Publicités

Erdogan Stirs the Pot .. Again! – By Steve Brown

Sensing a power vacuum in Washington, Europe, and Tel Aviv along with the weakness of North African regimes — and emboldened by his own hubris — Erdogan has promised military boots on the ground in Libya as first reported in « Can Recep the Magnificent Sort Out Libya » on December 17th.

Reçep Tayep Erdogan move in North Africa is more than risky

The Second Libyan War is being fought between the United Nations-recognized Government of National Accord (Tripolitania) or GNA in the west, versus Khalifa Belqasim Haftar’s Libyan National Army or LNA of the east (Tobruk – Cyrenaica) where both factions are largely supported by Libyan oil production, and weaponry supplied by all. Besides the two major factions, the Government of National Accord (GNA) vs the Libyan National Army (LNA) there is considerable support for Saif al Islam, son of the former Libyan leader who was assassinated in collusion with the United States government.

Image result for haftar libya
Image result for haftar libya

Saif al Islam has strong support in Bani Walid and with the Libyan populace, however Saif is in hiding since the LNA has threatened to shoot him on sight, while the GNA is still quibbling with the International Criminal Court about Gaddafi’s arrest warrant for so-called war crimes, dating from the US destruction of the country in 2011. Thus Saif and his supporters cannot assume a tangible role in ending the Libyan conflict. The conflict may be seen as consisting of three parts, Tripolitania, Cyrenaica and the Fezzan vying for power, with the Fezzan split by the major GNA and LNA factions since Saif al Islam Gadaffi is in hiding.

Of the two major factions — GNA and LNA — the GNA is supported by Turkey and Qatar. The LNA is supported by Saudi Arabia, Egypt, France, Belgium, and the United Arab Emirates. The United States and Russia have taken a hands-off view regarding the Libyan debacle for now, although the Russian leadership has expressed some support for Saif al Islam in the background, should he ever be free to campaign. *

Image result for haftar libya with Sisi
Marshal Haftar of Libya (L) with President Al-Sisi of Egypt (R)

Traditionally viewed as a proxy war or civil war since 2011, the war in Libya represents far more than that. After Syria, Libya’s war represents a snapshot of shifting regional alliances, still being played out, where any one or particular ally may or may not be compatible with the other, based on an historic view.

Image result for haftar libya with Sisi

But with the support of its powerful allies the Libyan National Army has been prevailing in this war. Haftar’s April 2019 offensive versus Tripolitania stalled quickly but was revived with an influx of weaponry from the United Arab Emirates. Haftar’s success in maintaining pressure on the GNA and Tripoli has been troublesome for Turkey, because Turkey receives cheap oil from Misrata which it desperately needs since the US sanctioned Turkey’s oil imports from Iran.

Turkey, apparently feeling renewed pressure on its access to energy resources, recently announced a strategic energy resource corridor in the eastern Mediterranean to the great consternation of just about everyone. Erdogan’s announcement was made just subsequent to (what Turkey believes is) success in northeastern Syria versus the Kurdish agency, although Turkey may face United States sanctions over its actions there and S-400 missile purchase, should the US sanctions bill be signed into law.

Regardless, Erdogan has been emboldened by gaining popular domestic support via his so-far unchallenged challenge to the world order. For the GNA, Turkey’s move to reinforce its position in Libya with boots on the ground is a welcome development in its battle versus LNA heavyweight Haftar.

For Libya’s neighbors, Turkey’s incursion is most distressing especially for Tunisia and Algeria. Seldom reported in the west, Tunisia is now led by newly-elected Qays Sayed a scholar and intellectual generally unknown but universally disliked by most western analysts. So, imagine Saied’s surprise when Recep the Magnificent arrived on his doorstep to ask for a military alliance with Tunis. That’s because Libyan Interior Minister Fathi Bashagha unwisely announced that alliance before Erdogan visited Saied… and before Algeria chimed in with its own objections. The proposal for that Turkish alliance was enthusiastically and immediately shot down by Algeria which has great influence in Tunisia.

Libya GNA Foreign Minister Fahi Bachagha (R) with a US diplomatic Representative

Algeria’s predicament with a Turkish incursion in Libya is as pressing as Tunisia’s. Algeria has been ruled by its military ever since the Bouteflika brothers took power, and December’s rather disappointing election results see the military’s gain of a new front man, Abdelmadjid Tebboune, assuring continued opaque rule there.

The revolution versus French colonial rule in 1954 put Algeria at the forefront of progressive reform and rejection of Imperial power, especially during the 1970’s.But the eventual accession of Islamist groups in Algeria resulted in civil war and disaster. By 1992 Islamist radicals won parliamentary power and were forced out, that action somewhat reminiscent of the Morsi Muslim Brotherhood ouster in Egypt. The difference is that the Algerian civil war of 1992 raged on for much longer and took many more lives than el Sisi ‘s US-inspired coup in Egypt did.

Most Groupe Islamique Armé (GIA) terrorists in Algeria were eventually disarmed, killed, imprisoned, or forced to the remote Sahel region. One example is Abu Walid Sahrawi still at large in the Sahel with a $5M US price on his head, and another is “one eye” Mr Marlboro (so known for his life as a smuggler) Mokhtar Belmokhtar whose Maghreb insurgency was supported by foreign players. Thus Algeria has relied upon its military to prevent the resurgence of such militant Islamism there, which killed thousands of innocents in the GIA’s quest to attain power.

As an emergent oil power, Algeria has pursued a Neoliberal foreign policy since 2000 but the Algerian military has always been distrustful of Turkey and NATO, since Turkey opposed Algeria’s revolution versus France… and one of NATO’s key components is of course France. Algeria’s energy resource exports to Turkey have continually declined since 2014, when Turkey increased oil imports from Misrata rebels in Libya. The belief in Algeria is that the Turkish-sponsored Maghreb insurgency was an attempt to gain bargain access to Libya and Algeria’s oil reserves, thus rendering Turkey a foe to Algeria, even if the popular press states otherwise.

And as an emergent oil power, Algeria has strategic and tactical resources to pursue something of an agenda in North Africa, all but unreported in the west. Since its military rule is opaque, only intelligence sources can provide insight into Algeria’s influence and one source reports that Algeria has been somewhat effective in curbing Turkish influence in Tripolitania so far, and has even halted politically-motivated assassinations there.

algerian SU 30 MKA | Algerian Air Force | Aircraft ...
Algerian Air Force Sukhoi Su-30MKA flying near the Tunisian borders

Now Erdogan’s latest bravado in landing boots on the ground on behalf of the GNA in Libya is a direct affront to Algeria, with Tunis caught in the middle. Again, Erdogan must sense weakness in the West and in North Africa, but Erdogan’s militarist move in Tripolitania is still an enormous gamble. But before we consider Erdogan’s issues, let’s consider that Turkey has played the Partiya Karkeren Kurdistane (Kurdish Workers Party or PKK) terror card for many years.

Not to denigrate the nature of the Kurdish Workers Party threat, there is no doubt that the PKK has engaged in terrorist acts in Turkey for decades. That the PKK threat may be exaggerated is certainly convenient though when the Turkish government can claim that its broad actions outside of Turkey has resulted in the reduction of PKK domestic violence.

Turkey has certainly leveraged the PKK threat to take aggressive action not only in Syria, but in Iraq too. Turkey may have engaged in its own support for terror groups to pursue that end. Turkey has also supported the Syrian National Army, primarily consisting of Turkmen terrorists. The overall question arises whether the foregoing is based upon national policy, or just Erdogan pushing the envelope.

On Erdogan, the Maghreb Orient Courier reported on the direction of Turkey’s leadership just after the 2018 election: « This heavy-handed, arbitrary system grants all decision-making power to a narrow team in the presidential palace, relegates Parliament to be the president’s notary and the judiciary as his obedient servant. The system privileges quick fixes above consultation, deliberation, transparency and accountability. »

And, “With the recent elections, the Turkish political system has completed its transformation into an executive presidential system without checks and balances. The regime and its leader view the new system as their chance to forever escape the sword of justice.”

In this light, consider that Turkey has faced massive immigration issues based on US regime change wars on its borders for many years. Four million immigrants who may otherwise qualify as war refugees constitutes no laughing matter for Turkey or for anyone. Erdogan has used the immigrant issue to cleverly play the immigrant card with Europe, threatening to unleash another wave of refugees, and Erdogan’s threats have had the desired effect of curbing European economic sanctions on Turkey.

However, and most significantly, Erdogan’s militarist adventure in Libya goes well beyond Turkey’s claimed defensive PKK posture on Syria and Iraq. Turkey is now engaged in imperial hubris and expansion to protect its access to energy resources in Libya, where the PKK does not exist. Turkey’s proposed eastern Mediterranean economic zone and the factual presence of Turkish military boots on the ground in Libya has crossed all lines. Erdogan submits that he is the new geopolitical kid in the bloc, with more than one score to settle and more than one axe to grind.

With great irony, only France’s Macron has stood up to Erdogan so far, even if ineffectually so. The summoning of Turkey’s ambassador for a dressing down in Paris was announced just one day subsequent to the Turkish Interior Minister’s announcement that eleven ISIS terrorists will be repatriated to France. But not all initiative is owned by Turkey even as Turkey tries to turn the screw in Syria.

As this author writes, the Turkish-backed National Front for Liberation and Syrian National Army are fighting a flanking movement around Idlib versus Syrian Arab Army forces, stalling recent SAA gains in the province. The motivation is clear: Turkey hopes to maintain its position in Afrin and the northwest while threatening an expanded Libyan intervention. Bearing in mind Turkey’s military presence in Iraq as well, Turkey is attempting to fight three separate wars on three fronts. So perhaps Erdogan and his small circle do truly see themselves as modern incarnates of Suleiman the Magnificent?

Complicating the matter for Turkey in Africa however is France’s effort to reimpose Imperial power in the Sahel as covered in The Secret war in Africa. While the prior may seem far-fetched, consider that Macron’s number one concern is protecting France’s uranium resources in the Sahel, not primarily the elimination of takfiri terrorists. As such, France has expanded its Niamey base in Niger to host United States RQ-4 Reaper drones, rebadged, which perform advanced reconnaissance as well as terror strikes.

Should France’s relationship with Turkey deteriorate further – especially since they are on opposite sides in Libya where Turkey supports the GNA and France the LNA – it will be interesting to see how hostilities between these two NATO lackeys develop. ***

As a NATO ally, Turkey has consistently blamed the United States for siding with the PKK (instead of with Turkey) to defeat ISIS in Syria. The reason for the US to do so is a good one, since Turkey sports its own brand of terror in the form of the National Front for Liberation as well as the Syrian National Army, and because Turkey has its own agenda in Syria, not necessarily aligned with the US agenda. The Turkey/US rift is a long one, dating back to Clinton’s time as Secretary of State, when Hillary Clinton initiated the crisis in Syria and Libya — and many others — and provided the very foundation for ISIS itself which the US State still maintains.

Now, since Turkey crossed the line in Libya and threatens to do so elsewhere (eastern Med/Greece and Cyprus) will the United States be forced to act? Perhaps not, since the US seems to view North Africa and the eastern Med as having little relevance to US interests. In this case, the US might delegate its diplomatic protests to France (just a thought). The complicating factor is of course Turkey’s role as a NATO member. Can the US for example threaten to expel Turkey from NATO in light of its naked aggression in Libya? Unlikely. Strategically, Washington needs Turkey more than Turkey needs Washington and US State might simply see Erdogan as a useful foil to keep Big Boss Haftar in check. That may depend on Turkey too, and whether Erdogan will moderate his behavior in face of concerted French and US resistance on Libya. With the further complication being the role of Algeria.

As a seemingly potential rival to Turkey in North Africa, Algeria could support Haftar versus the GNA with Algeria’s sophisticated surveillance and tactical expertise. That alliance is unlikely however, since Haftar is backed by Egypt and Algeria will not countenance a military alliance with Egypt at this time, according to one source.

Finally, this report only intends to shed some small light on the exceedingly complex political and militarist morass in the Maghreb, which is an ever-changing landscape and has no finality to it. As the West continues to decline and the east searches for unity and direction, dangerous and perhaps deranged buffoons still strut and fret about the world stage, knowing not what they do for their oil, gold, diamonds, land, and resources… while the rest of us suffer for it.

Steve Brown

*Reports say that Obama believes his agreement to allow Clinton’s Libyan regime-change war and ordered asassination of Gadaffi to be one of the greatest mistakes of his career.

** Bashagha’s ‘alliance’ must have surprised the Algerian leadership as much as it surprised Tunisia’s!

*** Since both France and Turkey are alleged NATO entities, this reporter’s previous observation that perhaps NATO needs an alliance to protect itself from itself seems relevant here.

Publicités

9 thoughts on “Erdogan Stirs the Pot .. Again! – By Steve Brown

  1. Intervention turque en Libye: quelle pourrait être la position de l’Algérie?

    Dans un entretien accordé à Sputnik, un expert en études stratégiques et politiques de défense a estimé que la déclaration du Président turc concernant une éventuelle intervention militaire en Libye «n’était qu’un ballon d’essai». Il a expliqué «les graves répercussions» d’une telle décision de la part de la Turquie.

    Lors d’une conférence de presse tenue jeudi 26 décembre à Tunis, Fathi Bachagha, le ministre libyen de l’Intérieur du gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez el-Sarraj, a averti que si l’offensive lancée le 12 décembre par le maréchal Khalifa Haftar contre Tripoli «aboutissait à la chute de la capitale libyenne», ceci entraînerait inéluctablement «la chute d’Alger et de Tunis».

    Le ministre a ainsi rappelé l’existence d’une «coopération importante entre la Libye, la Turquie, la Tunisie et l’Algérie». «Nous serons dans une même alliance de manière à servir nos peuples et notre stabilité et à construire une coopération économique sur la base de la coopération politique et sécuritaire», a-t-il insisté.

    « Le jeudi 26 décembre, le Président Erdogan a affirmé à Ankara que «nous allons présenter la motion pour l’envoi de soldats en Libye dès la reprise des travaux du Parlement», le 7 janvier. «Nous pourrons ainsi répondre favorablement à l’invitation du gouvernement libyen légitime», de l’aider militairement, a-t-il ajouté. Lundi 30 décembre, le ministre turc des Affaires étrangères a annoncé que le projet de loi cité ci-dessus a été effectivement envoyé au Parlement.

    Dans un entretien accordé à Sputnik, le docteur Abdelkader Soufi, enseignant à l’université de Blida et expert en études stratégiques et politiques de défense, a estimé que la déclaration du ministre libyen, tout comme celle du Président turc, «n’était qu’un ballon d’essai dans le but de connaître la position des pays voisins de la Libye». Il a par ailleurs décortiqué les différents acteurs internationaux qui interviennent sur le territoire libyen et «les graves répercussions» sur les pays des régions du Maghreb et du Sahel de l’offensive lancée par le maréchal Haftar en cas d’intervention turque.

    Le démenti de la Présidence tunisienne

    Mohamed Laïchoubi, ex-ministre algérien du Travail et de la Protection sociale et ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, ex-ambassadeur et académicien et chercheur en études politiques, économiques et stratégiques
    «Les déclarations du ministre libyen ont été catégoriquement démenties le jour même par la porte-parole de la présidence de la République tunisienne Rachida el-Nifer qui a nié, contrairement à ce qu’a également déclaré le Président turc à son retour à Ankara, toute prise de position de la part du Président Kaïs Saïed», a affirmé l’expert, précisant que le Président tunisien «n’a pas pris position pour un camp ou pour l’autre en Libye». «La Tunisie a une position neutre dans la crise libyenne et ne fait pas partie d’une quelconque coalition», a-t-il ajouté, rappelant la position officielle tunisienne.

