La Turquie confirme sa stratégie méditerranéenne en concluant un mémorandum sur les frontières maritimes avec la Libye et en préparant la base légale d’un déploiement d’une force de réaction rapide à Tripoli

La Turquie et le gouvernement libyen de Tripoli, le seul reconnu par les Nations Unies s’approchent d’un partenariat stratégique et militaire permettant le déploiement d’une force turque de réaction rapide en Tripolitaine.

Image result for Turkish forces in Libya
Jusqu’ à récemment la Turquie s’est limitée à une formidable guerre de drones en Libye

Cette nouvelle donne modifie profondément les rapports de force en Méditerranée orientale et centrale et pèsent de façon décisive dans la guerre civile libyenne.

En novembre 2019, Ankara et Tripoli ont signé une extension d’un Accord militaire et sécuritaire bilatéral déjà existant. De façon séparée, les deux capitales ont signé un Mémorandum sur les frontières maritimes entre la Turque et la Libye ayant irrité Chypre, l’Egypte et la Grèce.

Image result for Turkish forces in Libya
Blindés turcs dans le port de Misrata, Tripolitaine

Cet Accord militaire et sécuritaire signé avec le gouvernement de Tripoli qui vient d’être présenté au Parlement turc indique les nouvelles orientations de la stratégie régionale turque, laquelle ne se confine plus au Tigre et à l’Euphrate en Irak-Syrie, mais vise désormais à jouer un rôle grandissant en Afrique du Nord via le portail libyen. Ce tropique africain de la Turquie s’appuie sur une longue et solide histoire militaire Ottomane en Afrique du Nord et notamment en Egypte (jusqu’au Sultan Mehmet Ali), la Libye (jusqu’en 1911), en Tunisie (jusqu’en 1956) et dans une moindre mesure en Algérie où la turbulente Régence ottomane prit de facto son autonomie vis-à-vis de la Sublime Porte bien avant la chute d’Alger en 1830.

Image result for Turkish forces in Libya
Le retour du Grand Turc en Afrique est une réalité géostratégique

En ligne de mire du Grand Turc, les fabuleux gisements de gaz de la Méditerranée orientale où un navire de la marine de guerre turque n’a pas hésité à expulsé un navire israélien et un autre chypriote d’une zone de prospection non loin du fameux champ connu sous le nom biblique du Leviathan.

Ce n’est pas tout, la Libye est un pays producteur de pétrole brut léger et relativement facile à raffiner en plus de l’existence d’une gigantesque nappe phréatique sous le Sahara libyen, autant de facteurs expliquant la rivalité acharnée de certaines puissances et leur intérêt à faire perdurer la guerre entre les deux gouvernements ennemis dans ce pays d’Afrique du Nord. Et dans ce contexte, les turcs sont bien déterminés à jouer un rôle de premier plan en soutenant à bout de bras le gouvernement de Tripoli contre les forces de Cyrénaïque du Maréchal Khalifa Haftar et ses soutiens égyptien, émiratis, français, saoudiens et russes.

Athènes a expulsé l’Ambassadeur de la Libye au sujet de l’Accord maritime turco-libyen a vivement condamné cet Accord en affirmant que la Turquie est en train de faire escalader les tensions en Méditerranée. L’Egypte a également critiqué l’Accord bilatéral entre Ankara et Tripoli tandis qu’Israël s’est plaint de l’expulsion manu militari d’un de ses « navires de recherches » au large de Chypre.

Sur le volet militaire, l’Accord militaire signé entre Ankara et Tripoli, s’il est approuvé par le Parlement turc, permettrait à des troupes turques d’être déployées à Tripoli à la requête du gouvernement de Fayaz Al-Sarraj. Cette évolution coïncide avec le lancement imminent d’une nouvelle offensive sur Tripoli par les forces du Maréchal Khalifa Haftar.

La Turquie semble déterminée à empêcher la chute de son allié en Tripolitaine et cherche à se rapprocher des pays de la région soutenant Tripoli comme l’Italie ou l’Algérie.

Ce qui semble assez paradoxal dans la crise libyenne est que les rivaux s’acharnant pour le contrôle des richesses libyennes sont alliés au sein de l’OTAN, ce qui prouve une fois de plus l’état de déclin avancé de la plus grande alliance militaire de la planète et l’impossibilité d’une entente commune européenne en matière de politique étrangère face à la résurgence des intérêts nationaux de chaque Etat membre. En résumé, c’est le chacun pour soi et que le meilleur gagne! Le Sultan d’Ankara a bien compris la nouvelle équation internationale et ne s’embarrasse plus des formes. Le Grand Jeu le vaut bien!

Publicités

77 Replies to “La Turquie confirme sa stratégie méditerranéenne en concluant un mémorandum sur les frontières maritimes avec la Libye et en préparant la base légale d’un déploiement d’une force de réaction rapide à Tripoli”

  1. D’un point de vue géo-stratégique je suis toujours étonné que beaucoup sous-estime notre armée ainsi que notre faculté d’adaptation selon les différents théâtres d’opération.

  2. « Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire. » (Baudelaire)

    Bartleby a bricolé un petit poème pour rendre hommage à la Meute et la prier de croire qu’il s’est rendu à la force de ses arguments spéciaux mais irréfutables, extraordinairement sagases et sans réplique. Quelle minute de la haine ! (Orwel doit jubiler dans sa tombe) et même le cher rédacteur y a mis son grain de sel. A propos de l’ortographe et des citations, un sien ami lui a conseillé de ne pas trop montrer de dextérité légère devant les vieux et même de simuler un homme ou mieux une femme qui boîte lorqu’on rencontre un infirme, et il appuyait son rasonnement par le fait indéniable que notre modernité éclairée ne parle plus d’aveugles ni de sourds ni de balaiyeurs ni du sexe biologique de chacun mais de mal-voyants, de mal-entendants, de techniciens de surface et de genre librement choisi par le ctoyen sans langue, sans identité, sans patrie, sans sexe et sans rien.
    Bartleby vous prie de le croire à plaat-ventre.

    A la Meute
    La page assourdissante autour de moi hurlait.
    Laide, inculte, en grande colère, joie crapuleuse,
    Une Meute passa, d’une haleine monstrueuse
    Soulevant, balançant le mensonge et le boulet ;

    Cauche et veule avec son français farfelu.
    Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
    Dans son cerveau, vide et glissant comme un toboggan,
    La cruauté qui fascine et le haine qui tue.

    Un éclair… puis la nuit ! – Eternelle nullité
    Dont le regard m’a fait soudainement reconnaître,
    La face hideuse de la modernité

    Ailleurs, bien loin d’ici ! trop tard ! jamais peut-être !
    Car je sais où tu fuis, tu ignores où je vais,
    Ô toi que je méprise, ô toi qui le savais !

    1. Erratum : Bartleby me prie de vous implorer à plat-ventre de remplacer farfelu par foutu pour des raisons de forme (rimer avec tue). Telles sont les manies étranges et d’un autre âge de ce voyou.

      1. Pardon aux génies modernes de les ennuyer encore par mes citations qui manquent de respect au non-esprit du temps (Bartleby les prie de regarder par la fenêtre s’ils vivent dans une maison normale, sinon de s’occuper de leur téléphone portable), donc cet « Je suis l’esprit qui toujours nie, et c’est avec justice: car tout ce qui existe est digne d’être détruit; il serait donc mieux que rien n’existât. » (Goethe) veut aggraver son cads déjà lamentable par cette cette citation d’un autre voyou heureseument disparu :
        « Je ne ferai dans ce film aucune concession au public. Plusieurs excellentes raisons justifient, à mes yeux, une telle conduite ; et je vais les dire. Tout d’abord, il est assez notoire que je n’ai nulle part fait de concessions aux idées dominantes de mon époque, ni à aucun des pouvoirs existants. Par ailleurs, quelle que soit l’époque, rien d’important ne s’est communiqué en ménageant un public, fût-il composé des contemporains de Périclès ; et, dans le miroir glacé de l’écran, les spectateurs ne voient présentement rien qui évoque les citoyens respectables d’une démocratie. »

        1. Permettez-moi mon cher Bartleby de compléter par un autre extrait les propos du grand maître :
          « Au réalisme et aux accomplissements de ce fameux système, on peut déjà connaître les capacités personnelles des exécutants qu’il a formés. Et en effet ceux-ci se trompent sur tout, et ne peuvent que déraisonner sur des mensonges. Ce sont des salariés pauvres qui se croient des propriétaires, des ignorants mystifiés qui se croient instruits, et des morts qui croient voter. »
          Votre humble serviteur
          Post-scriptum : Savez-vous à quel trait de caractère on devine sans se tromper un début d’intelligence ? L’auto-dérision.

          1. Cher ami,
            Vous avez raison, des gens incapables de rire d’eux-mêmes seront toujours des caves. Comme ces fripons de la meute qui croient et surtout veulent faire accroire qu’ils s’occupent de très grandes choses, des affaires du monde et tout le reste. Nous, contrairement à ces ânes sérieux, nous sommes seulement des enfants curieux qui aiment jouer. Personellement, je n’ai jamais observé autant de sérieux innocent et libre de tout préjugé que chez un enfant qui joue, c’est à dire, comme dit Baudelaire :
            « Or, la convalescence est comme un retour vers l’enfance. Le convalescent jouit au plus haut degré, comme l’enfant, de la faculté de s’intéresser vivement aux choses, même les plus triviales en apparence. Remontons, s’il se peut, par un effort rétrospectif de l’imagination, vers nos plus jeunes, nos plus matinales impressions, et nous reconnaîtrons qu’elles avaient une singulière parenté avec les impressions, si vivement colorées, que nous reçûmes plus tard à la suite d’une maladie physique, pourvu que cette maladie ait laissé pures et intactes nos facultés spirituelles. L’enfant voit tout en nouveauté ; il est toujours ivre. Rien ne ressemble plus à ce qu’on appelle l’inspiration, que la joie avec laquelle l’enfant absorbe la forme et la couleur. J’oserai pousser plus loin ; j’affirme que l’inspiration a quelque rapport avec la congestion, et que toute pensée sublime est accompagnée d’une secousse nerveuse, plus ou moins forte, qui retentit jusque dans le cervelet. L’homme de génie a les nerfs solides ; l’enfant les a faibles. Chez l’un, la raison a pris une place considérable ; chez l’autre, la sensibilité occupe presque tout l’être. Mais le génie n’est que l’enfance retrouvée à volonté, l’enfance douée maintenant, pour s’exprimer, d’organes virils et de l’esprit analytique qui lui permet d’ordonner la somme de matériaux involontairement amassée. C’est à cette curiosité profonde et joyeuse qu’il faut attribuer l’œil fixe et animalement extatique des enfants devant le nouveau, quel qu’il soit, visage ou paysage, lumière, dorure, couleurs, étoffes chatoyantes, enchantement de la beauté embellie par la toilette. »
            (Le Peintre de la vie moderne, III, Pléiade, II, p.690)
            Votre très humble et dévoué serviteur,
            Bartleby

          2. Je n’ai pas assez de génie peut-être pour que l’on me laisse tranquille et me respecte. Mais j’en ai trop sans doute pour que l’on ne me jalouse pas.
            C’est mon aphorisme du soir offert à mon ami Bartleby.
            Que les jaloux de la meute veuillent bien ne pas faire trop de bruits inutiles et nous laisser dériver ivres d’existence vers la Félicité.
            Votre humble et reconnaissant.

          3. « L’enfant voit tout en nouveauté ; il est toujours ivre. »
            Les pharisiens n’ont jamais compris pourquoi diable les esprits libres aiment le vin.. Eh, bien, ces fils du soleil , sont restés des enfants et n’aiment pas les adultes qui préfèrent commercer à jouer. Donc, mon cher Passant; à nous les plaisirs de l »ivresse enfantine, à la meute les peines de la sobriété adulte !
            Par ailleurs, n’avez-vous pas observé que les esclaves se mettent maintenant à la poésie ? Tant mieux, me direz-vous, on a réussi à sortir ces bouseux de leur fange matérialiste, et je serai d’accord avec vous.
            Votre ami,
            Bartleby

          4. Faites la poésie, pas seulement la guerre. Ces bouseux (sortis mais prêts à rentrer à nouveau croyez moi) l’auraient ils enfin compris ?
            Laissons leur le vin chaud et reprenons un verre de Bourgogne cher ami.
            Votre très humble Passant

    2. En réponse au « poème bricolé » par Bartleby (19/12/2019) intitulé « A la Meute ».
      Beau petit pastiche du poème de Baudelaire intitulé « À UNE PASSANTE » 😉

      1. Du détournement considéré comme l’un des beaux-arts.
        Bravo cher Passant.
        Je ne sait plus qui disait de l’Académie : « Ils sont là quarante, qui ont de l’esprit comme quatre. ».

  3. Que pense strategika 51 des pseudo-arguments racistes du genre : génie des cités, RSA, 93, COTOREP, familiarité canalle, apologie de l’analphabétisme, etc…Je serai intéressé par sa réponse.Je n’ai pris là qu’un petit échantion des décombres et ordures que j’ai déballées après la lecture de la prose indigeste d’un chien trotskyste enragéet d’un esclave haineux, vaindicatif et envieux. Je ne peux écrire un mot sans voir cette meute inculte et servile venir déraisonner sur ce quio la dépasse et m’insulter par la même occasion. Sans aucun argument.

    1. Au risque d’en étonner plus d’un, ce n’est qu’en 2019 que j’ai su ce que signifie l’acronyme RSA: Revenu de solidarité active, si je ne me trompe et dont le concept m’échappe. J’ai par contre constaté un peu tardivement que cet instrument de solidarité sociale est dévié par des fraudeurs et servait à d’autres fins
      Pour le 93 c’est le département de Seine Saint-Denis que je ne connais pas en dehors d’une carte OpenMap ou Google. Pour la COTOREP, j’ai du chercher sur le net et c’est un concept génial.

      J’ai longtemps été absent de l’Hexagone et même à l’intérieur de cet Hexagone, je suis absent (mon esprit est toujours ailleurs errant sur une certaine représentation mentale des mers du Sud).

      Par contre, j’ai actuellement une réelle nuisance constituée par des voisins se réclamant d’une certaine tribu auto-élue qui cherchent des noises à tout le voisinage. Étant le dernier arrivé et certainement le plus discret, étant plutôt nocturne que diurne, j’ai naturellement intéressé ce couple de tarés. Ils m’accusèrent de bouger les meubles après 22h alors que je n’ai pas de meubles et que je ne suis pas dans ce chez moi temporaire avant 2h du matin. J’ai naturellement ignoré cela. Jusqu’au jour où il m’envoie une lettre de menace de recours à la justice se terminant par un « Cordialement ». J’ai mené ma petite enquête et j’ai constaté qu’il y avait effectivement beaucoup de bruits… Générés principalement par ceux qui s’en plaignent le plus.

      Mon cher Bartleby, ceci n’est qu’un micro-échantillon de rien du tout non représentatif des nuisances quotidiennes que Sapiens peut occasionner à son semblable qui ne cherche qu’à fuir le monde et rester tranquille dans son coin. C’est la malédiction de cette « modernité » maudite.

      Maintenant pour le forum, je rate souvent des coms puisque les notifications ne fonctionnent pas toujours. L’échange est le plus souvent de bonne qualité et très intéressant. J’ai remarqué quelques joutes verbales et parfois des dérapages mais dans l’ensemble, c’est bien moins grave que les insultes échangées à longueur d’heures sur les réseaux sociaux.

      1. C’est à peu près exactement ce que je vis actuellement du moins les week-end. C’est d’ailleurs dû à un état d’esprit excédé que j’ai pondu un billet d’humeur intitulé « Vos grèves à la con j’en ai rien à foutre » et que vous avez (humoristiquement peut-être) liké.
        Bien à vous.

      2. Mon cher Strategika 51,
        excusez ma réponse tardive, en rentrant ce soir, j’ai été submergé par la Meute déchainée qui est presque sur le point de me reprocher d’avoir déclenché la troisième guerre mondiale avant que cette dernière ait eu lieu, un peu comme dans Prince Vaillant : « — Rome est tombée la semaine prochaine. ».
        Votre réponse est charmante, décente, mélancolique, mais fausse, naturellement. Vous ne répondez pas à mes questions mais vous les esquivez. Tous les cancres de cette meute me reprochent d’être un voyou du 93 (je suis d’accord avec voyou mais pas avec du 93, je n’ai jamais mis les pieds dans ces cités de merdre de ma vie, je n’ai aucune haine particulière ou générale envers ceux qui y habitent et qui sont sous la coupe d’une minorité de gangsters protégés par l’état), un arabe (proposition vraie), d’utiliser un correcteur d’ortographe (proposition fausse, j’ai appris le français à l’école), de toucher le RSA (proposition fausse, je gagne mon pain à la sueur de mon muscle-cerveau), de produire des citations pour frimer et ainsi de suite. Mais cela constitue-t-il un seul argument contre mes idées scandaleuses ? Non, et vous tournez autour du pot. On ne peut ménager la chèvre et le choux indéfiniment, et le stratagème qui consiste à faire traverser la rivière le loup, la chèvre et le choux est un conte de fées.
        Bien à vous

        1. Et pourtant c’est l’ABC du management et même de la politique (que je méprise sous sa forme moderne). L’humain est Un dans toute sa diversité. Je me rappelle avoir pu rassembler une équipe totalement hétéroclite autour d’une idée commune.

          Je n’ai rien esquivé. J’ai appris à encaisser dès mon plus jeune âge. Cela est une faiblesse que je crois intrinsèque. Il m’est arrivé d’encaisser des coups avec pour préoccupation primordiale de rester debout, raidement droit comme un con.
          Les gens qui encaissent deviennent par la force des choses assez philosophes. Le stoïcisme n’est jamais loin. Je suis loin d’être irréprochable moralement: après un stoïcisme et un cynisme que Diogenes n’aurait point désapprouvé, j’ai eu ma période épicurienne la plus débridée qui soit au point où les orgies présumées de quelques empereurs Romains me semblaient assez bancales. Il y eut aussi un ou deux épisodes de beuveries cosmiques sous des obus de mortier ou toutes les théories physiques sur les cinq forces primordiales de l’univers ont été passées en revue avec un regretté inconnu.
          Il y a eu les escrocs, les voleurs, les veuls, la racaille, les detrousseurs de cadavres encore chauds, les coupeurs de routes, les enfants-soldats, des terroristes, les transsexuels de cinq cultures totalement différentes dont une qui les considèrent comme une émanation directe de divinité, des prostituées BCBG avides de pouvoir et plus riches que cet illustre Lydien que fut Crésus, des prêtres du Vatican, des Imams, des Rabbins, des Chamanes, des agents de trois ou quatre (probablement plus) boîtes de renseignements et je vous rassure de suite, les plus mauvais ne sont pas ceux que l’on croit même s’ils sont les plus manipulateurs. Sans compter les errements de la jeunesse, une exécution simulée devant un peloton d’exécution (la j’avais failli craquer psychologiquement), deux divorces, une mise à l’index, une ou deux évasions au milieu d’une nuit sans lune avec des molosses aux trousses (et imaginez l’ecervelé que j’étais, à plat ventre dans l’herbe humide et froide, près d’un ruisseau, la respiration saccadée et le cœur à la gorge qui décide de revenir dans la direction des chiens car il venait de se rendre compte qu’il avait laisser tomber un objet insignifiant) , une fiche défavorable de la part de deux pays fort autoritaires et bananiers se faisant passer pour des démocraties de façade, des trahisons de toutes parts, une mise à l’index et j’en passe car la liste risque de s’étaler encore. Je ne m’en plains pas. C’est la vie.
          Il n’y a aucune meute ici. Libre à vous de commenter et d’égayer nos misérables jours avec des envolées lyriques et de la poésie. Cet espace est libre. Totalement libre. Et chacun à le droit de s’exprimer comme il l’entend.

          1. Puisque tu évoques la poésie, un poème de Borges me vient à l’esprit ; je pense que tu fais partie des très rares pour lesquels il aurait pu etre ecrit.
            C’est : L’invocation à Joyce
            Epars dans des capitales éparses,
            solitaires et nombreux,
            nous jouions à être le premier Adam
            qui donna leur nom aux choses.
            Sur les vastes pentes de la nuit
            qui touchent à l’aurore,
            nous cherchions, je m’en souviens toujours, les mots de la lune, de la
            mort, du matin et des autres coutumes de l’homme.
            Nous fûmes l’imagisme, le cubisme,
            les conventicules et les sectes
            que vénèrent les crédules universités.
            Nous proscrivîmes les majuscules,
            nous inventâmes les vers imponctués
            et les strophes en forme de pigeon
            des bibliothécaires d’Alexandrie.
            Cendre que le labeur de nos mains
            et feu ardent que notre foi.
            Toi, entre-temps,
            dans les villes de l’exil,
            dans cet exil qui fut
            ton instrument exécré et choisi,
            l’âme de ton art,
            tu dressais tes ardus labyrinthes,
            infinitésimaux et infinis,
            admirablement mesquins,
            plus populeux que l’histoire.
            Nous serons morts sans avoir aperçu
            la bête biforme ou la rose
            qui sont le centre de ton dédale,
            mais la mémoire a ses talismans,
            ses échos de Virgile,
            et c’est ainsi que dans les rues de la nuit persistent tes splendides
            enfers, tant de tes cadences et de tes métaphores, les ors de ton
            ombre.
            Qu’importe notre lâcheté s’il y a sur la terre un seul brave,
            qu’importe la tristesse s’il y a eu dans le temps quelqu’un qui s’est
            dit heureux, qu’importe ma génération perdue, ce vague miroir, si tes
            livres la justifient.
            Je suis les autres. Je suis tous ceux
            qu’a rachetés ta rigueur obstinée.
            Je suis ceux que tu ne connais pas et que tu sauves.

          2. @strategika 51
            Notre dialogue ressemble de très près à celui du père et de la mère de Trstram Shandy dans le roman Vie et opinions de Tristram Shandy de Laurence Sterne. Je parle d’une proposition P ( « RSA, Génie des cités, 93, racisme honteux, (à ce propos, j’affirme ici que je me fiche à la fois du racisme et de l »anti-racisme), citations-frime, familiarité canaille (tutoiement), critique de l’orthographe lamentable (par respect pour le lecteur, pour le site et pour soi-même, chacun devrait prendre le temps d’écrire ses posts au lieu d’agir comme une poule qui fait ses besoins là où l’envie la prend), etc… Je n’ai eu aucune réponse sur le fait que la proposition P soit vraie ou fausse constitue un argument. Vous parlez à côté de la chose alors que la réponse est pour une fois binaire : oui P est un argument ou bien : P n’est pas un argument.
            Vous éludez cela et me parlez d’autre chose, ce qui est tout à fait votre droit.
            Mais ne me dites pas ensuite que la meute n’existe pas (je ne vous ai pas associé à cette meute), je l’ai déjà rencontrée ; il suffit de lire les posts de cette page pour s’en convaincre.
            Donc, ménagez la chèvre et le choux, le loup et l’agneau; le mensonge et la vérité, la droiture et la turpitude, une proposition et son contraire.

        2. La dialéctique hégelienne s’occupe de l’Etre, la Conscience, la Forme et de leurs rappors réciproques. En somme cette dialéctique stipule que :
          1) Il y a identité entre l’Etre et la Conscience,
          2) L’Etre détermine la Forme
          Mais cela ne nous dit pas ce qui provoque ou induit un changement de l’Etre, d’où la loi suivante :
          3) Transformation de la quantité en qualité (ce que les dits marxistes appellent négation de la négation), par exeemple chauffer de l’eau la fait passer de l’état liquide à l »état gazeux au delà d’une certaine température ( aimez-vous le vin chaud mon cher passant ? Moi, non).
          Donc je ne comprends pas votre réponse stratégika 51.
          En effet mes trois petites équations me donnent : la meute est un être informe donc vide ; il n’a par conséquent aucune qualité (sinon celle de ne pas exister) ni aucune quantité (sinon celle égale à zéro). Donc cette meute fantôme n’existe pas logiquement. Où peut-être dans le 93 tonnerre de Dieu.
          L’argent n’était pas un désir de l’enfance.

          1. Et pourtant la réponse de S51 a le mérite d’être claire, nette et précise. A sa place je vous bloquerai pour Trollisme aggravé et chicane prolongée. Je me demande comment il en arrive à supporter votre logorrhée sans queue ni tête sous-tendue par une mauvaise foi envers les autres commentateurs ici que vous avez osé qualifier de « meute » (de chiens ou de loups?) et encore, on s’estime heureux d’avoir échappé de peu au « troupeau de veaux »! Vous voulez une reconnaissance que bien des auteurs illustres n’ont jamais eu qu’à titre posthume? Il est facile de faire des copier-coller à tout va sur des sites de citations ou de se démultiplier sur le net (est-ce le signe d’un dédoublement de personnalité ou pire d’une multiplicité de personnalités?) Peu importe! Pourvu que le Troll survive!

            A mon tour de demander une faveur à S51: Je vous prie de bien vouloir bloquer ce troll incontinent et nous permettre de se concentrer sur le fond du sujet. Merci infiniment!

          2. 2: « L’Etre détermine la Forme »
            Parfait Bartleby, tout à fait d’accord avec toi ; surtout que nos propres échanges sur ce forum confirment cette affirmation. Les rares fois où j’osais te contredire – ou te lancer une innocente boutade – tu rétorquais avec une bordé d’injures à mon égard où prédominaient les vulgaires invectives des voyous des citées – au point que même une lectrice mère de famille t’a rappelé à un minimum de bienséance.
            Et quand je te dis que ce langage dénote un esprit de vulgaire voyou tu t’échines à me coller l’étiquette de raciste.
            C’est juste l’être qui détermine la forme mon bonhomme ; hélas et malgré ton obstination. Et malgré ce merveilleux confort que nous offre le copié collé sur le net.

      3. Permettez-moi, cher Passant, un mot de plus.
        Il est vraiment beau que ce soit vous Un Passant qui eyez reconnu sous les traits hideux de la Meute le beau poème A une Passante de Baudelaire. Par ailleurs, ce fût Debord qui thorisa et utilisa détournement, par exemple ici :

        « Ce style qui contient sa propre critique doit exprimer la domination de la critique présente sur tout son passé. Par lui le mode d’exposition de la théorie dialectique témoigne de l’esprit négatif qui est en elle. «La vérité n’est pas comme le produit dans lequel on ne trouve plus de trace de l’outil.» (Hegel). Cette conscience théorique du mouvement, dans laquelle la trace même du mouvement doit être présente, se manifeste par le renversement des relations établies entre les concepts et par le détournement de toutes les acquisitions de la critique antérieure. Le renversement du génitif est cette expression des révolutions historiques, consignée dans la forme de la pensée, qui a été considérée comme le style épigrammatique de Hegel. Le jeune Marx préconisant, d’après l’usage systématique qu’en avait fait Feuerbach, le remplacement du sujet par le prédicat, a atteint l’emploi le plus conséquent de ce style insurrectionnel qui, de la philosophie de la misère, tire la misère de la philosophie. Le détournement ramène à la subversion les conclusions critiques passées qui ont été figées en vérités respectables, c’est-à-dire transformées en mensonges. Kierkegaard déjà en fait délibérément usage, en lui adjoignant lui-même sa dénonciation : «Mais nonobstant les tours et détours, comme la confiture rejoint toujours le garde-manger, tu finis toujours par y glisser un petit mot qui n’est pas de toi et qui trouble par le souvenir qu’il réveille.» (Miettes philosophiques) C’est l’obligation de la distance envers ce qui a été falsifié en vérité officielle qui détermine cet emploi du détournement, avoué ainsi par Kierkegaard, dans le même livre : «Une seule remarque encore à propos de tes nombreuses allusions visant toutes au grief que je mêle à mes dires des propos empruntés. Je ne le nie pas ici et je ne cacherai pas non plus que c’était volontaire et que dans une nouvelle suite à cette brochure, si jamais je l’écris, j’ai l’intention de nommer l’objet de son vrai nom et de revêtir le problème d’un costume historique.»

        « Les idées s’améliorent. Le sens des mots y participe. Le plagiat est nécessaire. Le progrès l’implique. Il serre de près la phrase d’un auteur, se sert de ses expressions, efface une idée fausse, la remplace par l’idée juste. »

        (Guy Debord, La société du spectacle, thèses 206 et 207, éditions Gérard Lebovici p. 159-160 ou Oeuvres, Gallimard p.853-854)

        Toute la thèse 207 est reprise par Debord telle quelle de Pésies II de Lautréamont (cf. Lautréamont, Nouveau, Oeuvres complètes, Pléiade, p.281), qui a lui-même détourné Pascal et d’autres moralistes, quel bel hommage.

        1. Je souscris aux propos éclairants de Guy Debord cher Bartleby et il eut été tout aussi souscrit, si j’avais eu en quoi que ce soit à le souscrire, que le poème caché derrière le masque de votre talentueux et subversif détournement s’intitulât A une Passante. S’il s’était appelé A une Esclave, nous aurions à coup sûr moins ri.
          Votre très dévoué.
          Mais il se passe des choses à Idleb. Je laisse sagement les spécialistes en géopolitique (il en faut aussi) commenter 😉

          1. Mon cher passant,
            A Idleb, tout va pour le mieux dans le pire des mondes possibles. La décision a été prise de liquider les égorgeurs modérés au grand scandale des démocrates et autres défenseurs des droits de l’homme.
            Le fait que vous eyez reconnu Baudelaire sous la peau épaisse de la Meute prouve que vous savez ce qu’est est la poésie,, et vous l’avez parfaitement exprimé en reprenant l’expression « poème bricolé » que j’ai employée à dessein ; on écrit un poème mais on n’en bricole pas un. Ne comprend pas Baudelaire qui veut, donc encore bravo, je me considère comme un poète raté et ne m’occupe pas dans la vie de tous les jours de poésie, ni de philosophie mais de choses plus faciles. Mais enfin presque tous les membres de ce savant forum, n’ont vu que du feu dans mon espièglerie enfantine, ce seul fait prouve la vacuité de ce qu’ils racontent présentement et de l’inanité de ce qu’ils raconteront dans l’avenir.
            Je vous remercie pour votre soutien très réconfortant dans cette Batrachomyomachia spéciale.
            Je reste votre fidèle et dévoué serviteur,
            Bartleby

          2. Soyez assuré cher Bartleby de ma considération au moins reciproque.
            Toujours au plaisir de lire ce que j’ai appelé il y a quelques mois « vos envolées » lyriques, poétiques, philosophiques. Elles ne sont pas appréciées par tout le monde. Que voulez- vous, il semble qu’en ce monde détestable la médiocrité ait le vent en poupe.
            Votre humble et constant lecteur,
            Amicalement.

    2. Arrêtes ton char Bartleby ; il m’est arrivé par le passé de qualifier tes insultes à mon encontre de celles qu’on rencontre chez les voyous de 93 ; si tu veux que je recompte le nombre de fois où tu m’as traité de porc, cochon, goret et d’un tas d’autres noms insultants je peux le faire. Ou des insultes du genre « ta sœur ; ta mère »…
      Assumes-toi mon grand ; tu joues le roquet et quand ça ne marche pas tu taxes des gens du racisme et/ou viens carrément pleurer auprès du patron du site S51.
      Je ne postais pas beaucoup par le passé, mais je me délectais régulièrement des analyses formidables et courageuses de S51 ; et je trouvais que parmi tous les internautes qui suivaient régulièrement ce site, Roc était le seul qui lui rendait un immense service: Complément d’analyses, liens utiles, traductions… un site c’est aussi un travail réel comptable en heures passés à rédiger les textes et un tas d’autres choses ; la raison pour laquelle S51 avait répondu à un internaute qui réclamait plus de contenu, en disant que ça dépassait ses moyens car il faut une vraie équipe pour ça.
      Un jour j’ai eu la surprise de constater que tu t’es mis à insulter Roc pour je ne sais pas quelle raison (je mettrais ma mains au feu que la cause ne pouvait pas être autre qu’une futilité touchant à ton égo hypertrophié) ; en observant le langage j’ai reconnu dans cette logorrhée le phrasé de deux anonymes avec lesquels j’avais par le passé eu une dispute suite à des insultes et les menaces qu’ils avaient lancés envers Fox.
      Selon eux il y avait des tabous à ne pas aborder ; le pauvre il s’est tu alors que ses connaissances des sujets qu’il aborde sont formidables.
      Bref (je deviens laborieux) tout ça pour dire que ce n’est pas à moi de jouer au détective mais à chaque fois que j’ai constaté des intimidations (accompagnés de plus par un langage vulgaire et violent) envers des personnes postant des analyses utiles, objectives, et complémentaires avec celles de S51, j’ai agi – et j’agirais – pour la simple raison que l’intimidation crée la censure et restreint l’échange d’idées. Une société d’intimidés – celle des soumis – est une société stérile, inefficace ; pour un site internet c’est la même chose.
      Voilà pourquoi je jacasse, pour te faire comprendre que tu ne peux pas m’intimider ; à part ça tu m’es sympathique ; enlèves un peu d’hélium c’est tout ; et puis repasse à la première du singulier, Passetoutgrain.

      1. Entièrement d’accord avec Sclavus.
        J’ajouterais que Bartleby doit cesser d’être Hautain dédaigneux fier arrogant méprisant condescendant.
        En somme se prendre le supérieur aux autres et les prenant de haut .

        1. « –Eh ! qu’à cela ne tienne , Madame, nous vous en ferons d’autres ». (Alfred Jarry)
          Bartleby vous conseille de ne pas lire ses posts et de l’ignorer. Ce que vous prêtez à ce voyou est de votre invention.

        2. En général les personnes arrogantes sont des cruches vides et ce constat est celui de moi, quelqu’un qui n’a jamais mis ses fesses sur un banc d’école depuis l’âge de onze ans. Aujourd’hui du haut de mes quatre-vingt ans et une vie passée sur le ring, je peux juger d’un simple coup d’œil ce que vaut un homme vaniteux et ennuyeux.

          Bonnes fêtes à tous.

          PS: je suis un fidèle lecteur de ce site que je salue.

    3. « Je serai intéressé par sa réponse.Je n’ai pris là qu’un petit échantion des décombres et ordures que j’ai déballées après la lecture de la prose indigeste d’un chien trotskyste enragéet d’un esclave haineux, vaindicatif et envieux. Je ne peux écrire un mot sans voir cette meute inculte et servile venir déraisonner sur ce quio la dépasse et m’insulter »
      Oh grand génie condescendu des cieux pour éclairer les sousanimaux haineux, puant, baveux et suintant la vermine – ces sales et ignorants esclaves ingrat et incapable de comprendre les lumières de la culture que toi généreux Bartleby, roi du ciel et de la terre leur apportes par ton insondable générosité etc.etc. je me prosternerais toute ma vie – et les suivantes – devant votre illustre majesté du copié-collé en vous embrassant les deux souliers afin que votre sublime magnificence divine ne soit plus jamais frustré pour des siècles des siècles.
      Il est donc parfaitement inutile mon pauvre d’appeler S51 à la censure des avis trop gênant por votre illustre personne.

  4. Les ânes ne manquent pas sur cette page. Oui, croyez-moi, il ne savent pas écrire une phrase sans fautes d’ortographe, mais font la leçon aux autres. Ils réduisent l’Art de la Guerre à des petites disputes dignes de la trivialité moderne et de leurs déboires conjugaux. L »Art de la Guerre ne peut se réduire à des équations mathématiques même aussi compliquées que celles de Stokes, c’est d’abord un jet et aussi un drame passionné. Il obéit certes à des principes généraux, mais le résultat de toute bataille reste incertain et en définitive difficilement prédictible. Dans son précis de L’Art de la Guerre, je crois que Jomini a expliqué cela de long en large, mais les modernes courent derrière la nouveauté et je m’éxcuses auprès d’eux d’évoquer de vieux parchemins.

    1. Toi Bartleby, le génie des cités .

      Les correcteurs d’orthographe mis à la disposition du public te sont bien utiles.
      Beaucoup préfèrent rester authentiques contrairement à toi.

      85 % des hommes les plus riches de cette planète, inventeurs, champion de différentes discipline sportives, autodidactes, etc…

      Pourtant tous respectables, ils ne savent pas faire une phrase sans faire de fautes d’orthographe.

      Et cela ne les a pas empêchées d’être des gens très respectables.

      Toi avec ton RSA dépendant des autres, tu ouvres ton clapet comme toujours.

      La cigale boucle là, tu nous feras des vacances.

          1. En voici une autre, vraie celle-ci : Trotsky est un criminel et toi son adepte honteux. Les divers éléments de la gauche dite laique libanaise ont compris cela et appartiennent à la résistance. Mais les ânes tels que ta méprisable personne avec ses idomes sanguinaires et ses chimères continuent à s’imaginer vivre un 1917 qui ne viendra jamais. Misère et crapulerie du gauchisme.

      1. Désolé ma poule de t’avoir à ce point choquée. Ecoute-moi, cocote, ce n’est pas bien de tutoyer des étrangers, mais je te pardonne ma chérie, mais écoute ce qui suit.
        1) Que t’ont fait les sauvageons des cités ? La nique ? Crois-bien que je n’y suis pour rien étant né à la montagne.
        2)Je suppose petite ignorante que tu abuses des correcteurs d’ortographe et que tu projettes ton travers de fille publique sur ceux qui dénoncent tes petis secrets de polichinelle par un mauvais garnement comme moi.
        3) Tu vas devenir une mégère acariâtre si tu continues comme cela. Tu assimiles le bonheur et la respectabilité à la richesse et encourage l’ignorance et l’analphabétisme.
        4) Comme toues les petites décervelées, tu prends tes désirs triviaux et vulgaires pour la réalité, mais tes désirs n’ont aucune r&alité puisqu’ils sont le produit du cervelet d’une sotte comme toi. Ecoute ma cochonne, personne ne va croire sur parole tes babillages : cité, correcteur d’ortographe, RSA et quoi encore ? Parceque tu es une pauvre âme moderne, tu crois que tout le monde te ressemble ?
        5) Vois-tu mon choux stalinien, il ne est impoli de demander aux gens de se taire, mais que fais-tu chérie de la liberté d’expression ? Et puis, chochotte, personne ne t’oblige à lire ou à répondre au fantasque Bartleby (et toujours par les mêmes pseudo-arguments inventés : RSA, 93, correcteur d’orthoraphe, etc).. Arrête de faire ta petite raciste honteuse.
        6) Je ne comprends pas ma stalinienne ce que une petite gueuse comme toi a à faire de géopolitique. Contente-toi de Voici et Gala en semaine, de Libération le Dimanche et du monde diplomatique lorsque tu forniques avec un gauchiste.
        7) Enfin, petite salapiste, sache que Bartleby parle et écrit sans fatigue la langue qu’il a apprise, cite sans peine aucune les auteurs qu’il a lus et aime uniquement les nuages.
        Coquine ! va !

        1. Les remplaçés n’ont que de préjugés racistes qu’ils sont incapables de soutenir publiquement non par peur de la loi mais par lâcheté et couardise. Il vaut certes mieux s’occuper d’anneaux noethériens que des propos incohérents de ces pourceaux (dixit Un Passant).Triple misère de merdre.

          1. Ça y est, le Passetougrain a dégainé à nouveau, et c’est une redoutable mitraille….plutôt incohérente. Et ne rimant pas forcément avec la compréhension géopolitique. Quand à l’incessante – et trop fastidieuse – citation des auteurs classiques, ça a plutôt l’air du roquet qui fait le beau. Mais je te jette pas la pierre, c’est amusant

          2. T’as quand même de la chance que du fin fond de ta cellule psychiatrique ils te laissent encore poster.

          3. Il passe tellement qu’il en est amoureux. Mais plu s sérieusement, mis à par tes déclarations d’amour à Alain Delon du site – car Monsieur s’exprime à la troisième personne du singulier – qu’as tu d’utile à nous apprendre?
            Rien car t’es qu’un suiveur. A ta place je me choisirais au moins des idoles plus cohérentes. Dépêche toi d’envoyer cette caisse du Pommard à ton idole. Chose promise chose due

          4. C’est vrai qu’avec toi j’en ai appris des choses ! Cette caisse de Bourgogne c’est si j’étais aussi riche que feu Lanzmann, apprends d’abord à me lire.

        2. quand c’est sans intérêt je lis en diagonale ; quand ça mouline et se répète ça devient lassant et on a du mal à vous prendre au sérieux ; même lors de vos déclarations d’amour. C’est pas la seule fois où tu promettais du pinard ; envois-lu de la Délirium tremens, c’est moins cher et ça l’aidera aussi-bien

          1. L’amitié n’a rien à voir avec le fait de tomber amoureux d’autant que je suis à 200% hétérosexuel. Apprenez d’abord la langue française.

        3. 200%? Apprends à ne plus être con ; ça t’aidera pour la suite ; je parlais de vos incohérences et rien de plus ; je n’ai jamais insulté ton chéri non plus ; c’est juste une boutade que j’avais lancé le mois dernier – c’était au sujet de ses nombreux pseudos ; je n’ai jamais obtenu de réponse ; par contre des insultes par centaines. Donc je me suis dit que ce mec est malheureux, mais s’il voyait pas des gens « qui lui veulent du mal » partout, il le serait moins ; interpellé par tes saillis sans intérêt j’ai visité ton blog ; et constaté qu’idéologiquement nous sommes proches (avec ton chéri aussi sans doute) et pourtant on s’engueule.

          1. J’ai d’abord un réflexe psychologique de base : quand plusieurs personnes en attaquent un seul, je vais toujours défendre celui qui est seul (bien que B. n’ait aucun besoin que je le défende). Et de plus j’ai des affinités avec ce véritable personnage du forum.
            « et pourtant on s’engueule » Simple dynamique de groupe sans grande importance. Bien à toi.

        4. À anonyme ( Bartleby )
          Bartleby et ces multiples pseudos. Préviens-moi quand je dois me marrer.

    2. Désolé pour vous, cher Bartleby, je suis (et serai jusqu’à ma mort) un indécrottable opiomane, j’aime infiniment l’ivresse, mais pas toutes les ivresses, et surtout pas celles qui plombent et que l’on cloue définitivement aux «portes des granges», et que l’on arrime sans façon aux socles de ces putains d’interdits, dont ceux, notamment, de la pensée dite libre. Je crois infiniment aux multivers (qui seraient des milliards à ce qu’on dit?), et à ce putain de chat (chat de Schrödinger) on ne peut plus quantique, (apparemment crevé au fond de sa de putain boite de merde (selon certains témoins), et de sa belle mort à ce qu’il paraît ?), à l’ivresse donc (à notre ivresse, bien au-delà d’i-celles, et clairement dévoilées par le roi des poètes, le sieur Villon), celle dont nous parlait avec amour ce très cher Omar Khayyam (pas de Villon, mais du reste) et qui a su si bien exprimer ce désir d’ivresse (notre ?) et le refus de religiosité, tout en soulignant l’absurdité (sous doute à l’infini ?), merci cher Omar Khayyam de votre lucidité et de votre perspicacité, merci infiniment…
      PS : j’aime infiniment ce peintre soi-disant assassin, appelé: Michelangelo Merisi da Caravaggio, en français Caravage ou le Caravage, et qui n’a jamais hésité (pas même un instant) d’éliminer définitivement ces ennemis… tu es un prince Michelangelo!

      1. Cher sergio,
        par contre, ce Passant, ce bobo diplômé mais ignorant, ce soi-disant anarchiste qui n’a jamais voté et qui en plus s’en vante, ce gauchiste trotskiste qui y capte que dalle en géopolitique, franchement qu’il aille se faire foutre sur le forum de Gay-Pride and co ce pédé refoulé !
        Vautre (du verbe vautrer)

      2. PS : cher Michelangelo Merisi da Caravaggio, tu es et seras toujours pour toutes celles et tous ceux, encore doués d’une parcelle de raison, l’exemple même à suivre impérativement! Eliminer toutes les raclures de notre bonne et si chère Terre, quoi de plus naturel! Je vous invite donc à lui emboiter le pas… mais que cela ne vous détourne pas de lire ou relire les textes de mon très cher compagnon, Kropotkine (prince russe démissionnaire, et totalement honnête), qui sont, et resterons à jamais, les fondements de l’Anarchie ! Vive l’Anarchie !

        1. Tremble Poutinoff, nous n’oublierons jamais les massacres de Kronstadt (y compris celles de nos très chères familles, ainsi que celles de nos très chers compagnons anarchistes), que les tiens ainsi que ces pourceaux d’occidentaux ont fait subir aux miens!, je n’oublie évidemment pas Tienanmen, et le massacre de nos très che(e)rs ami(e)s chinois(es), qui subirent vos assauts mortifères, dues à de cette pourriture soi-disant communiste, vive la lutte armées contre tous les oppresseurs… (j’y inclus la pourriture Yankee bien entendu)

          1. Hé, bande de brelles (il s’agit des gros cons manipulés par les officines pro-occidentales, telles que la CIA,, mais pas que), et lorsque vous aurez enfin compris, vous arrêterez sans doute (sans trop de convictions) qu’il serait enfin temps d’arrêter de nous bassiner avec vos très chers amis étasuniens (en gros les fils de putes de la CIA, des enflés de la pire espèce!), vous pourriez éventuellement nous lâcher définitivement la grappe !

        2. C’était à l’époque où l’honneur se défendait au duel à l’épée. Et quand je te proposais de trinquer au champagne au trépas d’une raclure espionne anglaise responsable des milliers de morts tu m’incendiais

  5. Spécial fin d’année 2019 et début d’année 2020; fête du solstice d’hivers remplacée par celle d’une pseudo naissance d’un être imaginaire, et par celle d’un faux premier jour de l’an.
    Devoirs de vacance.

    Série d’exercices de la réflexion interdite (ne pas voir, ne pas entendre, ne pas parler – ne pas connaître et ne pas comprendre).
    Pour tous les exercices, établir une liste des différents éléments apparaissant dans l’exposé de chaque, les articuler entre eux de toutes les manières possibles, conclure, mettre au propre par écrit et adresser vos écrits à :
    Michel Dakar, 9 Route de Barre-y-va, Villequier 76490 Rives-en-Seine.
    Les réponses constructives seront publiées avec un commentaire.

    Exercice n°1 : « La colonie pénitentiaire sioniste de Daniel Milan » (militant anti-autoritaire).
    Exposé de l’exercice :
    http://www.aredam.net/la-colonie-penitentiaire-sioniste-de-daniel-milan.html
    Illustration de l’exercice :
    http://www.aredam.net/daniel-milan-colonie-penitentiaire-entite-sioniste.pdf

    Documentation :
    Dossiers « Affaire Daniel Milan de Nice » :
    http://www.aredam.net/chronologie.html

    Exercice n°2 : L’œuvre de Pierre Péan et spécialement celle sur l’Afrique et son livre « Carnages Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique », Fayard, 2010 sur l’affaire du Rwanda, les deux livres de Péan et celui de Gérard Chauvy sur l’affaire Jean Moulin, un texte très récent du site voltairenet.org évoquant le Rwanda : « La France dans l’engrenage », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 13 décembre 2019, http://www.voltairenet.org/article206776.html , et quatre Pdf de l’ex-site internet vho.org enregistrés en 2008.

    http://www.aredam.net/pierre-pean-les-gros-mangent-les-petits-a-chacun-son-tour-et-chacun-a-ses-limites.html

    Pdf du site vho.org de 2008 :

    http://aredam.net/BD1-vho.pdf

    http://aredam.net/BD2-vho.pdf

    http://aredam.net/BD3-vho.pdf

    http://aredam.net/BD4-vho.pdf

    A venir :

    Exercice n°3 : Programme « Readteam » d’inspiration par la science-fiction de l’armée « ex-française ».
    Exercice n°4 : l’insaisissabilité, depuis Sun Tsu à nos jours et conséquences ultimes.
    Exercice n°5 : La notion d’intelligence à travers un exercice de premier cycle de l’école d’architecture de Darnétal (banlieue de Rouen), et conséquences.

  6. @Strategika.
    D’aprés les infos que j’ai, le régime morribond d’Alger -en réalité toute l’entitté algérienne- a changé de fusil d’épaule et soutient les forces du prétendu « Marechal » Hifter. Je ne sais pas si en coulisse il y a eu de discretes préssions US, françaises, voir itlaiennes contre la bande de pinguins qui dirigent l’Algérie. Ce qui me semble evident c’est le fait qu’aprés la disparition d’Israèl qui se dessine, les US feront un total volte face et soutiendront les vsées coloniales non seuleument de la Turquie mais aussi de l’Iran. Le monde arabe en sera la proie, en ce sens que les sociétés arabes sont beaucoup trop faibles pour pouvoir jouer un role significatif dans ce grand jeu qui se profile. Merci de nous dire si tu as + d’infos sur le sujet.

    1.  » les US feront un total volte face et soutiendront les visées coloniales . . . de l’Iran. »
      l’Iran a des visées coloniales ?
      où ?
      le Yémen , l’Irak ?

      1. @Roc

        « l’Iran a des visées coloniales ? »
        Le schémas du monde des gentils contre les méchants, ça n’existe qu’à Hollywood. C’est une equation complexe, entre moins méchants, contre trés mechants, moins gentils contre méchants, et ça alterne, à tour de role. Bien evidement que l’Iran a des visées sur le monde arabe comme tu l’as dit le Yémen , l’Irak mais aussi le sud et l’est de la Peninsule arabique, l’Ouest de l’Afghanistan, jusqu’au Liban, mais aussi en Asie Centrale, en fait l’arc chiite. La regle d’or en géopolitique, c’est la suivante, « seul compte les interets et rien d’autre. »
        Il faut bien comprendre que si les Etats Unis dominent la région, et Israèl survit ça n’est que grace au fait qu’une grande partie des régimes arabes -pas forcément l’opinion de leur population- soutiennent mordicus Washington, et Tel Aviv. Et si ces deux derniers viendraient à disparaitre ou quitter la région, d’autres prédateurs apparaitront, comme l’Iran, mais aussi la Turquie, la Chine, la Russie etc…
        Comme je l’ai dit plus haut, la structure eclatée des sociétés arabes ne permettra pas à ses populations de se defendre efficacement contre un nouveau prédateur.

    2. Il faut recréer un Califat autour de l’Islam originel, qui irait du Maroc à l’Indonésie . Voila la seule solution véritable pour le monde arabo islamique, une fois que ce sera fait, je le redis ici, nous serons à même de combattre militairement les Etats-Unis et économiquement la Chine.

        1. @sclavus

          « Demain on rase gratis – inchallah!!! »
          Faut pas faire attention à ce qu’ecrivent quelques pauvres illuminés qui plus est completement incultes. Je ne suis meme pas certain qu’il comprenne ce qu’il ecrit. Les ouvrages qu’il a lu, lui ont été ecrit par un troupeau d’abrutis aussi ignorants que stupides, construisant des cohortes d’imbéciles. De surcroit s’exposant à des poursuites potentiels, tout au moins à un fichage, mais enfin si ça lui fait plaisir.
          Objectivement parlant, ceux qui ont rafflé la mise et depuis 1945, c’est les Etats Unis, et surtout Israèl. Le « royaume » -si tant est qu’on puisse l’appeller ainsi- décrépite wahabite, mais aussi le royaume du Maroc, de Jordanie, la Malaisie, le Pakistan, aujourd’hui l’Algérie etc.. n’existent que par l’appui et le soutien + ou – discret des Etats Unis. Comme on l’a déja expliqué les américains controallant le clergé sunnite, et dans une moindre mesure chiite controllent de fait quasiment presque tout le monde arbo-musulman riche en matières fossiles et regions clef pour la domination des océans et des terres.
          Les chinois sont entrain de s’apercevoir un peu tard que la technologie et l’argent ne sont d’aucune utilité. Y aura encore beaucoup du taf pour les experts à Pekin. Quand aux russes eux qui disposaient parmi les meilleurs experts realisent aujourd’hui qu’ils sont en retard d’une guerre sur les britaniques et US.

          1. Ne faites pas attention à ce que dit @Foxhound, c’est un extrémiste nostalgique du communisme juif.

            Le Califat que je propose pour le monde musulman, est un Califat des droits de l’homme et du citoyen, fonder sur la justice et l’équité islamique, le but étant de mettre sur pied une institution spirituelle et temporelle qui plonge ses racines dans l’origine même de l’Islam et qui organisera la communauté musulmane comme pendant l’age d’or du monde musulman.
            A ne pas confondre avec Isis qui est une création occidentale, et comme toute création occidentale, le but étant la destruction et le pillage, voila pourquoi notre ami attardé foxhound est tomber de sa chaise en lisant le mot Califat.

            Il nous dit que les États-Unis et Israël ont rafler la mise, c’est à moitié vrai, les Israéliens ont rafler la mise, on ne peut pas en dire autant des américains, embourber dans de multiple guerre et complétement ravager par le système économique juif. Les rois de l’époque, ce sont les juifs et personne d’autre. Que ce soit la Chine, les États-Unis ou la Russie, ils sont tous sur un même pied d’égalité, et le plan final des juifs et de les pousser à se faire la guerre et à s’entretuer, voila la réalité !

    3. Ce ne sont pas de discrètes pressions, mais malheusement c’est des ordres qu’ils reçoivent directement de ceux-ci.

    4. La situation en Algérie est totalement illisible et cette illisibilité est aggravée par une double manipulation à laquelle le gouvernement français participe. De mon côté je ne sais plus qui est qui et qui fait quoi dans le plus grand pays d’Afrique.

      En ce qui concerne la Libye, on s’apprête à voir le déploiement de la force de réaction rapide turque à Tripoli avec le soutien financier des Qataris.
      Haftar mettra toutes ses forces dans la balance.

  7. Ah! Je vois que ma remarque sur la Turquie en Afrique du Nord n’est pas passée inaperçue ! Pour l’OTAN, sa transformation (explosion) est indéniable : la recomposition est en cours… Bien malin celui qui saura l’avenir… mais cela se fera dans le sang.

    En particulier, la Turquie voit trop gros. Elle n’a pas les moyens de ses prétentions : elle perdra (presque) tout.

    1.  » la Turquie voit trop gros . . . elle perdra (presque) tout.3
      son peuple me semble plus apte a supporter les privations que pourrait entraîner ce conflit que celle de France .
      si elle sait étendre le champ de bataille au Sahel et au territoire métropolitain français en frappant au porte monnaie nationale ( mine d’uranium et tourisme) elle pourrait faire des dégâts !

      1. Peut-être. Mais il ne faudrait pas confondre élite corrompue et Peuple : leurs aptitudes sont différentes. Pour mémoire, les GJ ne soutiennent aucun gouvernement français, un peu comme les Algériens avec le gouvernement d’Alger, et bon nombre de Turcs avec Erdogan (son déclin électoral a commencé).

  8. il vont être content les français et les anglais .
    après tous ce qu’ils ont dépenser pour mettre le feu aux bougies de se faire souffler le gâteaux par le grand Turc et l’Italie !
    aussi calamiteux que l’opération de suez !

    1. Mais je pense qu’ils ont dû accordé leurs violons.
      En tant que membre de l’OTAN cela s’impose au moins en coulisse.
      Ce qui fait, quelque soit le camp qui prendra le dessus sur l’autre, les spoliateurs de l’OTAN gagneront à tous les coups.
      Ils se dispatche sur tous les front pour être partout, avec les deux camps,et ramasser les mises quoi qu’il arrive.

    2. Ça ne marche pas à tous les coups. Sarko n’a pas pu voir le Grand Turc venir le sabre au clair pour le pétrole libyen. Au demeurant il ne reste plus grand chose de l’Otan.

    3. A priori c’était l’Italie et la Russie qui était les grandes perdantes initialement du fait de la décapitation de Khafafi. D’ici à ce que les russes quittent Haftar et rejoignent la Turquie, cela ne m’étonnerait qu’à moitié.
      Les jeux sont ouverts, à qui proposera les meilleures contreparties…

  9. La Turquie du sultan Recep Tayyip Erdogan avance ces pion pour les intérêts de la Turquie.
    Ce que nous ne pouvons lui reprocher, il fait ce qu’il doit faire pour son pays, en tant que chef d’état.
    Cependant ce que je lui reproche énormément au sultan, c’est son ingérence en Syrie en Irak, dont les intentions sont autres que humanitaire.
    Je parle notamment des pillage, et des dommages (dit)collatéraux civils !!
    Vous faisiez et faite également parti…..

    Cependant, Il vous serait tous impossible d’intervenir militairement sur le territoire d’une grande puissance.
    Aucun pays ne saurait envoyer des troupes au Tibet, par exemple, sans provoquer en Chine et ailleurs de plus grands troubles.
    Il en va de même pour la Tchétchénie de Moscou.
    Même dans un petit pays faible, on ne saurait intervenir dès lors qu’un puissant voisin y fait obstacle.

    C’est dire que la loi du plus fort l’emporte encore, y compris aux Nations unies.

    En conséquence, la principale condition de succès d’une intervention, à supposer qu’elle se justifie, tient à la force militaire de l’intervenant.
    Les pays qui voudront imposer aux grandes puissances une telle politique devront en avoir eux-mêmes les moyens.
    Ou se les donner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.