Virgin Islands resident with a Bermuda corporation (LFL) trading through Ireland or other offshore brokerages, the possibility that Epstein or his corporations ever paid US tax is exceedingly remote. Furthermore, to register his corporations and shield his privacy, Epstein hired a Bermuda law firm called Appleby, and Epstein used Swiss banks for deposits.

When Appleby was hacked, large volumes of financial information became publicly available via the ICIJ. The Paradise Papers contain about 550 pages related to Epstein’s corporations, mostly corporate registration documents and encoded accounting spreadsheets which shed little light on his money movements, since Appleby did not manage Epstein’s funds.

By 2001 when Prince Andrew was or was not photographed with Virginia Roberts, Epstein’s LFL/Bear trading empire was under his sole control, and Epstein’s dependence on big donors had been greatly reduced. (It would be interesting to know if the royal family has ever invested in any of Epstein’s trading or fund vehicles.)

The shift began in 1997 when Epstein parked his wealth management proceeds in Swiss banks. After 2000 and the GLBA, Epstein was free to offshore trade in a big way, with Liquid Funding Ltd and a de-regulated market. This period – from 2001 until 2007 – is evidently the era where Epstein’s abuse of children was most pronounced, too.

Then, as Chairman Bernanke has shown us, US markets began to tank in 2007 and really cratered in 2008. Epstein’s fortunes were fading fast, especially since the synthetics he traded in were particularly hard hit. As Bear went belly-up so did Epstein.

Fitch ratings valued all LFL liabilities at $6.7Bn in 2006, but according to Moody’s reports, by April 2008, Liquid Funding Ltd had been wound up:

Rating Action: Moody’s Withdraws Ratings Of Liquid Funding, Ltd.
18 Apr 2008
All Outstanding Rated Liabilities Paid in Full

New York, April 18, 2008 — Moody’s Investors Service announced today that it has withdrawn its ratings of Liquid Funding, Ltd. Moody’s had previously assigned to Liquid Funding, Ltd. three ratings: a rating of counterparty risk, a rating of its global medium-term note program and a rating of its commercial paper note program.

Moody’s explained that the withdrawal of the three ratings was in response to Liquid Funding’s request for withdrawal, in connection with the voluntary wind-down of Liquid Funding and following the payment and satisfaction in full of all outstanding rated liabilities of Liquid Funding. According to the Outstanding Detail Report issued by JPMorgan as of April 7, 2008 in its capacity as trustee, none of the rated debt issued under the global medium-term note program or the commercial paper note program was outstanding as of that date. Additionally, the Program Outstanding Report issued as of April 8, 2008 by the Bank of New York Mellon in its capacity as trustee showed that all transactions for which Liquid Funding was serving as counterparty have matured or been terminated.

In other words, Liquid Funding was bailed and shut down by the Federal Reserve – just like Bear Stearns was ‘made whole’ so it could be bought by JP Morgan – to prevent an inter-party catastrophe.

The secret buried with Jeffrey Epstein is not just the knowledge that the products he helped create were used to swindle the market and contribute to the financial collapse that crashed the US in 2008. What the political class really wants to hide is the Federal Reserve’s bail-out for a child abuse sex criminal to the tune of $6,7 billion with US taxpayer funds.

Finally – if there can be a finally — there is an interesting twist to this story. Sources are limited, but apparently Epstein had only about $157M US scattered among Swiss accounts and elsewhere, even though Liquid Funding Limited was valued at $6.7Bn US in 2006. That’s why Vox and the others puzzle and scratch their heads and say Epstein didn’t have anything.

After LFL was wound up in 2008, Epstein was comfortable enough to cover his overhead, legal fees (attorneys are expensive), and living expenses, but that’s about it. And since the Fed bailed LFL we will never know precisely what trading Epstein was engaged in — only the LFL company charter / prospectus and a long list of Bear Stearns trades (relating to a charity) and assorted lawsuits indicate. Meanwhile the mega-media just eats it up: “Oh we don’t know if he had any money at all! Maybe he was blackmailing!”

All the public is left with: “what if…” and “maybe”. That’s because the big corporate media hopes we believe that those who possess vast wealth and political power were not attracted to Jeffery Epstein by his ability to procure children for abuse. And for it to be discovered that a sleazy child sex offender was bailed out by the US government to the tune of $6.7Bn in taxpayer funds, is something no one should know – except the Fed of course. The big media hopes that this will all just go away… as the Vox Intelligencer states.

According to Prince Andrew, Epstein was most notable for his teaching ability and the opportunity Epstein provided to learn new things and to help the Prince meet new and interesting people. By extension we are led to believe that all powerful people within Epstein’s circle were enticed by the same ideal. Of course, we know that is not true.

The rich and powerful were attracted to Epstein because Epstein knew how to move large sums of money in ways that seemed private and safe… but most of all to avoid tax.

You see, the ultra-wealthy have two very big problems. One problem is growing their fortune when interest rates are in reality negative or zero (accounting for inflation, the real interest rate on savings in the US is zero) and the other is having funds subject to taxation. As we have seen, that was Epstein’s true genius, to hide the Elite’s wealth and prevent it from being taxed.

So, whether Epstein simply bought T Bills, Treasury Notes, Treasury bonds or traded in exceedingly complex derivatives on behalf of his wealthy clients — where Epstein truly understood David X Lee’s magic risk equation — is an irrelevance.

The wealthy and powerful game the financial system just like Epstein did. They use the same tricks, the same methods, the same tools that Epstein used. And that is why there is such concerted effort on behalf of the mega-media to avoid questions about Epstein’s wealth, and why the specific details of that wealth – and its related abuse – had to forever be buried with him.

According to Forbes, Epstein’s victims didn’t care about obtaining a settlement based on Epstein’s wealth – his victims only cared about the pain and anger that Epstein had caused them. But Epstein could not have engaged in such criminality without access to major funding… major funding which drew the wealthy and powerful to him.
One can only wonder what Kass knew about Madoff!
Epstein engaged in other lawsuits too for significant sums, including a $150M US settlement to Epstein in the D.B. Zwirn Special Opportunities Fund scandal.
Phil Gramm was the chairman of the Senate Banking Committee and still writes for the Wall Street Journal, he is a fellow at the Neoconservative American Enterprise Institute

Steve Brown

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

3 Commentaires

  • Mouais. Bof. Si c’était facile, ça se saurait.

    Epstein n’est pas un génie financier tel que Simmons ou Buffett. Ce n’est pas non plus un expert en fiscalité (rien dans son parcours ne l’indique, et les experts en legal ont tendance à considérer une journée de travail de dix heures comme étant un jour de repos), et il ne gérait pas de cabinet d’avocat fiscaliste et/où d’agences d’experts en patrimoine type family office. On ne l’entendait jamais parler de technique juridique, ce qui me semble incompatible avec le fait qu’il soit un passionné de droit ou de mathématiques d’un niveau très supérieur aux nombreux talents qui exercent la profession de gérant de hedge fund.

    Il ne pouvait pas non plus servir de simple prête-nom à une banque pour ses opérations douteuses, les prête-noms ne deviennent pas milliardaires.

    Et franchement son style de vie était trop flamboyant et fantasque, la où les financiers de génie sont souvent des matheux qui bossent dix heures ou plus par jour, et que les financiers spécialistes de “l’optimisation fiscale transfrontalière” sont des gens qui cultivent la discrétion.

    Je trouve le texte proposé intéressant, mais l’hypothèse du maître chanteur me paraît BEAUCOUP plus plausible. Tout simplement parce que on ne devient pas milliardaire à partir de rien sans avoir un avantage fort sur le marché, avec une stratégie susceptible d’être imité par des concurrents. Avez-vous un seul bouquin, une seule conférence où un gérant de hedge fund se réclamait de “la méthode d’investissement Epstein” ?.

  • Epstein’s était un corrupteur de 1er rang qui sait fait prendre à son propre piège.
    Tout ceux qui ont étés pris dans la toile d’araignée tendue par Epstein’s, ce sont réunis et ont mis ça tête à prix.
    Ces proie étaient des gens, riches, influents, des notables….
    Ils lui ont tout simplement dit, soit tu disparaît définitivement de la circulation et que l’ont entende plus jamais parlé de toi.
    Soit nous t’exécuterons .
    Et donc, son arrestation, son faux suicide en prison, et sa femme Ghislaine Maxwell qui est toujours vivante et en liberté, fait parti des menaces que tout ces hommes influents confondues ont obligé à Epstein’s d’accepter sans aucune condition.
    Afin d’extraire le vrai danger sur sa vie et de celle à qui il tenait vraiment plus que tout.

  • Jeffrey Epstein Money Man Revisité par Steve Brown

    Bien avant le suicide contesté d’Epstein, les grands médias appelaient à mettre fin aux spéculations sur la source de richesse d’Epstein et ses opérations financières. En 2010, l’écrivain Clare O’Connor, membre du personnel de Forbes, s’est demandé si Epstein possédait une quelconque richesse, tout en suggérant que même s’il en possédait une, la recherche de la source et de la nature de cette richesse est inutile, puisque les transactions d’Epstein se faisaient à l’étranger. (1)

    ********************

    Matt Steib a écrit dans l’édition de juillet 2019 du NYMag Intelligencer que seules des ” théories sauvages ” existent sur la nature de la richesse d’Epstein. Selon Steib, un ponzi de marché ne doit pas être la source de la richesse d’Epstein parce que personne ne le savait ou n’en parlait, du moins pas dans les cercles polis où Douglas Kass faisait du commerce. (2)

    NYMag Intelligencer s’est ajouté à un autre article, cette fois par Michelle Celarier, publié par Vox Media. L’article ignorait les investissements connus d’Epstein dans Citigroup, ignorait son fonds de couverture et son véhicule d’investissement spécial, où Bear Stearns détenait 40 % de cette opération de négociation. Au lieu de cela, l’Intelligencer a conclu que l’activité commerciale d’Epstein reposait sur le chantage, et qu’Epstein en tant que maître-chanteur doit être vrai, parce qu’un blogueur anonyme l’a dit, et tout le monde était d’accord. Telle est l’absurdité sur laquelle Vox et d’autres grands médias font étalage.

    Faire chanter les riches et les puissants peut fonctionner une ou deux fois, selon la richesse et la puissance de la victime… mais réussir à faire chanter pendant de nombreuses années pour accumuler des richesses comme Epstein (et sans découverte) est inadmissible. Dire que le chantage est la source plausible de la richesse d’Epstein est presque aussi stupéfiant que l’affirmation selon laquelle un négociant offshore bien connecté travaillant dans le cadre d’une opération commerciale offshore criminelle ne pourrait pas faire de gros échanges et ne pourrait pas garder ce commerce secret.

    La véritable ” théorie sauvage ” que l’Intelligencer doit prendre en considération est que la conspiration du silence entourant la richesse d’Epstein est liée à des crimes financiers élevés et à des délits garantis par les ultra riches – des crimes qui auraient pu être découverts si seulement il avait vécu.

    Jeffrey Epstein : Genie Behind the Crash donne un aperçu de la chicanerie financière dans laquelle Epstein était impliqué. Mais jusqu’à présent, aucun effort concerté n’a été fait pour examiner en détail l’opération financière d’Epstein ou la source de sa richesse. C’est peut-être dû au fait que la carrière d’Epstein s’est déroulée à plusieurs époques financières. Il est donc important de séparer les phases de la carrière d’Epstein et de ne se concentrer que sur la période d’échange la plus importante, de 1999 au début de l’effondrement du système financier américain en 2007.

    La fortune d’Epstein Bear Stearns a commencé avec son association à’Ace’ Greenberg où la brillance mathématique d’Epstein (appliquée au commerce de titres) a assuré un avenir brillant. L’association d’Epstein avec le milliardaire Lex Wexner s’est également révélée rentable, fournissant la base de trésorerie sur laquelle Epstein pouvait bâtir sa fortune, en particulier via la relation de fonds de gestion de fortune Wexner avec Citigroup, dont Epstein s’est servi jusqu’en 2002, puis a abandonné en 2006.

    Lorsque la star de Wexner/Citigroup a commencé à s’estomper pour Epstein, Epstein s’est recentré sur ses relations avec Bear Stearns, en utilisant un véhicule de placement spécial appelé Liquid Funding Limited. Epstein a été un trader actif pour le compte de l’opération offshore irlandaise de Bear via LFL de l’an 2000 jusqu’à ce que les marchés américains commencent à s’effondrer en 2007.

    Selon les documents déposés auprès de la SEC, en 2003, Bear Stearns détenait une participation de 40 % dans Liquid Funding Limited, le véhicule de placement spécial (de négociation) d’Epstein. Deux des administrateurs de LFL – Jeffrey Lipman et Paul Novelly – étaient également administrateurs et membres du conseil d’administration de Bear Stearns à l’époque. Selon une source, Lipman était l’interlocuteur privilégié d’Epstein pour les activités SIV de Bear for Liquid Funding, et Epstein a négocié par le biais de l’opération offshore irlandaise de Bear via Liquid Funding, Ltd. en 2007.

    [Vidéo : Le président Bernanke explique l’effondrement de 2008 dans le cadre de la chute de Bear Stearns https://www.youtube.com/watch?v=x55FpwLwOEQ ]

    En résumé, un Special Investment Vehicle (SIV) est une société écran qui profite de l’exploitation des écarts de prix, ou différences de prix, qui existent entre les produits synthétiques créés par Wall Street – parfois en collaboration avec les banques de la Réserve fédérale – pour maintenir la liquidité du système financier.

    Les produits SIV – créés et exploités par des mathématiciens de Wall Street comme Epstein – concernent des garanties complexes adossées à des créances hypothécaires ou des garanties de crédit/prêts qui peuvent inclure des lignes de crédit sur titres adossés à des créances avec flux groupés (CDO) et des obligations garanties par des prêts (CLO) titrisées par des banques de Wall Street. Il s’agit d’émissions ou de placements spéculatifs à rendement variable, qui peuvent être fractionnés ou combinés.

    Liquid Funding Limited a été mis en place en tant que véhicule d’investissement spécial pour négocier l’écart dans ces produits dérivés de Wall Street. LFL a négocié à l’étranger dans ces véhicules, généralement sous forme d’obligations ou de titres de créance à haut rendement, produits financiers qui ont contribué de manière significative à l’instabilité ayant entraîné l’effondrement financier des États-Unis en 2008-2009. En d’autres termes, une SIV se négocie. Et Epstein était commerçant.

    Une autre société d’Epstein était la Financial Trust Company, Inc. qui opérait à partir des îles Vierges et agissait davantage comme une fiducie qu’une entité commerciale active. En 2003, la société FTC d’Epstein a intenté une action en justice contre Citibank pour des sommes importantes, en rapport avec une affaire gérée par AIG à l’époque, AIG étant une compagnie d’assurance fortement impliquée dans le crash du marché américain de 2008.

    Dans la poursuite intentée en 2003 par Epstein contre Citigroup, deux prêts investissement de 10 millions de dollars américains ont été évoqués à maintes reprises, concernant des obligations garanties par des obligations achetées à Citi mais garanties frauduleusement en partie par AIG. Nous pouvons conclure que les chiffres du procès Epstein ne représentent qu’une infime fraction de l’activité commerciale globale d’Epstein. (3)

    La période allant de 1999 jusqu’au début de l’effondrement des États-Unis en 2007 est essentielle parce que les protections bancaires de Glass-Stegall ont été abrogées en 1999 par la loi Gramm-Leach-Bliley (GLBA), peut-être l’un des actes financiers les plus odieux jamais commis. Le projet de loi de Phil Gramm (4) permettait aux banques d’investissement de jouer à nouveau avec les comptes de déposants (comme ils l’avaient fait jusqu’à l’effondrement des années 1930) en aidant des traders comme Epstein.

    Il est à noter que Liquid Funding Limited d’Epstein et sa Financial Trust Company ont été créées au cours de l’année 2000 lorsque Gramm Leach Blilely a abrogé ses mesures de protection financière. Comme on peut le constater à travers Open Secrets, Epstein a fait des dons répétés à la campagne politique de Phil Gramm en 1995, lorsque la campagne visait à abroger Glass-Stegall et d’autres protections prévues par la loi contre les abus bancaires prédateurs.

    Selon Wall Street on Parade, Liquid Funding Limited d’Epstein a obtenu la meilleure cote de crédit possible, et :

    En raison de ces notations de niveau 1 sur le papier commercial de Liquid Funding, il s’est retrouvé dans certains fonds du marché monétaire de très grande notoriété. Deux des fonds du marché monétaire de JP Morgan détenaient au total 100 millions de dollars, deux des fonds du marché monétaire de Dreyfus détenaient au moins 139 millions de dollars et un fonds du marché monétaire de Frank Russell détenait 125 millions. Ces montants sont très probablement la pointe de l’iceberg qui a abouti dans les fonds du marché monétaire.

    Liquid Funding Ltd a été constituée aux Bermudes le 19 octobre 2000, presque un an après l’adoption du projet de loi de Phil Gramm visant à déréglementer Wall Street. Epstein était le président du conseil et l’unique négociateur de Liquid Funding, Ltd. Selon les notations de Fitch, en 2006, Epstein’s Liquid Funding Ltd disposait d’un passif de 6,7 milliards de dollars américains. Encore une fois, LFL, un véhicule d’investissement spécial, a négocié au nom de Bear Stearns jusqu’au début de la crise financière. Quant à Bear Stearns, d’après un dépôt réglementaire de la SEC :

    “Au 30 novembre 2002, la Société[Bear Stearns] détenait une participation d’environ 40 % dans Liquid Funding, Ltd. (” LFL “), une structure d’accueil à vocation spéciale notée AAA établie pour participer aux marchés des conventions de rachat et des swaps sur rendement total. Une filiale de la Société agit à titre de gestionnaire de placements. »

    Étant donné que LFL a négocié par l’intermédiaire d’une entité offshore d’Bear Stearns (Irlande) via la création d’Epstein aux Bermudes, Liquid Funding, Ltd – qui était elle-même domiciliée dans les îles Vierges américaines – la LFL d’Epstein n’a jamais produit de déclaration de revenus aux États-Unis, en raison de la demande de résidence d’Epstein sur Little St James Island et de son enregistrement dans les Bermudes.

    En 1998, pour 7,95 millions de dollars, Epstein a acheté Little St. James Island juste un an avant la déréglementation par Gramm des marchés boursiers américains. Little St James se trouve sur le territoire des îles Vierges des États-Unis, et a une structure fiscale particulière. Les résidents des îles Vierges américaines sont assujettis à la réglementation fiscale des IRS américains, mais peuvent déposer et payer des déclarations d’impôt sur les sociétés et/ou des impôts personnels directement au gouvernement des îles Vierges américaines plutôt qu’à l’IRS.

    Le gouvernement des îles Vierges américaines décide si les informations relatives aux impôts payés dans l’USVI seront divulguées à toute entité – y compris par assignation légale – et décide également du montant de l’impôt à payer en fonction de critères spéciaux pour les comptes de courtage étrangers (non américains). Les avocats des victimes d’Epstein n’ont pas reçu ses déclarations d’impôts fédérales américaines très probablement pour cette raison.

    Depuis que Liquid Funding Ltd a été créé en tant que société des Bermudes domiciliée dans les îles Vierges américaines et négociée sur un compte Bear Stearns basé en Irlande, il est possible qu’Epstein ait totalement éludé l’impôt sur sa fortune principale. C’est parce que la législation sur la divulgation financière connue sous le nom de Foreign Bank Account Reporting (FBAR) a été légiférée il y a longtemps et que les riches ont exploité la non-application relative de la FBAR par l’IRS pendant de nombreuses années.

    Encore une fois, étant donné qu’Epstein était un résident des îles Vierges avec une société des Bermudes (LFL) opérant par le biais de l’Irlande ou d’autres sociétés de courtage offshore, la possibilité qu’Epstein ou ses sociétés aient jamais payé l’impôt américain est extrêmement faible. De plus, pour enregistrer ses sociétés et protéger sa vie privée, Epstein a engagé un cabinet d’avocats bermudien appelé Appleby, et Epstein a eu recours aux banques suisses pour ses dépôts.

    Lorsqu’Appleby a été piraté, de grandes quantités d’informations financières ont été rendues publiques par l’intermédiaire de l’ICIJ. Les Paradise Papers contiennent environ 550 pages sur les sociétés d’Epstein, principalement des documents d’enregistrement d’entreprise et des feuilles de calcul comptables codées qui ne donnent que peu d’informations sur ses mouvements d’argent, car Appleby ne gérait pas les fonds d’Epstein.

    En 2001, lorsque le prince Andrew a été photographié ou non avec Virginia Roberts, l’empire commercial LFL/Bear d’Epstein était sous son contrôle exclusif, et la dépendance d’Epstein envers les grands donateurs avait été considérablement réduite. (Il serait intéressant de savoir si la famille royale a déjà investi dans l’un des véhicules de commerce ou de fonds d’Epstein.)

    Le changement a commencé en 1997 quand Epstein a garé les produits de sa gestion de fortune dans des banques suisses. Après 2000 et la GLBA, Epstein a été libre de faire du commerce offshore de manière importante, avec Liquid Funding Ltd et un marché déréglementé. Cette période – de 2001 à 2007 – est évidemment l’époque où les abus d’Epstein à l’égard des enfants ont été les plus prononcés.

    Puis, comme nous l’a montré le président Bernanke, les marchés américains ont commencé à s’effondrer en 2007 et se sont vraiment effondrés en 2008. La fortune d’Epstein s’évanouissait rapidement, d’autant plus que les matières synthétiques qu’il échangeait étaient particulièrement durement touchées. Epstein a fait de même pour Baisse.

    Les cotes de Fitch évaluaient tous les passifs de LFL à 6,7 G$ en 2006, mais selon les rapports de Moody’s, en avril 2008, Liquid Funding Ltd avait été liquidée :

    Action d’évaluation : Moody’s retire les cotes de solvabilité de Liquid Funding, Ltd.
    18 avril 2008
    Toutes les obligations cotées non réglées ont été acquittées en entier

    New York, le 18 avril 2008 – Moody’s Investors Service a annoncé aujourd’hui qu’elle a retiré sa notation de Liquid Funding, Ltd. Moody’s avait auparavant attribué trois cotes à Liquid Funding, Ltd. : une cote de risque de contrepartie, une cote pour son programme mondial de billets à moyen terme et une cote pour son programme de billets de trésorerie.

    Moody’s explique que le retrait des trois cotes a été effectué en réponse à la demande de Liquid Funding, dans le cadre de la liquidation volontaire de Liquid Funding et à la suite du paiement et du règlement intégral de tous les passifs notés en cours de Liquid Funding. Selon le rapport détaillé sur l’encours publié par JPMorgan en date du 7 avril 2008 en sa qualité de fiduciaire, aucun des titres de créance notés émis dans le cadre du programme mondial de billets à moyen terme ou du programme de billets de trésorerie n’était en circulation à cette date. En outre, le rapport sur l’encours du programme publié en date du 8 avril 2008 par la Bank of New York Mellon en sa qualité de fiduciaire a montré que toutes les opérations pour lesquelles Liquid Funding servait de contrepartie sont arrivées à échéance ou ont été annulées.

    En d’autres termes, le Liquid Funding a été renfloué et fermé par la Réserve fédérale – tout comme Bear Stearns a été ” remis en état ” pour pouvoir être racheté par JP Morgan – afin d’éviter une catastrophe entre partis.

    Le secret enterré avec Jeffrey Epstein n’est pas seulement de savoir que les produits qu’il a contribué à créer ont été utilisés pour escroquer le marché et contribuer à l’effondrement financier qui a frappé les États-Unis en 2008. Ce que la classe politique veut vraiment cacher, c’est le renflouement de la Réserve fédérale pour un criminel pédophile à hauteur de 6,7 milliards de dollars avec l’argent des contribuables américains.

    Enfin – s’il peut y avoir un enfin – il y a une tournure intéressante à cette histoire. Les sources sont limitées, mais Epstein ne disposait apparemment que d’environ 157 millions de dollars américains répartis entre les comptes suisses et ailleurs, même si Liquid Funding Limited était évalué à 6,7 milliards de dollars américains en 2006. C’est pourquoi Vox et les autres se grattent la tête et disent qu’Epstein n’avait rien.

    Après la liquidation de LFL en 2008, Epstein était assez à l’aise pour couvrir ses frais généraux, ses frais juridiques (les avocats sont chers) et ses frais de subsistance, mais c’est tout. Et comme la Fed a renfloué la LFL, nous ne saurons jamais exactement dans quel commerce Epstein s’est engagé – seuls la charte de la société LFL / prospectus et une longue liste de Bear Stearns transactions (relatives à un organisme de bienfaisance) et les poursuites judiciaires assorties indiquent. Pendant ce temps, les méga-médias en mangent : “Oh, on ne sait pas s’il avait de l’argent du tout ! Peut-être qu’il faisait du chantage !”

    Il ne reste plus que le public : “Et si…” et “peut-être”. C’est parce que les grands médias d’entreprise espèrent que nous croyons que ceux qui possèdent de vastes richesses et un pouvoir politique n’ont pas été attirés par Jeffery Epstein par sa capacité d’obtenir des enfants pour abus. Et que l’on découvre qu’un pédophile sordide a été libéré sous caution par le gouvernement américain à hauteur de 6,7 milliards de dollars de fonds publics, c’est quelque chose que personne ne devrait savoir – sauf la Fed, bien sûr. Les grands médias espèrent que tout cela disparaîtra… comme le dit le Vox Intelligencer.

    Selon le prince Andrew, Epstein se distinguait surtout par sa capacité d’enseignement et l’occasion qu’il offrait d’apprendre de nouvelles choses et d’aider le prince à rencontrer des gens nouveaux et intéressants. Par extension, nous sommes amenés à croire que toutes les personnes puissantes du cercle d’Epstein étaient attirées par le même idéal. Bien sûr, nous savons que ce n’est pas vrai.

    Les riches et les puissants étaient attirés par Epstein parce qu’Epstein savait comment déplacer de grosses sommes d’argent d’une manière qui semblait privée et sûre… mais surtout pour éviter les impôts.

    Vous voyez, les ultra-riches ont deux très gros problèmes. L’un des problèmes est de faire fructifier leur fortune alors que les taux d’intérêt sont en réalité négatifs ou nuls (compte tenu de l’inflation, le taux d’intérêt réel sur l’épargne aux États-Unis est nul) et l’autre est de disposer de fonds soumis à taxation. Comme nous l’avons vu, c’était le vrai génie d’Epstein, cacher la richesse de l’élite et l’empêcher d’être imposée.

    Ainsi, qu’Epstein ait simplement acheté des bons du Trésor, des bons du Trésor, des obligations du Trésor ou des produits dérivés extrêmement complexes pour le compte de ses clients fortunés – où Epstein a vraiment compris l’équation magique du risque de David X Lee – est sans importance.

    Le jeu riche et puissant du système financier tout comme Epstein l’a fait. Ils utilisent les mêmes trucs, les mêmes méthodes, les mêmes outils qu’Epstein. Et c’est pourquoi il y a un tel effort concerté de la part des méga-médias pour éviter les questions sur la richesse d’Epstein, et pourquoi les détails spécifiques de cette richesse – et les abus qui en découlent – ont dû être enterrés à jamais avec lui.

    Selon Forbes, les victimes d’Epstein ne se souciaient pas d’obtenir un règlement basé sur la richesse d’Epstein – ses victimes ne se souciaient que de la douleur et de la colère qu’Epstein leur avait causé. Mais Epstein n’aurait pas pu s’engager dans une telle criminalité sans l’accès à un financement important…. un financement important qui a attiré les riches et les puissants à lui.
    On ne peut que se demander ce que Kass savait sur Madoff !
    Epstein s’est également engagée dans d’autres poursuites judiciaires pour des sommes importantes, y compris un règlement de 150 millions de dollars américains à Epstein dans le cadre du scandale du Fonds d’opportunités spéciales D.B. Zwirn.
    Phil Gramm a été président du comité sénatorial des banques et écrit toujours pour le Wall Street Journal, il est membre du Neoconservative American Enterprise Institute.

    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.