    Par ailleurs, concernant la participation de l’Algérie à la coalition citée ci-dessus, M.Soufi a rappelé qu’«il est de notoriété publique, nationale et internationale, que ni la doctrine militaire de l’Armée nationale populaire (ANP) ni la Constitution algérienne ne permettent à l’ANP d’intervenir sur des terrains de conflits en dehors de ses frontières». «Ainsi, il est hors de question que l’armée algérienne prenne part au conflit libyen», a-t-il ajouté, soulignant «que même la diplomatie algérienne, à l’instar de son homologue tunisienne, se tiendra à égale distance des différents belligérants dans le conflit libyen, favorisant une solution politique négociée».

    Quels sont les enjeux d’une éventuelle intervention turque en Libye?

    Étant donné la concordance entre la position algérienne (qui défend une solution politique sous les auspices de l’Onu), tunisienne et égyptienne, à savoir un refus catégorique aux forces armées turques de traverser leurs territoires pour se rendre en Libye, «la seule solution qui reste au Président Erdogan pour envoyer son armée en Libye est la voie maritime avec tous les risques qu’elle comporte», a affirmé le spécialiste.

    Par ailleurs, Abdelkader Soufi a expliqué que «c’est la réunion du Conseil suprême des tribus et des villes libyennes (CSTVL) avec le Président Kaïs Saïed qui a fait courir Erdogan en Tunisie». «En effet, le CSTVL a mandaté le Président Saïed pour intervenir en toute urgence contre l’effusion du sang et unifier les rangs des citoyens libyens loin de toute ingérence étrangère ou encore du recours aux armes», a-t-il précisé.

    Porte-parole de la campagne de Tebboune: les obsèques de Gaïd Salah montrent que «l’Algérie et son peuple sont debout»
    Ainsi, «la Turquie qui a signé des accords économiques avec le gouvernement d’el-Sarraj [accord concernant les eaux territoriales libyennes et turques qui pourrait permettre à Ankara d’effectuer des forages dans des zones disputées et entraîner un conflit avec des pays comme la Grèce et l’Égypte, ndlr] fera tout pour les préserver», a soutenu M.Soufi, indiquant qu’«Ankara se trouve face au dilemme de préserver également ses intérêts en Algérie».

    Donc, «la situation est complexe en Libye», a affirmé l’expert. «Il y a d’un côté le maréchal Haftar, soutenu par l’Égypte, les Émirats arabe unis, la France et l’Arabie saoudite, et de l’autre le gouvernement de Fayez el-Sarraj appuyé pour sa part par la Turquie et le Qatar», a-t-il estimé, rappelant que c’est dans ce contexte qu’Abdel Fattah al-Sissi avait déclaré le 17 décembre que «nous n’autoriserons personne à contrôler la Libye […], c’est une question qui relève de la sécurité nationale de l’Égypte».

    Des précautions prises par l’Algérie

    Le chef de l’État algérien, Abdelmadjid Tebboune, a convoqué jeudi 26 décembre à Alger une réunion du Haut conseil de sécurité (HCS), indique un communiqué de la présidence de la République relayé par l’Algérie Presse Service (APS).

    Le HCS «a examiné la situation dans la région, notamment au niveau des frontières avec la Libye et le Mali», souligne la même source, précisant que la réunion présidée par M.Tebboune «a décidé d’une batterie de mesures à prendre pour la protection de nos frontières et de notre territoire national et la redynamisation du rôle de l’Algérie au plan international, particulièrement en ce qui concerne ces deux dossiers, et de manière générale dans le Sahel, la région saharienne et l’Afrique». Le Président algérien a décidé de réunir le HCS de manière périodique et chaque fois que nécessaire.

    À cet effet, bien que la doctrine militaire et la Constitution algériennes ne permettent pas à l’ANP de s’immiscer dans le conflit en Libye, «il est bien entendu que toute violation de l’intégrité territoriale ou de la sécurité nationale algériennes appellera une réponse ferme et adaptée de la part de l’armée nationale populaire», a conclu le spécialiste.

    Source: Sputnik

  2. La ligne idéologique de Steve Brown est des plus marquées : il nous vend, comme les autres, un roman de gare…

    Mais revenons aux faits réels : l’Algérie contre la Turquie… la Turquie contre l’Arabie Saoudite (via l’Egypte)… l’Arabie Saoudite contre l’Iran…. l’Iran (via l’Algérie) contre la Turquie …

    La question de l’OTAN est l’autre dossier de type tous contre tous. D’après quelques lectures, il ne fait plus beaucoup de doute que la Turquie s’est mise en position d’énerver tout le monde… de telle sorte que les bases USA en Turquie seront sans doute délocalisée et l’appartenance à l’OTAN supprimée.

    Il se pourrait alors que la martingale turque s’effondre sur elle-même… c’est le scénario le plus probable pour le moment.

    Comme on dit en France depuis Jean de La Fontaine, c’est l’histoire de la grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf : à la fin, elle éclate…

    1.  » la Turquie contre l’Arabie Saoudite (via l’Egypte)  »
      la Turquie n’a pas besoin de l’Égypte contre l’Arabie Saoudite elle a le Qatar elle a juste besoin que l’Égypte et l’Arabie Saoudite ne soient pas alliés . l’Égypte ayant lâcher les Saoudiens au Yémen les relations sont un peu en froid, la Libye pourrait les rapprocher !
      certe l’opération Turque pourrait s’effondrer mais est-ce l’intérêt de l’Algérie que l’Égypte remporte le morceau ?
      pour ce qui est d’Israël une Égypte avec du pétrole serait un cauchemar car elle pourrait alors s’émanciper de l’aide financière des USA !
      si la Turquie réussi a priver Haftar de ses revenue pétrolier les occidentaux pourrait se voir obliger de le soutenir financièrement et de s’impliquer encore plus dans le conflit ce qui pourrait leurs coûter très cher et notamment pour la France voir le conflit déborder au sahel !
      la Turquie ne fera jamais l’erreur de s’en prendre a l’Algérie elle lui offrira plutôt le Sahel sur un plateau ! ! !
      pour ce qui est de l’Iran ; c’est loin la Libye ils ont déjà de quoi faire en Syrie !

      1. Pardon, je me suis mal fait comprendre : je disais seulement que la Turquie , alliée du Qatar et donc passablement ennemie des Saouds menerait une guerre contre un de leurs fidèles alliés, l’Egypte.

  3. traduction :
    Erdogan remue la marmite… Encore ! – Par Steve Brown

    Sentant un vide de pouvoir à Washington, en Europe et à Tel-Aviv ainsi que la faiblesse des régimes nord-africains – et enhardi par son propre orgueil – Erdogan a promis des bottes militaires sur le terrain en Libye comme cela a été rapporté pour la première fois dans  » Can Recep the Magnificent Sort Out Libya  » le 17 décembre.
    ********************
    Le déplacement de Reçep Tayep Erdogan en Afrique du Nord est plus que risqué

    La deuxième guerre de Libye se déroule entre le Gouvernement d’entente nationale (Tripolitaine) ou GNA reconnu par les Nations Unies à l’ouest, et l’Armée nationale libyenne ou LNA de Khalifa Belqasim Haftar à l’est (Tobrouk – Cyrénaïque), où les deux factions sont largement soutenues par la production pétrolière libyenne, et l’armement fourni par tous. Outre les deux principales factions, le Gouvernement d’accord national (GNA) contre l’Armée nationale libyenne (LNA), il existe un soutien considérable pour Saif al Islam, fils de l’ancien dirigeant libyen qui a été assassiné en collusion avec le gouvernement des États-Unis.
    *******************
    Saif al Islam bénéficie d’un fort soutien à Bani Walid et auprès de la population libyenne, mais Saif se cache depuis que la LNA a menacé de lui tirer dessus à vue, tandis que la GNA continue d’ergoter auprès de la Cour pénale internationale au sujet du mandat d’arrêt de Kadhafi pour les prétendus crimes de guerre, datant de la destruction du pays par les États-Unis en 2011. Saif et ses partisans ne peuvent donc pas jouer un rôle tangible pour mettre fin au conflit libyen. Le conflit peut être considéré comme étant composé de trois parties, la Tripolitaine, la Cyrénaïque et le Fezzan, qui se disputent le pouvoir, le Fezzan étant divisé par les principales factions de l’Armée nationale libyenne (GNA) et de l’Armée nationale de libération (LNA), puisque Saif al Islam Kadhafi se cache.

    Parmi les deux principales factions – GNA et LNA – la GNA est soutenue par la Turquie et le Qatar. La LNA est soutenue par l’Arabie saoudite, l’Égypte, la France, la Belgique et les Émirats arabes unis. Les États-Unis et la Russie n’ont pas encore pris position sur la débâcle libyenne, bien que les dirigeants russes aient exprimé leur soutien à Saif al Islam en arrière-plan, au cas où il serait libre de faire campagne. *
    **********************
    Le maréchal Haftar de Libye (G) avec le Président Al-Sisi d’Egypte (D)

    Traditionnellement considérée comme une guerre par procuration ou une guerre civile depuis 2011, la guerre en Libye représente bien plus que cela. Après la Syrie, la guerre de la Libye représente un instantané des alliances régionales changeantes, toujours en cours, où un allié ou un autre peut être ou ne pas être compatible avec l’autre, sur la base d’une vision historique.
    ***************
    Mais avec l’appui de ses puissants alliés, l’Armée nationale libyenne s’est imposée dans cette guerre. L’offensive d’avril 2019 de Haftar contre la Tripolitaine s’est rapidement arrêtée mais a été relancée par un afflux d’armes en provenance des Emirats Arabes Unis. Le succès de Haftar à maintenir la pression sur l’Armée nationale libyenne et Tripoli a été gênant pour la Turquie, car celle-ci reçoit de Misrata du pétrole bon marché dont elle a désespérément besoin depuis que les Etats-Unis ont sanctionné les importations de pétrole turc en provenance d’Iran.

    La Turquie, sentant apparemment une pression renouvelée sur son accès aux ressources énergétiques, a récemment annoncé un corridor stratégique de ressources énergétiques en Méditerranée orientale, à la grande consternation de presque tout le monde. L’annonce d’Erdogan a été faite juste après (ce que la Turquie croit être) le succès remporté dans le nord-est de la Syrie contre l’agence kurde, bien que la Turquie puisse être confrontée à des sanctions américaines pour ses actions dans cette région et l’achat de missiles S-400, si le projet de loi américain sur les sanctions est adopté.

    Quoi qu’il en soit, Erdogan a été enhardi par le soutien populaire qu’il a obtenu sur le plan intérieur grâce à son défi à l’ordre mondial, jusqu’ici incontesté. Pour la GNA, la décision de la Turquie de renforcer sa position en Libye avec des bottes sur le terrain est un développement bienvenu dans sa bataille contre le poids lourd de la LNA, Haftar.

    Pour les voisins de la Libye, l’incursion de la Turquie est des plus pénibles, surtout pour la Tunisie et l’Algérie. Rarement signalée en Occident, la Tunisie est maintenant dirigée par le nouvel élu Qays Sayed, un érudit et intellectuel généralement inconnu mais universellement détesté par la plupart des analystes occidentaux. Alors, imaginez la surprise de Saied quand Récep le Magnifique est arrivé sur le pas de sa porte pour demander une alliance militaire avec Tunis. C’est parce que le ministre libyen de l’Intérieur, Fathi Bashagha, a annoncé cette alliance avant qu’Erdogan ne rende visite à Saied… et avant que l’Algérie n’intervienne avec ses propres objections. La proposition de cette alliance turque a été rejetée avec enthousiasme et immédiatement par l’Algérie qui a une grande influence en Tunisie.
    ************************
    Le ministre libyen des Affaires étrangères Fahi Bachagha (à droite) avec un représentant diplomatique américain
    La situation de l’Algérie avec une incursion turque en Libye est aussi pressante que celle de la Tunisie. L’Algérie est gouvernée par ses militaires depuis que les frères Bouteflika ont pris le pouvoir, et les résultats plutôt décevants des élections de décembre voient les militaires gagner un nouveau dirigeant, Abdelmadjid Tebboune, assurant ainsi le maintien d’un régime opaque dans ce pays.

    La révolution contre la domination coloniale française en 1954 a placé l’Algérie à l’avant-garde des réformes progressistes et du rejet du pouvoir impérial, en particulier pendant les années 1970.Mais l’accession éventuelle de groupes islamistes en Algérie a entraîné une guerre civile et un désastre. En 1992, les radicaux islamistes ont gagné le pouvoir parlementaire et ont été chassés du pouvoir, une action qui rappelle quelque peu l’éviction des Frères musulmans Morsi en Égypte. La différence est que la guerre civile algérienne de 1992 a duré beaucoup plus longtemps et a fait beaucoup plus de victimes que le coup d’État d’El Sisi en Égypte, inspiré par les États-Unis.

    La plupart des terroristes du Groupe Islamique Armé (GIA) en Algérie ont finalement été désarmés, tués, emprisonnés ou forcés de se rendre dans la région éloignée du Sahel. Un exemple est Abu Walid Sahrawi toujours en liberté dans le Sahel avec un prix de 5 millions de dollars US sur sa tête, et un autre est  » un œil  » M. Marlboro (connu pour sa vie de contrebandier) Mokhtar Belmokhtar dont l’insurrection maghrébine a été soutenue par des acteurs étrangers. Ainsi, l’Algérie s’est appuyée sur son armée pour empêcher la résurgence d’un tel islamisme militant sur place, qui a tué des milliers d’innocents dans la quête du GIA pour accéder au pouvoir.

    En tant que puissance pétrolière émergente, l’Algérie poursuit une politique étrangère néolibérale depuis 2000, mais l’armée algérienne s’est toujours méfiée de la Turquie et de l’OTAN, puisque la Turquie s’est opposée à la révolution algérienne contre la France… et l’une des composantes clés de l’OTAN est bien sûr la France. Les exportations de ressources énergétiques de l’Algérie vers la Turquie n’ont cessé de diminuer depuis 2014, lorsque la Turquie a augmenté ses importations de pétrole des rebelles de Misrata en Libye. La croyance en Algérie est que l’insurrection maghrébine parrainée par la Turquie était une tentative de négocier l’accès à la Libye et aux réserves de pétrole de l’Algérie, rendant ainsi la Turquie ennemie de l’Algérie, même si la presse populaire affirme le contraire.

    Et en tant que puissance pétrolière émergente, l’Algérie dispose de ressources stratégiques et tactiques pour poursuivre un certain programme en Afrique du Nord, qui n’est pratiquement pas signalé en Occident. Comme son régime militaire est opaque, seules les sources de renseignement peuvent donner un aperçu de l’influence de l’Algérie et une source rapporte que l’Algérie a été jusqu’à présent assez efficace pour freiner l’influence turque en Tripolitaine, et qu’elle y a même mis fin aux assassinats à motivation politique.
    ****************************
    Sukhoi Su-30MKA de l’armée de l’air algérienne volant près des frontières tunisiennes
    La dernière bravade en date d’Erdogan, qui a débarqué sur le terrain au nom de la GNA en Libye, est un affront direct à l’Algérie, avec Tunis pris au milieu. Encore une fois, Erdogan doit sentir la faiblesse en Occident et en Afrique du Nord, mais le mouvement militariste d’Erdogan en Tripolitaine est toujours un énorme pari. Mais avant d’examiner les problèmes d’Erdogan, considérons que la Turquie a joué la carte de la terreur du Partiya Karkeren Kurdistane (Parti des travailleurs kurdes ou PKK) pendant de nombreuses années.

    Sans vouloir dénigrer la nature de la menace du Parti des travailleurs kurdes, il ne fait aucun doute que le PKK s’est engagé dans des actes terroristes en Turquie depuis des décennies. Que la menace du PKK puisse être exagérée est certainement commode cependant lorsque le gouvernement turc peut prétendre que ses larges actions en dehors de la Turquie ont eu pour résultat la réduction de la violence domestique du PKK.

    La Turquie a certainement tiré parti de la menace du PKK pour prendre des mesures agressives non seulement en Syrie, mais aussi en Irak. La Turquie a peut-être apporté son propre soutien à des groupes terroristes pour atteindre cet objectif. La Turquie a également soutenu l’Armée nationale syrienne, composée principalement de terroristes turkmènes. La question générale est de savoir si ce qui précède est fondé sur la politique nationale ou si Erdogan a simplement repoussé les limites.

    A propos d’Erdogan, le Courrier du Maghreb Orient a fait état de la direction prise par les dirigeants turcs juste après les élections de 2018 : « Ce système lourd et arbitraire accorde tout le pouvoir de décision à une équipe étroite dans le palais présidentiel, relègue le Parlement au rang de notaire du président et le pouvoir judiciaire à celui de serviteur obéissant. Le système privilégie les solutions rapides au détriment de la consultation, de la délibération, de la transparence et de la responsabilité. »

    Et,  » Avec les récentes élections, le système politique turc a achevé sa transformation en un système présidentiel exécutif sans freins et contrepoids. Le régime et son chef considèrent le nouveau système comme leur chance d’échapper à jamais à l’épée de la justice. »

    Dans cette optique, il faut considérer que la Turquie a été confrontée à des problèmes d’immigration massive basés sur les guerres de changement de régime américain à ses frontières pendant de nombreuses années. Quatre millions d’immigrants qui pourraient autrement être qualifiés de réfugiés de guerre ne constituent pas un sujet de rire pour la Turquie ou pour qui que ce soit. Erdogan a utilisé la question de l’immigration pour jouer intelligemment la carte de l’immigration avec l’Europe, en menaçant de déclencher une autre vague de réfugiés, et les menaces d’Erdogan ont eu l’effet souhaité de freiner les sanctions économiques européennes contre la Turquie.

    Cependant, et c’est le plus important, l’aventure militariste d’Erdogan en Libye va bien au-delà de la prétendue position défensive du PKK sur la Syrie et l’Irak. La Turquie est maintenant engagée dans l’arrogance impériale et l’expansion pour protéger son accès aux ressources énergétiques en Libye, où le PKK n’existe pas. La zone économique de la Méditerranée orientale proposée par la Turquie et la présence factuelle des bottes militaires turques sur le terrain en Libye ont franchi toutes les lignes. Erdogan soutient qu’il est le nouveau caid géopolitique du bloc, avec plus d’un compte à régler et plus d’une hache à broyer.

    Avec une grande ironie, seul le Français Macron a tenu tête à Erdogan jusqu’à présent, même si c’est de façon inefficace. La convocation de l’ambassadeur de Turquie pour un habillage à Paris a été annoncée juste un jour après l’annonce du ministre turc de l’Intérieur que onze terroristes de l’ISIS seront rapatriés en France. Mais toute l’initiative n’appartient pas à la Turquie, même si celle-ci essaie de tourner la vis en Syrie.

    Comme l’écrit cet auteur, le Front national de libération soutenu par la Turquie et l’Armée nationale syrienne combattent un mouvement de flanc autour d’Idlib contre les forces de l’Armée arabe syrienne, bloquant les récents gains de l’ASA dans la province. La motivation est claire : la Turquie espère maintenir sa position en Afrique et dans le nord-ouest tout en menaçant une intervention libyenne élargie. En gardant à l’esprit la présence militaire de la Turquie en Irak également, la Turquie tente de mener trois guerres séparées sur trois fronts. Alors peut-être qu’Erdogan et son petit cercle se considèrent vraiment comme des incarnations modernes de Soliman le Magnifique ?

    La question de la Turquie en Afrique est cependant compliquée par l’effort de la France pour réimposer le pouvoir impérial dans le Sahel, comme le montre La guerre secrète en Afrique. Bien que le précédent puisse sembler tiré par les cheveux, considérez que la préoccupation première de Macron est de protéger les ressources en uranium de la France dans le Sahel, et non pas principalement l’élimination des terroristes takfiri. C’est pourquoi la France a agrandi sa base de Niamey au Niger pour accueillir les drones américains RQ-4 Reaper, rebadgés, qui effectuent des reconnaissances avancées ainsi que des frappes de terreur.

    Si les relations de la France avec la Turquie devaient continuer à se détériorer – d’autant plus qu’elles se situent dans des camps opposés en Libye où la Turquie soutient la GNA et la France la LNA – il sera intéressant de voir comment les hostilités entre ces deux laquais de l’OTAN se développeront. ***

    En tant qu’alliée de l’OTAN, la Turquie a toujours reproché aux États-Unis de s’être rangés du côté du PKK (plutôt que de la Turquie) pour vaincre l’ISIS en Syrie. La raison pour laquelle les Etats-Unis le font est bonne, puisque la Turquie exerce sa propre forme de terreur sous la forme du Front national de libération et de l’Armée nationale syrienne, et parce que la Turquie a son propre programme en Syrie, qui n’est pas nécessairement aligné sur celui des Etats-Unis. Le fossé entre la Turquie et les Etats-Unis est long, il remonte à l’époque où Hillary Clinton était Secrétaire d’Etat, quand elle a initié la crise en Syrie et en Libye – et bien d’autres – et a fourni la base même de l’ISIS que l’Etat américain maintient toujours.

    Maintenant, puisque la Turquie a franchi la ligne en Libye et menace de le faire ailleurs (Méditerranée orientale / Grèce et Chypre), les Etats-Unis seront-ils obligés d’agir ? Peut-être pas, puisque les Etats-Unis semblent considérer que l’Afrique du Nord et la Méditerranée orientale ont peu de pertinence pour les intérêts américains. Dans ce cas, les Etats-Unis pourraient déléguer leurs protestations diplomatiques à la France (juste une idée). Le facteur de complication est bien sûr le rôle de la Turquie en tant que membre de l’OTAN. Les Etats-Unis peuvent-ils par exemple menacer d’expulser la Turquie de l’OTAN à la lumière de son agression nue en Libye ? Peu probable. Stratégiquement, Washington a plus besoin de la Turquie que la Turquie a besoin de Washington et l’Etat américain pourrait simplement voir Erdogan comme un fleuret utile pour garder le Big Boss Haftar sous contrôle. Cela peut aussi dépendre de la Turquie, et de la question de savoir si Erdogan modérera son comportement face à la résistance concertée de la France et des Etats-Unis sur la Libye. Avec la complication supplémentaire que représente le rôle de l’Algérie.

    En tant que rival potentiel apparent de la Turquie en Afrique du Nord, l’Algérie pourrait soutenir Haftar contre la GNA avec la surveillance sophistiquée et l’expertise tactique de l’Algérie. Cette alliance est toutefois peu probable, puisque Haftar est soutenu par l’Égypte et que l’Algérie n’approuvera pas une alliance militaire avec l’Égypte pour le moment, selon une source.

    Enfin, ce rapport n’a pour but que de jeter une petite lumière sur le marasme politique et militariste extrêmement complexe du Maghreb, qui est un paysage en constante évolution et qui n’a pas de finalité. Alors que l’Occident continue à décliner et que l’Orient est en quête d’unité et de direction, des bouffons dangereux et peut-être dérangés se pavanent et s’inquiètent encore sur la scène mondiale, ne sachant pas ce qu’ils font pour leur pétrole, leur or, leurs diamants, leurs terres et leurs ressources… alors que le reste d’entre nous en souffre.

    Steve Brown

    *Les rapports indiquent que M. Obama estime que son accord pour permettre la guerre de changement de régime de la Libye de Mme Clinton et l’assassinat de Kadhafi sont l’une des plus grandes erreurs de sa carrière.

    ** L’alliance de Bashagha a dû surprendre les dirigeants algériens autant que ceux de la Tunisie !

    *** Puisque la France et la Turquie sont toutes deux des entités supposées de l’OTAN, l’observation précédente de ce journaliste selon laquelle l’OTAN a peut-être besoin d’une alliance pour se protéger d’elle-même semble pertinente ici.
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    1. Merci Steve Brown pour vos éclaircissements.

      Cependant, j’ajouterai, que si les Américains n’ont pas clairement pris position à l’heure d’aujourd’hui.
      Je pense sincèrement, qu’ils attendent de voir les erreurs que va commettre Erdogan.
      Erdogan est un boulet indiscipliné que traîne l, OTAN.
      Ils espèrent voir Erdogan empêtré dans un conflit qui va le mettre en très grande difficulté où il implorera les Américains de le sortir dun marasme d’où il se dirige droit devant.
      Les Américains exigeront d’Erdogan des concessions dont ils n’arrivaient pas à obtenir ou si non que par la force, ce qui ne peuvent pas non plus dans l’immédiat par nécessité dans d’autres conflits.
      Mettre la Turquie dans une très mauvaise posture, qui viendra nécessairement de l’Algérie est une occasion pour l’oncle Sam.
      L’Algérie ne restera certainement pas passive sur ce qui est en train de se passer en Libye à ces frontières, il y va de sa propre sécurité.
      L’Algérie n’a pas pris dans l’immédiat comme seule décision, celle d’empêcher d’abord la Turquie de s’installer durablement à sa porte.
      Et de s’allier avec personne, étant donné que cela reviendrait à cautionné les fausses raisons pourquoi tous ces pays belliqueux, ce sont invités en Libye sans y être vraiment conviés.
      L’Algérie serait plutôt l’allié du parti du Fezam sous le commandement de Saïf al-Islam Kadhafi.
      Elle préfère l’authentique qu’aux trublions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :