Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

On December 13, the United Nations high commissioner for human rights released a powerful statement that criticized India’s new citizenship law. This “fundamentally discriminatory” Citizenship (Amendment) Act of 2019 would expedite citizenship for persecuted religious minorities from India’s neighboring countries. But in the list of those minorities, it names only Hindus, Sikhs, Buddhists, Jains, Parsis, and Christians. It does not name Muslims, despite the fact that there have been several important cases of Muslims being persecuted in Pakistan (the Ahmadis), in Afghanistan (the Hazaras), and in Myanmar (the Rohingyas). The UN said that not only does this law violate India’s obligations to conventions, treaties, and compacts that it has signed at the global level, but also that it is in violation of its own Constitution.

India’s ruling party—the Bharatiya Janata Party (BJP)—led by Prime Minister Narendra Modi put this bill before both the lower and upper houses of India’s parliament. Apart from the Left and some regional parties, opposition in the lower house (the Lok Sabha) was weak; in the upper house (the Rajya Sabha), the bill passed by a slim margin—125 votes to 105 votes.

Protests against the Citizenship Act are now ongoing in every part of India, with a cross-section of society outraged by the religious implications of this law. There are 200 million Muslim citizens of India—almost 15 percent of the population; this bill sends a clear message that they should see themselves as second-class citizens. There is no other interpretation of the BJP’s agenda here.

The BJP government was particularly ruthless against protests at two major universities—Jamia Millia Islamia (New Delhi) and Aligarh Muslim University (Aligarh), both historically Muslim universities. The police have been extraordinarily violent against student protests in the past several months, but this was at another level. At Jamia, the police beat unarmed students, chased them into their dormitories and continued to beat them, and fired tear gas into the library. There is video evidence of policemen burning busesassaulting journalists, and creating the conditions of a full-scale police-driven riot; in Aligarh, there is video evidence of the police breaking student motorcycles.

Brinda Karat of the Communist Party of India (Marxist), who went to Jamia during the attack, said, “The police action is unacceptable.” Jamia, she said, must be “freed of police presence and action be taken against those responsible.” The Delhi Police has announced that it “will investigate” the violence, although Deputy Commissioner of Police M.S. Randhawa seemed to suggest that all the violence came from the students, none from the police. Senior advocate Indira Jaising appeared before the Supreme Court on December 16 to urge the bench—headed by Chief Justice S.A. Bobde—to take up the case since the violence “is a very serious human rights violation all over the country.”

As if on cue, the BJP government hastily shut down internet access in India’s northeast, and in parts of the country where the protests have been most virulent. Last year, India led all other countries in internet shutdowns. Overall, 67 percent of all shutdowns of the internet took place in India; this year, already, 63 percent of all shutdowns have been in India. Internet in Jammu and Kashmir has now been off for 136 days (between August 4 and December 17); there is no sign that it will be restored. Indeed, the suffocation of Jammu and Kashmir continues unabated. The Kashmir Chamber of Commerce says that Kashmiri businesses have lost over $1.4 billion in this period.

Several state governments have said that they would not fulfill the provisions of the new Citizenship Act, since they argue that it is unconstitutional. The Supreme Court of India will soon discuss this bill. In Kerala, the Left Democratic Front’s Chief Minister Pinarayi Vijayan said, “We are accountable only to the ideals of the Constitution of India, not to the fundamentalist ideology of the RSS-BJP.” (The RSS refers to the Rashtriya Swayamsevak Sangh, the fascist movement that is behind the BJP.)

The Left parties have called for demonstrations on December 19 across the country against the Citizenship Act.

Austerity

International Monetary Fund (IMF) Chief Economist Gita Gopinath is in India this week. She said that the slowdown of the Indian economy has surprised many, “including us here at the IMF.” India’s Gross Domestic Product growth has slowed for the sixth consecutive quarter. All the noises made by the BJP government about “Make In India” are silenced by the slump in manufacturing and the low domestic consumption.

Not surprisingly, the IMF urges the Modi government to push ahead with its “structural reforms,” which include what is so euphemistically called “labor… market reforms” and “fiscal consolidation.” The former—labor market reform—means that the government should erase protections for workers, and regulations of businesses; the latter—fiscal consolidation—means that the government must cut spending to lower public debt levels. This means less earning power for the majority of the population, and lower government spending to create social programs for the public.

What the IMF proposes is what the BJP government wants to do—to push a much deeper austerity agenda in India.

This is precisely what the students and workers, the farmers and the youth have argued against in protest upon protest.

The BJP government pushed for a 150 percent rise in hostel fees for the flagship university in Delhi, Jawaharlal Nehru University (JNU). This astronomical increase would force at least half the post-graduate students to leave their studies. A #FeesMustFall protest dynamic opened up across the country in solidarity with JNU, it being clear to the students that what happens at JNU will spread outward. The police violence against unarmed students was shocking. It was equally outrageous that the intelligence services visited the home in Sopat, Jammu and Kashmir, of a former student leader—Aejaz Ahmad Rather—and said to his family chillingly, “A bullet never asks for an address.”

Farmer, peasant, and trade union organizations have been consistently on the march against the government’s various economic policies. In the past five months, the price of onions—a good indicator of food inflation—spiked by 253 percent. Rather than fix the endemic internal problems in the domestic onion market, a demand of the farmer and peasant organizations, the BJP government has loosened rules for the import of onions, a demand of the big traders. BJP policy is not made to benefit the working class and peasantry. It is made on behalf of the big businesses. It is almost as if the BJP-IMF slogan is “Save the Billionaires,” or “Billionaires Bachao,” as Srujana Bodapati, the coordinator of the Delhi office of Tricontinental: Institute for Social Research, writes. Little wonder that the farmer, peasant, and trade union federations have announced a major general strike for January 8, 2020. It is expected that hundreds of millions of workers and peasants will be on the streets on that day. Their charter of demands is a direct assault on the BJP-IMF austerity policies.

The First Bullets

The temperature in India is very high. The BJP government feels that it has a mandate to push through a hard-right agenda, both in economic and social policy. It has received backing for this from the IMF (in terms of labor market reform and bank reform) and from its hard-right partners across the world (in terms of its citizenship and anti-immigration policies).

But the government faces stiff resistance that seems unwilling to abate. As night fell over Jamia, and the fires burned out, Chandrasekhar Azad, the leader of the Bhim Army—a social movement in nearby Uttar Pradesh—gave a powerful speech. He said that Muslims are an integral part of India, and that if the State fires on Muslim students, “we will take the first bullets.” This is the mood. It is something that the BJP and the RSS and the IMF need to consider.

Vijay Prashad

This article was initially published Here.

5 thoughts on “India’s Gouvernement is Going to War Against its Own People- by Vijay Prashad

  1. La partition de l’Inde s’est faite avec accord de l’ONU et des Indiens eux-mêmes sur une base religieuse. Mais les Musulmans espéraient coloniser l’Inde en douce en suivant une stratégie parallèle au Plan Kalergi pour l’ Occident …

    Mais cela ne prend pas en Asie : ni en Chine ( qui est pourtant soutenue ici à S51, sur le dos des ”frères” Ouighours- comme quoi quand on veut relativiser pour des raisons géopolitiques…), ni en Birmanie (Ang sang su Ki et les Royinghas), ni en Inde (Rajiv Ghandi pour l’Assam, Modi pour le Kashmir, CAA, NSR etc…).

    A la partition, l’Inde comptait 15 % de Musulmans. Aujourd’hui ils sont 20 à 25%. A la partition le Pakistan comptait 12 % d’Hindous et autres : aujourd’hui ils sont 2 %…

    Faites le calcul ! Les Hindous l’ont fait… tout le monde l’a fait ( même en Occident ). La stratégie Boumedienne-Erdogan a bien fonctionné … maintenant place à la contre-offensive !

    Surtout qu’ISRAEL se retrouve maintenant coincé entre la manipulation de l’immigration islamique à des fins sionistes et le constat amer de la perte de contrôle de ce Golem anti-sioniste et même anti-sémite !

    Quant à l’ONU et aux (((médias))) mainstream, ”alertant” sur le massacre DES Musulmans ( 200 millions Hitler battu en nombre et en vitesse…), mais pas trop en Palestine et en Syrie ou au Yemen…. ils ont collaboré à la Création et au Maintien d’Israel…. qui n’aime pas les Musulmans, mais qui hait le ”’polythéisme””” chrétien et hindou ( 2 religions de physionomie aryennes il est vrai, bien que le cas Chrétien soit un coup fatal de Dieu trinitaire contre la secte des ”élus de Satan”, la ”Synagogue de Satan ( Jesus) et ses proxies).

    Je me tue à le répéter , mais la solution des arabes au problème israélien tient en un simple mot : JESUS !

    Suivez les Coptes et les Maronites et vous serez sauvés… Suivez le Paraklêtos ( Mohammed) et vous finirez entre les mains suprémacistes des Mosaïstes… à titre d’ex-Golem…

    Le Califat a marqué l’Apogée (courte) de la Religion de Soumission (‘Islam)… là il s’agit de sauver vos nations d’une position eschatologique fatale… Faites votre choix …

    Modi prend soin des Hindous. Démocratiquement , il protège SON Demos du changement de Demos… Donc évidemment, ”JE SUIS HINDOU”…. ( bien que Chrétien eschatologique de Jean, vous avez compris l’allusion à CHARLIE).

      1. Savez-vous pourquoi les Hindous appellent Modi SHIVA (c’est à dire Dieu dans troisième personne) ? Peut-être parce que Kâli, sa shakti, est maîtresse de la Guerre Sainte dans l’Eschatologie Hindoue…

        Et c’est vrai, Guénon, mentionne même que nous sommes au stade terminal de l’âge sombre de Kâli… la fin d’un manvantara dans la chronologie traditionnelle aryenne.

  2. Le gouvernement indien part en guerre contre son propre peuple – par Vijay Prashad

    Le 13 décembre, le haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a publié une puissante déclaration qui critiquait la nouvelle loi indienne sur la citoyenneté. Cette loi ” fondamentalement discriminatoire ” sur la citoyenneté (amendement) Act de 2019 permettrait d’accélérer l’octroi de la citoyenneté aux minorités religieuses persécutées des pays voisins de l’Inde. Mais dans la liste de ces minorités, elle ne mentionne que les hindous, les sikhs, les bouddhistes, les jaïns, les parsis et les chrétiens. Elle ne nomme pas les musulmans, malgré le fait qu’il y a eu plusieurs cas importants de persécution de musulmans au Pakistan (les Ahmadis), en Afghanistan (les Hazaras) et au Myanmar (les Rohingyas). L’ONU a déclaré que non seulement cette loi viole les obligations de l’Inde envers les conventions, les traités et les pactes qu’elle a signés au niveau mondial, mais qu’elle est également en violation de sa propre Constitution.

    Le parti au pouvoir en Inde, le Bharatiya Janata Party (BJP), dirigé par le Premier ministre Narendra Modi, a présenté ce projet de loi aux chambres basse et haute du Parlement indien. Hormis la gauche et certains partis régionaux, l’opposition à la chambre basse (la Lok Sabha) était faible ; à la chambre haute (la Rajya Sabha), le projet de loi a été adopté par une faible marge – 125 voix contre 105.

    Des protestations contre la loi sur la citoyenneté se poursuivent maintenant dans toutes les régions de l’Inde, et un échantillon représentatif de la société est indigné par les implications religieuses de cette loi. L’Inde compte 200 millions de citoyens musulmans, soit près de 15 % de la population ; ce projet de loi envoie un message clair selon lequel ils devraient se considérer comme des citoyens de seconde zone. Il n’y a pas d’autre interprétation de l’agenda du BJP ici.

    Le gouvernement du BJP a été particulièrement impitoyable contre les protestations dans deux grandes universités – Jamia Millia Islamia (New Delhi) et Aligarh Muslim University (Aligarh), deux universités historiquement musulmanes. La police a fait preuve d’une violence extraordinaire contre les manifestations étudiantes au cours des derniers mois, mais c’était à un autre niveau. A Jamia, la police a battu des étudiants non armés, les a poursuivis dans leurs dortoirs et a continué à les battre, et a tiré des gaz lacrymogènes dans la bibliothèque. Il y a des preuves vidéo de policiers qui brûlent des bus, agressent des journalistes et créent les conditions d’une émeute de grande envergure menée par la police ; à Aligarh, il y a des preuves vidéo de policiers qui cassent des motos d’étudiants.

    Brinda Karat, du Parti communiste indien (marxiste), qui s’est rendue à Jamia pendant l’attaque, a déclaré : ” L’action de la police est inacceptable “. Jamia, dit-elle, doit être “libérée de la présence policière et des mesures doivent être prises contre les responsables”. La police de Delhi a annoncé qu’elle ” enquêtera ” sur la violence, bien que le sous-commissaire de police M.S. Randhawa semble suggérer que toute la violence provenait des élèves, aucune de la police. L’avocate principale Indira Jaising a comparu devant la Cour suprême le 16 décembre pour exhorter le banc dirigé par le juge en chef S.A. Bobde à se saisir de l’affaire car la violence ” est une très grave violation des droits de l’homme dans tout le pays “.

    Comme sur un signal, le gouvernement BJP a fermé à la hâte l’accès à Internet dans le nord-est de l’Inde et dans les régions du pays où les protestations ont été les plus virulentes. L’année dernière, l’Inde a été le premier pays à fermer l’accès à Internet. Dans l’ensemble, 67 % de toutes les fermetures d’Internet ont eu lieu en Inde ; cette année, déjà, 63 % de toutes les fermetures ont eu lieu en Inde. Au Jammu-et-Cachemire, l’Internet est maintenant coupé depuis 136 jours (entre le 4 août et le 17 décembre) ; rien n’indique qu’il sera rétabli. En fait, l’étouffement du Jammu-et-Cachemire se poursuit sans relâche. La Chambre de commerce du Cachemire affirme que les entreprises cachemiriennes ont perdu plus de 1,4 milliard de dollars au cours de cette période.

    Plusieurs gouvernements des États ont dit qu’ils ne respecteraient pas les dispositions de la nouvelle Loi sur la citoyenneté, car ils soutiennent qu’elle est inconstitutionnelle. La Cour suprême de l’Inde discutera bientôt de ce projet de loi. Au Kerala, le ministre en chef du Front démocratique de gauche, Pinarayi Vijayan, a déclaré : “Nous ne sommes responsables que des idéaux de la Constitution de l’Inde, et non de l’idéologie fondamentaliste du RSS-BJP. (Le RSS fait référence au Rashtriya Swayamsevak Sangh, le mouvement fasciste qui est derrière le BJP).

    Les partis de gauche ont appelé à des manifestations le 19 décembre dans tout le pays contre la loi sur la citoyenneté.

    L’austérité

    L’économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI), Gita Gopinath, est en Inde cette semaine. Elle a dit que le ralentissement de l’économie indienne en a surpris plus d’un, “y compris nous ici au FMI.” La croissance du produit intérieur brut de l’Inde a ralenti pour le sixième trimestre consécutif. Tous les bruits que fait le gouvernement BJP à propos du “Make In India” sont réduits au silence par le ralentissement de la production et la faible consommation intérieure.

    Il n’est pas surprenant que le FMI exhorte le gouvernement Modi à poursuivre ses ” réformes structurelles “, qui comprennent ce que l’on appelle par euphémisme ” réformes du marché du travail ” et ” consolidation fiscale “. La première – la réforme du marché du travail – signifie que le gouvernement doit supprimer les protections des travailleurs et la réglementation des entreprises ; la seconde – l’assainissement des finances publiques – signifie que le gouvernement doit réduire les dépenses pour abaisser le niveau de la dette publique. Cela signifie que la majorité de la population a moins de possibilités de gagner sa vie et que le gouvernement doit réduire ses dépenses pour créer des programmes sociaux pour le public.

    Ce que le FMI propose, c’est ce que le gouvernement BJP veut faire – pousser à un programme d’austérité beaucoup plus profond en Inde.

    C’est précisément ce contre quoi les étudiants et les travailleurs, les agriculteurs et les jeunes ont protesté, protestation après protestation.

    Le gouvernement BJP a fait pression pour une augmentation de 150 % des frais d’hébergement de l’université phare de Delhi, l’Université Jawaharlal Nehru (JNU). Cette augmentation astronomique obligerait au moins la moitié des étudiants de troisième cycle à abandonner leurs études. Une dynamique de protestation #FeesMustFall s’est ouverte à travers le pays en solidarité avec la JNU, les étudiants sachant que ce qui se passe à la JNU va se propager à l’extérieur. La violence policière contre les étudiants non armés a été choquante. Il était tout aussi scandaleux que les services de renseignements se soient rendus au domicile à Sopat, Jammu-et-Cachemire, d’un ancien dirigeant étudiant – plutôt Ejaz Ahmad – et aient dit à sa famille, de façon effrayante : ” Une balle ne demande jamais d’adresse “.

    Les organisations paysannes, paysannes et syndicales ont toujours été en marche contre les différentes politiques économiques du gouvernement. Au cours des cinq derniers mois, le prix des oignons – un bon indicateur de l’inflation alimentaire – a augmenté de 253 %. Plutôt que de régler les problèmes internes endémiques du marché intérieur de l’oignon, une demande des organisations paysannes, le gouvernement du BJP a assoupli les règles d’importation de l’oignon, une demande des grands commerçants. La politique du BJP n’est pas faite pour profiter à la classe ouvrière et à la paysannerie. Elle est faite au nom des grandes entreprises. C’est presque comme si le slogan du BJP-FMI était ” Sauvez les milliardaires ” ou ” Milliardaires Bachao “, comme l’écrit Srujana Bodapati, coordinatrice du bureau de Delhi du Tricontinental : Institute for Social Research. Il n’est pas étonnant que les fédérations paysannes, paysannes et syndicales aient annoncé une grande grève générale pour le 8 janvier 2020. On s’attend à ce que des centaines de millions de travailleurs et de paysans soient dans les rues ce jour-là. Leur charte de revendications est une attaque directe contre les politiques d’austérité du BJP-FMI.

    Les premières balles

    La température en Inde est très élevée. Le gouvernement BJP estime qu’il a pour mandat de faire adopter un programme de droite dure, tant en matière de politique économique que sociale. Il a reçu le soutien du FMI (en termes de réforme du marché du travail et de réforme bancaire) et de ses partenaires de droite dans le monde (en termes de citoyenneté et de politiques anti-immigration).

    Mais le gouvernement se heurte à une forte résistance qui ne semble pas vouloir s’atténuer. Alors que la nuit tombait sur Jamia et que les feux s’éteignaient, Chandrasekhar Azad, le chef de l’Armée Bhim – un mouvement social de l’Uttar Pradesh voisin – a prononcé un discours puissant. Il a dit que les musulmans font partie intégrante de l’Inde, et que si l’Etat tire sur les étudiants musulmans, “nous prendrons les premières balles”. C’est l’ambiance. C’est quelque chose que le BJP et le RSS et le FMI doivent prendre en considération.

    Vijay Prashad
    Cet article a été initialement publié ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :