Libya’s War Escalates as the Stakes Get Higher-By Steve Brown

libya_tripoli_2019_lna_war_information_divisionafp

Libya’s Government of National Accord has little time to sort out the mess it is in, with the Libyan National Army making some progress in Tripoli’s suburbs. LNA warlord Haftar’s strike on the Zawiya Oil installation near al Harsha in west Tripolitania on the 27th of December resulted in drastic damage to the facility causing Libya’s National Oil Company to warn about potential evacuation of offices nearby.*

The LNA’s decision to target the az Zawiya Oil installation may be seen as a proxy blow to Turkey’s interests in Libya, because Turkey purchases oil for as low as $10 per barrel from such terminals. Warlord Haftar does not suffer, because Cyrenaica oil is largely produced and processed in eastern Libya.

The Libyan National Army’s fortunes have improved recently with a new influx of weaponry and funds supplied by the United Arab Emirates. After setbacks in Gharayan the LNA has recovered due to weaponry, supplies, and mercenary air attacks on Misrata (mostly supported by the UAE) where Misrata provides most resistance to the LNA outside of Tripoli.** From December 21st, 2019, Haftar has mounted a particularly effective offensive around Tarhunah, driving the GNA back (nearly) to the suburbs of Tripoli itself.

The position of the United States is somewhat opaque regarding support for the Libya National Army, but indications are that the Crown Prince of Saudi Arabia and Egypt were successful in convincing the US to allow Saudi and Egypt a free hand to back and arm Haftar. The Libyan National Army declared a no-fly zone over Tripoli in late November, which has proved effective, in support of LNA air strikes on the capital by mercenary pilots. Together, these events caused Haftar to once again demand that the GNA surrender, on December 30th, 2019.

As addressed in Erdogan Stirs the Pot Again the Libyan conflict’s alliances are as follows:

Government of National Accord’s (UN recognized government) major support:
Turkey
Qatar

Libyan National Army (not UN recognized) major support:
Saudi Arabia
Egypt
United Arab Emirates
France

Neutral:
Tunisia
Algeria
Morocco (political support for GNA)

According to the Turkish leadership, the Government of National Accord has asked for its help to stabilize Tripolitania and resist the LNA offensive. The Turkish parliament is set to vote on military intervention on January 2nd. But even if the measure passes, there may not be enough time to stop Haftar’s advance.

According to the Libya Review Egypt has called for an emergency session of the Arab League to discuss Libya, however the details have not been verified (and occurrence of this session cannot be independently confirmed). Egypt has taken an interest in Cyrenaica and the conflict even before the LNA approached Egypt for help with developing the Sirte basin oil and gas fields, where most of Libya’s oil originates.

Warlord Haftar’s attempts to sell Sirte oil on the open market were resisted by UN sanction, so Haftar eventually backed down. If the LNA can shut down the National Oil Company of Libya, Haftar may gain enough leverage to force the issue because that’s a lot of oil and revenue for the GNA to lose every day. And such a closure would leave Turkey hanging in the wind, and possibly force the country back to Iran’s oil, in spite of US sanctions. The foregoing is surely what Egypt must hope for, too.

Reports of the Wagner Group operating on behalf of the LNA are murky, but probably correct. The Wagner Group is a mercenary force, for sale to any suitable bidder. The United Arab Emirates, Saudi Arabia, and Egypt are certainly capable of doing that bidding. For now it appears that the Wagner Group is involved in LNA training and logistics — and to strike fear in the heart of the GNA. Although touted by the Neoliberal press as Russia taking part in fighting around Tripoli, there is no evidence in the form of Russian casualties or any other evidence that the Kremlin is involved with such a tragic opportunity leveraged by an essentially private mercenary group.

Regardless of the above political considerations, the shifting alliance around the 2011 US/NATO-created Libyan disaster is of most consequence. Speculation abounds about a potential alliance between Turkey, Tunisia, and Algeria, versus the LNA in Libya. Fathi Bashagha, the GNA’s interior minister, announced just such an alliance last Thursday, but his proposal was quickly debunked.

Yesterday Turkey and Algeria announced a joint naval effort to celebrate the historic Oruç Reis Hayreddin Barbarossa anniversary, with exercises to take place in January, 2020. This celebratory joint naval affair has led to much speculation regarding Turkey’s proposal for an alliance with Algeria, for intervention in Libya. Although there is historic friendship and cooperation between Algeria and Turkey, Algeria’s history and current political composition is such that an actual military alliance between Algeria and Turkey is exceedingly unlikely at this time. There are several reasons.

Besides the inherent risk of throwing military weight behind a potentially losing GNA regime, Algeria’s history of internecine conflict — especially with regard to implicit support of radical Islamist factions that the GNA has not fully denounced — would be 100% abhorrent to the Algerian military and to its people. As for Tunisia, Tunisia of course does as Algeria dictates. ***

Complicating the picture is Morocco. Morocco — an ally of Saudi Arabia — is typically at odds with Algeria which does not align with Saudi Arabia. Morocco’s closeness to Saudi Arabia is complicated by Saudi’s support for the LNA, where Morocco has expressed its support for the Government of National Accord on numerous occasions. The Skhirat Agreement was Morocco’s attempt to find a political solution to the violence in Libya, but the LNA’s April offensive ended those hopes. Since then Morocco has pursued a largely neutral position beyond public statements in favor of the GNA.

Another great unknown is how Washington will react when NATO ally Turkey deploys its military to Libya. That deployment could result in a military confrontation with France, another NATO ally, or Greece, also a NATO ally. And Washington’s unipolar moment is not just fading fast, it has ended. Washington quixotically lashes out to re-assert its global dominance versus imaginary adversaries and is only capable of creating new ones – and failed states. How Washington’s hubris might play out in a Syria-like war in Libya (where Washington caused the conflict in the first place as it did in Syria) is unclear.

Next, consider the Libyan National Army which is not in as good shape as the media tends to portray. There is dissension among the officer ranks. Haftar has suffered a shortage of skilled workers and soldiers. The LNA has suffered setbacks before, for example in Gharayan. And the Warlord is mainly reliant on aerial bombing and superior air power to defeat the GNA. Haftar has only a few days remaining before Turkey may deploy troops to Tripolitania, and if Turkey does so, the tide of this war will turn quickly.

Finally, United Nations talks on Libya might take place in January… or they might not. Because the precise date has not been verified. Whether those UN talks take place or not, hope for Libya’s relief seems forlorn with more aggression, death, and human flight being a certainty, and typical of the failed states US-State creates. It seems that the peace prospect for Libya is bleak, with the people of Tripolitania and Cyrenaica tearing themselves apart while the people of the south, the Fezzan, suffer even more.

*Somewhat surprisingly Libya’s NOC provides oil revenue funds to both sides in the conflict ie the Government of National Accord and to the Libyan National Army; for the NOC to cease operations would be a blow to both factions.

Steve Brown

** Some Misrata rebel factions support the LNA, and a number of factions with various affiliations exist there and in Tripoli.

*** The subject of Alegria is an interesting one and will be addressed in a comprehensive upcoming article.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

2 Commentaires

  • Monsieur Steve Brown.

    Quand vous parlez de pseudo “Maréchal” autoproclamé Khalifa Haftar : vous le nommez : (le seigneur de guerre Haftar)

    J’aimerais comprendre Monsieur Steve Brown ce qui vous inspire tant sur cet opportuniste de bas étages qu’est ce traître à son pays et vis-à-vis de son peuple !!
    Pour que tant d’éloges lui soient consacrés !! Venant de vous me surprend.

    Des Juda de son genre sont comparables à des mouchoirs Kleenex dans le style d’Abou Bakr al-Baghdadi, et ceux qui l’ont précédés dans d’autres mises en scène guerrières et pécuniaires.

    S’agissant du reste, je dirais que tous les pays engagés dans ce HOLD-UP contre la Libye ainsi que d’autres pays sur le point d’y participer pour des raisons différentes, vont devoir agir sans tenir compte des liens commerciaux où militaires qu’ils ont les uns avec les autres.
    Chacun doit mettre sur la balance, les pour et les contres en s’engageant dans un camp plutôt que dans l’autre.
    En fonction de cela, chacun doit prendre ces responsabilités.
    L’Algérie doit tout faire pour qu’il n’y ait qu’un seul gagnant dans ce conflit, le peuple libyen.
    En fonction de cela, elle s’allie avec les parties de la résistance contre l’occupation coloniale.
    Aussi simple que ça.

  • traduction :
    La guerre en Libye s’intensifie à mesure que les enjeux augmentent – par Steve Brown

    Le gouvernement d’accord national libyen a peu de temps pour régler le problème dans lequel il se trouve, l’armée nationale libyenne ayant fait quelques progrès dans les banlieues de Tripoli. L’attaque du chef de guerre de la LNA, Haftar, sur l’installation de Zawiya Oil près d’al Harsha dans l’ouest de la Tripolitaine le 27 décembre a entraîné des dommages considérables à l’installation, ce qui a poussé la Compagnie nationale libyenne de pétrole à avertir de l’évacuation potentielle des bureaux situés à proximité.*

    La décision de la LNA de cibler l’installation d’az Zawiya Oil peut être considérée comme un coup par procuration aux intérêts de la Turquie en Libye, car la Turquie achète du pétrole pour aussi peu que 10 dollars le baril à partir de ces terminaux. Le seigneur de guerre Haftar ne souffre pas, car le pétrole de Cyrénaïque est largement produit et traité dans l’est de la Libye.

    La situation de l’Armée Nationale Libyenne (LNA) s’est améliorée récemment grâce à un nouvel afflux d’armes et de fonds fournis par les Émirats Arabes Unis. Après des revers à Gharayan, la LNA s’est rétablie grâce à l’armement, aux fournitures et aux attaques aériennes de mercenaires sur Misrata (principalement soutenu par les EAU) où Misrata fournit la plus grande résistance à la LNA en dehors de Tripoli.** A partir du 21 décembre 2019, Haftar a monté une offensive particulièrement efficace autour de Tarhunah, repoussant la GNA (presque) dans les banlieues de Tripoli même.

    La position des États-Unis est quelque peu opaque en ce qui concerne le soutien à l’Armée nationale libyenne, mais il semble que le prince héritier d’Arabie saoudite et d’Égypte ait réussi à convaincre les États-Unis de laisser les Saoudiens et les Égyptiens avoir les mains libres pour soutenir et armer Haftar. Fin novembre, l’Armée nationale libyenne a déclaré une zone d’exclusion aérienne au-dessus de Tripoli, qui s’est avérée efficace, en soutien aux frappes aériennes de la LNA sur la capitale par des pilotes mercenaires. L’ensemble de ces événements a amené Haftar à exiger une fois de plus la reddition de la GNA, le 30 décembre 2019.

    Comme l’indique Erdogan Stirs the Pot Again, les alliances du conflit libyen sont les suivantes

    Le soutien majeur du Gouvernement de l’Accord National (gouvernement reconnu par l’ONU) :
    Turquie
    Qatar

    Armée nationale libyenne (non reconnue par l’ONU) soutien important :
    Arabie Saoudite
    Égypte
    Émirats Arabes Unis
    France

    Neutre :
    Tunisie
    Algérie
    Maroc (soutien politique au GNA)

    Selon les dirigeants turcs, le Gouvernement d’entente nationale a demandé son aide pour stabiliser la Tripolitaine et résister à l’offensive de la LNA. Le parlement turc doit voter sur l’intervention militaire le 2 janvier. Mais même si la mesure est adoptée, il n’y aura peut-être pas assez de temps pour arrêter l’avancée de Haftar.

    Selon la Libya Review, l’Egypte a demandé une session d’urgence de la Ligue arabe pour discuter de la Libye, mais les détails n’ont pas été vérifiés (et l’occurrence de cette session ne peut être confirmée de manière indépendante). L’Égypte s’est intéressée à la Cyrénaïque et au conflit avant même que la LNA ne demande à l’Égypte de l’aider à développer les champs de pétrole et de gaz du bassin de Syrte, d’où provient la majeure partie du pétrole libyen.

    Les tentatives du seigneur de guerre Haftar de vendre le pétrole de Syrte sur le marché libre ont été contrées par la sanction de l’ONU, si bien que Haftar a fini par reculer. Si la LNA peut fermer la Compagnie nationale pétrolière de Libye, Haftar pourrait gagner suffisamment d’influence pour forcer la question parce que cela représente beaucoup de pétrole et de revenus pour la GNA à perdre chaque jour. Et une telle fermeture laisserait la Turquie dans le vent, et pourrait forcer le pays à revenir au pétrole iranien, en dépit des sanctions américaines. Ce qui précède est certainement ce que l’Égypte doit aussi souhaiter.

    Les rapports du groupe Wagner opérant pour le compte de la LNA sont sombres, mais probablement corrects. Le groupe Wagner est une force mercenaire, à vendre à tout acheteur approprié. Les Emirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite et l’Egypte sont certainement capables de faire cette offre. Pour l’instant, il semble que le Groupe Wagner soit impliqué dans la formation et la logistique de la LNA – et de frapper la peur au cœur de la GNA. Bien que la presse néolibérale ait vanté la participation de la Russie aux combats autour de Tripoli, il n’y a aucune preuve, sous forme de pertes russes ou autre, que le Kremlin soit impliqué dans une opportunité aussi tragique exploitée par un groupe de mercenaires essentiellement privé.

    Indépendamment des considérations politiques ci-dessus, le changement d’alliance autour de la catastrophe libyenne de 2011, provoquée par les États-Unis et l’OTAN, est des plus importants. Les spéculations abondent sur une alliance potentielle entre la Turquie, la Tunisie et l’Algérie, contre la LNA en Libye. Fathi Bashagha, le ministre de l’Intérieur de la GNA, a annoncé une telle alliance jeudi dernier, mais sa proposition a été rapidement rejetée.

    Hier, la Turquie et l’Algérie ont annoncé un effort naval conjoint pour célébrer l’anniversaire historique de l’Oruç Reis Hayreddin Barbarossa, avec des exercices qui auront lieu en janvier 2020. Cette affaire navale conjointe de célébration a conduit à de nombreuses spéculations concernant la proposition de la Turquie d’une alliance avec l’Algérie, pour une intervention en Libye. Bien qu’il existe une amitié et une coopération historiques entre l’Algérie et la Turquie, l’histoire de l’Algérie et sa composition politique actuelle sont telles qu’une alliance militaire réelle entre l’Algérie et la Turquie est extrêmement improbable en ce moment. Il y a plusieurs raisons à cela.

    Outre le risque inhérent de jeter un poids militaire derrière un régime potentiellement perdant de la GNA, l’histoire de conflit interne de l’Algérie – en particulier en ce qui concerne le soutien implicite de factions islamistes radicales que la GNA n’a pas entièrement dénoncé – serait à 100% odieuse pour l’armée algérienne et pour son peuple. Quant à la Tunisie, elle fait bien sûr ce que l’Algérie lui dicte. ***

    Le Maroc vient compliquer le tableau. Le Maroc – un allié de l’Arabie Saoudite – est typiquement en désaccord avec l’Algérie qui ne s’aligne pas sur l’Arabie Saoudite. La proximité du Maroc avec l’Arabie Saoudite est compliquée par le soutien de l’Arabie Saoudite à la LNA, où le Maroc a exprimé son soutien au Gouvernement d’Accord National à de nombreuses occasions. L’Accord de Skhirat a été la tentative du Maroc de trouver une solution politique à la violence en Libye, mais l’offensive de la LNA en avril a mis fin à ces espoirs. Depuis lors, le Maroc a poursuivi une position largement neutre au-delà des déclarations publiques en faveur de la GNA.

    Une autre grande inconnue est la réaction de Washington lorsque la Turquie, alliée de l’OTAN, déploiera son armée en Libye. Ce déploiement pourrait entraîner une confrontation militaire avec la France, un autre allié de l’OTAN, ou avec la Grèce, également alliée de l’OTAN. Et le moment unipolaire de Washington n’est pas seulement en train de s’estomper rapidement, il est terminé. Washington s’acharne quichottesquement à réaffirmer sa domination mondiale contre des adversaires imaginaires et est seulement capable d’en créer de nouveaux – et seulement des États en déliquescence. On ne sait pas très bien comment l’orgueil de Washington pourrait se manifester dans une guerre de type syrien en Libye (où Washington a provoqué le conflit en premier lieu comme il l’a fait en Syrie).

    Ensuite, il faut considérer l’Armée Nationale Libyenne qui n’est pas en aussi bonne forme que les médias ont tendance à le dépeindre. Il y a des dissensions entre les rangs des officiers. Haftar a souffert d’une pénurie de travailleurs qualifiés et de soldats. La LNA a déjà subi des revers auparavant, par exemple à Gharayan. Et le chef de guerre dépend principalement des bombardements aériens et d’une puissance aérienne supérieure pour vaincre la GNA. Il ne reste que quelques jours à Haftar avant que la Turquie puisse déployer des troupes en Tripolitaine, et si la Turquie le fait, le vent de cette guerre tournera rapidement.

    Enfin, les pourparlers des Nations Unies sur la Libye pourraient avoir lieu en janvier… ou pas. Parce que la date précise n’a pas été vérifiée. Que ces pourparlers de l’ONU aient lieu ou non, l’espoir d’un soulagement pour la Libye semble désespéré, car il est certain qu’il y aura plus d’agressions, de morts et de fuites humaines, ce qui est typique des États défaillants créés par les États-Unis. Il semble que les perspectives de paix pour la Libye soient sombres, avec les peuples de Tripolitaine et de Cyrénaïque qui se déchirent tandis que les peuples du sud, le Fezzan, souffrent encore plus.

    *Il est quelque peu surprenant que la NOC libyenne fournisse des fonds provenant des revenus pétroliers aux deux parties au conflit, c’est-à-dire au Gouvernement d’entente nationale et à l’Armée nationale libyenne ; que la NOC cesse ses opérations serait un coup dur pour les deux factions.

    Steve Brown

    ** Certaines factions rebelles de Misrata soutiennent la LNA, et un certain nombre de factions avec diverses affiliations existent là-bas et à Tripoli.

    *** Le sujet sur l’Algerie est intéressant et sera abordé dans un article complet à venir.
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.